Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Juan Francisco Rodríguez Neila y Francisco Javier Navarro Santana (eds.), Elites y promoción social en la Hispania romana

Isabel Rod
p. 371-374
Référence(s) :

Juan Francisco Rodríguez Neila y Francisco Javier Navarro Santana (eds.), Elites y promoción social en la Hispania romana, Pamplona, Ediciones Universidad de Navarra, 1999, 274 pp.

Texte intégral

1L’ouvrage que nous avons entre les mains traite de deux questions, la promotion sociale et le rôle joué par les élites locales dans le dispositif romanisateur des Hispanies, qui ont suscité beaucoup d’intérêt au cours de ces derniers temps et qui ont été analysés de façon réitérée par de nombreux chercheurs. L’objectif n’est pas d’en dresser ici une liste exhaustive ; on trouvera un état de la question par S. Keay dans Journal of Roman Studies 93, 2003, pp. 146-211, en particulier pp. 181-184, et citer deux ouvrages parus récemment qui se rattachent à la ligne que nous offrent les éditeurs du livre qui nous intéresse. Il s’agit des textes réunis par M. Navarro Caballero et S. Demougin dans Élites hispaniques, Paris, Ausonius-Publications, 2001 et du livre De Iberia in Hispaniam. La adaptación de las sociedades ibéricas a los modelos romanos, édité par L. Abad Casal et publié par la Fundación Duques de Soria-Universidad de Alicante en 2003.

2Ces références servent à mettre en contexte, au sein d’une thématique de grand intérêt, les apports de l’œuvre que nous allons maintenant analyser.

3Elle publie en six chapitres, confiés à autant d’auteurs, le contenu d’un séminaire qui eut lieu à l’Université de Navarra en mai 1998, et qui traite surtout de la Bétique. L’introduction (pp. 11-24), confiée aux éditeurs, présente les objectifs visés, dans un exposé général qui s’avère extrêmement éclairant comme base de réflexion mais aussi comme présentation des différentes contributions.

4La première étude (pp. 25-102), due à J.F. Rodríguez Neila, porte le titre « Elites municipales y ejercicio del poder en la Bética romana », question qui est abordée à travers la révision des sources littéraires et épigraphiques, en soupesant avec pondération les informations qu’elles apportent. On observe clairement le processus qui a conduit à la conversion des dirigeants des communautés indigènes en dirigeants de centres urbains romains, anxieux de conserver et d’accroître leur privilèges tout en augmentant leur prestige social ; il convient de mentionner le grand intérêt des pages consacrées au statut économique et à l’endogamie corporatiste des décurions, les plus hauts responsables de la politique municipale.

5En effet, les privilèges et le prestige social des élites locales ont été deux éléments clé pour la configuration de la Bétique romaine où, par ailleurs, tant l’organisation du culte impérial que l’évergétisme sont devenus d’authentiques moteurs de la vie civique.

6Dans cette étude, J. F. Rodríguez Neila dessine un panorama complet et suggestif des ordines decurionum bétiques, qui ont su établir des relations fluides avec les hautes sphères de l’administration impériale, en commençant par un choix savant des patrons municipaux et par la concession de magistratures à titre honorifique.

7Ensuite, A. Caballos Rufino nous présente des « Preliminares sobre los caballeros romanos originarios de las provincias hispanas, siglos i-iii d.C. » (pp. 103-144). L’auteur intitule ces pages « Préliminaires », mais il s’agit là de préliminaires plus que substantiels, extrêmement documentés, dans lesquels les questions fondamentales sont clairement posées (p. 106) afin de tracer immédiatement les solutions ou les voies qui y mènent ; un mécanisme qui s’avère très efficace sous la plume de A. Caballos. Ce travail reprend les conclusions d’autres études plus importantes réalisées par l’auteur lui-même, qui lui permettent de traiter une base de données concernant environ 150 chevaliers d’origine hispanique et 70 autres d’origine incertaine, et de les comparer avec ceux, plus nombreux, de sénateurs : 170⁄180 hispaniques et 70 incertains, vérifiant ainsi non seulement le plus grand nombre de sénateurs, mais aussi la plus grande homogénéité de ces derniers qui s’oppose à la forte disparité des chevaliers romains, issus en grande partie des aristocraties locales et promus à titre personnel.

