Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues

Les origines du royaume d’Aragon dans l’historiographie de l’Est péninsulaire (1369-1499)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris IV le 1er décembre 2006 (codirigée par Georges Martin et Inés Fernández Ordóñez)1
Sophie Hirel-Wouts
p. 277-281

Texte intégral

  • 1 Composition du jury : Inés Fernández Ordóñez, Universidad Autónoma de Madrid ; Carlos Heusch, ENS-L (...)

1Pour diverses raisons – qui relèvent tout à la fois de présupposés scientifiques, idéologiques et politiques – la production historiographique de l’Est péninsulaire (Aragon, Catalogne, Valence) n’a pas donné lieu, comme l’historiographie castillane, à une ample production critique. La littérature historiographique de la Couronne d’Aragon aux xive et xve siècles a en effet été drastiquement réduite, tout au long du xxe siècle, aux quatre chroniques catalanes que sont le Llibre dels fets del rei en Jaume (1272), les chroniques de Desclot (vers 1288) et de Muntaner (1325-1328) et la chronique particulière de Pierre IV le Cérémonieux (vers 1375-1382). Elle est de ce fait encore largement inédite et méconnue et méritait, dans un premier temps, d’être définie ; il convenait de redonner vie à une littérature jugée « mineure » et pourtant fondamentale quand il s’agit d’appréhender l’univers politique et culturel de la couronne d’Aragon. Ce travail propose en volume annexe la transcription d’une demi-douzaine de textes, précédée d’un catalogue raisonné des œuvres et d’une analyse codicologique de chacun des manuscrits.

2Il ne suffisait pas, toutefois, de répertorier ces œuvres, il fallait en saisir l’originalité et les mécanismes. Or, un des traits les plus marquants de cette production est, sans conteste, le souci qu’elle manifeste pour l’histoire des origines du royaume, histoire magnifiée à travers toute une série de motifs mythiques ou légendaires qui connaissent, au xve siècle, un véritable âge d’or ; c’est par le prisme de ces différents mythes fondateurs que nous proposons de saisir les fondements politiques du royaume d’Aragon. Nous désignons par mythes les actes de production d’un événement structuré autour d’un personnage que l’on pourrait appeler héros, actes intrinsèquement voués au développement et à la répétition. Il en surgit, comme l’expose Dominique Boutet dans Pour une mythologie du Moyen Âge, « des formes nouvelles […] complexes, dont la dimension mythique tient à la multiplicité des attestations, c’est-à-dire au succès littéraire de ces héros ». Ce sont ces formes et le principe même dont elles se nourrissent – l’intertextualité – qui sous-tendent et structurent l’ensemble de ce travail.

3Deux dates – deux œuvres – circonscrivent cette étude. En 1369 s’achevait la première rédaction de la Crónica de San Juan de la Peña (désormais CSJP), considérée comme fondatrice d’une historiographie proprement aragonaise. En 1499, paraissait la Corónica de Aragón du moine cistercien Vagad, rédigée quelques années plus tôt à la demande des diputados du royaume d’Aragon et considérée comme le point culminant de la tradition fondée par la CSJP.

4Dans une première partie, intitulée « Le corpus initial : la Crónica de San Juan de la Peña », nous nous intéressons tout particulièrement à cette chronique, considérée par la critique comme « la première tentative de la couronne d’Aragon pour rédiger son histoire générale » et rédigée sous les auspices du roi Pierre IV d’Aragon (1336-1387) durant les années centrales de son règne.

