Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Xavier Moreno Juliá, La División Azul. Sangre española en Rusia, 1941-1945

Eduardo González Calleja
p. 329-331
Référence(s) :

Xavier Moreno Juliá, La División Azul. Sangre española en Rusia, 1941-1945, Barcelona, Crítica, 2005, 553 p.

Texte intégral

1La recherche universitaire sur la contribution de l’Espagne à l’effort de guerre hitlérien est restée balbutiante jusqu’à ces dernières annés dans l’historiographie espagnole. Dans le cas particulier de l’intervention militaire sur le front russe, plus d’un demi-siècle d’une vision franquiste a légué une image littéraire de la Division bleue liée à la mystique des anciens combattants. Ce lourd héritage se faisait encore sentir dans les années 1980 et 1990, dans certaines œuvres qu’on pourrait taxer de « néo-combattantes », liées à la naissance d’une propagande révisionniste de coloration idéologique plus qu’évidente.

2Le grand mérite de l’œuvre de Moreno Juliá est d’abord de s’être débarrassée de la majeure partie de cette rhétorique des tranchées, et d’avoir abordé le phénomène de la Division bleue dans un esprit d’objectivité et d’exhaustivité. La recherche de première main dans des archives nationales et étrangères constitue une première et réjouissante nouveauté. La seconde nous est offerte par la perspective adoptée, car le livre ne traite pas tant des faits militaires que du contexte politique, en particulier des tensions entre la Phalange et l’armée dans la période-clé de 1941-1942. La description détaillée des conflits entre l’état-major militaire et l’entourage de Ramón Serrano Suñer permet de comprendre l’option belliciste défendue par le beau-frère de Franco pour remédier aux sérieux problèmes d’instabilité interne causés par la crise politique de mai 1941, point culminant de « l’offensive » des militaires contre Serrano. « L’Opération Barbarroja », moins d’un mois plus tard, fut providentielle à plus d’un titre, car la soupape de sécurité d’une campagne anti-communiste permit d’apaiser de nombreuses tensions internes et de recomposer une alliance politique basée sur une commune germanophilie.

3L’étude détaillée de la décision politique de créer cette unité et les premiers pas de la mobilisation phalangiste confirment que la Division bleue fut clairement une manœuvre de parti. Mais certaines armes particulièrement choyées par les instructeurs allemands pendant la guerre civile ont également connu un recrutement important, 85 % dans le cas des pilotes de combat. Le recrutement a porté avant tout sur les classes moyennes des villes, en particulier la frange estudiantine la plus proche de l’idéologie fasciste, alors que l’enrôlement massif de toute sorte de cadres intermédiaires de l’armée a eu davantage à voir avec une éventuelle amélioration des possibilités de promotion.

4Cette période de gloire du phalangisme « serraniste », qui impliqua politiquement le parti dans le soutien aux combattants de Russie, eut également d’importantes conséquences diplomatiques. Le gouvernement britannique usa adroitement du blocus du pétrole pour contrôler politiquement le régime. La germanophilie de celui-ci ne dépassa pas la signature, le 12 février 1943, d’un protocole secret par lequel il offrait à l’Allemagne des garanties dans l’éventualité d’une attaque alliée. Quant à l’Allemagne, la crainte que les rivalités entre la Phalange et les militaires n’affaiblissent l’intervention militaire et n’étendent le conflit aux cadres de la Wehrmacht, fit qu’Hitler observât cette « bande de gueux » avec une attention particulière et renforçât le rôle médiateur de l’ambitieux « général politique » Agustín Muñoz Grandes, partisan de la pleine intervention espagnole dans le conflit mondial après l’invasion alliée du nord de l’Afrique.

