Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Christiane Stallaert, Ni una gota de sangre impura

Eduardo González Calleja
p. 269-271
Référence(s) :

Christiane Stallaert, Ni una gota de sangre impura. La España inquisitorial y la Alemania nazi cara a cara, Barcelona, Galaxia Gutenberg – Círculo de Lectores, 2006, 537 p.

Texte intégral

1Comme on le sait, les essais visant à comparer l’Espagne de l’Inquisition et l’Allemagne nazie ne sont pas une entreprise récente, ils sont apparus presque en même temps que la Shoah. Le travail de Stallaert poursuit cette veine polémique en faisant de ces réalités historiques des exemples de « politiques absolues » de cohésion sociale obtenue par la violence. Le type d’analyse pratiqué ici est celui de l’anthropologie comparée. En étudiant la ressemblance entre l’Espagne de l’Inquisition et l’Allemagne nazie, C. Stallaert ne prétend pas rendre compte de manière exhaustive des ressemblances entre le phénomène du nazisme et ce que l’auteure définit comme « casticismo » espagnol (entendu comme un christianisme intransigeant à tendance raciste). Il ne s’agit donc pas d’une étude de plus sur la Judenfrage ; ce sont au contraire les questions espagnole et allemande qui guident la recherche sur ces deux Weltanschauungen radicalement ethnocentrées. À partir d’un amour narcissique d’ordre messianique, l’une et l’autre prétendirent instaurer un ordre à l’échelle mondiale (p. 393).

2Pour étudier une mentalité et une politique obsédées par la pureté du sang, Stallaert procède, en premier lieu, à une analyse comparée des discours d’exclusion du nazisme et du « casticismo » espagnol, en se basant sur les remarques philologiques de Victor Klemperer à propos de la Lingua Tertii Imperii (LTI) publiées en 1947. Après une digression sur les choix de traduction de cet ouvrage, l’auteure examine les significations des mots « Volk » et « casta », essentiels dans la structure sémantique de ces deux nationalismes racistes. Un des points forts de l’argumentation est la définition du « casticismo » espagnol comme un « ethnicisme volkisch », au sens biologique de communauté unie par le sang (p. 49). Une définition, nous semble-t-il, fort aventureuse car le terme de « castizo » renvoie aussi bien à une lignée d’origine incertaine qu’à son contraire : la conformité à ce qui est considéré comme authentique, typique, pur ou traditionnel. D’ailleurs, les médiévistes et les modernistes remettent en cause le caractère « castizo » de la structure sociale espagnole de l’époque, car les divisions ne dépendaient pas tant de la race que de la lignée ou de la religion. Naturellement, à partir de la fin du xvesiècle, l’hégémonie absolue de la « lignée chrétienne », fondée sur les mécanismes d’exclusion que Stallaert analyse en détail, bouleversa le système des ordres et déclencha une obsession généralisée de la pureté raciale menant à l’idée de pureté du sang. Cependant, rapprocher cette réalité « castiza » de la pensée volkisch très construite du nationalisme allemand est un sérieux anachronisme, ne fût-ce que parce que l’antisémitisme est à l’origine lointaine de la difficile construction hispanique de l’État, alors qu’en Allemagne, il fut la culmination d’un processus de développement étatique à visée totalitaire. On court donc un risque très important en recherchant une analogie terminologique entre ces deux langages ethnicistes à travers l’étude de certains mots extraits de leur contexte historique. Comme dans le cas de la « novlangue » d’Orwell, la décontextualisation historique systématique des textes peut conduire à un règlement de comptes sans nuance qui, dans ce cas, conduit même à qualifier Claudio Sánchez Albornoz d’antisémite. Parler du « pouvoir totalitaire, anesthésiant et intoxicant du langage ethniciste dans sa version hispanique » (p. 88) implique, en outre, de soutenir qu’en plein Siècle d’or, l’Espagne élaborait une stratégie consciente de création et d’inculcation d’un langage totalitaire similaire à la LTI nazie, ce qui paraît hautement improbable.

