Navigation – Plan du site
Miscellanées

Les relations militaires entre l'Hispanie et la Maurétanie Tingitane à la fin du Ier siècle

Mise en perspective des Histoires de Tacite et des sources épigraphiques
Las relaciones militares entre Hispanie y Mauritania Tingitana a finales del siglo i. Las Historias de Tácito y las fuentes epigráficas vistas en perspectiva
Military relations between Hispania and Mauritania Tingitana in the late 1st century. Tacitus's Histories and epigraphic sources viewed in perspective
Gwladys Bernard et Michel Christol
p. 189-208

Résumés

Les Histoires de Tacite constituent l'une de nos principales sources sur la crise politique ouverte par la mort de Néron, en 68. Au cours de ce récit se dégagent nombre d'informations sur les prises de position des provinces africaines pendant cette période troublée. Les Maurétanies sont notamment présentées comme un ensemble homogène de provinces procuratoriennes soumises aux décisions des puissances voisines. La confrontation de cette affirmation de principe avec les renseignements fournis par les documents épigraphiques, à savoir les diplômes militaires et les épitaphes de soldats, permet de nuancer ce tableau. En effet, l'armée d'Afrique n'intervient pas dans les choix de chacune des provinces maurétaniennes, qui présentent une physionomie et des orientations différentes. En examinant la provenance des troupes qui composent l'armée de Maurétanie Tingitane, on s'aperçoit de l'importance du recrutement hispanique et de la fréquence du passage des unités par la péninsule Ibérique.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

  • 1  Tacite, Histoires, I, 73 : Calvia Crispinilla, proche de Néron, se réfugie en Afrique en 68 et pou (...)
  • 2  Pavis d’Escurac, 1976, pp. 134-145, 170 et 174-180. Le rôle annonaire de l’Afrique revient dans (...)
  • 3  Ibid., I, 76, 3.
  • 4  Tant Vitellius que Vespasien avaient exercé le proconsulat d’Afrique quelques années avant l’éclat (...)
  • 5  Tacite, Histoires, I, 4 et 6, puis 8-11.
  • 6  Légat de la IIIe légion Auguste à la fin de l’année 69, Thomasson, 1996, p. 134, no 3 : C. Calpeta (...)
  • 7  Tacite, Histoires, IV, 48-50.

1Dans les premiers livres des Histoires, au travers d’une série d’épisodes qui la concerne, se dégage avec netteté un portrait de la province d’Africa. Selon Tacite, le contrôle de la Proconsulaire revêt une importance capitale lors des guerres civiles qui suivent la mort de Néron en 68. L’auteur met en relief un certain nombre de caractères stratégiques, comme le rôle annonaire de l’Afrique1, qui complète celui de l’Égypte2, ou les influences décisives de ses différents acteurs politiques. Il s’agit de déterminer quelles instances ont réussi à faire pencher la Proconsulaire en faveur des divers camps qui s’affrontent en 69, cette « année des quatre empereurs ». Du récit des Histoires se dégage d’abord le poids politique de Carthage. L’épisode du ralliement spontané à Othon de la province, qui n’attend même pas l’édit de son proconsul, est l’un des premiers exemples de ce rôle moteur de Carthage, elle-même gagnée par les manœuvres d’un affranchi impérial3. La ville pouvait donner le ton à la province, autant par le jeu des acteurs politiques venus de Rome que par le poids de ses propres élites. Celles-ci, après la mort d’Othon, penchaient en faveur de Vitellius plutôt que de Vespasien4, mais leur inclination n’a cette fois pas été déterminante. En effet, en dernière instance, ce furent l’armée provinciale et son chef, le légat de la IIIa Augusta, qui jouèrent un rôle décisif dans le dénouement des conflits de pouvoir narrés par Tacite5. Le légat Valerius Festus6 parvient à se mettre en valeur en faisant basculer la province entière dans le camp de Vespasien, après avoir fait assassiner le proconsul7. Lorsque Vespasien s’empare progressivement du pouvoir, ce sont l’armée d’Afrique et son chef qui sont les premiers informés de son avancée et qui entraînent la Proconsulaire à embrasser son parti. L’Africa semble donc soumise comme un satellite à l’attraction de Rome et de l’Italie.

  • 8  À une seule reprise (ibid., II, 58, 1), l’Africa signifie non la Proconsulaire, mais les Maurétani (...)
  • 9  Ibid., I, 11, 1 : Duae Mauretaniae, Raetia, Noricum, Thracia et quae aliae procuratoribus cohibent (...)
  • 10  Le Roux, 1982, pp. 136-140.

2Qu’en est-il dans le cas des Maurétanies ? Tacite, dans ses Histoires, procède province par province, mais sans suivre un ordre strictement géographique. En général, il n’emploie pas le terme d’Africa pour désigner l’ensemble des provinces africaines8. Lorsqu’il évoque les Maurétanies, Tacite les sépare de la Proconsulaire et les associe aux autres provinces procuratoriennes, comme si le mode de gestion administrative ou le statut de leur gouverneur constituait une clef d’explication de leur implication dans la guerre civile9. Selon lui, tous les territoires placés sous l’autorité de procurateurs subiraient l’influence des provinces gouvernées par des légats impériaux et dotées d’armées légionnaires10. Dans les temps troublés qui suivent l’assassinat de Néron, les choix politiques de ces provinces auraient donc été conditionnés par ceux de leurs puissantes voisines. Or, la compréhension de cette remarque de géopolitique, pourtant simple en apparence, ne va en fait pas de soi. Dans le cas des Maurétanies, Césarienne et Tingitane, cette affirmation soulève plusieurs interrogations : quelles sont ces armées voisines (cuique exercitui vicinae), ces forces supérieures (valentiores) susceptibles d’infléchir leurs choix politiques ? S’agit-il de la puissante armée d’Afrique ou des légions hispaniques ? Les renseignements sont épars dans le récit des Histoires. À partir de ces brèves mentions, Tacite invite à découvrir les fondements de ces solidarités militaires interprovinciales. L’histoire militaire des provinces passe donc au cœur de la réflexion. Comme le récit des Histoires se déroule peu après l’annexion de la Maurétanie, on doit prendre en considération autant l’armée de conquête et de pacification que les premières garnisons provinciales. L’épigraphie devient alors le recours privilégié pour appréhender l’identité de ces troupes.

L’armée de Maurétanie Tingitane et les provinces ibériques

  • 11  Notamment Roxan, 1973, Rebuffat, 1998 et Gozalbes Cravioto, 2002.
  • 12  Inventaire des épitaphes militaires de Tingitane : Hamdoune, 1997.
  • 13  Leur publication a suscité des réactions nombreuses : García y Bellido, 1952 et Balil, 1955.
  • 14  Roldán Hervás, 1974, pp. 265-267.

3Nous savons grâce à différentes études que des troupes venues de la péninsule Ibérique avaient participé à la constitution de l’armée de Maurétanie Tingitane au ier siècle11. La confrontation des sources épigraphiques disponibles pour cette période, les épitaphes et les premiers diplômes militaires, permet d’observer deux phénomènes significatifs de cette utilisation de la péninsule Ibérique comme tête de pont et réservoir d’hommes pour l’occupation de la Tingitane12. En effet, on constate dans cette province à la fois la présence d’unités ayant appartenu à l’armée des provinces ibériques et celle de soldats originaires d’Hispanie. Un indice de la présence en Tingitane d’ailes et de cohortes recrutées en péninsule Ibérique est l’abondance des ethniques hispaniques dans la nomenclature des unités citées dans les diplômes militaires tingitans13. Il faut cependant user de cet argument avec prudence. En effet, l’existence d’ethniques hispaniques ne signifie pas que l’intégralité des soldats de ces unités est originaire d’Hispanie à toutes les époques. Si les unités qui portent un ethnonyme hispanique ont été initialement recrutées dans la péninsule Ibérique, des déplacements ou des levées de complément ont pu changer leur composition ethnique. Mais si l’on prend soin de confronter les informations données par les diplômes de Tingitane avec celles fournies par d’autres documents, comme les épitaphes de soldats, les déplacements effectués par ces unités auxiliaires apparaissent plus nettement, au moins pour le ier siècle. En outre, selon la majorité des spécialistes des armées auxiliaires, le nom des unités fournit des informations valables sur le recrutement originel des cohortes et des ailes, qui se produisit pendant la période julio-claudienne en péninsule Ibérique14. Compte tenu de la relative précocité de l’annexion du royaume de Maurétanie, entre 40 et 42, la Tingitane et la Césarienne ont dû représenter pour ces auxiliaires présents dès l’avènement de Claude le premier théâtre d’opérations sur lequel ils aient eu à intervenir ou la première garnison à l’extérieur de leur province d’origine.

  • 15  IAM, 2, 511, AE, 2000, 104. Christol, 2000,p. 1639.

4En ce qui concerne les troupes légionnaires, un seul document faisant état de leur présence a été trouvé en Tingitane, à Volubilis15. Il s’agit de l’épitaphe d’un soldat de la légion Xa Gemina, originaire de Toulouse :

M(arcus) Vale/rius M(arci) / (filius) Vol(tinia) Tol(osa) / Rufinus, / mil(es) leg(ionis) X Gem(inae), (centuria) [-] / Atti, an(norum) XXX, / ae(rorum) XI ; h(ic) s(itus) / e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(evis) ; / sec(undus) her(es) f(aciendum) c(uravit).

