Navigation – Plan du site

Le soixante-quinzième anniversaire de la Casa de Velázquez

Gérard Chastagnaret
p. 7-10

Texte intégral

1Inaugurée le 20 novembre 1928 en présence du roi Alphonse XIII, la Casa de Velázquez a célébré l’automne dernier son soixante-quinzième anniversaire. Elle l’a fait de trois manières complémentaires. La première fut un concert à Paris le 14 novembre, dans l’église des Blancs-Manteaux, donné par l’ensemble Soli Tutti qui a interprété a capella des œuvres de compositeurs, anciens membres de la section artistique de la Casa de Velázquez. La seconde fut une exposition sur l’histoire de l’institution, présentée dans ses murs. Il y eut enfin une manifestation officielle, le 20 novembre 2003, dans la bibliothèque, c’est-à-dire dans le lieu même de l’inauguration de 1928, sous la présidence de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies.

2Au-delà de l’honneur ainsi fait à l’institution, la présence de hautes personnalités espagnoles et françaises du monde de l’université et de l’art fut un témoignage de la parfaite insertion de la Casa de Velázquez dans les paysages universitaires et artistiques de chacun des deux pays. Les anciens directeurs, anciens membres et les collègues espagnols, nombreux à répondre à l’invitation de la Casa, ont manifesté aussi que cette maison, la plus jeune de toutes les écoles françaises à l’étranger, a su créer un lien avec tous ceux qui l’ont fréquentée et constituer, sans aucun esprit de corps, un pont entre les générations, transmettant ainsi son message fondateur : servir en même temps la création, la production de savoirs, comme le rapprochement des chercheurs et des artistes des deux côtés des Pyrénées, des deux côtés de la mer, des deux côtés de l’océan.

3L’exposition fut pour ceux qui l’ont préparée comme pour les visiteurs une invitation à la réflexion sur les origines, l’activité et les missions présentes d’une institution « sœur » des autres écoles françaises à l’étranger, mais aussi originale par sa date de création, ses missions et son histoire propre.

4Elle est la seule école créée au xxe siècle, c’est-à-dire à un moment et dans un espace, l’Europe, où cette initiative ne pouvait prêter à aucune ambiguïté sur l’équilibre des relations entre les pays : la Casa de Velázquez est le fruit de la volonté conjointe et nécessaire de la France et de l’Espagne. Dès 1916, Alphonse XIII avait soutenu, avec enthousiasme et efficacité, un projet conçu par l’archéologue Pierre Paris et présenté par Charles-Marie Widor, secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts. Et c’est l’Espagne qui a offert le terrain sur lequel elle se trouve encore aujourd’hui. Le retentissement dans la presse espagnole de tous les grands moments de notre maison — inauguration, achèvement, reconstruction — témoigne que cette volonté de rapprochement scientifique et culturel a toujours trouvé une large audience au sein de la société espagnole.

5L’histoire de la Casa de Velázquez est liée au drame de la Guerre civile espagnole. Le visiteur de l’exposition n’a pu manquer de retenir les images de la Casa détruite, parce que, pendant plus de deux ans, elle s’est trouvée sur le front de Madrid ; mais tout au long de ses trois quarts de siècle, l’institution n’a cessé d’être présente sur d’autres fronts, pacifiques ceux-là, artistiques et scientifiques, puisque l’originalité de notre maison, consubstantielle au projet initial, est d’accueillir à la fois des créateurs et des chercheurs en sciences humaines et sociales.

6Les jeunes artistes ont toujours constitué l’un des piliers de la Casa, dans le cadre d’une relation très forte avec l’Académie des beaux-arts. Nos membres sont français ou espagnols, à la faveur notamment de partenariats avec des collectivités territoriales espagnoles, mais les boursiers de court séjour élargissent bien davantage la palette des origines, notamment en direction de l’Amérique latine, et même jusqu’au continent asiatique. Nous accueillons non seulement l’ensemble des arts plastiques, mais aussi l’architecture, la réalisation cinématographique et la composition musicale.

7Les activités scientifiques de la Casa de Velázquez se distinguent par le large éventail des disciplines, des temps et de la géographie des objets d’étude. Les recherches conduites ici ont porté sur l’ensemble des sciences humaines et sociales depuis les études littéraires jusqu’au droit, à l’économie et à l’anthropologie. Nous avons été présents dans tous les domaines de l’histoire péninsulaire, Portugal compris, de l’Antiquité à nos jours. En Espagne même, nos recherches ont très vite concerné l’ensemble du pays, la Castille naturellement, la Catalogne aussi, avec notamment le cas, illustre, de Pierre Vilar. Nos activités en Andalousie se sont fortifiées au cours des années 1960, grâce à l’archéologie, à Baelo Claudia, et grâce aux sciences sociales, dans le cadre de l’équipe pluridisciplinaire de Séville. Cette présence territoriale s’est poursuivie et développée encore depuis l’avènement de l’Espagne des communautés, avec par exemple aujourd’hui des programmes archéologiques en Extrémadure, en Aragon, dans le Pays Valencien.

