Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d'archéologie

Les opérations archéologiques maroco-françaises de 2004 et 2005 à Rirha (Sidi Slimane, Maroc)

Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri-Alaoui, Abdelfettah Ichkhakh, Christian Darles et Virginie Ropiot
p. 345-357

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

  • 1 La collecte de toutes les archives et d’une partie des matériels exhumés s’est effectuée au Centre (...)
  • 2 Ces opérations bénéficient du soutien de la Casa de Velázquez, du Ministère des affaires étrangères (...)

1Depuis l’année 2004, une mission maroco-française a repris l’étude du site archéologique de Rirha, situé dans la plaine du Gharb, à 8 km au nord-ouest de Sidi Slimane, sur la rive droite de l’oued Beht (fig. 1, p. 346). Le site occupe un espace composé de trois tells artificiels enserrés dans un méandre. Après avoir réuni toute la documentation archéologique disponible depuis la découverte du site en 1919 jusqu’aux prospections menées dans la zone au début des années 20001, la mission a entrepris des opérations de prospection et de fouille2.

Fig. 1. — Localisation des cités antiques de Maurétanie Tingitane.

Fig. 1. — Localisation des cités antiques de Maurétanie Tingitane.

Les opérations archéologiques antérieures

  • 3 Chatelain, 1944, pp. 127-129.
  • 4 Euzennat, 1989, pp. 177-180 et Girard, 1985.
  • 5 Akerraz et al., 1985-1986 et Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995 ; Limane et Rebuffat, 1995.
  • 6 Voir Girard, 1985 et Akerraz et al., 1985-1986.

2Le site de Rirha est à l’heure actuelle considéré comme une réserve archéologique. Son potentiel a fait l’objet de sommaires évaluations de la part de L. Chatelain dans les années 19203, de M. Euzennat en 19554, puis de la part de la mission maroco-française de prospection dans le bassin du Sebou dans les années 1980-19905. Il n’est pas possible de reprendre ici l’intégralité de l’historique des opérations antérieures6, un simple rappel des principaux acquis et des diverses hypothèses émises suffira avant de présenter les enjeux de notre projet.

3La première intervention, dirigée par L. Chatelain, responsable du Service des Antiquités du Maroc, et coordonnée sur le terrain par H. Desroziers, porta sur un « petit établissement romain » localisé essentiellement dans la partie est du site ; il s’agissait de petits sondages dispersés, dont les résultats n’ont été publiés que partiellement dans le Bulletin du Comité des Travaux Historiques (1919-1926) et dans l’ouvrage de synthèse de L. Chatelain.

  • 7 Gascou, Euzennat et Marion, 1982, 2, nos 287-295.

4Du point de vue archéologique, ces premières investigations avaient mis au jour une enceinte, deux zones d’habitat et un ensemble thermal (fig. 2, p. 346, A, C et D, respectivement). Le matériel exhumé était varié – fresques, mosaïques, éléments architectoniques, inscriptions funéraires7 céramiques, monnaies, etc. – et n’a fait l’objet que d’études partielles.

Fig. 2. — Localisation des vestiges mis au jour par les fouilles anciennes et des secteurs actuels (Fond de carte : Euzennat, 1989, p. 178, fig. 110).

Fig. 2. — Localisation des vestiges mis au jour par les fouilles anciennes et des secteurs actuels (Fond de carte : Euzennat, 1989, p. 178, fig. 110).
  • 8 Chatelain, 1944, p. 129.

5Au terme de cette campagne, L. Chatelain concluait à la présence à Rirha d’un « poste militaire ou plutôt d’une villa fortifiée » d’époque romaine8.

6En 1955, encouragé par les découvertes faites à cette époque à Banasa, M. Euzennat, alors chef du Service des Antiquités du Maroc, décida d’ouvrir une tranchée de contrôle de 15 m de long et de 8 m de profondeur dans le tell occidental (fig. 2, E), en vue de retrouver l’occupation romaine et de rechercher les traces d’un établissement préromain dont il pressentait l’existence. Ce sondage permit d’esquisser les grandes lignes de l’histoire du site grâce à la réalisation d’une « coupe stratigraphique », dont la chronologie s’étendrait du iie siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C.

7Dans les années 1980 et 1990, la mission franco-marocaine dirigée par R. Rebuffat a réalisé une prospection de grande ampleur dans le bassin du Sebou. Cette mission a pu contrôler les descriptions des publications anciennes, replacer le site dans son environnement historique régional et fournir de nouvelles observations : l’emprise au sol du site a été reconnue (soit 10-11 ha) et des ramassages de surface ont été effectués. En outre, dès 1985, R. Rebuffat émet l’hypothèse de confondre le site de Rirha avec la cité antique de Gilda.

Objectifs de la mission et choix méthodologiques

8La problématique générale dans laquelle s’inscrit ce projet archéologique demeure l’implantation humaine dans la plaine du Gharb durant l’Antiquité, mais une ouverture vers le Haut Moyen Âge s’est révélée nécessaire. Rirha est un site important de la plaine du Gharb, occupé de l’époque du royaume maurétanien jusqu’au Moyen Âge islamique. Il est à ce titre un excellent objet d’étude pour appréhender l’occupation humaine sur une longue durée, à partir de plusieurs interrogations concernant la nature de l’établissement de Rirha, sa chronologie et son nom antique.

