Navigation – Plan du site
Miscellanées

Émigration, résistance et démocratisation

L’émigration portugaise au crépuscule de l’Estado Novo
Emigración, resistencia y democratización. La emigración portuguesa en el crepúsculo del Estado Novo
Emigration, Resistance and Democratisation. Portuguese Emigration at the Dawning of the Estado Novo
Victor Pereira
p. 219-240

Résumés

Si certains auteurs considèrent que le départ de près d’un million quatre cent mille Portugais vers l’Europe, entre 1960 et 1974, a favorisé l’émergence de la démocratie au Portugal, il n’en reste pas moins que les migrants sont presque toujours dépeints comme des non-acteurs de l’Histoire. Cette lecture découle pour partie d’une interprétation négative de l’émigration, faisant de celle-ci l’alliée du régime autoritaire portugais. Cette analyse occulte de ce fait l’inscription de cette mobilité dans le répertoire de protestation des classes populaires portugaises. Cet article s’attache à nuancer ces analyses et à insérer l’émigration dans les formes de protestation qui restaient à la portée des classes populaires sous la dictature. Il s’agit également de décrire comment cette mobilité a permis la circulation d’idées, de façons de voir et comment elle a suscité des insatisfactions qui ont permis l’émergence et surtout la consolidation de la démocratie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre 1960 et 1974, près d’un million quatre cent mille Portugais émigrèrent vers l’Europe occident (...)
  • 2 Telo, 1997, p. 161. Toutes les traductions sont de l’auteur.

1Deux représentations paradoxales voire contradictoires de l’émigration portugaise des années 1958-1974 coexistent1. Pour certains, elle n’est qu’une arme, une soupape de sécurité employée par le régime dictatorial pour tenir et résister. Pour d’autres, elle est une des causes majeures — peut-être la principale — de l’émergence et de la consolidation de la démocratie au Portugal. Pour António José Telo, ce mouvement de population fut « le facteur isolé qui aura le plus contribué à la démocratisation de la société portugaise2 ». Une idée rassemble cependant ces points de vue quelque peu antagoniques : la passivité et l’inconscience des migrants qui apparaissent le plus souvent comme des non-acteurs. Ils étaient et sont encore parfois dépeints comme des pantins démunis de toute conscience politique, mus malgré eux par les évolutions du capitalisme international (croissance économique des pays d’Europe occidentale, larges besoins en main-d’œuvre pas ou peu qualifiée) et les mutations économiques que connut le Portugal à partir de la fin des années 1950 (industrialisation, exode rural).

  • 3 En 1960, près de 30 % des hommes et 40 % des femmes étaient analphabètes. Ces données étant nationa (...)
  • 4 Voir Pécout, 1994, pp. 91-125.

2Leur départ des sociétés paysannes du Portugal septentrional —  où régnaient le minifundium et l’agriculture familiale basée sur la polyculture intensive visant en grande partie l’autosubsistance, bastion du Portugal autoritaire, conservateur et catholique du régime mené par António de Oliveira Salazar entre 1932 et 1968  —, ne constituait en aucun cas le signe d’une défection ou d’une prise de distance vis-à-vis de l’Estado Novo. Comment, dès lors, des milliers de migrants, souvent des ruraux analphabètes ou peu alphabétisés3, participèrent-ils, malgré eux, à l’étiolement de la plus longue dictature de droite européenne ? Il faut auparavant, pour dépasser cet apparent paradoxe, se départir d’une vision misérabiliste des classes populaires portugaises, percevoir les bouleversements que les migrants introduisirent dans leur société de départ, écarter les analyses de la démocratisation (qui se focalisent seulement sur les élites) et envisager une histoire « par le bas ». Comment les individus appartenant aux classes populaires ont-ils peu à peu acquis des façons de penser, de voir et d’agir conciliables avec l’exercice de la démocratie4 ?

L’émigration comme « alliée objective » de la dictature

3L’émigration n’avait pas bonne presse auprès de l’opposition au régime, quelles que soient ses orientations idéologiques. Certes, elle était lue comme l’exemple flagrant de l’échec socio-économique et politique du régime, comme la conséquence de la pauvreté et des injustices sociales et comme le rejet du régime par une partie de la population. Mais, une vision assez misérabiliste ressort des descriptions faites, par l’opposition, de cette mobilité géographique et souvent sociale. Dépeints comme des victimes, les émigrés restaient des exploités. Même à l’étranger, ils étaient spoliés par leurs employeurs ou par des marchands de sommeil. Il ne s’agit pas aujourd’hui de nier la misère régnant alors au Portugal, les souffrances subies lors des passages clandestins et les exploitations endurées dans les pays de destination. Notons cependant que les migrants étaient très rarement perçus comme des êtres actifs, qui auraient pris leur destin en main et auraient cherché à améliorer leurs conditions de vie, voire à connaître une mobilité sociale impossible au Portugal. La majorité de l’opposition portugaise étant constituée de partis et de groupes défendant une rupture avec le capitalisme, la migration ne pouvait être appréciée positivement car elle n’était qu’un processus résultant de la dynamique du capitalisme international. La solution à la misère ne viendrait pas de l’insertion dans un « capitalisme plus développé », mais de la destruction de ce système économique. Ce furent principalement les opposants non marxistes, comme certains catholiques progressistes, qui soulignèrent les bienfaits de l’émigration pour ses principaux acteurs. Mário Murteira la défendit car :

  • 5 Murteira, 1965, p. 270.

[Elle] méritera toujours une valorisation positive tant que certains groupes sociaux pourront par cette voie, et seulement par celle-ci, accéder à des niveaux de vie plus compatibles avec la dignité de la personne humaine5.

4De plus, Murteira se démarquait du stato-centrisme qui dominait les discours, tant de l’opposition marxiste que des partisans de la dictature. Pour eux, l’émigration n’était jugée qu’en fonction de l’intérêt de l’État, de la Nation, du point de vue macroéconomique et rarement du point de vue des migrants eux-mêmes et de leur famille.

5Selon une grande partie de l’opposition, l’émigration apparaissait comme un instrument utilisé par le régime pour durer. Lors d’une émission du 13 mars 1966, la radio « Portugal Livre » argumenta que :

  • 6 Rádio Portugal Livre, émission du 13 mars 1966 captée par la PIDE le 15 mars 1966 (IANTT/PIDE/DGS, (...)

L’émigration sert les intérêts et les desseins du gouvernement sur plusieurs points. Le moins important n’est pas le fait que l’argent envoyé par les émigrants représente un facteur qui permet de maintenir l’équilibre des budgets du gouvernement salazariste. Ainsi le fascisme transforme le drame de l’émigration en une manière de continuer sa politique de protection du grand capital financier et monopolistique sur le dos de l’émigrant et au mépris de la souffrance et de la ruine de notre peuple6.

6Ces propos énoncent le syllogisme suivant : le « crime » profite au régime, donc le régime provoque l’émigration. Il ne s’agit pas ici d’exposer la politique d’émigration de l’État portugais, mais ce constat est quelque peu simplificateur. Certes, l’argent transféré par les migrants équilibra la balance des paiements et facilita l’importation d’armes nécessaires aux guerres coloniales. En contrepartie, ces devises étaient source d’inflation, elles contribuaient à la hausse des salaires et remettaient en cause la stabilité financière instaurée par Salazar dès son arrivée au ministère des Finances, à la fin des années 1920. Cette accusation donnait paradoxalement une cohésion et une unité à ce qui n’était qu’une politique d’émigration tiraillée entre des intérêts, des stratégies divergentes et des expertises diverses.

  • 7 Voir Fatela, 1989, pp. 110-117.
  • 8 Martins, 1998, p. 127.
  • 9 Sur le concept de « migration de maintien », voir Rosental, 1990.
  • 10 Fatela, 1989, p. 116.
  • 11 Voir le mythe du retour dénoncé par Monteiro, 1994.

