Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Gemma Teresa Colesanti, Una mujer de negocios catalana en la Sicilia del siglo xv. Caterina Llull i Sabastida: estudio y edición de su libro maestro, 1472-1479

Barcelona, Institución Milá y Fontanals (CSIC), 2008, 904 páginas
Damien Coulon
p. 283-284
Référence(s) :

Gemma Teresa Colesanti, Una mujer de negocios catalana en la Sicilia del siglo xv. Caterina Llull i Sabastida: estudio y edición de su libro maestro, 1472-1479, Barcelona, Institución Milá y Fontanals (CSIC), 2008, 904 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

1Cet ouvrage, publication de la thèse de doctorat soutenue par Gemma T. Colesanti en 2005, esquisse le portrait et présente la gestion commerciale de Caterina Llull, principalement grâce à un volumineux livre de comptes qu’elle a tenu entre 1472 et 1479, premier d’une série de quatre rédigés en catalan et conservés à l’Arxiu del Palau Requesens de Sant Cugat del Vallès, près de Barcelone. Catarina Llull appartient, comme son époux Joan Sabastida, au milieu de l’oligarchie marchande barcelonaise qui se voit confier des fiefs grâce aux liens qu’elle entretient avec le pouvoir royal. C’est dans ces conditions que la famille s’installe dans sa turris bastide du port de Brucoli au nord de Syracuse en 1463. Après le décès de son époux survenu dans les derniers mois de l’année 1471, Caterina Llull est amenée à assurer la gestion des affaires familiales, tâche dont elle semble s’être acquitté très honorablement et qui permet à l’auteur de mettre en valeur un portrait féminin attachant qui tranche dans un milieu largement dominé par l’élément masculin.

2Le volumineux livre de comptes (de près de 280 folios), intégralement publié dans la seconde partie de l’ouvrage (pp. 233-900), témoigne d’opérations essentiellement limitées à la Sicile (à 80 %), qu’une vingtaine de tableaux permet d’appréhender de façon synthétique. Hors de la Sicile, les activités commerciales de Caterina Llull sont surtout orientées vers Majorque et, secondairement, vers Barcelone. Le trafic des marchandises porte principalement sur des exportations de céréales et des importations de tissus. Les comptes révèlent en outre les dépenses au quotidien de la famille et des 16 esclaves à son service. On notera enfin le rôle important des juifs de Syracuse parmi ses partenaires commerciaux (un index liste l’ensemble des personnes apparaissant parmi ces comptes pp. 208-229).

3Au-delà de ces éléments économiques et matériels, ce sont aussi des aspects de la personnalité et de la mentalité de Caterina que révèle cette source, mais surtout la correspondance qu’elle a principalement entretenue avec sa sœur restée à Barcelone durant son séjour sicilien. Une cinquantaine de lettres ont ainsi été conservées dans le même fonds d’archive, dont une rédigée par Caterina elle-même datant de 1478. De larges extraits en sont reproduits. Ces précieux documents permettent d’appréhender l’intimité de cette famille et de cerner les valeurs qui animent cette veuve dans la gestion de ses affaires, comme dans l’éducation de ses quatre enfants. La publication de son testament daté du 3 mai 1495 vient enfin compléter ces données (pp. 197-201).

4L’auteur en conclut ainsi après une présentation et une analyse d’une centaine de pages, qu’à travers cet exemple, « les deux rôles, le féminin et le masculin s’intégraient de façon extraordinairement efficiente dans le monde marchand » (p. 120) et que les « femmes qui travaillaient activement depuis la fin du xiiie siècle comme opératrices économiques vécurent pleinement l’époque du changement de mentalité de la première Renaissance » (p. 121).

5Il me semble tout de même que ces jugements restent à nuancer, d’abord par le fait que cette activité de gestion commerciale – dans le cas de Caterina Llull comme dans les autres, car il n’est effectivement pas isolé en cette fin de Moyen Âge – ne résulte pas d’un choix, mais est bien imposée par les circonstances (Caterina ne joue aucun rôle commercial particulier du vivant de son mari), ce qui en un sens souligne ses capacités de réaction et d’adaptation. En outre, comme le relève Gemma T. Colesanti (pp. 75 et 80-81), parmi les opérations visant des marchés extérieurs à la Sicile, la plupart a en fait été engagée par son mari et Caterina ne fait que les mener à leur terme. Enfin, il est symptomatique de constater qu’elle choisit finalement de rentrer à Barcelone en 1482 ou 1483, où elle continue manifestement à tenir des livres de comptes, mais sans que l’on connaisse alors la nature précise de ses activités. L’étude de ces sources – en particulier le second livre, correspondant à la fin du séjour sicilien de Caterina Llull et de sa famille – permettrait ainsi de compléter utilement le travail présenté dans cet ouvrage, sans nécessairement en donner la publication intégrale. Pour conclure, Caterina Llull fut-elle effectivement une « femme d’affaires » ou plutôt la veuve d’un homme d’affaires relevant le défi d’agir dans un milieu et une société largement dominés par l’élément masculin ? Aux lecteurs et aux lectrices d’en juger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Coulon, « Gemma Teresa Colesanti, Una mujer de negocios catalana en la Sicilia del siglo xv. Caterina Llull i Sabastida: estudio y edición de su libro maestro, 1472-1479 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 283-284.

Référence électronique

Damien Coulon, « Gemma Teresa Colesanti, Una mujer de negocios catalana en la Sicilia del siglo xv. Caterina Llull i Sabastida: estudio y edición de su libro maestro, 1472-1479 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3068

Haut de page

Auteur

Damien Coulon

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org