Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d'anciens membres de la Casa de Velázquez

Les formes de l’habitat groupé du bassin de l’Èbre, entre Auguste et les premières implantations wisigothiques

thèse de doctorat soutenue le 30 juin 2009 à l’Université de Paris VII (dirigée par Jean-Pierre Vallat)*
Olivier Michel
p. 305-309

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

  • * Composition du jury : María Victoria Escribano Paño, Universidad de Zaragoza ; Sabine Lefebvre, Uni (...)

1La question de l’agglomération secondaire, investie depuis longtemps dans les recherches sur la Gaule, l’Italie, la Bretagne ou l’Afrique romaines, est singulièrement peu représentée dans les travaux sur la péninsule Ibérique. Il semblait donc légitime d’interroger cette notion, en la confrontant à une région de la péninsule tout en l’adaptant au contexte général de l’Hispanie romaine, marquée par une urbanisation contrastée et un morcellement civique important.

2La pauvreté du corpus épigraphique documentant le vicus, le faible nombre d’enquêtes archéologiques approfondies sur des agglomérations n’ayant pas rang de chef-lieu, et le caractère limité du corpus d’agglomérations rurales reconnues à ce jour dans la vallée de l’Èbre ont conduit à étendre la recherche à l’ensemble des habitats groupés de la région, en incluant à la base documentaire tous les chefs-lieux de cités, reconnus ou non sur le terrain. De plus, l’expression « agglomération secondaire » trouvait difficilement sa place dans cette région de l’Empire où, contrairement aux vastes cités des provinces voisines, les établissements groupés situés sous le niveau du chef-lieu sont relativement peu nombreux et ne relèvent pratiquement jamais d’un niveau urbain.

3La prise en compte d’une chronologie longue (plus de six siècles) permet, d’une part, d’identifier un maximum de types de formes agglomérées d’habitat et, d’autre part, de mesurer les dynamiques de cet habitat.

4Cette thèse part d’une observation de terrain. J’ai tout d’abord constaté la morphologie très contrastée des chefs-lieux de cités de la région. Des établissements de même rang étaient pourtant marqués par des tailles, des niveaux de monumentalisation, des durées d’occupation très variables. Par ailleurs, la lecture de comptes rendus de prospection et des cartes archéologiques indiquait que de nombreux sites ruraux étaient caractérisés comme villae probables sans justification convaincante (en dehors de la prise en compte de la taille, difficile à utiliser de façon discriminante, surtout lorsqu’elle n’est pas corrélée à d’autres critères). Il en résultait aussi que l’hypothèse du village était le plus souvent passée sous silence, ou, au mieux, rapidement évacuée. Enfin, la documentation archéologique consultée présentait un nombre non négligeable d’établissements difficiles à classer : anciens villages protohistoriques d’occupation résiduelle, établissements plus tardifs fortifiés et d’ampleur souvent modeste, sites de hauteur réoccupés après une phase d’abandon. Toutes ces observations plaidaient en faveur d’une profonde réévaluation des typologies de l’habitat groupé du bassin de l’Èbre, fondée sur l’hypothèse que le peuplement de cette région était plus complexe que ce que ne donnaient à voir la plupart des synthèses sur la question.

5La détermination du seuil considéré pour inscrire un établissement dans le corpus des agglomérations n’allait pas de soi. S’il est assez facile de placer un seuil conventionnel théorique (une douzaine de foyers, limite à partir de laquelle la coopération sociale est suffisamment complexe pour résister aux crises passagères), l’écart avec la réalité du terrain est important. Cette limite des dix à douze maisons ne peut évidemment être discriminante que dans le cas d’établissements bien fouillés, donnant lieu à une restitution minimale de la voirie et de la morphologie interne. Or cette situation est relativement rare parmi les sites ruraux de la vallée de l’Èbre. Le corpus de travail comprend donc, en plus des agglomérations « avérées », un nombre important d’agglomérations dites « possibles » dont le caractère groupé supposé est déduit d’autres critères (extension, fonctions, chronologie, typologie du mobilier et des constructions, localisation géographique significative).

6La thèse obéit à une démarche progressive. Après une première partie méthodologique, se succèdent une analyse systématique des données tirées du corpus, une étude typologique et un travail centré sur une sélection d’espaces cohérents (zones prospectées, civitas, grands ensembles régionaux) intégrant les résultats obtenus dans les chapitres précédents.

7D’une façon générale, cette enquête a permis de valider l’hypothèse de départ. Il existait bien, aux époques considérées, des établissements situés entre le chef-lieu et les formes dispersées de l’habitat (villae ou fermes). Cette thèse a permis de les repérer, de les décrire, de les répartir en groupes cohérents et de les mettre en relation. Mais elle montre également à quel point nos connaissances restent limitées et fragiles à leur sujet. Ces sites de second rang n’ont été que rarement fouillés et une partie importante des données prises en compte dans le cadre de ce travail ne correspond qu’à un état très transitoire de la recherche.

