Navigation – Plan du site
Miscellanées

La Ciutat de Repòs i Vacances

modèle théorique des structures de loisirs dans la ville fonctionnelle du mouvement moderne
La Ciutat de Repós i Vacances, modelo teórico de las estructuras de ocio en la ciudad funcional del movimiento moderno
La Ciutat de Repòs i Vacances, a theoretical model of leisure structures in the functional town of the modern movement
Julie Roland
p. 245-262

Résumés

Le GATCPAC, groupe d'architectes moderne durant la Seconde République espagnole, propose en 1933 un projet de Ciutat de Repòs i Vacances pour la ville de Barcelone. Le projet qui s'étend sur 8 km de plages au sud de la capitale catalane constitue le projet emblématique de ce groupe d'architecte visant à la réalisation d'une ville nouvelle dédiée au repos des masses laborieuses. Loin de n'être qu'un projet architectonique, la solution présentée répond aussi à un programme politique et social visant à répondre à la crise économique que traverse le pays. Il s'agit alors de comprendre la place de ce projet dans la vie politique catalane et la portée théorique de la Ciutat de Repòs i Vacances dans les réflexions internationales des architectes du mouvement moderne. Au-delà d'un contexte régionaliste, il s'agit de comprendre la portée supranationale du projet catalan.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

La generació proletària anterior passava el dia a la taverna i a les sales de joc ; és un deure dels actuals directors de la ciutat facilitar al proletariat la satisfacció de les seves ànsies de llum i descans (GATCPAC, « Una ciutat de repòs per a Barcelona », Mirador, 5 novembre 1931, p. 7).

  • 1  Grupo de Arquitectos y Técnicos Catalanes para el Progreso de la Arquitectura Contemporánea. Ce so (...)
  • 2  « Memòria, pressuposts, esborranys del presupposts, amidaments, apunts manuscrits de la memòria », (...)
  • 3  La coopérative compte l’affiliation de quelque 600 associations, parmi lesquelles les athénées bar (...)

1En mars 1933 est présenté, dans les salles aménagées sous la place de Catalogne à Barcelone, le projet de Ciutat de Repòs i Vacances du GATCPAC1. Ce projet, qualifié de « altamente social2 » et d’utilité publique par le groupe, recueille plus de 9 000 signatures dans le livre d’or laissé à disposition des visiteurs. La Coopérative de la Ciutat de Repòs i Vacances en charge de son exécution comptera, quant à elle, quelque 800 000 membres, institutions et individus confondus, démontrant l’engouement suscité par la proposition des architectes du GATCPAC3.

  • 4  Le plan a été ainsi appelé en l’honneur du président de la Generalitat de Catalunya, Francesc Maci (...)
  • 5  Les CIAMfurent créés en 1928 au château de La Sarraz et comptaient, parmi leurs membres les plus i (...)

2Projet à la fois architectural et urbanistique, la Ciutat de Repòs i Vacances établit une véritable ville de loisirs sur près de huit kilomètres de plages au sud de Barcelone. Elle constitue un aboutissement des réflexions du groupe sur les structures d’éducation populaire et la ville fonctionnelle. Bien plus que le plan Macià4 pour Barcelone, qui s’apparente à un projet corbuséen orthodoxe, la Ciutat de Repòs i Vacances acquiert un statut de poids dans les réflexions du mouvement moderne sur les loisirs de masse lors de sa présentation au CIAM5 IV d’Athènes. Ce congrès organisé durant l’été 1933 se propose d’étudier les bases de la ville fonctionnelle — travailler, habiter, se délasser et circuler — pour présenter un corpus de solutions au chaos de la ville issue de la révolution industrielle.

3Élaboré dans le contexte de la Seconde République espagnole, le projet de loisirs du GATCPAC est confronté à la mise en place d’un régime nouveau dont les conditions, économiques et politiques, sont instables. Le projet naît dans le cadre de la politique autonome catalane avec le soutien par la Generalitat de Catalunya et est soumis aux changements politiques et à la crise économique qui traverse la région. Sa construction, continuellement ajournée, est définitivement suspendue par le coup d’État militaire qui transforme le rêve républicain en une guerre civile définitivement perdue en 1939. Finalement, la première pierre de la Cité ne sera jamais posée.

4Même si le projet ne se concrétise pas, il semble intéressant de comprendre comment il réussit à devenir un des fondements de la Charte d’Athènes qui constitue la théorisation de la ville fonctionnelle issue des réflexions des CIAM. Pour cela, il est nécessaire de revenir sur les circonstances de la création de ce complexe, tant politiques que sociales et bien sûr, sur le contenu des propositions de ce programme moderne de loisirs. Nous étudierons dans un premier temps la gestation de ce projet pour l’amélioration de la société puis nous analyserons le projet architectural et urbanistique de loisirs de masse. Finalement, nous nous intéresserons aux suites théoriques du projet. Bien que ce projet n’ait pas été réalisé, la Ciutat de Repòs i Vacances a contribué à l’écriture de la ville fonctionnelle à travers la publication de la Charte d’Athènes de Le Corbusier, mais aussi de l’ouvrage d’un des protagonistes du projet, Can Our Cities Survive ? de Josep Lluís Sert.

La Ciutat de Repòs i Vacances, un programme social

Émergence du projet dans le contexte de la Seconde République espagnole

  • 6  ERC est né en mars 1931 de la fusion de divers partis de la gauche catalaniste : l’Estat Catalàaut (...)
  • 7  Cette expression est née durant le gouvernement de la droite catalaniste pendant la Mancomunitat d (...)
  • 8  Ealham, 2005, p. 31.

5La naissance de la Seconde République espagnole, à la suite de la victoire des partis républicains et socialistes aux élections municipales d’avril 1931, s’accompagne de la renaissance des autonomies régionales et ouvre la voie à des initiatives locales en faveur des masses ouvrières. L’autonomie catalane qui se forme autour de Francesc Macià, le « grand-père du peuple », leader d’Esquerra Republicana de Catalunya6 et de son programme de modernisation de la Catalogne, annonce une période faste pour la réflexion des architectes modernes du GATCPAC tant sur la ville de Barcelone que sur sa région, la « Catalunya-Ciutat7 ». Appartenant à la bourgeoisie libérale de ce premier tiers du xxe siècle, les architectes du GATCPAC partagent les préoccupations de l’élite politique et économique barcelonaise qui, entre philanthropisme et préoccupation sociale, est désireuse de créer une ville capitaliste moderne. La parution dans a. C. de divers reportages sur les conditions de vie ouvrières illustrent un intérêt grandissant pour les quartiers insalubres de Barcelone, tel le « Barrio Chino », et le développement d’une architecture capable de transformer les modes de vie en changeant l’environnement physique à travers la planification urbaine8.

  • 9  « Les campanyes per el millorament intel·lectual i físic de la classe treballadora », statut de l’ (...)
  • 10  La loi sur la semaine de congés payés a été votée en 1931.

