Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues

Alexandra Beauchamp, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l’infant Pierre d’Aragon (1354-1355)

Thèse de doctorat soutenue à l’université de Bordeaux III–Michel de Montaigne le 14 novembre 2005 (dirigée par Françoise Lainé)*
p. 343-347

Texte intégral

  • * Composition du jury : Jean-Philippe Genet, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne ; Christian Guil (...)

1En 1354, avant de prendre la tête d’une campagne de reconquête du royaume de Sardaigne qui échappe à son autorité, le roi Pierre IV d’Aragon (1336-1387) confie la direction de ses royaumes et territoires péninsulaires et majorquins à un lieutenant général, l’infant Pierre d’Aragon, son oncle paternel, comte de Ribagorza et des Montagnes de Prades (1305-1381). Il laisse à son service de nombreux officiers administratifs de l’hôtel royal ainsi que ses officiers territoriaux. Il institue aussi trois conseils royaux, dans les cités de Barcelone, Valence et Saragosse, y nomme de fidèles conseillers qu’il charge de pourvoir aux affaires de l’armée aux côtés du lieutenant pour la durée de son absence (juin 1354-septembre 1355). Cette étude examine les enjeux de l’organisation d’un gouvernement de substitution de la Couronne d’Aragon au milieu du xive siècle, alors que le roi quitte physiquement ses royaumes, et les conditions institutionnelles et politiques dans lesquelles le représentant nommé dirige la Couronne durant les quinze mois de la campagne de Sardaigne. Elle est conçue à la fois comme une étude d’histoire politique, institutionnelle et sociale de l’État médiéval aragonais et de son gouvernement.

2Ce travail repose avant tout sur la documentation et la correspondance administratives et politiques produites dans les cercles du gouvernement royal aragonais peu avant, pendant et peu après la lieutenance générale (Archives de la Couronne d’Aragon, Barcelone). Les archives produites par la chancellerie royale active aux côtés du lieutenant général pendant les quinze mois de la lieutenance en constituent la première source (près de 2 400 folios). Elles sont complétées par la documentation rédigée dans la Péninsule par la chancellerie royale dans les mois précédant le départ du roi, puis depuis la Sardaigne pendant l’expédition et en Catalogne après son retour, une fois terminée la lieutenance générale (documentation conservée dans près de 85 registres auxquels il faut ajouter de nombreux documents isolés). Les archives comptables et administratives des officiers de l’hôtel royal (maestre racional, scrivà de ració, trésorier) conservées dans ces mêmes archives royales complètent l’information, de même que les archives très fournies de la chancellerie « privée » du lieutenant général (Archivo de la Fundación Casa Ducal de Medinaceli, fonds Segorbe Cardona, sections Ampurias, Entenza, Prades, archives consultables à Séville et Poblet).

3Grâce à cette documentation, nous avons suivi quatre axes de réflexion. En premier lieu, le choix d’un lieutenant général pour représenter le roi d’Aragon et gouverner en ses lieux et places pose la question du rôle du souverain dans la direction de la Couronne d’Aragon et celle de l’exercice d’un pouvoir personnel. Il s’agit donc de réfléchir à la conception du pouvoir royal aragonais en ce milieu du xive siècle. Nous nous sommes interrogée sur le rôle symbolique, mais aussi effectif et quotidien du souverain dans l’organisation politique et institutionnelle du pouvoir royal, puisqu’il n’entend pas confier la direction de ses territoires à ses seuls conseillers et grands officiers, ni s’en remettre à l’appareil administratif en place pour garantir la pérennité de son autorité en son absence.

4Notre second axe de réflexion porte sur la formule juridique et institutionnelle de gouvernement retenue par Pierre IV d’Aragon. Comprendre la lieutenance générale de 1354-1355 requiert en effet d’examiner la nature et les ressorts de l’autorité et du pouvoir du lieutenant et de montrer en quoi ses attributions lui permettent de combler le vide laissé par le départ du roi. Il s’agit de voir si le représentant nommé dispose de toutes les compétences du souverain, s’il peut user de la plénitude de la puissance royale et d’une véritable autorité politique ou s’il détient au contraire une charge avant tout technique.