  • 16  Sur cette légion Xa Gemina, voir Ritterling, 1925 ; Roldán Hervás, 1974, pp. 205-207 et Le Roux(...)
  • 17  Suetonius Paulinus et Hosidius Geta : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V, 14, et Dion Cassius(...)
  • 18  Christol, 2000, p. 1639.
  • 19  Le Roux, 1982, p. 174, no 7, p. 178, no 21 et p. 180, no 30.
  • 20  Tacite, Histoires, II, 58, 2 : « Inde Cluvio Rufo metus, et decimam legionem propinquare litori ut (...)
  • 21  Il est difficile de considérer sec(undus) comme un nom unique ou un cognomen (rarement abrégés à c (...)
  • 22  IAM, 2, 448 (voir IAM, 2, 369) ; Christol et Gascou, 1980 et Lenoir, 1989.

5La Xa Gemina appartint à l’armée des provinces ibériques de l’époque augustéenne jusqu’en 63, date de son transfert à Carnuntum, avant de revenir en Citérieure pour un bref séjour de 68 à 7016. Cette épitaphe a dû être rédigée à l’occasion d’une intervention de cette légion dans la province voisine de Tingitane. Même si aucune source littéraire ne vient explicitement mentionner une participation légionnaire à la guerre qui suivit l’annexion du royaume de Ptolémée entre 40 et 42, la désignation de légats impériaux pour la conduite de ces opérations rend le fait plus que vraisemblable17. Quant à la date précoce, elle se déduit des caractéristiques de l’inscription (comme l’absence de F pour indiquer la filiation18) qui la rapprochent d’autres épitaphes de soldats de cette légion antérieures à 6819. Entre Auguste et les Flaviens, seuls deux épisodes peuvent expliquer la présence d’un légionnaire de la Xa Gemina à Volubilis : les opérations liées à l’annexion du royaume maurétanien entre 40 et 42, ou la brève intervention de 69 mentionnée par Tacite, pendant laquelle le gouverneur de Citérieure, Cluvius Rufus, envoya des centurions de cette unité dans les provinces voisines afin de rallier les esprits à Vitellius20. En lui-même, cet épisode de 69 montre que les Maurétanies étaient dans l’orbite de l’armée encore puissante de Citérieure. Nous retrouvons la capacité d’intervention et la puissance d’attraction des armées légionnaires voisines évoquées par Tacite. Cependant, cette opération de 69 n’est pas une campagne militaire, mais une mission de propagande, au cours de laquelle un nombre restreint d’officiers est mandaté pour gagner au parti vitellien les unités stationnées dans les Maurétanies. Il est possible, quoique peu probable, que le soldat Rufinus enterré à Volubilis et son héritier substitué21 aient justement fait partie tous les deux de l’escorte de cette poignée de centurions qui passent en Maurétanie en 69. Néanmoins, l’hypothèse de l’appartenance de ces deux légionnaires aux troupes engagées dans la guerre d’annexion du royaume maurétanien entre 40 et 42 est beaucoup plus plausible. Le soldat Rufinus serait mort lors de l’engagement de son unité dans une opération de conquête, dont les incidences furent plus sensibles dans les régions méridionales de la nouvelle province de Tingitane22.

Les ailes présentes en Maurétanie Tingitane dans la seconde moitié du ier siècle

  • 23  Le diplôme le plus ancien découvert au Maroc est daté du 9 janvier 88 (CIL, XV, 159, AE, 1953, 74 (...)
  • 24  Roxan, 1973, p. 846 et Holder, 1980, p. 230.
  • 25  IAM, 2, 9, 81, 816. Voir Rebuffat, 1991, pp. 382-385.

6Les diplômes militaires les plus anciens relatifs à l’armée auxiliaire de cette province attestent la présence de cinq ailes entre 88 et 10923 : l’ala Ia Augusta Gallorum, la Ia Hamiorum, la IIIa Asturum, l’ala Gemelliana, la Ia Gallorum Tauriana. Sur ces cinq unités, seule l’aile Ia Hamiorum, d’origine syrienne24, ne serait jamais passée par la péninsule Ibérique avant son transfert en Tingitane, où sa présence est attestée à la fin du ier siècle par trois épitaphes à Tanger, El Qsar El Kebir et Tocolosida25. Sur les quatre ailes restantes, une, l’ala IIIa Asturum, a été levée en Hispanie, deux autres, la Ia Augusta Gallorum et la Ia Gallorum Tauriana, auraient séjourné dans la péninsule Ibérique avant de s’établir en Tingitane. Quant à l’ala Gemelliana, son parcours est largement méconnu : on peut à peine formuler quelques hypothèses à propos de son recrutement, lesquelles n’interdisent pas de lier son sort aux trois unités précédentes.

  • 26CIL, II2/ 14, 348.

7L’ala IIIa Asturum, levée à l’époque augustéenne parmi les peuples du nord-ouest de la péninsule Ibérique récemment soumis, serait encore présente en Hispanie au début du ier siècle. En effet, l’épitaphe d’un soldat mort après cinq ans de service dans cette unité26 a été retrouvée à Sagonte :

Elaesus Coelo/nis f(ilius) eques / ala Asturum / III turma Naso/nis stipendio/rum V annor(um) / [---h(ic) s(itus) e(st)?].

  • 27  CIL, II, 1868, 2633, 5034.
  • 28  CIL, II, 2477, 5616.
  • 29  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 28 ; Ptolémée, Géographie, II, 6, 41. Voir Tranoy, 1 (...)
  • 30  Roldán Hervás, 1974, pp. 123-124 et p. 369, no 49 et Le Roux, 1982, pp. 191-192, no 75 et p. 336 (...)
  • 31  Holder, 1980, p. 266.
  • 32  CIL, II²/14, 348.
  • 33  Il faut rester prudent quant à ce séjour en Citérieure, attesté par cette seule inscription de Sag (...)
  • 34  La date d’arrivée de l’ala IIIa Asturum en Tingitane n’est pas connue. L’absence de trace de cette (...)
  • 35  Les dates des 11 diplômes qui mentionnent la présence de cette unité en Tingitane s’échelonnent en (...)

8Ce soldat serait originaire du nord-ouest de l’Hispanie. Son nom, Elaesus, n’est attesté qu’en péninsule Ibérique27. Son patronyme, Coelo28, est à rapprocher de l’ethnique Coelerni /Coelerini employé par Pline l’Ancien et par Ptolémée pour désigner un peuple de la région de Braga29. L’emploi de l’ablatif pour désigner l’unité, dont le numéro est rejeté après l’ethnique, comme le nom du défunt au nominatif sont autant d’éléments en faveur d’une datation haute, sans doute dans la première moitié du ier siècle30. Paul Holder propose l’époque de Claude ou de Néron, sans indiquer ses arguments31. Géza Alföldy, en réexaminant cette épitaphe, apporte un élément nouveau en faveur d’une date ancienne32 : au dos de cette stèle calcaire est gravée une seconde inscription, antérieure au règne de Néron, qui témoigne d’un remploi postérieur. Si l’on suppose qu’une génération au moins a dû s’écouler avant ce remploi, on en déduit qu’Elaesus aurait servi sous Auguste et serait mort à la fin du règne de ce dernier, voire sous Tibère. Cette dernière hypothèse, qui date l’épitaphe d’Elaesus du premier quart du ier siècle, semble la mieux étayée : l’aile IIIa Asturum aurait donc été cantonnée en Citérieure jusqu’à cette période. On peut en déduire pour cette unité le parcours suivant : l’ala IIIa Asturum aurait été recrutée dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique dès le règne d’Auguste et aurait séjourné en Citérieure33 avant son départ vers la Tingitane, peut-être dès l’annexion en 4034. Elle serait restée par la suite dans cette province maurétanienne35.

  • 36  Sa dénomination complète « idéale » serait l’ala Ia Flavia Gallorum Tauriana torquata victrix civi (...)
  • 37  En Lyonnaise ou en Aquitaine : Holder, 1980, p. 111.
  • 38  CIL,II, 5792 ; voir Le Roux, 1982, pp. 90-91.
  • 39  IAM, 2, 234.
  • 40  Euzennat, 1989, pp. 274-292 (avec cartes pp. 277, 280 et 286).
  • 41  IAM, 2, 817.
  • 42  Euzennat, 1989, p. 295 et photo p. 296, fig. 212, no 9, qui valide les observations ad IAM, 2, 817 (...)
  • 43  Hamdoune, 1997, p. 148.

9D’autres unités, organisées et recrutées en Gaule, ont aussi séjourné en Hispanie avant de passer en Tingitane. Ce serait le cas de la Ia Augusta Gallorum, sans doute de la Ia Gallorum Tauriana36, et peut-être de l’ala Gemelliana. La Ia Augusta Gallorum a dû être levée en Gaule à l’époque augustéenne37. Elle se trouverait en péninsule Ibérique en 40, comme le prouve une tessère d’hospitalité qui unit à cette date son préfet aux habitants de Clunia38. En revanche, la date de son déplacement en Tingitane n’est pas connue, et sa présence dans la province est seulement attestée en8839. Toutefois, à Tocolosida, camp établi à 4,5 km de Volubilis40, a été retrouvée l’épitaphe d’un cavalier de cette unité41. Selon Maurice Euzennat42, suivi par Christine Hamdoune43, il faudrait lire :

Att(ius) Esdo[peles eq(ues) alae] / Aug(ustae) tur(mae) Vale[ntis ou rii] / stipendiorum XXI / circiter XXXVI an(nis) / ces(s)is. Hic situs [est]. / Cura(m) egerunt h[eredes] / Decumina C[ivilis / et] Attia Civ[ilis] / [bene] meren[ti / sit tib]i ter[ra levis].

  • 44  Speidel, 1994. La restitution de Vale[ntiniani] l. 2 est hypothétique.
  • 45  Ibid., p. 130, fig. 1.

