Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Évolution du peuplement dans le district de Vélez-Málaga : prolégomènes

Marie-Christine Delaigue
p. 357-366

Texte intégral

1Ce court article présente les résultats de prospections réalisées dans l’ancien district de Vélez-Málaga. Pour des raisons administratives, il n’a pas été possible de procéder à des sondages qui seraient dans bien des cas nécessaires pour affiner les chronologies.

2À l’époque romaine, le peuplement est concentré le long de la côte et, dans une moindre mesure, sur l’axe nord-sud qui relie Antequera à celui-ci par la vallée du río Vélez. Dans ces deux zones, les sites romains présentent des caractéristiques fort différentes (fig. 1). Le rivage est, en effet, jalonné de villae plus ou moins luxueuses qui possèdent des mosaïques, des thermes (Caviclum, Torre de Benagalbón), et des bassins de salaison fréquemment associés à des fours de céramiques, qui produisent, entre autres, des amphores pour le transport de ces denrées (Toscanos, Caviclum). Ces complexes « industriels » sont échelonnés le long de la voie côtière selon un maillage quasi régulier : quelque 13 km entre Torre de Benagalbón (qui ne fera pas partie du district de Vélez-Málaga) et Maenoba ; 13 km entre Maenoba et Caviclum ; et environ 8 km entre Faro de Torrox et Nerja où les vestiges trouvés sont plus incertains. À l’instar des structures repérées sur la côte grenadine, ces sites devaient vraisemblablement leur prospérité économique à la production de garum et à sa commercialisation (par mer et par terre). D’ailleurs, comme dans le cas de la côte voisine de Grenade, la fin de la période de prospérité, si ce n’est l’abandon de ces sites, a lieu aux ive-ve siècles lorsque les crises de l’empire provoquent la dislocation des routes commerciales et sonnent le glas de la production de garum. Le peuplement du littoral disparaît alors : des sites comme Torre de Benagalbón et Sexi (Almuñecar) qui encadrent le futur territoire de Vélez-Málaga voient cesser toute activité à partir du ve siècle. En revanche, Maenoba et Caviclum présentent une occupation tardive bien que l’on en ignore les ressorts économiques (en tout cas étrangers à la production de garum puisque des tombes occupent les bassins de salaisons).

Fig. 1. — Le territoire de Vélez-Málaga de la fin de l’époque antique au xe siècle

Fig. 1. — Le territoire de Vélez-Málaga de la fin de l’époque antique au xe siècle

3Dans l’arrière-pays, la pénétration romaine se réduit à une occupation de l’espace le long de la rivière Vélez et de ses affluents jusqu’au Boquete de Zafarraya, qui permet le passage vers les régions septentrionales. Dès l’époque impériale, de petits sites s’égrènent au contact du río Guaro ; selon toute vraisemblance, on y déploie des activités agricoles complémentaires de celles des sites côtiers plutôt orientés vers la pêche et ses dérivés. Ces vestiges occupent en général une superficie réduite (inférieure à 500 m2), sauf dans le cas des deux villae qui ont été repérées le long du Guaro et dont la céramique recouvre une superficie qui varie entre 4 et 8 ha. Ils sont situés sur des collines en pente douce, très proches du cours d’eau mais aucun indice ne permet de les associer aux terroirs irrigués et l’on peut penser que l’on y exploite les terres sèches. À partir du Bas-Empire, le mouvement de population vers l’intérieur des terres est marqué ici par l’abandon des sites du río Guaro et l’installation de nouvelles structures en amont, là où le relief est plus accentué, sur le Sabar et les piémonts.

  • 1 Toro Moyano et Ramos Lizana, 1987.

4Au Boquete de Zafarraya, deux villae d’époque impériale, repérées de part et d’autre du col, attestent la présence romaine dès cette époque en ce point de passage. À partir du iiie siècle, leur succède une kyrielle de petits sites éparpillés sur les flancs du polder, dont les constructions légères n’ont guère laissé de traces, et qui sont occupés au moins jusqu’à l’époque émirale : la permanence du peuplement dans ce terroir marécageux est attestée par la présence de deux nécropoles dont la trentaine de sépultures fouillées s’étage entre le iiie siècle et le viie siècle1.

