Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d'archéologie

Les fouilles de Las Sillas à Marcén (Huesca)

Un « village » de la Marche supérieure d’al-Andalus
Philippe Sénac
p. 323-335

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mai 2010.

  • 1  Sénac, 1992, 1999, 2000, 2006 et 2008.

1Les dernières campagnes de fouilles archéologiques menées sur le site de Las Sillasont permis de compléter les données concernant cet important établissement islamique de la vallée de l’Èbre occupé depuis le milieu du xe siècle jusqu’à la reconquête de la région au tout début du xiie siècle (fig. 1, p. 324). L’étude de cet habitat rural situé sur le territoire du ḥiṣnGabarda s’inscrivait dans le cadre plus général d’une recherche consacrée à la paysannerie musulmane et à ses lieux de résidence au sujet desquels les sources, qu’elles soient arabes ou latines, ne fournissent généralement que très peu d’informations. L’importance des structures mises à jour et l’abondance du mobilier exhumé ont déjà fait l’objet de plusieurs publications1 et les pages qui suivent n’ont d’autre objectif que de fournir une brève synthèse des résultats obtenus avant la publication prochaine d’un ouvrage intitulé Un « village » d’al-Andalus aux alentours de l’an mil.

Fig.1. — Carte de localisation du site de Las Sillas

Fig.1. — Carte de localisation du site de Las Sillas

Le site et les données des sources écrites

2Le site de Las Sillas, encore connu sous le nom de Las Cías, occupe le sommet d’une table rocheuse de 120 m de long, culminant à 420 m d’altitude, à une trentaine de kilomètres au sud-est de la ville de Huesca. Dominant la vallée du río Flumen, cet établissement est naturellement protégé par un abrupt d’une dizaine de mètres et, à l’est, par un fossé avivé de main d’homme sur une hauteur d’environ 4 m. Les prospections n’ont révélé aucune trace de fortification voisine ou de refuge défensif, en particulier sur le plateau de Mogache ou Mobache (535 m) qui domine le site, mais elles ont permis de localiser la source où les habitants venaient s’approvisionner en eau : celle-ci se trouvait à une cinquantaine de mètres au-dessus de l’établissement, sur le versant d’un petit vallon voué à la culture de l’olivier. L’eau était recueillie dans une conduite creusée dans des blocs de grès rectangulaires et supportée par une maçonnerie provenant de la colline voisine. Le site de La Fuente, à quelques centaines de mètres au nord, constituait probablement un autre lieu d’approvisionnement en eau.

  • 2  Sénac et Escó Samperiz, 1987, et Sénac, 1991.
  • 3  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. n° 55 (1093) : Concedimus insuper prefate ecclesie Ihesu Nazareni m (...)
  • 4  Ubieto Arteta, 1951, doc. n° 116 (1102).
  • 5  Ibid., doc. n° 130 (1103).
  • 6  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. n° 94 (1105).

3Comme dans l’ensemble de la Marche supérieure d’al-Andalus, les sources arabes ne signalent ici que des forteresses (ḥuṣūn) comme Piracés, Gabarda ou Tubo2, dont les premières mentions figurent dans la Description de l’Espagne du géographe Aḥmad al-Rāzī (889-955), puis chez le chroniqueur Aḥmad al-˓Uḏrī (1002-1085), sous les formes Bītrah Šilǧ, ˓Abarrada et Nūbah. Le toponyme Marcén apparaît pour sa part à plusieurs reprises dans la documentation latine contemporaine de la reconquête. En mai 1093, un document y évoque d’abord une mosquée3. Marcén apparaît ensuite dans une donation faite en novembre 1102 par le roi Pierre Ier au senior Lope Iñiguez pour édifier des bonas casas et mettre en valeur les terres environnantes. L’intérêt du document réside dans le fait qu’il précise le nom du (ou d’un ?) ancien propriétaire musulman du lieu, Galiet Ibern Zavazala (sans doute Khālid b. Ṣāḥib al-Salāt, « le responsable de la prière ») et qu’il atteste la présence d’un tenente à Marcén après la reconquête, le senior Munio Jiménez4. La disparition précoce de ce personnage dans les textes et l’absence de toute mention postérieure de tenencia à Marcén laissent supposer qu’il devait s’agir d’une petite fortification. Il n’en subsiste plus qu’un mur de courtine, à l’est de l’église paroissiale San Pedro. Marcén apparaît encore en 1103, dans la délimitation d’un territoire castral voisin (La Iglesieta), avec mention d’un casal et d’un four situé entre Marcén et Gabarda5, puis en 1105, lors de la donation du castrum d’Alcalá (Alcalá del Obispo) à la cathédrale de Huesca et à l’évêque Esteban6. Bien que plus abondante, la documentation latine des xiie et xiiie siècles ne fournit guère d’informations complémentaires sur le site. Les actes conservés concernent alors seulement le village chrétien et son castillo qui s’implantèrent à près de 200 m en contrebas de l’ancien habitat musulman, mais leur intérêt n’en est pas moins réel puisque, contrairement à d’autres établissements de la vallée du río Flumén, ils ne mentionnent pas la présence de moros qui seraient demeurés là après la reconquête.