10Cette lecture, bien qu’éclairante sur des points cruciaux, comme la restitution du nom du cavalier, laisse néanmoins quelques zones d’ombre. L’expression « an(nis) ces(s)is » (« des années s’étant écoulées ») est pour le moins curieuse. Sur la photographie de l’ouvrage de M. Euzennat, on distingue nettement à la fin de la ligne quatre un « N », et non « AN ». Il faut ici suivre la restitution bien plus convaincante de M. P. Speidel44, qui a redimensionné le champ épigraphique45 et a proposé une nouvelle lecture :

Att(ius) Esdo[peles eq(ues) alae] / Aug(ustae) tur(mae) Vale[ntiniani], / stipendiorum XXI, / [annorum] circiter XXXVI, n[atione Lu-]/ce(n)sis, hic situs [est]. / Cura(m) egerunt he[redes eius], Decumina c[oniux uiro suo] / [et] Attia Ciui[ca, filia patri)] /[ben]e merenti./ [Sit ti]bi ter[ra leuis].

  • 46  Ibid., p. 130, note 4 : ex. de CIL, V, 8278, avec la formule : stip. XXIIII, annor. circiter XXXX.
  • 47  Le cognomen restitué est proche du nom Estopeles figurant sur le bronze d’Asculum (CIL, I, 22, 709 (...)
  • 48  Pour Lucesis à la place de Lucensis, voir CIL, II, 2584 : Luces(ium).
  • 49  Le Roux, 1982, pp. 207, 209 et 219.

11Si la restitution des sixième et septième lignes n’est qu’une hypothèse parmi d’autres et n’est pas justifiée par des parallèles probants, la lecture des lignes trois et quatre est beaucoup plus satisfaisante que celle de M. Euzennat. La mention de l’âge de la mort précédée de circiter est rare mais n’est pas unique46. En effet, si le nombre d’années de service est en principe connu avec certitude pour les soldats, il n’en va pas de même de leur âge. Ici, celui d’Esdopeles, 36 ans, a probablement été retrouvé en ajoutant le nombre d’années de solde à l’âge supposé au moment du recrutement, autour de 15 ans. En outre, la proposition de M. P. Speidel pour les quatrième et cinquième lignes (n[atione Lu/]ce(n)sis) paraît plus plausible que l’hypothèse an(nis) ces(s)is. Esdopeles, dont le nom évoque une origine hispanique47, serait né à Lucus Augusti48(Lugo), en Galice, cité dont proviennent un certain nombre d’auxiliaires auxier et iie siècle49.

  • 50  Hamdoune, 1997, p. 148.
  • 51  CIL, II, 2984.
  • 52  Christol et Le Roux, 1985, p. 16.
  • 53  Ibid., p. 23 et app. 1, pp. 28-33.
  • 54  Ibid., pp. 26-27. Parmi les exemples tardifs de cet usage d’aer(um) hors d’Hispanie se trouvent le (...)
  • 55  Sur l’ancienneté du camp de Tocolosida, où se trouve l’Ala Augusta : Euzennat, 1989, pp. 274-292 (...)

12La datation de cette épitaphe n’est pas aisée à déterminer, mais le nom du défunt au nominatif, l’absence d’invocation aux dieux mânes, la précision du matricule avec l’indication de la turme, comme l’absence d’abréviations sont autant d’éléments qui suggèrent une date ancienne, telle que le milieu du ier siècle. Toutefois, Ch. Hamdoune propose une datation plus tardive50, en envisageant de placer l’inscription au début du iie siècle. L’auteur souligne les différences existant entre cette inscription de Tocolosida et l’épitaphe d’un cavalier de l’ala Tauriana Torquata retrouvée en Espagne, à Calahorra51, qui remonterait aux règnes de Vespasien et de Domitien52. On peut observer en effet que, contrairement à l’inscription de Calahorra, l’épitaphe d’Att(ius) Esdopeles ne comporte pas d’indication de filiation, et surtout que le terme de stipendiorum a été substitué à celui d’aera, vocable caractéristique des unités de l’armée d’Hispanie au ier siècle53. On objectera toutefois que ces arguments ne sont pas les critères les plus déterminants. Il est difficile de se fier à la dénomination du défunt, car elle repose sur une restitution. De plus, l’usage du génitif aerum devient rare hors de péninsule Ibérique après l’époque julio-claudienne54. En revanche, la mention de la turme et la présence de formules développées, comme Hic situs [est], Cura(m) egerunt h[eredes] ou [sit tib]i ter[ra levis], font penser à la seconde moitié du ier siècle plutôt qu’à l’époque antonine. Att(ius) Esdopeles, sans doute originaire de Lugo selon la restitution de M. P. Speidel, aurait pu être recruté dans les années quarante de notre ère lors du séjour de l’unité gauloise en péninsule Ibérique, avant de passer en Tingitane et de trouver la mort dans le sud de cette province à l’époque flavienne55.

  • 56  Christol et Le Roux, 1985, p. 18.
  • 57  La présence de deux épitaphes de cavaliers, à Calahorra (CIL, II, 2984 = ILS, 2516) et à Mérida (I (...)
  • 58  Tacite, Histoires, I, 59, 4 et I, 64, 9.
  • 59  On connaît assez bien la carrière du préfet Sex. Attius Suburanus Aemilianus. Voir AE, 1939, 60 ; (...)
  • 60  IAM, 2, 234.
  • 61  Mais il n’est pas totalement exclu que lors d’un premier séjour dans la province, par exemple lors (...)
  • 62  IAM, 2, 508.

13Quant à l’ala Ia Gallorum Tauriana, intégrée à l’armée permanente dès la fin du règne d’Auguste ou sous Tibère56, elle fait peut-être partie de l’armée de péninsule Ibériquedès cette époque57. Au cours de la guerre civile de 69, elle est cantonnée à Lyon58, puis repart en Hispanie vers 70-7159 avant de s’embarquer pour la Tingitane où sa présence est assurée en 8860. Son séjour en Hispanie a marqué les usages épigraphiques des soldats. En effet, a été retrouvée à Volubilis l’épitaphe, probablement d’époque flavienne61, d’un cavalier éduen de l’aile Tauriana, qui emploie aer(um) pour désigner les années de service62 :

Cosuobnus / Priscus, Tatiri f(ilius), / Haeduus, eq(ues) al(ae) Taur(ianae), / ann(orum) XLV. H(ic) s(itus) e(st). S(it) t(ibi) t(erra) l(evis). / Aer(um) XXIV. H(eres) e(x) t(estamento) / f(aciendum) c(uravit).

  • 63  Les légionnaires de la Xa Gemina maintiennent cet usage d’aer(um) à Carnuntum et le font même adop (...)

14Or, ce nom d’aera, caractéristique de l’épigraphie funéraire de l’armée de la péninsule Ibériquedu ier siècle, est utilisé par des soldats qui appartiennent aux corps de cette armée, même après leur départ d’Hispanie et quelle que soit leur patrie d’origine63. L’épitaphe de l’Eduen Cosuobnus montre la prégnance de cet usage, importé de péninsule Ibérique, après le transfert de l’aile Gallorum Tauriana Torquata en Tingitane.

  • 64  CIL, XVI, 5.
  • 65  Roxan, 1973, p. 844.
  • 66  114/7 : IAM, 2, 237 ; 122 : IAM, 2, 239 et 806 ; 129 : IAM, 2, 241.
  • 67  Respectivement RMD, I, 25 et RMD, I, 32.
  • 68  Holder, 1980, p. 220.
  • 69  IAM, 2, 30.

15Enfin, le cas de l’ala Gemelliana est le moins assuré. Il convient déjà de distinguer l’ala Gemelliana figurant dans le diplôme de Banasa de 88 de l’aile homonyme présente en 64 dans la province de Norique64 et qui stationne en Rhétie au début du iie siècle. En effet, comme le montre Margaret Roxan65, il est difficile d’imaginer que la même unité fasse des trajets entre la Tingitane et les régions danubiennes, de manière à être mentionnée à la fois sur les diplômes tingitans datés de 114/117, 122 et 12966 et sur des diplômes de Rhétie datés de 121/125 et de 125/12867. Concevoir l’existence de deux alae Gemellianae, l’une appartenant à l’armée de Maurétanie, l’autre stationnée en Norique puis en Rhétie, permettrait de surmonter cette difficulté. Le parcours de cette ala Gemelliana de Maurétanie n’est pas connu avant son apparition sur le diplôme de Banasa en 88. Selon P. Holder, elle aurait été levée en Gaule68 mais une partie de son recrutement ultérieur pourrait être hispanique. On a en effet retrouvé à Tanger69 une épitaphe qui témoignerait d’une levée de cavaliers de cette aile dans le sud de la péninsule Ibérique. C’est l’inscription de Valeria Bastula, originaire de Cordoue en Bétique, mère de Valerius Severus, cavalier de l’ala Gemelliana :

  • 70  Le « E » final présente une forme et une dimension qui permettent de formuler deux hypothèses de l (...)

Valeria Bastula / Cordube(n)sis an(norum) (quadraginta) / h(ic) s(ita) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(evis) / L(ucius) Valerius Seve/rus eq(ues) ale Gemelliane / monimentum matri p(osuit) e(x) t(estamento) ? ou e(x) t(estamento) f(ecit)70 ?

  • 71  Hamdoune, 1997, p. 145.
  • 72  Holder, 1980, p. 31 et pp. 49-50.
  • 73  Son nom indiquait déjà une origine hispanique : le gentilice Valerius est le second nomen le plus (...)
  • 74  Interprétation de Ch. Hamdoune, bien qu’avec une datation plus tardive : Hamdoune, 1997, p. 136.

