Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Francisco Prontera, Otra forma de mirar el espacio

Maria Cruz Cardete del Olmo
p. 368-371
Référence(s) :

Francisco Prontera, Otra forma de mirar el espacio. Geografía e historia en la Grecia antigua, Málaga, Centro de Ediciones de la Diputación de Málaga, 2003, 162 pp.

Texte intégral

1Les initiatives qui, à l’instar de celle-ci, promue par le Centro de Ediciones de la Universidad de Málaga (CEDMA), nous rapprochent de la connaissance de la géographie antique, ne peuvent être que bienvenues. Cette discipline n’a pas reçu en Espagne toute l’attention qu’elle mérite en raison, principalement, du biais exagérément philologique de l’Histoire antique telle qu’elle est étudiée dans les universités et les centres de recherche espagnols.

2Otra forma de mirar el espacio. Geografía e historia en la Grecia antigua, prend fait et cause en faveur des études géographiques, leur donnant la place qu’elles méritent, et ce, sous la signature d’une des grandes figures européennes de l’étude de l’espace dans sa dimension historique, Francesco Prontera. Ses travaux sont utiles pour enrichir notre vision d’historiens par des approches géographiques sans lesquelles nous ne pourrions pas comprendre, par exemple, les relations des habitants d’une cité avec leur environnement ou les configurations spatiales qui permettaient d’ordonner le monde et de le concevoir humanisé. Auteur lui-même de travaux sur la géographie antique et défenseur de l’importance de la géographie pour la compréhension du passé, Gonzalo Cruz Andreotti a réalisé un bon travail de traduction et d’édition, ainsi que de divulgation de l’œuvre de Prontera. À l’exception des chapitres 4 et 5, déjà traduits et édités par Aurelio Pérez Jiménez, tous les articles ont été traduits par Cruz Andreotti.

3Les articles recueillis dans cet ouvrage comprennent une partie des productions scientifiques de Prontera concernant des problèmes de géographie grecque antique qui ont été publiées entre 1993 et 2000. Classées chronologiquement, elles permettent de suivre l’évolution de sa pensée. C’est le cas de l’importance que les auteurs anciens ont eux-mêmes accordé à la géographie d’Homère, qui est traitée en profondeur dans le premier article —« Acerca de la exégesis helenística de la geografía homérica »— mais qui réapparaît dans les chapitres suivants (dans le deuxième —« Las bases empíricas de la cartografía griega »— et dans le dernier —« La geografía de Polibio. Tradición e innovación »—). Le thème n’est pas futile. Nous pouvons même parler d’une division de la pensée scientifique antique entre ceux qui revendiquaient l’œuvre d’Homère comme un compendium de tout savoir, comme Crates de Malos et ceux qui, comme Ératosthène, promouvaient l’évolution des connaissances, en considérant qu’un auteur de référence, si génial qu’il fût, ne peut répondre à toutes les questions que se posent les savants. Cette dualité représente l’éternel affrontement entre ceux qui conçoivent l’histoire et le devenir humain de manière statique et prévisible, soumis à des normes qui peuvent être connues a priori, et ceux qui la vivent d’une façon active et, par conséquent, évolutive. Non seulement Ératosthène représentait une option géographique réservée aux érudits dans le monde grec, mais sa façon de comprendre la science nous montre un changement mental, une idéologie du progrès et de la construction sociale de l’espace qui s’affrontait à la tradition pour tenter de bouleverser les valeurs anciennes.

4La géographie conduit directement l’Histoire sociale par une transition fluide qui n’aurait jamais dû être interrompue mais que les compartimentations académiques ont trop souvent figée. Prontera souligne fréquemment le caractère social de l’espace, l’empreinte que laissent dans sa construction (car il s’agit bien d’une construction, d’une réélaboration continue) différents aspects de la science antique, tels que ceux que nous allons maintenant évoquer.

5Dans « Las bases empíricas de la cartografía griega », l’auteur met en relief le rôle de la conscience centrée sur l’hellénisme dans la mise en ordre des données dont disposaient les navigateurs et géographes grecs, une idée qui réapparaît dans « Notas sobre Iberia en la Geografía de Estrabón » et dans « Sobre la delineación de Asia en la geografía helenística », article de 1998 complété par un autre de l’année 2000, plus centré sur la géographie physique : « Del Halis al Tauro. La descripción y representación de Asia Menor en Estrabón ». D’Ératosthène à Strabon, les deux géographes qui sont ici analysés le plus en profondeur par Prontera, la carte mentale qu’avaient les Grecs de la Grèce et de sa position dans le monde se voit modifiée par les conquêtes d’Alexandre, le développement des études géographiques, l’ouverture de nouveaux ports commerciaux et le début de l’expansion romaine en Méditerranée. Les différentes modifications des données géographiques changent les réalités topographiques et, ce qui est le plus important, la perception que les Grecs avaient du monde et de leur position dans celui-ci.