Les travaux réalisés, la stratigraphie et l’organisation spatiale du site

4Les travaux réalisés sur le site ont permis de mettre en évidence deux secteurs bien différenciés : d’une part, vers l’est, un espace d’environ 1 000 m2 (secteur I), caractérisé par la présence d’un grand bâtiment interprété comme une mosquée, et d’autre part, vers l’ouest, un ensemble de constructions à vocation résidentielle ou artisanale (secteur II) couvrant une superficie de plus de 4 000 m2. La totalité du premier secteur a été fouillée tandis qu’un tiers seulement du second a été mis à jour, depuis le centre de la plate-forme jusqu’à la falaise. Cinquante-quatre constructions désignées sous le nom d’unités architecturales (UA) y ont été dégagées et une demi-douzaine d’autres ont fait l’objet de nettoyage de surface (fig. 2).

Fig.2. — Plan du secteur II

Fig.2. — Plan du secteur II

5Les dernières campagnes de fouilles ont également permis de préciser définitivement de quelle manière l’habitat avait été édifié, sans que l’on puisse toutefois déterminer si ces opérations furent menées à l’initiative d’un pouvoir local ou d’une communauté paysanne. Loin de répondre à une démarche empirique, l’édification de l’habitat fut menée à partir d’un plan d’ensemble soigneusement élaboré visant à occuper toute la surface disponible. Les bâtisseurs divisèrent d’abord la plate-forme dans sa plus grande longueur en deux parties sommairement égales à partir d’un axe orienté nord-ouest/sud-est, matérialisé par une large rue, puis ils entamèrent la taille du rocher de part et d’autre de cet axe par estrades successives jusqu’aux abords de la falaise. La taille de la roche s’opéra également de manière perpendiculaire à cet axe, donnant ainsi naissance à des pièces en partie creusées dans le sol rocheux. Ce procédé constructif fut abandonné aux deux extrémités du site : la partie ouest, séparée du reste de la plate-forme par une rue coupant à angle droit la voie principale, présentait en effet une série de pièces parallèles et accolées les unes aux autres, et l’extrémité est, séparée du reste de l’habitat par un dénivelé d’un mètre de hauteur, était réservée à des bâtiments d’un usage différent, édifiés à même le sol et orientés de manière distincte.

  • 7  Le seul espace ayant peut-être subi un incendie concerne l’UA 49, dans laquelle une épaisse couche (...)