La chronologie et l’extension des différentes occupations

9L’emprise du site aux différentes époques d’occupation n’a été que très partiellement reconnue. Pour la période préromaine, seul le sondage Euzennat fournit des traces de constructions en terre crue et d’un possible four de potier. Autant dire que l’emprise de l’établissement préromain est totalement inconnue. Sa reconnaissance est l’un des enjeux majeurs de ce projet. Pour la période romaine, hormis une enceinte dont le tracé n’est pas complet, des blocs taillés appartenant à une porte monumentale, des maisons à péristyle et des structures thermales, aucun plan d’ensemble n’a été établi. Afin de combler ces lacunes, la mission a entrepris un nouveau relevé topographique du site et de ses environs, des prospections géophysiques sur des zones vierges et un sondage sur le tell artificiel occidental (fig. 2, F).

  • 9 Voir Girard, 1984, p. 38, ainsi que Arharbi et Lenoir, 2004, p. 236.

10Le site a été présenté comme étant occupé aux périodes préromaine et romaine. Si si nos prédecesseurs ont pu proposer un abandon du site au iiie siècle ap. J.-C., ils n’ont, en revanche, pas fourni de datation précise pour le commencement de l’occupation préromaine. On peut alors se demander si la séquence stratigraphique relevée en 1955 (et la chronologie d’occupation des lieux proposée) est complète. Le paléosol, fixé à 8,50 m par A. Luquet, a-t-il été réellement atteint ? Le site voisin de Banasa présenterait des phases d’occupation du ive siècle av. J.-C.9. Le site de Rirha ne bénéficie actuellement que d’une évaluation chronologique sommaire, plaçant son apparition à l’époque dite « punico-maurétanienne ». La coupe publiée par S. Girard et les descriptions succinctes du matériel récolté au cours des anciennes fouilles, et dont la provenance est souvent incertaine, ne permettent pas de définir avec précision les différentes phases d’occupation du site. L’équipe actuelle a donc débuté les opérations archéologiques par un minutieux nettoyage de l’ancien sondage Euzennat (fig. 2, E, p. 346) afin d’établir une séquence stratigraphique exhaustive permettant de caler la chronologie du site. Cette étude stratigraphique servira de référentiel aux futures interventions sur le site.

11Lors de notre diagnostic de 2004, l’équipe a relevé la présence de parois de fours de forme circulaire, essentiellement situées dans la zone méridionale du site. Au vu des fragments de céramique commune tournée qui jonchaient le sol à proximité des fours et des structures dégagées durant la campagne de juillet 2005 (fosses, trous de poteaux, dépotoirs…), ces restes semblent correspondre à une réoccupation partielle ou totale du site à l’époque islamique. Aucune étude précise n’a été jusqu’à présent réalisée sur cette réoccupation dont la date reste à préciser.

Le nom ancien de Rirha et la caractérisation du site

  • 10 Euzennat, 1989, p. 183.
  • 11 Alexandre Polyhistor cité par Étienne de Byzance, Fragmenta Historicorum Graecorum t. iii, 1849 (éd (...)
  • 12 Pomponius Mela, Chorographie, 3, 107.
  • 13 Limane et Rebuffat, 1995, p. 316. Ces briques ont été perdues.
  • 14 Majdoub, 1990, p. 56.
  • 15 Desanges, 1978, pp. 169-170.
  • 16 Souville, 1973, pp. 130-133.

12Il ne fait aucun doute qu’il faut rechercher la cité maurétanienne et romaine de Gilda dans la partie méridionale du Maroc romain, plus précisément dans la plaine du Gharb, le long de l’oued Beht, affluent du Sebou. Le nom de Gilda est à rapprocher du vocable aguellid (GLD en libyque) qui désigne le chef de tribu ou encore le prince du royaume10. Cette « ville de l’aguellid » est l’une de celles qui apparaissent le plus tôt dans l’histoire marocaine, puisqu’elle est mentionnée par Alexandre Polyhistor, auteur de la première moitié du ier siècle av. J.-C. : « Gilda, ville de Libye. Nom du peuple : Gildites11 ». Et Pomponius Mela ne manque pas de la placer parmi les cités opulentes de Maurétanie, au milieu d’une riche zone céréalière12. Le nom de la ville apparaît sur des briques marquées « facta gild(ae) » découvertes à la Ferme Priou (2 exemplaires) au bord du Beht et à Sidi Ahmed Ben Rahal (2 exemplaires) au bord de l’Ouerrha13. Récemment, M. Majdoub a proposé de situer la capitale du royaume de Maurétanie à Gilda14. J. Desanges, sur la base de la transcription strabonienne du périple d’Eudoxe de Cyzique, atteste que la regia Bocchi est à rechercher dans l’intérieur des terres, du fait que, « arrivé sain et sauf en Maurusie, il [Eudoxe de Cyzique] vendit ses chaloupes, puis se rendit à pied chez Bogos15 ». Signalons qu’à environ 3 km du site de Rirha, le tumulus de Souq Larbfia de Sidi Slimane, détruit en 1939, évoque une tombe princière datable d’après les fragments d’amphores de type Kouass II ou III des iiie-iie siècles av. J.-C.16.

