Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d'anciens membres de la Casa de Velázquez

La garde du roi. Pouvoirs, élites et nations dans la monarchie hispanique (1700-1823)

thèse de doctorat soutenue à l’Université de Toulouse II le 26 novembre 2007 (codirigée par Michel Bertrand et Franz Bierlaire)*
Thomas Glesener
p. 309-313

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

1Quelle relation les Bourbons d’Espagne ont-ils établi avec les élites de la monarchie hispanique ? Après le long règne de Charles II, marqué par de fortes oppositions nobiliaires, et une guerre de Succession qui soulève une partie de la noblesse castillane, aragonaise et napolitaine contre le roi, Philippe V est parvenu à rétablir durablement l’autorité de la Couronne. Sur quelles bases a été élaborée cette pax borbonica qui réduit au silence toute opposition nobiliaire jusqu’à la fin du xviiie siècle ?

2Une idée a prévalu pendant longtemps selon laquelle l’autorité royale aurait été rétablie par la force. Philippe V aurait réformé l’étiquette de la Cour, abolit les privilèges, marginalisé les Conseils, militarisé son administration territoriale, fait appel à des mercenaires étrangers pour tenir le royaume et ses élites en respect. Un « modèle » de gouvernement bourbonien, autoritaire, aurait ainsi succédé à un « modèle » habsbourgeois, davantage basé sur la négociation. Pourtant, des travaux récents ont souligné que le mode de gouvernement des Bourbons ne diffère pas fondamentalement de celui de leurs prédécesseurs. Autant les réformes entreprises s’inscrivent pour la plupart dans la continuité, autant la relation aux élites continue de se construire sur la base d’un accord. Les termes de cet accord ont changé, certes, mais il n’en demeure pas moins que les Bourbons, loin de gouverner contre les élites, se sont associés étroitement à elles. Ce sont les termes de cette nouvelle alliance que ce travail s’attache à éclairer.

3La question est traitée à partir d’un cas précis : l’étude des trajectoires professionnelles des officiers flamands de la garde royale. En tout, l’échantillon est constitué par environ un millier d’individus, représentant quelques 250 groupes familiaux qui ont servi au cours du xviiie siècle dans des emplois réservés à la nation flamande au sein de la Maison militaire (compagnie flamande de la garde du corps et gardes wallonnes). A priori, ce terrain peut sembler trop spécifique pour répondre à nos interrogations. D’une part, la garde royale est une institution singulière au sein de l’État bourbonien : elle est l’armée privée du roi ; elle dispose de privilèges exceptionnels et ne représente qu’environ 8 % des effectifs totaux de l’armée. D’autre part, aborder la question de la relation aux élites au xviiie siècle à partir du cas flamand peut paraître anecdotique dans la mesure où les Pays-Bas ont cessé d’appartenir à la monarchie à partir de 1713. Pourtant, contrairement aux apparences, ce cadre permet de circonscrire un espace d’analyse particulièrement bien adapté au questionnement.

4Chronologiquement, la réforme de la Maison militaire, entamée dès le mois de mai 1701, est la première réforme d’envergure menée par Philippe V. Elle doit permettre de rétablir l’autorité royale à la Cour et constitue le préalable d’un vaste programme de réforme de l’État. Ce projet s’inspire des succès et des échecs des dynasties habsbourgeoise et bourbonienne. Alors que Philippe IV et Charles II ont échoué à imposer un corps d’armée privé dans l’enceinte du Palais, Louis XIV, en revanche, est parvenu à se doter d’un puissant instrument d’intégration politique de la haute noblesse. En 1704, après quelques tentatives infructueuses, la nouvelle Maison militaire de Philippe V voit le jour. Elle est partagée entre la garde du corps (3 x 300 hommes), servant à l’intérieur du Palais, et les régiments de la garde (2 x 4 800 hommes), servant à l’extérieur du Palais et souvent utilisés en campagne. Dans les deux cas, ces unités sont organisées par « nations », c’est-à-dire qu’elles sont réservées à des sujets venus des différentes possessions du roi d’Espagne (espagnole, italienne et flamande dans la garde du corps ; espagnole et flamande dans les régiments de la garde).