5Il nous fallait, dans un premier temps (dans le sillage de Diego Catalán et Enrique Jérez), revenir sur les critères traditionnels d’édition de cette œuvre, critères qui répondent davantage à un nationalisme linguistique moderne qu’à ce que l’œuvre nous révèle de sa propre transmission manuscrite. La mise au point philologique proposée dans le premier chapitre (« Récit des origines… origines du récit ») se fonde tout autant sur l’étude de la genèse textuelle de la CSJP que sur l’identification systématique de ses sources, condition sine qua non de la compréhension de sa spécificité comme modèle fondateur d’une historiographie proprement aragonaise. Il ressort de cette analyse qu’au-delà des documents de la pratique et de l’autorité majeure que constitue dans la péninsule Ibérique le De rebus Hispaniae de l’archevêque de Tolède, les compilateurs de Pierre IV d’Aragon disposent de sources hétéroclites (récits hagiographiques, poétiques, généalogiques, documents de la pratique, sources orales) qui attestent l’existence d’une forte tradition littéraire en Aragon. Dans le domaine historiographique, deux textes en particulier révèlent la force idéologique de cette production : une Estoria de los Godos de 1252/1253, qui n’est pas la traduction castillane des histoires du Tolédan que l’on voulait y voir mais un remaniement précoce, aragonais et dissident de ces dernières ; et une Crónica de San Victorián aujourd’hui perdue mais dont se réclament abondamment les chroniqueurs aragonais des xive et xve siècles.

6Une fois les « origines du récit » fixées, restait à détailler la contribution personnelle de la CSJP au discours sur les origines du royaume. Or, il apparaît (au chapitre II, « Modèle proposé pour les premiers temps ») que la chronique en question non seulement recentre l’histoire de la Reconquête sur l’Est péninsulaire – très précisément sur les montagnes du Sobrarbe –, mais qu’elle accompagne ce déplacement géopolitique d’un système généalogique jusqu’alors inédit. La CSJP introduit en effet une première dynastie aragonaise, celle des Íñiguez, qu’elle situe aux premiers moments de la Reconquête, ce qui l’autorise à décliner et à magnifier une « proto-histoire » aragonaise bien antérieure à l’avènement du premier roi officiel du royaume, Ramire Ier (1035-1069).

7Un troisième chapitre (« Chronique royale et idéologie politique ») montre que l’échafaudage, dans son ensemble, porte aux nues la royauté aragonaise. Cette prise de position demande assurément à être rattachée au contexte historique de production de la CSJP, marqué par une opposition violente entre le roi et les nobles unionistes (1347-1348). L’analyse du manuscrit L-II-13 de la bibliothèque de l’Escorial nous invite cependant à ne pas voir en l’œuvre un ensemble idéologiquement homogène : le soutien sensible dans ce manuscrit au mouvement unioniste laisse en effet entendre que les compilateurs de la CSJP n’étaient pas uniformément soumis au pouvoir royal.

8De ce modèle novateur allait émerger, tout au long du xve siècle, un véritable « archipel historiographique », dont la deuxième partie de ce travail s’emploie à dégager les grandes orientations.

9Le premier chapitre de cette deuxième partie (« Un désert historiographique ? ») présente une série de textes inédits ou mal connus, tronqués ou apocryphes, tantôt succincts, tantôt prolixes, désignés comme histoires, chroniques, annales, mémoires, livres ou encore sommes, qui varient par leurs tailles, langues et origines. Bien qu’elles portent toutes la marque de la CSJP, ces œuvres s’inscrivent irrémédiablement sous le signe de l’éclatement, de la fragmentation. L’analyse codicologique de chacun de ces artefacts – moments textuels uniques – témoigne d’ailleurs d’une littérature en marge du circuit traditionnel de production des œuvres historiographiques et de la mise en place de canaux de diffusion secondaires. Le phénomène coïncide notamment avec un recul sensible de la mainmise royale sur l’historiographie et avec la subséquente défection des chroniqueurs officiels de la couronne au profit de nouveaux acteurs qui agissent majoritairement sous le couvert de l’anonymat. Seul un chroniqueur se singularise, le chevalier catalan Pere Tomich, dont les Histories e conquestes dels reyes d’Arago e comtes de Catalunya (1438), pour la première fois, ne subordonnent plus l’histoire aux intérêts personnels d’un monarque ou d’une dynastie. Cette œuvre, dont le succès se mesure à l’aune des textes qui l’imitent (Sumari per Berenguer de Puigpardines, Summa de Lupo Spechio, etc.) donne le ton de ce que fut, durant toute la seconde moitié du xve siècle, l’historiographie de la couronne d’Aragon : un lieu privilégié d’expression et d’affirmation des élites nobiliaires et urbaines.