  • 17 Akerraz et al., 1985-1986 ; Limane et Rebuffat, 1995. Malgré la comparaison des deux sites effectué (...)

13En partie sur la base des calculs de distance livrés par les diverses sources antiques, R. Rebuffat a proposé le site de Rirha pour la cité de Gilda, jusqu’alors localisée à la Ferme Priou-Domaine du Beht (environ 7,5 km au sud de Rirha)17. Après plusieurs années de débat « littéraire » sans réelle issue, la parole revient à l’archéologie qui seule peut confirmer les thèses en présence.

  • 18 Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995.

14La plaine du Gharb est une zone réputée pour la fertilité de ses sols, bien arrosés par un réseau hydrographique assez dense. Le nombre important de cités antiques et la fréquence des établissements ruraux reconnus par les prospections lui confèrent une place de choix dans le Maroc « utile18 ». À part les études menées à Lixus dans les années 1990-2000, peu de fouilles archéologiques au Maroc prennent en considération les éléments naturels susceptibles de nous renseigner sur le paysage antique du site. La mission Rirha mène une vaste étude paléoenvironnementale qui associe la géomorphologie, les diverses disciplines de la paléobotanique, la malacologie et l’archéozoologie. Les prélèvements, effectués de façon systématique dès la campagne 2005 sur l’ensemble des zones fouillées, devraient permettre, en association avec le matériel archéologique exhumé, une meilleure connaissance du milieu et de l’évolution du potentiel agricole de la région.

La production de céramiques peintes et de monnaies à l’époque préromaine

  • 19 Girard, 1985, pp. 98 et 106.

15D’après S. Girard, dans le niveau D (entre 6,10 et 5,40 m de profondeur) du sondage de 1955, un sol de terre battue en argile compacte de couleur jaune et un mur de briques crues semblent correspondre à une installation consacrée à la fabrication de céramiques. En effet, il a été retrouvé dans le même niveau des traces de charbon de bois et de nombreuses galettes isolantes19. La trouvaille d’un raté de cuisson vient étayer l’idée de la présence d’au moins un atelier de potier à Rirha. Les céramiques peintes recueillies à Rirha ont très certainement été produites sur place et rappellent par leur style et leur décor les productions banasitaines. Ce constat nous amène à nous pencher sur la production régionale de céramique peinte et sur sa typo-chronologie. Après Banasa et, récemment, Volubilis, c’est au tour de Rirha de livrer du matériel céramique qui nous permettrait de travailler sur la période de fabrication et sur le répertoire formel de cette vaisselle maurétanienne.

  • 20 Callegarin et El Harrif, 2000.

16Depuis plus d’un siècle, une question reste sans réponse : où se trouve l’atelier monétaire qui émit des monnaies maures légendées šmš? Cet atelier est le plus productif de la Maurétanie et la majorité des trouvailles monétaires se concentre au sud de l’oued Sebou, plus précisément dans un triangle dont les sommets sont Sala, Banasa et Volubilis (fig. 1, p. 346). Rirha se situe au centre de ce triangle. L’importance de cet atelier est suffisante pour que les rois Bocchus et Juba II l’aient choisi comme atelier royal20, ce qui nous renvoie à l’hypothèse d’une identification entre Gilda et la regia Bocchi.

Les premiers résultats de la campagne 2005

17Comme préalable à la reprise des fouilles, un nettoyage fin de tous les anciens sondages a été décidé afin de favoriser de nouveaux relevés architecturaux, de réviser les données stratigraphiques antérieures et de poursuivre les opérations de fouilles. À l’issue de cette première étape, trois zones de fouilles ont été ouvertes (fig. 2, D, E et F p. 346) : le sondage A1 (ancien sondage Euzennat) et le sondage 5 dans le secteur du Tell, ainsi que la fouille de l’Ensemble 1 (comprenant l’établissement thermal) dans le secteur nord-est. Parallèlement, une étude sur l’environnement géographique immédiat du site a été réalisée.

Le gisement archéologique et son environnement

  • 21 Girard, 1985, p. 99.

18Trois questions préliminaires aux opérations de fouilles se posaient du fait de la localisation du site à l’intérieur d’une boucle de méandre : le site a-t-il subi un alluvionnement important aux époques historiques, comme le pense S. Girard21 ? Si c’est le cas, le gisement archéologique a-t-il pu en être affecté ? Le site a-t-il été victime de fortes érosions, dues en grande partie au courant fluvial, capables de modifier sa morphologie ? Qu’en est-il du franchissement de l’oued  ?

  • 22 Le Coz, 1964, pp. 52-55.
  • 23 Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995.

