Navigation – Plan du site
El conde de Floridablanca y su época

La dernière étape de la carrière politique de Floridablanca

La última etapa de la carrera política de Floridablanca
The final stage in the political career of Floridablanca
Gérard Dufour
p. 147-162

Résumés

Les éloges funèbres qui suivirent le décès de Floridablanca insistèrent sur la reconnaissance que lui devait l'Espagne, notamment pour son action en tant de président de la Junta Central. De fait, de la création de la Junte suprême de Murcie à celle de la Junta Central, le comte ne ménagea pas ses efforts pour endiguer l'anarchie qui, selon lui, pouvait entraîner les mouvements populaires hostiles à la présence française. Son expérience lui permit de vaincre les résistances de tous ceux qui prétendaient que la Junte centrale usurperait l'autorité légitime du souverain et, sous la présidence, ce nouvel organisme mena une politique extrêmement conservatrice avec, notamment, des mesures favorables aux intérêts de l'Église. La panique qu'il éprouva à l'annonce de l'avancée de Napoléon vers Madrid et la fuite qui s'ensuivit ne l'empêchèrent pas d'être accueilli en triomphe à Séville où il devait décéder.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

  • 1  Gazeta del Gobierno del viernes 27 de enero de 1809, 5, pp. 70-72. En fait, Floridablanca, né en o (...)
  • 2  Arroyal, Cartas político-económicas, p. 54 (« Prólogo del autor »).
  • 3  « Lo que le deben las artes, los buenos estudios, las ciencias, la industria, los sabios, y todos (...)

1Le 27 janvier 1809, la Gazeta del gobierno publiait à Séville l’éloge funèbre du « Serenísimo Señor D. Josef Moñino », comte de Floridablanca, président de la Junte suprême de Gouvernement, doyen du Conseil d’État de S. M., chevalier de l’ordre de la Toison d’or et grand croix de l’ordre Royal de Charles III, décédé à l’Alcazar royal le 30 décembre de l’année antérieure à l’âge de 81 ans et deux mois1. La nécrologie publiée respectait les lois du genre. Loin des sarcasmes d’un Arroyal qui n’avait pas hésité à écrire dans ses Cartas al conde de Lerena que Floridablanca s’y entendait autant en économie politique que dans l’art de castrer les rats2, les auteurs de l’article se plaisaient à souligner que vingt ans de négligence, de désordre et de tyrannie antinationale n’avaient pu totalement ruiner tous les progrès que, sous son ministère, il avait fait faire à l’Espagne dans tous les domaines. Mais plus encore que la politique qu’il avait menée sous Charles III, c’était le rôle qu’il avait joué au cours des derniers mois de sa vie qui suscitait l’enthousiasme de l’auteur de l’article. C’était, selon lui, une véritable clameur nationale qui l’avait appelé à Aranjuez pour prendre en charge la Junta Suprema dont il avait été élu président. Et, avec simplicité et modestie, malgré le poids des ans, il avait su se consacrer entièrement à la consolidation de la représentation nationale qui devait sauver la patrie de l’invasion du tyran Napoléon et des effets, plus terribles encore que ses armes, de l’anarchie3.

  • 4  Lista y Aragón, 1809, dans Ferrer del Río, 1867, p. 525.
  • 5  Jovellanos, Memoria, p. 531a

2Dans l’Elogio histórico del serenísimo Sr. Don José Moñino, conde de Floridablanca, presidente de la Suprema Junta Central Gubernativa de los reinos de España e Indias, qu’il publia quelques mois plus tard, Alberto Lista ne resta pas en reste et alla même jusqu’à affirmer que depuis le début de la révolution d’Espagne, Floridablanca avait été le héros de l’Espagne4. Jovellanos, bien que généralement assez critique à son égard, affirmera lui aussi qu’au moment de la création de la Junta Central, Floridablanca était unanimement considéré comme le Nestor espagnol5. Certes, il n’est point d’éloge immérité lorsque l’on parle d’un défunt. Mais le rôle de Floridablanca dans l’organisation de la lutte contre l’envahisseur fut-il réellement aussi déterminant et aussi désintéressé qu’on a bien voulu le dire ?

Un retour aux affaires sur fond d’anarchie

  • 6  Ferrer del Río, 1867, p. xxxviii.
  • 7  « Por una carta particular, recibida de Murcia con fecha del 24 de mayo, se ha sabido que a las si (...)

3Selon une tradition recueillie par Antonio Ferrer del Río, le 24 mai 1808, les habitants de Murcie se seraient rassemblés devant le couvent des franciscains de la ville (chez qui l’ancien ministre de Charles III avait fait retraite pour se préparer, vu son grand âge, à bien mourir). Là, ils auraient acclamé Floridablanca, l’obligeant à quitter sa cellule et lui confiant à l’unanimité la direction de la Junte du royaume6. Une lettre, expédiée de Murcie à Séville en début d’après-midi de ce jour et publiée dans le premier numéro de la Gazeta Ministerial de Sevilla en date du 1er juin 1808, donne une version quelque peu différente des événements. Le 24 mai, à sept heures du matin, quatre officiers arrivant par la poste auraient manifesté à grand cris leur enthousiasme pour Ferdinand VII, provoquant l’enthousiasme de la population qui se joignit à eux, notamment les séminaristes de San Fulgencio qui sortirent de leurs murs en arborant la cocarde rouge (traditionnellement arborée par les militaires espagnols et adoptée comme signe distinctif par les partisans du souverain légitime). Aussitôt, se réunirent pour tenir conseil la Municipalité, l’évêque (Josef Jiménez, prélat de Carthagène, mais dont le siège épiscopal se trouvait, comme c’est toujours le cas, à Murcie), des membres de la noblesse et le comte de Floridablanca. Ils eurent tôt fait de décider de procéder à la proclamation solennelle de Ferdinand VII comme roi d’Espagne, ce qui eut lieu immédiatement au son des cloches des églises qui sonnaient à toute volée et au milieu des vivats d’une foule en délire. Le peuple exigea l’arrestation de diverses personnes qui lui semblaient suspectes, tandis que plusieurs prisonniers profitaient du trouble général pour s’enfuir de la prison. Pour que le peuple puisse rendre grâce à Dieu et implorer son aide dans des circonstances aussi critiques, l’évêque avait fait exposer publiquement le saint-sacrement dans toutes les paroisses. Au reste, on n’avait eu à déplorer aucun malheur et, sur le coup des deux heures de l’après-midi, la foule continuait à manifester son enthousiasme, mais dans le calme7.

  • 8  Gil Novales, 1988.

4Nous accorderons évidemment plus de crédit à ce témoignage strictement contemporain des événements qu’à la version élaborée a posteriori : ce n’est pas le peuple qui a été chercher Floridablanca pour le mettre à la tête de la Junte du royaume de Murcie, mais bel et bien le comte lui-même qui s’est joint aux autres membres de l’élite sociale de la ville pour éviter les désordres que pouvait provoquer un peuple livré à lui-même. Comme en 1791, la crainte de la révolution et de l’anarchie l’emportait en lui sur toute autre considération8.