6Un des thèmes auxquels l’auteur prête le plus d’attention est celui de l’utilisation de la toponymie comme marqueur de réalités géographico-mentales, notamment dans l’article « Italia en la ecúmene de los griegos ». Nommer un lieu comporte de considérables implications géographiques et sociales qui vont au-delà de la simple dénomination topographique. Le nom génère un concept qui, dans le cas de l’Italie, a connu une expansion géographique et s’est étendu jusqu’à atteindre des dimensions physiques considérables (depuis la mer jusqu’aux Alpes), mais également une charge sémantique très forte qui, en certaines occasions, a fini par associer un peuple ou « ethnos » à un espace géographique précis.

7L’ethnicité est un autre des thèmes dont traite Prontera, tant au travers de commentaires tout au long des différents chapitres que dans un article consacré spécialement à cette question : « Identidad étnica, confines y fronteras en el mundo antiguo ». Les études sur l’ethnicité antique ont pris de l’importance lors de ces dix dernières années, ce qui répond en partie à des préoccupations modernes, dans lesquelles l’élément ethnique se revendique aussi bien comme arme d’exclusion que d’intégration dans le débat politique. Cependant, sa projection sur le monde antique nous a aidés à comprendre les images que les peuples ont créées d’eux-mêmes, ainsi que les mécanismes de reconnaissance, d’exclusion et d’inclusion qu’ils ont utilisés au moment de former leurs sociétés et de les différencier des autres. Dans ce sens, Prontera analyse le concept développé par les différentes cités grecques sur elles-mêmes et sur les autres (les Perses, mais également les Ioniens pour les cités doriennes et vice-versa).

8Une idée qui réapparaît constamment tout au long des huit articles qui composent cet ouvrage, et qui mérite une mention spéciale, est celle de l’importance de la perception dans la construction des paysages. En Grèce, déclare Prontera sans détours, mythe et histoire ont contribué, dans la même mesure que la nature, à profiler la physionomie régionale. Les éléments géobiologiques des paysages, antérieurs à l’homme et que celui-ci ne peut modifier, ne sont pas aussi déterminants que la géographie traditionnelle a bien voulu le faire croire. Le paysage ne parviendra à exister qu’en vertu d’une décision humaine, d’une histoire particulière, car seulement à ce moment il signifie quelque chose pour l’homme. La reconnaissance de la perception comme une valeur fondamentale du regard géographique n’est apparue que dans les années 70, période au cours de laquelle s’est développée ce que l’on appelle la géographie de la perception, fruit du rapprochement de la géographie avec d’autres disciplines, en particulier avec la psychologie comportementaliste, dans une tentative de dépasser les limites interprétatives de la Nouvelle géographie. Le comportementalisme appliqué à l’espace (par exemple, dans l’œuvre du célèbre géographe Yi-Fu Tuan) conçoit celui-ci comme un concept subjectif, individualisé. Chaque être humain perçoit l’environnement d’une façon différente en se servant d’images qui agissent comme médiateur entre la réalité et leur esprit ; de sorte que l’espace est une projection éminemment vitale, et pas seulement conceptuelle.

9Vu le thème du livre, une annexe cartographique s’avère indispensable. L’éditeur a reproduit les cartes que Prontera lui-même a utilisées dans la première publication des articles recueillis. Il convient de préciser que les cartes de Prontera répondent à un concept cartographique traditionnel qui accorde plus d’importance à l’élément topographique (la simple situation des lieux sur une carte) qu’à la conceptualisation que suppose le tracé d’une image du monde, ce qui ne correspond pas à la richesse de pensée dont l’auteur fait montre tout au long du livre.

10En définitive, nous nous trouvons face à une œuvre soignée, éditée avec zèle et qui, grâce à la qualité du texte et à la présentation de celui-ci (une conception simple et souple), contribuera sans aucun doute à faire connaître parmi les professionnels et les étudiants les fines analyses de Francesco Prontera, ainsi que l’intérêt que de tels travaux présentent pour le futur de la recherche espagnole dans le cadre de l’Histoire antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Cruz Cardete del Olmo, « Francisco Prontera, Otra forma de mirar el espacio », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 368-371.

Référence électronique

Maria Cruz Cardete del Olmo, « Francisco Prontera, Otra forma de mirar el espacio », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/300

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org