19Les débordements intermittents de l’oued Beht ont créé sur ses berges une levée, appelée dhess, formée d’alluvions sablo-limoneuses. Cette levée des berges implique l’encaissement du cours d’eau dans un chenal. Pour J. Le Coz, l’alluvionnement rharbien, correspondant au Quaternaire récent, serait d’époque historique22. Le remplissage de la plaine remonterait, dans certains secteurs, à l’époque médiévale. Mais, en bordure du Beht supérieur, les sites répertoriés pour l’époque romaine, parfois implantés sur les premières terrasses bordant l’oued, montrent que localement le remplissage a pu avoir lieu plus tôt car si des établissements antiques ont pu être repérés en prospection de surface, cela suppose que les terrasses sont en place dès cette époque, ou, tout au moins, qu’elles n’ont pas été recouvertes par des alluvionnements postérieurs23. Même sur la basse terrasse fluviale du secteur du méandre de Rirha, l’imagerie géophysique décèle une occupation ancienne sur 2 m de profondeur ; de prochains sondages géomorphologiques devraient apporter des éléments de confirmation.

  • 24 Euzennat, 1989, p. 179, fig. 111.
  • 25 Il est possible que le finage perpendiculaire au cours d’eau visible à cet endroit remonte à l’époq (...)

20À l’heure actuelle, autour de Rirha, la zone inondable s’étend sur la rive gauche de l’oued. Comme on peut le constater sur les photographies aériennes, le parcellaire garde en mémoire les traces d’anciennes défluviations du méandre24. On observe en particulier deux « couronnes » ceinturant la boucle du méandre de Rirha sur la rive gauche de l’oued Beht25. D’une manière générale, le risque d’inondation paraît cependant peu élevé sur cette berge si on tient compte des établissements antiques voisin de Rirha (Sidi Jaber, Sidi Ali Guernoune et, plus au sud, Sidi Ahmed Guebbas), tous implantés sur la rive gauche. En rive droite, d’après les renseignements fournis par les riverains, l’eau peut submerger de façon occasionnelle une partie de la terrasse occidentale du méandre. Le site de Rirha se localise dans le secteur du Beht qui marque la limite sud-est des grandes zones inondables de la cuvette du Gharb et n’aurait, par conséquent, pas subi de remplissages alluvionnaires majeurs aux périodes historiques.

21Se pose en revanche le problème d’une éventuelle érosion du site qui aurait fait disparaître des vestiges d’occupation sur les berges. En effet, de nombreux éléments appartenant au site romain (blocs taillés, tronçons de murs, éléments de presse et d’huilerie…) ont été découverts dans l’oued lors de la période d’étiage de juillet 2005, dans le secteur sud et nord du gisement, à la base de la boucle du méandre. Il est probable que ces blocs appartiennent à des structures autrefois aménagées en bordure des berges et arrachées lors des crues de l’oued par un processus d’érosion. Dans cette hypothèse, la terrasse qui a servi d’assise à l’établissement antique a pu être plus large dans les deux secteurs concernés, ce qui suggère une légère révision à la hausse de l’emprise spatiale du site romain.

22Enfin, ce type de chenal pose un problème de franchissement. La rivière, étroite et profonde, présente souvent des seuils instables, ce qui signifie qu’il n’y a pas nécessairement de gué durable. C’est généralement la zone d’inversion du méandre, zone aux rives basses et parfois occupée par des îles obliques ou des hauts-fonds, qui peut être le lieu d’un passage du cours d’eau.

23Plusieurs éléments nous conduisent à nous poser la question d’une zone de franchissement dans le secteur sud-est du site de Rirha :

  1. L. Chatelain signalait la présence d’une amorce de voie dallée, aujourd’hui invisible sur le terrain, dans la partie méridionale du gisement (fig. 2, B, p. 346) ;

  2. en juillet 2005, alors que l’oued avait atteint son niveau d’étiage, nous avons pu observer, toujours à cet endroit du méandre, une zone de haut-fond, particulièrement riche en mobilier céramique ;

  3. dans le même secteur, de probables vestiges d’une tour, reconnus par l’imagerie géophysique et par le dégagement d’un mur en appareil monumental, dominent le cours du Beht ;

    • 26 Plus au sud dans la vallée, plusieurs secteurs de franchissement du cours d’eau ont été repérés. Le (...)

    dans le prolongement de la voie dallée, sur l’autre rive, on observe sur la photographie aérienne (cliché juillet 1943) le tracé d’un chemin longeant le cours d’un ancien méandre. Ce chemin correspond-il à une voie fréquentée anciennement et menant à un point de franchissement de l’oued26 ?

L’implantation préromaine

  • 27 Nous ne pouvons suivre l’analyse de S. Girard, qui est nettement influencée par les conclusions de (...)

24L’implantation antérieure à 40 ap. J.-C. (date de l’annexion du royaume de Maurétanie par Rome) n’a pu être reconnue que grâce au sondage A1, dont les dimensions sont les suivantes : 6 m de large sur 15 m de long et, actuellement, 6,5 m de profondeur. Elle se matérialise par la présence de constructions en terre crue superposées en différentes phases, dont certaines élévations atteignent près de 2 m (fig. 3, p. 352)27. Le nettoyage des coupes anciennes a fourni des informations stratigraphiques révélant une structuration de l’espace en pièces (murs perpendiculaires), ainsi que des indices témoignant des divers remaniements de la zone (basculement de murs en adobes, arasement de mur, rehaussement de sol par remblaiement d’argiles…). Quelques éléments caractéristiques fichés dans la paroi orientale du sondage A1 attestent la présence de fours.