16Cette épitaphe pose un certain nombre de problèmes, à commencer par celui de sa datation. S’appuyant sur un « formulaire caractéristique » et sur la présence d’un citoyen romain dans une aile dite c(ivium) R(omanorum) à partir de 11471, Ch. Hamdoune propose de dater cette inscription du début du iie siècle. Ce titre de c(ivium) R(omanorum) n’est cependant pas un critère déterminant, car il ne s’agit que d’une distinction honorifique, et non d’une description juridique : un citoyen romain peut donc être recruté dans une unité qui ne s’appelle pas encore unité de citoyens romains72. En revanche, le type de monument (une plaque de marbre), la paléographie (une écriture régulière, avec des lignes de guidage), le nom de la défunte au nominatif sans mention des divinités mânes sont autant d’indices qui incitent à envisager une datation haute, située dans le dernier quart du ier siècle plutôt qu’à l’époque de Trajan. D’autre part, Valerius Severus pourrait bien être originaire de Bétique. Sa mère, Valeria Bastula, qui a Cordoue comme origo73, y est née sous le règne d’Auguste ou de Tibère. Valerius Severus est-il également né en Hispanie ? Ou vient-il de Tingi où sa mère est morte ? En l’état actuel des connaissances et sans mention du père de Valerius Severus, qui semble uniquement porter le gentilice maternel, cette interrogation reste sans réponse. Cette incertitude sur l’origo de Valerius Severus nous empêche d’éclairer fermement le recrutement et le parcours de l’ala Gemelliana. Valerius Severus serait né sous le règne de Tibère ou plus probablement de Claude. Il aurait commencé son service de cavalier une vingtaine d’années plus tard, dans les années 60. Où se trouvait l’ala Gemelliana à l’époque du recrutement de Valerius Severus ? A-t-elle séjourné en Hispanie avant de partir pour la Tingitane comme l’ala Ia Augusta Gallorum et l’ala Tauriana ? A-t-elle recruté des soldats d’origine hispanique, comme peut-être Valerius Severus74, à l’occasion de cet éventuel séjour en péninsule Ibérique ?

17La péninsule Ibérique représenterait donc un passage privilégié pour les ailes qui constituent la première armée de Maurétanie Tingitane. Si une seule des cinq alae qui figurent sur le diplôme de 88, l’ala IIIa Asturum, a une origine hispanique évidente, trois autres unités ont probablement séjourné dans la péninsule. Ces trois ailes, la Ia Augusta Gallorum, la Tauriana Torquata et la Gemelliana, auraient été d’abord levées en Gaule ; une fois transférées en péninsule Ibérique, elles auraient reçu des compléments provinciaux. En est-il de même pour les cohortes ?

Les cohortes de Maurétanie Tingitane dans la seconde moitié du ier siècle

18Cinq cohortes sont mentionnées par le diplôme de 88 : la Ia Lemavorum, la IIa Milliaria Sagittaria, la IIIIa Gallorum Equitata, la Ia Bracarorum, la Va Delmatarum. En outre, deux autres cohortes figurent sur des inscriptions de Tingitane datables du ier siècle : la Ia Hispan(orum) et la Ia Astur(um) et Callaec(orum). Sur ces sept unités, commençons par celles qui portent un ethnique hispanique.

Les cohortes à ethnique hispanique

  • 75  Spaul, 2000, p. 98.
  • 76  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 3, 19 ; Ptolémée, Géographie, II, 5, 7.
  • 77  IAM, 2, 234.
  • 78  Boube, 1979-1980, pp. 111-118, avec photo p. 113.
  • 79  Ibid., pp. 111-112 (d’où AE, 1983, 996). Déjà Boube, 1977, p. 491, pl. CXLIV, 1, ainsi que Boube, (...)

19La cohors Ia Lemavorum75 porte le nom des Lemavi, peuple celtibère du nord-ouest péninsulaire situé sur le Haut-Minho, autour del’actuelle Monforte de Lemos76.La présence de cette unité en Tingitane dans la seconde moitié du ier siècle est attestée par deux documents principaux : le diplôme de Banasa de 8877 et une inscription découverte en 1966 à Sala78. Celle-ci se trouvait dans une sépulture de la nécropole de Bab Zaer, à deux cents mètres du camp de Sala. La tombe contenait une urne funéraire appuyée contre une stèle de grès portant une épitaphe grossièrement tracée à la pointe79 :

  • 80  Boube, 1979-1980, p. 112.

Valeri V/etonis m(ilitis) / c(ohortis) I Lam(avorum) / (centuria) Lucani / hic s(itus) e(st). / F(aciendum) cu(ravit) C(aius) Fl/avi(us) Pud(ens)80.

  • 81  Tasse à engobe jaune et à décor guilloché, de type Mayet XXXVIII B : voir Mayet, 1975, p. 77, pl.  (...)
  • 82  Oswald, 1931, p. 281 et Isings, 1957, pp. 63-66.
  • 83  Mayet, 1971, p. 447 et note 1.
  • 84  Le Roux, 1982, pp. 276 et 336 (« sous Claude ou sous les Julio-Claudiens ») et Euzennat, 1989, p.  (...)
  • 85  Sur le diplôme de 109, la cohors Ia Lemavorum est dite c(ivium) R(omanorum).
  • 86  Le Roux, 1982, pp. 193 et 336 et Grupo Mérida, 2003, p. 339, carte323 : sept occurrences de Vet(t (...)
  • 87  Spaul, 2000, p. 104.
  • 88  Treize diplômes attestent la présence de cette unité en Tingitane entre le 9 janvier 88 et les ann (...)

20Cette stèle était placée de façon horizontale, au-dessus d’un dépôt composé de quatre éléments de mobilier : un bol et une assiette estampillée de sigillée gauloise, un flacon en verre et une tasse de céramique à parois fines81. L’estampille SARRUT(us) de l’assiette et le type du flacon permettent de dater la sépulture de la seconde moitié du ier siècle82. Mais la présence de la tasse à parois fines, dont la fraîcheur de l’engobe montre qu’elle n’a pas servi, incite à affiner cette datation : la chronologie proposée pour ce type à guillochures, retrouvé à Vintimille et à Conimbriga, se situe vers les années 40-6083. Cette datation des décennies centrales du ier siècle n’est pas contredite par l’épigraphie84. En effet, même si le nom du soldat est au génitif, l’usage de la formule hic s(itus) e(st), comme l’absence de la qualification de c(ivium) R(omanorum) pour la cohorte85 interdisent de situer cette inscription au-delà du ier siècle. Le soldat est certainement d’origine hispanique : Valerius est le deuxième gentilice le plus fréquent en péninsule Ibérique et Veto est un ethnique rappelant le peuple celtibère des Vettons, proches voisins des Lemaves, installés entre le Guadiana au sud et le Duero au nord86. Cette inscription laisse supposer que cette cohorte a été levée dans le nord-ouest péninsulaire à l’époque de Claude ou de Néron et qu’elle a été envoyée directement en Tingitane, où elle tiendrait garnison à Sala87. Cette cohorte est ensuite régulièrement citée dans les diplômes militaires tingitans88.

  • 89  Le diplôme de Banasa (IAM, 2, 234) porte la formule I Bracar.
  • 90  Roldán Hervás, 1974, pp. 107-109.
  • 91  Ibid., p. 107.
  • 92  CIL, III, 1773, ILIug 1928, ILIug 1929, AE, 2000, 1178 et 1179. Cette coh. I Augus. Bracar. des in (...)
  • 93  Ainsi le nom Caturo, qui désigne à la fois le père du défunt Veranus et du dédicantCrispus dans AE(...)
  • 94  Wilkes, 1969, pp. 140-144.
  • 95  Date de départ de la legio VII C(laudia) : voir Marín et al., 2000, pp. 508-509.
  • 96  CIL, XVI, 44 de 99, ZPE, 116 et 193 de 125, ZPE, 118 et 287, de 127 et CIL, XVI, 78 de 134.

21Sur le parcours de la cohors Ia Bracar(orum) ou Bracar(um)89, il est impossible d’être aussi disert. Son ethnique indiquerait un recrutement originel dans la région de Braga, ancienne Bracara Augusta en Citérieure. Sa présence en Tingitane n’est attestée que par le diplôme de 88, et son lieu de garnison comme la durée de son séjour dans cette province ne sont pas connus. Sans doute peu après son recrutement au début du ier siècle, elle aurait été envoyée en Dalmatie et aurait stationné à Bigeste, sur le site de l’actuelle Humac en Bosnie90. Y ont été retrouvées cinq inscriptions, datées de l’époque julio-claudienne, voire flavienne91, qui mentionnent la coh(ors) Ia Bracar(orum) Augus(tanorum)92. Sur trois d’entre elles figurent des noms qui renvoient à l’onomastique du nord-ouest péninsulaire93. À partir du milieu duier siècle, les effectifs de la garnison de Dalmatie commencent à décroître94. Le départ de la coh(ors) Ia Bracar(orum) Augus(tanorum) de Bigeste pour la Tingitane interviendrait entre 40-4295 et 88, date du diplôme de Banasa. Cette unité ne s’attarde pas en Maurétanie, puisque entre 99 et 134, quatre diplômes la signalent en Mésie Inférieure96.

22Deux autres unités portant un ethnique hispanique sont présentes en Tingitane au ier siècle, sans figurer sur le diplôme de Banasa de 88. La cohors Ia Asturum et Callaec(orum) érige à Volubilis une dédicace à Néron entre le 13 octobre et le 31 décembre 57, qui célèbre la construction par cette unité d’un édifice à portique :

  • 97  ILM, 43, AE, 1966, 605, ILS, 9175, IAM, 2, 821.