6À quelques exceptions près, la stratigraphie observée au cours des travaux s’est avérée généralement semblable quel que soit l’espace considéré et présentait cinq sols bien individualisés sur une hauteur comprise entre 0,70 m et 1,52 m. Un premier sol (1), de 8 à 12 cm d’épaisseur, était constitué par l’humus végétal. Il était composé d’une terre meuble, parfois poussiéreuse, incluant des broussailles, des racines et des cailloutis. Le deuxième niveau, désigné sous le nom de sol d’abandon (2), oscillait entre 20 et 95 cm d’épaisseur selon l’emplacement des constructions. Il s’agissait d’une couche de terre compacte, parfois très dure, de couleur jaunâtre, incluant des moellons, des blocs de grès effondrés, et des fragments de céramiques (2a). Dans plusieurs cas, ce niveau d’effondrement comprenait également dans sa partie inférieure des blocs d’adobe et quelques fragments de tuiles demi-rondes (2b). Le sol d’occupation (3), de couleur grisâtre, était formé par une terre compacte comprenant de nombreux fragments de céramiques, des débris de charbons de bois et de très fins morceaux d’argile rouge. Son épaisseur oscillait entre 8 et 16 cm. Il recouvrait un niveau de comblement (4) de terre battue formant une couche de couleur claire volontairement déposée par les bâtisseurs du site lors de sa construction. De 10 à 15 cm d’épaisseur, stérile et particulièrement dur, ce sol était destiné à combler les aspérités de la roche pour rendre la circulation plus aisée au sein de chacune des pièces. Il reposait sur le rocher nivelé (5), dans lequel on discernait souvent des cavités circulaires destinées à recevoir des poutres servant à soutenir des toitures ou, lorsqu’elles étaient inclinées, les claies nécessaires à l’extraction des blocs de grès employés dans la construction. Le sol rocheux présentait encore par endroits des restes des foyers laissés par les bâtisseurs sous la forme de cuvettes taillées dans la roche et dans lesquelles figuraient régulièrement, associés à quelques ossements d’animaux et des charbons de bois, des fragments de petits vases globulaires à pâte fine (pucheros et ollitas), qu’il convient de considérer comme les plus anciennes poteries découvertes sur le site. On soulignera que cette succession régulière de sols excluait tout niveau d’incendie ou de trace de destruction violente7.

7La date à laquelle cet habitat fut bâti puis occupé fut établie à partir de trois critères de datation : les monnaies, le radiocarbone et le mobilier céramique. Les fouilles ont permis de collecter une dizaine de monnaies s’échelonnant de l’Antiquité au début du xive siècle qui ont été confiées pour identification à Michel Dhénin et Gilles Hennequin, du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de Paris, ainsi qu’à Alberto Canto García, de l’Université Autonome de Madrid. Il s’agissait d’abord d’une monnaie ibérique (as) de Osca (Huesca), datée des environs de 150-100 av. J.-C. et pesant 9,63 g. Le corpus monétaire comprenait également trois fragments de monnaies islamiques : un dirham au nom d’Ahmad al-Muqtadir, le souverain de la taifa de Saragosse (1046-1081) ; un fals en mauvais état de conservation portant les premières lettres du mot Allāh ; et un autre fals, volontairement coupé, sur lequel on pouvait encore deviner dans le champ du droit le début du nom de Muḥammad. Plus nombreuses étaient les monnaies chrétiennes : il s’agissait de plusieurs deniers de la fin du xiiie et du début du xive siècle, provenant d’un sol de réoccupation recouvrant partiellement les niveaux d’abandon du secteur I. Parmi celles-ci figuraient deux monnaies du roi Jacques Ier d’Aragon (1213-1276), un denier tournois du roi de France Philippe III (1270-1280), une monnaie du comte d’Urgel Ermengol X (1267-1314) et une obole du roi Jacques II d’Aragon (1291-1327), frappée à Sariñena.

8Le deuxième critère de datation utilisé fut la détermination par C14 réalisée sur plusieurs types d’échantillons tels que fragments de mortier, restes de solives ou fragments de bois calcinés provenant de foyers. Pour valoriser ce mode de datation, on a eu recours à plusieurs centres de recherche tels que le laboratoire de l’université de Gröningen (Centre for Isotope Research), le centre Archeolabs (Saint-Bonnet de Chavagne) et le laboratoire de l’université de Franche-Comté. Les datations faites à partir d’enduits, de mortiers et de bois de charpente provenant du secteur I ont fixé la fondation des lieux autour de 940 (+20 / -20), c’est-à-dire sous le règne du calife Abd al-RaÜmÄn III (912-961). L’analyse de plusieurs échantillons de solives de pin recueillis dans diverses UA du secteur II a également permis de préciser la date à laquelle les constructions de ce secteur furent édifiées, à savoir autour de 910 (+50 / -50). La datation au radiocarbone d’autres échantillons constitués par des séries de charbons de bois de pin et de chêne à feuilles persistantes recueillies dans un foyer de l’UA 48 a confirmé ces données en fournissant une date calibrée située entre 855 et 1020 avec une probabilité de 92,10 %. De la sorte, la période au cours de laquelle l’habitat fut édifié peut être placée dans le courant de première moitié du xe siècle et, plus probablement encore, autour des années 940. Il est beaucoup plus délicat de préciser la date d’abandon du site, à ceci près qu’en accord avec les données fournies par la documentation latine, l’étude de charbons de bois contenus dans le foyer de l’UA 49 a permis de fixer la dernière utilisation de cet aménagement à l’extrême fin du xie siècle, avec une probabilité de 99,80 %.

