Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d'archéologie

Les ateliers de potiers de Foz-Calanda (Teruel) aux iie-ier siècles avant notre ère

Alexis Gorgues et José Antonio Benavente Serrano
p. 295-312

Notes de l’auteur

Avec la collaboration de Jean-Marc Fabre et Justine Robert (UTAH-UMR 5608, Toulouse), Franck Galtier (Archéologue, Toulouse) et David Pérez Gil (Archéologue, Madrid)

Texte intégral

  • 1 Qu’il nous soit ici permis de rendre hommage aux travaux de cette archéologue, que nous tenons à re (...)
  • 2 Ce matériel est conservé au Museo Provincial de Teruel.

1Les ateliers de potiers de Foz-Calanda (Teruel) étaient implantés dans les terrasses basses de l’étroite vallée du Guadalopillo, un cours d’eau au maigre débit, affluent du Guadalope, qui court le long de la limite ouest des Montes de Foz-Calanda, une chaîne de collines peu élevée qui marque les premiers contreforts du Sistema Ibérico. Dans un milieu méditerranéen très sec, cette vallée située au sud de l’Èbre, à un peu plus de 20 km au sud-ouest d’Alcañiz (fig. 1, p. 296), est actuellement mise en valeur d’un point de vue agricole par un système d’irrigation qui a de nombreuses destructions de vestiges archéologiques : les terrasses, taillées au bulldozer et non maintenues par des murs, sont périodiquement rectifiées, tandis que le sédiment des zones plates est partiellement entassé en périphérie des parcelles afin d’y maintenir l’eau que l’on y lâche dans le but de noyer les terres. Ces pratiques agraires sont à l’origine de la découverte du site au début des années 1980, quand deux fours distants d’environ 300 m furent détectés et fouillés par une équipe dirigée par Montserrat Martínez, du Seminario de Arqueología y Etnología Turolense1. Le matériel livré d’une part par le comblement du four et d’autre part par la fouille de zones de rejets périphériques (les testares), montra que ces structures avaient été actives entre le ier siècle av. J.-C. et le ier siècle ap. J.-C.2.

Fig. 1. – Localisation de Foz-Calanda et des principaux sites connus vers 100 / 50 av. J.-C. dans la basse vallée de l’Èbre

Fig. 1. – Localisation de Foz-Calanda et des principaux sites connus vers 100 / 50 av. J.-C. dans la basse vallée de l’Èbre

(fond de carte : P. Moret).

  • 3 Moretet al.,2006.
  • 4 Benavente Serranoet al.,2004.
  • 5 Ces fouilles bénéficient du soutien matériel du Gobierno de Aragón, de la Casa de Velázquez, du Min (...)

2Cette période située entre la fin de l’époque républicaine et le début du Haut Empire, au cours de laquelle les populations locales furent soumises à l’implantation et au renforcement des structures provinciales romaines, retient depuis plusieurs années l’attention d’une équipe hispano-française coordonnée par J. A. Benavente et P. Moret. C’est à la fois l’époque où fut occupé le site de Torre Cremada à Valdeltormo, fouillé entre 1995 et 20003, et où l’on enregistre de profondes mutations sur le site d’El Palao à Alcañiz (Teruel), où des fouilles sont en cours depuis 20034. Dans le cadre de ce projet, une problématique axée sur la structure de l’économie de production indigène et son évolution au contact du monde romain a débouché en 2005 sur la reprise des fouilles des ateliers de Foz-Calanda, en commençant par celle du plus ancien des deux sites de production découverts, celui de Mas de Moreno. Plutôt que de se concentrer exclusivement sur les données strictement technologiques, et donc sur la fouille des fours, on a choisi d’étudier la chaîne opératoire dans sa totalité. À ce jour, seule une partie du site a pu être fouillée, en raison de la configuration des parcelles. C’est le bilan de ces premiers travaux que nous présentons ici5. Nous décrirons tout d’abord brièvement l’organisation globale du site, pour ensuite examiner la structure et la nature des activités productives. Enfin, nous reviendrons sur les fours pour en effectuer une rapide analyse technologique.

