Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues

L’écriture de la morale dans le Guzmán de Alfarache. Du galérien-écrivain au lecteur-atalaya

Thèse de doctorat soutenue le 2 octobre 2006 à l’Université de Paris IV (dirigée par Jean-Pierre Étienvre)1
Philippe Rabaté
p. 285-290

Texte intégral

  • 1 Composition du jury : Mercedes Blanco, Université de Lille III  ; Michel Cavillac, Université de Bo (...)

1La thèse que nous avons présentée porte sur l’écriture de la morale dans le Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, texte publié en deux parties, la première en 1599, la seconde en 1604. Si ce grand récit picaresque, peu lu de nos jours, paraît désuet, il n’en a pas été ainsi à l’époque de sa publication. Ce qui peut nous rebuter est précisément ce qui attirait les lecteurs contemporains de Mateo Alemán : l’extrême complexité de sa trame ; la variété de ses formes discursives – sermon, apologue, narration, nouvelle intercalée, pour ne citer que les plus fréquentes. La diversité des thèmes abordés étaient aussi familiers au public de l’époque qu’ils nous sont à présent étrangers. Notre démarche s’est donc attachée à ressaisir l’unité de l’écriture de la morale dans le texte ; par « écriture de la morale », nous désignons un ensemble de pratiques discursives que Mateo Alemán a su, plus encore qu’inventer, nouer et entremêler dans la conception de son œuvre. Aussi – et ce n’est pas l’une des moindres réussites du Guzmán – la réflexion morale est-elle impliquée dans la poétique du texte et ne peut-elle être pensée sans celle-ci. Mais quel est au juste le sens de cette interrogation morale ? Quel tracé opère-t-elle dans le monde des conduites et des usages ?

2Afin de réduire notre champ d’interrogation, nous avons limité l’idée de morale aux trois dimensions qu’expose Michel Foucault dans L’Usage des plaisirs. S’il montre bien la présence et la prégnance d’un code moral commun aux divers individus et institutions d’une société donnée, M. Foucault s’empresse de souligner la diversité des formes de conformité ou de rejet face au code moral déjà en vigueur. Cette attitude de respect ou de déviance face à la norme constitue la seconde acception de l’idée de morale. Toutefois, ces deux dimensions lui semblent insuffisantes : il existe tout un ensemble de procès par lesquels un homme peut se constituer en « sujet moral », autrement dit opérer un apprentissage de la vie qui lui permette de départager ce qui lui convient de ce qui lui est contraire. Guzmán nous semble se confronter aussi bien à l’idée de code moral – il est à cet égard en partie « hors code », marginal – que tenter de trouver, en lui-même, les racines de sa propre conversion, de son propre salut. À cet égard, il se pourrait que le Guzmán de Alfarache comprenne l’énoncé, par l’entremise d’une pseudo-autobiographie fort subtile et vraisemblable, d’une nouvelle conscience individuelle face au monde.

3Aussi, au cours de la première partie de la thèse intitulée « Une poétique novatrice », notre travail tend-il à saisir comme préalable l’originalité de la « poética historia » que nous présente le Guzmán de Alfarache. Il nous faut repenser la trame même du texte, sa « fabrique », autrement dit la façon dont il est écrit et dont il pose un rapport renouvelé au fait même d’écrire et de concevoir fictivement la morale. Pour cela, au lieu de forcer certains traits de l’œuvre afin de l’inscrire dans le cadre d’un genre picaresque, nous avons privilégié des comparants extérieurs à ce genre qui offrent, chacun à leur manière, un contrepoint éclairant sur la nature du récit inventé par Mateo Alemán.

4Ainsi, dans notre premier chapitre (« Le Guzmán de Alfarache de Baltasar Gracián ») nous avons abordé le sort singulier qui est réservé au récit alémanien dans Agudeza y arte de ingenio : si ce dernier est considéré par Baltasar Gracián comme la plus grande épopée écrite par les modernos, autrement dit par ses contemporains, c’est au prix d’une allégorisation du récit picaresque qui n’est recevable que comme atalaya de la vida humana, c’est-à-dire comme un parcours moral exemplaire que le regard expérimenté du narrateur est parvenu à extraire de la diversité de sa propre expérience. Gracián ne s’en tient pas à une vision désincarnée et allégorisée de l’œuvre alémanienne ; il lui restitue toute sa saveur et sa beauté stylistiques à travers l’éloge de plusieurs de ses pages. Cette double lecture, dont on pressent bien le caractère décisif dans le processus d’écriture du Criticón, fut connue, respectée et suivie en partie par Mayans y Siscar dans sa Retórica publiée en 1757.