9Enfin, même si l’on manque encore de données chronologiques solides en matière de productions céramiques d’époque islamique dans la vallée de l’Èbre, l’étude du mobilier céramique et les comparaisons menées avec le matériel découvert sur d’autres sites régionaux ont révélé de parfaites similitudes avec les pièces des xe et xie siècles découvertes dans les environs de Huesca, de Lérida et de Saragosse, tant en milieu urbain qu’en zone rurale, et c’est sans hésitation que l’on peut placer l’ensemble du mobilier recueilli dans une période allant du milieu du xe siècle à la fin du xie siècle.

Le secteur I

10Le secteur I était séparé du reste de l’habitat par un long mur d’un mètre de large au milieu duquel s’ouvrait une porte surmontée d’un grand arc dont six claveaux de 57 cm de longueur ont été retrouvés. Cette porte s’ouvrait sur un passage voûté de 2,80 m de largeur dont le sol était occupé par des dalles soigneusement jointes. La fouille des éboulis recouvrant cette entrée a permis de retrouver les restes d’une charpente de bois faite de pins d’Alep (pinus halepensis) et de peupliers (populus). De part et d’autre de cette entrée se développaient plusieurs constructions dont deux bâtiments de superficie à peu près égale. Le plus remarquable, au sud, était une mosquée à plan rectangulaire d’environ 60 m2 de superficie intérieure, à laquelle on accédait au moyen d’une porte étroite s’ouvrant dans le mur est de l’édifice (fig. 3). Ses parois étaient faites d’une maçonnerie de pisé qui reposait sur deux lits de blocs de grès disposés en boutisse et joints à l’aide d’un mortier de terre. Dans les éboulis du mur est furent dégagés plusieurs éléments sculptés, parmi lesquels les fragments d’un arc outrepassé de 30 cm de rayon (fig. 4) et une petite colonne couronnée par un chapiteau tronconique de 30 cm de hauteur, parfaitement lisse et décoré d’un mince bourrelet à la base (fig. 5).

Fig.3. — La mosquée et l’entrée du secteur I

Fig.3. — La mosquée et l’entrée du secteur I

Fig.4. — Arc outrepassé (secteur I)

Fig.4. — Arc outrepassé (secteur I)

Fig.5. — Colonne et chapiteau (secteur I)

Fig.5. — Colonne et chapiteau (secteur I)

11La hauteur et la nature de la couverture de cette salle (musalla) demeurent imprécises, mais les dimensions des piliers centraux qui divisaient la pièce en deux nefs égales plaident en faveur d’une couverture élevée (2,50 m environ) et assez lourde. Ces piliers étaient en effet d’épaisses colonnes de 33 cm de diamètre, dont l’une était surmontée d’un grand chapiteau décoré de motifs végétaux (fig. 6). Cet édifice s’ouvrait sur une cour (saḥn) recouverte de petits galets, dans laquelle plusieurs structures creusées dans le rocher furent dégagées parmi lesquelles deux bassins et une petite cavité circulaire de 18 cm de diamètre, associée à un fragment d’arc provenant d’une ouverture inscrite dans le mur sud-est de la mosquée. L’ensemble de cette cour fit l’objet d’aménagements postérieurs lors d’une réoccupation partielle que l’on peut placer dans le dernier tiers du xiiie siècle et dans le premier tiers du xive siècle en fonction des monnaies découvertes au cours des fouilles.