  • 2 Acién Almansa, 2002, pp. 64-68.
  • 3 « Lo que llaman fortaleza es una torre fuerte de cuatro esquinas, el primer suelo de bóveda, y otro (...)
  • 4 Salado Escaño et Navarro Luengo, 2002.
  • 5 Navarro Luengoet al., 1998.

5En revanche, la Sierra de Bentomíz au relief accusé et aux vallées encaissées n’a pas fait l’objet, semble-t-il, d’un peuplement permanent ; les trouvailles de cette époque se limitant à des découvertes de monnaies qui ne peuvent guère attester davantage que le passage de personnes par ces cols pour franchir les Sierras Almijara et Tejeda. Torrox, sur le contrefort de la Sierra Almijara, présente un cas à part : selon M. Acién, ce toponyme (turruš) fait référence à de grandes propriétés rurales munies d’une tour appartenant à l’aristocratie wisigothique qui s’y retire après le démembrement des villae2. Le développement urbain de Torrox ne permet pas de vérifier cette hypothèse qu’il est néanmoins tentant d’appliquer ici car elle permet à la fois de résoudre l’énigme de la disparition du peuplement de Faro de Torrox (l’ancienne Caviclum) et de fournir une explication à la description de Arévalo de Suazo qui, au milieu du xvie siècle, note la présence d’une tour et de trois quartiers distincts (deux d’entre eux fermés par des murailles)3. Le schéma ainsi décrit paraît assez proche de celui d’autres sites comme el Nicio4 ou el Cerro Torrón5, mais ici la continuité du peuplement a conduit à la création d’une qarya composée de plusieurs noyaux de peuplement.

6À l’époque émirale, et sans doute un peu avant, le perchement représente l’installation la plus fréquente ou, du moins, celle dont les traces n’ont pas été effacées par des occupations ultérieures. Les vestiges du peuplement se situent essentiellement dans les zones abruptes de l’arrière-pays et sur la frange côtière où quelques grottes sont occupées de façon temporaire. On choisit alors d’implanter des sites le long du passage nord-sud, à proximité de Boquete de Zafarraya, passage naturel qui permet l’accès aux régions septentrionales. Dans ce secteur on ne compte pas moins de cinq établissements perchés sur les flancs des montagnes (Tejeda et Alhama) qui encadrent la rivière Vélez dans un rayon de 8 km : Mesa de Zalia, Fuerte de Periana, Mezquitas, U Chica et Alcazar. Quelques sites, essentiellement sur la rive droite du río Vélez et concentrés sur le piémont de la Sierra de Alhama aux abords de la trouée de Zafarraya, sont occupés uniquement à l’époque émirale.

7L’importance du site de la Mesa de Zalia mérite qu’on s’y arrête (fig. 2). C’est le plus vaste et il occupe une table rocheuse de quelque 10 ha délimitée par des abrupts à l’est et à l’ouest. La pente douce au nord-ouest constitue un accès facile au site et, de ce fait, est protégée par une muraille [nº 1] (de 1,5 à 1,7 m d’épaisseur), construite avec de la pierre locale liée par un mortier d’argile sans chaux. Une deuxième enceinte [nº 2] moins large (0,8 à 1 m), qui suit les courbes de niveaux, ferme au sud le secteur le plus élevé. Une troisième subdivision [nº 3] isole, dans la partie basse, les secteurs ouest et est. La superficie ainsi définie est intégralement bâtie et présente des caractéristiques différentes : la partie sud-ouest aménagée en terrasse de culture à une époque récente présente aujourd’hui peu de structures d’habitat identifiables. Celles-ci sont mieux conservées dans le secteur est, entre l’abrupt et la muraille nord-nord-ouest (nº 1). Ces vestiges composent des îlots d’habitat qui comportent des travées parallèles accolées par leur côté généralement le plus long et qui, en l’absence de fouilles et de sondages, paraissent délimiter des cours sur un ou deux côtés ; sur les autres, la cour est fermée par de simples murs de clôture. Ces bâtiments correspondent en général à un module réduit de 1,7 à 1,9 m de large pour 2,5 à 3 ou 4 m de long. Plus au sud, la fonction de quatre grandes constructions alignées (l’une d’elles mesure 17,5 x 15 m de côté) ne peut encore être précisée. L’espace nord-est, qui culmine à 952 m d’altitude, présente la plus forte pente et renferme de vastes bâtiments (2,20 à 3,40 m de large pour 8 à 15 m de long) qui ne sont pas en contact avec la muraille, de façon à ménager des espaces de circulation nécessaires à la défense de cette partie du site qui correspondrait au ḥ̣iṣ̣n.