De la Junte du royaume de Murcie à la Junta Central

  • 9  « Poderes de la junta de Murcia », dans Poderes de los vocales de la Junta Central, Biblioteca Vir (...)

5La Junte suprême du royaume de Murcie ne fut constituée qu’au lendemain des événements du 24 mai 1808. Sa qualité de victime du tyran Godoy (sur laquelle insista tant Alberto Lista dans son Elogio histórico) plus encore que son expérience en tant que premier secrétaire d’État) désignait tout naturellement Floridablanca pour non seulement en faire partie, mais la présider. Le peuple n’intervint en rien dans cette nomination, pas plus que dans les autres puisque ce fut la municipalité de Murcie qui prit l’initiative de créer la Junte suprême du royaume qui fut constituée des plus importants notables de la ville : l’intendant et corrégidor don Clemente de Campos, chevalier des ordres royaux de Charles III et Constantimarra de Naples ; Mgr. l’évêque de Cartagena, don Josef Jiménez, du Conseil du Roi ; le lieutenant général des armées royales don Julián Martín de Retamosa ; le marquis d’Aguilar et d’Espinardo, don Francisco de Paula Fernández de Córdoba y la Cerda ; le chanoine et archidiacre de Villena don Mariano García de Zamora, représentant le doyen et le chapitre de la cathédrale ; l’amiral don Vicente Eceta ; les regidores, don Mariano Aguado, comte de Campohermoso, don Diego Uribe y Caro, marquis de San Mamés de Anas, don Antonio Torres Abat, don Antonio Fernández de Santo Domingo y Costa, don Francisco López de Aguilar ; le capitaine de vaisseau en retraite don Josef Angeler ; le capitaine (également en retraite) des Gardes espagnoles don Andrés Girón y Montezuma ; le provincial don Luis Santiago Bado, Mgr. le Révérend Père Francisco Soler, de l’ordre des franciscains ; Mgr. le Révérend Père Antonio Peraleja, pour l’ordre des frères prêcheurs ; l’avocat don Josef González Pardo Jurado ; l’intendant de l’Artillerie don Josef López de Sobreviña ; le procureur don Pedro Lozano Fernández Hidalgo ; le vicomte de Huertas don Diego Molina y Borja et enfin don Josef Fernández Henarejos, le seul dont le nom ne fût pas suivi d’un titre ou d’une fonction prestigieux9.

  • 10  Lista y Aragón, 1809, dans Ferrer del Río, 1867,p. 526.

6Outre les dispositions d’ordre militaire (comme la création d’une armée) qu’elle fut amenée à prendre10, la Junte de Murcie, joua un rôle actif dans la formation de la Junta Central. Ainsi, en écho au message qu’avait adressé le 15 juin 1808 la Junte de Galice à celles de Valence, Murcie et Séville pour les inciter à coordonner leurs actions militaires contre l’armée impériale, celle de Murcie adressa à ses homologues le 22 juin une lettre circulaire dans laquelle elle mettait en évidence la nécessité de mettre en place un gouvernement central qui, assumant le pouvoir au nom de Ferdinand VII, mettrait fin à une division qui ne pouvait qu’être favorable aux Français et ne pouvait qu’entraîner l’anarchie :

  • 11  Circular de la Junta de Murcia, 22-vi-1808.

Ciudades de voto en Cortes, reunámonos, formemos un cuerpo, elijamos un consejo, que a nombre de Fernando VII organice todas las disposiciones civiles, y evitemos el mal que nos amenaza, que es la división. La voz terrible en realidad de que en cada capital la Junta de Gobierno se suponga suprema sin subordinación a otra, atraería la anarquía, la desolación y la pérdida de todo ; y nosotros que reunidos seremos invencibles, por la división daremos al enemigo común el placer de vernos desolados. Llore España si esto sucediese11.

7Les juntes de Badajoz, Valence et Grenade manifestèrent leur conformité avec les vues de celle de Murcie respectivement les 21, 22 et 30 juillet 1808 et le 3 août. De Ponferrada, celles de Castille et León communiquèrent également leur volonté de ce que fût mise en place une Junte centrale pour sortir l’Espagne des maux qu’elle subissait et assurer sa prospérité.

8Le 4 août, les lecteurs du Correo de Murcia furent informés que, dans la nuit du 31 du mois précédent, la Junte du royaume avait reçu un envoyé de celle de Galice qui, fort de l’appui des royaumes de León, des Asturies, lui avait proposé la création d’une junte ou d’un gouvernement central. La nouvelle était d’une telle importance qu’elle fut reprise dans la Gazeta Ministerial de Sevilla du 30 août 1808 :

Murcia, 4 de agosto. En la noche del 31 del pasado mes se presentó a esta Suprema Junta el Excmo. Sr. D. Manuel Torrado, comisionado por aquel reino de Galicia, quien, después de haber exhibido sus credenciales, manifestó el fin de su misión que era la necesidad urgente que había para la tranquilidad del reino y uniformidad de sus disposiciones de un gobierno o Junta Central y que en cuanto al sitio estarían pronto los reinos de Galicia, León y Asturias a convenirse con el que se les señale. E igualmente manifestó que se adherían a este plan los reinos de Andalucía en la voz del de Sevilla.

Esta Suprema Junta manifestó un gusto y satisfacción indecible, como que esta comisión llenaba todas sus ideas siendo uno de los puntos sobre que había hecho ya las más serias reflexiones, con el conocimiento de que es el asunto más interesante y que debe activarse con la mayor firmeza para lograr el fruto a que aspiran todas las provincias.

  • 12  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 30 de agosto de 1808, no 27, pp. 212-213.

Igual aviso y condescendencia han manifestado a esta Junta Suprema la de Badajoz, en 21, Valencia, en 22, y Granada en 30 de julio [Correo de Murcia]12.

9D’après les informations transmises au Correo de Murcia par la Junte du royaume (et donc, par ou sur indication de son président), le délégué galicien, Manuel Torrado, avait justifié sa proposition par des raisons non seulement d’efficacité dans la conduite des opérations militaires mais aussi d’ordre public (« la tranquilidad del reino ») : Floridablanca triomphait sur toute la ligne.

  • 13  « 14 de agosto de 1808. Oficio al Ilmo. Decano gobernador interino del Consejo de Castilla », dans (...)
  • 14  Gazeta Ministerial de Sevilla del viernes 9 de septiembre de 1808, no 232,p. 239.

10L’idée de la formation d’une Junte centrale fit si bien son chemin que le général Palafox (tout auréolé du prestige de son succès de la défense de Saragosse) proposa la date du 10 septembre au Conseil de Castille dans une correspondance datée du 14 août 1808 et publiée dans la Gazeta de Madrid du 18 du même mois13. Le jour même où Palafox émettait une telle idée, la Junte du royaume de Murcie désignait en son sein les deux délégués qui devaient la représenter à la Junta Central : le comte de Floridablanca (évidemment) et le marquis de Villar. Deux jours plus tard, elle informait de son choix la Gazeta Ministerial de Sevilla qui en informa ses lecteurs le 9 septembre14.