5La garde royale constitue donc un espace de privilèges dont Philippe V s’est doté au début de son règne pour attirer à son service personnel les familles distinguées de la monarchie. Elle est précisément le lieu où se noue un nouveau lien entre le roi et la couche supérieure des élites du royaume. Étudier les dynamiques sociales et politiques qui se tissent dans cet espace de pouvoir permet, par conséquent, d’apporter un éclairage sur les termes de cette alliance.

6Quant à l’attention aux officiers flamands, elle s’explique par le souci de prendre le contre-pied des interprétations historiographiques traditionnelles. En effet, la présence flamande (mais aussi italienne, française, irlandaise, suisse) dans l’appareil d’État bourbonien a fait couler beaucoup d’encre. Principalement employés dans la garde, l’armée et l’administration militaire du territoire, ces officiers, qualifiés hâtivement d’« étrangers », ont été perçus comme la preuve que Philippe V se défie des élites régnicoles. La présence importante de ces militaires à la tête des juridictions territoriales dans l’ancienne Couronne d’Aragon (près de 50 % des commandements) corroborerait la thèse d’une utilisation à dessein d’un personnel « étranger » par le pouvoir royal contre, ou en substitution, des élites du royaume. Analyser la place et le rôle de ces officiers flamands dans l’appareil d’État est donc déterminant pour comprendre, a contrario, la relation que les Bourbons entretiennent avec les élites du royaume. Ces officiers sont-ils effectivement une catégorie à part, avec des fonctions spécifiques qui leur sont assignées ou, au contraire, participent-ils aux mêmes dynamiques socioprofessionnelles que l’ensemble des élites militaires ?

7Le corpus documentaire croise trois types de sources de manière à mettre en regard les enjeux politiques à l’échelle macrohistorique et les parcours individuels à l’échelle des acteurs sociaux. Ainsi, la documentation politique et administrative occupe la majeure part, provenant essentiellement de l’ambassade française à Madrid et de la secrétairerie de la Guerre espagnole (garde royale, gouvernement territorial). Elle est suivie par les archives notariales de Madrid et Barcelone, et complétée par des mémoires et correspondances privées conservés aux Archives générales du Royaume à Bruxelles.

8La thèse est organisée en trois parties chronologique et thématique : la première est consacrée au règne de Philippe V et à la formation de la garde royale ; la deuxième analyse les dynamiques socioprofessionnelles des officiers flamands dans l’armée et l’État espagnols ; la dernière examine les recompositions politiques et sociales au sein de la Maison militaire à la fin du xviiie siècle.

9À son avènement, Philippe V entretient une profonde méfiance à l’égard de l’ensemble des élites de la monarchie hispanique. À Madrid, à Naples ou à Bruxelles, les démonstrations traditionnelles de fidélité des représentants des villes et de la noblesse ne sont pas de nature à apaiser le nouveau monarque et son entourage. Ces derniers n’accordent leur confiance qu’aux sujets qui ont fait la preuve de leur fidélité personnelle au roi. Dès lors, aux Pays-Bas comme en Castille, nous désignons par « philippisme » pour exprimer le mouvement des élites vers le roi de manière à transcender les formes rituelles d’expression de la fidélité politique et manifester une volonté d’entrer dans une relation de type clientéliste avec le monarque. Ce phénomène se produit dans tous les territoires de la monarchie selon une chronologie et un rythme différents. Il place les groupes familiaux en concurrence, à une époque où Versailles s’impose comme un puissant pôle de captation des fidélités. La meilleure manière de prouver son attachement personnel consiste à prêter allégeance à la dynastie, à Versailles plutôt qu’à Madrid.

10Dans les premières années du règne, les élites des Pays-Bas ont incontestablement un avantage sur leurs homologues issus des autres territoires. D’une part, la délégation de pouvoir accordée par Philippe V à son grand-père sur les provinces catholiques place celles-ci sous la tutelle directe du roi de France. D’autre part, beaucoup de grands lignages du sud des Pays-Bas ont placé des parents au service de la France au cours de la seconde moitié du xviie siècle à mesure que leurs possessions tombaient sous la domination de Louis XIV. À l’avènement de Philippe V, ces familles activent leurs réseaux à Versailles pour obtenir des emplois dans l’entourage du roi. En effet, lorsqu’il s’agit de trouver des hommes de confiance dans la monarchie hispanique pour mener la réforme de la Maison militaire et de l’armée, Philippe V se tourne en priorité vers ses sujets des Pays-Bas.

