Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad

Fernando Rodríguez Mediano
p. 267-269
Référence(s) :

Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad. Exilio musulmán, conversión y asimilación en la Monarquía hispánica (siglos xvi y xvii), Barcelona, Bellaterra, 2006, 314 p.

Texte intégral

1La frontière méditerranéenne à l’époque moderne est un objet historique bien connu, mais dont la complexité même pourrait disparaître face aux grands processus qui, parfois, semblent exiger une lecture en termes de « civilisations ». Un outil permettant d’éviter cet écueil est l’étude des personnages qui traversèrent la frontière, protagonistes d’un processus complexe de conflit et de négociation culturelle. Les archives européennes, riches en histoires de ces passeurs culturels, fournissent une information précieuse tant du point de vue microscopique de l’individuel, que d’un point de vue global et sériel. Jusqu’à présent, la recherche a privilégié l’étude des captifs et des renégats chrétiens en Afrique du Nord, car ils sont certainement plus nombreux que les musulmans qui ont abouti en Europe.

2C’est à ces derniers qu’est dédié le livre de Beatriz Alonso, et ce choix constitue le premier de ses mérites. Comme son titre l’indique, la majeure partie du volume traite d’une figure particulière, celle du réfugié politique musulman, membre d’une famille royale et exilé en territoire chrétien. Il existait jusqu’alors des études consacrées à certains personnages, dont de très célèbres, mais Alonso nous offre ici pour la première fois une approche systématique de ce thème, fondée sur un travail d’archives exhaustif. Beatriz Alonso suit la trace de ces musulmans dès l’époque médiévale, avec des exemples comme la garde mauresque de Jean II et d’Henri IV. Dans cette perspective, la guerre de Grenade fut le laboratoire de pratiques postérieures.

3Aux xve et xvie siècles, l’apparition de nouveaux acteurs très puissants, portugais, espagnols et ottomans, détermina le devenir des dynasties locales nord-africaines. Dans ce contexte, des sultans déposés, des prétendants potentiels ou de simples aventuriers voyaient en l’Espagne l’occasion de trouver un refuge ou une alliance qui leur permettrait de revenir triomphants dans leur terre natale. Alonso retrace la biographie de nombre de ces personnages, biographie marquée par d’innombrables hasards dynastiques, militaires et politiques, et dont le destin est aussi varié que les circonstances de leur émigration. Ainsi, le sultan wattasside AbëHassën traversa la moitié de l’Europe pour rencontrer Charles Quint et obtenir son aide ; un demi-siècle plus tard, le sultan saadien MuÜammad al-Chaykh se rendait à Carmona pour négocier avec Philippe III la cession de Larache en échange d’une aide militaire pour poursuivre la guerre civile contre ses proches ; tous deux revinrent au Maroc pour y être défaits et tués. Le destin d’autres personnages fut différent : ils devinrent de précieux attouts pour la monarchie hispanique, qui prolongeait à sa convenance leur séjour en territoire chrétien. Dans le cas d’Alger et de Tunis, l’établissement de l’influence ottomane rendit impossible toute tentative de restauration dynastique et empêcha des sultans de rentrer chez eux avec leurs enfants et leur cour. Ces exilés de longue durée posent le problème des limites et des formes diverses de l’intégration. Certains cas reflètent un haut degré d’intégration en Espagne : ainsi, le prince saadien Muley Xeque, qui, après la mort de son père à Ksar el-Kébir, demeura en Espagne et se convertit au christianisme ; il devint ensuite don Philippe d’Afrique, ami de Lope de Vega, chevalier de Saint-Jacques et capitaine général de la cavalerie de Milan. Un autre prince zianide, don Charles d’Afrique, devint lui aussi chevalier de Saint-Jacques, servant comme soldat dans l’un des points les plus exposés de la frontière. D’autres conversos illustres, comme don Gaspar de Benimerín, ont servi fidèlement la monarchie.

4Ainsi donc, nous rencontrons un large éventail de situations qui révèlent le caractère polyédrique de cette frontière. Alonso propose une morphologie du passage de la frontière dans une triple perspective : territoriale, politico-religieuse et socioculturelle. En principe, la frontière religieuse est l’une des plus difficiles à passer, du fait de son poids important en termes d’identité. D’aucuns, toutefois, la franchirent sans retour. D’autres, en revanche, se convertirent de nouveau à l’islam, comme cet autre don Philippe d’Afrique, prince de Tunis du xviie siècle qui vécut en Italie et en Espagne et qui, prétendant toujours au royaume de Tunis, tenta jusqu’au bout de le récupérer, d’abord comme chrétien, puis, à nouveau, comme musulman.

5Le cas de ce don Philippe d’Afrique est très significatif. Il pose en premier lieu la question de la portée authentique de la conversion. Hier, tout comme aujourd’hui, il était évident qu’il semblait impossible de discerner si une conversion était sincère, ou si elle résultait d’une tentative pour survivre et pour s’adapter à des circonstances adverses. Il s’agit là d’une question toujours présente, surtout chez ceux qui se méfiaient de la présence de musulmans d’origine en terres chrétiennes. Or, les personnes ayant renié leur conversion furent en réalité rares, ce qui fit prévaloir l’idée que la conversion de ces princes musulmans représentait un triomphe de la foi chrétienne, exploité politiquement et doctrinalement. Ce constat soulève une autre question : les protagonistes de cet ouvrage sont des membres de dynasties régnantes, et leur fortune est inséparable de leur appartenance à une classe sociale privilégiée. Pour eux, le passage était assurément plus facile que pour d’autres personnes de moindre lignée. Certains persistèrent, même après leur conversion, dans leurs revendications politiques, en soutenant l’espoir d’une conversion des Nords-Africains au christianisme moyennant une restauration dynastique. Il est révélateur de constater que la négociation de leur identité religieuse est inséparable de leurs tractations politiques. En d’autres termes, l’identité religieuse suppose une barrière plus ou moins rigide selon les circonstances et les intérêts, elle est porteuse de règles mais également d’exceptions qui ne s’appliquent pas d’une manière égale à toutes les personnes. Que ces sultans de Barbarie aient longuement entretenu la mémoire de leurs origines royales n’était pas seulement une stratégie visant à légitimer une revendication dynastique éventuelle, mais aussi, et surtout, une manière d’assurer leur propre statut au sein des sociétés chrétiennes dans lesquelles, finalement, nombre d’entre eux s’intégrèrent. On ne s’étonnera donc pas de trouver à la fois la revendication généalogique d’origines nobles, bien que musulmanes, et l’intégration, parfois fort ostensible, dans les pratiques les plus caractéristiques de la société chrétienne. Alonso montre combien cette symbiose singulière est présente dans les armoiries ou dans les épitaphes de certains de ses sultans.

6Comment donc définir l’affrontement entre ces deux grandes civilisations méditerranéennes des Temps modernes ? Telle est la question formulée dans tout l’ouvrage, dans le texte liminaire de Miguel Ángel de Bunes et dans les conclusions d’Alonso. Et même si la réponse nous échappe peut-être du fait de ses oppressantes résonances contemporaines, cet ouvrage nous apprend à la saisir à partir de ces innombrables petites histoires individuelles qui reconstruisent la complexité des identités humaines, la diversité de leurs multiples négociations, l’irréductibilité de leurs conflits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fernando Rodríguez Mediano, « Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 267-269.

Référence électronique

Fernando Rodríguez Mediano, « Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/3152

Haut de page

Auteur

Fernando Rodríguez Mediano

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org