10Quel est le regard porté par ces dernières sur les moments fondateurs du royaume ? L’analyse de l’évolution, au sein de ces chroniques, des mythes mis en place par la CSJP fournit les premiers éléments de réponse à cette question (chapitre II : « Le modèle et ses variations »). Au-delà de motifs communs érigés à la gloire de l’Orient péninsulaire (la « légende du Sobrarbe » et la négation croissante de la bâtardise de Ramire Ier, notamment) perce la discorde : la multiplication et la surexploitation des motifs légendaires – qui situent la production en question à la confluence de diverses traditions littéraires – engendrent une véritable « guerre des mythes » au sein de la littérature historiographique, indice d’une confrontation politique et culturelle déstabilisante. L’affrontement est de nature géopolitique, tout d’abord, dans la mesure où chaque territoire de la couronne cherche à affirmer le bien-fondé et par conséquent le caractère inaliénable de ses fondations par le truchement d’archétypes qui lui sont propres (Ramire Ier en Aragon, Guifré le Velu en Catalogne, Jacques Ier à Valence) ; mais il est aussi d’ordre socio-politique puisque chaque « état » (« bras » royal, noblesses et élites urbaines) s’ingénie toujours plus à faire valoir ses prérogatives, mettant en place des motifs des origines qui sont autant de figurations du présent.

11Le trait le plus marquant de ce corpus est sa portée juridico-politique (exposée dans le troisième chapitre de cette deuxième partie : « Portée juridique du corpus : vers une doctrine de l’opposition ? »). Le renouveau du thème juridique dans l’historiographie de l’Est péninsulaire est assurément à rattacher aux courants majeurs de la littérature juridique dans la couronne d’Aragon (incarnés par les valenciens Eiximenis et Pere Belluga). Le noyau dur de cette doctrine – future antienne du « nationalisme » aragonais moderne – est l’introduction d’une nouvelle figure mythique : le Justicia d’Aragon, appelé à devenir le symbole des Fors et Libertés aragonaises. Le corpus ici considéré l’érige, pour la première fois, en véritable redresseur de torts d’un roi potentiellement arbitraire et renvoie sa naissance aux temps fondateurs du royaume, au moment même de la première élection royale. C’est inscrire le Justicia au cœur des thèses dites « pactistes », phénomène socio-politique de partage du pouvoir entre royauté, élites nobiliaires et villes. C’est aussi inviter le lecteur (moderne) à un questionnement sur certaines notions clés de l’univers politique et culturel de la couronne d’Aragon. La dernière division de ce chapitre examine notamment l’émergence complexe d’une « doctrine » de l’opposition au roi, dont le développement théorique fut sans doute encouragé par la fragilité croissante du pouvoir royal (absentéisme royal d’Alphonse V d’Aragon, conflit entre son fils Jean II et la noblesse catalane), mais dont les effets dans la pratique furent assurément limités. Dans l’écheveau idéologique et politique ici considéré, les solidarités et les affrontements se développent, somme toute, à différentes échelles et rendent tout étiquetage conceptuel impossible ; les chroniques témoignent, durant plus de soixante ans, d’un bras de fer entre différents niveaux de pouvoir, les avancées des uns correspondant au recul des autres.

12Seule l’œuvre de Gauberto Fabricio de Vagad, dans les dernières années du xve siècle, marque sur ce terrain un point de non-retour. Les éléments épars et contradictoires des chroniques antérieures s’y retrouvent systématisés, ce qui fait basculer l’œuvre « de l’histoire à la proclamation d’une idéologie politique » (titre de la troisième partie de notre étude).