  • 15  « Instrucciones del conde de Floridablanca a la Junta de Murcia para la creación de la Suprema Cen (...)
  • 16  « Desea el Conde como lleva dicho que todo se comunique a las Juntas compañeras, y que se persuada (...)

11À peine désigné pour siéger à la Junta Central, le comte de Floridablanca prit les affaires en main et se posant en patron incontestable du nouvel organisme pour la création duquel il rédigea une série d’instructions qu’il adressa le 19 août à la Junte du royaume de Murcie15. Depuis le serment que les députés devaient prêter ou l’accréditation de leurs juntes respectives qu’ils devraient présenter à leur arrivée jusqu’aux hallebardiers qui leur serviraient de gardes, la nomination des huissiers et les tâches qui leur incomberaient, ou l’aménagement du salon du Palais Royal que le Conseil d’État devrait mettre à disposition de la Junta Central, rien n’était oublié par le comte de Floridablanca qui, pour la circonstance, outre sa qualité de membre de la future assemblée, faisait état de celle de premier conseiller du Conseil d’État qu’il s’était auto-restituée. Ces règles que le comte de Floridablanca ne proposait pas mais communiquait à celle de Murcie, s’imposaient à toutes les autres juntes, auxquelles elles seraient communiquées « sans perte de temps ». Tout au plus envisageait-il que le serment que prêteraient les députés des autres juntes pût être différent de celui qu’il avait rédigé pour celle de Murcie. Mais il devait être « analogue » (art. 1). Floridablanca avait beau terminer ses instructions en déclarant qu’à son âge, il n’avait d’autre ambition que d’être un simple membre de la Junta Central et qu’il ne désirait rien d’autre que de pouvoir retrouver au plus tôt son foyer et sa cellule16, il se conduisait déjà en président « naturel » de ce nouvel organisme. « Excusatio non petita, accusatio manifesta » disait l’adage latin…

12Approuvé à l’unanimité par les membres de la Junte du royaume de Murcie, ce règlement fut imprimé et transmis à l’ensemble des autres juntes suprêmes :

  • 17  Ibid.

Y enterada esta Junta de todos sus artículos y cláusulas las aprobó por aclamación, como que manifiesta cada una de ellas un celo puro del bien de la Monarquía, un amor desinteresado por el bien de la Patria, y un conocimiento exacto de las medidas y precauciones que deben tomarse para el decoro y seguridad de la Junta Central, y mandó se imprima inmediatamente y se despache por extraordinario, remitiendo un ejemplar a cada una de las Supremas del Reino y demás que corresponda17.

  • 18  « El Conde mira con grandísimo respeto el establecimiento de la Junta Central, que ha de ser de ma (...)

13Au-delà des dispositions purement organisationnelles qu’il contenait, il permettait de préciser le rôle que Floridablanca entendait faire jouer à ce nouvel organisme issu des mouvements populaires de révolte contre les occupants français. Un rôle à vrai dire sans précédent puisqu’il dépassait très largement celui qui était dévolu aux Cortès car celles-ci n’avaient qu’un pouvoir de proposition à l’égard du souverain tandis que la Junta Central aurait, tout comme le roi au nom duquel elle siègerait, un pouvoir décisionnel et devrait résoudre les questions qui lui seraient soumises par les divers conseils ou tribunaux18.

  • 19  « Que el Secretario del Consejo de Estado avise por ahora de orden del mismo Consejo a los de Cast (...)

14La Junta Central assurerait donc la représentation et le rôle de Ferdinand VII prisonnier en France. Mais sans porter préjudice aux structures existantes et notamment les conseils de Castille, de la Guerre, de l’Inquisition, des Indes, des Finances, ainsi que les Ordres militaires et le Commissariat général de la Croisade, qui devraient être avertis de l’érection de la Junta Central par le Conseil d’État19.

15Pour le comte de Floridabanca, la seule concession aux circonstances était d’accepter une régence collégiale. À aucun moment il n’envisagea de remettre en cause les structures de l’Ancien Régime. Bien au contraire, puisqu’il tint à préciser qu’il était mandaté pour ne pas reconnaître d’autre souverain que Ferdinand VII et, après lui, ses légitimes successeurs, respecter les lois, les bons usages et les traditions du Royaume, et d’y maintenir, le calme même au prix de sa vie et de ses biens :

  • 20  Ibid. (« Poder de Murcia »).

No reconocer a otro Soberano que a Fernando VII, y después de este a sus legítimos sucesores ; guardar las leyes del Reino, loables usos y antiguas costumbres ; mantener en éste la tranquilidad, y defenderle a costa de sus vidas y Haciendas20.

L’installation de la Junta Central

  • 21  Gazeta Ministerial de Sevilla del viernes 30 de septiembre de 1808, 36, p. 285.
  • 22  Moreno Alonso, 2001, pp. 245-246.
  • 23  Rodríguez López-Brea, 2002, p. 163.

16Il fallut surmonter moult difficultés de tous ordres pour que la Junta Central devint enfin une réalité le 24 septembre 1808, veille de l’installation solennelle des délégués à Aranjuez. La Gazeta Ministerial faisait état des dispositions prises par la Junte de Séville pour empêcher la diffusion d’écrits qui critiquaient l’action des juntes suprêmes et se servaient de tous les prétextes pour tenter de retarder la formation et empêcher le fonctionnement d’une Junte centrale21. Il s’agissait alors de faire pièce à une décision prise par le doyen du Conseil de Castille, Arias Mon, d’interdire la circulation du manifeste de la Junte suprême de Séville en faveur de la « nécessité d’un gouvernement suprême22 ». D’aucuns pensaient d’ailleurs alors que la nomination de Mgr Borbón comme régent du royaume était imminente23. Mais, pendant ce temps, Floridablanca s’était rendu à Aranjuez où il avait accepté de rencontrer d’autres députés pour tenir quelques conférences préparatoires, avant de se rallier finalement à l’idée de choisir ce lieu plutôt que Madrid comme siège de la future assemblée. Pour Jovellanos, ce fut une profonde erreur que commit le comte, trop sensible aux flatteries dont il faisait alors l’objet :

  • 24  Jovellanos, Memoria, p. 539b.

Con los primeros inciensos que se dieron en Aranjuez a Floridablanca, se le había inspirado la idea de que sería más conveniente tener en aquel retiro algunas conferencias preparatorias, para acordar el modo de establecer el Gobierno en la Corte. Habían entretanto llegado a Aranjuez otros diputados, y adherido a una idea que sobre tanta apariencia de prudente, tenía ya tanto apoyo24.

  • 25  Martínez de Velasco, 1972, pp. 169-170 y Hocquellet, 2001, p. 163.
  • 26  Jovellanos, Memoria, p. 340a.
  • 27  Ibid., p. 531a: « La junta abrió su Gobierno poniendo a su frente al hombre que era entonces el má (...)