6Les architectes du groupe étaient aussi très attachés aux athénées barcelonaises, notamment l’Ateneu Enciclopèdic Popular qui comptait parmi ces membres les dirigeants du gouvernement catalan, les élites de la ville. Le but de l’Ateneu Enciclopèdic Popular était d’offrir un modèle de culture populaire. Autour de débats, de cours, d’ateliers menés principalement par des personnalités issues de la gauche, il s’agissait d’apporter des solutions aux problèmes de la société et d’organiser « des campagnes pour l’amélioration intellectuelle et physique de la classe ouvrière9 ». L’idéal était l’accès à une solide culture politique, sociale et physique des couches les plus défavorisées de la société. La formation du réseau d’influence du GATCPAC est nettement liée au développement des athénées. Par exemple, l’oncle de Josep Lluís Sert, le peintre Josep Maria Sert, a été l’un des membres de la junte de l’Ateneu Enciclopèdic Popular. Ce sont ces liens tissés préalablement entre les membres du GATCPAC et les technocrates qui permettent les développements des programmes architecturaux et urbanistiques durant la République. Ainsi, une des premières grandes propositions que ceux-ci présentent à la Generalitat de Catalunya est un projet de « récupération des forces de travail » des ouvriers et d’organisation de leur jour de repos, avec le programme de la Ciutat de Repòs i Vacances. Il s’agit de répondre à deux des préoccupations des élites dirigeantes catalanes : d’une part, l’éducation des masses pour s’opposer à l’oisiveté et à la dépravation supposées de l’ouvrier du fait de l’augmentation de son temps libre10 et d’autre part, le problème du chômage de ces mêmes ouvriers avec l’arrivée tardive de la grande dépression de 1929 en Espagne.

L’ambition sociale du projet

7Concernant la dimension sociale de la Ciutat de Repòs i Vacances deux priorités émergent : d’une part offrir à l’ouvrier asphyxié par la vie dans la ville industrielle un lieu de délassement au contact de la nature et de récupération de sa forme physique et d’autre part, de développer un programme d’éducation physique et morale. La « désorientation » supposée de l’ouvrier face au temps libre est l’une des principales motivations pour la création de la Ciutat de Repòs i Vacances, ainsi que le traduit le mémoire descriptif du projet :

  • 11  « Memòria, pressuposts, esborranys del presupposts, amidaments, apunts manuscrits de la memòria », (...)

¿ En qué tienen que emplear los obreros estas vacaciones ? Fácilmente se puede hacer cargo al lector de la desorientación que debe reinar entre las clases obreras. Por esta razón los organismos dirigentes encargados de divulgar los principios de cultura, higiene, etc. a las masas populares, deben adelantarse y encauzar la solución que esté más de acuerdo con la necesidades obreras, de tal modo que éstas, sin darse cuenta, vayan siguiendo el camino que se les haya trazado, si está hecho con acierto y cuidado suficiente11.

  • 12  Voir le numéro 7-8, (janvier-avril) 1979, de la revue Hinterland dédié à l’émergence des structure (...)

8Cette préoccupation de classes dirigeantes pour mettre l’ouvrier dans le droit chemin est l’un des questionnements les plus importants de ce début de xxe siècle avec la mise en place de politiques qui se veulent tant hygiénistes que « civilisatrices ». Les loisirs de masses occupent une place majeure dans les politiques sociales des années 1930 que se soit en Espagne qu’ailleurs en Europe. Ils impliquent l’organisation de structures destinées à des distractions jugées enrichissantes comme le cinéma, le sport amateur ou encore le jardinage12. Cette entreprise de « rédemption » des masses s’inscrit dans le continuum des initiatives paternalistes des classes dirigeantes, depuis le xixe siècle, avec le déplacement du discours du logis vers celui des loisirs.

  • 13  Le PSUC, fondé en 1936, est né de la fusion de quatre partis politiques : l’Unió Socialista de Cat (...)

9Mais lorsque le GATCPAC se propose de créer une ville nouvelle de vacances, il veut aussi offrir les mêmes structures aux classes populaires que celles qui sont réservées d’ordinaire aux classes aisées. En effet, bien qu’appartenant aux classes dirigeantes barcelonaises, la plupart des architectes du GATCPAC partagent les valeurs de la République comme le montre leur engagement politique. On peut notamment citer les cas de Josep Torres Clavé ou encore de Francesc Fàbregas, adhérents du PSUC, le Partit Socialista Unificat de Catalunya13. Le projet du GATCPAC résulte ainsi d’une volonté de démocratisation des loisirs mais aussi et surtout d’un questionnement sur la vie dans la ville industrielle :

  • 14  GATCPAC, « La necesidad de la vida al aire libre », a. c., nº 7, 1932, p. 17.

El deporte, la vida higiénica al aire libre, el perfecto equilibrio físico, constituye hoy en día una necesidad ineludible para las masas. El ritmo veloz, absorbente y dinámico de la vida moderna, exige estos paréntesis de contacto directo con una atmósfera sana. Existe la necesidad, pero no los medios fáciles de satisfacerlas. Es preciso, pues, crearlos de una manera inteligente y racional14.

  • 15  La piscine « El Lago », de Luis Sala, et les bains et la piscine « La Isla », de Luis Gutiérrez So (...)

10En ce début de République, Barcelone n’a pas encore construit de structure de loisirs destinée aux masses contrairement à Madrid qui commence à se doter de terrains de sports municipaux, de piscines, etc.15. La capitale catalane reste encore, à bien des égards, la ville de la bourgeoise industrielle. Elle ne possède qu’un club nautique et des terrains de sports privatifs réservés aux classes aisées. Peu de loisirs s’offrent aux ouvriers, d’autant qu’il est difficile de sortir de la ville les jours fériés, car les transports en commun desservant la côte catalane sont alors quasiment inexistants. La plage de Barcelone, qui est alors un des endroits les plus fréquentés lors des jours chômées, ne remplit pas les conditions hygiéniques exigées avec la proximité du port et aussi le passage des trains de marchandise en bordure de mer. Partant du constat d’un manque de moyens de transport permettant à la population de sortir de Barcelone durant son temps libre, les architectes du GATCPAC proposent un programme rationnel d’accueil des masses à proximité de la ville.

  • 16  Les désurbanistes russes croyaient que la dispersion territoriale améliorerait les conditions de v (...)
  • 17  GATEPAC, « La ciudad verde de Moscú », A. C., mai 1931, pp. 30-32.

11Le modèle de référence pour l’établissement de la Ciutat de Repòs i Vacances est le projet de « ville verte » proposé pour Moscou par les désurbanistes16 Ginzburg et Barchtch. Un article sur ce projet est paru dans le premier numéro de la revue du GATEPAC, A. C., en mai 1931. La « ville verte » a été le thème d’un concours lancé en 1930 par la revue Pravda dont le but était de créer, dans la périphérie de Moscou, une puis plusieurs zones de repos où les travailleurs pourraient venir se détendre le week-end. L’article de A. C. décrit le projet de ville verte comme la meilleure solution aux problèmes du repos ouvrier et de son éducation intellectuelle17 : et les infrastructures proposées sont ni plus ni moins celles qui seront projetées pour la Ciutat de Repòs i Vacances. Le travail de Ginzburg et Barchtch propose une ville alternative et nouvelle devant permettre progressivement l’abandon du Moscou. Leur ville verte est un lieu ouvrier de repos, un ensemble d’éléments de résidence et de vacances dans un lieu isolé de la ville. Tous ces éléments du projet soviétique permettent de comprendre l’origine de la Ciutat de Repòs i Vacances et sa spécificité urbaine, avec la création d’une ville nouvelle de loisirs à l’écart de la ville historique. En revanche, le GATCPAC n’envisage pas la création qui se substituerait à Barcelone mais plutôt l’inscription de la Ciutat de Repòs i Vacances dans un plan régional élaboré à partir de la capitale catalane et sa proche périphérie pour aboutir à un plan de référence pour la communauté catalane.

