Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Antonio Ortega Villoslada, El Reino de Mallorca y el mundo atlántico (1230-1349). Evolución político-mercantil

Madrid-La Coruña, UNED-Netbiblo, 2008, 350 páginas
Michel Bochaca
p. 279-280
Référence(s) :

Antonio Ortega Villoslada, El Reino de Mallorca y el mundo atlántico (1230-1349). Evolución político-mercantil, Madrid-La Coruña, UNED-Netbiblo, 2008, 350 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

1L’ouvrage publié sous l’égide de l’Université nationale d’éducation à distance (UNED) correspond à la version publiée de la thèse de doctorat d’Antonio Ortega Villoslada. Il se divise en deux parties. La première brosse à grands traits l’évolution politique et commerciale des Baléares depuis la domination musulmane (707-1229) jusqu’au début du règne de Pierre IV (1343-1349) (pp. 1-111). La seconde partie est tout entière consacrée au commerce et à l’« art de la marchandise » (pp. 117-289). Les annexes comportent une présentation des sources imprimées (pp. 293-298), la bibliographie (pp. 299-319) et divers index (pp. 321-350).

2La première partie, somme toute assez générale, pose le cadre chronologique. Après une rapide présentation des Baléares sous domination musulmane ainsi que des ensembles politiques avec lesquels l’archipel développa ensuite des relations commerciales (Al-Gharb, Portugal, Léon et Castille, France et Angleterre [pp. 3-13]), l’étude entre dans le vif du sujet et passe en revue les faits marquants de l’histoire politique des Baléares depuis la conquête par les infants Pierre de Portugal et Jacques (1230-1276) jusqu’au début du règne de Pierre IV (1343-1349) (pp. 15-111). Le découpage de ce long siècle en cinq chapitres calés sur les règnes des maîtres successifs des Baléares, combiné à un procédé d’exposition qui entremêle les faits politiques, militaires et économiques, parfois très généraux, rend difficile l’appréhension de lignes de force sur la longue durée. Aucune conclusion partielle en fin de chapitre, ni même une conclusion générale en fin de partie, ne propose une mise en perspective des faits énumérés. Obligé de composer avec une foule d’informations éparses dans le texte et un volumineux appareil de notes, le lecteur peine quelque peu à saisir de façon globale la poussée vers les marchés atlantiques qui s’exerce à partir des ports majorquins. Ces derniers sont d’ailleurs les grands absents de cette étude, à l’exception de quelques mentions du port de Palma. Une carte du royaume de Majorque aurait été la bienvenue. On attendrait une présentation liminaire de l’économie et de la société à partir desquelles s’est opéré le développement commercial, ne serait-ce que pour éclairer un public non spécialiste des réalités matérielles et humaines du royaume de Majorque.

3La deuxième partie s’attache à l’analyse du commerce et de l’« art de la marchandise ». Un premier chapitre passe en revue le droit maritime et les instruments du grand commerce (pp. 117-158). Au-delà d’une présentation quelque peu théorique, bien qu’appuyée sur une riche documentation, on peut s’étonner que l’analyse s’arrête aux aspects factuels et laisse dans l’ombre ce qui paraissait faire le cœur de la problématique du sujet. Y a-t-il eu des transferts et des adaptations de techniques commerciales et financières entre la sphère commerciale méditerranéenne et celle de l’Atlantique ? Comment se diffusaient les produits importés aux Baléares et dans le royaume de Majorque, voire au-delà ? Les chapitres VIII et IX abordent tour à tour les deux grandes aires géographiques dans lesquelles le commerce majorquin se déploie : la côte atlantique africaine (pp. 159-198) et l’Europe (pp. 199-263). L’approche suit de très près la conjoncture politique et militaire qui conditionne le déroulement des échanges avec, pour la première moitié du xive siècle, des séquences de quelques années seulement au fil desquelles les actes disponibles sont passés en revue. Une fois encore, faute de conclusions partielles, l’analyse ne va guère au-delà de la simple énumération des entreprises commerciales des Majorquins, tantôt fructueuses, tantôt contrariées, parfois avortées. Le primat accordé au déroulé chronologique occulte la présentation d’ensemble des acteurs, des produits et des circuits commerciaux et financiers. Il aurait été intéressant de rassembler tous ces éléments à un moment donné de l’étude pour brosser un tableau du commerce, par exemple dans les années 1326-1330 qui sont présentées comme des « années de splendeur ». On manque aussi de points de comparaison. Que représentent les échanges avec les marchés atlantiques dans l’ensemble du commerce majorquin ? L’insertion de quelques cartes dans le texte ne suffit pas à compenser ces travers. Le dixième et dernier chapitre s’intéresse aux « interférences commerciales » (pp. 265-289), en particulier à la course et à la piraterie ainsi qu’aux lettres de marques et de représailles qui entravaient le bon déroulement du commerce et engendraient un climat d’insécurité et de la violence. Les Majorquins semblent être surtout des victimes. Réalité objective ou perception déformée par le prisme de sources qui présentent les faits de façon unilatérale ?

4L’absence d’une conclusion générale est pour le moins surprenante. Il s’agissait de l’ultime occasion de dépasser l’analyse factuelle pour s’élever à une synthèse historique digne de ce nom. Qu’on le parcoure dans l’ordre des chapitres ou qu’on s’y plonge à partir d’entrées chronologiques ou thématiques, l’ouvrage d’Antonio Ortega Villoslada est facile à manier et se lit avec aisance. Fruit d’un travail qu’on devine important et minutieux, il met à la disposition de la communauté scientifique un volumineux corpus de textes souvent inédits, présentés au fil de très nombreuses notes infra-paginales. L’intention qui a présidé à cette recherche était intéressante : une analyse croisée et synchrone des évolutions politiques et mercantiles, alors que celles-ci sont le plus souvent étudiées de façon séparées. Le point d’observation adopté ainsi que le parti pris initial présentaient une réelle originalité : étude de l’ouverture vers l’Atlantique d’un royaume fortement ancré dans la sphère méditerranéenne. Quand bien même certaines voies ont été explorées et des résultats partiels obtenus, on ne peut pas dire que le pari soit franchement tenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bochaca, « Antonio Ortega Villoslada, El Reino de Mallorca y el mundo atlántico (1230-1349). Evolución político-mercantil », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 279-280.

Référence électronique

Michel Bochaca, « Antonio Ortega Villoslada, El Reino de Mallorca y el mundo atlántico (1230-1349). Evolución político-mercantil », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/3046

Haut de page

Auteur

Michel Bochaca

Université de La Rochelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org