11En Castille, les élites ne disposent pas des mêmes contacts à Versailles. Il faut attendre les années 1705-1706, avec notamment l’affaire du banquillo et la première évacuation de Madrid, pour que certains lignages puissent donner des preuves explicites de leur attachement au roi. En récompense, ces familles obtiennent des emplois prestigieux dans la Maison militaire du roi. En quelques années, la garde royale devient le lieu de distinction des familles philippistes issues des différents territoires de la monarchie qui ont fait preuve d’un dévouement complet à la dynastie. Régis au départ sur le modèle français, les officiers de la garde de Philippe V obtiennent davantage de privilèges que leurs homologues à Versailles. Le premier Bourbon contribue ainsi à faire des grandes familles philippistes une nouvelle élite en lui donnant les moyens de s’installer durablement à la tête de l’institution militaire. Les privilèges de la Maison militaire sont le symbole de cette alliance forgée entre le roi et une partie des élites pendant la guerre de Succession.

12Loin de constituer un cas à part, le maintien du privilège de la nation flamande dans la Maison militaire et la présence d’officiers flamands dans l’administration territoriale tout au long du xviiie siècle sont la preuve que cette alliance continue d’être effective longtemps après la fin de la guerre de Succession. Après 1713, les emplois réservés aux « Flamands » dans l’entourage immédiat du roi deviennent de plus en plus incongrus, ce que les ministres successifs ne manquent pas de faire remarquer. Ces emplois ne sont pourtant officiellement supprimés qu’en 1818, car l’habileté politique d’une poignée de familles permet de contrer les attaques successives dont toute la Maison militaire et les unités flamandes en particulier sont l’objet au lendemain de la guerre de Succession. En effet, dans le cas flamand, la famille de Bournonville, qui contrôle pendant soixante-quatre ans l’emploi de capitaine de la compagnie flamande de la garde du corps, défend les privilèges de la nation, pas tant – comme on pourrait le croire – au nom des liens vassaliques qui ont uni les Pays-Bas à l’Espagne, mais plutôt en réactivant la mémoire de la guerre de Succession et des sacrifices consentis pour la cause dynastique. Pour Philippe V, renier ces privilèges revient à remettre en question l’alliance passée avec une partie des élites, et à renier l’un des héritages constitutifs de l’identité monarchique et dynastique des Bourbons en Espagne.

13Les carrières des officiers flamands dans l’administration territoriale montrent que la Maison militaire continue pendant tout le xviiie siècle de fonctionner comme un vivier des cadres militaires de la monarchie. Leurs trajectoires professionnelles ne se distinguent pas fondamentalement du reste des élites militaires. D’une part, ces individus, une fois sortis de leurs emplois protégés, sont en compétition avec leurs homologues espagnols sur les mêmes emplois sans qu’ils souffrent du moindre déficit de légitimité en raison de leur origine. À l’inverse, cette origine n’est pas davantage un moteur de promotion professionnelle dans la mesure où la Couronne n’y accorde pratiquement jamais d’importance. D’autre part, en Catalogne et dans les territoires de l’ancienne Couronne d’Aragon, où l’on constate une surreprésentation de « Flamands » dans l’administration territoriale, ces individus ont tendance à s’intégrer rapidement parmi les élites locales. Certaines familles, qui ont constitué des majorats, acheté des terres et se sont alliées aux patriciats municipaux, se spécialisent dans les commandements territoriaux de la région où ils ont leurs attaches. Ces « Flamands » ne correspondent donc guère à la figure d’instrument de l’absolutisme que l’historiographie a voulu donner d’eux. Par contre, ils participent pleinement aux dynamiques sociales et politiques communes à l’ensemble des élites militaires de la monarchie.