8Pour mieux illustrer les conclusions, les pages finales présentent des graphiques utiles, qui permettent de visualiser synthétiquement le panorama de la dynamique évolutive, par époques et par provinces, des sénateurs et des chevaliers hispaniques.

9Le troisième chapitre, « Luces y sombras del estado burocrático. La administración de las provincias hispanas durante el Alto Imperio : el caso de la Bética », est signé par J. M. Ojeda Torres (pp. 145-166). Il constitue une bonne synthèse sur la façon dont s’est organisée l’administration impériale à partir de la distribution provinciale entre Auguste et le Sénat ; une attention particulière est accordée aux structures financières des trois Hispanies et au rôle des procurateurs, poste qui représentait une possibilité de promotion au sein des chevaliers romains. L’analyse du fiscus dans la Bétique et du Kalendarium Vegetianum s’avère d’un grand intérêt ; on vérifie une fois de plus le poids économique de la Bétique et, paradoxalement, le manque généralisé de fonctionnaires dans la bureaucratie de la complexe administration impériale du iiesiècle après J.-C.

10« El retorno a las ciudades de la aristocracia romana. Los senadores hispanos » est le thème que nous propose F. J. Navarro (pp. 167-199). Au sein du nouveau cadre de relations établi à partir d’Auguste entre le Sénat et le Princeps, cet auteur analyse la nouvelle aristocratie impériale comme facteur de promotion sociale, avec possibilité d’influence auprès de l’empereur ; l’obtention de bénéfices aussi bien personnels que pour ses protégés constituait un stimulant pour tout sénateur. Sur le terrain de l’évergétisme, le rôle des sénateurs se montre souvent efficace dans la médiation pour l’obtention de faveurs pour une ville donnée.

11Tout en tenant compte de l’obligation de résider à Rome faite aux sénateur, l’auteur étudie avec une grande habilité les relations personnelles avec leurs lieux d’origine, laissant une intéressante porte ouverte au rôle des épouses dans ce domaine, en s’appuyant sur quelque 800 inscriptions. Environ 150 mentionnent des sénateurs et des sénatrices qui ont exercé des fonctions municipales dans les villes de l’Empire ; en Occident, en revanche, les témoignages épigraphiques se réduisent à douze, donttrois hispaniques.

12Si on ajoute à ce fait les données relatives aux donations, on observe qu’en Orient les sénateurs maintiennent leurs liens avec leur lieu de provenance, alors qu’en Occident, à l’exception de l’Afrique, les choses sont différentes. On a seulement sept témoignages de dons en faveur des communautés hispaniques, datables du iie siècle après J.-C.

13À ceci, l’auteur ajoute le contenu des inscriptions funéraires de membres de l’ordre sénatorial, ce qui le conduit à vérifier « le degré de détachement des sénateurs hispaniques par rapport à leurs anciennes terres d’origine ». Les dernières pages de l’article sont consacrées précisément à une tentative d’explication de ce fait. En addendum, l’auteur présente le cas du sénateur tarragonais Recio Galo dont la carrière se vit favorisée par sa fidélité à Vespasien en l’an 69.

14C. Castillo reprend un thème auquel elle a consacré ses efforts avec persévérance, « Los flamines provinciales. El caso de la Bética » (pp. 201-218). L’étude de 26 flamines lui permet de souligner le rôle capital du culte impérial qu’elle évoque depuis ses origines dans le monde hellénistique, en donnant sa juste valeur au remodelage pensé par Auguste et développé par Tibère. Dans la Bétique, le premier flamine connu est celui de Castulo, au début de l’époque flavienne.

