Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Claude Domergue, Les mines antiques

Gérard Chastagnaret
p. 265-269
Référence(s) :

Claude Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris, A. et J. Picard, 2008, 240 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

1Le plus éminent spécialiste de l’histoire minière de l’Antiquité nous livre sur la minería grecque et romaine un ouvrage de synthèse original : destiné à un public plus large que celui des spécialistes, il témoigne aussi d’une vraie ambition de la réflexion sur le rapport des mondes grec et romain aux ressources du sous-sol. L’objet même du livre et son exigence scientifique ont constitué un problème pour l’auteur de ce compte rendu. L’identité de la filière de recherche – en l’occurrence la minéro-métallurgie – et la coïncidence partielle des espaces de travail – sur la péninsule Ibérique – suffisent-ils en effet à conférer une légitimité minimale à un historien du contemporain pour parler d’un ouvrage traitant de la période antique ? On peut en douter. Les sources et les méthodes sont spécifiques à chaque période : l’archéologie est fondamentale pour l’historien de l’Antiquité, alors que la documentation écrite, partiellement statistique, publique ou privée, est l’aliment de base de l’historien économiste des xixe et xxe siècles. Les logiques économiques à décrypter sont elles aussi radicalement différentes : d’un côté, la quête dominante des métaux précieux ou monétaires, y compris le cuivre, même si ce métal ainsi que le plomb, l’étain et le fer sont exploités pour des usages civils ou militaires, de l’autre, la primauté écrasante des matières minérales destinées à l’industrie : charbon, fer, pyrites ferro-cuprifères, zinc, manganèse… Même hétérogénéité dans les techniques. Certes, l’extraction par puits et galeries existe dès l’Antiquité, et Claude Domergue sait mettre en valeur des formes primitives de l’extraction en carrière, les fameuses « découvertes », mais l’extraction de masse qui se met en place à partir du dernier tiers du xixe siècle met en œuvre des techniques d’une productivité sans commune mesure avec celles de l’Antiquité : la dynamite des frères Nobel efface jusqu’aux traces de la pointerolle des anciens.

2On pourrait penser cependant que ma position décalée n’est pas tout à fait incongrue : Claude Domergue s’est beaucoup intéressé, y compris à travers cet ouvrage, à cet autre grand moment de la minería péninsulaire qu’a été le xixe siècle. La réalité n’est pas aussi simple. Tout d’abord, sans avoir été mon maître, Claude Domergue a pour moi le prestige du grand ancien, du pionnier de l’histoire minière, connaisseur exceptionnel du terrain, des techniques et des hommes, en particulier de ces ingénieurs que ses campagnes de terrain l’ont amené à rencontrer et avec lesquels il a souvent noué des liens d’amitié. Toute réflexion risque ainsi de revêtir une connotation personnelle de révérence – ou d’irrévérence – parfaitement déplacée dans une rubrique scientifique.

3En fait, c’est tout simplement l’intérêt pour ce livre passionnant qui me tiendra lieu de légitimité. Un intérêt qui s’exprime d’abord par un regret, celui de n’avoir pu disposer d’un tel ouvrage au début de mes recherches, il y a une quarantaine d’années. Les mines antiques, c’est d’abord un traité de culture minière, sur tous les aspects de l’activité. L’ouvrage contient les thèmes attendus, qui peuvent se regrouper en trois ensembles successifs. Le premier est un cadrage général, sous forme de panorama ou d’inventaire : métaux exploités, au nombre de six, or, argent, cuivre, plomb, étain, fer, modes de repérage des gisements, conditions de production et géographie de cette production mise en relation avec nos méthodes de connaissance et servie par une cartographie très claire. Le second ensemble relève de l’histoire des techniques. En s’appuyant sur de nombreux documents – en particulier de remarquables photographies de sites, de vestiges, d’outils, de textes épigraphiques, de statues, de monnaies – Claude Domergue présente toute la chaîne de l’activité minière. Il décrit d’abord les différentes méthodes d’extraction, dans les mines souterraines ainsi que dans les chantiers à ciel ouvert, avec l’exemple exceptionnel de Las Médulas. L’ouvrage offre des pages très éclairantes aussi bien sur l’organisation générale et les techniques d’abattage que sur l’aérage des travaux souterrains. Cette capacité à rendre la technicité accessible à tous se retrouve dans la présentation des opérations de traitement, depuis la préparation des minerais par concassage, broyage ou lavage jusqu’au traitement métallurgique par le feu. Un dernier ensemble traite de l’organisation administrative et fiscale du secteur. La priorité est donnée aux cadres publics de l’activité, ou plus exactement aux rapports des exploitants avec l’État, dans le cadre, le plus fréquent, de l’affermage des mines.