Fig. 3. — État des fouilles et proposition de phasage du sondage A1. Coupe est-ouest de la paroi N.

Fig. 3. — État des fouilles et proposition de phasage du sondage A1. Coupe est-ouest de la paroi N.

25L’essentiel de notre intervention dans cet ancien sondage, à savoir un nettoyage soutenu, ne nous a pas souvent permis de fouiller des niveaux archéologiques en place. Néanmoins, sur la paroi nord, il a été possible de procéder à une fouille de niveaux parfaitement différenciés, composés de matériaux homogènes, datables de la période préaugustéenne (fig. 3, phases 2 et 3 de A1). Les éléments datants issus de ces horizons se composent essentiellement d’artefacts céramiques, avec des amphores de types gréco-italique, punique (Maña-Pascual A4, Maña C2a et C2b) et italique (Dr. 1A et B) ; ces derniers témoignent de la connexion du site avec les grands courants de l’époque républicaine romaine jusqu’au début du Principat. De la vaisselle d’importation accompagne ces amphores (kalathos ibérique, céramique à vernis noir A et B), à côté de productions locales modelées ou tournées, dont certaines sont peintes. Dans ces niveaux préromains, une monnaie numide (Maz. 64 ; Alex. 19) a été trouvée en contexte (Us 0030) ; mais signalons que deux autres monnaies étaient également présentes hors stratigraphie.

26La campagne 2005 a permis de réexaminer totalement les profils stratigraphiques du sondage A1 et d’y découvrir, outre un phasage plus complexe, des éléments de nature à confirmer, pour l’instant, une chronologie qui débute au moins aux iie-ier siècles av. J.-C. En revanche, il est encore trop tôt pour parler d’une ville ou d’une proto-cité préromaine, bien que les prospections pédestres et le ramassage systématique d’artefacts révèlent une occupation préaugustéenne sur la quasi-totalité de l’espace enserré dans le méandre du Beht. L’hypothèse de Gilda maurétanienne prend de l’épaisseur, mais demeure invérifiée pour le moment.

Rirha, une cité à l’époque romaine

  • 28 Chatelain, 1944, p. 129 et Girard, 1985, p. 96.

27Au cours des fouilles des années 1920, seul le niveau romain avait retenu l’attention des archéologues. Aussi, la plupart des vestiges visibles encore aujourd’hui sont de cette époque. Notre principale interrogation portait sur la nature du site, et plus particulièrement sur la possibilité que celui-ci soit une cité comme l’affirme R. Rebuffat. Nous pensons qu’à l’issue de cette première mission, nous pouvons rejeter, sur la base des prospections géophysiques et pédestres, les idées d’une « ferme fortifiée » et d’un tardif « camp romain28 », et confirmer la thèse d’une cité. Plusieurs éléments militent en faveur de cette identification : la présence d’un rempart d’environ 1,20-1,50 m de largeur récupéré partiellement le long du talon du méandre (fig. 2, A, p. 346) avec des éléments de sa porte monumentale et probablement d’une tour en bordure sud du Beht, la présence de vestiges bâtis d’époque romaine répartis sur l’ensemble du site, une structuration spatiale orthonormée et dense reconnue dans le secteur central par la prospection géophysique et également le haut niveau de vie de la population locale (constructions en appareil soigné, voire monumental sur l’« acropole » occidentale, bâtiments mosaïqués, éléments d’architecture – chapiteaux corinthisants, bases de colonnes, bloc quadrangulaire orné d’un phallus en bas-relief –, céramiques d’importation…) qui révèlent une assimilation des schémas constructifs romains et une parfaite ouverture sur les réseaux de commerce méditerranéens.

  • 29 Akerraz et al., 1985-1986, p. 244, tableau 1.

28S’il n’a pas été possible de connaître avec exactitude l’orientation et le développement du tracé urbain, il est toutefois permis de confirmer la superficie de 11 ha bornée par le tracé incurvé du rempart. Cette donnée fait de Rirha une cité romaine plus importante en taille que Banasa et comparable aux autres sites urbains de Maurétanie Tingitane, tels Thamusida ou Volubilis29.

29En ce qui concerne la durée d’occupation du site, on note la présence de tous les grands types céramiques dits universels caractéristiques des époques tardorépublicaine et altoimpériale. En revanche, l’absence de sigillée claire D et de monnaies du ive siècle militerait en faveur d’un abandon du site dans la seconde moitié du iiie siècle ap. J.-C.

  • 30 L’antériorité de l’enceinte vis-à-vis du balnéaire est confirmée par deux éléments : tous les murs (...)

30Concernant l’ensemble thermal (fig. 2, D, p. 346), qui semble être, vu la dimension des pièces et sa liaison avec la domus voisine, à vocation domestique, un plan quasiment complet et un itinéraire de circulation ont pu être proposés (fig. 4). Ce balnéaire, dont toutes les salles offrent un pavement mosaïqué souvent monté sur les suspensurae des hypocaustes, s’appuie contre le rempart et en suit les orientations30. L’organisation interne est linéaire (sud-nord) et nécessite un itinéraire rétrograde, comme dans la plupart des thermes publics de Tingitane.

Fig. 4. — Relevé des thermes (ensemble 1) et proposition d’un schéma explicatif.