Nerone Claudio Caesare Aug(usto) Germ(anico), / pont(ifice) max(imo), trib(unicia) pot(estate) IIII, imp(eratore) III co(n)s(ule) II, [co(n)s(ule) des(ignato)] III,…, coh(ors) Asturum et Cal/[laec]orum cui prae[st]…/ …et porticu[m]97.

  • 98  Roxan, 1973, p. 846.

23Cette cohorte construit probablement au ier siècle un praetorium à Aïn Schkour, qui deviendrait son lieu de stationnement définitif98 :

  • 99  Restitution de Chatelain, 1942, no 48 et d’Euzennat, 1989, p. 300, qui publie la seule photo dispo (...)

[Ge]nio loci, / [---L(avius) ?] Neon, praef(ectus) [c]oh(ortis) Astur(um) et Call(aecorum), / praetorium per m[a]nus commil(itonum) a s[o]lo composuit et fecit99.

  • 100  Rebuffat, 1998, p. 286 et Spaul, 2000, pp. 79-80.
  • 101  CIL, XVI, 4 = ILS, 1987.
  • 102  IAM, 2, 234.
  • 103  IAM, 2, 236. Sur cette unité, voir Santos Yanguas, 2004.

24Pour certains auteurs100, la Maurétanie Tingitane représenterait la première garnison de la cohors Ia Asturum et Callaecorum, unité levée en Espagne et venue directement lors de la conquête du royaume de Maurétanie en 40. Elle partirait de la province à la fin du règne de Néron, puisqu’elle figure sur un diplôme pannonien daté de 60101 et n’est pas mentionnée par le diplôme tingitan de 88102. Elle reviendrait cependant en Tingitane au début du iie siècle, car son nom apparaît sur le diplôme banasitain de 109103.

  • 104  IAM, 2, 510.

25La cohors Ia Hispan(orum) est connue en Tingitane par deux épitaphes de Volubilis, sans doute du ier siècle. La première est celle du centurion Saturninus104 :

Satur/ninus, / Fabr(i)ci / f(ilius) (centurio) coh(ortis) I / Hispan(orum) / h(ic) e(st) s(itus). / Niger dedit.

  • 105  IAM, 2, 512.

26La seconde inscription est beaucoup plus fragmentaire105 :

[…] / [c]oh(ortis) I Hispa[n(orum] / oc[c]isus / [a]b [h]os[tibus].

  • 106  Hamdoune, 1997, pp. 142-143.
  • 107  CIL, XVI, 56.
  • 108  En faveur de cette hypothèse : Roxan, 1973, p. 850 ; Devijver, 1984, p. 588 ; Rebuffat, 1998, p. 2 (...)

27L’épitaphe de Saturninus est ancienne : la filiation est mentionnée, les dieux mânes ne sont pas invoqués, alors qu’est présente la formule h(ic) e(st) s(itus). Ces deux inscriptions pourraient prendre place dans le contexte de l’annexion du royaume maurétanien entre 40 et 42. La cohorte Ia Hisp(anorum) aurait été envoyée d’Hispanie en Maurétanie, peut-être en même temps que la Legio Xa Gemina, pour réprimer les troubles survenus après l’assassinat du roi Ptolémée en 40106. Il est possible que cette cohorte quitte la Tingitane pour la Césarienne où une cohors Ia Flavia Hispanorum est attestée dans le diplôme de Césarée107 de 107. Sur l’identification entre la cohorte Ia Flavia Hispanorum mentionnée par des inscriptions de Césarienne aux iie et iiie siècles et la Ia Hisp(anorum) présente au ier siècle à Volubilis, les avis sont partagés bien que cette hypothèse semble la plus communément admise108.

Les cohortes sans ethnique hispanique

  • 109  IAM, 2, 234.
  • 110  Roldán Hervás, 1974, nos 468-475.
  • 111  Ibid.,pp. 220-221.
  • 112  Rebuffat, 1992, pp. 454-456.
  • 113  IAM, 2, 299 ; voir Hamdoune, 1997, p. 150.

28La IIIIa Gallorum Equitata, cohorte originellement recrutée en Gaule chevelue et qui figure sur le diplôme tingitan de 88109, est attestée en Hispanie jusqu’à l’époque de Claude. En effet, sous le règne de ce dernier ont été dressées des bornes délimitant les terrains attribués à cette cohorte : huit de ces termini pratorum ont été retrouvés au sud d’Astorga110. Cette cohors IIIIa Gallorum a dû y être envoyée dès l’époque d’Auguste et en partir vers le milieu du ier siècle, quand le besoin de troupes dans la région était sans doute moindre111. La date d’arrivée de cette cohorte en Tingitane reste en revanche problématique : s’y rend-elle directement après son départ de Citérieure ? Y est-elle envoyée seulement à l’époque flavienne ? En tout cas, elle est présente en 88 en Tingitane, puisqu’elle figure sur le diplôme de Banasa avec le titre de c(ivium) Romanorum montrant qu’elle s’est distinguée dans l’intervalle. Elle serait stationnée à Sidi Saïd112 et son recrutement est toujours en partie hispanique au iie siècle, comme l’atteste l’épitaphe du cavalier lusitanien Ger(manus)113.

  • 114  IAM, 2, 234.
  • 115  Spaul, 2000, pp. 419-420. L’inscription CILA, no 407, fig. 227 ne peut être considérée comme une p (...)

29La cohors IIa Syrorum Milliaria Sagittariorum est mentionnée pour la première fois par le diplôme de Banasa en 88114. Elle est venue de Syrie, peut-être lors de la guerre civile de 69 ; il est probable que Vespasien ait choisi de la cantonner en Tingitane par la suite. Elle ne serait donc jamais passée par la péninsule Ibérique115 ; son recrutement serait resté essentiellement oriental, sans doute en raison de la spécificité militaire de cette unité d’archers.

  • 116  IAM, 2, 234.
  • 117  Diplôme daté d’entre 162 et 169 ou d’après 180, pour l’AE, 1985, 992 (discussion dans RMD, III, 18 (...)
  • 118  Spaul, 2000, p. 308.

30La cohors Va Delmatarum est citée pour la première fois par le diplôme banasitain de 88116, puis présente au moins jusque dans les années 160 dans la province117. À part ces mentions sur les diplômes de Tingitane, cette cohorte est inconnue : l’absence de témoignage épigraphique interdit toute hypothèse concernant son recrutement, sa provenance ou sa date d’arrivée dans la province118.

  • 119  Cohortes Ia Lemavorum, Ia Hispanorum, Ia Asturum et Callaecorum, IVa Gallorum Equitata. À noter le (...)
  • 120  Alae IIIa Asturum, Ia Augusta Gallorum et Tauriana Torquata. Cas de l’ala Gemelliana incertain.
  • 121  Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 24 ; Alföldy, 1969, pp. 153-154.
  • 122  Rebuffat, 1992, p. 289.
  • 123  Tacite, Histoires, II, 58, 1 et 2.

31Sur les sept cohortes présentes en Tingitane dans la seconde moitié du ier siècle, quatre proviennent de l’armée de péninsule Ibérique119. Nous avons démontré antérieurement qu’il en allait de même pour trois des cinq ailes attestées en Tingitane pendant la deuxième moitié du ier siècle120. L’étude des documents épigraphiques disponibles montre donc que la première armée de Tingitane a été principalement constituée à partir de troupes venues de péninsule Ibérique. Cela ne signifie pas que l’origo individuelle des auxiliaires présents en Tingitane au ier siècle est à chercher uniquement du côté de l’Hispanie. Cependant, la majorité des troupes envoyées en Maurétanie occidentale de l’époque de Claude jusqu’à celle de Domitien ont auparavant séjourné en péninsule Ibérique pendant la période julio-claudienne. La Tingitane représente pour ces unités leur première garnison ex Hispania. Si, comme l’affirme Tacite, les provinces procuratoriennes subissent dans les périodes troubles et moins troubles une influence déterminante de la part de l’armée la plus proche, il faut dans le cas de la Maurétanie Tingitane chercher l’origine de cette attraction du côté de la péninsule Ibérique et des troupes qui y stationnent. Non seulement la Xa Gemina, seule légion attestée en Maurétanie lors de la conquête entre 40 et 42, vient de Citérieure, mais les unités auxiliaires stationnées en Tingitane dans la deuxième moitié du ier siècle de notre ère ont le nord de la péninsule Ibérique pour origine ou pour provenance. Les solidarités militaires entre l’Hispanie et la Maurétanie Tingitane ne s’arrêtent pas aux seuls déplacements d’unités : sur le plan stratégique, la Bétique constitue la base arrière de l’armée envoyée conquérir le royaume de Maurétanie. En effet, Dion Cassius narre comment Umbonius Silo, gouverneur de Bétique probablement dans les années 42-43, est relevé de ses fonctions et chassé du Sénat en 44 pour avoir mal assuré l’approvisionnement des unités cantonnées en Maurétanie, lors de la guerre qui suivit l’annexion121. Que ce chef d’accusation soit fondé ou qu’il s’agisse d’un prétexte destiné à masquer un conflit entre Umbonius Silo et certains affranchis impériaux, cette affaire montre la part importante prise par la province de Bétique dans le ravitaillement des troupes qui s’y concentrent avant d’entreprendre la traversée vers l’Afrique122. Cette solidarité stratégique s’est instaurée dans un contexte de conflit : lors de la conquête de la Maurétanie, le recours à l’armée de péninsule Ibérique et l’utilisation de la Bétique comme base arrière allaient de soi. Mais il semble que les liens, au départ établis à court terme, se soient maintenus de façon durable, comme le montre la présence continue au ier siècle en Tingitane d’unités levées au moins en partie dans les provinces hispaniques. Ces solidarités militaires et stratégiques entre l’Hispanie et la Tingitane expliquent en outre le revirement politique des forces établies dans les Maurétanies en 69. En effet, après que l’othonien Lucceius Albinus, procurateur des deux Maurétanies, a été assassiné sur les ordres du légat de Citérieure Cluvius Rufus123, toutes les unités auxiliaires stationnées dans les Maurétanies se rallient au parti du gouverneur de Tarraconaise, alors favorable à Vitellius. L’idée tacitéenne de forte dépendance des provinces équestres envers les provinces impériales voisines est donc confirmée par l’épigraphie dans le cas de la Tingitane, étroitement liée à la Citérieure sur les plans militaire et politique.