7Au-delà de cette simplification, l’interprétation de l’opposition mettait en exergue les aspects négatifs de l’émigration pour ceux qui luttaient contre le régime. L’apport financier prévenait une crise économique et la détérioration des conditions de (sur)vie des familles restées au pays qui auraient pu être le ferment de manifestations, de grèves, d’émeutes. Si le postulat selon lequel plus les conditions de vie d’une population sont déplorables plus elle a une propension à se révolter est loin d’être mécanique, force est de constater que l’émigration opéra comme une soupape de sûreté qui tendait à réduire les tensions sociales au Portugal et donc à diminuer les chances d’une mobilisation collective contre le régime. L’émigration était un moyen d’éviter la violence contre l’ordre établi, contre soi-même (suicide) et, dans les sociétés paysannes, elle constituait une régulation fondamentale de la violence interne7. Elle représentait, surtout dans les régions du centre et du nord, une fenêtre d’opportunité, un horizon potentiellement ouvert et disponible, canalisant les frustrations et les violences ressenties. Elle offrait un recours à tous ceux qui ne possédaient pas de terres ou n’en avaient pas assez. Les ruraux portugais se passaient d’utopies, gardant toujours en vue une hétérotopie disponible, l’émigration8. De plus, le flux monétaire dirigé vers les lieux de départ mettait à l’abri de nombreuses familles de l’indigence, rendait viables des stratégies d’achats de terre et de moyens de production, assurait une plus grande indépendance vis-à-vis des notables, ouvrait la possibilité de scolariser les enfants et de leur donner, ainsi, des moyens de connaître, peut-être, une ascension sociale. La mobilité géographique étant, à l’origine, et surtout jusqu’au milieu des années 1960, le plus souvent envisagée comme une stratégie de «  maintien9», guidée par la volonté des migrants d’améliorer leur situation et leur position dans le cadre de la communauté de départ (l’espace investi) et d’acquérir ailleurs (l’espace vécu) les moyens nécessaires à la continuité ou à l’ascension sociale, elle est « une façon de partir, en restant, ou de rester, en partant, étant donné que l’émigrant se caractérise autant par le fait qu’il est parti que par celui de devoir revenir10 ». Si ce projet de maintien s’est fréquemment altéré par la suite et s’il s’est mué en rupture, en abandon de l’agriculture, voire du pays d’origine11 qui ne représente plus l’espace investi, il n’en reste pas moins que, dans les années 1960 et 1970, l’émigration a apaisé une société dans laquelle les ressources étaient très inégalement réparties.

  • 12 Hirschman, 1995 a.
  • 13 Hirschman, 1986 et 1995 b, pp. 19-68 (« Défection et prise de parole dans le destin de la RDA »).
  • 14 Ibid., p. 25.

8La description des conséquences de l’émigration faite par l’opposition rejoint la théorie ébauchée, en 1970, par l’économiste Albert Hirschman12. Selon lui, confrontés à la détérioration de la qualité d’un bien ou d’un service, les consommateurs peuvent soit briser la relation en cessant d’acheter ce produit (exit), soit prendre la parole pour signaler la détérioration qualitative (voice) soit ne rien faire et rester silencieux (loyalty). Dans le cas d’un État autoritaire, les habitants peuvent émigrer, protester (avec les risques qu’ils encourent) ou rester silencieux. Cette grille de lecture des comportements, particulièrement féconde et qu’Hirschman a lui-même fait évoluer dans des travaux postérieurs13, posait, dans sa première version, l’impossibilité de la coexistence, dans certaines proportions, de la défection et de la prise de parole. Ainsi, trop de défection affaiblissait ou annulait la prise de parole. Ce mécanisme agit comme un « modèle hydraulique simple : la dégradation suscite un mécontentement, dont la pression sera canalisée sous forme de prise de parole ou de défection ; plus la pression s’échappe par la défection, moins elle nourrit la prise de parole14 ». Et, une fois la défection faite, la prise de parole était jugée impossible.

  • 15 Voir Dufoix, 2002.
  • 16 La distinction entre ces deux discours n’est ni nette ni tranchée. De nombreux opposants au régime (...)

9Ce second énoncé a été nuancé : en exil, les individus qui avaient opté pour la défection ou y avaient été contraints, pouvaient agir contre le système politique qu’ils combattaient et possédaient une palette étendue de pratiques pour le faire15. Quant au premier, révisé par Albert Hirschman lui-même, c’est le constat de l’opposition portugaise aux départs massifs des Portugais : une émigration trop importante implique l’affaiblissement ou la disparition de la prise de parole. Les études sur les mouvements sociaux au Portugal parviennent au même constat16. José Pacheco Pereira, bien qu’étudiant des régions plus faiblement touchées par l’émigration vers l’Europe, constate :

  • 17 Pereira, 1981, p. 168.

Durant ces années, le parti [communiste portugais] va connaître dans les campagnes du sud un ennemi plus grand que la répression policière : l’émigration. Quand la vague migratoire de la décennie 1960 atteint l’Alentejo, elle va mobiliser, comme d’ailleurs dans les autres régions du pays, les hommes les plus actifs, les moins satisfaits des conditions matérielles de vie, aux plus grandes capacités d’initiative individuelle, ce qui signifie, dans de nombreux cas, les militants et les sympathisants locaux du PCP. Ainsi, le parti est confronté à une saignée de cadres et d’éléments de base, qui, conjointement aux désertions provoquées par la guerre, diminue le recrutement de la jeunesse et lui cause de sérieux problèmes lors des quinze dernières années du régime17.

  • 18 Olson, 1978.

10En opérant de façon darwinienne, l’émigration éloigne les individus supposés être les plus dynamiques, les plus jeunes, potentiellement — ou déjà — militants, d’éventuels entrepreneurs de mobilisation, qui auraient pu diriger et organiser des mouvements collectifs exprimant le mécontentement d’un segment de la population. Au lieu de prendre la parole, de protester individuellement et/ou collectivement, au Portugal, pour améliorer leurs conditions de vie et/ou de travail, de réclamer de meilleurs salaires, des droits sociaux, de dénoncer les atteintes aux libertés individuelles et collectives, ces individus trouvaient ainsi dans la défection une solution individuelle à leurs mécontentements, offrant à la dictature l’économie d’une contestation potentiellement dangereuse pour sa survie ou sa stabilité. La propension à revendiquer une hausse des salaires ou une modification de la politique socio-économique du régime s’amoindrit quand la possibilité d’obtenir ce que l’on désire et d’échapper à l’oppression s’offre assez facilement. À quoi bon subir les foudres de la répression, si à un faible coût existe une alternative avantageuse ? De plus, l’émigration possède un avantage sur l’action collective18. Personne ne peut émigrer à votre place, il n’existe pas de free rider. Si le migrant réussit à remplir les conditions lui permettant d’émigrer légalement ou d’amasser l’argent pour payer le passeur et arriver à bon port, s’il parvient à surmonter les difficultés de la migration, il obtiendra très probablement les profits qu’il escomptait : un gain substantiel et plus ou moins rapide d’argent grâce à des salaires plus avantageux et à des prestations sociales, s’il est embauché légalement. Les revenus seront encore plus élevés s’il multiplie les heures supplémentaires et les travaux « au noir » et s’il économise sur le budget alloué au logement (d’où le logement dans des bidonvilles) et à d’autres postes de dépense. La réussite de la stratégie du migrant ne dépend pas de la mobilisation d’autres individus qui auraient, eux aussi, intérêt à faire la même chose. L’attitude des États, enfin, a favorisé cette action. Jusqu’en 1973-1974, les États récepteurs de main-d’œuvre ont accepté une immigration massive, au prix de sa clandestinité dans le cas français, réduisant ainsi le coût de la migration. Quant à l’État portugais, s’il a certes augmenté le coût de l’émigration en ne libéralisant la législation qu’à partir de 1968-1969 (sauf dans le cas des jeunes hommes devant accomplir leur service militaire), il ne l’a pas non plus rendu prohibitif.

11D’après les textes cités et au regard de cette première version du modèle d’Albert Hirschman, l’émigration provoque, irrémédiablement, l’atonie de la prise de parole. Elle emporte avec elle les mécontents et, parmi eux, des militants ou des militants potentiels. Ne restent que les partisans du régime, les apathiques et tout au plus une poignée d’opposants traqués par la police. Cette conclusion est cependant loin d’être satisfaisante. L’affaiblissement ou la disparition de la prise de parole due à une trop grande défection n’est pas mécanique. En outre, l’idée d’une émigration synonyme de bienfait pour le régime est également erronée. Ces diverses approches reviennent toujours à refuser d’envisager l’émigration comme un possible acte de résistance.

L’émigration comme résistance

  • 19 Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2003 a. L’intérêt de cet ouvrage réside dans sa tentative d’applicati (...)

12Considérer l’émigration comme une forme de résistance pose, au premier abord, bien des problèmes méthodologiques et conceptuels. D’une part, l’objet d’étude « résistance » est souvent dilué dans la littérature consacrée à la protestation collective et aux mouvements sociaux. D’autre part, cette même littérature, vaste et aux frontières poreuses19, propose des définitions, parfois divergentes ou cumulatives, de ces phénomènes et elle pose différents requis. Néanmoins, trois approches principales ressortent de ces travaux.

13La première prend en compte, préférentiellement, les actions ou les mouvements qui amènent une réaction de l’État. C’est l’État qui définit ce qui est une résistance, une protestation. C’est en particulier le cas des régimes dictatoriaux ou totalitaires car :

  • 20 Kershaw, 1997, p. 297.