Des objectifs économiques et politiques précis

  • 18  L’Institut contra l’Atur Forçòs — Institut contre le chômage forcé — est créé le 20 mai 1933 : il (...)

12À côté de ces ambitions sociales, le projet de la Ciutat de Repòs i Vacances répond à des objectifs économiques précis. En effet, Barcelone, la ville la plus industrielle d’Espagne, est touchée au début des années 1930 par les répercussions de la crise de 1929. Le chômage dont souffre une grande partie de la population barcelonaise est alors pris en charge par la mairie et la Generalitat. Cette dernière est à l’origine de l’Institut contra l’Atur Forçòs18 dont la politique s’apparente à celle du New Deal. Le projet proposé par le GATCPAC s’inscrit dans la politique de la Generalitat de Catalunya en faveur de grands travaux visant à donner du travail aux chômeurs et à relancer l’économie. En effet, à travers la construction par étapes de la Ciutat de Repòs i Vacances puis l’ouverture de ses structures au public, il s’agit non seulement de lutter contre la crise de la construction mais aussi d’aider le secteur de l’hôtellerie, celui des transports, etc., avec l’idée de trouver une solution sur le long terme au chômage endémique.

  • 19  Le 6 octobre 1934, Lluís Companys proclame « la République de Catalogne dans la République fédéral (...)
  • 20  La pose de la première pierre pour la construction de la Ciutat de Repòs i Vacances était prévue p (...)
  • 21  « Estatuts de la Cooperativa », dans Archives du GATCPAC, C 35/229.
  • 22  Ibid.
  • 23  Francesc Roca n’hésite pas à refuser toute viabilité à ce genre de structures : « les coopératives (...)

13La construction, à l’origine, devait être financée par le gouvernement autonome. Cependant, les difficultés croissantes rencontrées par ce dernier en raison, notamment, du retard pris dans le transfert des pouvoirs de l’État central à la Catalogne puis, en octobre 1934 de la suspension de l’autonomie à la suite de la rébellion du Président de la Generalitat de Catalunya19, Lluís Companys, annulent toute possibilité de réalisation par les autorités publiques20. Néanmoins, les architectes, loin d’enterrer leur projet, créent une coopérative pour la construction de la Ciutat de Repòs i Vacances. Du fait du retrait des pouvoirs publics, le pouvoir de la coopérative est très étendu. Son rôle aurait été à la fois l’édification de la Ciutat de Repòs i Vacances, sa gestion et l’organisation de manifestations visant à rentabiliser la construction. Les statuts de la coopérative ne laissent pas de doute quant aux ambitions sociales du programme et à sa modernité. Il s’agit d’« establir una obra d’interès social […] que es proposa esencialment la cultura del poble i l’organització racional del repòs21 », et dont le but est de proposer des zones de repos et de loisirs selon les « orientations modernes22 » sans plus d’explication sur le sens de cette expression. L’idée de créer un système de gestion coopératif semble faire partie des idéaux progressistes des années 1930 en Espagne23.

  • 24  « Acta de la ponència creada per “l’assumpte Subirana” », dans Archives du GATCPAC, C 2/12.
  • 25  « La Generalitat de Catalunya es fa càrrec del Pla d’Obres de la Cooperativa “la Ciutat de Repòs i (...)
  • 26  Décret daté du 4 octobre 1937, reproduit dans ibid., pp. 54-56.

14Même si la coopérative compte quelque 800 000 membres, elle ne réussit pas à mettre en marche la réalisation du projet. Les circonstances extérieures ont pesé. L’instabilité politique de la République a empêché l’appropriation des terrains nécessaires. Les architectes du GATCPAC ont été chargés de rédiger la loi d’expropriation qui devait être soumise à Indalecio Prieto, ministre des Travaux publics. Joan Bautista Subirana, architecte du groupe catalan résidant à Madrid, devait soumettre le projet de loi élaboré en août 1933 : or, Subirana n’a jamais remis le texte à Indalecio Prieto, prétextant ne pas connaître suffisamment l’affaire pour pouvoir restituer cette proposition. Le mécontentement des Catalans fut tel qu’ils votèrent, dans le cadre de leur réunion hebdomadaire sur les projets à charge du groupe, l’expulsion de Subirana de l’organisation24. Indalecio Prieto qui quitte le ministère en septembre 1933 entraîne celui des socialistes et la chute du gouvernement de Manuel Azaña. En octobre 1933, à la suite de la victoire de la droite aux élections générales, le GATCPAC semble enterrer son projet de loi pour l’appropriation des terrains nécessaires à la Ciutat de Repòs i Vacances. Cependant, à la suite des élections du Front Populaire de février 1936, s’ouvrent le processus de municipalisation des terrains et les négociations sur le début de travaux dont le financement doit être à la charge du Conseil économique de la Generalitat. En effet, la Generalitat de Catalunya est prête à déclarer la « zone d’utilité publique » et à financer les travaux jusqu’à ce que la coopérative réussisse, grâce à une souscription publique, à atteindre l’autofinancement des travaux. Le décret de construction de la Ciutat de Repòs i Vacances ne laisse aucun doute sur la nécessité de la réalisation de ce projet : « La Cooperativa “La Ciutat de Repòs i de Vacances”, entitat d’interès públic, té projectada la realització d’una vasta obra d’utilitat social remarcable25 ». Ce premier décret place sous tutelle de la Generalitat de Catalunya la construction de la Ciutat de Repòs i Vacances. La coopérative se charge de diriger les travaux sous la présidence d’un comité d’intervention composé du Conseiller à l’économie assisté de son délégué et d’un délégué de la junte directive de la coopérative. Quelques mois plus tard, en octobre 1937, est publié le décret d’appropriation des terrains nécessaires à la réalisation des premiers travaux. La Coopérative, toujours sous tutelle de la Generalitat, obtient ainsi le droit d’intervention sur les terrains26 et la garantie de mener à bien la construction du projet. Mais, la guerre civile et la déroute de la République mettent un terme définitif à la Ciutat de Repòs i Vacances.

  • 27  Bohigas, 1970, p. 41.

15Si ce projet présente des enjeux sociaux, politiques et économiques, il est aussi un des projets d’architecture moderne des plus complexes alliant à la fois préceptes architecturaux et urbanistiques d’un moderne « orthodoxe », pour reprendre la formule d’Oriol Bohigas27, avec une vocation de défi théorique à la doctrine. Après avoir évoqué les intentions du projet, il est intéressant de comprendre le développement de cette ville nouvelle dédiée aux loisirs.

La Ciutat de Repòs i Vacances : programme architectural et urbanistique

  • 28  Les vieux quartiers de Barcelone, Barrio Chino, Barrio Gótico et Barrio de Santa María del Pi, pos (...)

16C’est à l’occasion d’une promenade de dix kilomètres au sud de Barcelone, sur des plages désertes, que les architectes du GATCPAC ont l’idée de développer un véritable parc maritime. À partir d’octobre 1931, ils commencent les premières esquisses d’un projet articulé autour du prolongement sur 15 km d’une des grandes avenues barcelonaises, les Cortes Catalanes, vers les plages de pinèdes. En mars 1933, le projet de Ciutat de Repòs i Vacances est exposé au cœur de la ville, entre les quartiers historiques, insalubres et populaires28, et l’extension bourgeoise de Cerdà. Les membres du GATCPAC s’adressent directement aux populations concernées : à la fois la population ouvrière de la ville à qui s’adresse l’œuvre, et la bourgeoisie catalane qui est la plus à même de participer financièrement à la construction. Le projet dévoilé durant l’exposition propose la réalisation d’une véritable ville ex nihilo, consacrée aux loisirs. Or, les jeunes architectes, plutôt que de créer de nouvelles structures pour la bourgeoisie, esquissent un projet sur les territoires municipaux de trois villes (Gavà, Casteldefells, et Viladecans) et créent une ville pour tous.

