Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

María del Carmen García Herrero, Del nacer y el vivir

María Teresa López Beltrán
p. 265-267
Référence(s) :

María del Carmen García Herrero, Del nacer y el vivir. Fragmentos para una historia de la vida en la baja Edad Media, Zaragoza, Institución Fernando el Católico (Excma. Diputación de Zaragoza), 2005, 422 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

1À l’occasion de la recension du nouveau livre de María del Carmen García Herrero, j’ai ressenti la même satisfaction que j’avais éprouvée en lisant son premier ouvrage en deux volumes tiré de sa thèse et publié par la Mairie de Saragosse en 1990 sous le titre Las mujeres en Zaragoza en el siglo xv, et dont la deuxième édition vient tout juste de paraître. Ce premier ouvrage de María del Carmen García Herrero, fruit d’un important travail sur les sources et la bibliographie, offrait non seulement une histoire des femmes de Saragosse au xve siècle, de la naissance jusqu’à la mort, mais elle constituait aussi un modèle d’écriture de l’histoire des femmes, en montrant comment connaître nos ancêtres et en donnant des clés essentielles pour comprendre, sur la base des documents, la vie quotidienne des femmes médiévales.

2Après cet ouvrage, devenu depuis une référence obligée de l’historiographie médiévale, María del Carmen García Herrero n’a cessé, pour notre plus grand plaisir, de nous offrir des publications qui, dans certains cas, ont approfondi des questions soulevées dans son premier livre, mais qui ont le plus souvent abordé de nouveaux sujets avec la rigueur et la solidité qui la caractérisent. Citons, par exemple, « El universo de las relaciones familiares en el Fuero de Jaca » (El Fuero de Jaca, II. Estudios, Zaragoza, El Justicia de Aragón, 2003, pp. 227-265), un article qui n’est pas repris dans son nouveau livre, Del nacer y el vivir, et dans lequel l’auteure, en déconstruisant le neutre universel, nous révèle de façon magistrale les raisons qui ont déterminé la distinction dans le droit local entre les mots muyller, femma et dona. En effet, les mots, hier comme aujourd’hui, signifient et déterminent socialement.

3Del nacer y el vivir. Fragmentos para una historia de la vida en la baja Edad Media rassemble une partie seulement de la production scientifique de María del Carmen García Herrero. Il comprend seize articles publiés entre 1987 et 2004, ayant pour fil conducteur l’univers complexe des femmes de Saragosse et le milieu rural au bas Moyen Âge. Loin d’être un simple recueil de contributions de l’auteure, l’ouvrage est composé de trois parties solidement liées entre elles.

4Après une excellente préface de Ángela Muñoz Fernández, le livre commence par l’accouchement, compris et analysé au sens large, c’est-à-dire comme un espace de sociabilité presque exclusivement féminine et comme un moment au cours duquel la sage-femme apparaît comme une professionnelle qualifiée et à l’autorité reconnue. L’accouchement de la veuve Isabel de la Caballería, qui fut assistée par la madrina ou accoucheuse Salinas, devient le prétexte d’une étude approfondie et précieuse sur l’obstétrique au bas Moyen-Âge, sur le travail qualifié des femmes, dans lequel elle combine de manière magistrale les documents d’archives et les sources iconographiques et littéraires. Après la naissance, l’auteure poursuit son parcours historique en nous introduisant dans l’univers des sentiments familiaux qui façonnent la personne durant son enfance puis son adolescence. Un univers qui n’est pas sans fissures et qui est très fortement marqué par l’économie et par la fragile solidarité des réseaux familiaux dans la plupart des familles populaires, de telle sorte que, tout en aimant les enfants, on cherchait, avec plus ou moins de succès, à éviter la misère en allégeant les charges familiales. Fruit d’une profonde recherche bibliographique, dans le chapitre intitulé « Elementos para una historia de la infancia y de la juventud » l’auteure nous conduit jusqu’aux frontières de l’adolescence et de la jeunesse par une analyse qui, nullement linéaire, comporte des indications éclairantes et des nuances qui n’apparaissent qu’à une lecture attentive de l’ouvrage. Partant des sentiments et des attitudes des adultes envers les enfants, de la construction d’une image qu’elle qualifie à juste titre d’ambivalente, l’auteure nous introduit de plain-pied dans la transmission de la conscience socialisée qui garantit la reproduction du système. Enfin, elle aborde les conflits susceptibles de se déclencher pendant la jeunesse entre la conscience socialisée et la conscience psychologique, c’est-à-dire entre l’héritage et les besoins, les aspirations et les idéaux des jeunes femmes et des jeunes hommes.