4Cette liste de contenu rend mal compte de la nature et de la richesse de l’ouvrage, pour deux séries de raisons. La première tient au fait que Claude Domergue cumule trois expertises, celle du spécialiste de minéro-métallurgie, celle de l’archéologue et celle de l’historien. Il fait preuve d’une précision et d’une aisance remarquables aussi bien pour parler géologie, présentation des gîtes que techniques d’extraction et de traitement. Il met toujours en relation sa présentation avec les sources disponibles, les textes, les données épigraphiques ou les acquis les plus récents de l’archéologie. Cette somme est l’histoire vivante d’une discipline. Elle témoigne de ses lacunes : ainsi, l’histoire administrative, largement évoquée, ne peut tenir lieu d’histoire des entreprises. Elle reflète ses déséquilibres, notamment géographiques : Claude Domergue s’est attaché à sortir de « sa » péninsule Ibérique, à dilater l’espace antique jusqu’à la Cornouaille, la Germanie et l’ensemble des Balkans et même l’Orient de la Méditerranée, mais la prééminence, avec le Laurion, de la péninsule dans la présentation de la minería antique, est tout à la fois réelle et survalorisée par l’état des recherches, à commencer par les propres travaux de l’auteur : celui-ci reconnaît par exemple que les mines argentifères de Damastion mentionnées par Strabon n’ont pas encore été identifiées. Le fer apparaît aussi comme le parent pauvre de l’archéologie minière classique. L’ouvrage témoigne surtout des avancées de la recherche au cours des dernières décennies. Il met en valeur les apports de la photographie aérienne, verticale ou oblique, pour repérer les vestiges des sites d’extraction et des équipements. Une page passionnante est consacrée à l’utilisation des isotopes du plomb comme « signature » de l’origine des métaux, plomb et cuivre notamment. Claude Domergue sait aller à l’essentiel dans la présentation de la méthode et il sait aussi en souligner les limites : l’archéométrie vient épauler le travail de l’archéologue et de l’historien sans se substituer à lui. Historien, il le reste profondément dans cette approche globale qui sait combiner les sources, celles du terrain, celles de l’épigraphie et celles des textes, qui sait formuler les questionnements pertinents, sur les courants d’échange, les besoins militaires ou financiers des États.

5Historien, Claude Domergue l’est encore par son attention aux représentations et aux traces, de l’activité et des savoirs, retrouvées par les siècles futurs. C’est là l’autre grande originalité de l’ouvrage. Les représentations donnent lieu à des pages initiales brèves mais remarquables qui montrent combien, du Livre de Job aux Stoïciens, les anciens avaient conscience du caractère si particulier de l’activité extractive : ne fait-elle pas surgir une richesse occulte par une agression de la nature, un viol de la Terre Mère ? À travers le discours stoïcien s’esquisse même la genèse d’une double opposition, pleinement d’actualité au xxie siècle, entre ressources du sous-sol et productions renouvelables, entre agression de la nature et respect de celle-ci, la morale stoïcienne privilégiant toujours le second terme de chaque alternative. Claude Domergue suit la postérité de l’activité minéro-métallurgique antique à deux moments privilégiés, le xvie et le xixe siècles, chacun dans un registre différent. Le premier est celui des savoirs, étudié à travers la publication en 1556 du grand ouvrage de minéro-métallurgie de l’époque moderne, le De Re metallica de Georg Bauer, alias Georgius Agricola. Claude Domergue fait ressortir la rupture d’Agricola avec la tradition stoïcienne de défiance envers les mines. Il montre aussi que les emprunts – via Pline l’Ancien – au vocabulaire antique sont limités par la source elle-même : Agricola doit créer des néologismes latins pour rendre compte de techniques et composants inconnus des Romains. À travers l’exemple du conditionnement de la litharge en tubuli, Claude Domergue montre enfin comment l’archéologie est venue, quatre siècles plus tard, contredire la représentation d’une technique antique.

6Avec les ingénieurs du xixe siècle, « les premiers archéologues miniers », Claude Domergue se retrouve en terrain familier, celui de textes qui ont nourri ses recherches, à côté des travaux de terrain, et parfois en substitution de ceux-ci, lorsque l’extraction contemporaine avait détruit les vestiges antiques. La liste d’auteurs et de publications donnée dans le livre n’est qu’un échantillon d’une pratique permanente tout au long du siècle mais présente surtout lors de la grande phase de découverte ou plutôt de redécouverte de mines, des années 1840 au années 1870. L’historien du xixe siècle reste presque aussi admiratif devant l’érudition de l’archéologue que Lord Byron devant le paysage de Río Tinto. Cette rencontre de temps éloignés de presque deux millénaires, tout à la fois paradoxale et logique, invite à la réflexion, autour d’une question simple : pourquoi cette cohabitation sur le document ne s’est-elle pas transformée en dialogue des disciplines ? Certes, Claude Domergue rencontre des interrogations contemporaines, sur l’environnement, sur les questions de patrimoine, mais il n’y a pas dialogue avec la recherche historique sur la période, comme si la proximité avec l’ingénieur remplaçait le contact avec l’historien. La meilleure illustration en est l’absence, dans la bibliographie, de toute référence à des travaux sur la période contemporaine, alors même que les recherches se sont multipliées au cours des dernières décennies, notamment sur cette sierra de Carthagène qui a légitimement retenu son attention.