Fig. 2 — Mesa de Zalia, localisation des unités d’habitat relevées, de plusieurs tronçons des murailles (nos1, 2 et 3) et de quelques grands bâtiments

Fig. 2 — Mesa de Zalia, localisation des unités d’habitat relevées, de plusieurs tronçons des murailles (nos1, 2 et 3) et de quelques grands bâtiments

Relevé topographique : Junta de Andalucía, Consejería de Medio Ambiente

8La céramique est essentiellement modelée au moyen d’une tournette ; elle présente une pâte rouge avec un gros dégraissant de quartz ou de mica. Seuls deux fragments vitrifiés (couverture blanche très dégradée et un verdâtre-melado) ont été retrouvés. Le matériel dessinerait ainsi un horizon émiral ne dépassant pas le xe siècle.

9Les caractéristiques du site telles que son amplitude et la délimitation par des murailles de différents espaces d’habitat dominés par un ḥ̣iṣn, permettent de supposer qu’il s’agissait d’un ummahāt-al-ḥuṣūn, c’est-à-dire un de ces ḥuṣūn complexes qui comportent alcazabas, quartiers distincts, édifices religieux, etc.

10À quelque trois kilomètres au nord-ouest et à la même altitude (900 m), le Fuerte de Periana présente des caractéristiques similaires. Ce site n’a malheureusement pu faire l’objet que d’un premier repérage : peu après notre passage il a été transformé en carrière… Il comprend deux parties : un ḥiṣn sur l’éminence rocheuse et, en contrebas, dans le synclinal qui remonte vers l’ouest et qui est barré au nord par une muraille, ce qui pouvait être un village. Les quelques structures qui correspondent vraisemblablement à un habitat sont en partie cachées par de gros amoncellements de pierres. Dans cette zone, la céramique, peu abondante et très fragmentée, présente de nombreuses similitudes avec celle du site voisin de Zalia : elle est essentiellement modelée sans l’aide du tour (la céramique tournée représente à peine un quart des tessons) ; les pâtes sont rougeâtres avec de gros dégraissants (fonds plats, bord droit, petites anses à section circulaire qui s’attachent au niveau du bord). Quelques tuiles calcinées constituent un indice ténu de la fin probablement violente d’une partie, pour le moins, de ce noyau de peuplement, qui ne paraît pas avoir été occupé au-delà de l’époque émirale. Dans la partie basse du site se trouve une source.

11Quelques tessons d’époque émirale attestent qu’un secteur au moins du ḥiṣn était alors aussi occupée. Mais, à la différence de l’habitat, celui-ci perdure jusqu’à l’époque almohade sans que l’on puisse détecter de différences dans les techniques de construction qui mettent en œuvre le calcaire local. Aussi, en l’absence de fouilles, il est impossible de différencier ce qui a été édifié à l’époque émirale des éventuels ajouts postérieurs. Pour construire ce ḥiṣn on a choisi une éminence rocheuse facilement défendable et depuis laquelle on a une bonne visibilité sur toute la vallée en aval. Pour hiérarchiser les espaces, on a utilisé les plateformes rocheuses naturelles renforcées par des murs construits avec le calcaire local selon les mêmes techniques qu’à la Mesa de Zalia. Ces mêmes murs subdivisent également certaines de ces plateformes et la forteresse ne semble pas avoir compté de vastes espaces de refuge non construits.