3En second lieu, l’ouvrage analyse la vision de l’homme et de la société présente dans les deux réalités historiques, dans un essai de déconstruction anthropologique des idéologies « nationalistes » espagnole et allemande. L’auteure ne tient pas compte des problèmes rencontrés par les historiens pour définir rigoureusement l’identité de la communauté juive et propose de partir d’un aspect qu’elle juge plus « solide » : la construction sociale des limites du groupe et ses variations dans le temps à partir d’une élaboration purement idéologique de « l’autre » (p. 74). Cela lui semble plus intéressant et plus opératoire qu’une définition juridique qui, toutefois, est celle qui pourrait être nécessaire pour fonder rigoureusement la caractérisation du délit de génocide. C’est alors que l’auteure s’engage dans les sables mouvants de la nature génocidaire de ces deux pratiques discriminatoires, en signalant que l’assimilation systématique et forcée en Espagne et le ségrégationnisme allemand ont été des modalités différentes d’une même « solution finale » (p. 14). S’il est vrai que, jusqu’au xve siècle, les royaumes hispaniques ont pratiqué une stratégie d’assimilation, la nouvelle monarchie unifiée des Rois Catholiques a opté, elle, pour la voie de la ségrégation que le nazisme suivit au départ, mais jamais pour l’élimination. Néanmoins l’auteure persiste à mettre en rapport le « casticismo » hispanique et les grands génocides de l’ère contemporaine. Ici encore, on court le risque de tomber dans l’anachronisme si l’on persiste à utiliser le terme de génocide comme une catégorie juridique plutôt que morale. L’action génocidaire se définit par une distinction précise des populations menacées, par l’intention de détruire de façon systématique, par la mise en place de moyens techniques adaptés et dépendant d’une organisation sociale efficace.

4À propos de la réaction des deux sociétés face à cette politique raciste, Stallaert parle de « synchronisation totalitaire imposée pendant des siècles au peuple espagnol » par l’Inquisition (p. 189). Un terme qui se veut synonyme de la Gleichschaltung nazie qui fut non seulement une synchronisation sociale mais aussi le contrôle systématique des ressorts du pouvoir étatique du parti nazi. Il paraît donc très contestable d’employer le terme de totalitarisme pour désigner l’union du Trône et de l’Autel dans une monarchie traditionnelle du xvie siècle, si éloignée du régime bureaucratique de masses régi par un parti unique dans un État national pleinement développé et dans le contexte socioéconomique d’une complète industrialisation.

5A-t-il réellement existé un nationalisme ethnique sectaire dans l’Espagne du Siècle d’or ? L’explication en termes d’identités nationales est à notre avis peu applicable à la réalité espagnole de l’époque. Au demeurant, de nombreux mouvements politiques de caractère ethno-nationaliste ont exalté l’unité et l’uniformité de la communauté sans avoir été tentés de suivre le chemin du génocide.

6Christiane Stallaert rappelle à la fin de son travail qu’elle ne prétend pas mettre au jour une continuité systématique au sein de la pensée politique et anthropologique européenne, mais seulement des analogies phénoménologiques. Mais son analyse en reste à l’aspect purement philologique et établit des comparaisons fort risquées sur la base d’arguments peu convaincants du point de vue historique. Naturellement, il ne s’agit pas ici d’inciter à une évaluation positive de l’intolérance hispanique au Siècle d’or, mais de recourir à une analyse équitable des faits historiques, qui ne sont pas seulement des textes mais aussi des contextes. L’antijudaïsme religieux « castizo » n’a pas été la même chose que l’antisémitisme racial nazi, bien que l’un et l’autre aient été, de toute évidence, des absolus idéalistes et manichéens parfaitement condamnables. En ce sens, le livre de Stallaert est une étude instructive et très stimulante de la façon dont certains mécanismes culturels et politiques provoquent une ségrégation durable au sein des sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Christiane Stallaert, Ni una gota de sangre impura », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 269-271.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Christiane Stallaert, Ni una gota de sangre impura », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/3155

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

Universidad Carlos III de Madrid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org