17Le projet se compose d’une trentaine de structures dans un espace divisé en cinq zones répondant avant tout à un critère de séjour sur le site. La Ciutat de Repòs i Vacances s’étend de part et d’autre de l’axe de circulation venant de Barcelone. Le centre de réception des visiteurs sert à l’orientation de ces derniers. Deux zones se déploient au nord de l’axe et deux au sud. Toutes quatre sont perpendiculaires à la mer et dédiées à celle-ci, alors que la cinquième est projetée en arrière, à l’intérieur des terres.

La zone de jardinage

18Cette dernière zone est dévolue à un « nouveau » loisir : le jardinage. Lors des modifications du projet entre 1931 et 1934, la superficie dédiée aux cultures est doublée avec la création de plus de quatre milles parcelles. Cette extension est étroitement liée à la disparition des espaces de jardin dans la ville de Barcelone. Des jardins coopératifs existaient dans les quartiers de Horta, San Gervasi ou encore Gràcia, mais l’urbanisation rapide de la ville menace à terme ce loisir. Ainsi, les jardins de Montjuich ont disparu avec l’aménagement de la colline et de ses alentours pour l’Exposition internationale de 1929. Les architectes prévoient, par la création de cette zone, la possibilité de développer non seulement un espace de repos consciencieux pour l’ouvrier mais aussi la vente de ce travail à travers la création d’une coopérative de consommation. Par ailleurs, cette coopérative avait aussi la charge de l’achat du matériel nécessaire à la création des jardins, telles que les graines, de manière à libérer le jardinier amateur des questions de gestion et à s’assurer de son dévouement complet à ce loisir. Les architectes envisagent aussi l’organisation de concours :

  • 29  « Memòria, pressuposts, esborranys del presuposts, amidaments, apunts manuscrits de la memòria », (...)

Para el plan de organización de la Ciudad de Reposo figura el establecimiento de concursos que serán de diferentes clases : floricultura, horticultura, etc. privada que forzosamente ha de dar resultados sorprendentes por la variedad de objetivos que con estos estímulos se pueden atacar, ya obteniendo nuevas variedades de flores, frutas, etc. ya mejorando algunas calidades29.

19Le jardinage est ici pensé comme un acte d’accomplissement de soi. Il permet de recueillir le fruit de son labeur, de l’exposer et d’être reconnu à travers les concours. Pour les membres du groupe, l’art du jardinage est le meilleur accomplissement de l’homme car il s’offre comme un vecteur productif tant à ses propres besoins qu’à ceux des autres. Sans rapport direct avec l’emplacement maritime de la ville nouvelle, cette zone accompagne tout de même les quatre autres espaces dont les activités s’articulent autour de la mer. Ces zones, d’environ deux milles mètres de long chacune, offrent un accès direct à la mer et aux espaces de loisirs.

Les zones de récupération des forces physiques

20La zone la plus au sud est destinée à la reconstitution de la force physique de l’homme par le repos. Elle est composée d’hôtels-sanatoria en bord de plage pour les cures à base de soleil. Le séjour peut être court, d’une journée, ou de nature médicale. La volonté est d’y traiter l’épuisement physique et mental de l’ouvrier et les maladies, telle la tuberculose, maladie endémique de ce début de siècle. Jouxtant cette zone, à l’arrivée de la route de Barcelone, se situe celle qui est réservée aux bains pour la journée. Celle-ci se compose de cabines de bain avec solarium et piscine ainsi que de restaurants populaires. Elle doit accueillir le baigneur du dimanche, ou du jour férié, qui souhaite s’éloigner de la ville et de sa frénésie durant quelques heures. Ces installations en bord de plages sont complétées par des structures sportives éparpillées dans la pinède. Elles se composent de terrains de football, de basket-ball, de tennis, de pistes d’athlétisme, ouverts aux professionnels et aux amateurs. Ces équipements sportifs sont en accès libre, la coopérative devant s’occuper du maintien des structures et de la fourniture des équipements. La pratique d’un sport s’accompagne de la possibilité d’apprendre celui-ci par une offre de cours. La promotion de la pratique du sport est parachevée par l’organisation de compétitions destinées à favoriser l’esprit collectif et le développement personnel.

Deux zones pour les séjours : le week-end et les congés payés

  • 30  Ces maisons démontables sont à la fois parties intégrantes de la Ciutat de Repòs i Vacances et ind (...)
  • 31  GATCPAC, « La casa para el fin de semana (week-end) », A. C., nº 7, 1932, p. 18.

21Au-delà de cette zone, plus au nord, se trouvent les deux espaces réservés au séjour de plus longue durée : l’une pour le week-end et l’autre pour les congés annuels. Ceux-ci comportent moins de structures d’accueil que les précédents. Ils visent à la tranquillité des occupants en mettant à leur disposition des logements individuels et collectifs éparpillés dans la pinède, le tout agrémenté de chemins de promenade et de canaux aménagés. La première de ses deux zones se compose d’hôtels de plage avec des chambres-cabines inspirées des cabines de paquebot, et de maisonnettes démontables. Ces maisons démontables doivent être accessibles à tous. L’assemblage est en effet très simple, à base de panneaux de liège amovibles, relativement peu onéreux, et offrant une possible augmentation de l’espace en fonction des besoins30. Selon les architectes, les maisons démontables par leur simplicité, leur absence de style et ornementation, devenaient « una construcción libre de los prejuicios sociales31 ». La maison démontable construite sur des pilotis amovibles devenait adaptable à tout type de terrain : ainsi, son acquisition n’était pas limitée à la Ciutat de Repòs i Vacances et plages mais adaptable aux terrains accidentés, telle la montagne. De plus, la proposition du GATCPAC est étroitement liée à un des problèmes industriels de la Catalogne d’alors, à savoir la relance de l’industrie du liège. Celle-ci bénéficie d’un plan spécifique de lutte contre le chômage dans lequel la promotion de telles structures s’inscrirait parfaitement.

22Quant à la zone de vacances, celle-ci procure des maisons-types pour les occupants avec cinq modèles à disposition en fonction de la taille des familles. Ces deux zones, outre leur vocation résidentielle, offrent aussi des structures éducatives pour les colonies scolaires. Il faut rappeler que l’accès à l’école pour tous, mais également la création de différents types d’écoles (école des bois, de montagne ou école de mer), est un thème capital de la Seconde République espagnole. La Ciutat de Repòs i Vacances participe à cet élan éducatif de l’enfant avec l’ouverture d’écoles de mer pour sortir les enfants de Barcelone que se soit pour la semaine ou pour le week-end, afin que ceux-ci s’habituent à sortir de la ville et développer, dès leur plus jeune âge, l’idée de bien-être hors de la capitale catalane.

23Le programme complet proposé par le GATCPAC est un programme urbanistique moderne de zoning. Ce plan composé en fonction du temps de séjour sur le lieu est aussi associé à des activités physiques permettant la culture de l’ouvrier. Associée dès le début de sa conception au plan de ville élaboré pour Barcelone, corédigé avec Le Corbusier, la Ciutat de Repòs i Vacances est alors proposée comme programme des loisirs pour le CIAM IV consacré au thème de la ville fonctionnelle.