Haut de page

Bibliographie

Alföldy, Géza (1969), Fasti Hispanienses : senatorische Reichsbeamte und Offiziere in den spanischen Provinzen des römischen Reiches von Augustus bis Diokletian, Wiesbaden.

Balil, Alberto (1955), « Tropas y unidades hispánicas en Mauritania y Numidia », dans Actas del I Congreso Arqueológico del Marruecos Español [Tetuán, 1953], Tétouan, pp. 387-404.

Benseddik, Nacéra (1979), Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, Alger.

Boube, Jean (1977), Sala : villes et sites archéologiques du Maroc. 3: Les nécropoles : planches, Rabat.

Boube, Jean (1979-1980), « Sala : Notes d’épigraphie », Bulletin d’archéologie marocaine, 12, pp. 111-137.

Boube, Jean (1999), Les nécropoles de Sala, Paris.

Chatelain, Louis (1942), Inscriptions latines du Maroc, Paris.

Christol, Michel (2000), « Remarques sur l’inscription du légionnaire de Toulouse enseveli à Volubilis (IAM, 2, 511 ; musée lapidaire de Volubilis) », dans Mustapha Khanoussi, Paola Ruggeri et Cinzia Vismara (éd.), L’Africa romana. Atti del XIII convegno di studio [Djerba, décembre 1998] (2 vol. ), Rome, vol. 2, pp. 1637-1644.

Christol, Michelet Gascou, Jacques (1980), « Volubilis, cité fédérée ? », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 92 (1) pp. 329-345.

Christol, Michel et Le Roux, Patrick (1985), « L’aile Tauriana Torquata et les relations militaires de l’Hispanie et de la Maurétanie Tingitane entre Claude et Domitien », Antiquités africaines, 21, pp. 15-33.

Delamarre, Xavier (2001), Dictionnaire de la langue gauloise, Paris.

Devijver, Hubert (1984), « L’armée romaine en Maurétanie Césarienne », Latomus, 43, pp. 584-608.

Euzennat, Maurice (1989), Le limes de Tingitane. La frontière méridionale, Paris.

García y Bellido, Antonio (1952), « Alae y cohortes de nombres étnicos hispanos en el Norte de Marruecos », Archivo Español de Arqueología, 25, pp. 145-148.

Gozalbes Cravioto, Enrique (2002), « Unidades militares de origen hispano en el ejército romano en Mauritania Tingitana », Revista de Historia Militar, 92, pp. 11-42.

Grupo Mérida (2003),Atlas antroponímico de la Lusitania Romana, Milagros Navarro Caballero et Juan Luis Ramírez Sábada (coord.), Mérida-Bordeaux.

Hamdoune, Christine (1997), « Les épitaphes militaires de Tingitane », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Afrique du Nord, 24, pp. 129-154.

Holder, Paul (1980),Studies in the Auxilia of the Roman Army from Augustus to Trajan, Oxford.

Isings, Clasina (1957), Roman Glass from dated Finds, Groningen-Djakarta.

Labory, Nadine (2003), Inscriptions antiques du Maroc. 2 : Inscriptions latines, Supplément, Paris.

Lenoir, Maurice (1989), « Histoire d’un massacre. À propos d’IAMlat 448 et des bona vacantia de Volubilis », dans Attilio Mastino (éd.), L’Africa romana. Atti del VI convegno di studio [Sassari, dicembre 1988], Sassari, pp. 89-102.

Le Roux, Patrick (1982),L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris.

Marín, Emilio, Mayer, Marc, Paci, Gianfrancoet Rodà, Isabel (2000), « Elementos para una puesta al día de las inscripciones del campo militar de Bigeste », dans Yann Le Bohec et Catherine Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire. Actes du congrès de Lyon [17-19 septembre 1998] (2 vol. ), Lyon, vol. 2, pp. 499-514.

Mayet, Françoise (1971), « La céramique à “parois fines” de Conimbriga », dans Actas do II Congresso Nacional de Arqueologia, Coimbra, pp. 445-449.

Mayet, Françoise (1975), Les céramiques à parois fines dans la péninsule Ibérique, Paris.

Oswald, Felix (1931), Index of Potters’ Stamps on Terra Sigillata « Samian War », East Bridgford.

Pavis d’Escurac, Henriette (1976), La préfecture de l’annone, service impérial d’Auguste à Constantin, Rome.

Pflaum, Hans-Georg (1960-1961), Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris.

Rebuffat, René (1991), « El Qsar el Kebir et la route intérieure de Maurétanie Tingitane entre Tremuli et Ad nouas », dans Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord. Actes du IV e colloque international [Strasbourg, 5-9 avril 1988] (2 vol. ), t. ii : L’armée et les affaires militaires, Paris, pp. 367-408.

Rebuffat, René (1992), « Compléments au recueil des Inscriptions antiques du Maroc », dans Attilio Mastino (éd.), L’Africa romana. Atti del IX convegno di studio [Nuoro, 13-15 décembre 1991] (2 vol. ), Sassari, vol. 1,pp. 439-502.

Rebuffat, René (1998), « Romana arma primum Claudio principe in Mauretania bellavere », dans Yves Burnand et Jean-Pierre Martin (dir.), Claude de Lyon, Empereur romain. Actes du colloque Paris-Nancy-Lyon (novembre 1992), Paris, pp. 277-316.

Ritterling, Emil (1925), « Legio », dans Georg Wissowa (éd.), Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, t. xii, col. 1678-1680.

Roldán Hervás, José Manuel (1974), Hispania y el ejército romano. Contribución a la historia social de la España antigua, Salamanque.

Roxan, Margaret (1973), « The Auxilia of Mauretania Tingitana », Latomus, 32, pp. 838- 855.

Santos Yanguas, Narciso (2004), « La Cohorte I de astures y galaicos en territorio norteafricano », Gerión, 22 (1), pp. 245-272.

Spaul, John (1992), « T. Fl. Neon, a first century prefect? », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 94, pp. 281-282.

Spaul, John (2000), Cohors: the evidence for and a short history of the auxiliary infantry units of the imperial Roman army, Oxford.

Speidel, Michael P. (1994), « A Spanish Horseman in Mauretania Tingitana », dans Yann Le Bohec (coord.), L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine : mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, pp. 129-131.

Thomasson, Bengt (1996), Fasti africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm.

Tranoy, Alain (1981), La Galice romaine : recherches sur le nord-ouest de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité, Paris.

Wilkes, John (1969), Dalmatia, Londres.

Haut de page

Annexe

Abréviations

AE L’année épigraphique

CIL Corpus Inscriptionum Latinarum

CILA González Fernández, Julián (1991), Corpus de inscripciones latinas de Andalucía, t. ii : Sevilla (4 vol. ), Séville.

IAM Euzennat, Maurice, Gascou, Jacques et Marion, Jean (1982), Inscriptions antiques du Maroc, t. ii : Inscriptions latines, Paris.

ILER Vives, Josep (1971-1972),Inscripciones latinas de la España romana (2 vol. ), Barcelone.

IlIg Sasel, Anna et Jaro (éd.) (1963), Inscriptiones Latinae quae in Iuguslavia inter annos MCMXL et MCMLX repertae et editae sunt, Lubljana.

ILM Chatelane, Louis (éd.) (1942), Inscriptions latines du Maroc, Paris.

ILS Dessau, Hermann (éd.) (1892-1916), Inscriptiones Latinae Selectae, Berlin.

RMD Roxan, Margaret, Holder, Paul (1954 à 2006), Roman Military Diplomas, vol. 1 à 5, Londres.

ZPE Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, Bonn.

Bibliographie

Haut de page

Notes

1  Tacite, Histoires, I, 73 : Calvia Crispinilla, proche de Néron, se réfugie en Afrique en 68 et pousse le proconsul à prendre le pouvoir en affamant le peuple romain.

2  Pavis d’Escurac, 1976, pp. 134-145, 170 et 174-180. Le rôle annonaire de l’Afrique revient dans les Histoires lors de la description du plan adopté par Vespasien à la fin de l’année 69. Pour réduire à néant le reste des armées vitelliennes en Italie, Vespasien recourt à l’arme de la famine, en bloquant les convois de blé égyptien (Tacite, Histoires, III, 8) et en empêchant les secours africains (ibid., III, 48, 3).

3  Ibid., I, 76, 3.

4  Tant Vitellius que Vespasien avaient exercé le proconsulat d’Afrique quelques années avant l’éclatement de la crise politique (ce qui rehausse encore l’importance de cette province), et la comparaison que pouvaient formuler les administrés était plutôt flatteuse pour le premier des deux (ibid., II, 97, 2 et IV, 49, 1, et Thomasson, 1996, p. 39, no 39 et pp. 40-41, no 42).

5  Tacite, Histoires, I, 4 et 6, puis 8-11.

6  Légat de la IIIe légion Auguste à la fin de l’année 69, Thomasson, 1996, p. 134, no 3 : C. Calpetanus Rantius Quirinalis Valerius Festus (PIR2C 184).