5Après cette première approche du Guzmán, nous avons voulu étudier dans notre deuxième chapitre (« Le regard d’Ulysse ou la parole du personnage-écrivain »), les traits homériques du récit bâti par Alemán. Si les citations d’Homère ne manquent pas dans ses différentes œuvres, nous avons toutefois souhaité restreindre notre champ à l’étude de trois points plus précis qui nous apparaissent comme décisifs dans la genèse de la « poética historia ». De façon immédiate, le Guzmán, tout comme l’Odyssée, livre à son lecteur un personnage-conteur astucieux qui prolonge, par l’acte de narration, les ruses que son parcours et ses rencontres l’ont contraint à tisser. Cette instance narrative permet d’introduire dans l’œuvre une réflexion subtile sur les notions de vérité et de mensonge sous le signe de ce que l’on pourrait appeler « une éthique pragmatique », autrement dit une morale qui favorise le résultat plus que la conformité des moyens à un ensemble de fins éthiques. Enfin, l’Odyssée et le Guzmán offrent à leurs lecteurs une fausse circularité du récit : en effet, le retour sur la terre natale, qu’il s’agisse d’Ithaque ou de Séville, apparaît comme un faux achèvement de l’œuvre, comme si le cheminement du personnage-conteur ne pouvait se terminer que de manière prospective et incertaine. En retrouvant certaines caractéristiques de l’art du récit homérique de l’Odyssée, Mateo Alemán nous semble inscrire son texte dans une tradition de réflexion sur la littérature et sur les pratiques de l’art de conter. Ce trait, parmi d’autres – il suffit de songer à la réponse à l’apocryphe –, le rapproche du Quichotte.

6La confrontation avec ce grand texte cervantin a été l’objet de notre troisième chapitre (« Pseudo-autobiographie, réversibilité et achèvement poétique ») dans lequel nous avons opéré ce que nous pourrions appeler un « détour cervantin » afin de comprendre la singularité du projet alémanien. Nous avons concentré notre analyse sur l’épisode des galériens (I, 22) et, plus particulièrement, sur le dialogue entre Ginés et don Quichotte. Ces quelques répliques nous offrent, sur le mode ingénieux, une brève formulation de la poétique du Guzmán : elle s’affirme comme un récit véritable de l’expérience vécue, dominé par la conscience de celui qui l’écrit, un galérien qui met à profit son séjour sur les navires de sa majesté ; celui-ci peut en outre choisir les différentes composantes de son récit et le moment de son achèvement. On ne peut éviter de ressentir une certaine méfiance de la part de Cervantès face à ces vastes pouvoirs accordés à la première personne. Ces différents éléments de la poétique de la « vie de gueux » (vida de pícaro) ne semblent pas rendre pleinement compte de la radicale nouveauté du Guzmán. Aussi avons-nous étudié, dans le prolongement des catégories énoncées par Ginés, les différents aspects de la réaffirmation de la poétique alémanienne de la première à la seconde partie. Il nous est alors apparu qu’Alemán n’avait cessé de renforcer les fondements de la vraisemblance de son récit afin de limiter les possibilités d’apparition d’une nouvelle suite apocryphe.

7La seconde partie de notre travail, « Les mots de la morale », expose les résultats de notre étude du tissu verbal et textuel qui forme la pratique de la morale guzmanienne. Trois grands ensembles de l’imaginaire humain et moral de Mateo Alemán sont analysés. En premier lieu, nous nous sommes intéressé à une notion-clef dans notre quatrième chapitre intitulé « Le royaume de la traza ». Ce terme, que l’on peine à traduire en français – expédient, moyen, recours ? – constitue à bien des égards le seuil du monde picaresque tel que nous le présente le protagoniste. La notion de traza connaît en effet un véritable triomphe lexical dans le texte alémanien : abondamment utilisée par l’auteur, elle s’inscrit dans la sphère pratique de la résolution quotidienne de difficultés, et le pauvre se voit condamné à être tracista, selon le proverbe « hombre pobre todo es trazas » qu’Alemán se réapproprie. Dans la Segunda parte du Guzmán de Alfarache, une fois la subsistance du héros assurée, ce mot, de plus en plus présent, en vient à qualifier la conception intellectuelle d’une grande variété d’actes ingénieux (gestes, paroles) aux dépens d’un ennemi. Si la traza est circonscrite à des sens négatifs dans le texte alémanien, il semble cependant que l’on ne puisse renoncer à toutes les valeurs positives et réformistes du terme. À la lumière d’une confrontation avec le traité Amparo de pobres de Cristóbal Pérez de Herrera (1598), on comprend mieux que le texte nous dépeint, dans les trazas relatées, un ensemble de mauvais usages de l’entendement, de l’imagination et de la liberté qui pourraient être renversés en trazas bénéfiques. Une lecture attentive des trazas du texte nous conduit par ailleurs à une interrogation sur le rôle du corps dans le Guzmán de Alfarache, et Alemán nous semble concentrer tout son savoir médical dans la création d’une anatomie et d’une pathologie morales que nous étudions dans le cinquième chapitre, et d’une thérapeutique très cohérente qui forme la trame de notre chapitre VI.