Plus la domination se veut totale, et plus il y a de résistance, puisque c’est le pouvoir lui-même qui fait de certains comportements des actes de résistance, ce qu’ils ne seraient pas dans les relations « symétriques » d’une démocratie pluraliste20.

  • 21 Voir les différentes œuvres traitant du phénomène fasciste et nazi, Kershaw, 1997 ; Rousso, 1999 ; (...)
  • 22 Cruz, 1988.
  • 23 Kuin, 1993 et Rodrigues, 1996.
  • 24 Salazar, 1935-1967, vol. 3 : 1938-1943, p. 237.
  • 25 Salazar, 1935-1967, vol. 6 : 1959-1966, p. 41.
  • 26 Foucault, 2004 a.
  • 27 Propos d’António de Oliveira Salazar reproduits en 1935 par le numéro 64 de la revueA escola portug (...)
  • 28 Voir Foucault, 2004 a et Bayart, 2004.
  • 29 Foucault, 2004 b, p. 274.
  • 30 Ibid.
  • 31 Foucault, 2004 a, p. 74.
  • 32 Foucault, 2004 b, p. 236.

14Certes, l’emprise de l’Estado Novo sur la population portugaise, surtout sur les paysans, même dans les années 1930 et 1940, ne peut être assimilée au fascisme italien ou au nazisme21. Le parti unique servait plus à recruter des élites administratives et politiques qu’à mobiliser la population autour du projet forgé par le régime22, et les mouvements de masse (Mocidade Portuguesa, Legião Portuguesa23) ont enrôlé majoritairement des citadins. Salazar se démarquait des objectifs totalitaires de Mussolini ou d’Hitler, et n’aspirait pas à un État tout-puissant. Il se réjouissait que son régime ait « arraché à l’État portugais la tentation de l’omnipotence et de l’irresponsabilité morale » et ait attribué à l’Église catholique une place prééminente dans « la constitution des foyers et dans la formation de la jeunesse24 ». Auto-limité par la « morale et le droit25 », il rêvait plutôt de faire vivre les Portugais « selon les traditions ». Il n’en reste pas moins qu’entre 1958 et 1974 régnait une dictature autoritaire, où existaient des relations asymétriques de pouvoir. Cette dictature portait un projet véhiculé par la propagande, axé sur le nationalisme, l’impérialisme et le corporatisme et elle s’était dotée d’une police politique aux pouvoirs très vastes. Certaines pratiques étaient prohibées car le régime les considérait opposées à son idéal et à son projet politiques. En émigrant, les Portugais refusaient le modèle de vie prôné par Salazar — une conduite, selon Michel Foucault26 — et que la propagande, l’école et le clergé présentaient à toute la population comme l’unique voie du salut. Un modèle de vie fondé sur la modestie, la piété, le travail sans espoir d’enrichissement autre que spirituel. Jusqu’en 1968, Salazar ne renonça pas à conduire le Portugal en fonction de sa vision du bonheur fait de renoncement, qui « ne s’atteint pas en le cherchant à travers la vie moderne et ses artifices, mais en cherchant l’adaptation de chacun aux caractéristiques de l’environnement extérieur27 ». L’émigration enfreignit aussi la « gouvernementabilité » salazariste. Pour Michel Foucault, la gouvernementabilité constitue les actions de l’État sur les actions des hommes, les pratiques du pouvoir, les « actions sur les actions », en somme28. La gouvernementabilité salazariste, dans le but de conduire les Portugais vers la félicité proclamée par le dictateur, bridait la population par le biais d’une législation et d’une réglementation pléthoriques. Les Portugais ne pouvaient s’exprimer, s’informer, se mouvoir, entreprendre ou créer des richesses à leur guise. Dans le domaine économique, la gouvernementabilité salazariste se révélait tatillonne et étouffante, elle prétendait tout réguler et soumettre les activités économiques à la vision de l’intérêt général tracée par le régime. Elle représentait ainsi l’inverse de la gouvernementabilité libérale où prime le laisser-faire et où se meut l’homo œconomicus, « celui qui obéit à son intérêt […] celui dont l’intérêt est tel que, spontanément, il va converger avec l’intérêt des autres […] celui auquel il ne faut pas toucher29 ». Pour celui que la gouvernementabilité libérale « laisse faire30 », le « moteur d’action » du comportement de la population « c’est le désir31 ». Le pouvoir doit permettre aux hommes de se laisser guider par leurs désirs, dont la conjugaison doit apporter le bien général. Les appels au renoncement, au sacrifice, à la résignation, à la restriction et à la pauvreté de Salazar sont antithétiques de cette gouvernementabilité. Salazar, qui s’offrait lui-même en modèle de ce renoncement aux choses matérielles, louait justement l’extinction du désir. Jusqu’en 1968, l’homo œconomicus guidé par ses désirs était largement suspecté par l’élite du régime. La quête de l’intérêt particulier, surtout dans les classes populaires, apparaissait comme vile et nocive pour l’intérêt de la Nation. L’émigrant portugais, l’homo œconomicus en puissance et « l’entrepreneur de lui-même32 » si l’on en croit les économistes néolibéraux, brisait le carcan économique salazariste, la logique mercantiliste fondée sur les bas salaires et les bas prix des produits. En partant vers les pays d’Europe occidentale, les migrants ne récusaient pas seulement la modestie et l’acceptation soumise des hiérarchies dites naturelles, ils s’opposaient de facto à l’idéal impérial pour lequel le régime livrait bataille contre les mouvements de libération. Ces migrants se montraient remarquablement imperméables aux discours développés par les élites du régime qui présentaient le peuplement des provinces d’outre-mer comme l’alpha et l’oméga de la pérennisation de la présence portugaise. Une partie d’entre eux migrait pour se soustraire à leurs obligations militaires. Cette migration transeuropéenne avait un parfum de désobéissance car des milliers de migrants quittaient le pays illégalement. Pourtant, le régime ne politisa pas l’émigration, même clandestine. Si certains discours critiquaient de façon assez virulente l’émigration, la majeure partie des élites du régime refusa de considérer les migrants comme des traîtres
— sauf ceux qui se dérobaient à leurs obligations militaires — et l’émigration comme une résistance aux idéaux du régime.

  • 33 Une partie de l’historiographie de l’émigration tend à rejoindre ces postulats en considérant ce ph (...)

15Comment expliquer ce choix de non-politisation de l’émigration vers l’Europe et donc sa non-catégorisation comme une résistance au pouvoir de l’État ? En premier lieu, ce phénomène fut lu au prisme de l’histoire et du système économique mondial. Le régime inscrivait la mobilité dans le temps long, faisant remonter l’émigration au xve siècle, établissant une filiation avec l’ère magnifiée des Découvertes33. Des arguments à teneur psychologique (soif d’aventure, volonté de connaître d’autres régions, d’autres peuples, etc.), l’accent mis sur le rôle des passeurs et la candeur des migrants (victimes innocentes des premiers, présentés comme des boucs émissaires) et, parfois, des lectures macroéconomiques (transfert de la main-d’œuvre de la périphérie vers le centre européen) permettaient aux élites du régime d’occulter la charge politique de l’émigration.

  • 34 Riegelhaupt, 1979, p. 182.
  • 35 Santos, 1990, p. 137.

16Deuxièmement, le régime salazariste s’est caractérisé par une surabondante législation restrictive. Selon un paysan interviewé par Joyce Riegelhaupt, le « Portugal est le pays le plus développé dans deux domaines : les permis et les amendes34 ». Le régime ne recherchait pas la stricte application de ces lois, mais il cherchait à instituer une chape de plomb liberticide. Chaque acte étant potentiellement illégal, les individus vivaient dans un sentiment constant d’insécurité. À chaque moment, s’il le souhaitait, l’État pouvait mobiliser son appareil policier —  dont le pouvoir discrétionnaire était accru grâce à la prolifération de textes  —, prétendre appliquer la loi et, éventuellement, percevoir l’argent des contraventions dues. Les Portugais s’étant habitués à enfreindre la loi, et l’État s’étant accoutumé à régulariser a posteriori la situation des contrevenants, il faut donc minorer l’aspect de désobéissance qu’a pu prendre l’émigration clandestine. C’était plutôt l’État qui produisait une illégalité fonctionnelle en vue de fragiliser les migrants. De plus, la législation sur l’émigration avait pour but de contenter les fragments les plus conservateurs, et le régime n’entendait pas imposer son respect. En effet, sous le salazarisme, de nombreuses lois furent promulguées pour rassurer certains segments de la population et non pas pour être appliquées35.