17En fait, on ne voit guère comment il aurait pu faire autrement, alors que le Conseil de Castille se déclarait ouvertement opposé à la constitution d’une Junte centrale de gouvernement et pouvait compter sur le zèle du général de La Cuesta qui, pour en empêcher la réunion, n’avait pas hésité à faire arrêter les députés représentant les juntes réunies de Galice, Castille et León25. Quoi qu’il en soit, le comte de Floridablanca était bien alors l’homme fort de la future assemblée. D’ailleurs, c’est dans ses appartements que se tinrent les réunions préparatoires à l’installation de la Junte centrale26. Non seulement sa qualité de doyen d’âge lui conférait le privilège de présider la cérémonie d’installation de la Junte centrale, mais entre ses cheveux blancs et son expérience, il était alors l’homme le plus respecté de la nation27.

  • 28  Gazeta extraordinaria de Madrid del jueves 29 de septiembre de 1808, no 129, p. 1 217.

18Le 25 septembre, à neuf heures et demie du matin,plus du tiers des délégués des diverses juntes suprêmes qui devaient former la Junta Central se réunirent dans la sacristie de la chapelle du palais royal d’Aranjuez pour passer ensuite assister à la messe célébrée par l’archevêque de Laodicée (Juan de la Vera y Delgado) et prêter serment de fidélité « à la Religion, au Roi, à la Patrie, et aux lois, et tout particulièrement celles relatives à la succession de la famille des Bourbons ». Après avoir entendu chanter le Te Deum, tandis que les spectateurs manifestaient leur enthousiasme, ils se rendirent, au milieu d’une haie d’honneur formée par un bataillon de voltigeurs de Valence jusqu’au salon du palais où ils tinrent leur première séance. À la sortie de la grande galerie de la façade principale, le comte de Floridablanca, en tant que président par intérim de la Junte centrale, proclama à nouveau Ferdinand VII roi d’Espagne, toujours au milieu de l’enthousiasme populaire. Les députés s’étant réunis dans ce qui était désormais la salle des actes, Floridablanca prononça un bref discours et fit établir le procès-verbal de l’installation dont il fit immédiatement transmettre copie au président du Conseil en l’avisant qu’il recevrait ultérieurement les ordres de la Junte. Dans un numéro extraordinaire du 29 septembre 1808, la Gazeta de Madrid28, puis, quelques jours plus tard, le 4 octobre, la Gazeta Ministerial de Sevilla, rendirent compte de l’événement en termes similaires, ce qui n’a rien d’étonnant puisqu’elles reprenaient l’une et l’autre le procès-verbal de l’installation établi par Martín de Garay :

El pueblo llenaba la carrera. Se leía en los rostros de todos el placer de ver regenerada la monarquía española, en aquel mismo palacio donde había tanto tiempo que reinaba la soledad y el silencio de los sepulcros. Los vivas a Fernando VII y a la Junta Suprema, que acababa de jurar la restauración del trono, expresaban el entusiasmo universal. Al salir los diputados de la gran galería de la fachada principal, el Exmo. Sr. conde de Floridablanca, presidente interino de la Junta Central, proclamó de nuevo a Fernando VII, proclamación que el pueblo repitió con nuevo júbilo.

Trasladados los diputados a la sala de Juntas, pronunció el Exmo. Sr. Presidente un breve discurso de instalación, se declaró la Junta legítimamente constituida y se mandó que se saque certificación literal de este acta y se dirija al presidente del Consejo para su inteligencia ínterim se comunican las ulteriores órdenes de la Junta.

  • 29  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 4 de octubre de 1808, no 37, pp. 294-295.

De una manera tan sencilla se ha celebrado el acto más augusto e interesante que hay memoria en los anales de la nación29.

  • 30  « Comunicar este acto al Consejo Real, al de Estado, Guerra, India, Hacienda, Ordenes, Inquisición (...)

19Conformément à ce qu’il avait énoncé dans les instructions qu’il avait rédigées en août, le comte de Floridablanca s’empressa de faire adresser le procès-verbal de l’installation de la Junta Central au Conseil Royal, aux Conseils d’État, de la Guerre, des Finances, de l’Inquisition, au Commissariat général de la Croisade, et à l’ensemble des juntes provinciales (qui, au passage, cessaient d’être qualifiées de « suprêmes » pour n’être plus que « particulières » ainsi qu’aux principaux autres corps de l’État) ainsi qu’à la Contaduría general de expolios et aux principaux autres corps de l’État dont il s’agissait d’obtenir la reconnaissance et la subordination30.

  • 31  Jovellanos, Memoria, p. 308: « La más grande, aunque la más fea, de las acusaciones difundidas con (...)
  • 32  Suplemento a la Gazeta de Madrid del martes 4 de octubre de 1808, pp. 1 249-1 260.
  • 33  Ibid., p. 1 259.

20La question était d’importance. Car, de l’aveu même de Jovellanos, la plus grave accusation portée contre la Junta Central fut précisément d’avoir usurpé la souveraineté nationale31. Tous les conseils et corps constitués s’empressèrent d’exécuter les ordres qui leur avaient été transmis et de prêter serment de fidélité et d’obéissance à Sa Majesté, puisque tel était le titre que s’était accordé la Junta Central comme représentante du roi Ferdinand VII. On put ainsi publier dans un supplément à la gazette de Madrid du mardi 4 octobre 1808 les réponses positives des conseils des Finances, de la Guerre, des Indes, de l’Inquisition, de la Croisade, de la Contaduría de espolios y vacantes, de l’Escusado, et des conseils de la Marine, d’État et de Castille32. Tous les auteurs de ces réponses manifestaient l’enthousiasme avec lequel leur organisme avait pris connaissance de l’installation de la Junte centrale : de l’émotion à la plus grande satisfaction (expressions les plus répandues) en passant par les larmes d’une joie inexprimable que prétendait avoir versées le commissaire général de la Croisade, Martínez Bustos, c’était à qui manifesterait le plus d’enthousiasme. À une exception, toutefois : celle du duc de l’Infantado qui, au nom du Conseil de Castille, faisait savoir que ce dernier, conscient de la nécessité de ne pas perdre de temps, avait bien prêté serment dans les termes requis mais que, toujours soucieux de suivre les règles de prudence indispensables pour tout ce qui était ardu et important, il avait décidé de consulter par écrit (« oir por escrito ») l’ensemble de ses membres33. En accusant réception de cette réponse, le comte de Floridablanca dut donc s’employer à démontrer que la Junta Central ne s’opposait en rien aux lois du royaume qu’entendait observer et conserver le Conseil de Castille. Mais les seuls arguments que pouvait présenter Floridablanca au duc de l’Infantado étaient le fait que jamais l’Espagne ne s’était trouvée dans une situation aussi critique ; les sacrifices consentis par la nation et que l’union des diverses provinces du royaume et leur victoire sur l’ennemi tenaient du miracle :

  • 34  Ibid., p. 1 260.

