Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Manuel Lucena Giraldo, Historia de un cosmopolita

Nuria Valverde Pérez
p. 273-275
Référence(s) :

Manuel Lucena Giraldo, Historia de un cosmopolita. José María de Lanz y la fundación de la Ingeniería de Caminos en España y América, Madrid, Colegio de Ingenieros de Caminos, Canales y Puertos, 2005, 266 p.

Texte intégral

1Historien moderniste spécialiste de l’Amérique espagnole, Manuel Lucena travaille principalement sur les problèmes de la dynamique des limites, sur les espaces et les objets relevant de divers régimes normatifs, culturels ou naturels. Le titre de sa biographie de José María de Lanz (1764-1839), ingénieur créole de la Nouvelle-Espagne qui servit tour à tour l’armée espagnole, le régime révolutionnaire français, Bonaparte et les indépendantistes américains, Historia de un cosmopolita, fait précisément référence à cet intérêt pour la labilité des limites. Du point de vue de l’histoire des sciences, néanmoins, le titre, et plus encore le sous-titre, ne donnent sans doute qu’une idée partielle de la nature de ce travail. La vie de Lanz a été profondément marquée par deux traits: les voyages et la connaissance scientifique et technique. Ces fils directeurs structurent la biographie et l’auteur analyse la progression de la technocratie dans divers contextes politiques, tout en montrant les différentes facettes de la figure du scientifique à la charnière du xviiie et du xixe siècle. Ainsi, en dépit de ce que pourrait suggérer son sous-titre, ce travail n’est en aucun cas une hagiographie exaltant l’œuvre d’un pionnier.

2Dès le premier chapitre, « Un marino ilustrado », la biographie de Lanz est replacée dans le cadre général des migrations entre la périphérie de la Péninsule et le Nouveau Monde. Ces échanges marquent la politique impériale et déterminent le statut social (mesuré en termes d’influence, de formation et de richesse) de ceux qui définirent les usages du savoir au service du « bon gouvernement » (buen gobierno). Dans les chapitres suivants, la biographie se déploie sur la toile de fond des différends majeurs et des convergences stratégiques et intellectuelles. Le deuxième chapitre, « Tiempos revolucionarios », est centré sur l’interruption, en raison de la guerre et de la Terreur, de l’espionnage industriel pratiqué par les Espagnols en France depuis le milieu du siècle, et par le rôle des connaissances techniques et mathématiques dans la stabilisation sociale et politique du projet révolutionnaire. L’entrée de Lanz à la Commission de Guantanamo, en 1796, ouvre le troisième chapitre, « Someter a prueba la naturaleza », qui traite des problèmes politiques complexes résultant de l’indispensable développement de la technologie sur le territoire, tant dans les enclaves industrielles coloniales, comme Cuba, qu’en France et en Espagne. Cette nécessité se traduit par la fondation de l’École d’ingénieurs des ponts et chaussées en 1802. Le chapitre suivant, « Glorias efímeras », analyse la genèse de l’ouvrage principal de Lanz, Ensayo sobre la composición de las máquinas et il décrit l’activité ministérielle de celui-ci sous la monarchie de Joseph Bonaparte, activité marquée essentiellement par la réorganisation des espaces et la poursuite des travaux scientifiques. L’auteur montre ainsi le processus d’intégration des entreprises à caractère scientifique et technique dans ce que Campomanes a appelé « l’État continu », par leur transformation en machinerie administrative. Le dernier chapitre, « Nuevos mundos, viejos destinos », analyse l’activité scientifique et diplomatique de Lanz dans la Grande Colombie, avant son retour définitif à Paris pour raisons de santé. C’est ici, dans le contexte de l’indépendance américaine, que prend tout son sens la figure de l’ingénieur, caractérisée par les projets de réconciliation, les idéaux libéraux, les rééquilibrages internationaux et la confiance dans une reconstruction morale et physique des nouveaux territoires grâce au savoir et aux valeurs scientifiques.

3On peut ainsi constater que la figure de Lanz se projette sur un très grand nombre de domaines. À chaque fois, Lucena a fort bien choisi les épisodes et les dossiers dans lesquels Lanz a été partie prenante, et il leur a donné de l’ampleur à partir de documents et d’une bibliographie riche et pertinente. Comme tout bon ouvrage, ce livre suscite chez son lecteur des réflexions et des remarques ponctuelles. Par exemple, lorsque l’auteur analyse le travail de Lanz sur l’agave (pp. 41-43), il ne tient pas compte de la vision impériale des richesses naturelles et de leur gestion. Il sous-estime de ce fait l’importance de la morale scientifique dans la production des modèles économiques et dans l’apparition d’une « identité nationale » fondée sur la réélaboration éclairée de la culture et l’économie indigènes pour l’intégrer à une nouvelle économie du savoir. Un autre exemple serait l’affirmation selon laquelle « l’enthousiasme fanatique de ceux qui dirigeaient les destins de la science révolutionnaire » (p. 79) est la clé pour comprendre la continuité du bureau du cadastre français en dépit des changements institutionnels. Or, cette affirmation correspond mal à l’idée qui ressort clairement de cet ouvrage sur la consolidation générale des outils d’analyse mathématique (cadastres, recensements, classifications) comme instruments de gouvernement.

4Ces remarques sont, du reste, davantage des hommages rendus à la qualité de ce travail que des critiques. Il s’agit d’un ouvrage de référence sur José María de Lanz qui, en outre, propose une annexe biographique sur d’autres personnages dans la mouvance de Lanz. Mais, surtout, ce livre oblige le lecteur à s’interroger sur la dynamique scientifique comme élément structurant des nouveaux espaces politiques : dans quelle mesure la simultanéité de la fondation d’institutions scientifiques et des déclarations d’indépendance américaines reflète-t-elle une convergence épistémologique structurelle ? et, quelles en sont les conséquences sur la gouvernance et sur la dépendance politique des réseaux scientifiques ? : dans quelle mesure le démantèlement des réseaux scientifiques par représailles après un changement de régime politique conduit-t-il à transformer les pratiques, à redéfinir les objets et l’autorité ou à masquer la continuité?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nuria Valverde Pérez, « Manuel Lucena Giraldo, Historia de un cosmopolita », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 273-275.

Référence électronique

Nuria Valverde Pérez, « Manuel Lucena Giraldo, Historia de un cosmopolita », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/3160

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org