Fig.6. — Chapiteau (secteur I)

Fig.6. — Chapiteau (secteur I)

Le secteur II

12Beaucoup plus vaste que le précédent, le secteur II était entièrement occupé par des constructions s’étageant en paliers successifs depuis le centre de la plate-forme jusqu’au bord de la falaise. Ces constructions se regroupaient en de grandes maisons, tantôt jointives, tantôt séparées par des ruelles et, dans un cas seulement, par une impasse (UA 24). Cinq d’entre elles ont d’ores et déjà été fouillées. Couvrant une surface comprise entre 90 et 150 m2, ces maisons étaient délimitées par des murs de 46 ou 60 cm d’épaisseur édifiés au moyen de moellons équarris sur une face — un bloc de grés vertical venant souvent conforter la maçonnerie à intervalles réguliers, comme sur le site de Vascos en Castille. L’absence de conservation des parties hautes ne permet pas d’apprécier la hauteur des pièces qui composaient ces maisons, sans doute comprise entre 2 m et 2,20 m, ni de préciser si elles disposaient d’ouvertures autres que les portes. En revanche, l’étude des sols d’abandon permet de préciser le procédé employé pour couvrir ces bâtiments. L’absence de tuiles demi-rondes montre qu’il s’agissait de toitures plates et que ces pièces étaient protégées par une couverture végétale. Comme dans d’autres régions de la péninsule, on disposait d’abord des poutres de pins ou de chêne kermès sur la largeur des travées puis, perpendiculairement, des solives, parfois même de simples branchages ou des roseaux probablement reliés les uns aux autres par des cordes en fibres végétales. Cette armature était ensuite recouverte d’un mélange damé de terre et de paille ; dans quelques cas seulement, on a pu observer l’emploi de clous permettant d’associer entre elles les pièces de bois. La largeur des salles, toujours comprise entre 2 m et 2,40 m, était naturellement conditionnée par la longueur des pièces de bois disponibles.

13Sans répondre à l’image traditionnelle de la maison musulmane centrée autour d’un patio, ces maisons comprenaient toutes un vestibule, une cuisine et un nombre variable de pièces servant d’habitation ou de lieu à usage artisanal — telle l’UA 8 qui servait de pressoir à huile. L’une de ces pièces faisait office d’étable (UA 7) tandis qu’une autre présentait dans un de ses angles des latrines (UA 12). Plusieurs présentaient une entrée en coude, comme l’UA 10 (fig. 7), et chaque maison disposait encore de plusieurs silos à orifice rectangulaire, vides de tout contenu et fermés par trois grosses dalles de grès. Il s’agissait de structures taillées dans la roche, de dimensions très semblables (2,20 à 2,40 m de profondeur), s’évasant vers le fond. On a longtemps admis que ces structures étaient destinées à la conservation des grains mais par suite de leur nombre (plus d’une vingtaine dans le secteur II), de leur volume (entre 4 et 5 m3), et de l’absence de toute trace de grains, il n’est pas certain qu’elles aient été utilisées à ce seul effet. Leur remplissage traduirait une production céréalière considérable peu crédible et peut-être étaient-elles également destinées à protéger de la chaleur et de l’humidité d’autres matières périssables.

Fig.7. — Vue de l’UA 10

Fig.7. — Vue de l’UA 10

14Enfin, séparé du reste du secteur II par une rue perpendiculaire à la voie principale qui traversait le site, se développait un autre ensemble de constructions à l’extrémité ouest de la plate-forme. Voué à des activités artisanales, cet ensemble se composait de plusieurs pièces jointives et parallèles, allongées d’est en ouest, qui présentaient plusieurs aménagements intérieurs sous la forme de silos, de cuves ou de bassins étagés communiquant entre eux par un petit orifice circulaire, et sans doute utilisés pour le lavage des tissus.

Le mobilier

15Le mobilier collecté au cours des fouilles s’est avéré à la fois multiple et varié puisqu’il comprend plus de 50 000 fragments de céramiques, plusieurs centaines d’ossements d’animaux, ainsi que des objets métalliques (bagues, boucles, pince à épiler, couteaux, clous, fer à mulets), lithiques (pierres à aiguiser, mortier, polissoir, broyeurs, pesons de tisserand, meules), des fragments de verre, des perles, et même quelques objets ludiques, sous la forme de pièces de jeux d’échecs, de jetons et d’un petit dé en os.