Pero así como la Junta y tomará en consideración el resultado de las meditaciones del Consejo, que V. E. ofrece en su papel, fijadas en la conservación y observancia de nuestras leyes, desea que el mismo Consejo tenga presente que en todos los cuerpos de ellas, ni en nuestra historia, hay un suceso adaptable al caso del día, en que la nación dispersa y sin dirección de consejo ni otro algún cuerpo o persona, sin minoría o vacante del reino, sin auxilio de los que les podrían gobernar, ha derramado su sangre para liberarse de la tiranía del usurpador de los derechos de nuestro Soberano, y su augusta familia, de las injurias hechas a Dios y a la religión, y de las violencias y ultrajes que ha padecido, reuniéndose las provincias del reino por una especie de providencia de Dios, y triunfando por la misma de nuestros crueles enemigos. Es muy justo que el Consejo tenga muy a la vista esta diversidad de circunstancias de todas cuantas pudiera tener nuestras leyes antiguas y modernas, y reconozca el mayor influjo y autoridad que deberá tener en el gobierno una nación, que a nombre de su rey, y por su causa, lo ha hecho todo por sí sola, sin auxilio de nadie34.

  • 35  Gazeta de Madrid del martes 18 de octubre de 1808, no 135, p. 1 302.
  • 36  Ibid., p. 1 304.

21Le duc de l’Infantado se laissa convaincre. À vrai dire, il ne pouvait guère faire autrement puisque les autres conseils et principaux organismes du royaume avaient déjà reconnu le nouvel organe de gouvernement. Aussi transmit-il à Floridablanca les signatures des serments de fidélité à la Junta Central des membres du Conseil de Castille le 2 octobre35. Le 4, comme les autres présidents des divers conseils, il adressait ses félicitations à Floridablanca pour avoir été élu l’avant-veille président de l’assemblée pour une durée qui devrait être fixée par le règlement intérieur36.

Faire la guerre et préparer la paix

  • 37  Gazeta de Madrid del martes 4 de octubre de 1808, no 131, p. 1 238.
  • 38  Gazeta de Madrid del martes 11 de octubre de 1808, no 133.
  • 39  Gazeta Ministerial de Sevilla del sábado 15 de octubre de 1808, p. 356.
  • 40  Gazeta de Madrid del viernes 21 de octubre de 1808, no 135, p. 1 336.
  • 41  Voir Calvo Fernández, 2008, p. 304.

22Le jour même où il fut élu président de la Junta Central, le comte de Floridablanca se chargea, avec l’autre délégué de la Junte de Murcie, de négocier avec les envoyés du gouvernement britannique, Bentich et Stuart, l’envoi de secours destinés en priorité aux Catalans37. La priorité était effectivement d’organiser les armées pour pouvoir les envoyer au front pour bouter les Français hors d’Espagne38. Mais il s’agissait aussi de restaurer la normalité politique. Aussi, le 13 octobre, les députés furent répartis en sections39 qui correspondaient aux secrétaireries d’État dont les titulaires furent nommés trois jours plus tard40. Particulièrement significative de ce retour à la normalité selon Floridablanca fut la désignation, le même jour, de Pedro Quevedo y Quintano, évêque d’Orense, pour remplir la charge d’inquisiteur général, charge vacante puisque le dernier titulaire, l’archevêque de Saragosse Ramón José de Arce, après bien des hésitations sur le parti à adopter en matière politique, était alors parti se réfugier en Cantabrie41. Cette mesure inquiéta tous ceux qui, comme le rapporta Alcalá Galiano dans ses Memorias publicadas por su hijo, souhaitaient voir l’Espagne prendre un autre chemin. Mais elle n’eut pas les effets dévastateurs qu’ils craignaient :

  • 42  Alcalá Galiano, 1955, p. 356.

El nuevo Gobierno empezó mandando no vender los bienes de obras pías, nombrando inquisidor general, y disponiendo que se pusiesen en toda su fuerza y rigor las leyes coartadoras del uso de la imprenta, cosas que no daban gusto a los que pensábamos de cierto modo, y de los cuales, en parte muy equivocadamente, nos figurábamos que influirían muy mal en el público, enfriándole en su ardor para conseguir la pendiente contienda42.

  • 43  Gazeta de Madrid del martes 18 de octubre de 1808, no 135, p. 1 301.

23Car le retour à « l’ère Floridablanca » ne consistait pas uniquement dans le recours à l’Inquisition et à la censure. Le développement de l’agriculture, de l’industrie, du commerce et des transports fluviaux et maritimes, en tant que sources de la richesse que la Junta Central proclama comme devant être une de ses priorités43, faisait déjà partie des objectifs de son président lorsque celui-ci était ministre de Charles III.

  • 44  Jovellanos, Memoria, p. 539b.
  • 45  Gazeta de Madrid del viernes 18 de noviembre de 1808, no 145, pp. 1 507-1 508.

24Selon Jovellanos, une majorité des députés voulut faire transférer la Junta Central à Madrid et la date de la translation fut même fixée. Mais les opposants à cette idée eurent assez d’influence sur le faible esprit de son président pour la faire repousser jusqu’à ce que les circonstances la rendent impossible44. Faut-il voir une autre preuve de la faiblesse d’esprit de son président dans la décision prise par la Junta Central le 15 novembre 1808 et annoncée dans la Gazeta de Madrid du 18 du même mois45, de lever l’exil des jésuites bannis d’Espagne depuis 1767, suite au fameux motín de Esquilache ? Quoi qu’il en soit, il y avait sans doute des questions plus urgentes à traiter.

  • 46  Annonce parue dans la Gazeta de Madrid del viernes 25 de noviembre de 1808, no 147, p. 1 546.

25La situation dans laquelle se trouvait le comte de Floridablanca était si compliquée qu’elle inspira à un artiste l’idée de le représenter à l’intérieur d’une roue en forme de labyrinthe. À la fin du mois de novembre 1808, les madrilènes purent faire l’acquisition d’une telle gravure dans diverses librairies de la capitale (celles de Zaragoza, Hurtado et Mendoza) pour le prix de cinq réaux46. La situation avait même singulièrement empiré lorsque le 4 de ce mois, Napoléon avait franchi la Bidassoa à la tête de ses troupes. Confiants dans la victoire, les principaux partisans espagnols de Joseph (les membres de son cabinet fantoche Azanza, O’Farril Romero, Urquijo, Arribas et Cabarrús) tentèrent même de circonscrire le président de la Junta Central, le doyen du Conseil du Roi et le corrégidor de Madrid en leur adressant trois lettres similaires qui tombèrent entre les mains des avant-postes de Somosierra. Un supplément à la gazette de Madrid du 25 novembre 1808 rendit compte du fait et, en des termes quelque peu grandiloquents, de la réaction outragée de Floridablanca qui, rappelant le vœux de la nation de vaincre ou mourir, ordonna que ces lettres fussent brûlées de la main du bourreau et leurs auteurs voués à l’exécration publique fussent déclarés indignes du nom d’espagnol, traîtres à la religion, au roi, à la patrie ainsi qu’à l’État et fussent traduits devant la justice pour être jugés pour crime de haute trahison :

  • 47  Suplemento a la Gazeta de Madrid del viernes 25 de noviembre de 1808, pp. 1 547-1 549.