5Le troisième axe de cette recherche concerne la position du lieutenant général dans l’organigramme politique et institutionnel de la Couronne d’Aragon et l’exercice pratique du pouvoir qui en découle. Les rapports du roi, du lieutenant et des officiers royaux pendant cette période particulière et la façon dont le lieutenant s’insère alors dans la hiérarchie des serviteurs du roi d’Aragon sont au cœur de la réflexion. Il s’impose alors d’examiner la nomination des trois conseils royaux auprès du lieutenant et la façon dont ce dernier, les conseillers et les officiers allient leurs efforts pour gouverner la Couronne en l’absence de Pierre IV et minimiser les conséquences de son éloignement.

6L’approche biographique et prosopographique constitue enfin notre quatrième angle d’approche de la lieutenance générale. Nous avons réfléchi au choix de l’infant Pierre d’Aragon comme lieutenant, par Pierre IV et son entourage, en termes de capacité de représentation de l’autorité et de la personne royale, et en termes de relations avec le souverain. La connaissance du lieutenant est en effet déterminante pour comprendre la logique politique et institutionnelle de cette période et son bilan. Dans cette même logique, une étude de l’identité, du profil et du parcours des membres des conseils royaux, des grands officiers et des administrateurs qui pensent et font le pouvoir aux côtés du lieutenant et du roi avant son départ complète notre connaissance du gouvernement royal aragonais, au milieu du xive siècle.

7La première partie de cette thèse (« Un lieutenant général pour représenter le roi ») examine la formule politique et institutionnelle retenue et le choix du lieutenant général au printemps 1354. La nomination d’un délégué et représentant du souverain (lieutenant, procureur, gouverneur) ne constitue pas une innovation pour la Couronne d’Aragon et n’est pas non plus spécifique à cette Couronne (chap. I). Elle s’observe à tous les niveaux de l’administration et répond à la fois à l’éloignement physique et à l’impossible ubiquité des souverains aragonais – et de leurs voisins européens – et donc à la difficulté de satisfaire les requêtes des sujets et de traiter les affaires royales dans l’ensemble de leurs royaumes. Nous avons donc dressé une typologie des différentes délégations aragonaises et européennes du xiiie siècle et de la première moitié du xive siècle, et analysé en détail les dispositions prises dans les cas antérieurs de départ du roi d’Aragon et de ses homologues européens de leurs royaumes. Le second chapitre est consacré à la solution politique et institutionnelle retenue au printemps 1354 lorsque Pierre IV organise son départ pour la Sardaigne. Nous avons d’une part examiné le processus délicat et progressif de nomination d’un lieutenant général et de trois conseils royaux, ainsi que ses enjeux. Il ne résulte pas d’une analyse théorique du pouvoir royal mais d’une réflexion issue de la pratique. Il témoigne aussi d’une analyse pragmatique du rôle du souverain et de sa position dans l’échiquier politique et administratif. Cette analyse amène le souverain à définir tous les pouvoirs délégués à son lieutenant, qui, comme lui, peut agir en toute chose et incarner sa représentation parfaite. Nous avons d’autre part procédé à la définition juridique de l’immense pouvoir délégué et de la représentation du roi par son lieutenant. Dans le troisième chapitre, nous avons ensuite dressé la biographie de l’infant Pierre d’Aragon, du début du xive siècle à sa lieutenance générale, afin d’approfondir la question de son choix comme lieutenant. L’oncle du roi est loin d’être inconnu de l’historiographie, qui s’est cependant surtout penchée sur la deuxième partie de sa vie, après 1358, lorsqu’il se fait franciscain et a de nombreuses visions prophétiques. L’activité permanente de l’infant aux côtés de trois souverains, son père (Jacques II), son frère (Alphonse IV) puis de Pierre IV son neveu font de lui un représentant « naturel » du roi, un conseiller expérimenté, une figure incontournable et souvent fascinante de l’histoire politique aragonaise de la première moitié du xive siècle.