  • 36 Salazar, 1935-1967, vol. 6 : 1959-1966, p. 371.
  • 37 Ibid. p. 372.

17Enfin, après la Seconde Guerre mondiale et surtout après l’entrée dans l’Association Européenne de Libre-Échange en 1959, l’idéal salazariste fondé sur la modestie, la pauvreté, l’enracinement à la terre entra en déliquescence. Certains hérauts d’un Portugal essentiellement agricole chantaient encore les louanges de la ruralité. En 1965, Salazar, tout en regrettant que l’émigration se fasse « souvent en désordre et en excès injustifié, créant des crises de main-d’œuvre dans de vastes secteurs ruraux36 », continuait à se présenter comme un rural et à exalter le « labeur agricole [qui] est avant tout une vocation de pauvreté ; mais son orgueil vient du fait que lui seul alimente l’homme et lui permet de vivre37 ». Pourtant ces idées adverses à la modernisation, à l’industrialisation et à l’émigration perdirent graduellement de leur influence. Elles ne furent mobilisées que par une minorité qui fut affaiblie par la mort politique de Salazar. Désormais, l’émigration apparaissait aux agents désireux d’accélérer le développement économique comme un outil susceptible de favoriser l’exode rural et de drainer d’indispensables devises étrangères. Après 1968, c’était seulement en fonction de sa politique coloniale et non plus pour conserver une main-d’œuvre abondante et peu qualifiée que la dictature restreignait l’émigration.

  • 38 Voir la présentation de Neveu, 2005.
  • 39 Sur l’impossibilité et/ou l’intérêt de ne pas critiquer l’ordre établi voir Scott, 1990. Scott démo (...)
  • 40 Kershaw, 1997, pp. 300 sqq.
  • 41 Voir, pour le débat autour du terme de Resistenz appliqué à l’Allemagne nazie, Kershaw, 1997, pp. 2 (...)

18D’autres auteurs avancent les idées d’intentionnalité et de concertation comme éléments fondamentaux de définition des mouvements de résistance ou de protestation collective38. Cependant, ce primat de l’intentionnalité tend à réduire ces processus : aux groupes possédant le capital culturel nécessaire à
l’expression de ces « intentions » ; à ceux qui ont les moyens de présenter ces intentions et qui ont, à un moment et dans un contexte donné, intérêt à le faire ; et, enfin, aux groupes perçus comme susceptibles de posséder un projet et des intentions par des entités tierces (États, organisations internationales, partis politiques, champ intellectuel, etc.) étant donné leur capital social, économique, culturel. Cette approche écarte donc ceux qui ne peuvent ou ne savent pas exprimer leurs « motivations politiques », qui n’y ont pas intérêt39 ou, enfin, à qui les États et autres entités prêtent seulement des « motivations économiques » en raison de leurs origines sociales et des emplois qu’ils occupent. De plus, cette perspective, trop statique et qui ne restitue pas les dynamiques des trajectoires individuelles et collectives, se focalise sur des intentions et des motivations à un moment donné, sans envisager les éventuelles pratiques, redéfinitions et relectures postérieures. Néanmoins, certains rétorquent qu’à trop vouloir considérer les comportements des agents sociaux comme des résistances ou des protestations, ces concepts perdent de leur sens et ne veulent plus rien dire40. Si n’importe quel acte, même le plus trivial, est considéré comme une résistance à un régime dictatorial et/ou totalitaire41, le terme de résistance est vidé de son sens. Dans le cas de la migration portugaise vers l’Europe, les départs ne représentaient pas un signe de mécontentement ou de défection politique. La mobilité n’était le fruit que d’une stratégie individuelle ou familiale. D’ailleurs, n’était-elle pas envisagée par les acteurs comme une façon de permettre la reproduction de la petite exploitation familiale, l’achat de terres, de moyens de production ? En somme, la migration s’inscrivait dans un modèle socio-économique précis qu’elle rendait viable et, par là même, légitimait. De plus, assimiler la migration à une résistance, n’est-ce pas sous-estimer l’apolitisme des régions d’où proviennent massivement les migrants, apolitisme qui résulte de l’analphabétisme, de la répression, de la censure et du musellement de la pensée opérés par le régime salazariste, de l’encadrement ancien et étroit exercé par une Église catholique conservatrice ? Et, dans leur pays de destination, ces migrants n’ont-ils pas conservé, bien que théoriquement libérés de la tutelle de l’État portugais, cette posture de retrait par rapport à tout ce qui leur semblait être « politique » — c’est-à-dire ce qu’ils supposaient être interdit et condamné par le régime portugais — et ce, au grand dépit des militants portugais et français  ?

  • 42 Voir PalaciosCerezales, 2003, pp. 28-29. Voir également la définition de résistance donnée par Scot (...)
  • 43 James Scott a progressivement étendu ses outils à toutes les classes dominées, notamment dans son l (...)
  • 44 Scott, 1985, p. xvi.

19Pour d’autres, enfin, l’intentionnalité et la concertation ne sont pas les conditions sine qua non d’une action collective qui peut être le résultat de multiples actions individuelles qui s’agrègent, synchroniquement ou diachroniquement, sans qu’il y ait d’intentions claires et de concertations préalables42. En privilégiant l’intentionnalité, on risque de ne pas prendre en considération les mouvements des franges les plus dominées de la société, à qui toute expression du mécontentement est interdite, qui n’ont pas intérêt à se manifester étant donné la précarité de leur situation économique et sociale et qui ne possèdent ni les capacités ni les canaux leur permettant de revendiquer ce mécontentement. James Scott a tenté de dévoiler l’« ethnocentrisme de classe » dont font preuve ceux qui se penchent — de l’extérieur — sur la paysannerie, et ne décèlent que deux images du paysan : le paysan révolté ou le paysan soumis. Le piège serait de penser que, dans les régimes autoritaires, les paysans — ou les classes dominées dans leur ensemble43 — peuvent montrer leur mécontentement soit via la participation à des partis politiques ou à des associations (quand de telles organisations existent), soit via des grèves, des manifestations ou d’autres formes d’actions collectives transgressives ou non (la transgression étant relative au contexte politique, à ce que l’État tolère ou pas). Dans la majorité des cas, sauf exception, ces actions seraient durement réprimées et, le plus souvent, contre-productives. Les opportunités de mise en visibilité ostentatoire (l’émigration n’est-elle pas un type de mise en visibilité par la disparition temporaire ou définitive ?) des protestations paysannes sont, dans ces contextes politiques, particulièrement coûteuses (répression, prison, perte de travail, de ressources sociales ou symboliques, etc.) et leur efficacité est très aléatoire. Mais, selon Scott, les paysans possèdent un répertoire étendu d’actions, des « résistances quotidiennes », qui « exigent peu ou pas de coordination ou de planification ; elles utilisent des connaissances implicites et des réseaux informels ; elles représentent souvent une forme de selfhelp individuel ; elles évitent toute confrontation directe et symbolique avec l’autorité44 ». Le braconnage, le vol, le sabotage des moyens de production, la nonchalance ou encore l’émigration constituent ce répertoire de la résistance quotidienne, dans lequel toute confrontation directe avec l’État ou les groupes dominants (moyens ou grands propriétaires, employeurs, notables locaux) est évitée mais qui permet, quelquefois, de rendre plus supportables les conditions de vie ou la domination économique et symbolique. Scott prête aux paysans qu’il a étudiés des desseins « réformistes » qui s’opposent aux desseins révolutionnaires des classes moyennes et supérieures —  lesquelles ont les capitaux sociaux et culturels pour envisager des ruptures historiques  —, c’est-à-dire qu’ils ne prétendent pas révolutionner globalement et radicalement les structures économiques, politiques et symboliques, mais juste les amender à leur bénéfice.

  • 45 Gutmann, 1993, p. 87.
  • 46 José Manuel Sobral note, dans son étude sur des villages de la Beira Baixa, que les paysans perçoiv (...)

20Ces propositions, parfois taxées de « conservatrices45 », offrent une clé de lecture intéressante pour l’étude de l’émigration des classes populaires du Portugal. L’exode est en partie causé par une volonté d’améliorer sa condition
— stratégie familiale —, c’est un selfhelp. Ce mouvement correspond à un évitement : il s’agit, tout en esquivant une confrontation directe et dangereuse avec l’État ou les dominants, de chercher ailleurs l’amélioration de ses conditions de vie, de s’extraire des contraintes économiques, symboliques et politiques. Évitement également car les migrants n’utilisent pas l’émigration légale contrôlée par l’État, par manque de confiance en une institution étrangère à la « communauté », par peur de se voir refuser l’autorisation d’émigrer, par impossibilité de remplir les conditions légales, par assimilation de l’État à une force contraignante (impôt, service militaire, etc.) et pas à un éventuel fournisseur de services46. Enfin, si l’émigration ne répond pas à une concertation préalable, elle s’appuie en revanche sur d’intenses échanges informels au sein de la société, à l’insu des autorités étatiques et dirigées contre elles. Plusieurs centaines de milliers de Portugais ont en effet quitté le pays clandestinement, défiant ainsi l’État et révélant la puissance solidaire de la société portugaise.