8Hors de la Péninsule, la Casa de Velázquez a produit des travaux sur l’Amérique latine comme sur la civilisation du Maghreb. Elle a accueilli, et accueille aujourd’hui, comme membres ou boursiers, de jeunes chercheurs d’origines très diverses, européennes et non européennes. Ainsi, elle héberge régulièrement des boursiers du Sud de la Méditerranée et même d’Afrique sub-saharienne, puisqu’elle soutient l’hispanisme de nos amis camerounais.

9La Casa de Velázquez s’est aussi toujours attachée à travailler, individuellement ou collectivement, en relation avec les chercheurs de ses différentes aires d’intérêt. Nos publications, en français ou en espagnol, témoignent de cette volonté. Une des aspirations majeures de nos anciens membres, y compris des plus illustres, a toujours été d’être simplement reconnus comme des pairs, comme des égaux, par leurs collègues et amis espagnols : ser del gremio, nada más. Notre seule fierté est d’avoir contribué, à notre place, à la construction d’un savoir rigoureux, dépourvu de tout enjeu autre que scientifique, mais un savoir sans frontières, qui puisse servir la construction d’une mémoire partagée entre les peuples.

10Les fondateurs de cette maison avaient fait le pari de la fécondité de la rencontre, de l’ouverture sur l’autre, pour les arts comme pour la recherche. Nous avons la conviction que notre histoire est celle d’une aventure réussie, parce que la Casa de Velázquez a toujours eu des collaborateurs et un personnel de grande qualité, et aussi parce qu’elle s’est appuyée sur la jeunesse, celles des boursiers et des membres de l’institution. Cette jeunesse, certes provisoire mais toujours renouvelée, a donné à notre institution la force de surmonter toutes les épreuves ; elle a maintenu sa capacité de création, d’intégration de nouvelles expressions, de renouvellement des thèmes et d’ouverture à l’ensemble des sciences sociales.

11L’héritage est important. Il représente un capital physique, d’équipements, de documentation, un capital immatériel aussi, de pratiques, de réseaux, d’amitiés. Il ne saurait toutefois suffire, à lui seul, à fonder une légitimité. Une institution doit toujours rester un projet, aux objectifs ambitieux et réalistes. Elle se doit naturellement de demeurer fidèle à ses missions de base : favoriser l’épanouissement de jeunes créateurs, espagnols et français, soutenir la production scientifique sur nos aires de compétence. Mais elle se doit aussi de penser l’avenir à la mesure des exigences de notre temps.

12La Casa de Velázquez restera donc attentive à évoluer dans tous les domaines, depuis les aspects les plus concrets, voire les plus modestes, jusqu’aux enjeux majeurs de la recherche et de la création. Il faut d’abord servir toujours mieux le travail quotidien des créateurs et des chercheurs, par la bibliothèque comme par les publications : dans nos disciplines, penser aux chercheurs c’est d’abord penser aux lecteurs. Il faut aussi accueillir toujours plus de jeunes créateurs et chercheurs, notamment par le développement du système des bourses. La Casa de Velázquez se doit de servir la formation internationale des jeunes chercheurs et l’interpénétration des cultures, à sa mesure et dans son domaine, qui est celui d’une Europe tout à la fois proche et ouverte sur la Méditerranée comme sur l’Atlantique. Enfin, et plus profondément, elle doit faire vivre un projet fondateur de rapprochement et d’échange, qui n’a cessé de se fortifier au cours de ces trois quarts de siècle. Dans le domaine des arts comme dans celui de nos disciplines scientifiques, nos relations se situent, depuis longtemps, au-delà de tous les drames et de toutes les péripéties extérieures. Sur plusieurs de nos champs de recherche, Français et Espagnols ont pris l’habitude de travailler ensemble, au point de former une seule communauté qui a su, au fil des décennies, et avec la complicité amicale d’autres institutions de chacun des deux pays, abolir les Pyrénées. Nous avons toujours su renouveler nos objectifs et nous continuerons à le faire, en fonction de l’évolution des disciplines et de notre environnement.

13Au-delà de nos deux pays, nous devons continuer à œuvrer en faveur de la rencontre des questionnements, des méthodes, des expériences esthétiques, continuer à servir l’ouverture européenne sur l’ensemble de l’Amérique latine comme sur la Méditerranée. Pour cette dernière, la Casa de Velázquez travaille déjà en étroite concertation avec les écoles sœurs de Rome, d’Athènes et du Caire. Aider à bâtir une Méditerranée des chercheurs : quel beau rêve aujourd’hui ! Nos illustres fondateurs ont su rendre le rêve possible. Il appartiendra à nos successeurs de dire, lors du centenaire de 2028, si nous avons été à la hauteur du double devoir, d’ambition et de réalisme, qu’ils nous ont ainsi légué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chastagnaret, « Le soixante-quinzième anniversaire de la Casa de Velázquez », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 7-10.

Référence électronique

Gérard Chastagnaret, « Le soixante-quinzième anniversaire de la Casa de Velázquez », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 10 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/290

Haut de page

Auteur

Gérard Chastagnaret

Directeur de la Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org