Fig. 4. — Relevé des thermes (ensemble 1) et proposition d’un schéma explicatif.

31Si les hypocaustes ne présentent aucune originalité constructive, il en va tout autrement des bobines qui maintiennent les contre-cloisons et qui méritent une sommaire description (fig. 5). Ces éléments linéaires en terre cuite servent à écarter et à maintenir une contre cloison de la paroi porteuse. L’espace ainsi dégagé permet la circulation d’air chaud et en garantit également le tirage. Les contre-cloisons sont ici enduites. Les bobines, découvertes en grand nombre dans les murs du balnéaire, sont de section carrées quand elles sont scellées en boutisse dans la paroi et deviennent cylindriques quand elles servent d’écarteurs. Elles ont une longueur totale de près de 0,30 m, ce qui les place parmi les plus grandes connues ; leur diamètre oscille entre 0,9 et 0,12 m. Elles ne sont pas, comme à l’habitude, trouées et nous pouvons rejeter le principe du cloutage des contre-cloisons dans le mur à travers une bobine qui aurait servi d’entretoise. Elles possèdent une rainure en creux de 1 cm de large et de 1 cm de profondeur qui permet de maintenir la plaque de terre cuite qui sert de contre-cloison. L’ensemble est ensuite recouvert d’un enduit étanche à base de tuileau concassé. Signalons enfin que l’extrémité des bobines placées au ras du sol sert à maintes reprises de blocage pour les premières rangées de tesselles de mosaïque.

Fig. 5. — Vue du système de chauffage du sous-ensemble thermal 1 (angle nord-ouest de l’espace 4)

Fig. 5. — Vue du système de chauffage du sous-ensemble thermal 1 (angle nord-ouest de l’espace 4)

1. Contre cloison en terre cuite ; 2. Bobines ; 3. Vide interstitiel

32De façon plus ponctuelle, la mission 2005 a apporté des éléments déterminants quant aux techniques de construction antiques. En effet, le sondage A1 a mis en évidence l’emploi successif d’une architecture en terre crue encore au changement d’ère (fig. 3, p. 352, phase 4 du sondage A1), d’une architecture mixte (fondation maçonnée et adobes pour l’élévation ; fig. 3, phase 5) au début du Haut-Empire et d’une architecture totalement maçonnée durant le Haut-Empire (fig. 3, phase 6).

33Enfin, l’assèchement estival de l’oued Beht a permis également de relever des blocs taillés trahissant la présence, dans le secteur sud-est, d’huileries (trois contrepoids parallélépipédiques, un bloc calcaire à quatre logements pour fixer les arbores, un bassin de presse) et de boulangeries (pétrin en calcaire, meules dormantes en basalte).

Une réoccupation islamique dès le Haut Moyen Âge

34Outre les fours de potiers disséminés sur une grande superficie du site, tous les secteurs fouillés révèlent une présence islamique importante sur le site de Rirha : le sondage A1 montre une fosse d’époque islamique perforant les niveaux romains (fig. 3, p. 352, phase 7), le sondage 5 fournit les vestiges de constructions légères (trous de poteaux) et d’importantes fosses-dépotoirs sur plusieurs niveaux, et l’ensemble 1, composé de l’établissement thermal romain, accuse une réoccupation islamique des bâtiments qui ont subi un fort épierrement, perturbant par là même les horizons stratigraphiques. Les nombreux éléments céramiques, en cours d’étude, pourront nous renseigner sur l’époque de cette présence. Mais notons d’ores et déjà que certains exemplaires remontent assurément au haut Moyen Âge.

  • 31 Signalons que des traces d’occupation islamique précoce ont été mises en évidence à Banasa lors des (...)
  • 32 Lenoir, 1983-1984, pp. 299-309.

35Les sources littéraires et les recherches archéologiques menées sur l’ensemble du territoire marocain dans les dernières décennies peuvent nous aider à approcher la nature et la date de cette implantation médiévale. Le site voisin de Volubilis connaît une occupation islamique dès les viiie-ixe siècles31. Al-Bakrī, auteur arabe du xie siècle, dit qu’une population portant le nom de Rabedis, après avoir été chassée de Cordoue par al-Ḥakam Ier, s’installe en 818 à Oualili (antique Volubilis) et ce jusqu’au milieu du xie siècle32.

  • 33 Cressier et García-Arenal, 1998.

36Au regard de la chronologie précoce fournie par certaines céramiques, Rirha pourrait-il être considéré comme un cas supplémentaire d’établissement, à l’instar de Volubilis, qui participe à la « renaissance » de la ville au haut Moyen Âge33 ? Ce phénomène est particulièrement actif dans la zone du Gharb (nouvelles fondations, reprises de sites antiques etc.).

37L’étude des niveaux médiévaux de ces deux  sites antiques revêt une importance capitale pour définir l’importance et les spécificités de l’implantation islamique dans la plaine du Gharb.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Akerraz, Aomar, Brouquier-Reddé, Véronique, Coltelloni-Trannoy, Michèle, Lenoir, Eliane, Lenoir, Maurice, Napoli, Joëlle, Oumlil, Abdelouahed et Rebuffat, René (dir.) (1985-1986), « Recherches sur le bassin du Sebou I. Gilda », Bulletin d’archéologie marocaine, 16, pp. 235-255.