  • 47 Voir Silva, 1998 et Medeiros, 1985, pp. 215-241.
  • 48 Schmitter, 1999, p. 13.
  • 49 Wiarda, 1977, p. 202.
  • 50 Palacios Cerezales, 2003, p. 64.
  • 51 Voir Raby, 1988 et Godinho, 2001.

21De toutes ces « résistances quotidiennes », l’émigration est sans doute la plus efficace. Elle a un coût relativement faible pour un profit très élevé. C’est la stratégie qui permet le plus sûrement d’améliorer ses conditions de vie. La défection était beaucoup plus avantageuse qu’une prise de parole, soit trop coûteuse, soit impossible. Les autres « résistances quotidiennes » énumérées par James Scott, pratiquées par les paysans, paraissaient moins bénéfiques à court terme que la défection. La prise de parole par le biais des élections était massivement refusée aux classes populaires, écartées du droit de vote. De toute façon, les modalités des scrutins et les résultats étaient massivement truqués. Les canaux d’expression du mécontentement auprès du pouvoir central étaient largement inefficaces car contrôlés par les notables locaux qui étaient souvent des moyens ou grands propriétaires ruraux et les premiers exploiteurs47. Le système corporatif, plus rare dans les régions du centre et du nord que dans les zones de latifundia du sud, était, comme le rappelle Schmitter, « une fraude48 ». Il ne permettait pas l’expression efficace et la satisfaction des revendications des travailleurs, car il était « dominé depuis le début par l’intérêt des employeurs49 ». Les autres actions comme la grève et les manifestations étaient interdites. Le régime avait « converti les manifestations et les grèves en des expressions de défi global au régime50 » et les avait dès lors lourdement réprimées, comme par exemple celles qui suivirent les élections51 de 1958.

  • 52 Voir Patriarca, 2004.
  • 53 Hirschman, 1995 b, pp. 26-27. Voir également Pfaff et Kim, 2003.
  • 54 Hirschman, 1995 b, p. 27.
  • 55 Voir Patriarca, 2004, pp. 171-212 et Barreto, 1990, pp. 57-117.

22L’émigration était la seule façon d’exprimer un mécontentement, la prise de parole étant quasiment impossible ou ayant un coût trop important (grèves, manifestations réprimées). Et, à l’inverse de ce que pensaient les opposants du régime cités plus haut, l’émigration/défection n’a pas tari la contestation. Si tel avait été le cas, comment expliquer alors le sursaut de mobilisation et de contestation52 commençant en 1969 ? Hirschman l’a lui même reconnu dans des écrits postérieurs : l’idée selon laquelle la défection exclut la prise de parole est quelque peu réductrice. Constatant que le droit à la circulation transnationale est, le plus souvent, consubstantiel à l’implantation de la démocratie, il avance que : « sitôt que les hommes et les femmes ont conquis le droit d’aller où bon leur semble, ils peuvent bien commencer à se conduire généralement en adultes et, partant, ne plus hésiter à élever la voix53 ». En somme, « l’accroissement des possibilités de faire défection peut, à l’occasion, se solder par davantage de participation et de prise de parole, et non pas moins54 ». La recrudescence de la contestation à partir de 1969, au Portugal, s’éclaire d’une lumière nouvelle. Ses causes ne sauraient se réduire, entre autres, à l’éphémère libéralisation syndicale ébauchée par le gouvernement de Marcelo Caetano55, ni à la dégradation des conditions économiques et sociales liée à la crise économique de 1973. Elle ne saurait non plus être imputée uniquement à une politique répressive moins systématique et moins dure. La recrudescence de la contestation (du moins, celle qui s’exprime dans des formes organisées ou ostentatoires) découle également de la libéralisation de l’émigration opérée par le gouvernement de Marcelo Caetano. En effet, à partir de 1968, le gouvernement afficha sa volonté de ne plus restreindre l’émigration légale et d’accepter une émigration de masse, tout en arguant, dans les discours, ne pas vouloir la développer. Les lois, les institutions et les discours sur l’émigration connurent des modifications substantielles. Si les dirigeants continuèrent à préférer les départs vers les « provinces d’Outre-Mer », ils adoptèrent une attitude libérale vis-à-vis de l’émigration vers l’Europe, ne craignant plus un hypothétique manque de main-d’œuvre et acceptant la contribution de l’émigration dans le développement économique et, notamment, la modernisation de l’appareil productif.

23En libéralisant les chemins de la défection, le gouvernement de Marcelo Caetano n’a pas empêché la prise de parole mais, au contraire, a offert un support à son développement. C’est ce qu’expliqua un entrepreneur de l’industrie textile d’Espinho au Président du Conseil, Marcelo Caetano, en septembre 1969, après l’amnistie concédée aux clandestins :

  • 56 Lettre de Manuel de Oliveira Violas, administrateur général de l’entreprise Corfi au Président du C (...)

Encouragés par ces facilités, ils commencent, alors, à émigrer par grands groupes et, à partir d’août ou même de juillet, la disparition du personnel ouvrier, spécialisé ou non, commençe à s’accroître à un rythme préoccupant, compte tenu de l’indiscipline qui s’étend dans les centres industriels et que ceux qui restent ici commencent à devenir plus indisciplinés, plus exigeants et moins productifs. Si l’on prétend admonester un ouvrier pour manque de rendement, pour un travail mal fait, ou même le responsabiliser pour des préjudices causés à l’entreprise, il est sûr et certain que le jour suivant il n’apparaît pas au travail, s’insurge avec véhémence contre l’entreprise et, peu après, on constate qu’il a abandonné le pays56.

24Quand la possibilité de la défection est ouverte, les agents sociaux peuvent être incités à prendre la parole sachant que si cela ne fonctionne pas, l’option de la défection est disponible. Donc, loin de diminuer la prise de parole, notamment dans les milieux ouvriers ou les milieux employant des paysans en situation de pluri-activité, la défection peut la susciter.

  • 57 Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2003 b, p. 66.
  • 58 Silva, 1998.

25Enfin, la défection rend quelquefois la prise de parole inutile, car les objectifs qu’elle aurait pu viser sont à portée de mains. Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule observent que « les exemples abondent, en revanche, de pratiques de résistance dont la généralisation finit par provoquer les changements sociopolitiques ou, du moins, limiter sérieusement les ambitions du pouvoir57 ». Les études sur la société rurale portugaise contemporaine fourmillent d’exemples de bouleversements sociaux provoqués par l’émigration qui auraient été impossibles à atteindre par d’autres moyens58.

26Au bout d’une dizaine d’années d’émigration massive, les campagnes connurent des mutations inimaginables. De telles évolutions auraient difficilement pu être atteintes, au même coût, avec des protestations collectives. Certes, ces gains furent obtenus, en partie, parce que la société avait changé, notamment à cause de l’émigration. Les propriétaires vendaient une partie de leurs terres à d’anciens journaliers ou à ceux qui les louaient car les biens agricoles n’étaient plus la source privilégiée de prestige symbolique ou matériel. Cependant ces acquisitions constituaient une rupture du statu quo et revêtirent une très importante valeur symbolique pour des individus qui avaient quitté le pays, la plupart du temps, sans fortune.

L’émigration comme « élargissement de l’espace social59 »

  • 59 Champagne, 2002, p. 214.
  • 60 Telo, 1997, p. 160.
  • 61 Sayad, 1999.

