Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ignacio Álvarez Borge, Cambios y alianzas. La política regia en la frontera del Ebro en el reinado de Alfonso VIII de Castilla (1158-1214)

Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2008
Philippe Josserand
p. 276-279
Référence(s) :

Ignacio Álvarez Borge, Cambios y alianzas. La política regia en la frontera del Ebro en el reinado de Alfonso VIII de Castilla (1158-1214), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2008, 520 p., 4 mapas y 16 cuadros.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

1Fidèle à l’intérêt qu’il développe depuis une quinzaine d’années pour l’organisation territoriale du royaume de Castille durant le Moyen Âge central, Ignacio Álvarez Borge, dans ce volume de 520 pages, se propose d’analyser celle-ci à l’échelle d’une région qu’il connaît bien, la frontière de l’Èbre, correspondant pour l’essentiel à l’actuelle communauté autonome de La Rioja, agrandie à l’ouest de la Bureba et prolongée à l’est, au-delà du cours de l’Alhama, jusqu’aux abords de Tudela. Navarrais au xie siècle, cet espace est passé entre les mains du roi de Castille et de Léon Alphonse VI en 1076. À la mort du souverain, en 1109, le roi d’Aragon Alphonse Ier le Batailleur, uni à la reine Urraca, s’en est emparé ; lorsqu’il disparut en 1134, la frontière de l’Èbre revint non pas à la Navarre, mais à la Castille. Au milieu du xiie siècle, au moment où l’auteur situe l’origine de son étude, le rapport de force est clairement favorable au second des deux états, et le futur roi de Castille Sanche III, qui dès 1151 a exercé le pouvoir dans la région au nom de son père Alphonse VII, semble avoir songé à conquérir la Navarre et à la diviser avec l’Aragon conformément aux accords de partage existant depuis 1140. La mort du jeune prince en 1158, un an seulement après son avènement, frustra ce projet et la frontière de l’Èbre resta durablement une zone de contact entre les deux royaumes. Cet espace toutefois évolua profondément, et c’est à son intégration pérenne dans la couronne de Castille, entre 1158 et 1214, au cours du long règne d’Alphonse VIII, que l’auteur s’est attaché, signalant d’emblée qu’« il y eut beaucoup de politique derrière les changements sur la frontière » (p. 23). Politique plus que militaire, la consolidation du royaume de Castille face à la Navarre sur la rive gauche de l’Èbre paraît répondre à une « politique de chancellerie » que l’ouvrage s’efforce de mettre en lumière en procédant à une analyse détaillée des diplômes royaux conservés. À cette fin, trois parties d’ampleur inégale orientent l’argumentaire.

2Dans une première partie formée d’un chapitre unique, l’auteur s’attache à suivre l’évolution du rapport de forces entre Castille et Navarre sur la frontière de l’Èbre durant le règne d’Alphonse VIII. Il le fait sur la base des documents royaux publiés en 1960 par Julio González dans un ouvrage monumental qui reste sur la période la référence du point de vue de l’histoire institutionnelle et politique. Rapportant les actes intéressant la région à l’ensemble de ceux que l’on conserve, l’auteur manifeste que dès la fin des années 1160 la Castille a rétabli sa position, un temps menacée par l’intervention du roi de Navarre Sanche VI au sud de l’Èbre. À la faveur de l’arbitrage d’Henri II Plantagenêt en 1176, faisant suite à de brefs affrontements, et de la trêve signée trois ans plus tard, c’est bel et bien la Navarre qui apparaît dans une situation de faiblesse qu’Alphonse VIII allait exploiter lors de la grande offensive de 1198-1200, menant à l’annexion de l’est de la Biscaye, de l’Álava et du Guipuzcoa. Dans ces conflits – comme lors de l’invasion navarraise de 1162 –, les effectifs en jeu sont restés très modestes, et plus que du sort des armes l’évolution de la frontière au profit de la Castille a dépendu de l’action politique de la monarchie et du positionnement des puissants. C’est aux relations d’Alphonse VIII avec la société politique locale que l’auteur, bien qu’il n’emploie jamais ce terme, consacre la seconde partie, composée de trois chapitres centrés successivement sur l’Église, les villes et la noblesse. Avec chacun de ces partenaires, le roi, par une politique de donations, a su jouer de l’existant tout en développant de nouvelles forces, susceptibles de servir le renforcement de son pouvoir. Pour les institutions ecclésiastiques, le soutien à Nájera, à San Millán de la Cogolla et à l’évêché de Calahorra s’est ainsi doublé d’un intérêt marqué pour les monastères cisterciens ou prémontrés. La même volonté de prendre appui sur du neuf et sur l’existant se retrouve pour les villes et la noblesse, mais dans des proportions différentes, les premières – dont le nombre s’accrut beaucoup à la fin du xiie siècle – étant pensées comme un contrepoids à la puissance de la seconde et notamment de ses principaux lignages, Haro ou Cameros. Désireux d’intégrer la frontière de l’Èbre à son royaume, Alphonse VIII y a aussi développé, comme jamais elle ne l’avait été, l’administration territoriale, et c’est à cette dernière qu’I. Álvarez Borges consacre la dernière partie faite de deux chapitres qui en abordent les principaux relais, les tenencias et les merindades. Les secondes, confiées à un officier, se sont peu à peu surimposées aux premières, traditionnellement aux mains de la noblesse, qui disposait par là d’une « continuité au pouvoir », bien que celle-ci ne fût pas systématiquement patrilinéaire (p. 306). Elles ne s’y sont cependant pas substituées, et plus d’une fois leur ressort paraît même avoir dépendu des intérêts des grands lignages, tels les Haro dans la Bureba et la Rioja Alta. Au final, Alphonse VIII a donc renforcé son pouvoir en s’alliant avec les puissants, et s’il a impulsé certains changements notables c’est d’abord dans la continuité de l’époque précédente qu’il a gouverné.