16L’essentiel du mobilier céramique exhumé se compose d’une quinzaine de formes distinctes, majoritairement non-glaçurées (76 %). La vaisselle de cuisine utilisée pour la cuisson des aliments constitue une part importante (19 %) du mobilier céramique. Ce groupe rassemble des marmites de dimensions variables (ollas et ollitas), des petits récipients à une anse désignés sous le nom de pucheros ainsi que des cazuelas. La catégorie formée par la vaisselle de transport, de stockage et de conservation de produits solides ou liquides est de très loin la plus importante par le nombre de tessons trouvés en fouilles (42 %). Elle comprend d’abord de grandes jarres (jarras) à corps globulaire, à deux anses, décorées de traits rectilignes ou courbes peints au brun de manganèse sur la partie supérieure des pièces, de grandes cruches à eau (cántaros) et des fragments de tinajas, grands récipients aux parois épaisses et lèvres exvasées, décorés de cordons d’argile. La vaisselle destinée au service des aliments et des produits liquides représente également une part notable du mobilier céramique (26 %). Ce groupe rassemble des formes ouvertes (ataifores, cuencos, escudillas) et des formes fermées parmi lesquelles des redomas, des pichets, des orzas et surtout des jarritas et des jarritos. On signalera encore la présence de quelques bols à pied annulaire, décorés sur leur face interne d’une glaçure de couleur miel, de couvercles (tapaderas) à bouton de préhension central et de lampes à huile ou candiles.

17Comparativement au matériel céramique, le mobilier métallique s’est avéré assez peu abondant, à plus forte raison si l’on met de côté les 62 clous formant plus des trois-quarts de l’ensemble. L’absence absolue d’armes mérite d’être soulignée ; les seuls vestiges d’objets contendants retrouvés sur le site sont des lames ou des manches de couteaux destinés à la cuisine. Le reste du mobilier métallique était constitué par des objets de parure (bagues, attache, agrafe, boucles), des accessoires de ceinture et d’habillement en métal cuivreux et quelques bijoux. Les éléments d’outillage liés aux travaux des champs étaient assez rares et un seul fragment de fer à cheval (ou plus sûrement de mulet) a été découvert.

18L’essentiel du mobilier lithique mis à jour comprend plusieurs séries d’objets parmi lesquels des meules, des pierres à aiguiser, des broyeurs ainsi que des pesons de tisserands et des fusaïoles. La totalité des meules contenues dans les sols d’occupation a été retrouvée dans le secteur II. Les plus grandes, d’un diamètre voisinant 50 cm, étaient en grès tandis que les plus petites, d’un diamètre égal ou inférieur à 40 cm, étaient souvent façonnées dans un conglomérat à éléments arrondis de quartz et d’argilite, de teinte brune ou rouge, liés par un ciment calcaire finement gréseux. Il s’agissait de meules rotatives, à bras, tournant autour d’un axe central et dont certaines, brisées ou trop érodées, furent utilisées comme pierre de seuil (UA 43) ou comme regard dans une canalisation parcourant l’UA 51. À l’exception d’une meule découverte dans l’UA 40, les fragments conservés ne présentent pas de cavité latérale pour fixer une pièce de bois et la relative rareté de ces meules conduit à supposer que l’on utilisait d’autres outils pour un broyage sommaire des grains. Cette hypothèse semble confirmée par la présence de plusieurs broyeurs et d’un mortier creusé dans un galet et sans doute destiné au concassage des graines. La fouille a également permis la découverte de plusieurs pierres à aiguiser, de polissoirs, de hachettes et d’herminettes en pierre polie, préhistoriques pour la plupart. On signalera encore la présence de plusieurs pesons de tisserand taillés dans des galets présentant un ou deux orifices.