8La seconde partie (« Le lieutenant général à la tête du gouvernement royal ») s’attache à étudier l’articulation des hommes et des institutions qui dirigent la Couronne en l’absence du roi. Dans le chapitre IV, nous examinons les moyens humains et financiers donnés au lieutenant pour gouverner comme le roi. Une analyse prosopographique nous a permis de reconstituer les listes et l’organigramme des quelque 349 officiers de l’hôtel royal recensés dans nos sources pour les années 1354 et 1355. Nous avons montré combien les services domestiques de l’hôtel (en tout 226 officiers) restent encore attachés à la personne du souverain et se déplacent massivement avec lui en Sardaigne. Le lieutenant général semble à ce titre fort peu entouré et la question de sa capacité matérielle à représenter le souverain est donc posée. Les officiers administratifs de l’hôtel (en tout 123 hommes) sont au contraire largement partagés entre le roi en Sardaigne et son lieutenant dans la Péninsule. Leur localisation pendant la lieutenance générale permet de montrer l’importance et le rôle des services et des individus sur lesquels le lieutenant s’appuie pour gouverner (chancellerie notamment). Ces officiers permettent la continuité de la gestion des affaires royales. Les faibles moyens financiers dont le lieutenant affirme disposer, bien qu’il puisse théoriquement disposer de tous les revenus royaux, soulèvent ensuite la question de la possibilité de gouverner dans ce contexte particulier. Une étude comptable de certaines ressources de l’infant Pierre durant cette période permet cependant de nuancer son constat pessimiste. Le chapitre V examine ensuite les relations entretenues par le roi Pierre IV et son représentant pendant la lieutenance générale. Loin d’être l’alterego du souverain, le lieutenant reste largement soumis à son roi, dont les décisions priment et les interventions ponctuelles dans les affaires du gouvernement confiées à son oncle réaffirment toujours la supériorité. Cette analyse estrenforcée par l’attitude du lieutenant, largement soumis aux décisions royales en matière de définition des besoins de l’armée en Sardaigne, en matière de diplomatie et de collation des plus grands bénéfices : il est un auxiliaire actif du souverain qui conserve clairement l’initiative et l’autorité. On analyse aussi la correspondance des deux hommes durant cette période, qui montre un échange très largement rhétorique, rédigé très majoritairement en catalan, malgré le poids dominant du latin dans les actes royaux de l’époque. Le lieutenant sait y jouer de la soumission au roi, qui se fait parfois autoritaire voire tranchant. Cette étude de la dialectique des pouvoirs et des relations pendant la lieutenance générale est poursuivie dans le chapitre VI avec celle des relations entretenues par le lieutenant général et les conseils royaux. On y détaille la composition des trois conseils royaux députés aux affaires de l’armée à Barcelone, Valence et Saragosse, et la répartition des 21 conseillers les constituant, dont on présente la biographie. Ces analyses permettent de montrer que le roi entoure son oncle de conseillers et officiers éprouvés, nommés au sein de conseils solides, représentant les points d’appui du gouvernement royal ordinaire, bien que la noblesse y semble moins présente, et que les juristes et les hommes des villes y dominent. On examine ensuite la supériorité hiérarchique du lieutenant sur les conseillers et le partage des responsabilités, en matière d’organisation du soutien logistique, humain et financier de l’expédition royale. Loin de n’être que les exécutants de la volonté du roi et du lieutenant, les conseils royaux, et surtout celui de Barcelone, qui détient une position centrale dans ce dispositif, sont de véritables piliers du gouvernement délégué. Ils sont les premiers assesseurs du lieutenant, qui les sollicite sans cesse, gouverne par conseil et ne peut sans eux satisfaire les immenses besoins du roi en navires, troupes, ravitaillement et argent.