7  Tacite, Histoires, IV, 48-50.

8  À une seule reprise (ibid., II, 58, 1), l’Africa signifie non la Proconsulaire, mais les Maurétanies, lors de l’évocation des visées du procurateur Lucceius Albinus sur l’Hispanie : nec Africa contentus […] Hispaniae imminebat. On reviendra sur ce passage par la suite.

9  Ibid., I, 11, 1 : Duae Mauretaniae, Raetia, Noricum, Thracia et quae aliae procuratoribus cohibentur, ut cuique exercitui vicinae, ita in favorem aut odium contactu valentiorum agebantur.

10  Le Roux, 1982, pp. 136-140.

11  Notamment Roxan, 1973, Rebuffat, 1998 et Gozalbes Cravioto, 2002.

12  Inventaire des épitaphes militaires de Tingitane : Hamdoune, 1997.

13  Leur publication a suscité des réactions nombreuses : García y Bellido, 1952 et Balil, 1955.

14  Roldán Hervás, 1974, pp. 265-267.

15  IAM, 2, 511, AE, 2000, 104. Christol, 2000,p. 1639.

16  Sur cette légion Xa Gemina, voir Ritterling, 1925 ; Roldán Hervás, 1974, pp. 205-207 et Le Roux, 1982, pp. 85, 105, 121 et 134-135.

17  Suetonius Paulinus et Hosidius Geta : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V, 14, et Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 9, 1. Voir Rebuffat, 1998, pp. 297-299.

18  Christol, 2000, p. 1639.

19  Le Roux, 1982, p. 174, no 7, p. 178, no 21 et p. 180, no 30.

20  Tacite, Histoires, II, 58, 2 : « Inde Cluvio Rufo metus, et decimam legionem propinquare litori ut transmissurus iussit ; praemissi centuriones, qui Maurorum animos Vitellio conciliarent ».

21  Il est difficile de considérer sec(undus) comme un nom unique ou un cognomen (rarement abrégés à cette époque) ; sec(undus) apposé à her(es) est facilement compréhensible comme « héritier secondaire » ou « substitué ».

22  IAM, 2, 448 (voir IAM, 2, 369) ; Christol et Gascou, 1980 et Lenoir, 1989.

23  Le diplôme le plus ancien découvert au Maroc est daté du 9 janvier 88 (CIL, XV, 159, AE, 1953, 74 et IAM, 2, 234) ; le second diplôme date de 109 (IAM, 2, 236).

24  Roxan, 1973, p. 846 et Holder, 1980, p. 230.

25  IAM, 2, 9, 81, 816. Voir Rebuffat, 1991, pp. 382-385.

26CIL, II2/ 14, 348.

27  CIL, II, 1868, 2633, 5034.

28  CIL, II, 2477, 5616.

29  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 28 ; Ptolémée, Géographie, II, 6, 41. Voir Tranoy, 1981, p. 66, pp. 382-383 et carte II. La carte des emplois de l’ensemble Coelo / Coela / Coelea concerne aussi les régions septentrionales de la Lusitanie voisines du conventus de Braga : Grupo Mérida, 2003, pp. 148-149, carte 99.

30  Roldán Hervás, 1974, pp. 123-124 et p. 369, no 49 et Le Roux, 1982, pp. 191-192, no 75 et p. 336 (« av. 50 » ?).

31  Holder, 1980, p. 266.

32  CIL, II²/14, 348.

33  Il faut rester prudent quant à ce séjour en Citérieure, attesté par cette seule inscription de Sagonte. On ne connaît pas le lieu de garnison de cette aile en Hispanie, et l’on peut objecter qu’Elaesus aurait pu trouver la mort loin de son unité, en mission ou en permission : voir Le Roux, 1982, p. 191, no 75.

34  La date d’arrivée de l’ala IIIa Asturum en Tingitane n’est pas connue. L’absence de trace de cette unité ailleurs qu’en Citérieure et en Tingitane pour le ier siècle conduit à penser à un transfert direct de l’Hispanie à la Maurétanie, sans aucune certitude toutefois.

35  Les dates des 11 diplômes qui mentionnent la présence de cette unité en Tingitane s’échelonnent entre le 9 janvier 88 et les années 160, voire 180 : diplômes de Banasa du 9 janvier 88 (IAM, 2, 234), du 14 octobre 109 (IAM, 2, 235 et 236), de 156/7 (IAM, 2, 242) ; diplômes de Volubilis de 156/157 (IAM, 2, 809), de 159 (IAM, 2, 810) et d’entre 162 et 169 ou d’après 180, pour l’AE, 1985, 992 (voir discussion dans les RMD, III, 186) ; diplôme de Thamusida de 103/4 (AE, 2004, 1891) ; trois diplômes semblables de 153, dont deux exemplaires de Bulgarie (RMD, V, 409 et 410), et un autre de provenance inconnue (RMD, V, 411). Le nom de cette unité peut être restitué avec une forte probabilité dans quatre autres diplômes : les IAM, 2, 237 et 239 de Banasa, datés respectivement de 114/7 et du 18 novembre 122 ; un troisième de Thamusida du 31 décembre 133 ou 134 (RMD, V, 382) et un quatrième, de Belo, daté de 161 (RMD, I, 107 ; AE, 1984, 529).

36  Sa dénomination complète « idéale » serait l’ala Ia Flavia Gallorum Tauriana torquata victrix civium Romanorum : Christol et Le Roux, 1985, p. 17. Mais ce nom exprime l’aboutissement d’une histoire.

37  En Lyonnaise ou en Aquitaine : Holder, 1980, p. 111.

38  CIL,II, 5792 ; voir Le Roux, 1982, pp. 90-91.

39  IAM, 2, 234.

40  Euzennat, 1989, pp. 274-292 (avec cartes pp. 277, 280 et 286).

41  IAM, 2, 817.

42  Euzennat, 1989, p. 295 et photo p. 296, fig. 212, no 9, qui valide les observations ad IAM, 2, 817 et rend caduques les anciennes lectures.

43  Hamdoune, 1997, p. 148.

44  Speidel, 1994. La restitution de Vale[ntiniani] l. 2 est hypothétique.

45  Ibid., p. 130, fig. 1.

46  Ibid., p. 130, note 4 : ex. de CIL, V, 8278, avec la formule : stip. XXIIII, annor. circiter XXXX.

47  Le cognomen restitué est proche du nom Estopeles figurant sur le bronze d’Asculum (CIL, I, 22, 709).

48  Pour Lucesis à la place de Lucensis, voir CIL, II, 2584 : Luces(ium).

49  Le Roux, 1982, pp. 207, 209 et 219.

50  Hamdoune, 1997, p. 148.

51  CIL, II, 2984.

52  Christol et Le Roux, 1985, p. 16.

53  Ibid., p. 23 et app. 1, pp. 28-33.

54  Ibid., pp. 26-27. Parmi les exemples tardifs de cet usage d’aer(um) hors d’Hispanie se trouvent les épitaphes de légionnaires de la Xa Gemina de Carnuntum, en Pannonie, gravées entre 63 et 68.

55  Sur l’ancienneté du camp de Tocolosida, où se trouve l’Ala Augusta : Euzennat, 1989, pp. 274-292 (avec cartes pp. 277, 280 et 286).

56  Christol et Le Roux, 1985, p. 18.

57  La présence de deux épitaphes de cavaliers, à Calahorra (CIL, II, 2984 = ILS, 2516) et à Mérida (ILER, 6412), le laisse penser. Mais ce premier séjour hispanique de l’aile Tauriana ne peut être définitivement prouvé : Christol et Le Roux, 1985, p. 21.

58  Tacite, Histoires, I, 59, 4 et I, 64, 9.

59  On connaît assez bien la carrière du préfet Sex. Attius Suburanus Aemilianus. Voir AE, 1939, 60 ; Pflaum, 1960-1961, no 56, p. 128.

60  IAM, 2, 234.

61  Mais il n’est pas totalement exclu que lors d’un premier séjour dans la province, par exemple lors de la révolte d’Aedemon en 40, elle ait accompagné une unité légionnaire d’Hispanie.

62  IAM, 2, 508.

63  Les légionnaires de la Xa Gemina maintiennent cet usage d’aer(um) à Carnuntum et le font même adopter à des recrues originaires d’autres provinces.

64  CIL, XVI, 5.

65  Roxan, 1973, p. 844.

66  114/7 : IAM, 2, 237 ; 122 : IAM, 2, 239 et 806 ; 129 : IAM, 2, 241.

67  Respectivement RMD, I, 25 et RMD, I, 32.

68  Holder, 1980, p. 220.

69  IAM, 2, 30.

70  Le « E » final présente une forme et une dimension qui permettent de formuler deux hypothèses de ligature : soit ET, soit ETF. Les éditeurs des IAM font de cette lettre un simple « F », ce qui semble improbable.

71  Hamdoune, 1997, p. 145.

72  Holder, 1980, p. 31 et pp. 49-50.

73  Son nom indiquait déjà une origine hispanique : le gentilice Valerius est le second nomen le plus répandu dans la péninsule Ibérique, alors qu’à Rome, il n’arrive qu’en sixième position. Voir Grupo Mérida, 2003, p. 407. On compte 718 occurrences de Valerius dans la péninsule Ibérique : ibid., pp. 333-335, carte 316. Le cognomen Bastula est un ethnique dérivé des Bastuli, peuple du sud de l’Hispanie, mentionné par Pomponius Mela, Chorographie, III, 4 et par Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 19 et 25.