12À quelque 800 m au nord-ouest de Fuerte de Periana, une éminence rocheuse a également abrité un peuplement émiral qui occupe toute la surface plane, ceinte d’une muraille similaire à celle de la Mesa de Zalia. Un vaste bâtiment, situé dans la partie orientale de l’élévation rocheuse et dominant la vallée, présente une technique de construction différente de celle qui prévaut alentour dans la mesure où apparaissent beaucoup de mortier de chaux et quelques briques ; cet édifice est associé à un mobilier céramique des ixe-xe siècles. Le toponyme du lieu lui doit sans doute son appellation de Las Mezquitas, sans que l’on puisse, à la simple observation, déterminer s’il s’agit bien d’un bâtiment religieux.

13Plus à l’ouest, le site de Doña Ana occupe un éperon rocheux à peine aménagé. Il est accessible par la pente ouest que barre un mur de pierres calcaires, similaire à ceux des deux sites précédents. La défense de la partie la plus haute est encore renforcée par quelques tronçons de murs de même facture. Entre l’enceinte du bas et la partie sommitale peu de vestiges sont visibles ; sans doute ont-ils été entraînés par la pente relativement forte. La céramique dessine un horizon émiral.

14Parallèlement, quelques habitats intercalaires et non perchés sont situés sur des piémonts montagneux et se caractérisent par leur dimension réduite, à Malinfierno et à Zafarraya. Ces derniers sont établis à proximité des sites de l’Antiquité tardive, au-dessus du niveau des terres inondables, aujourd’hui transformées en terrasse. Les tessons de céramique occupent de petites superficies de l’ordre de 25 m2 et ne sont pas associés à des vestiges de construction. Cés éléments de céramique sont similaires à ceux des sites précédemment décrits et aucun ne paraît être postérieur à la période émirale. Ces données suggèrent une organisation en petits groupes familiaux disséminés sur les pentes du polder dont ils exploitaient les ressources de façon saisonnière.

15Les autres sites inventoriés présentent un mobilier céramique datable des ixe-xe siècles.

16Alcolea occupe le sommet d’une élévation à pente douce dont on a renforcé la défense par une muraille. Des aménagements agricoles ont affecté la partie intérieure qui ne présente plus de vestiges de construction. La rareté du matériel postule en faveur d’une courte occupation.

17Le site de la U Chica domine le passage vers le Campo de Zafarraya ainsi que toute la vallée du Vélez jusqu’à son embouchure. Ce point de vigie remarquable est difficilement accessible à cause du pendage important, qui a contribué à la dispersion des vestiges tant céramique que de construction. À la différence des sites précédents, le matériel des ixe-xe siècles est relativement riche et comporte une proportion importante de pièces glaçurées (melado, verde y manganeso). Un fragment de céramique « jaune » d’époque fatimide atteste un certain niveau de vie et la reprise des échanges dans cet arrière-pays, au-delà d’un rayon strictement local, à la différence du matériel des sites du piémont.

18Sur la rive gauche (Sierras de Tejeda et Almijara), le maillage des sites perchés est un peu plus lâche (8 à 10 km à vol d’oiseau) et ils sont tous occupés, au moins, jusqu’à l’époque califale. Cinq sites de hauteur ont été repérés : Alcazar, Bentomíz (le Muntimas des sources littéraires), le fort de Sedella, celui de Frigiliana et la Atalaya de Canillas de Albaida. Hormis ce dernier site, qui n’a livré aucun vestige de construction, les autres refuges laissent apparaître une organisation hiérarchisée de l’espace : la partie sommitale est aménagée en plateforme défendue par des murs, sorte d’alcázar qui domine une ou deux zones de peuplement (attestées par la présence de tuiles) quelquefois délimitées par une muraille, comme pour Alcazar et Fuerte de Frigiliana (fig. 3) et, à leur tour, subdivisées en plusieurs parties. Les vestiges de construction attestent l’emploi fréquent de l’opus spicatum.