9La troisième partie (« Gouverner au quotidien pendant la lieutenance générale ») est consacrée à l’examen des modalités pratiques du gouvernement de la Couronne sous la direction du lieutenant. L’itinérance du représentant du roi et de sa suite – dont on détaille la composition – fait l’objet du septième chapitre, dans lequel on étudie leurs déplacements dans l’espace des royaumes. En quinze mois, le lieutenant parcourt près de 1 300 km, du Roussillon au sud du royaume de Valence, en passant par la Catalogne et l’Aragon. Son itinéraire et le temps très inégal accordé aux différents territoires sont largement déterminés par l’actualité politique et militaire de la Couronne qui l’oblige à séjourner dans les capitales ou de grandes cités, pour réunir des assemblées de sujets. Au cours de ses déplacements, le lieutenant porte cependant aussi son gouvernement au plus près des sujets, dans de petites villes et localités, et rend le pouvoir royal accessible, satisfait aux besoins de contact des justiciables avec leur souverain. On constate cependant des décalages et des temps de séparation du représentant du roi et des hommes qui font son gouvernement. Le chapitre VIII est consacré aux temps forts de l’actualité et de la représentation royales que sont les assemblées d’État destinées avant tout à financer l’expédition royale. On rétablit la chronologie – jusqu’ici incertaine – des multiples parlements, conciles et réunions individuelles des représentants de certaines cités, réunis en Catalogne et dans les royaumes d’Aragon et de Valence pendant la lieutenance. On étudie particulièrement la place du lieutenant dans ce processus déterminant pour la continuité et même l’affirmation du pouvoir royal en l’absence du roi, de même que le choix du type d’assemblées (qui témoigne d’une analyse pragmatique des faiblesses du pouvoir royal et de la lourdeur des demandes d’aides financières aux sujets), ainsi que leur déroulement. Par un changement d’échelle, le neuvième et dernier chapitre s’arrête enfin sur les faits et gestes du gouvernement dans sa pratique la plus quotidienne et ses rouages internes. La fréquence des réunions, l’activité, le déroulement et la composition du conseil du lieutenant pendant ces quinze mois font l’objet de nos analyses, qui s’interrogent sur les espaces institutionnels du gouvernement. Malgré les silences documentaires, on montre le rôle central du lieutenant au sein du conseil. En raison de sa position particulière de représentant du souverain et peut-être par crainte des risques encourus en cas de mécontentement du roi, l’infant Pierre s’appuie apparemment plus que ce dernier sur le conseil pour gouverner. Il y appelle tous les officiers et conseillers majeurs de Pierre IV, ainsi que de nombreux juristes et techniciens des affaires royales, dont on examine le rôle. Le conseil se révèle être l’organe central de gestion des affaires royales, qu’elles soient insignifiantes ou communes, ou au contraire très importantes, délicates ou capitales pour la sécurité du roi et de la Couronne. À l’issue du conseil, comme de toute activité gouvernementale, la chancellerie royale confiée au lieutenant met en forme les décisions prises au nom du représentant du roi. Ses actes, adressés aux sujets, expriment la pleine souveraineté royale dont jouit le délégué et font vivre l’autorité royale comme si le souverain était présent. Leur formulation comme leur contenu garantissent donc la continuité du pouvoir et satisfont le projet de Pierre IV et la raison d’être de la nomination de son lieutenant.

Haut de page

Notes

* Composition du jury : Jean-Philippe Genet, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne ; Christian Guilleré, Université de Chambéry-Savoie (président) ; Patrick Henriet, Université de Bordeaux III-Michel de Montaigne ; Françoise Lainé, Université de Bordeaux III-Michel de Montaigne ; Manuel Sánchez Martínez, Institució Milà i Fontanals-CSIC, Barcelone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Alexandra Beauchamp, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l’infant Pierre d’Aragon (1354-1355) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 343-347.

Référence électronique

« Alexandra Beauchamp, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l’infant Pierre d’Aragon (1354-1355) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 25 octobre 2010, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/2714

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org