27Les migrants ouvrirent, à la fois, les campagnes portugaises sur l’Europe occidentale, sur le monde urbain, sur la société industrielle et sur la démocratie. « L’émigrant pauvre » selon António José Telo « se transforme en un grand instrument de la propagande des bénéfices de la démocratie et des avantages du développement et du progrès […]. C’est un agent d’autant plus efficace qu’il est innocent, inconscient, ni payé ni mandaté pour accomplir cette fonction60 ». Si la concentration résidentielle et professionnelle des Portugais lors des premières années de leur installation à l’étranger et la méconnaissance de la langue de leur pays d’adoption peuvent amener à douter de la profondeur de leur acculturation, il n’en est pas moins évident qu’ils ont perçu des différences avec la société qu’ils avaient quittée. Ils s’initièrent à une nouvelle organisation sociale. Entrant, dans leur majorité, dans le monde urbain et industrialisé, ils découvrirent le salariat (et donc les loisirs inconnus dans les sociétés rurales), l’anonymat de l’espace urbain (limité, néanmoins, par la concentration résidentielle de nombreux Portugais), une société moins holiste, plus égalitaire et où les rapports sociaux asymétriques étaient moins fondés sur l’obéissance et la soumission, ou l’apparence de celles-ci. Ils comprirent progressivement que l’État n’était pas seulement une force de contrainte (armée, impôt, police, etc.) mais pouvait être un redistributeur de prestations et de services sociaux (hôpitaux, allocations familiales, etc.) qui n’étaient pas des faveurs, mais des droits. Ils constatèrent également que la démocratie, à l’inverse de ce que martelait le régime salazariste, n’était pas synonyme de désordre et de chaos. Mais ce n’était pas seulement la perception du monde social et politique des migrants qui s’altérait, c’était également celle de la société qu’ils avaient quittée qui était métamorphosée. Dès les années 1960, un important va-et-vient prit place chaque année. Rentrant, le plus souvent pendant le mois d’août, les migrants véhiculaient, de façon parfois inconsciente, de nouvelles pratiques, de nouvelles valeurs. Pris dans le « jeu » et le « rôle » qu’ils se devaient
d’assumer lorsqu’ils rentraient61, leur mois de vacances était consacré aux relations sociales et à l’évocation de leur vie à l’extérieur. Il s’agissait pour les migrants de montrer à leur famille, à leurs amis et connaissances, qu’ils avaient opéré le bon choix en partant, que les sacrifices financiers mais aussi affectifs qu’ils avaient consentis en valaient largement la peine.

  • 62 Nunes, 1968, pp. 278-282.
  • 63 Voir Bourdieu, 2002, pp. 221 sqq.

28Avec les migrants apparurent de nouveaux repères, de nouvelles envies et une certaine insatisfaction que décrit, dès 1968, Adérito Sedas Nunes62. Ce ne furent pas seulement les objets (voitures, vêtements) mais les salaires, les droits sociaux obtenus que les migrants faisaient connaître. Ceux qui restaient ne pouvaient plus voir le monde social comme auparavant : considérer la misère comme inévitable et les hiérarchies sociales comme immuables. Comparant sans cesse leur situation à celle des migrants et à l’univers social que ces derniers côtoyaient à l’étranger, ceux qui restaient au Portugal tendaient à réévaluer leur position dans un monde social limité et à l’insérer dans un univers social plus vaste63. Les migrants apprirent aux autres ruraux l’existence de système de protection sociale et l’existence de droits (aux vacances, etc.), suscitant une insatisfaction dans leur pays, quelle que soit par ailleurs leur classe sociale. Une « insécurité sociale » naquit. L’expérience de l’État-providence européen faite par les migrants induisit une demande de protection de la part de ceux qui restaient. Ces derniers voyaient l’abîme qui séparait les protections qu’obtenaient les migrants à l’étranger et l’insécurité dans laquelle eux-mêmes demeuraient.

  • 64 Voir Gonçalves, 1996.

29C’est là qu’intervint une des conséquences majeures de l’émigration : la déstructuration du socle sur lequel reposait le régime dictatorial. Face à la mobilité sociale extrêmement rapide d’une partie des classes populaires, certains éléments des classes moyennes et supérieures du régime prirent leur distance avec la dictature qui, manifestement, n’assurait plus leur prééminence sociale et sa reproduction. Les dynamiques sociales internes étant complètement bouleversées par l’émigration, la mobilité sociale n’étant plus contrôlée ni limitée, le gouffre qui séparait certaines fractions des classes moyennes et supérieures des classes sociales les plus basses tendait à se réduire. C’était le cas de la bourgeoisie agricole du Centre et du Nord et, surtout, de celle qui n’avait pas investi dans des secteurs autres que l’agriculture. C’était le cas également des classes moyennes qui, épargnant pour permettre à leurs enfants d’accéder à l’enseignement secondaire et/ou supérieur, craignaient de voir leurs enfants côtoyer, sur les bancs du lycée et/ou de l’université, des fils d’ouvriers ou de paysans, ce qui dévaluerait, à leurs yeux, les diplômes. Le régime ne leur offrait plus le statu quo qui assurait leur « distinction », et ce furent donc ces classes moyennes ou supérieures qui ressentirent la plus grande frustration sociale64. Cela explique en partie pourquoi nul ne défendit la dictature le 25 avril 1974. Ceux sur qui elle reposait étaient déçus et ils ne percevaient plus, comme auparavant, la démocratie comme une menace pour leur position sociale.

  • 65 Silva, 1998.
  • 66 Leonard, 2004, pp. 209-226.
  • 67 Voir Oriol, Sayad et Vieille, 1985, pp. 5-21.
  • 68 Rosas, 1994.
  • 69 Cabral, 1989, p. 186.
  • 70 Sur la « transitologie » et sur l’importance donnée à la consolidation de la démocratie, voir Linz (...)
  • 71 Chartier, 1990, pp. 9-10.
  • 72 Schmitter, 2002, pp. 291-315.

30Derrière l’image d’apolitisme ou de passivité que beaucoup associent aux classes populaires — et, notamment, à la paysannerie portugaise qui, elle-même, aime à se présenter ainsi pour se protéger, « résister et s’adapter65 » — se dissimule une multitude de pratiques sociales que l’on peut considérer comme autant de formes de résistance au régime salazariste et à la gouvernementabilité qu’il avait, pendant trois décennies, imposée autoritairement. Le projet de l’Homme Nouveau salazariste, modeste, pieux, respectueux des hiérarchies et partageant les rêves impériaux de la dictature66 était battu en brèche par le puissant désir d’ascension sociale des classes populaires portugaises et leur détachement vis-à-vis des discours coloniaux. Même si la dictature s’est échinée à occulter le désaveu que constituait ce phénomène social, il n’en marquait pas moins une opposition à la « conduite » et aux choix socio-économiques ordonnés par le régime. Les migrants refusaient le statu quo qui était largement à leur désavantage et les entraves imposées à leur liberté de circulation et à leur prise d’autonomie envers leurs employeurs ou les propriétaires pour qui ils travaillaient. Jusqu’en 1968 au moins, avec un gouvernement qui prétendait contrôler et réguler étroitement l’activité économique, la mobilité du travail, perçue comme intempestive, était éminemment politique. Au regard de ce primat du politique sur l’économique, prescrit par la dictature, et de la conscience des classes populaires des configurations sociales dans lesquelles elles étaient insérées, les distinctions entre émigration politique et économique, péchant parfois par « ethnocentrisme de classe », perdent alors quelque peu de leur valeur heuristique67. Ce phénomène migratoire désarticula également la société portugaise, ce monde des « petites choses68 », que le salazarisme avait prétendu contrôler en arbitrant les conflits et les antagonismes des différentes fractions des élites, en entravant la mobilité ascensionnelle des classes populaires tout en veillant à ne pas trop mettre en péril la reproduction de la paysannerie, en imposant l’enfermement obsidional du pays et en empêchant la diffusion d’idées qualifiées de nocives. Les migrants désenclavèrent les campagnes du pays en véhiculant des idées, des représentations et des pratiques de consommation qui ébranlèrent l’ordre, les hiérarchies et les positionnements sociaux dont la dictature avait été la garante. De même, ils propagèrent désirs, frustrations et insatisfactions, autant de moteurs pour d’éventuelles mobilisations disruptives. Ainsi, tout en favorisant « la floraison de l’idéologie de l’égalitarisme69 » et une différenciation plus large des sociétés paysannes, ce mouvement migratoire amena souvent le déclassement
— subjectif ou objectif — des individus protégés par le régime. En somme, en gagnant de larges pans de la population aux substrats idéologiques de la démocratie, en engendrant insatisfactions et frustrations, en détachant une partie des classes moyennes, le courant migratoire prit part à la formation des conditions nécessaires à l’apparition de la démocratie au Portugal mais surtout à sa consolidation70. Il ne s’agit pas, en tombant dans le piège téléologique71, de dire que l’émigration entraîna inéluctablement la démocratie : cette dernière n’est pas systématiquement liée aux structures sociales ou à l’évolution du capitalisme et elle est réversible72. Cependant, l’émigration portugaise vers l’Europe contribua à créer le terreau, tant idéologique et culturel que social et économique, qui rendit sa pérennité possible.