5Mais l’activité de la Division bleue dans les opérations du front septentrional russe n’est pas exempte de zones d’ombre qui, selon nous, sont masquées par l’accent excessif mis sur les prétendues « prouesses » de la Division. Il ne s’agit pas seulement de rendre compte des incidents durant le passage des volontaires par la France, mais aussi d’évaluer la véritable implication de l’unité des volontaires espagnols dans la guerre d’extermination antisoviétique bien décrite par Omer Bartov. Par exemple, les remarques sur l’intense activité partisane de l’arrière-garde du front du Voljov s’apparentent presque toujours aux commentaires habituels sur le traitement des prisonniers. L’auteur conserve la « légende dorée » de la Division bleue lorsqu’il s’en tient aux clichés d’une singulière combativité en dépit de la limitation des moyens techniques ou à la faible reconnaissance sociale des anciens combattants à leur retour. De même, au moment d’expliquer l’état lamentable de la médecine divisionnaire, il donne crédit à la théorie de la conspiration en invoquant la présence improbable de « cadres sanitaires socialistes » (p. 316). En d’autres occasions, l’ouvrage pèche par omission. Dans le cas des déserteurs, il existe une maigre bibliographie soviétique, mais une visite des Archives historiques du PCE pourrait apporter certaines nouveautés. Enfin, le lien entre certains divisionnaires de la Légion bleue et les volontaires de la Wehrmacht avec les SS en 1944-1945 est évidemment « une des pages les plus confuses de son histoire », qui n’a pu être éclairée dans toute son ampleur.

6Une objection plus profonde porterait sur la structure de ce travail, qui au départ s’étend de façon sans doute excessive sur les problèmes de l’équilibre du pouvoir dans l’Espagne franquiste et sur la structure complexe de la diplomatie allemande. D’un autre côté, l’étude séparée de l’évolution générale de la guerre à l’Est et des aspects militaires et diplomatiques de l’intervention espagnole conduit à la réitération de nombreux événements ayant eu lieu au front et à l’arrière-garde, ce qui nuit à la fluidité du récit. Enfin, l’attention que Moreno Juliá porte à la vie quotidienne de ce qu’il appelle le « phénomène divisionnaire », en insistant sur les aspects économiques et d’assistance, aurait pu être complétée par une référence aux effets de la Division bleue sur la conscience espagnole, en analysant en particulier les lieux et les rites de préservation de cette conflictuelle mémoire historique.

7En tout cas, les dix mois près du Voljov et les treize sur le front sud-ouest de Leningrad ont permis au régime franquiste d’acquitter les dettes morales, économiques et les dettes de sang contractées avec le Troisième Reich pendant la guerre civile. La Division bleue a été la principale contribution militaire espagnole à l’effort de guerre allemand pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ses soldats ont été la principale justification face à l’Allemagne, mais également un obstacle majeur à la légitimation du régime aux yeux des alliés. En tant qu’expression guerrière du phalangisme « serraniste », la présence militaire espagnole aux côtés des nazis a conditionné de façon définitive la trajectoire politique de Serrano et de la FET (Phalange Espagnole Traditionaliste). À cet égard, l’implication d’ex-divisionnaires dans les événements de Begoña en août 1942, qui ont précipité la chute définitive de Serrano Suñer, est plus qu’une anecdote. Mais l’aventure militaire limitée contre l’Union soviétique a été également, paradoxalement, un élément de stabilisation du franquisme, en canalisant la rage et la frustration phalangiste, après la crise de mai 1941, vers des ardeurs guerrières au-delà de nos frontières. L’aventure collective des volontaires, des soldats, des anciens combattants et des prisonniers fut également une ressource de la propagande qui permit de prolonger le climat de revanche anti-communiste hérité de la guerre civile largement après le début des années 1950. En définitive, la Division bleue fut un ressort fondamental du développement de la politique extérieure franquiste jusqu’en 1944, dans la mesure où elle a marqué les ambitions, mais aussi les limites, de la belligérance espagnole. Une question importante pour la compréhension du phalangisme et du franquisme que l’œuvre méritoire de Moreno Juliá a défrichée avec une efficacité certaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Xavier Moreno Juliá, La División Azul. Sangre española en Rusia, 1941-1945 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 329-331.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Xavier Moreno Juliá, La División Azul. Sangre española en Rusia, 1941-1945 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/2709

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org