19La détermination des ossements d’animaux découverts dans les foyers des niveaux d’occupation permet de mieux apprécier l’alimentation des habitants du site. Comme on l’a déjà signalé précédemment, les foyers non appareillés creusés dans le sol de certaines pièces et contemporains de la construction des lieux comprenaient une majorité d’ossements appartenant à poules, des lapins, des pigeons et des moineaux. Par la suite, les divers échantillons prélevés dans les sols d’occupation du secteur II indiquent une large prédominance des petits ruminants dans l’alimentation paysanne : les chèvres et les moutons représentent 88,7 % du total, contre 4,8 % pour les porcs et les sangliers, 3,2 % pour les bovins, 1,6 % pour les poules, et 1,6 % pour les lapins. La répartition des 249 ossements d’animaux collectés dans les rares foyers du secteur I ne témoigne d’aucune différence sensible puisque 210 fragments, soit 84,3 % du total, se rapportent également à des petits ruminants. Ces pourcentages ne présentent guère d’évolution tout au long de la période, à ceci près que les échantillons provenant des foyers les plus récents, vraisemblablement d’époque taifale (xie siècle), semblent indiquer un léger déclin de la part des petits ruminants dans la consommation d’aliments carnés (81 %). Tout au long de la période d’occupation islamique du site, cette alimentation devait être complétée par la consommation d’escargots dont un grand nombre de coquilles a été retrouvé. Pour le reste, les prélèvements effectués dans les divers foyers du site n’ont révélé aucun autre indice de compléments alimentaires (fruits, légumes…), à l’exception de quelques petits noyaux d’olives calcinés provenant d’un foyer creusé dans le sol de l’UA 23.

20Parvenus au terme de cette brève synthèse, et alors même qu’une partie notable du mobilier découvert reste en cours d’étude et de restauration au musée de Huesca, plusieurs observations finales méritent être dégagées.

21Une première remarque concerne la nature de cet habitat. Il s’agit-là d’une question très délicate dans la mesure où il est difficile de faire coïncider les données du terrain avec le vocabulaire des documents, en particulier en al-Andalus où les vocables sont souvent interchangeables ou polysémiques. En d’autres termes, savoir si cet établissement formait un domaine privé, à la manière d’une almunia ou d’un rahal, ou bien un village (qarya), est difficilement appréciable, même si un seul propriétaire musulman y est mentionné en 1102 et que plusieurs documents latins mentionnent dans les environs l’existence d’une almunia portant un nom très proche, l’almunia de Abincebala. Au-delà de ces réserves, l’impression dominante demeure cependant bien celle d’un « village » occupé par des familles paysannes vivant dans de grandes maisons pluricellulaires, à proximité d’une mosquée et du lieu de résidence d’un ṣāḥib al-ṣalāt.

22On retiendra par ailleurs que le soin apporté à la construction de l’établissement, la dimension des habitations et l’abondance du mobilier découvert tendent à rejeter l’image « misérabiliste » de groupes paysans démunis et dominés par la ville. Les habitants de Las Sillas étaient plus probablement des paysans libres pratiquant la céréaliculture, la culture de l’olivier, l’élevage et des activités de tissage, et il est même séduisant d’observer qu’ils occupaient leurs loisirs à des activités ludiques représentées ici par une pièce de jeu d’échecs, un dé à jouer et des petits jetons. L’extrême rareté des monnaies découvertes sur le site comme sur tous les autres établissements ruraux fouillés dans la région montre surtout que ces populations rurales n’utilisaient le numéraire qu’en de rares occasions, pour le versement de l’impôt ou l’achat de denrées. L’absence absolue d’armes montre enfin qu’il s’agissait de groupes paysans peu militarisés et l’absence de traces de combats conduit à supposer que ces populations délaissèrent ces lieux bien avant l’arrivée des troupes aragonaises. S’il n’est pas exclu qu’une partie des populations se réfugia alors dans certains ḥuṣūn, comme Piracés qui résista pendant plus de six mois au roi Pierre Ier (1103), et s’il est vrai que d’autres musulmans demeurèrent dans la région, il n’empêche que la réponse la plus fréquente à la pression féodale fut la fuite vers le sud.

23Reste à définir les circonstances dans lesquelles cet habitat fut fondé et les motifs qui préludèrent à son apparition. Bâti à l’époque où le puissant lignage muwallad des Banū al-Ṭawīl affirmait son autorité sur les campagnes de la région de Huesca, après que le souverain omeyyade ait délégué une partie de ses prérogatives aux grandes familles des marches (940) et fixé les limites de leur domaine (942), le site de Las Sillas doit être considéré comme une fondation destinée à attirer des populations jusque-là essaimées dans des petits habitats nés de la fragmentation des grands domaines antiques et dont la toponymie a conservé la trace au travers de noms de lieux dérivés du nom de propriétaires d’anciennes villae comme Callén, Marcén, Grañen, Sariñena, Poleñino, Pompién… En ce sens, avec sa mosquée et ses maisons à entrées coudées, le site de Las Sillas peut être considéré comme la matérialisation de l’islamisation définitive des campagnes aragonaises, à la manière d’un village de colonisation.