Haut de page

Bibliographie

  

Abréviations

DGS, Direcção-Geral de Segurança

IANTT, Instituto dos Arquivos Nacionais, Torre do Tombo, Lisbonne

PCOS, Presidência do Conselho Oliveira Salazar

PCP, Partido Comunista Português

PIDE, Polícia Internacional de Defesa do Estado

PRC, Presidência do Conselho Caetano

Bibliographie

Barreto, José (1990), « Os primórdios da Intersindical sob Marcelo Caetano », Análise social, 3.a série, 25 (105-106), pp. 57-117.

Bayart, Jean-François (2004), Le gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation, Paris.

Bennani-Chraïbi, Mounia et Fillieule, Olivier (dir.) (2003 a), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris.

Bennani-Chraïbi, Mounia et Fillieule, Olivier (2003 b), « Exit, voice and loyalty et bien d’autres choses encore… », dans Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, pp. 43-126.

Bourdieu, Pierre (2002), Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris.

Cabral, João de Pina (1989), Filhos de Adão, Filhas de Eva : a visão do mundo camponesa do Alto Minho, Lisbonne.

Cahen, Michel (1997), « Salazarisme, fascisme et colonialise. Problèmes d’interprétation en sciences sociales, ou le sébastianisme de l’exception », Cadernos do Centro de Estudos sobre África e do Desenvolvimento, Instituto Superior de Economia e Gestão, Documentos de Trabalho 47, Lisbonne .

Champagne, Patrick (2002), L’héritage refusé : la crise de la reproduction sociale de la paysannerie française (1950-2000), Paris.

Chartier, Roger (1990), Les origines culturelles de la Révolution française, Paris.

Cruz, Manuel Braga da (1988), O partido e o Estado no salazarismo, Lisboa.

Dufoix, Stéphane (2002), Politiques d’exil : Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris.

Fatela, João (1989), O sangue e a rua : elementos para uma antropológia da violência em Portugal (1926-1946), Lisbonne.

Foucault, Michel (2004 a), Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978, Michel Senellart (éd.), François Ewald et Alessandro Fontana (dir.), Paris.

Foucault, Michel (2004 b), Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France, 1978-1979, Michel Senellart (éd.), François Ewald et Alessandro Fontana (dir.), Paris.

Gentile, Emilio (2004), Qu’est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation, Paris.

Godinho, Paula (2001), Memórias da resistência rural no sul. Couço (1958-1962), Oeiras.

Godinho, Vitorino Magalhães (1978), « L’émigration portugaise (xve-xxe siècles) : une constante structurale et les réponses aux changements du monde », Revista de História Económica e Social, 1, pp. 5-32.

Gonçalves, Albertino (1996), Imagens e clivagens : os residentes face aos emigrantes, Porto.

Gutmann, Matthew C. (1993), « Rituals of Resistance : A Critique of the Theory of Everyday Forms of Resistance », Latin American Perspectives, 20 (2), pp. 74-92.

Hirschman, Albert O. (1986), Vers une économie politique élargie, Paris.

Hirschman, Albert O. (1995 a), Défection et prise de parole : théorie et applications, Paris.

Hirschman, Albert O. (1995 b), Un certain penchant à l’autosubversion : essai, Paris.

Kershaw, Ian (1997), Qu’est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation, Paris.

Kuin, Simon (1993), « Mocidade Portuguesa nos anos trinta : a instauração de uma organização paramilitar de juventude », Análise social, 122, pp. 555-588.

Leonard, Yves (1996), Salazarisme et fascisme, Paris.

Leonard, Yves (2004), « Le colon : figure de l’homme nouveau dans le Portugal de Salazar ? », dans Marie-Anne Matard-Bonucci et Pierre Milza (dir.), L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945) : entre dictature et totalitarisme, Paris, pp. 209-226.

Linz, Juan J. et Stepan, Alfred C. (1996), Problems of democratic transition and consolidation : southern Europe, South America, and post-communist Europe, Baltimore.

Mann, Michael (2004), Fascists, Cambridge-New York.

Martins, Hermínio (1998), Classe, status e poder e outros ensaios sobre o Portugal contemporâneo, Lisbonne.

Medeiros, Fernando (1985), « Groupes domestiques et habitat rural dans le nord du Portugal. La contribution de l’école de Le Play (1908-1934) », dans Les campagnes portugaises de 1870 à 1930 : image et réalité. Actes du IVe Congrès de la Société française des lusitanistes de l’enseignement supérieur (Aix-en-Provence, 2-4 décembre 1982), Lisbonne-Paris, pp. 215-241.

Melo, Daniel (2001), Salazarismo e cultura popular (1933-1958), Lisbonne.

Monteiro, Paulo Filipe (1994), Emigração: o eterno mito do retorno, Lisbonne.

Murteira, Mário (1965), « Emigração e política de emprego em Portugal », Análise social, Lisboa, 10-11 (3), pp. 258-278.

Neveu, Érik (2005), Sociologie des mouvements sociaux, Paris.

Nunes, Adérito Sedas (1968), Sociologia e ideologia do desenvolvimento: estados e ensaios, Lisbonne.

Olson, Mancur (1978), Logique de l’action collective, Paris.

Oriol, Michel, Sayad, Abdelmalek et Vieille, Paul (1985), « Inverser le regard sur l’émigration-immigration », Peuples méditerranéens, 31-32 (avril-sept.), pp. 5-21.

PalaciosCerezales, Diego (2003), O poder caiu na rua. Crise de Estado e acções colectivas na revolução portuguesa 1974-1975, Lisbonne.

Patriarca, Maria de Fátima (2004), « Estado social : a caixa de Pandora », dans Fernando Rosas et Pedro Aires de Oliveira, A transição falhada. O Marcelismo e o fim do Estado Novo (1968-1974), Lisbonne, pp. 171-212.

Paxton, Robert Owen (2004), Le fascisme en action, Paris.

Pécout, Gilles (1994), « La politisation des paysans au 19e siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et sociétés rurales, 2, pp. 91-125.

Pereira, José Pacheco (1981), Conflitos sociais nos campos do sul de Portugal, Lisbonne.

Pinto, António Costa (1992), O salazarismo e o fascismo europeu : problemas de interpretação nas ciências sociais, Lisbonne.

Pinto, António Costa (1999), « Le salazarisme et le fascisme européen », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 62, pp. 15-26.

Pfaff, Steven et Kim, Hyojoung (2003), « Exit-Voice Dynamics in Collective Action : An Analysis of Emigration and Protest in the East German Revolution », American Journal of Sociology, 109 (2), pp. 401-444.

Raby, Dawn L. (1988), A resistência antifascista em Portugal : comunistas, democratas e militares em oposição a Salazar,1941-1974, Lisbonne.

Riegelhaupt, Joyce Firstenberg (1979), « Peasants and Politics in Salazar’s Portugal : the Corporate States and Village “Nonpolitics” », dans Lawrence Sherman Graham et Harry M. Makler (éd.), Contemporary Portugal. The Revolution and its Antecedents, Austin (Tex.) – London, pp. 169-190.

Rodrigues, Luís Nuno (1996), A Legião Portuguesa : a milícia do Estado Novo, 1936-1944, Lisbonne.

Rosas, Fernando (1994), O Estado Novo, vol. 7 de História de Portugal (8 vol.), José Mattoso (dir.), Lisbonne.

Rosas, Fernando (2001), « O salazarismo e o homem novo : ensaio sobre o Estado Novo e a questão do totalitarismo », Análise social, 157 (35), pp. 1031-1054.

Rosental, Paul-André (1990), « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 45 (6), pp. 1403-1431.

Rousso, Henry (dir.) (1999), Stalinisme et nazisme : histoire et mémoire comparées, Bruxelles.

Salazar, António de Oliveira (1935-1967), Discursos e notas políticas (6 vol.), Coimbra.

Santos, Boaventura de Sousa (1990), O Estado e a sociedade em Portugal (1974-1984), Porto.

Sayad, Abdelmalek (1999), La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris.

Schmitter, Philippe C. (1999), Portugal : do autoritarismo à democracia, Lisbonne.

Schmitter, Philippe C. (2002), « La démocratisation au Portugal en perspective », dans Javier Santiso (dir.), À la recherche de la démocratie. Mélanges offerts à Guy Hermet, Paris, pp. 291-315.

Scott, James C. (1985), Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven.

Scott, James C. (1990), Domination and the Arts of Resistance : Hidden Transcripts, New Haven.

Silva, Manuel Carlos (1998), Resistir e adaptar-se : constrangimentos e estratégias camponesas no Noreste de Portugal, Porto.

Sobral, José Manuel, (1999), Trajectos: o presente e o passado na vida de uma freguesia da Beira, Lisbonne.

Telo, António José (1997), « Emigração, exílio e democrácia em Portugal », Exils et migrations ibériques au xxe siècle, 3-4, pp. 155-167.