Altamente indignado éste [el presidente del soberano cuerpo nacional] al ver los medios de que se valen la perfidia y la inmoralidad comprometida doblemente por su deber sagrado, y la confianza de toda la nación, que ha pronunciado para siempre su voto de vencer o morir, no ha podido menos de recordar el solemne juramento que tiene hecho de responder a este voto augusto, y en sepultarse entre las ruinas de nuestra libertad y constitución. Igualmente ha decretado que estos infames escritos, en que con dolor se ven firmas españolas, sean quemados por mano del verdugo, y sus autores abandonados a la execración pública, tenidos por infidentes, desleales y malos servidores de su legítimo rey, indignos del nombre de español, y traidores a la religión, al rey, a la patria y al Estado ; que las cosas incoadas contra ellos o las que deben formárseles, se pasen todas a la real sala de alcaldes para que como tribunal ordinario conozca de los delitos de unos hombres desaforados, y declarados indignos de todo privilegio o excepción ; los emplace y llame por edictos y pregones para que se defiendan, sustanciando sus causas en rebeldía si no compareciesen47.

Le repli sur Séville

  • 48  Alcalá Galiano, 1955, p. 50.
  • 49  Ibid., p. 360.
  • 50  Jovellanos, Memoria, p. 342a: « Le [a Floridablanca] insté a que, sin pérdida de tiempo, juntase l (...)
  • 51  Jovellanos, Memoria, pp. 342b-343a.

26Le comte de Floridablanca fut loin de montrer la même fermeté quand le péril s’approcha. Dans la nuit du 27 au 28 novembre 1808, peu convaincus que les troupes espagnoles sauraient empêcher le passage du col de Somosierra à l’armée impériale, les membres de la Junta Central décidèrent de se replier à Tolède et donnèrent à cet effet l’ordre de réquisitionner tous les attelages qui se trouvaient à Aranjuez48. Ce n’est toutefois que trois jours plus tard (quand fut connu le résultat de la bataille de Somosierra) que la Junta Central résolut de se mettre en route pour Badajoz49. Selon Jovellanos, le comte, souffrant et abattu par les informations qu’il recevait, fut incapable de prendre la moindre décision et en particulier de convoquer la commission qui devrait débattre des mesures urgentes qu’il entendait lui proposer50. Pire : à peine fut-il informé de ce que le chemin de Madrid était désormais ouvert à Napoléon que le comte de Floridablanca quitta immédiatement la séance de la Junta Central qu’il présidait pour se mettre en route avec l’archevêque de Laodicée et le ministre Ceballos, mettant sans plus attendre pour lui-même le plan de retraite qui avait été arrêté tandis que quelques députés continuaient à siéger pour arrêter les décisions à prendre relativement aux points qui faisaient l’objet de la discussion51.

  • 52  Ibid., p. 543a.

27Face à ce qui constituait une vacance de la présidence de la Junte, ces députés décidèrent la création d’une commission présidée par le vice-président de la Junta Central, le marquis d’Astorga, du bailli Antonio Valdés, du comte de Contamina, Martín de Garay, Jovellanos et du ministre Saavedra. Pendant ce temps, Floridablanca était déjà arrivé à Tolède. Les députés qui l’avaient accompagné s’étaient déjà remis en route et lui-même s’apprêtait à en faire autant quand, le lendemain, arriva le second groupe de membres de la Junta Central. Toujours selon Jovellanos, les membres de la Commission eurent quelque peine à convaincre le comte de se mettre à sa tête et de prévoir la tenue de séances de la Junte au grand complet au cours du voyage chaque fois que les circonstances l’exigeraient52.

  • 53  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 13 de diciembre de 1808, no 57, p. 456.
  • 54  Moreno Alonso, 2001, pp. 276 sqq.
  • 55  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 20 de 1808, no 59, pp. 471-473.
  • 56  Ibid., p. 473.
  • 57  « Llevábamos moneda francesa, que corría entonces en Castilla y dondequiera habían estado los ejér (...)

28La Gazeta Ministerial de Sevilla du 13 décembre 1808 informa ses lecteurs qu’elle avait reçu des nouvelles alarmantes de Madrid qui s’apprêtait à soutenir héroïquement un siège et que la Junta Central était arrivée à Trujillo53. En fait ses membres étaient presque arrivés à Séville puisque le 14 y arriva le président de la Junte suprême et ministre de la Centrale, Saavedra, qui fut reçu avec le plus grand enthousiasme malgré l’heure « incommode » (celle de la sieste ?). Il fut suivi d’autres membres de la Central et le 15 la Junte suprême de Séville fut informée que la Junte centrale ferait son entrée solennelle dans la ville le lendemain. Même si la Junte suprême de Séville se montrait pour le moins critique envers la Centrale54, la réception prit des allures de triomphe55. Non seulement ses membres eurent droit à tous les honneurs de la part des autorités civiles, militaires et religieuses, mais le peuple réserva à Floridablanca un traitement digne du plus aimé des souverains : détacher les mules de son attelage pour se substituer à elles et le conduire à la force des bras jusqu’à sa nouvelle résidence au palais royal56. Il faudra attendre le retour de Ferdinand VII en 1814 pour voir se reproduire semblable scène en Espagne ! C’est que, dans l’esprit des classes populaires, le comte de Floridablanca était moins le président de la Junta Central que le roi par intérim jusqu’à ce que le véritable souverain ne revienne sur son trône. Alcalá Galiano s’en était bien rendu compte quand, à son arrivée en Andalousie, à Santa Elena, alors qu’il ne disposait plus que d’argent français qui circulait légalement en Castille depuis l’arrivée des troupes françaises en Espagne, son cocher (qui devait lui aussi avoir en sa possession de telles pièces) demanda à qui se refusait à accepter semblable monnaie si le comte de Floridablanca n’était pas actuellement le roi d’Espagne. Et la réponse ayant été affirmative, il clôt la discussion en faisant valoir que ce dernier avait ordonné qu’une telle monnaie eût cours57. Paradoxe d’une carrière politique qui s’achevait par l’accès à la souveraineté et le plus total échec dans l’action politique !

  • 58  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 20 de diciembre de 1808, no 57, p. 473.
  • 59  « Actas de esta Suprema Junta de Sevilla, 20 de diciembre », dans Gazeta de Sevilla del viernes 23 (...)