Fig. 3. — Fuerte de Frigiliana. On observe différents espaces enfermés par des courtines

Fig. 3. — Fuerte de Frigiliana. On observe différents espaces enfermés par des courtines

Photographie : A. Humbert

  • 6 Gómez Becerra, 1998.

19À Alcazar, une rigole aménagée dans la partie basse permettait peut-être un approvisionnement en eau, car l’une des caractéristiques de ces sites réside dans l’absence de citerne. Cependant, la majeure partie de la conduite étant souterraine, son tracé, en l’absence de fouilles, ne peut être précisé au-delà de quelques mètres. D’autre part, il n’existe aucune relation entre la localisation de ces refuges et la mise en valeur des terroirs irrigués par les canaux actuels, non plus avec les limites administratives de l’iqlīm de Vélez-Málaga tel qu’il a pu être reconstitué à partir des données de l’époque nasride : ainsi, le château de Jete, étudié par A. Gómez Becerra6 et qui s’inscrit dans ce maillage, est situé sur la limite entre le district d’Almuñécar et celui de Vélez-Malaga ; à l’ouest de ce district, Alcolea est également situé sur la ligne de partage avec Comares.

20L’implantation de ces établissements sur des pitons rocheux ou des pentes extrêmes pose les problèmes du type d’occupation (temporaire ou permanente), de l’existence d’une certaine hiérarchie entre les sites et de l’exploitation des ressources disponibles. Dans certains cas, comme celui de la Atalaya de Canillas de Albaida, la discrétion des vestiges de construction tend à indiquer qu’il s’agit plutôt d’un refuge temporaire lié à un habitat permanent qui n’aurait pas encore été repéré. Il en est de même à Alcazar où la présence d’un tesson de sigillé et d’un habitat troglodyte dans les environs inciterait à penser que dans un premier temps le site escarpé ne servait que de refuge. En revanche, d’autres installations comme celle de la Mesa de Zalia correspondent sans aucun doute à un habitat permanent dont l’occupation fut de courte durée.

  • 7 Archivo de la Real Chancillería de Granada, section Pleitos, « Pleito sobre pastos entre Sedella y (...)
  • 8 Fait aujourd’hui partie d’une collection privée.

21En ce qui concerne les ressources disponibles pour assurer la survie du groupe il faut, d’une part, imaginer que l’environnement était fort différent de celui qu’on observe aujourd’hui : au xvie siècle, les archives enregistrent encore la présence de forêts de chênes-lièges7 (par exemple au-dessus de Sedella où l’on ne trouve plus aujourd’hui que quelques pins d’un reboisement récent) qui permettaient des activités de chasse ou la cueillette de baies sauvages. Les lieux n’étaient pas non plus inaptes à l’agriculture et, à peu de distance de ces sites, on trouve des sources associées à de petites plateformes naturelles non rocailleuses qui sont propices aux cultures : ainsi a-t-il été trouvé sur le Fuerte de Sedella une protection en cuir pour les doigts8 similaire à celle que les paysans des environs utilisent pour faucher et qui témoigne donc d’une activité agricole à proximité des vestiges du peuplement. Enfin, ce site présente les traces d’une activité métallurgique : à quelques centaines de mètres en contrebas de la forteresse, au lieu-dit la Rábita, se situent les mines d’extraction du minerai de fer qui, après un premier dégrossissage, était travaillé dans les fours qui se trouvent en dessous du ḥiṣn.

  • 9 Ibn ayyān, Crónica del califa, pp. 142-143.
  • 10 Ibid., p. 171.
  • 11 On trouvera une brève description du complexe rupestre dans Martín Córdobaet al., 2005.
  • 12 Gozálbes Cravioto, 1989.

