Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Julio Navarro Palazón y Pedro Jiménez Castillo, Siyāsa. Estudio arqueológico del despoblado andalusí (siglos ix-xiii)

Murcia, El Legado Andalusí, 2007, 375 páginas
André Bazzana
p. 275-276
Référence(s) :

Julio Navarro Palazón y Pedro Jiménez Castillo, Siyāsa. Estudio arqueológico del despoblado andalusí (siglos ix-xiii), Murcia, El Legado Andalusí, 2007, 375 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

1En 2007, a été publié aux éditions El Legado Andalusí, à Grenade (le dépôt légal étant effectué à Murcie), un ouvrage fort attendu qui présente les résultats de travaux engagés, il y a déjà plus de vingt ans, sur le site musulman de Siyāsa, antérieur à la ville actuelle de Cieza (province de Murcie). Ce livre est la reprise point par point – dans la même illustration et les mêmes graphies et avec une mise en page et une pagination identiques – de celui paru en 2005, dans la collection « Historia de Cieza » que dirige Francisco Chacón Jiménez. Deux différences seulement apparaissent. Il s’agit de l’ajout, dans l’édition du Legado Andalusí, d’un utile résumé en anglais, œuvre des auteurs (traduit par Fairchild Ruggles, de l’université de l’Illinois) et d’un changement d’auteur du prologue : Alfonso Carmona (université de Murcie) dans l’édition de 2005 est « remplacé » par Pierre Guichard (université de Lyon II) dans celle de 2007.

2En neuf chapitres, que prolonge une conclusion d’un peu moins de vingt pages, les auteurs ne présentent pas la simple memoria, aussi détaillée soit-elle, des travaux archéologiques engagés par la municipalité de Cieza et le Centro de Estudios Árabes Ibn ˓Arabā de Murcie, mais encadrent leur analyse des vestiges islamiques d’une mise en situation géographique et historique, celle-ci s’attachant aussi bien aux siècles de l’Antiquité tardive qu’aux événements qui accompagnent la conquête chrétienne du xiiie siècle et expliquent l’abandon de la cité. Le plan suivi pour la description du site et des données de la fouille est classique mais clair : les populations (nombre, organisation spatiale et évolution urbaine, défense, maîtrise de l’eau), l’architecture résidentielle, la décoration architectonique, enfin la céramique et la verrerie. L’archéologie « extensive », chère à Jean-Marie Pesez, a permis l’étude du territoire dans lequel le bourg castral (ḥiṣn) de Siyāsa a trouvé, grâce à des salines toutes proches et, surtout, aux espaces irrigués de la vallée moyenne du Segura, les conditions d’un essor économique remarquable ; la fouille minutieuse –intensive– d’un quartier d’habitations urbaines contribue pour sa part à améliorer grandement notre connaissance des conditions d’existence dans une petite ville andalouse des xie-xiiie siècles.

3Les apports principaux de cet ouvrage touchent essentiellement l’habitat : l’urbanisme de la ville, la distribution spatiale des maisons et leur organisation interne, enfin les éléments conservés – et retrouvés – de la culture matérielle. S’agissant du schéma urbain des quartiers et des îlots d’habitat, je ne partage pas toutes les interprétations des auteurs qui restent, me semble-t-il, trop marqués par les conclusions, qui furent utiles en leur temps, des recherches de Don L. Torres Balbás ; alors que les relevés topographiques et les plans minutieux et précis montrent une distribution contrôlée et organisée de l’espace, on ne peut s’obstiner à décrire « un urbanismo irregular, ajeno a cualquier planificación de conjunto » (p. 153) ; pour autant, rien n’oblige à imaginer une intervention étatique ou un lotissement contraignant et rigoureux… Je n’ai jamais pensé que l’on puisse, pour la ville hispano-musulmane, imaginer le tracé d’un parcellaire rigide ; en revanche, la délimitation d’espaces réguliers est attestée avant la construction sur d’autres sites, aussi bien au Maghreb que dans al-Andalus. Certes, l’évolution ultérieure des maisons conduit, on le sait, à une imbrication des propriétés et la mise en place progressive d’une voirie complexe où ruelles et impasses assurent une lente transition vers le domaine privé. Les auteurs pensent trouver dans les impératifs du relief – en clair, la forte pente du quartier fouillé – une cause imparable d’anarchie urbaine ; c’est tout le contraire qui se passe avec, parfois, une superposition topographique de pièces appartenant à deux familles différentes. Si l’étude des modes de construction est un peu succincte, on appréciera, en revanche, la description fonctionnelle – quasi ethnologique, parfois – des composantes de l’espace domestique, de l’entrée (zaguán) aux grands « salons » du niveau inférieur et aux algorfas, si rarement retrouvées en fouille et que le bon état de conservation des vestiges permet d’analyser en détail. La décoration architectonique est bien étudiée : sa qualité est un utile élément d’interprétation de la situation économique si particulière de Siyāsa, simple ḥiṣn pour al-Idrīsī, au tout début du xiiie siècle, mais en réalité d’une richesse étonnante. Enfin, les auteurs montrent une attention soutenue aux objets de la vie quotidienne parmi lesquels, au milieu d’un abondant mobilier almohade, figurent quelques témoins d’une occupation antérieure (d’époque califale ?) du site.

4Le lecteur ne manquera pas d’apprécier les pages consacrées aux eaux usées, à la présence des animaux dans la ville ou à la « nouvelle agriculture ». On sera plus circonspect, en revanche, quant aux hypothèses d’identification de la Siyāsa médiévale avec l’antique Segisa, mentionnée dans les sources textuelles ; à l’évidence, cette recherche obstinée et souvent aventureuse des permanences ne cesse pas, en l’absence de toute donnée archéologique, de faire quelques dégâts historiographiques…

5Au chapitre des remarques critiques, figurera seulement – mais ce n’est pas rien – le fait que la qualité de l’illustration ne soit pas à la hauteur du reste de l’ouvrage : dessins (en particulier du mobilier céramique) de trop petites dimensions et, surtout, photographies « grises », au rendu médiocre ; sur un tel sujet, c’est évidemment regrettable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Bazzana, « Julio Navarro Palazón y Pedro Jiménez Castillo, Siyāsa. Estudio arqueológico del despoblado andalusí (siglos ix-xiii) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 275-276.

Référence électronique

André Bazzana, « Julio Navarro Palazón y Pedro Jiménez Castillo, Siyāsa. Estudio arqueológico del despoblado andalusí (siglos ix-xiii) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3041

Haut de page

Auteur

André Bazzana

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org