29Les 16 décembre, la Junta Central reçut le chapitre de la cathédrale ainsi que la Junte suprême de Séville, et les membres du tribunal de l’Inquisition de la ville le 1758. Floridablanca fut si touché et satisfait des hommages qui avaient été rendus à la Junte qu’il présidait qu’il se proposa de rendre visite à la Junte suprême de Séville pour l’en remercier personnellement. Et à en croire les propos que tint son président, Saavedra, devant la Junte de Séville, ce dernier eut toutes les peines à dissuader le comte d’un tel projet59.

  • 60  Gazeta extraordinaria de Sevilla del martes 4 de enero de 1809, pp. 513- 515.

30Ce fut la dernière satisfaction qu’il connut : le 30 décembre au matin, le comte de Floridablanca s’éteignait. La ville de Séville informa aussitôt la population et décréta un deuil général de neuf jours. Le lendemain, les obsèques eurent lieu dans la cathédrale où on lui rendit les honneurs réservés aux infants de Castille60. L’émotion produite par son décès dura tout le long du mois de janvier 1809. Mais les critiques de son action (ou inaction) à la tête de la Junte centrale ne tardèrent pas à apparaître. Il suffit de lire la Memoria en defensa de la Junta Central de Jovellanos pour s’en convaincre.

Haut de page

Bibliographie

Alcalá Galiano, Antonio (1955), Obras escogidas (2 vol. ), Jorge Campos (éd.), Madrid (BAE, t. lxxxiii et lxxxiv).

Arroyal, León de, Cartas político-económicas al conde de Lerena, Antonio Elorza (éd.), Madrid, 1968.

Calvo Fernández, José María (2008), Ramón de Arce : Inquisidor General, Arzobispo de Zaragoza y líder de los afrancesados, Saragosse.

Ferrer del Río, Antonio (1867), Obras originales del conde de Floridablanca y escritos referentes a su persona, Madrid.

Fernández Martín, Manuel (1885-1900), Derecho parlamentario español (3 t.), Madrid.

Gil Novales, Alberto (1988), La Revolución liberal, Madrid.

Hocquellet, Richard (2001), Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-1812, Paris.

Jovellanos, Gaspar Melchor de, Memoria en que se rebaten las calumnias divulgadas contra los individuos de la Junta Central y se da razón de la conducta y opiniones del autor desde que recobró su libertad, con notas y apéndices, Madrid, 1951.

Lista y Aragón, Alberto (1809), Elogio histórico del Serenísimo Señor don José Moñino, conde de Floridablanca, Séville.

Martínez de Velasco, Ángel (1972), La formación de la Junta Central, Pampelune.

Moreno Alonso, Manuel (2001), La Junta Suprema de Sevilla, Séville.

Rodríguez López-Brea, Carlos M. (2002), Don Luis de Borbón, el cardenal de los liberales (1777-1823), Albacete.

Haut de page

Notes

1  Gazeta del Gobierno del viernes 27 de enero de 1809, 5, pp. 70-72. En fait, Floridablanca, né en octobre 1728, était décédé à l’âge de 80 ans. Cette erreur fut reprise par Lista y Aragón, 1809 et reproduite par Ferrer del Río, 1867, pp. 515-516 et par l’auteur de l’inscription funéraire gravée sur le tombeau du comte de Floridablanca et également retranscrite dans ibid., p. 515.

2  Arroyal, Cartas político-económicas, p. 54 (« Prólogo del autor »).

3  « Lo que le deben las artes, los buenos estudios, las ciencias, la industria, los sabios, y todos los ramos de la pública felicidad durante su ministerio, merece una larga y particular historia ; y basta decir para su elogio que veinte años de negligencia, desorden y tiranía antinacional no pudieron destruir del todo lo que había edificado su benéfica mano. La envidia del hombre que de favorito subió a déspota le alejó de su vista y de la Corte, no como a un rival, sino a un facineroso ; y Moñino manifestó entonces que a la sabiduría no la desampara la fortaleza. Retirado, mas no olvidado de los buenos, vivía el Conde hasta que la necesidad de la monarquía y una especie de aclamación nacional le llamaron a Aranjuez para arreglar la Suprema Junta Central de la cual fue elegido presidente. Tan sencillo y modesto en esta elevación, como en su soledad pasada, dedicó sus desvelos, su celo y patriotismo que no pudo extinguir el peso de los años, a la consolidación de la representación nacional que debe salvar a la patria de la invasión del tirano, y de todos los efectos de la anarquía más poderosos y temibles que sus armas » (Gaceta del Gobierno del viernes 27 de enero de 1809, 5, p. 71).

4  Lista y Aragón, 1809, dans Ferrer del Río, 1867, p. 525.

5  Jovellanos, Memoria, p. 531a

6  Ferrer del Río, 1867, p. xxxviii.

7  « Por una carta particular, recibida de Murcia con fecha del 24 de mayo, se ha sabido que a las siete de aquella mañana entraron en esta ciudad cuatro oficiales en posta aclamando a voces a nuestro amado Soberano Fernando VII. El pueblo se conmovió, y se puso escarapelas. Del colegio de San Fulgencio salieron todos los colegiales con ella. Al punto, la ciudad con el obispo, la nobleza, y el conde de Floridablanca tuvieron cabildo, y acordaron proclamar solemnemente a S. M. como lo ejecutaron en medio de los vivas y alegría universal del pueblo, y repique de campanas. En medio de un tumulto inmenso, no ha habido una desgracia. El pueblo ha pedido la prisión de varias personas, y con el trastorno indispensable, se han escapado de la prisión algunos presos de la cárcel. Se ha puesto el Santísimo de manifiesto en todas las parroquias para que el pueblo dé gracias e implore sus auxilios en tan críticas circunstancias. A las dos de la tarde, el pueblo se ha calmado algún tanto y continúa con el mayor fervor, pero tranquilo » (Gazeta Ministerial de Sevilla del miércoles 1 de junio de 1808, no 1, p. 5).

8  Gil Novales, 1988.

9  « Poderes de la junta de Murcia », dans Poderes de los vocales de la Junta Central, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, <http://www.cervantesvirtual.com/servlet/SirveObras/12593176449140412976846/index.htm> [Consulté le : 16-vii-2009].

10  Lista y Aragón, 1809, dans Ferrer del Río, 1867,p. 526.

11  Circular de la Junta de Murcia, 22-vi-1808.

12  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 30 de agosto de 1808, no 27, pp. 212-213.

13  « 14 de agosto de 1808. Oficio al Ilmo. Decano gobernador interino del Consejo de Castilla », dans Gazeta extraordinaria de Madrid del jueves 18 de agosto de 1808, no 114, p. 1 033.

14  Gazeta Ministerial de Sevilla del viernes 9 de septiembre de 1808, no 232,p. 239.

15  « Instrucciones del conde de Floridablanca a la Junta de Murcia para la creación de la Suprema Central del Reino, comunicadas a la de Cataluña y publicadas (Murcia, 19 de agosto de 1808) », dans Fernández Martín, 1885-1900, t. i, pp. 341-343.