14Dans la seconde moitié du xviiie siècle, cette oligarchie militaire, arc-boutée sur les emplois de la garde royale, constitue une force de blocage à toute réforme de l’armée alors qu’il devient urgent de moderniser l’institution. Ferdinand VI, sous la houlette du marquis de la Ensenada, mène une politique agressive à l’égard de la Maison militaire, brisant notamment le système de promotion et les privilèges de nation sur lesquels repose la reproduction sociale des élites. Les familles philippistes installées à la tête des unités sont symboliquement évincées et remplacées par les descendants des exilés espagnols à Vienne. Même si elle ne survit pas à la chute du ministre, la réforme d’Ensenada montre à quel point la mémoire de la Guerre de Succession continue à rythmer la politique des Bourbons à l’égard des élites. Vue depuis l’espace restreint de la garde royale, cette politique a l’avantage de faire jouer les factions les unes contre les autres en entretenant les clivages nés au sein des élites pendant le conflit successoral.

15Cette situation change avec l’avènement de Charles III qui mène une politique que l’on peut qualifier de « réconciliation » en confirmant toutes les prérogatives de l’oligarchie militaire (dont les privilèges de nation) et en permettant le retour des grands lignages philippistes dans la Maison militaire – notamment les Osuna – sans évincer les autres. La politique de Charles III s’inscrit donc dans la continuité de celle de son père dans la mesure où elle renforce un système de promotion permettant aux grandes familles nobles de contrôler les principaux emplois de l’appareil politico-militaire de l’État. Toutefois, à la différence de Philippe V et de Ferdinand VI, elle n’entretient plus les divisions héritées du conflit successoral. Dès lors, à la fin du règne, lorsque la politique réformatrice du comte de Floridablanca suscite l’hostilité d’amples secteurs de la noblesse, les chefs de la Maison militaire se rangent massivement derrière le comte d’Aranda et son parti « aragonais ». L’abandon de la mémoire de la guerre de Succession comme mode de gouvernement des élites permet donc progressivement la reconstitution d’une opposition nobiliaire au sommet de la hiérarchie militaire. Charles IV hérite de ce lourd passif, et son favori, Godoy, lui-même issu des rangs de la garde du corps, est chargé de mater définitivement les corps privilégiés. En permettant au prince de la Paix de s’interposer entre lui et sa garde royale, Charles IV est accusé d’avoir trahi les termes de l’alliance passée entre la dynastie et les élites militaires au début du siècle. Le motín d’Aranjuez, ourdi par les officiers de la Maison militaire, contraint le roi d’abdiquer pour rétablir la tradition dynastique.

16En somme, durant les deux premiers tiers du xviiie siècle, la guerre de Succession est un passé qui ne passe pas. La politique nobiliaire des Bourbons au sommet de l’État est étroitement conditionnée par la mémoire du conflit et par les clivages apparus au début du siècle. Lorsque ces divisions s’estompent, les élites militaires, constituées par Philippe V et ses successeurs, se réapproprient la culture d’opposition au pouvoir royal qui avait fait le succès des Grands d’Espagne sous Charles II. Néanmoins, les enjeux du conflit ont changé : il ne s’agit plus de défendre les privilèges du royaume, mais de conserver le contrôle des institutions créées par les Bourbons eux-mêmes au cœur de l’État royal. Le cas « flamand », loin de constituer un cas à part, fait partie intégrante de ces dynamiques sociales et politiques. Il est même l’une des traces les plus flagrantes de la prégnance de l’héritage du conflit successoral dans la vie politique du xviiie siècle espagnol.

Haut de page

Notes

* Composition du jury : Francisco Andújar Castillo, Universidad de Almería ; Bruno Bernard, Université Libre de Bruxelles ; Michel Bertrand, Université de Toulouse II ; Franz Bierlaire, Université de Liège ; Jean-Pierre Dedieu, CNRS ; Bernard Vincent, EHESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Glesener, « La garde du roi. Pouvoirs, élites et nations dans la monarchie hispanique (1700-1823) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 309-313.

Référence électronique

Thomas Glesener, « La garde du roi. Pouvoirs, élites et nations dans la monarchie hispanique (1700-1823) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://mcv.revues.org/3099

Haut de page

Auteur

Thomas Glesener

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org