8Dans le chapitre V, « Fragments d’une anatomie morale », nous avons considéré attentivement les éléments anatomo-pathologiques que nous livre le texte avec une très grande régularité à partir de mots comme alterar, cortar, descoyuntar. On découvre ainsi que le mal relève avant tout de l’altération corporelle. Lors de la phase d’apprentissage de Guzmán, le texte nous livre des précisions dignes d’un diagnostic médical sur les douleurs qui frappent principalement le ventre ou l’estomac, en un mot, l’ensemble du système digestif ainsi que toutes les excrétions qui y sont associées. Le texte va progressivement dépasser ces caractérisations d’ordre physiologique pour nous présenter – aussi bien dans la trame générale du récit que dans les nouvelles intercalées – le corps altéré d’autres personnages, tantôt amputés, tantôt suppliciés. Cet ensemble de descriptions pathologiques inscrit dans la chair même du personnage les différents moments de son éducation.

9Le Guzmán ne nous laisse cependant pas dépourvus de remèdes. Le chapitre VI (« La recherche du remède parfait ») s’attache à l’étude de trois termes qui nous conduisent vers une sorte de résolution du désarroi moral du protagoniste. En premier lieu, il nous a fallu étudier un terme aux allures « économiques » et qui prépare l’avènement du remède final, celui de cuenta. Ce terme entre en composition dans de nombreuses lexies, comme celle, désignant l’oralité, de dar cuenta ou celle, réellement délibérative, de hacer la su cuenta. La grande fréquence de cette expression traduit la ferveur d’une quête qui est, précisément, celle d’un remède (remedio). Ce dernier, qui a initialement pour référent des solutions d’ordre pratique inventées par le protagoniste au fil de son parcours, se transfigure en une thériaque (atriaca). Il s’agit, selon la définition de Furetière, d’« un remède composé de quantités de médicaments chauds pour la guérison des maladies froides […] et [employé] généralement contre les poisons et venins ». En le reliant à la notion d’atalaya, Alemán fait de ce terme médical, qui apparaît dès les écrits hippocratiques, le symbole métaphorique de son texte et du cheminement moral de son héros. Au remedio, terme polysémique qui a relativement perdu de sa spécificité sémantique, succède donc, comme solution vitale et comme formule textuelle, la atriaca, lexie qui englobe significations techniques médicales et valeurs vitales métaphoriques.

10Une fois que ces différents mots de la morale ont pris leur place dans notre raisonnement, il nous a fallu revenir sur une sorte de lacune de notre propre discours : on ne pouvait en effet esquiver l’horizon fondamental de toute écriture de la morale qui est de proposer un équilibre possible dans les rapports avec autrui. La forme pseudo-autobiographique limitait-elle ainsi la possibilité d’inscrire des figures secondaires ? Dans quelle mesure le parcours de Guzmán pouvait-il être, comme nous l’annonçait Luis de Valdés dans son éloge de la Segunda parte, « una escuela de fina política, ética y euconómica » ?

11La troisième partie de notre travail, « Figures de l’altérité », expose ainsi quelques hypothèses sur la « philosophie morale » du Guzmán. Le premier chapitre de cet ensemble, « Des amitiés humaines aux savoirs amicaux » (chapitre VII), porte sur la représentation de l’altérité dans le Guzmán de Alfarache. Nous sommes parti d’un passage de la Segunda parte (II, 1) qui énonce l’abandon de la sphère humaine, privée de toute amitié authentique, au profit de la relation au livre. Un tel mouvement nous est apparu comme une invitation à concevoir le Guzmán comme une somme amicale de savoirs. Si l’on applique cette substitution à l’ensemble du livre, on s’aperçoit que les amitiés humaines sont fort décevantes et ne nous offrent le plus souvent que des « doubles dégradés » de Guzmán, selon la formule de Michel Cavillac. Les trois savoirs de la filosofía moral – l’éthique, la politique et l’économie – s’imposent ainsi comme le message que le Guzmán semble vouloir nous transmettre. Par quel artifice assure-t-il la force et le succès de sa pédagogie ? Quelle est alors la fonction du livre ? En quoi prétend-il être le relais de ce que le texte n’a pas pu ou pas voulu faire figurer dans les relations entre les personnages ? En guise de réponse, l’on pourrait avancer que le livre fonctionne comme un miroir, un double du lecteur exposé à des vicissitudes dont ce dernier se sait épargné. Une lecture attentive du texte nous conduit vers une définition plus précise de cette relation entre livre et lecteur.