8S’il est apparu impossible de fixer un seuil quantitatif pour l’agglomération, la détermination d’une limite rigide entre agglomération urbaine et agglomération rurale n’allait pas non plus de soi. Face à la mixité des formes et au manque de données, l’approche graduelle s’est révélée profitable. Par exemple, le fait urbain est un phénomène si complexe qu’on ne peut l’envisager que de façon nuancée et progressive, à partir d’un faisceau de critères inter-reliés. C’est en ce sens que les chefs-lieux de cités reconnus sur le terrain ont été évalués et comparés à partir d’un indice variable qualifié d’« indice de morphologie urbaine » plutôt que sur la base d’une limite stricte fondée sur un ou deux critères nécessairement insuffisants. Certes, dans de nombreux cas, les grands établissements disposant de tous les signes extérieurs de l’urbanité sont aussi des villes institutionnelles importantes, de rang colonial ou municipal. Mais cet indice, plus fiable pour la période alto-impériale, m’a permis de constater une fréquente discordance entre le niveau morphologique des établissements et leur statut institutionnel. De nombreux chefs-lieux font apparaître une emprise morphologique modeste. L’inverse est parfois vrai. Plusieurs agglomérations, que l’on ne peut pas qualifier avec certitude de chef-lieu (même si quelques indices vont dans ce sens), sont d’importants établissements à la parure monumentale non négligeable. Le statut de chef-lieu est donc insuffisant pour faire d’un établissement une vraie ville, pour assurer sa pérennité, ou pour fixer à l’intérieur de ses limites une population importante.

9L’ensemble du maillage groupé de la région de l’Èbre se présente ensuite comme un ensemble d’établissements d’ampleur relativement modeste. La documentation consultée montre que dans la vallée de l’Èbre, le fait urbain reste cantonné aux chefs-lieux. Seule la cité de Caesaraugusta, vaste, riche et juridiquement privilégiée, présente des établissements groupés jouant peut-être un rôle de relais urbain du peuplement, comparable à ce que l’on peut observer en Gaule ou en Germanie. Parmi les chefs-lieux de cités, beaucoup ne sont que de grosses bourgades peu étendues, et seules trois ou quatre sites dépassent la quarantaine d’hectares.

10Du côté des implantations rurales, il n’est pas rare d’observer des établissements agglomérés de très faible extension, ne dépassant pas quelques arrhes dans certains cas. On peut rappeler qu’une partie importante du maillage préromain, en particulier dans la zone de peuplement ibère, présente des sites de très faible ampleur, bien que la voirie de ces époques montre l’existence d’un habitat coalescent. C’est le cas, par exemple, des « villages clos » (Pierre Moret) qui associent groupement du peuplement, agglutination à l’intérieur d’une enceinte sur laquelle ils s’appuient et faible emprise spatiale de l’ensemble. Si l’on accepte qu’une partie de ces établissements perdure au début de notre période d’étude, et en considérant que cette persistance se fait dans des formes peu différentes de celles qui prévalaient à la fin de l’Âge du Fer, alors il ne faut pas être surpris de la très faible emprise de ces habitats groupés ruraux. Si l’on envisage ensuite le corpus d’agglomérations à petite échelle, on constate que la situation générale du peuplement groupé de l’Èbre apparaît très similaire à celle qui ressort d’études régionales pour d’autres secteurs de l’Empire : de rares très grandes villes, un nombre limité de villes moyennes, un très grand nombre de petites agglomérations.

11Mais la thèse montre aussi que l’extension d’un site ne préjuge pas de sa forme ou de sa fonction. Le critère de taille pris de façon isolée ne permet pas de distinguer entre un village et un habitat dispersé important. C’est ce qu’illustre, par exemple, la confrontation des emprises respectives de la villa d’Arellano (Navarre) et de l’agglomération d’El Bovalar (Lérida), dont les tailles sont sensiblement les mêmes mais dont l’organisation interne est radicalement différente.

12La prise en compte d’une ample chronologie permet de mieux comprendre l’évolution de l’habitat groupé. On constate d’abord un changement quantitatif, avec une nette diminution du nombre des sites au cours de la période. De très rares sites apparaissent entre Auguste et le milieu du vie siècle, et ceux qui émergent semblent moins durables que les établissements plus anciens. Par ailleurs, ces établissements nouveaux sont parfois des créations en trompe-l’oeil, puisqu’ils peuvent réutiliser de vieilles enceintes protohistoriques abandonnées. On observe aussi que s’il y a bien eu déclin au iiie siècle, ce déclin est déjà engagé au siècle précédent, ce qui permetd’évacuer les causes conjoncturelles encore parfois invoquées pour justifier la « crise du iiie siècle ». S’agissant des composantes du changement dans le peuplement groupé, on constate que les disparitions sont presque toujours très largement supérieures aux créations. Tous ces éléments conduisent à qualifier la période étudiée comme une crise générale des agglomérations, plus ou moins forte selon les moments.