13Dans un premier temps, quelques éléments de biographie sur l’énigmatique « insanus quidam monachus Gaubertus », sempiternellement fustigé par la critique, sont présentés afin de faire ressortir le lien qui unit cet auteur aux élites de Saragosse, et plus précisément à certains représentants de la Diputación d’Aragon (chapitre I : « Vagad et la production historiographique à Saragosse à la fin du xve siècle »). C’est toutefois la genèse même de l’œuvre vagadienne qui nous informe sur l’ancrage de l’auteur dans les milieux intellectuels de la capitale et sur l’originalité de sa position relativement à d’autres chroniqueurs contemporains, auteurs – comme lui – de Crónicas de Aragón. Contrairement à Gonzalo García de Santa María et à Lucio Marineo Sículo, tous deux fortement pro-monarchiques, Vagad se présente en effet comme le porte-parole du royaume d’Aragon : sa rhétorique (axée sur l’exagération) et sa démarche historiographique (basée sur l’interprétation) ne cessent de vanter les exploits de l’Aragon et des Aragonais.

14Dans cette conception des origines, exposée au chapitre II de cette troisième partie (« Pensée des origines dans la philosophie vagadienne »), le Sobrarbe est érigé en véritable berceau de l’histoire aragonaise. La première dynastie royale est exaltée et le premier roi officiel de l’Aragon, Ramire, exclusivement présenté comme légitime. Mais il y a plus : Vagad se fait le chantre des libertés aragonaises, non plus comprises comme outil ponctuel d’opposition au roi mais comme affirmation d’une identité spécifiquement aragonaise.

15Toutefois, si le discours de Vagad répond avant tout à une demande précise et circonstanciée des Diputados du royaume en réaction contre la politique « pan-hispanique » de Ferdinand (exposée dans un sous-chapitre sur « Les réformes de Ferdinand II d’Aragon »), il ne s’inscrit pas moins dans un débat beaucoup plus large, qui le porte et le transcende, à savoir une réflexion politique sur les formes de pouvoir (chapitre III : « La Corónica de Vagad : réponse au contexte historique ou débat intellectuel ? »). L’étude de la structure de l’œuvre vagadienne, et plus précisément de la nature et de la fonction de son triple prologue, invite à considérer la doctrine de Vagad comme une réponse à des proclamations castillanes. Vagad prend en effet, dans les deux derniers prologues, le contre-pied des arguments exposés dans la Compendiosa historia hispánica de Rodrigo Sánchez de Arévalo (1405-1470) : il convient dès lors de replacer ce jalon majeur de la production aragonaise sur l’échiquier de la production historiographique péninsulaire.

16À l’issue de ce parcours, le traitement réservé par l’historiographie de la couronne d’Aragon au thème des « origines » permet de verser quelques hypothèses sur les raisons politiques, socioculturelles et idéologiques qui ont porté l’Aragon à « s’écrire » tout au long du xve siècle. Émerge l’idée d’un lien entre cette écriture constamment renouvelée et le rapprochement qui s’opère entre les couronnes d’Aragon et de Castille tout au long de cette période (de l’avènement d’un Trastamare sur le trône d’Aragon en 1412 à l’union personnelle de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille en 1469). Saisissant cette production dans ce qu’elle a d’authentique et d’autochtone, nous espérons avoir apporté quelques éléments de réflexion sur la production historiographique « non castillane » dans la péninsule Ibérique des xive et xve siècles, une production beaucoup plus riche et foisonnante que tout ce que la critique du xxe siècle était jusqu’alors prête à concéder.

Haut de page

Notes

1 Composition du jury : Inés Fernández Ordóñez, Universidad Autónoma de Madrid ; Carlos Heusch, ENS-LSH de Lyon ; Jean-Pierre Jardin, Université de Paris III ; Georges Martin, Université de Paris IV ; Flocel Sabaté i Curull, Universitat de Lleida; Marie-Claire Zimmermann, Université de Paris IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Hirel-Wouts, « Les origines du royaume d’Aragon dans l’historiographie de l’Est péninsulaire (1369-1499) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 277-281.

Référence électronique

Sophie Hirel-Wouts, « Les origines du royaume d’Aragon dans l’historiographie de l’Est péninsulaire (1369-1499) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 16 novembre 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/3166

Haut de page

Auteur

Sophie Hirel-Wouts

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org