12Dans notre huitième chapitre, « Présences du lecteur : le souci de l’autre », nous avons étudié le dispositif discursif visant à intégrer le lecteur dans le texte, à lui livrer nombre d’éléments qui lui permettent de se forger une opinion sur ce qu’il lit. L’absence de figures consistantes de l’altérité coexiste avec cette très brillante construction d’un lecteur inscrit dans le texte. On ne peut nier la variété d’adresses et d’interpellations que recouvre l’emploi omniprésent d’un  ; ce qui a retenu notre attention est la permanence d’un phénomène interlocutif que l’on ne retrouve guère que dans les textes spirituels ou religieux. Il est certain que la constitution de ce lecteur consubstantiel au texte confère au Guzmán de Alfarache sa dimension éthique et atalayiste ; il s’agit d’opérer, grâce à ce procédé, une transfiguration de tout homme en atalaya afin qu’il découvre, par la lecture, le sens de l’expérience morale de Guzmán. Selon cette perspective humaniste, chaque lecteur doit donc se réapproprier l’usage de ses sens et de la clarté de son entendement (claro entendimiento). Cette connaissance de soi débouche sur une possible universalisation du discours et des conduites du galérien.

13Dans le chapitre IX, « D’une atalaya l’autre », nous abordons, à partir d’une étude de plusieurs formes de communautés, le rapport entre individu et groupe. Nous avons eu recours à quelques figures communautaires que nous avons sciemment traitées de manière identique pour les mettre en correspondance : la société des gueux à Rome, les communautés domestiques que forment la maison du cardinal et la demeure de l’ambassadeur français, les communautés familiales, la galère, théâtre du dénouement de l’œuvre et, enfin, la représentation élogieuse de la ville de Florence. Si l’on étudie chacun de ces exemples pour les mettre en relation, il apparaît que le texte alémanien interroge avec une grande subtilité l’origine et la nature de la liberté, de l’obéissance, de la subordination et de tout un ensemble d’affects sociaux qui placent les individus dans des relations de hiérarchie, de pouvoir, de dépendance. En ce sens, le Guzmán ne participe-t-il pas de ce vaste mouvement de pensées et de pratiques qui entendent conquérir un nouveau territoire pour la notion de política ? Aussi, face à un texte dans lequel, selon son auteur même, certaines idées ont été à moitié exprimées, nous reste-t-il d’autres possibilités que de créer, par l’interprétation, un vaste réseau de similitudes ? La diversité des situations de pouvoir évoquées ne vise-t-elle pas à nous conduire vers le dénouement de l’œuvre ? Nombre d’éléments du texte nous incitent ainsi à penser que Guzmán demeurera sur la galère en homme libre – « como libre » – mais que le pouvoir royal ne lui accordera pas la libération escomptée ; une telle interprétation ferait in fine de la fiction pseudo-autobiographique créée par Mateo Alemán à la fois une parabole sur le devenir de la classe bourgeoise et marchande dans l’Espagne de Philippe II, et une critique des insuffisances de la « Monarchie Catholique ».

14Au terme de notre enquête, nous ne pouvons qu’affirmer la singularité du Guzmán de Alfarache ; la cohérence de l’expression à la première personne, la variété des situations romanesques, l’équilibre entre burlas et veras, l’intégration subtile de nombreux lieux communs qui atteignent par là même une nouvelle vie, donnent au récit de Guzmán une portée exceptionnelle. Fruit d’un savoir humaniste global, le récit alémanien a toutefois longtemps été considéré comme un des premiers textes des lettres espagnoles dans lequel s’exprime un fort désenchantement (desengaño). Il nous apparaît que, plus qu’une vision pessimiste, le Guzmán de Alfarache multiplie les ambiguïtés et équivocités afin de favoriser une lecture active : ne serait-ce pas le propre d’une écriture de la morale que de favoriser l’autonomie du jugement de celui qui la lit ? Par les multiples réflexions qu’il suscite chez son lecteur, par l’état d’incertitude dans lequel il le plonge, le récit alémanien offre un nouveau terrain aussi bien à l’écriture qu’à la morale.

Haut de page

Notes

1 Composition du jury : Mercedes Blanco, Université de Lille III  ; Michel Cavillac, Université de Bordeaux III; Anthony Close, University of Cambridge ; Jean-Pierre Étienvre, Université de Paris IV; José María Micó, Universitat Pompeu Fabra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Rabaté, « L’écriture de la morale dans le Guzmán de Alfarache. Du galérien-écrivain au lecteur-atalaya », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 285-290.

Référence électronique

Philippe Rabaté, « L’écriture de la morale dans le Guzmán de Alfarache. Du galérien-écrivain au lecteur-atalaya », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 16 novembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/3170

Haut de page

Auteur

Philippe Rabaté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org