CIAM IV, Charte d’Athènes et Can Our Cities Survive ? : la Ciutat de Repòs i Vacances comme base théorique de la fonction de « se délasser »

La Cité de repos et de vacances et le CIAM IV d’Athènes

24Le CIAM IV, qui a eu lieu à bord du paquebot Patris II reliant Marseille à Athènes du 29 juillet au 13 août 1933, se propose d’étudier la ville fonctionnelle dans la continuation des travaux précédemment menés sur le logement minimum et le lotissement rationnel. Sur la base d’une analyse de trente-trois villes, Le CIAM IV entend proposer des règles d’urbanisme applicables à toutes les agglomérations. Dans ce cadre, le GATCPAC propose son étude de Barcelone — le plan Macià et la Ciutat de Repòs i Vacances —comme modèle pour les villes fonctionnelles. Ainsi, si l’influence de Le Corbusier dans ce CIAM est évidente, celle du GATCPAC le devient aussi par la présentation de leurs propositions. Alors que le projet de « Barcelone, ville fonctionnelle », n’est présenté qu’avec quatre panneaux, celui de la Ciutat de Repòs i Vacances requiert cinq cartons, ce qui dénote une implication plus importante des architectes espagnols envers ce projet que pour le plan de la ville. Ces cartons sont issus en partie de l’exposition de Barcelone. La présentation vise non seulement à étudier le repos des masses mais surtout à démontrer l’existence de solutions. Les cinq cartons exposent la situation chaotique de la ville de Barcelone, l’état de délabrement de sa population et des plages, pour aboutir au projet en lui-même. Les photomontages présentés s’inscrivent parfaitement dans la dialectique des CIAM, du constat aux exigences, de la situation présente à celle nécessaire pour une amélioration des conditions de vie. La Ciutat de Repòs i Vacances est ainsi érigée en paradigme des loisirs fonctionnels.

25A. C., à l’automne 1933, publie le compte-rendu officiel du congrès. La partie « loisirs » du congrès présente déjà des similitudes avec le projet de la Ciutat de Repòs i Vacances :

  • 32  GATEPAC, « Conclusiones del IV Congreso Internacional del CIRPAC sobre la Ciudad Funcional », A. C (...)

Hay que exigir también la creación de grandes zonas de esparcimiento próximas a la ciudad (zonas de reposo). Estas zonas deben ocupar los emplazamientos que reúnan las mejores condiciones y más atractivos naturales (proximidad de lagos, playas o ríos, arbolado, buena orientación y buenas condiciones climatológicas). Al crear estas zonas de reposo y esparcimiento hay que dotarlas de buenos medios de comunicación con la ciudad que permitan el transporte de grandes masas de población durante los períodos de vacaciones, fines de semana y días festivos32.

  • 33  Le Corbusier critiqua le projet pour son manque de cohésion et de grandeur : « J’ai eu l’occasion (...)

26Bien que succinct cet article s’annonce comme l’ébauche d’un programme de loisirs pour les masses. Le parti pris reflète l’influence du projet catalan sur ce thème avec l’importance accordée à l’implantation des axes de circulation bien avant une possible urbanisation. La création même de l’axe reliant Barcelone aux plages de Castelldefels était encore, à l’été 1934, à l’étude au ministère des Travaux publics et à la Generalitat. Mais au-delà de cet article issu du CIAM, il faut chercher dans les ouvrages officieux du congrès des références plus concrètes à la Ciutat de Repòs i Vacances du GATCPAC. Les deux auteurs de ces ouvrages étant, qui plus est, des acteurs du projet, bien que Le Corbusier ait pu être critique envers celui-ci33, il existe une nécessaire interaction entre la théorie et la pratique.

La Charte d’Athènes, théorisation des loisirs modernes

27La Charte d’Athènes estpubliée anonymement sous le sigle Groupe CIAM France, en 1943 par Le Corbusier. Il n’en admettra la paternité que quinze ans plus tard. Des quatre fonctions de la ville, celle dédiée aux loisirs focalise notre attention. Si les « observations » sont identiques pour beaucoup de villes présentées au congrès, l’analyse de l’article 34 clarifie l’apport du projet des Catalans dans les « points de doctrine » :

  • 34  Le Corbusier, 1957, p. 57.

On peut classer les heures libres ou loisirs en trois catégories : quotidienne, hebdomadaire ou annuelle. Les heures de liberté quotidienne doivent être passées à proximité du logis. Les heures de liberté hebdomadaire autorisent la sortie de la ville et des déplacements régionaux. Les heures de liberté annuelle, c’est-à-dire les vacances, permettent de véritables voyages, hors de la cité et de la région34.

28 C’est là l’idée de zoning qui vertèbre le projet des architectes catalans où chaque zone tend à correspondre à des périodes de repos différentes. On retrouve « les heures de liberté hebdomadaire », avec la zone de bain ou la zone de week-end, tandis que « les heures de liberté annuelle » sont assimilables à la zone de vacances, destinée tant aux Catalans comme au reste des Espagnols afin que tous ceux qui le désirent puissent bénéficier de structures les éloignant de la ville le temps des congés payés. Si cette partie semble déjà évoquer plus que largement la Ciutat de Repòs i Vacances, son influence est également remarquable dans la partie de la Charte intitulée « Il faut exiger ». Les articles 38 à 40 consacrés à la nécessité de préserver les lieux naturels pour l’organisation de loisirs hebdomadaires avec des activités allant de la simple promenade ou délassement aux sports en passant par les divertissements déclarent :

Rien ou presque rien n’a encore été prévu pour les loisirs hebdomadaires. Dans la région entourant la ville, de vastes espaces seront retenus et aménagés, rendus accessibles par des moyens de transport suffisamment nombreux et commodes. Il ne s’agit plus ici des simples pelouses, plus ou moins plantées d’arbres, entourant la maison, mais de véritables prairies, de forêts, de plages naturelles ou artificielles constituant une immense réserve, soigneusement protégée, offrant mille occasions de saine activité ou d’utile délassement à l’habitant de la cité. Chaque ville possède à sa périphérie des lieux capables de répondre à ce programme et qui, moyennant une organisation bien étudiée des moyens de communication, deviendront facilement accessibles […].

Un programme de délassements doit être fixé, comportant des activités de toutes sortes : la promenade, solitaire ou commune, dans la beauté des sites ; les sports de toutes natures, tennis, basket, football, natation, athlétisme ; les divertissements spectaculaires, concerts, théâtres en plein air, jeux du stade et joutes diverses. Enfin des équipements précis : moyens de circulation qui demandent une organisation rationnelle ; lieux d’hébergement, hôtels, auberges ou camps et enfin, ce qui n’est pas le moins important un ravitaillement en eau potable et en vivres qui devra partout être soigneusement assuré […].

  • 35  Ibid., pp. 62-64.

Ceci est un autre problème social très important dont la responsabilité est entre les mains des édiles : trouver une contrepartie au labeur épuisant de la semaine, rendre le jour de repos vraiment vivifiant pour la santé physique et morale, ne plus abandonner la population aux multiples disgrâces de la rue. Une affectation féconde des heures libres forgera une santé et un cœur aux habitants des villes35.