7Ce dialogue pourrait-il être fécond ? Même s’il n’appartient pas à l’historien du xixe siècle de répondre à la place de celui de l’Antiquité, dont il ne maîtrise pas les questionnements, il peut au moins éclairer l’archéologue sur quelques points. Certains sont marginaux. Ainsi la dévalorisation par Pernollet, directeur des mines de Poullaouen, de la qualité des travaux des Romains s’inscrit dans une posture globale de dénigrement de tout ce qu’il découvre au cours de son voyage, y compris l’ensemble des pratiques minières locales, et de contradiction systématique des propos d’un autre polytechnicien, Adrien Paillette, très introduit en Espagne et fervent admirateur des mineurs de Gador et de Carthagène. Par un détour singulier, disqualifier les Romains permet aussi de discréditer tous ceux qui s’inscrivent dans leur héritage !

8Plus importante est la question de l’engouement pour les vestiges antiques : depuis les années 1780, la Ilustración a essayé de promouvoir une minería péninsulaire totalement éclipsée par celle du Nouveau Monde. Elle l’a fait par un premier effort, préscientifique, d’inventaire des ressources du sous-sol, ainsi que par diverses mesures législatives. À partir des années 1820, les indépendances américaines ont donné un élan nouveau à ce mouvement, porté aussi par la demande internationale de certains minerais non ferreux, notamment le plomb. En un temps de carence des prospections géologiques, sauf exception asturienne, on assiste à une exacerbation de la quête du signe, ou plutôt de trois types de signes : les vestiges d’exploitation ancienne, le plus souvent antique, les documents juridiques, les traces visibles de la présence de minerai. Des trois types de signe, le dernier, parfois réduit à la couleur des roches, est le moins fiable, encore que le repérage d’affleurements ait donné lieu à certaines découvertes majeures, comme celle du bassin argentifère de Hiendelaencina. Les manuels qui fleurissent aux environs de 1840 reprennent, le plus souvent en vain, des litanies de concessions de l’époque moderne. Le signe le plus sûr, au point de devenir un argument fort de toute escroquerie à la vente de concessions, s’est révélé être celui des vestiges antiques, encore que Claude Domergue souligne, à juste titre, l’existence de plusieurs déceptions. C’est là qu’intervient, en retour, la question majeure de l’historien du xixe siècle : pourquoi la réouverture des mines antiques, ou l’exploitation des scories et des haldes, ont-elles été dans l’ensemble aussi profitables, y compris avec des techniques simples sinon rudimentaires ? Claude Domergue répond à une grande partie de la question, en écartant, pour la grande majorité des cas, l’hypothèse de l’épuisement, au profit de facteurs externes de nature diverse, mais plusieurs problèmes demeurent en suspens, sur les limites des capacités d’extraction et de traitement des mineurs de l’Antiquité. Par exemple, même si Claude Domergue relève qu’en sierra Morena, on a pu observer des travaux anciens jusqu’à 300 m de profondeur, peut-on considérer que l’exhaure a limité l’enfoncement des travaux souterrains ? Comment se fait-il que les escoriales, puis les terreros romains de la sierra de Carthagène aient été encore assez riches en plomb pour donner lieu à une activité rentable pendant une bonne dizaine d’années à partir de 1842-43 ? La question vaut aussi pour les ecvolades du Laurium, exploités par le tandem Serpieri-Roux au début des années 1860, comme pour d’autres cas dans les îles et sur le pourtour européen de la Méditerranée.

9Claude Domergue nous aide magnifiquement à repérer, à décrypter les traces de l’activité minière antique. Il nous permet de comprendre la géographie et l’ampleur de ces traces, mais il ne nous aide pas complètement à comprendre comment le signe est devenu opératoire et comment il s’est même fait matière d’un nouveau et dernier grand moment de l’activité minière méditerranéenne et européenne. Ces observations ne sont pas des réserves, mais l’expression d’une envie, ou d’un espoir, d’un dialogue plus fort entre les disciplines. L’essentiel est que, grâce à sa culture minière et son talent pédagogique, Claude Domergue rend accessible, sans aucune concession scientifique, ce domaine si important et si méconnu de l’économie antique. Ce beau livre peut faire surgir de nouveaux projets de recherche. Il devrait aussi servir d’argument pour des démarches patrimoniales urgentes dans un secteur où les vestiges qui ont survécu à l’exploitation contemporaine et aux dégradations récentes restent particulièrement menacés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chastagnaret, « Claude Domergue, Les mines antiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 265-269.

Référence électronique

Gérard Chastagnaret, « Claude Domergue, Les mines antiques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/3035

Haut de page

Auteur

Gérard Chastagnaret

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org