22La situation de ces sites témoigne aussi des modifications de l’organisation du peuplement liées à la crise de l’Empire romain et aux conséquences de l’invasion arabo-berbère. Deux documents, dans le contexte de la fitna (discorde, rébellion), font allusion à la région qui nous concerne et permettent d’avancer quelques hypothèses quant à l’origine de ses habitants. Le premier mentionne qu’en 923͑Abd al-Raḥmān III entreprend une campagne militaire contre Jete depuis Cámara : l’armée avance et rencontre sur son chemin « des régions abruptes où jusqu’alors aucune armée n’avait jamais pénétré9 ». Cette description s’applique parfaitement à la région escarpée de la Sierra Almijara où se situent les sites précédemment décrits et l’on peut donc émettre l’hypothèse que l’essentiel du peuplement est alors indigène. Le second texte, de 927, toujours dans le cadre de cette rébellion, fait allusion aux forteresses de Comares, Santopitar et « S.d.lia » (laquelle pourrait correspondre au Fuerte de Sedella), et précise que, comme à Jotron, tous leurs habitants étaient chrétiens, sans un seul musulman10. De plus, la toponymie d’origine latine (Canillas, Cómpeta…) et, surtout, la présence de mozarabes comme l’attestent le complexe rupestre du Valle de Niza11, les tombes anthropomorphiques repérées par A. Gozalbes12, ou encore les grottes aménagées en contrebas de la forteresse d’Alcazar, confirment la présence d’un peuplement indigène christianisé.

  • 13 Lévi-Provençal, 1953, p. 99.

23En revanche, une fois la région pacifiée, les conquérants arabo-berbères investissent surtout les lieux de contrôle comme le passage de Zafarraya avec Fuerte de Periana, U Chica et Alcazar où l’occupation se prolonge jusqu’aux Almohades, Alcolea à la charnière entre deux zones d’influence (Comares et Vélez-Málaga) et Bentomiz qui domine tout le secteur de la Sierra Almijara et conservera ce rôle central jusqu’à la conquête castillane. Les autres sites sont alors abandonnés au profit d’installations répondant à un schéma différent, qui se diffusera dans tout al-Andalus, comme l’illustre parfaitement la ville de Vélez-Málaga mentionnée comme telle dès le xe siècle par al-Rāzī13, implantée sur une petite colline, dominée par sa forteresse et située au-dessus des terroirs mis en valeur par des canaux d’irrigation.

24Le choix de l’emplacement de Vélez-Málaga, fondée sans doute au cours des ixe-xe siècles, par les populations conquérantes, correspond à la nécessité de contrôler à la fois les zones d’habitat de l’arrière-pays, grâce aux relais du réseau de forteresses créées ou réoccupées, les axes de circulation indispensables pour maintenir des relations commerciales tant avec les régions septentrionales que par voie maritime, sans que la ville ne soit directement menacée par des actions de pirates, et l’exploitation de sa riche Vega.

Haut de page

Bibliographie

Acién Almansa, Manuel (2002), « De nuevo sobre la fortificación en el Emirato », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Mil anos de fortificações na Peninsula Iberica e no Magreb (500-1500). Actas do simpósio internacional sobre castelos (Palmela, abril de 2000), Lisbonne - Palmela, pp. 59-75.

Gómez Becerra, Antonio (1998), El poblamiento altomedieval en la costa de Granada, Grenade.

Gozálbes Cravioto, Carlos (1989), « Nuevos yacimientos mozárabes en la provincia de Málaga », Boletín de Arqueología Medieval, 3, pp. 221-232.

Ibn Ḥayyān, Crónica del califa ͑Abdarraḥmān III an-Nāṣir entre los años 912 y 942(al-Muqtabis V), María Jesús Viguera et Federico Corriente (trad. espagnole, notes et index), Saragosse, 1981.

Lévi-Provençal, Évariste (1953), « La “description de l’Espagne” d’Aḥmad al-Rāzī. Essai de reconstitution de l’original arabe et traduction française », Al-Andalus, 18, pp. 51-108.