16  « Desea el Conde como lleva dicho que todo se comunique a las Juntas compañeras, y que se persuadan que sólo piensa en la felicidad general, en el honor del Reino, y sus capitales, y en evitar dificultades y embarazos en la ejecución, renunciando, como renuncia, a otro destino que el de simple vocal, y esperando que entablada la formación de la gran Junta, se le deje retirarse a su casa y celda para cuidar de su alma, y que es lo que más le urge, estando en los ochenta años de su edad » (ibid.).

17  Ibid.

18  « El Conde mira con grandísimo respeto el establecimiento de la Junta Central, que ha de ser de mayor autoridad que las Cortes, porque éstas sólo tenían el derecho de acordar para proponer al Soberano y esperar su resolución ; y la Central ha de tener facultades para decidir en mucha parte de los negocios de la gobernación general del Reino, y resolver las consultas del Consejo, y otros tribunales » (ibid.).

19  « Que el Secretario del Consejo de Estado avise por ahora de orden del mismo Consejo a los de Castilla, y Guerra, Inquisición, Indias, Hacienda y Órdenes, y Comisaría General de Cruzada, estar nombrados por las Juntas de las capitales del Reino, los vocales que consten de las certificaciones que le habrán entregado, y también dará igual aviso a los individuos del Consejo de Estado, para que les conste hallarse formada la Junta Central Gubernativa, para los fines y objetos que a su tiempo les irán comunicando por el presidente o secretario de la misma Junta » (ibid.).

20  Ibid. (« Poder de Murcia »).

21  Gazeta Ministerial de Sevilla del viernes 30 de septiembre de 1808, 36, p. 285.

22  Moreno Alonso, 2001, pp. 245-246.

23  Rodríguez López-Brea, 2002, p. 163.

24  Jovellanos, Memoria, p. 539b.

25  Martínez de Velasco, 1972, pp. 169-170 y Hocquellet, 2001, p. 163.

26  Jovellanos, Memoria, p. 340a.

27  Ibid., p. 531a: « La junta abrió su Gobierno poniendo a su frente al hombre que era entonces el más respetado de la nación así por sus venerables canas como por la reputación de sus talentos políticos y larga experiencia en el gobierno ».

28  Gazeta extraordinaria de Madrid del jueves 29 de septiembre de 1808, no 129, p. 1 217.

29  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 4 de octubre de 1808, no 37, pp. 294-295.

30  « Comunicar este acto al Consejo Real, al de Estado, Guerra, India, Hacienda, Ordenes, Inquisición, Colectaduría general de expolios, Comisaría general de Cruzada y demás cuerpos considerables del Estado así como a las juntas particulares de las provincias, para que siendo reconocida generalmente la Central y obedecida en todos los ramos del gobierno, pudiese esperar las felices resultas de esta dichosa unión, y de sus providencias » (Gazeta de Madrid del martes 4 de octubre de 1808, no 131, p. 1 238).

31  Jovellanos, Memoria, p. 308: « La más grande, aunque la más fea, de las acusaciones difundidas contra nosotros es la de haber usurpado violentamente la autoridad soberana ».

32  Suplemento a la Gazeta de Madrid del martes 4 de octubre de 1808, pp. 1 249-1 260.

33  Ibid., p. 1 259.

34  Ibid., p. 1 260.

35  Gazeta de Madrid del martes 18 de octubre de 1808, no 135, p. 1 302.

36  Ibid., p. 1 304.

37  Gazeta de Madrid del martes 4 de octubre de 1808, no 131, p. 1 238.

38  Gazeta de Madrid del martes 11 de octubre de 1808, no 133.

39  Gazeta Ministerial de Sevilla del sábado 15 de octubre de 1808, p. 356.

40  Gazeta de Madrid del viernes 21 de octubre de 1808, no 135, p. 1 336.

41  Voir Calvo Fernández, 2008, p. 304.

42  Alcalá Galiano, 1955, p. 356.

43  Gazeta de Madrid del martes 18 de octubre de 1808, no 135, p. 1 301.

44  Jovellanos, Memoria, p. 539b.

45  Gazeta de Madrid del viernes 18 de noviembre de 1808, no 145, pp. 1 507-1 508.

46  Annonce parue dans la Gazeta de Madrid del viernes 25 de noviembre de 1808, no 147, p. 1 546.

47  Suplemento a la Gazeta de Madrid del viernes 25 de noviembre de 1808, pp. 1 547-1 549.

48  Alcalá Galiano, 1955, p. 50.

49  Ibid., p. 360.

50  Jovellanos, Memoria, p. 342a: « Le [a Floridablanca] insté a que, sin pérdida de tiempo, juntase la Comisión para que se acelerasen las [medidas] que tenía que proponerle. Pero le hallé tan oprimido por sus males y tan abatido por las desgracias que no me fue posible reducirle a mi instancia en aquella noche, y menos en el siguiente día en que el cuidado y peligro crecían por instantes ».

51  Jovellanos, Memoria, pp. 342b-343a.

52  Ibid., p. 543a.

53  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 13 de diciembre de 1808, no 57, p. 456.

54  Moreno Alonso, 2001, pp. 276 sqq.

55  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 20 de 1808, no 59, pp. 471-473.

56  Ibid., p. 473.

57  « Llevábamos moneda francesa, que corría entonces en Castilla y dondequiera habían estado los ejércitos franceses. El rey Carlos IV había hecho legal el uso de tal moneda, y novísimamente la Junta Central había renovado el real mandamiento. Pero en las provincias no ocupadas, faltando la ocasión, faltaba el caso de poner en ejecución tal providencia. Así fue que, llegados a Santa Elena, hubo dificultad en recibirnos las piezas francesas, y la dificultad iba tomando carácter político, pareciendo la empresa de defender la efigie de Napoleón un tanto atrevida y arriesgada. Por fortuna, tuve yo en el mayoral de mi coche alquilado un auxiliar poderoso, porque en los de su clase no era uso buscar los traidores. Y como él (según es de creer) traería moneda francesa, la defensa que hizo de la legitimidad de este instrumento de cambio fue animosa por lo mismo de no ser desinteresada. “¿Quién es ahora el rey de España?, dijo, ¿no lo es el conde de Floridablanca? Pues ése manda que corra esta moneda”. Concedida su premisa, hubo de serlo la consecuencia, y ya desde entonces no tuvimos más disputas sobre punto de tanta importancia para viajeros ».

58  Gazeta Ministerial de Sevilla del martes 20 de diciembre de 1808, no 57, p. 473.

59  « Actas de esta Suprema Junta de Sevilla, 20 de diciembre », dans Gazeta de Sevilla del viernes 23 de diciembre de 1808, no 60, p. 480.

60  Gazeta extraordinaria de Sevilla del martes 4 de enero de 1809, pp. 513- 515.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Dufour, « La dernière étape de la carrière politique de Floridablanca », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 147-162.

Référence électronique

Gérard Dufour, « La dernière étape de la carrière politique de Floridablanca », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2887

Haut de page

Auteur

Gérard Dufour

UMR Telemme, Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org