5La jeunesse était une période de transition vers la maturité qu’on atteignait socialement au moment du mariage. La deuxième partie du livre évoque le mariage et les autres façons de réglementer la vie commune. Partant d’abord des difficultés rencontrées par le mariage ecclésiastique pour s’imposer comme modèle unique d’alliance conjugale, l’auteure aborde ensuite les autres formes légitimes pour contracter un mariage, elle analyse en particulier la liberté de se marier et de choisir son conjoint, une liberté profondément marquée par la conscience sociale, les intérêts du groupe familial ou alors, pour les groupes les moins favorisés, limitée par la misère et la nécessité de survivre. María del Carmen García Herrero examine aussi minutieusement le régime matrimonial en vigueur à Saragosse au xve siècle, sans oublier le règlement des aspects personnels, en particulier le soin et l’assistance des ascendants et des autres parents, accords qui rappellent les pratiques de solidarité familiale avec les personnes âgées en France à la même époque. La disparition du mari donnait à la femme mariée le statut de veuve, ce qui conduit l’auteure à analyser dans cette deuxième partie le droit foral appliqué aux veuves, droit conçu pour protéger les femmes du Royaume, ainsi que les vicissitudes et les comportements des veuves. L’analyse porte également sur d’autres formes de vie commune illicites et moralement condamnables, mais stables et tolérées, et qui n’empêchaient pas toujours les femmes de se marier par la suite (« Las mancebas de Aragón a fines de la Edad Media », « La misa aplazada : un compromiso matrimonial anómal »), ainsi que sur des formes de vie commune délictuelles et répréhensibles, comme la bigamie, à partir du procès intenté contre le marchand converti Gaspar Eli, sans oublier, à la fin de la deuxième partie du livre, le très bel article sur Marien, la femme juive qui, par amour pour Ibraim, s’est convertie à l’islam.

6Dans une troisième partie magistrale, dont le sous-titre est « Violencia y mediación », María del Carmen García Herrero propose une analyse transversale de la violence sociale et sexuelle à l’aide de précieux témoignages notariés (« Los malos nodrizos de la Vilueña [1482] », « Una burla y un prodigio. El proceso contra la Morellana [Zaragoza, 1462] », « Violencia sexual en Huesca a finales de la Edad Media »), sans oublier le monde complexe de la prostitution réglementée et clandestine. Cette troisième partie est complétée par une étude singulière et importante de la participation de douze femmes à la justice privée en tant que médiatrices de certains conflits, un nombre non négligeable de femmes arbitres et conciliatrices ayant participé au règlement de conflits économiques (mariages et dots, testaments et héritages, dettes).

7En résumé, ce livre est un ouvrage de référence des études médiévales et en particulier de l’histoire des femmes. Il traite en profondeur de la vie quotidienne des femmes et des hommes de la société du bas Moyen Âge dans le Royaume d’Aragon sur la base d’un travail rigoureux, de l’examen de nombreuses archives, et de l’étude soigneuse des mots et de leur contexte. Cette œuvre forte et rigoureuse analyse les vicissitudes de la société aragonaise, mais ces dernières deviennent, en définitive, des références universelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Teresa López Beltrán, « María del Carmen García Herrero, Del nacer y el vivir », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 265-267.

Référence électronique

María Teresa López Beltrán, « María del Carmen García Herrero, Del nacer y el vivir », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/3149

Haut de page

Auteur

María Teresa López Beltrán

Universidad de Málaga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org