13Il semble toutefois que les grandes logiques du peuplement groupé du bassin de l’Èbre aient été assez peu modifiées. À quelques exceptions près, la plupart des implantations qui se maintiennent durablement au cours de la période étaient déjà peuplées à l’époque protohistorique ou républicaine. Ce constat corrobore les conclusions d’autres études menées en Gaule du Sud ou en Italie, par exemple. Les établissements pionniers sont très souvent ceux qui résistent le mieux aux aléas car ils constituent les éléments premiers et structurants des logiques territoriales. Si le semis des agglomérations de l’Èbre se simplifie et s’allège, si les établissements se transforment et recomposent leur morphologie, la trame préaugustéenne reste visible et structurante. Il est remarquable de noter que la majorité des évêchés de la région s’implantent sur des agglomérations déjà documentées avant l’époque d’Auguste.

14Cette enquête insiste aussi sur le caractère complexe du peuplement aggloméré de la vallée de l’Èbre, marqué par des caractères fréquemment multiformes, changeants ou hybrides. La complexité des établissements se mesure d’abord dans l’étude des formes. J’ai ainsi pu relever l’existence de plans urbains mixtes, de constructions d’époque impériale et de pratiques funéraires tardives encore fortement marquées par l’influence préromaine. Mais cette complexité des situations apparaît aussi à travers l’étude des dynamiques du peuplement. L’enquête montre en effet qu’aux ier et ive siècles, coexistaient des « temporalités enchevêtrées » (J.-P. Vallat). En observant l’ensemble des agglomérations attestées à cette date, j’ai constaté qu’elles se répartissaient entre des établissements marqués par des cycles longs et d’autres par des cycles beaucoup plus courts.

15Parce que ce travail s’est souvent heurté à la difficulté à détecter et à mesurer les agglomérations (niveaux tardifs mal connus, établissements ruraux non fouillés ou caractérisés sans preuves formelles, sites non repérés sur le terrain quoique connus des textes…), il était nécessaire de trouver des biais, des indices indirects du peuplement groupé. La trace d’édifices censés indiquer un peuplement proche, le recours aux hypothèses de localisation grâce aux Itinéraires voire à la toponymie, la prise en compte des ruptures de peuplement ponctuelles et suspectes, les changements morphologiques de la villa ou encore la localisation des villages protohistoriques ont permis de bâtir des propositions de travail qu’il sera nécessaire de valider ou d’invalider par des travaux de terrain complémentaires.

16Cette thèse ouvre enfin des pistes de recherche, notamment en ce qui concerne les formes rurales de l’habitat groupé. Dans ce domaine, peu pris en charge par l’historiographie, ma thèse se présente comme un premier diagnostic, un état des lieux fixant quelques directions de travail.

17Certains établissements ruraux sont des agglomérations probables d’époque impériale qui restent encore très méconnues. Seule une fouille permettrait de fixer des durées d’occupations fiables (validant ou invalidant les observations de surface), de travailler sur des niveaux de précision chronologique inférieure au siècle (rendant ainsi visibles les oscillations les plus fines du peuplement) et de qualifier avec précision la morphologie du site. Reprendre l’étude de la chronologie tardive de sites déjà fouillés par une révision globale du mobilier inventorié permettrait probablement de nuancer le spectaculaire déclin des établissements groupés constaté à partir du ve siècle. L’intégration des résultats de fouilles préventives, non systématiquement pris en compte dans le cadre de ce travail, est susceptible de préciser ou d’enrichir le corpus d’agglomérations fourni en annexe. Enfin, il est nécessaire de poursuivre la réflexion sur la fonctionnalité des modèles de mesure de l’agglomération utilisés au cours de cette enquête (travail de pondération des établissements, indices d’agglomération, indice de morphologie urbaine).

Haut de page

Notes

* Composition du jury : María Victoria Escribano Paño, Universidad de Zaragoza ; Sabine Lefebvre, Université de Bourgogne ; Patrick Le Roux, Université de Paris XIII (président) ; Pierre Moret, UMR 5608 (Toulouse) ; Jean-Pierre Vallat, Université de Paris VII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Michel, « Les formes de l’habitat groupé du bassin de l’Èbre, entre Auguste et les premières implantations wisigothiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 305-309.

Référence électronique

Olivier Michel, « Les formes de l’habitat groupé du bassin de l’Èbre, entre Auguste et les premières implantations wisigothiques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/3098

Haut de page

Auteur

Olivier Michel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org