3À la démonstration d’I. Álvarez Borge – quelle qu’en soit la qualité –, on ne saurait manquer d’opposer plusieurs critiques. En premier lieu, elle n’est pas aussi nouvelle que Carlos Estepa veut bien le dire dans son prologue (p. 11). L’apport de l’auteur à la compréhension des rapports subtils et complexes entre le roi et la haute noblesse est réel, mais la présentation qu’il fait de l’historiographie s’attachant à ces relations est caricaturale, celle-ci ne fonctionnant plus de longue date en termes d’opposition stricte (p. 307). De même, on eût aimé plus d’insistance dans la référence à l’œuvre pionnière de J. González et, en tout cas, moins d’inconséquence dans celle qui est faite aux travaux des historiens du droit et des institutions, accusés de présenter les prérogatives des tenentes d’une manière tellement statique qu’il est pour le moins étonnant que l’auteur se hâte de la reprendre (pp. 335-345).

4De tels reproches sont mineurs, mais j’en vois d’autres, qui me semblent plus graves. Pour I. Álvarez Borge, Alphonse VIII aurait conduit sur la frontière de l’Èbre une « politique de chancellerie » (política de cancillería). Cette expression, posée d’emblée sans être véritablement définie (p. 23) et reprise de façon récurrente au long de l’ouvrage (notamment pp. 46, 195, 237 et 390), ne convainc pas. Que la monarchie ait privilégié l’action politique à l’initiative militaire est bien démontré, que celle-ci se soit fondée en priorité sur l’octroi de diplômes, qui en sont aujourd’hui la seule trace conservée, est également acquis, mais pouvoir parler d’une « politique de chancellerie » impliquerait a minima que cette structure de gouvernement pour la Castille du xiie siècle fût mieux connue. Or – l’auteur le note presque incidemment (p. 24, note 2) –, tel n’est pas le cas. Comme la formule utilisée pour qualifier l’objet de la démonstration, la méthode employée pour conduire cette dernière appelle des réserves, et l’appareil statistique, auquel un grand soin a pourtant été accordé, ne se révèle pas aussi décisif que le voudrait I. Álvarez Borge. Calculer, année après année, le pourcentage d’actes relatifs à la frontière de l’Èbre parmi l’ensemble de ceux que l’on conserve pour le règne d’Alphonse VIII n’est pas sans dangers et, si l’auteur jusque dans la conclusion s’en avère conscient (p. 392), on aurait aimé qu’il prête davantage d’attention aux problèmes relevant de la Schriftlichkeit, qu’ils soient d’archivage, d’enregistrement ou de transmission textuelle. Sur ce point, la bibliographie de l’ouvrage est lacunaire. Curieusement, elle l’est aussi sur les aspects touchant à la dimension idéologique du pouvoir royal castillan, et l’on s’étonne de ne pas rencontrer d’études de Patrick Henriet, Peter Linehan, Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña ou Adeline Rucquoi. Il eût été intéressant de mieux prendre en compte ces aspects globaux. Peut-être auraient-ils empêché de trop vite conclure à un rôle du roi « plus arbitral que décisoire » (p. 395). En tout cas, ils auraient nourri la réflexion conduite par l’auteur à l’échelon local, de même que celle-ci – et de mon point de vue l’apport est essentiel – offrira matière, par-delà les critiques formulées, à qui veut penser le pouvoir royal en Castille au Moyen Âge central.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Josserand, « Ignacio Álvarez Borge, Cambios y alianzas. La política regia en la frontera del Ebro en el reinado de Alfonso VIII de Castilla (1158-1214) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 276-279.

Référence électronique

Philippe Josserand, « Ignacio Álvarez Borge, Cambios y alianzas. La política regia en la frontera del Ebro en el reinado de Alfonso VIII de Castilla (1158-1214) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 16 avril 2014. URL : http://mcv.revues.org/3043

Haut de page

Auteur

Philippe Josserand

Université de Nantes – CRHIA

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org