29Le programme simple est décrit avec un langage similaire à celui de la démonstration catalane. Les positions exprimées ici par Le Corbusier, entre lyrisme et réalisme de la ville, se rattachent trait pour trait à la programmation des loisirs proposés par le GATCPAC où la ville doit répondre aux besoins de ses habitants avec un plan rationnel.

Sert et la théorisation de la Cité de repos et de vacances

  • 36  Mumford, 2000,p. 132. Sert, en raison de son appartenance à la famille de Comillas, a fui la guerr (...)
  • 37  Sert, 1942, p. 101.

30Un an avant La Charte d’Athènes, leprincipal acteur de ce projet, Josep Lluís Sert, publie Can Our Cities Survive ? An ABC of Urban Problems, their Analysis, their Solutions. Le Catalan qui a fui la guerre civile tente une synthèse des conclusions du CIAM IV applicable aux États-Unis avec l’idée que ce livre puisse lui servir à s’implanter professionnellement dans ce pays d’exil36. Cet ouvrage est une reprise des constations et exigences du CIAM IV. Cependant, l’ouvrage est destiné à être une charte applicable non à toutes les villes mais au seul territoire américain. Contrairement à la volonté internationaliste ou plutôt universaliste des CIAM, Sert propose une publication américaniste avec des exemples issus des grandes villes de sa nouvelle patrie. Malgré cela, la démarche de l’architecte catalan s’inspire fortement de ces premières expériences professionnelles barcelonaises. La référence la plus visible à la Ciutat de Repòs i Vacances est la présence d’illustrations directement reprises de la proposition du GATCPAC pour la comparaison de l’urbanisme dit « Côte d’Azur » avec l’urbanisation rationnelle et en accord avec la nature, qu’il propose pour les États-Unis37. C’est la première publication de ce projet hors de l’Espagne. De plus, les sous-titres de la partie « Week-end and Vacation Recreation » rendent compte de l’expérience ibérique de Sert avant son arrivée aux États-Unis :

  • Les loisirs du week-end doivent être planifiés

  • Les sites pour les loisirs du week-end continuent de disparaître

  • Comment peut être organisé l’exode du week-end ?

  • Les nouveaux besoins requièrent de nouveaux plans

  • Problèmes d’emplacement et de transports

  • Les raz-de-marée des mouvements de la population

    • 38  « Week-end recreation must be planned / Week-end recreation sites are still disappearing / How can (...)

    L’exode des vacances : un nouveau problème en ville38.

31La création de centre de loisirs comme nouveau centre de délassement en contact avec la nature, relié rationnellement à la ville, planifié dans un vaste ensemble réflexif de « ville-région », est une résurgence tant des propos du CIAM IV que de la réflexion catalane déjà évoquée auparavant sur la « Catalunya-Ciutat ». En rédigeant cet ouvrage, Sert est animé par deux préoccupations : constituer un ouvrage d’urbanisme issu des CIAM et proposer un schéma directeur pour les États-Unis. Mais le travail écrit est avant tout fortement influencé par l’Espagne et les questionnements du GATCPAC durant son existence.

32Can Our Cities Survive ? est la partie la plus visible du travail de Sert permettant de trouver une référence concrète à la Ciutat de Repòs i Vacances, hors du contexte espagnol. Toutefois, le projet sera aussi largement évoqué dans le Ve congrès des CIAM qui se tient à Paris entre le 28 juin et le 2 juillet 1937 et dont le thème reprend deux des quatre fonctions de la ville : logis et loisirs, soit habiter et se délasser. Deux des trois rapports proposés sont issus des deux auteurs des ouvrages précédemment cités : Le Corbusier propose les solutions de principes alors que Sert traite de la ville. Le rapport de Sert reprend le plan Macià dans son analyse de la ville post-industrielle et le plan de réalisation de celui-ci. La première phase de réalisation concerne l’assainissement des quartiers insalubres puis, dans un deuxième temps, la création des nouveaux quartiers de logements, le tout accompagné par des mesures en faveur des loisirs des masses. En ce sens, le rapport de Sert ne peut être plus explicite quant au lien entre le projet de la Ciutat de Repòs i Vacances et le programme proposé au CIAM. Les « revendications immédiates » reprennent d’une part le projet comme paradigme à la création de structures de loisirs de masses :

  • 39  Josep Lluís Sert, « Cas d’application : villes », dans Steinmann, 1979, p. 193.

La pratique des loisirs dans les grandes villes modernes devient de plus en plus difficile. Elle est inaccessible aux masses. La hausse des prix des terrains, fruit de la spéculation (surtout dans les lieux de bonne communication) et le manque presque absolu d’espace libre surtout dans le centre, ont provoqué l’éparpillement dans la banlieue, des terrains de sport […]. De grandes zones libres pour les loisirs peuvent encore être aménagées et préparées en banlieue. Mais ces terrains doivent être mis immédiatement à l’abri de la spéculation (chaque jour grandissante). À l’abri aussi du morcellement qui compromet les beautés naturelles du site. L’expropriation de ces zones, par la municipalité ou l’État, est de la plus grande importance. Une loi doit déclarer ces zones libres près des grandes agglomérations urbaines « nécessaires et d’utilité publique », et doit imposer l’expropriation immédiate, remettant « a posteriori » toutes les demandes de valorisation39.

33La suite de la communication est une évocation claire de la nécessité de la création de ce que Sert appelle des « centrales de santé et de repos hebdomadaires » et leur adéquation aux principes de la Ciutat de Repòs i Vacances. Sert en appelle à une captation des terrains (plages, forêts, lacs, etc.) hors des villes et à leur mise à l’abri de la spéculation par une loi de déclaration d’utilité publique. Finalement, il propose leur mise à disposition via des structures répondant aux heures libres de chacun entre les jours fériés, les week-ends et les vacances, et reprend dans tout son discours le projet dont les pourparlers étaient en cours. En effet, le début de la réalisation et les décrets nécessaires sont publiés quelques mois plus tard. La conclusion de ce discours s’appuie sur la mention de la « cité balnéaire » pour Barcelone établie dès 1931, en oubliant que les conditions politiques et économiques de la ville et du pays n’ont jamais permis la réalisation du projet. Il n’en restera pas moins que cette mention du projet dans le discours de Sert matérialise la présence catalane, même si l’avenir demeurait incertain en cet été 1937.

  • 40  Le Corbusier, 1964, p. 305.

34La Ciutat de Repòs i Vacances apparaît comme le grand projet des architectes du GATCPAC. L’historiographie du groupe évoque ce projet comme un des moments de gloire de l’architecture moderne catalane. Alors que l’Allemagne et l’Italie sombrent dans les régimes fascistes et que l’architecture rationaliste s’exile, Le Corbusier salue la Catalogne comme « un point vivant sur terre, où les temps modernes trouvaient asiles40 ». Le projet catalan s’ébauche entre deux dictatures : il est le porte-drapeau historique de la régénération du pays et de son architecture après le faste moderniste du début du xxe siècle. L’historiographie de l’architecture catalane, notamment les écrits d’Oriol Bohigas ou ceux d’Emili Donato, érigent le projet du GATCPAC pour illustrer les prérogatives socialistes de la Seconde République. Mais l’idéalisme suscité par le régime républicain ne doit pas faire oublier que ce projet ne vit jamais le jour. Pour qu’il aboutisse, il aurait fallu des structures politiques stables soutenant son développement. Or, la République balbutiante n’offrit pas ses conditions et n’eut pas eu le temps de créer les outils politiques et économiques permettant de générer un tel projet.