Wiarda, Howard (1977), Corporation and Development : the Portuguese Experience, Amherst (Mass.).

Haut de page

Notes

1 Entre 1960 et 1974, près d’un million quatre cent mille Portugais émigrèrent vers l’Europe occidentale. À elle seule, la France draina environ un million de Portugais. Ces chiffres sont peu précis car près de la moitié des migrants quittèrent le Portugal irrégulièrement, c’est-à-dire démunis de passeport d’émigration. Le phénomène migratoire fut d’une telle ampleur que, entre les recensements de 1960 et 1970, la population métropolitaine portugaise décrut, passant de 8 851 289 à 8 568 703 habitants.

2 Telo, 1997, p. 161. Toutes les traductions sont de l’auteur.

3 En 1960, près de 30 % des hommes et 40 % des femmes étaient analphabètes. Ces données étant nationales, il est fort probable que l’analphabétisme était encore plus important dans les régions rurales dont provenaient les migrants.

4 Voir Pécout, 1994, pp. 91-125.

5 Murteira, 1965, p. 270.

6 Rádio Portugal Livre, émission du 13 mars 1966 captée par la PIDE le 15 mars 1966 (IANTT/PIDE/DGS, processo 11/46, pasta 1, « Emigração clandestina »).

7 Voir Fatela, 1989, pp. 110-117.

8 Martins, 1998, p. 127.

9 Sur le concept de « migration de maintien », voir Rosental, 1990.

10 Fatela, 1989, p. 116.

11 Voir le mythe du retour dénoncé par Monteiro, 1994.

12 Hirschman, 1995 a.

13 Hirschman, 1986 et 1995 b, pp. 19-68 (« Défection et prise de parole dans le destin de la RDA »).

14 Ibid., p. 25.

15 Voir Dufoix, 2002.

16 La distinction entre ces deux discours n’est ni nette ni tranchée. De nombreux opposants au régime ont mené des travaux universitaires, lors de leur exil notamment, pour contribuer à la lutte contre le régime. Discours d’opposition et discours universitaire étaient donc couplés.

17 Pereira, 1981, p. 168.

18 Olson, 1978.

19 Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2003 a. L’intérêt de cet ouvrage réside dans sa tentative d’application et d’adaptation des différentes théories de l’action collective à des pays autoritaires. Car force est de constater que ce champ scientifique s’est surtout cantonné aux démocraties occidentales et s’est peu posé la question de sa pertinence dans des systèmes autoritaires.

20 Kershaw, 1997, p. 297.

21 Voir les différentes œuvres traitant du phénomène fasciste et nazi, Kershaw, 1997 ; Rousso, 1999 ; Gentile, 2004 ; Mann, 2004 et Paxton, 2004. Voir également les travaux discutant de la nature du régime salazariste, Pinto, 1992 ; Cahen, 1997 ; Pinto, 1999 ; Leonard, 1996 et Rosas, 2001.

22 Cruz, 1988.

23 Kuin, 1993 et Rodrigues, 1996.

24 Salazar, 1935-1967, vol. 3 : 1938-1943, p. 237.

25 Salazar, 1935-1967, vol. 6 : 1959-1966, p. 41.

26 Foucault, 2004 a.

27 Propos d’António de Oliveira Salazar reproduits en 1935 par le numéro 64 de la revueA escola portuguesa, cité dans Melo, 2001, p. 52.

28 Voir Foucault, 2004 a et Bayart, 2004.

29 Foucault, 2004 b, p. 274.

30 Ibid.

31 Foucault, 2004 a, p. 74.

32 Foucault, 2004 b, p. 236.

33 Une partie de l’historiographie de l’émigration tend à rejoindre ces postulats en considérant ce phénomène comme structurel. Voir Godinho, 1978.

34 Riegelhaupt, 1979, p. 182.

35 Santos, 1990, p. 137.

36 Salazar, 1935-1967, vol. 6 : 1959-1966, p. 371.

37 Ibid. p. 372.

38 Voir la présentation de Neveu, 2005.

39 Sur l’impossibilité et/ou l’intérêt de ne pas critiquer l’ordre établi voir Scott, 1990. Scott démontre que les dominés (paysans, esclaves, etc.) tendent à développer, devant les dominants (États, propriétaires ruraux, maîtres, etc.) et les entités extérieures, un discours « public », fait de résignation et d’acceptation de l’ordre social. Ils cherchent à convaincre qu’ils ne constituent pas un danger pour l’ordre établi et espèrent tirer profit de cette posture. Toutefois, s’arrêter à ce constat est une erreur car les dominés développent, entre eux, un discours caché, plein de railleries et de critiques de l’ordre établi, dans lequel ils mettent à mal les dominants et démontent les mécanismes de leur domination. Ce discours caché, une espèce de culture de résistance, explique que lorsque surviennent des événements révolutionnaires, les dominés qui paraissaient soutenir un système politique donné, ne le défendent pas, voire contribuent à le mettre à bas. Les perspectives énoncées par Scott fragilisent toutes les analyses sur la résistance ou sur la protestation qui reposent sur primat de la conscience ou de l’intention. Car comment savoir ce que pensent les dominés ?

40 Kershaw, 1997, pp. 300 sqq.

41 Voir, pour le débat autour du terme de Resistenz appliqué à l’Allemagne nazie, Kershaw, 1997, pp. 296 sqq.

42 Voir PalaciosCerezales, 2003, pp. 28-29. Voir également la définition de résistance donnée par Scott, 1985, pp. 289sqq.

43 James Scott a progressivement étendu ses outils à toutes les classes dominées, notamment dans son livre postérieur, Scott, 1990. D’autre part, ses réflexions ont été utilisées par d’autres auteurs au « sous-prolétariat urbain puis à n’importe quelle population placée dans l’impossibilité d’exprimer, du fait de la nature du régime politique ou d’un manque de ressources culturelles, ses demandes » (Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2003 b, p. 45).

44 Scott, 1985, p. xvi.

45 Gutmann, 1993, p. 87.

46 José Manuel Sobral note, dans son étude sur des villages de la Beira Baixa, que les paysans perçoivent une alliance entre l’État et les riches (ce terme, empreint du manichéisme de la vision du monde des paysans dans les sociétés peu différenciées, partageant la société entre « eux » et « nous », entre riches et pauvres), en l’occurrence, au niveau local, les propriétaires ruraux. En conséquence, les riches auraient demandé et inspiré les politiques visant à limiter l’émigration car elle leur retirait une main-d’œuvre abondante, peu chère et docile. Étant donné ces représentations, on comprend plus facilement le non-recours à l’État, la difficulté de le percevoir comme un potentiel auxiliaire dans la stratégie de mobilité géographique et sociale. Voir Sobral, 1999, pp. 127-128.

47 Voir Silva, 1998 et Medeiros, 1985, pp. 215-241.

48 Schmitter, 1999, p. 13.

49 Wiarda, 1977, p. 202.

50 Palacios Cerezales, 2003, p. 64.

51 Voir Raby, 1988 et Godinho, 2001.

52 Voir Patriarca, 2004.

53 Hirschman, 1995 b, pp. 26-27. Voir également Pfaff et Kim, 2003.

54 Hirschman, 1995 b, p. 27.

55 Voir Patriarca, 2004, pp. 171-212 et Barreto, 1990, pp. 57-117.

56 Lettre de Manuel de Oliveira Violas, administrateur général de l’entreprise Corfi au Président du Conseil Marcelo Caetano, le 29 septembre 1969, Arquivos da Presidência do Conselho, IANTT/PCOS/MC/PRC-2/A-74-10, cx 81.

57 Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2003 b, p. 66.

58 Silva, 1998.

59 Champagne, 2002, p. 214.

60 Telo, 1997, p. 160.

61 Sayad, 1999.

62 Nunes, 1968, pp. 278-282.

63 Voir Bourdieu, 2002, pp. 221 sqq.

64 Voir Gonçalves, 1996.

65 Silva, 1998.

66 Leonard, 2004, pp. 209-226.

67 Voir Oriol, Sayad et Vieille, 1985, pp. 5-21.

68 Rosas, 1994.

69 Cabral, 1989, p. 186.

70 Sur la « transitologie » et sur l’importance donnée à la consolidation de la démocratie, voir Linz et Stepan, 1996. Pour le cas portugais, voir Palacios Cerezales, 2003.

71 Chartier, 1990, pp. 9-10.

72 Schmitter, 2002, pp. 291-315.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Pereira, « Émigration, résistance et démocratisation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 219-240.

Référence électronique

Victor Pereira, « Émigration, résistance et démocratisation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 10 novembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3126

Haut de page

Auteur

Victor Pereira

Institut d’Études politiques de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org