Martín Córdoba, Emilio, Pérez-Malumbres Landa, Alejandro, Pezzi Cristóbal, Pilar, López Soler, Mónica et Bernes Cobos, Sergio (2005), « El conjunto arqueológico-monumental de las antiguas canteras de Valle-Niza (Vélez-Málaga) », Ballix. Revista de Cultura de Vélez-Málaga, 1, pp. 53-67.

Navarro Luengo, Ildefonso, Bravo Jiménez, Salvador, Suárez Padilla, José, Fernández Rodríguez, Luis Efren (1998), « Turruš Jušayn y Munt Nis : una propuesta de identificación para dos fortificaciones hafsuníes en la costa occidental malagueña », dans Actas del I Congreso Internacional de/sobre Fortificaciones en al-Andalus (Algeciras, noviembre-diciembre de 1996), Algeciras, pp. 433-447.

Salado Escaño, Juan Bautista, Navarro Luengo, Ildefonso (2002), « El Nicio (Málaga) : un yacimiento de transición entre los últimos elementos feudales y la sociedad islámica », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (éd.), Mil anos de fortificações na Peninsula Iberica e no Magreb (500-1500). Actas do simpósio internacional sobre castelos (Palmela, abril de 2000), Lisbonne - Palmela, pp. 161-169.

Toro Moyano, Isidro et Ramos Lizana, Manuel (1987), « Las necrópolis de las Delicias y el Almendral. Dos necrópolis visigodas en el llano de Zafarraya (Granada) », dans Actas del II Congreso de Arqueología Medieval Española (3 vol.), Madrid, vol. 2, pp. 386-393.

Haut de page

Notes

1 Toro Moyano et Ramos Lizana, 1987.

2 Acién Almansa, 2002, pp. 64-68.

3 « Lo que llaman fortaleza es una torre fuerte de cuatro esquinas, el primer suelo de bóveda, y otros dos enmaderados y una cuarto de casa alto y bajo, que tiene muy buenas paredes, del cual se pasaba a la torre por una puente levadiza, está en sitio fuerte y a la entrada tiene una plaça cercada de una muralla de tapias y un rebellin a la puerta, y a las espaldas del cuarto y de la torre llegan las cercas de la Villa que están altas por allí y de buena muralla. Por la parte de hazia la mar tiene la fortaleza muy buena muralla y cercado un corral, a manera de patio. » (Archivo General de Simancas, Cámara de Castilla, liasse 2.158, Visita de Arévalo de Suazo a los lugares que se han de repoblar, 1571).

4 Salado Escaño et Navarro Luengo, 2002.

5 Navarro Luengoet al., 1998.

6 Gómez Becerra, 1998.

7 Archivo de la Real Chancillería de Granada, section Pleitos, « Pleito sobre pastos entre Sedella y Salares », 1559-1560, Planta 3a, Estante 574, Legajo 17.

8 Fait aujourd’hui partie d’une collection privée.

9 Ibn ayyān, Crónica del califa, pp. 142-143.

10 Ibid., p. 171.

11 On trouvera une brève description du complexe rupestre dans Martín Córdobaet al., 2005.

12 Gozálbes Cravioto, 1989.

13 Lévi-Provençal, 1953, p. 99.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Le territoire de Vélez-Málaga de la fin de l’époque antique au xe siècle
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2717/img-1.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 2 — Mesa de Zalia, localisation des unités d’habitat relevées, de plusieurs tronçons des murailles (nos1, 2 et 3) et de quelques grands bâtiments
Crédits Relevé topographique : Junta de Andalucía, Consejería de Medio Ambiente
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2717/img-2.png
Fichier image/png, 355k
Titre Fig. 3. — Fuerte de Frigiliana. On observe différents espaces enfermés par des courtines
Crédits Photographie : A. Humbert
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2717/img-3.png
Fichier image/png, 312k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Delaigue, « Évolution du peuplement dans le district de Vélez-Málaga : prolégomènes », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 357-366.

Référence électronique

Marie-Christine Delaigue, « Évolution du peuplement dans le district de Vélez-Málaga : prolégomènes », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 25 octobre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2717

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Delaigue

UMR 5648, Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org