35Malgré cet échec du rêve républicain, le projet de la Ciutat de Repòs i Vacances connaît une réelle portée doctrinale dans la diffusion des textes rendant compte des CIAM ou développant un urbanisme universaliste et transnational. Dans ces analyses, la solution proposée reste unique et fondée sur un ensemble de critères issus de l’expérience de chaque architecte des congrès, hors des contextes nationaux d’élaboration et ce, en omettant les différences géographiques, politiques voire économiques de chaque pays. Ainsi, la Ciutat de Repòs i Vacances devient le modèle de construction rationalisée des programmes de loisirs des masses hors la ville, du territoire catalan au territoire américain en passant par son échelle mondiale à travers la Charte à vocation universelle de Le Corbusier. Les textes des CIAM de l’après-guerre s’érigent en véritable dogme académique. Ils permettent de défendre une portée théorique incontestable du projet catalan. Mais malgré cette portée théorique, il ne reste pas de trace architectonique du projet. Il serait alors nécessaire de comprendre dans quelle mesure les grandes structures voire les villes de loisirs développées à partir des années 1950 sont dépendantes de la doctrine des CIAM et peuvent être considérées comme des héritières du projet catalan.

Haut de page

Bibliographie

Alsa-Pàmpols, Ferran (2000), Una història de Barcelona : Ateneu Enciclopèdic Popular (1902-1999), Barcelone.

Barchtch, Mikhail et Ginzburg, Moisei (1979), « La ville verte, la reconstruction socialiste de Moscou », dans Anatole Kopp, Architecture et mode de vie : textes des années 20 en URSS, Grenoble, pp. 250-257.

Bohigas, Oriol (1970), Modernidad en la arquitectura de la Segunda República, Barcelone.

Ealham, Chris (2005), La lucha por Barcelona : clase, cultura y conflicto, 1898-1937, Barcelone.

Le Corbusier [pseudonyme de Charles-Édouard Jeanneret-Gris] (1957), La Charte d’Athènes, Paris.

Le Corbusier [pseudonyme de Charles-Édouard Jeanneret-Gris] (1964), La ville radieuse : soleil, espace, verdure, Paris.

Mumford, Eric (2000), The CIAM Discourse on Urbanism, 1928-1960, Cambridge-Londres.

Roca, Francesc (1977), El pla Macià, Barcelone.

Sambricio, Carlos (1984), « El ocio de las masas en el Madrid de la República : las playas del Jarama », dans Liliana Maure et Carlos Sambricio, Madrid, urbanismo y gestión municipal, 1920-1940, Madrid, pp. 97-105.

Sert, Josep Lluís (1942), Can Our Cities Survive ? An ABC of urban problems, their analysis, their solutions, Cambridge.

Steinmann, Martin (1979), CIAM, Internationale Kongresse Für Neues Bauen, Dokumente 1928-1939, Bâle.

Ucelay da Cal, Enric (1982), La Catalunya populista, Barcelone.

Haut de page

Annexe

Abréviations

GATCPAC

Grupo de Arquitectos y Técnicos Catalanes para el Progreso de la Arquitectura Contemporánea

GATEPAC

Grupo de Arquitectos y Técnicos Españoles para el Progreso de la Arquitectura Contemporánea

CIAM

Congrès internationaux d’architecture moderne

CIRPAC

Congrès internationaux pour la résolution de problèmes de l’architecture contemporaine

ERC

Esquerra Republicana de Catalunya

AHCOAC

Arxiu Històric del Col·legi de Arquitectes de Catalunya

ETH

Eidgenössische Technische Hochschule, Zurich

PSOE

Partido Socialista Obrero Español

PSUC

Partit Socialista Unificat de Catalunya

Haut de page

Notes

1  Grupo de Arquitectos y Técnicos Catalanes para el Progreso de la Arquitectura Contemporánea. Ce sous-groupe mené par Josep Lluís Sert était une composante du groupe national GATEPAC, la lettre « E » du sigle étant l’abréviation de « Españoles ». Le GATEPAC fut fondé en 1930 dans le but de représenter l’Espagne aux CIAMet aux CIRPAC. Le groupe était composé d’une vingtaine d’architectes établis sur trois régions : la Catalogne, le Pays basque et Madrid.

2  « Memòria, pressuposts, esborranys del presupposts, amidaments, apunts manuscrits de la memòria », avril 1935, s. n., dans Archives du GATCPAC, AHCOAC, C 37/245.

3  La coopérative compte l’affiliation de quelque 600 associations, parmi lesquelles les athénées barcelonaises et catalanes, le Sindicat des metges, la Federació de Cooperatives de Catalunya, ou encore la Federació dels secors mutus de Catalunya. La totalité des affiliés s’élève à 800 000 membres selon le GATCPAC (GATCPAC, « Breve estudio económico », Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, 94, 1973, p. 22).

4  Le plan a été ainsi appelé en l’honneur du président de la Generalitat de Catalunya, Francesc Macià, à son décès, le 24 décembre 1932, sur proposition de Le Corbusier. En effet, Macià fut le premier interlocuteur du GATCPAC et de Le Corbusier pour l’élaboration de celui-ci.

5  Les CIAMfurent créés en 1928 au château de La Sarraz et comptaient, parmi leurs membres les plus importants, des personnalités comme Le Corbusier, Cornelius van Eesteren, Ernst May, Walter Gropius ou Alvar Aalto. Ils avaient pour but de promouvoir l’architecture moderne et de réfléchir à la construction de la ville après la révolution industrielle dans une volonté de l’arracher de « l’impasse académique et de la mettre dans son véritable milieu économique et social » (voir le programme d’invitation au Congrès préparatoire d’architecture moderne, dans les Archives du CIAM, ETH, 1-2-11 F). Si le premier CIAMfut celui de la déclaration d’intention, le deuxième, organisé à Francfort en 1929, portait sur la question du logement minimum. Le troisième, à Bruxelles en 1931, étendait la question au parcellaire rationnel. Le quatrième aura pour thématique la ville fonctionnelle. Les CIAMperdureront jusqu’en 1959.

6  ERC est né en mars 1931 de la fusion de divers partis de la gauche catalaniste : l’Estat Catalàautour de Francesc Macià, le Partit Republicà Català sous l’impulsion de Lluís Companys, et le journal de gauche, L’Opinió, autour de Joan Lluhí i Vallescà. Le parti gagne la majorité aux élections municipales d’avril. Francesc Macià proclame alors la République catalane qui s’intègre ensuite à la République espagnole à la condition de la création de la Generalitat de Catalunya, effectivement approuvée aux Cortès le 9 septembre 1932.

7  Cette expression est née durant le gouvernement de la droite catalaniste pendant la Mancomunitat de Catalogne (1914-1925) et visée à structurer la Catalogne avec un plan d’urbanisme pour la région. Il s’agissait de penser la Catalogne comme une grande cité-jardin industrielle. Cette idée sera reprise par la Generalitat de Catalunya comme un des points nécessaires à la modernisation du pays.

8  Ealham, 2005, p. 31.

9  « Les campanyes per el millorament intel·lectual i físic de la classe treballadora », statut de l’Ateneu Enciclopèdic Popular, reproduit dans Alsa-Pàmpols, 2000, p. 126.

10  La loi sur la semaine de congés payés a été votée en 1931.

11  « Memòria, pressuposts, esborranys del presupposts, amidaments, apunts manuscrits de la memòria », avril 1935, s. n., dans Archives du GATCPAC, AHCOAC, C 37/245.