74  Interprétation de Ch. Hamdoune, bien qu’avec une datation plus tardive : Hamdoune, 1997, p. 136.

75  Spaul, 2000, p. 98.

76  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 3, 19 ; Ptolémée, Géographie, II, 5, 7.

77  IAM, 2, 234.

78  Boube, 1979-1980, pp. 111-118, avec photo p. 113.

79  Ibid., pp. 111-112 (d’où AE, 1983, 996). Déjà Boube, 1977, p. 491, pl. CXLIV, 1, ainsi que Boube, 1999, pp. 482-484 et Labory, 2003, p. 127, no 862 (avec ajout fautif d’une référence aux dieux mânes). La datation de la seconde moitié du ier siècle, qui remonte à J. Boube, a été confirmée par Le Roux, 1982, p. 193 : « entre 50 et 80 ». Voir aussi Hamdoune, 1997, p. 144, no 5, qui opte pour l’époque flavienne « en fonction du gentilice impérial du dédicant ». Mais s’il est vrai qu’apparaît le gentilice Flavius, le prénom C(aius) s’éloigne de la dénomination impériale.

80  Boube, 1979-1980, p. 112.

81  Tasse à engobe jaune et à décor guilloché, de type Mayet XXXVIII B : voir Mayet, 1975, p. 77, pl. XLI.

82  Oswald, 1931, p. 281 et Isings, 1957, pp. 63-66.

83  Mayet, 1971, p. 447 et note 1.

84  Le Roux, 1982, pp. 276 et 336 (« sous Claude ou sous les Julio-Claudiens ») et Euzennat, 1989, p. 160.

85  Sur le diplôme de 109, la cohors Ia Lemavorum est dite c(ivium) R(omanorum).

86  Le Roux, 1982, pp. 193 et 336 et Grupo Mérida, 2003, p. 339, carte323 : sept occurrences de Vet(t)o en Lusitanie, dont quatre dans le territoire de la capitale, Mérida.

87  Spaul, 2000, p. 104.

88  Treize diplômes attestent la présence de cette unité en Tingitane entre le 9 janvier 88 et les années 160. Voir CIL,II, 5792 pour une liste détaillée des 10 premiers :10 des 11 diplômes citant l’ala IIIa Asturum répertorient également cette cohorte (excepté RMD, V, 410, sur lequel le nom de la cohorte est restituable, mais pas mentionné). À ces diplômes s’ajoutent trois autres découverts à Banasa et datés de 114/7 (IAM, 2, 237), du 18 novembre 122 (IAM, 2, 239) et de 129 (IAM, 2, 241). On restitue le nom de cette cohorte dans trois autres diplômes fragmentaires : AE, 2004, 1891 (Thamusida, 103/4) ; IAM, 2, 809 (Volubilis, 156/7) ; RMD, V, 410 (153, prov. inc.).

89  Le diplôme de Banasa (IAM, 2, 234) porte la formule I Bracar.

90  Roldán Hervás, 1974, pp. 107-109.

91  Ibid., p. 107.

92  CIL, III, 1773, ILIug 1928, ILIug 1929, AE, 2000, 1178 et 1179. Cette coh. I Augus. Bracar. des inscriptions de Bigeste, devenue la Ia Bracaraugustanorum chez Marín et al., 2000, pp. 510-514, n’est pas distincte de la Ia Bracar(orum) ou Bracar(um) du diplôme de Banasa. L’existence de noms différents s’explique par le souci de concision des diplômes, qui est moindre dans les épitaphes sur lesquelles figurent soit les deux termes séparés (AE, 2000, 1178), soit la contraction Bracaraug(ustanorum) [AE, 2000, 1179]. Pour une comparaison avec la nomenclature des autres unités de Bracares, voir Roldán Hervás, 1974, pp. 107-108.

93  Ainsi le nom Caturo, qui désigne à la fois le père du défunt Veranus et du dédicantCrispus dans AE, 2000, 1179, et le père du défunt Meduttus dans l’inscription no 176 de Roldán Hervás, 1974. Les noms uniques ou cognomina formés sur Catur- sont fréquents en péninsule Ibérique, puisque l’atlas onomastique le plus récent en relève 35, dont 10 compris dans un rayon de 50 km autour de Braga : voir Grupo Mérida, 2003, pp. 371-372, le Celte Catu « combat » et Delamarre, 2001, p. 94. Tures (AE, 2000, 1178) n’existe pas en Hispanie, mais on trouve 11 fois les noms de Tureus, a ou Tureius, a dans le nord-ouest de la Lusitanie (Grupo Mérida, 2003, p. 327). La racine Tur- est également présente dans les toponymes Turobriga (Lusitanie) ou Turriga (Galice). Alburus, a (AE, 2000, 1178) revient neuf fois en Lusitanie : Grupo Mérida, 2003, pp. 79-80.

94  Wilkes, 1969, pp. 140-144.

95  Date de départ de la legio VII C(laudia) : voir Marín et al., 2000, pp. 508-509.

96  CIL, XVI, 44 de 99, ZPE, 116 et 193 de 125, ZPE, 118 et 287, de 127 et CIL, XVI, 78 de 134.

97  ILM, 43, AE, 1966, 605, ILS, 9175, IAM, 2, 821.

98  Roxan, 1973, p. 846.

99  Restitution de Chatelain, 1942, no 48 et d’Euzennat, 1989, p. 300, qui publie la seule photo disponible de cette inscription. Ces auteurs, comme H. Dessau (CIL, VIII, 21820) distinguent, au début de la ligne 2, avant Neon, un « L » (caractère pointé). Cette lettre leur a permis de restituer le gentilice impérial [F]l(auius). H. Dessau avait, lui, émis deux autres hypothèses : [Ae]l(ius) et [C]l(audius). [Ae]l(ius) est moins probable, en raison du caractère ancien de la dédicace, réalisée peu après l’installation de la cohorte à Aïn Schkour (en 57 au plus tard). Par rapport à la lecture [-F]l(auius), l’hypothèse [C]l(audius) aurait l’avantage de replacer l’inscription à une époque antérieure, et ainsi de suggérer une installation du praetorium, les quartiers privés du préfet de cohorte, dès les années 40 ou 50. Voir l’interprétation de Spaul, 1992, qui propose [C. Iu]l(ius) plutôt que [Tib. [sic] C]l(audius), et fait ainsi de ce préfet de cohorte le descendant d’une famille ayant obtenu le droit de cité sous César ou Auguste. Cependant, sur la seule photo publiée, il est impossible de distinguer la moindre lettre avant le cognomen de Neon, y compris après un traitement informatique de l’image. Certes, la place existe pour quatre lettres, donc [C. Iul(ius)] conviendrait autant que [Ti Cl(audius)]. Mieux vaudrait aller réviser l’inscription avant toute discussion.

100  Rebuffat, 1998, p. 286 et Spaul, 2000, pp. 79-80.

101  CIL, XVI, 4 = ILS, 1987.

102  IAM, 2, 234.

103  IAM, 2, 236. Sur cette unité, voir Santos Yanguas, 2004.

104  IAM, 2, 510.

105  IAM, 2, 512.

106  Hamdoune, 1997, pp. 142-143.

107  CIL, XVI, 56.

108  En faveur de cette hypothèse : Roxan, 1973, p. 850 ; Devijver, 1984, p. 588 ; Rebuffat, 1998, p. 283 et Spaul, 2000, pp. 114-115, tandis que Roldán Hervás, 1974, pp. 130-131 et Benseddik, 1979, p. 56 distinguent ces unités, sans que des arguments décisifs viennent appuyer l’une ou l’autre des propositions.

109  IAM, 2, 234.

110  Roldán Hervás, 1974, nos 468-475.

111  Ibid.,pp. 220-221.

112  Rebuffat, 1992, pp. 454-456.

113  IAM, 2, 299 ; voir Hamdoune, 1997, p. 150.

114  IAM, 2, 234.

115  Spaul, 2000, pp. 419-420. L’inscription CILA, no 407, fig. 227 ne peut être considérée comme une preuve du contraire. Du nom de l’unité mentionnée, seul subsiste [s]agittariorum, terme qui intervient dans la nomenclature de plus d’une dizaine de cohortes, d’ailes ou de numeri d’archers syriens ou ituréens. En outre, cette inscription ne témoigne pas d’un recrutement local d’un soldat auxiliaire ; il s’agit d’un fragment de cursus d’un magistrat d’Italica, qui a pu être envoyé à la tête de cette unité partout dans l’Empire.

116  IAM, 2, 234.

117  Diplôme daté d’entre 162 et 169 ou d’après 180, pour l’AE, 1985, 992 (discussion dans RMD, III, 186).

118  Spaul, 2000, p. 308.

119  Cohortes Ia Lemavorum, Ia Hispanorum, Ia Asturum et Callaecorum, IVa Gallorum Equitata. À noter le cas particulier de la Ia Bracarum, certes levée en Hispanie, mais stationnée en Dalmatie avant d’être envoyée en Tingitane.

120  Alae IIIa Asturum, Ia Augusta Gallorum et Tauriana Torquata. Cas de l’ala Gemelliana incertain.

121  Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 24 ; Alföldy, 1969, pp. 153-154.

122  Rebuffat, 1992, p. 289.

123  Tacite, Histoires, II, 58, 1 et 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwladys Bernard et Michel Christol, « Les relations militaires entre l'Hispanie et la Maurétanie Tingitane à la fin du Ier siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 189-208.

Référence électronique

Gwladys Bernard et Michel Christol, « Les relations militaires entre l'Hispanie et la Maurétanie Tingitane à la fin du Ier siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2924

Haut de page

Auteurs

Gwladys Bernard

Ecole des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Michel Christol

Université de Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org