Akerraz, Aomar, Brouquier-Reddé, Véronique et Lenoir, Eliane (1995), « Nouvelles découvertes dans le bassin du Sebou, 1. L’occupation antique de la plaine du Gharb », dans Productions et exportations africaines : actualités archéologiques en Afrique du Nord antique et médiévale. Actes du VIe colloque international (Pau, octobre 1993), Paris, pp. 233-342.

Arharbi, Rachid et Lenoir, Eliane (2004), « Les niveaux préromains de Banasa », Bulletin d’archéologie marocaine, 20, pp. 220-270.

Callegarin, Laurent et El Harrif, Fatima-Zohra (2000), « Ateliers et échanges monétaires dans le “Circuit du Détroit” », dans Laurent Callegarin et María Paz García Bellido (éd.), Los Cartagineses y la monetización del Mediterráneo Occidental, Madrid, pp. 23-43.

Chatelain, Louis (1944), Le Maroc des Romains. Étude sur les centres antiques de la Maurétanie occidentale, Paris.

Cressier, Patrice et García-Arenal, Mercedes (éd.) (1998), Genèse de la ville islamique en al-Andalus et au Maghreb occidental, Madrid.

Desanges, Jehan (1978), Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique (vie avant J.-C.- ive siècle après J.-C.), Rome.

Euzennat, Maurice (1989), Le limes de Tingitane. 1. La frontière méridionale, Études d’Antiquités Africaines, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Girard, Sylvie (1984), « Banasa préromaine : un état de la question », Antiquités africaines, 20, pp. 11-93.
DOI : 10.3406/antaf.1984.1100

Girard, Sylvie (1985), « L’établissement préislamique de Rirha (plaine du Rharb, Maroc) », dans Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord. Actes du IIe colloque international (Grenoble, 1983), Paris, pp. 87-107.

Gascou, Jean, Euzennat Maurice et Marion, Jean (1982), Inscriptions antiques du Maroc, 2. Inscriptions latines, Paris.

Le Coz, Jean (1964), Le Rharb : fellahs et colons, étude de géographie régionale (2 vol.), Rabat.

Lenoir, Eliane (1983-1984), « Volubilis des Baquates aux Rabedis », Bulletin d’archéologie marocaine, 15, pp. 299-309.

Limane, Hassan et Rebuffat, René (1995), « Nouvelles découvertes dans le bassin du Sebou, 2. Voie romaine et système de surveillance militaire sur la carte d’Arbaoua. Annexe 1, Gilda », dans Productions et exportations africaines : actualités archéologiques en Afrique du Nord antique et médiévale. Actes du VIe colloque international (Pau, octobre 1993), Paris, pp. 315-320.

Majdoub, Mohamed (1990), La Maurétanie et ses relations avec Rome jusqu’à 33 av. J.-C., thèse de troisième cycle soutenue à l’université de Fès.

Souville, George (1973), Atlas préhistorique du Maroc. I. Le Maroc atlantique, Paris.

Villaverde Vega, Noé (2001), Tingitana en la Antigüedad tardía (siglos iii-vii) : autoctonía y romanidad en el extremo occidente mediterráneo, Madrid.

Haut de page

Notes

1 La collecte de toutes les archives et d’une partie des matériels exhumés s’est effectuée au Centre Camille Jullian de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence (archives photographiques, relevés topographiques et architecturaux et une partie des rapports des fouilles réalisés dans les années 1920 et 1955) et au Musée archéologique de Rabat.

2 Ces opérations bénéficient du soutien de la Casa de Velázquez, du Ministère des affaires étrangères français, de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat, du Groupe de recherche archéologique de l’université de Pau et de l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse.

3 Chatelain, 1944, pp. 127-129.

4 Euzennat, 1989, pp. 177-180 et Girard, 1985.

5 Akerraz et al., 1985-1986 et Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995 ; Limane et Rebuffat, 1995.

6 Voir Girard, 1985 et Akerraz et al., 1985-1986.

7 Gascou, Euzennat et Marion, 1982, 2, nos 287-295.

8 Chatelain, 1944, p. 129.

9 Voir Girard, 1984, p. 38, ainsi que Arharbi et Lenoir, 2004, p. 236.

10 Euzennat, 1989, p. 183.

11 Alexandre Polyhistor cité par Étienne de Byzance, Fragmenta Historicorum Graecorum t. iii, 1849 (éd. Müller), p. 238. D’autres mentions littéraires viennent attester l’existence de cette cité : Ptolémée, IV, I, 7 (Σíλδα) ; l’Anonyme de Ravenne, 3, 11 (Gudda) ; l’Itinéraire Antonin, 23, 4, la situe à XXVII mp de Volubilis et à XII mp d’Aquae Dacicae.