15Le gros de l’article se consacre d’abord à une évaluation minutieuse et personnalisée, du statut des différents flamines de la Bétique dont la connexion avec le corps des sénateurs est diffuse. On passe ensuite au commentaire d’une sélection soignée de cinqinscriptions, qui permet de suivre l’évolution du culte impérial en Bétique jusqu’à la fin du iiie siècle. En outre, ces inscriptions illustrent la position sociale des flamines et de Quintia Flaccina, la seule femme flamine connue en Bétique ; les honneurs et les hommages reçus, ainsi que les actes d’évergétisme réalisés en faveur de leurs villes respectives, sont aussi pris en compte.

16Le livre se termine avec l’étude de E. Melchor qui se meut avec aisance dans un thème qui lui est familier, « Elites municipales y mecenazgo cívico en la Hispania romana » (pp. 219-263), au sein du cadre urbain dans lequell’évergétisme était un moyen de consolider la promotion et le prestige personnel des notables. Il est très intéressant de distinguer deux types d’évergétisme : « l’un “politique”, lié à l’exercice de postes et à la réalisation de promesses électorales, et l’autre “privé” (ob liberalitatem), qui surgirait du désir d’ostentation des notables ». Dans les deux cas se manifeste le désir des aristocraties locales d’assurer et d’augmenter leur part de pouvoir. Elles cherchent, bien entendu, à obtenir à la fois la reconnaissance des citoyens et la consolidation des situations de privilège pour leurs descendants. Les affranchis se distinguèrent également par des libéralités plus que généreuses comme voie d’affirmation personnelle et, en même temps, comme façon d’obtenir les plus hautes distinctions possibles à leur niveau social : le sévirat augustal ou les ornamenta decurionalia.

17Tout cela était accentué, naturellement, par les sénats municipaux qui trouvaient dans les évergètes une source de financement. L’auteur propose une bonne analyse synthétique des différentes activités touchant à l’approvisionnement en blé, l’alimentation, l’hygiène, la distribution d’argent aux concitoyens, l’organisation de ludi, le financement de travaux publiques, le don de statues et le financement des dettes publiques et des services municipaux. Le graphique de la p. 249 illustre de façon très claire les pourcentages, permettant de constater que les décurions, les augustaux et les riches citoyens, sont ceux qui ont réalisé le plus grand nombre de dons ; pour leur part, les femmes représentent 20,3 % des cas.

18La dernière partie de l’étude est consacrée à la décadence de l’évergétisme civique. On constate qu’elle se produit au cours de l’étape finale de la dernière dynastie du Haut Empire, celle des Sévères, avec des symptômes d’épuisement à la fin du iie siècle. L’auteur rappelle pour finir les causes de ce déclin, ou plutôt d’abandon, des formes traditionnelles, et mentionne les derniers dons connus en Hispanie, effectués par les empereurs eux-mêmes ou par des membres de l’administration impériale, tout en attirant l’attention sur la diminution parallèle des pratiques épigraphiques et de l’usage croissant d’autres formes d’évergétisme, sous le signe de la charité chrétienne. Nous sommes donc face à un monde en transformation qui opte pour de nouvelles formes, abandonnant des usages devenus obsolètes.

19Après un indice géographique et onomastique, nous refermons un ouvrage dont l’intérêt comme synthèse est accru par la densité des contenus et la richesse documentaire, ce qui en fait une référence incontournable qui éclaire la façon dont Rome a su utiliser à son propre bénéfice, grâce à une vision politique adroite, les élites et les mécanismes de promotion sociale, qui se confirment comme des éléments extrêmement efficaces dans le processus romanisateur de l’Hispanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Rod, « Juan Francisco Rodríguez Neila y Francisco Javier Navarro Santana (eds.), Elites y promoción social en la Hispania romana », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 371-374.

Référence électronique

Isabel Rod, « Juan Francisco Rodríguez Neila y Francisco Javier Navarro Santana (eds.), Elites y promoción social en la Hispania romana », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/303

Haut de page

Auteur

Isabel Rod

Universidad Autónoma de Barcelona

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org