Haut de page

Bibliographie

Durán Gudiol, Antonio (éd.) (1965), Colección diplomática de la catedral de Huesca, Saragosse.

Sénac, Philippe (1991), « Contribution à l’étude de la Marche supérieure d’al-Andalus : les husûn et le système défensif de Huesca », dans Xavier Barral i Altet, Dominique Iogna-Pratet et Manuel Mundó (éd.), La Catalogne et la France méridionale autour de l’an mil, Barcelone-Paris, pp. 269-281.

Sénac, Philippe (1992), « Peuplement et habitats ruraux dans la Marche supérieure d’al-Andalus : l’Aragon », dans Villages et villageois au Moyen Âge. Actes du XXIe Congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Caen, juin 1990), Paris, pp. 27-38.

Sénac, Philippe (1999), « Un habitat rural de la taifa de Saragosse : Las Sillas (Marcén) », Archéologie islamique, 8-9, pp. 7-27.

Sénac, Philippe (2000), La frontière et les hommes (viiie-xiie siècle) : le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris.

Sénac, Philippe (2005), « Un village islamique de la vallée de l’Èbre (xe-xie siècles) : Las Sillas (Marcén) », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, 35 (1), pp. 335-341.

Sénac, Philippe (2006), « Un village de la Marche supérieure d’al-Andalus au tournant de l’an mil : Las Sillas (Marcén) », dans Actes du colloque organisé à l’occasion du Cinquantenairedu Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), Turnhout, pp. 521-536.

Sénac, Philippe (2008), « Paysans et habitats ruraux de la Marche supérieure d’al-Andalus : les données des textes et de l’archéologie », dans Ángel Sesma Muñoz (éd.), Movimientos migratorios, asentamientos y expansión (siglos viii-xi) : en el centenario del profesor José María Lacarra (1907-2007). Actes de la XXXIV Semana de Estudios Medievales (Estella, 16-20 de julio de 2007), Pampelune, pp. 77-104.

Sénac, Philippe, et Escó Samperiz, Carlos (1987), « Un ḥiṣn de la Marche supérieure d’al-Andalus, Piracés (Huesca) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 23, pp. 125-150

Ubieto Arteta, Antonio (1951), Colección diplomática de Pedro I de Aragón, Saragosse.

Haut de page

Notes

1  Sénac, 1992, 1999, 2000, 2006 et 2008.

2  Sénac et Escó Samperiz, 1987, et Sénac, 1991.

3  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. n° 55 (1093) : Concedimus insuper prefate ecclesie Ihesu Nazareni mezquitas de Petrasilice et de Marcen.

4  Ubieto Arteta, 1951, doc. n° 116 (1102).

5  Ibid., doc. n° 130 (1103).

6  Durán Gudiol (éd.), 1965, doc. n° 94 (1105).

7  Le seul espace ayant peut-être subi un incendie concerne l’UA 49, dans laquelle une épaisse couche de cendres recouvrait un silo volontairement démonté et incendié à l’extrême fin du xie siècle ou au tout début du siècle suivant, si l’on en croit les datations radiocarbone réalisées à partir de plusieurs fragments calcinés de bois de chêne prélevés dans le silo.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1. — Carte de localisation du site de Las Sillas
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-1.png
Fichier image/png, 742k
Titre Fig.2. — Plan du secteur II
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-2.png
Fichier image/png, 349k
Titre Fig.3. — La mosquée et l’entrée du secteur I
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig.4. — Arc outrepassé (secteur I)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-4.png
Fichier image/png, 817k
Titre Fig.5. — Colonne et chapiteau (secteur I)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-5.png
Fichier image/png, 466k
Titre Fig.6. — Chapiteau (secteur I)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-6.png
Fichier image/png, 528k
Titre Fig.7. — Vue de l’UA 10
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3103/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Sénac, « Les fouilles de Las Sillas à Marcén (Huesca) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-2 | 2009, 323-335.

Référence électronique

Philippe Sénac, « Les fouilles de Las Sillas à Marcén (Huesca) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-2 | 2009, mis en ligne le 15 mai 2010, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3103

Haut de page

Auteur

Philippe Sénac

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org