12 Pomponius Mela, Chorographie, 3, 107.

13 Limane et Rebuffat, 1995, p. 316. Ces briques ont été perdues.

14 Majdoub, 1990, p. 56.

15 Desanges, 1978, pp. 169-170.

16 Souville, 1973, pp. 130-133.

17 Akerraz et al., 1985-1986 ; Limane et Rebuffat, 1995. Malgré la comparaison des deux sites effectuée par R. Rebuffat et l’inclination de ce dernier pour le site de Rirha, certains membres de la mission Sebou, au vu des matériels recueillis après trois prospections, paraissent avoir un penchant pour le site de la Ferme Priou-Domaine du Beht (Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995, pp. 262-270). Voir également l’avis, en faveur de ce dernier site, de Villaverde Vega, 2001, pp. 154-155.

18 Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995.

19 Girard, 1985, pp. 98 et 106.

20 Callegarin et El Harrif, 2000.

21 Girard, 1985, p. 99.

22 Le Coz, 1964, pp. 52-55.

23 Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995.

24 Euzennat, 1989, p. 179, fig. 111.

25 Il est possible que le finage perpendiculaire au cours d’eau visible à cet endroit remonte à l’époque moderne. J. Le Coz signale que ce découpage est caractéristique des Mokhtar, installés depuis la fin du xviiie siècle sur les rives du bassin supérieur du Beht (Le Coz, 1964, p. 124).

26 Plus au sud dans la vallée, plusieurs secteurs de franchissement du cours d’eau ont été repérés. Le plus proche se localise à 500 m de Rirha, à Sidi Jaber où une occupation d’époque impériale est signalée. Le second se situe à proximité du site d’époque maurétanienne et augustéenne de Sidi Ahmed Guebbas (Akerraz, Brouquier-Reddé et Lenoir, 1995, pp. 285-286). Il va de soi qu’en fonction du débit de la rivière, ces passages sont accessibles de façon saisonnière.

27 Nous ne pouvons suivre l’analyse de S. Girard, qui est nettement influencée par les conclusions de son étude sur l’occupation préromaine de Banasa (Girard, 1984). Le niveau II de la stratigraphie « sommaire » de Rirha telle que présentée par S. Girard serait en grande partie un dépôt d’alluvions équivalent à ceux que l’on rencontre dans les mêmes niveaux à Banasa, alors qu’il s’agit en fait de structures bâties en terre crue.

28 Chatelain, 1944, p. 129 et Girard, 1985, p. 96.

29 Akerraz et al., 1985-1986, p. 244, tableau 1.

30 L’antériorité de l’enceinte vis-à-vis du balnéaire est confirmée par deux éléments : tous les murs de l’établissement thermal viennent soit en butée contre le rempart, liés par une plaque de mortier circulaire qui fait office de point d’accroche, soit ils sont séparés du rempart par un vide interstitiel servant à diffuser l’air chaud et/ou à expulser la fumée des hypocaustes le long de la paroi est ; la forme de l’établissement thermal semble épouser le tracé incurvé (orientation nord-est/sud-ouest) du rempart, aboutissant vers le sud du bâtiment à un resserrement d’aspect trapézoïdal. Notons que la date d’édification du mur d’enceinte demeure encore sujette à caution faute d’artefacts contextualisés. La découverte d’une sigillée claire A de type indéterminé dans le blocage du rempart fournit néanmoins un terminus post quem situé au début du iie siècle ap. J.-C. L. Chatelain datait la domus et les thermes du iiie siècle sur la base des découvertes de monnaies aux effigies des Gordiens et des Philippes (Chatelain, 1944, p. 129).

31 Signalons que des traces d’occupation islamique précoce ont été mises en évidence à Banasa lors des deux dernières campagnes menées par R. Arharbi.

32 Lenoir, 1983-1984, pp. 299-309.

33 Cressier et García-Arenal, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Localisation des cités antiques de Maurétanie Tingitane.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 2. — Localisation des vestiges mis au jour par les fouilles anciennes et des secteurs actuels (Fond de carte : Euzennat, 1989, p. 178, fig. 110).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-2.png
Fichier image/png, 307k
Titre Fig. 3. — État des fouilles et proposition de phasage du sondage A1. Coupe est-ouest de la paroi N.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-3.png
Fichier image/png, 232k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-4.png
Fichier image/png, 33k
Titre Fig. 4. — Relevé des thermes (ensemble 1) et proposition d’un schéma explicatif.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-5.png
Fichier image/png, 143k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-6.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 5. — Vue du système de chauffage du sous-ensemble thermal 1 (angle nord-ouest de l’espace 4)
Légende 1. Contre cloison en terre cuite ; 2. Bobines ; 3. Vide interstitiel
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2757/img-7.png
Fichier image/png, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri-Alaoui, Abdelfettah Ichkhakh, Christian Darles et Virginie Ropiot, « Les opérations archéologiques maroco-françaises de 2004 et 2005 à Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 345-357.

Référence électronique

Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri-Alaoui, Abdelfettah Ichkhakh, Christian Darles et Virginie Ropiot, « Les opérations archéologiques maroco-françaises de 2004 et 2005 à Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 20 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/2757

Haut de page

Auteurs

Laurent Callegarin

Université de Pau et des Pays de l’Adour GRA-JE 2245

Articles du même auteur

Mohamed Kbiri-Alaoui

INSAP

Abdelfettah Ichkhakh

INSAP

Christian Darles

École nationale supérieure d’architecture de Toulouse

Virginie Ropiot

Membre de la Casa de Velázquez

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org