12  Voir le numéro 7-8, (janvier-avril) 1979, de la revue Hinterland dédié à l’émergence des structures de loisirs de masses.

13  Le PSUC, fondé en 1936, est né de la fusion de quatre partis politiques : l’Unió Socialista de Catalunya, lePartit Comunista de Catalunya, lePartit Català Proletariet laFederació Catalanadu PSOE.

14  GATCPAC, « La necesidad de la vida al aire libre », a. c., nº 7, 1932, p. 17.

15  La piscine « El Lago », de Luis Sala, et les bains et la piscine « La Isla », de Luis Gutiérrez Soto, sont déjà réalisées, alors qu’un autre projet de piscine est en cours pour le parc du Pardo, en périphérie de Madrid. GATCPAC, « Balneario y piscinas “La Isla ” - Madrid », a. c., nº 7, 1932, pp. 34-36. Par rapport aux divers projets madrilènes de construction de bases de loisirs, voir Sambricio, 1984.

16  Les désurbanistes russes croyaient que la dispersion territoriale améliorerait les conditions de vie grâce, notamment, au développement de l’industrie comme condition de l’établissement humain à l’échelle régionale. Pour améliorer les conditions de vie ouvrière, les deux principaux représentants des désurbanistes, Ginzburg et Barchtch défendaient l’abandon progressif des noyaux historiques congestionnés au profit des villes nouvelles dispersées mais proches de nouveaux centres industriels. Voir Barchtch et Ginzburg, 1979.

17  GATEPAC, « La ciudad verde de Moscú », A. C., mai 1931, pp. 30-32.

18  L’Institut contra l’Atur Forçòs — Institut contre le chômage forcé — est créé le 20 mai 1933 : il est donc contemporain de l’élaboration de la politique du New Deal.

19  Le 6 octobre 1934, Lluís Companys proclame « la République de Catalogne dans la République fédérale espagnole », revendiquant dans la tourmente des événements d’octobre 1934, la rupture des institutions catalanes avec le pouvoir central. Pour plus de détails, voir Ucelay da Cal, 1982, pp. 193-219.

20  La pose de la première pierre pour la construction de la Ciutat de Repòs i Vacances était prévue pour la date symbolique du 1er mai 1934, comme l’indique une lettre de Josep Maria de Sucre datée du 20 février 1934 et invitant Le Corbusier à la cérémonie (AHCOAC, C 40/268).

21  « Estatuts de la Cooperativa », dans Archives du GATCPAC, C 35/229.

22  Ibid.

23  Francesc Roca n’hésite pas à refuser toute viabilité à ce genre de structures : « les coopératives sont des idées de gestion démocratique et philanthropique qui ne peuvent atteindre un autofinancement satisfaisant et n’ont pas la possibilité de faire face à la moindre crise économique par rapport à l’entreprise capitaliste ». Voir Roca, 1977, p. 23.

24  « Acta de la ponència creada per “l’assumpte Subirana” », dans Archives du GATCPAC, C 2/12.

25  « La Generalitat de Catalunya es fa càrrec del Pla d’Obres de la Cooperativa “la Ciutat de Repòs i de Vacances” », décret du 10 août 1937, reproduit dans Roca, 1977, p. 53.

26  Décret daté du 4 octobre 1937, reproduit dans ibid., pp. 54-56.

27  Bohigas, 1970, p. 41.

28  Les vieux quartiers de Barcelone, Barrio Chino, Barrio Gótico et Barrio de Santa María del Pi, possédaient dans les années 1930 les taux de mortalité les plus importants d’Europe. Le district V qui faisait partie du « Barrio Chino », aujourd’hui Raval, connaissait un taux de mortalité de 20 % et une des densités les plus importantes d’Europe, soit 1 025 habitants / ha. Il suffit de se référer à la présentation de Barcelone pour le CIAMIV pour comprendre l’insalubrité de la ville. Voir GATEPAC, « Conclusiones del IV Congreso Internacional del CIRPAC sobre la Ciudad Funcional », A. C., nº 12, 1933, p. 21.

29  « Memòria, pressuposts, esborranys del presuposts, amidaments, apunts manuscrits de la memòria », avril 1935, s. n., dans Archives du GATCPAC, AHCOAC, C 37/245.

30  Ces maisons démontables sont à la fois parties intégrantes de la Ciutat de Repòs i Vacances et indépendantes de celui-ci. La promotion des maisons démontables est un tel succès qu’à la fin de l’année 1937, on note quelque 70 000 demandes (« Fulls d’encàrrec i de comanda », dans Archives du GATCPAC, AHCOAC, C 34/223).

31  GATCPAC, « La casa para el fin de semana (week-end) », A. C., nº 7, 1932, p. 18.

32  GATEPAC, « Conclusiones del IV Congreso Internacional del CIRPAC sobre la Ciudad Funcional », A. C., nº 12, 1933, p. 16.

33  Le Corbusier critiqua le projet pour son manque de cohésion et de grandeur : « J’ai eu l’occasion d’étudier d’un peu plus près votre Cité Balnéaire, dans le journal A. C. […]. Vous savez que j’apprécie entièrement tout le travail qui a été fait mais, en l’examinant de plus près, j’ai eu le sentiment que votre conception est encore un peu dispersée, un petit peu brisée, et qu’il serait possible de ressaisir un peu toute cette matière et de lui donner tout à coup l’ampleur et l’unité utiles : c’est deux fois rien à faire mais ce devrait être fait. J’avais inscrit cela dans mes notes de voyages ; je vous l’écris et, à l’occasion, je serais, bien entendu, à votre entière disposition pour regarder cela de près, car il est bien indispensable, dans une aventure de cette importance, de s’efforcer d’atteindre la solution optimale. » (Lettre à Josep Lluís Sert, 5-vii-1934, dans Archives du GATCPAC, AHCOAC, C 40/268).

34  Le Corbusier, 1957, p. 57.

35  Ibid., pp. 62-64.

36  Mumford, 2000,p. 132. Sert, en raison de son appartenance à la famille de Comillas, a fui la guerre civile dans ces premiers jours : il coréalise avec le madrilène Luis Lacasa le pavillon de l’Espagne pour l’Exposition universelle de 1937 à Paris. Puis il part rapidement pour les États-Unis en passant par Cuba. Sur la recommandation de Giedion et de Walter Gropius, directeur du département d’architecture à l’université de Harvard, il obtient une invitation afin de donner des conférences. Il arrive en 1939 à New-York. Il commence alors à prendre contact avec les institutions, les universités et quelques architectes. Ainsi, en tant qu’architecte exilé, sans réelle situation professionnelle aux États-Unis, il semble vouloir prouver par la publication de Can Our Cities Survive ? la valeur de son travail.

37  Sert, 1942, p. 101.

38  « Week-end recreation must be planned / Week-end recreation sites are still disappearing / How can the w-e exodus be organized ? / New needs require news plans / Location and transportation problems / Tidal movements of populations / The vacations exodus : a new problem in cities » (ibid., pp. 96-102).

39  Josep Lluís Sert, « Cas d’application : villes », dans Steinmann, 1979, p. 193.

40  Le Corbusier, 1964, p. 305.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Roland, « La Ciutat de Repòs i Vacances », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 245-262.

Référence électronique

Julie Roland, « La Ciutat de Repòs i Vacances », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3013

Haut de page

Auteur

Julie Roland

Centre André Chastel, Université de Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org