L’atelier : topographie et organisation

3L’atelier s’est développé de part et d’autre d’une terrasse naturelle d’orientation est-ouest (fig. 2). Ses limites sont mal connues, tant l’environnement du site a été perturbé, à l’ouest par la construction d’un édifice moderne en pisé aujourd’hui en ruine, au nord, à l’est et au sud-est par des travaux de terrassement agricoles. Il est vraisemblable qu’un dépotoir de céramique fouillé par Montserrat Martínez à environ trois mètres à l’ouest de l’édifice en ruine, constitue la limite occidentale de l’atelier, car les prospections n’ont pas permis de découvrir de vestiges plus loin dans cette direction. À l’est, deux fours ont été découverts accidentellement au cours de travaux agricoles récents. Ils n’ont pas encore été fouillés et le contexte dans lequel ils s’inscrivent reste inconnu. On ignore donc s’ils constituaient une extension vers l’est de l’atelier en cours de fouille, s’ils appartenaient à un autre atelier voisin ou s’ils remontent à une époque différente. Les champs qui s’étendent en contrebas de la terrasse, côté sud, n’ont pas été fouillés. On constate que le long du talus, une bande de terrain d’environ 20 m de large présente en surface des vestiges archéologiques, principalement des fragments de céramiques. Au sud-est, la parcelle a été excavée jusqu’au sédiment stérile ; une grande partie des niveaux archéologiques semble avoir été détruite à cette occasion. Des tessons sont présents partout dans les tas de déblai, mais peuvent avoir été déplacés. Au nord du talus, les prospections n’ont pas permis de découvrir de traces d’activités au-delà de l’emprise de la fouille : le terrain y a été fortement entamé par les activités agricoles. Néanmoins, la présence de structures en creux n’est pas à écarter. Ainsi, on peut estimer que le développement est-ouest de l’atelier s’est fait sur une distance comprise entre 50 et 60 m, selon que l’on y intègre ou non les deux fours encore non fouillés. Son développement nord-sud couvre approximativement 30 m de part et d’autre du talus. La superficie totale de l’atelier peut être évaluée à environ 1 500 m2, sur lesquels 450 m2 ont fait l’objet d’une fouille systématique. Les 187,5 m2 occupés par l’édifice en ruine sont inaccessibles et il n’est d’ailleurs pas sûr que des niveaux antiques y subsistent.

Fig. 2. – Plan de l’atelier de potiers de Mas de Moreno (Foz-Calanda), centré sur l’aire de fouille.

Fig. 2. – Plan de l’atelier de potiers de Mas de Moreno (Foz-Calanda), centré sur l’aire de fouille.

Topographie de l’implantation artisanale

4La configuration du micro-relief semble avoir joué un rôle essentiel dans l’implantation de l’atelier. En effet, la terrasse naturelle (la première au-dessus du lit du cours d’eau, à 40 m au nord de celui-ci), entaillée dans le substrat naturel de marne et présentant un dénivelé d’environ 1,50 m, a servi d’axe directeur dans son développement. Il est possible qu’au moins dans un premier temps elle ait séparé topographiquement les activités préalables à la cuisson de celles qui lui sont postérieures. On a en effet trouvé dans les parcelles basses, situées entre le talus et la rivière, un bloc de grès travaillé (fig. 3). Il a été brisé en deux mais devait avoir à l’origine une forme presque tronconique. Sa face la plus grande est très lisse dans sa partie centrale, visiblement usée par un frottement régulier. Au centre se trouve une dépression dont le diamètre originel devait être de 8 cm. La moitié conservée laisse penser que le diamètre du plan supérieur du bloc devait être d’environ 25 cm, et celui de la partie inférieure, moins bien travaillée, de 16 cm. Sa hauteur était d’environ 10 cm. Il s’agissait vraisemblablement de la base d’un tour de potier : fichée dans le sol, elle maintenait l’axe du tour qui était fixé dans sa dépression centrale. Le frottement de la roue doit être la cause de l’usure de la surface du bloc. En plus du tournage des vases, la proximité de la rivière permet de supposer que c’est dans cette zone que l’on procédait au traitement des argiles, à leur décantation ou à leur pourrissage, deux activités qui se font en milieu humide. Le traitement des argiles (dont l’origine précise est inconnue : était-elle extraite à proximité de la rivière ou dans les vastes bancs d’argile sédimentaire surplombant l’atelier ?) et la mise en forme des vases pouvaient donc se faire dans la partie inférieure de l’atelier.

Fig. 3. – Fragment de la base d’un tour en pierre découvert dans les parcelles au pied du talus (face supérieure et coupe).

Fig. 3. – Fragment de la base d’un tour en pierre découvert dans les parcelles au pied du talus (face supérieure et coupe).

La trame indique la partie non lissée de la pierre.

5Le « four 1 », identifié et fouillé par Montserrat Martínez au début des années 1980, est situé au sud-ouest de l’emprise de la fouille (fig. 4). Il marque en quelque sorte la transition entre la zone située au pied du talus et celle située au-dessus. Il a été excavé dans la marne naturelle, perpendiculairement à l’orientation de la terrasse. Son alandier est situé au niveau bas, alors que son laboratoire s’ouvrait au niveau haut. Lorsqu’on a bâti ce four, on a donc exploité les possibilités offertes par le relief naturel afin de travailler sur deux niveaux. Son plan est vaguement rectangulaire. De l’extrémité conservée de l’alandier au fond de la chambre de combustion, il mesure un peu plus de 3 m de long. Sa largeur maximale est un peu supérieure à 1,20 m. La chambre de combustion est divisée par un mur axial long de 2,5 m et large de 0,35 m. La superficie de la sole est donc d’approximativement 3 m2. L’environnement de ce four est mal connu. En effet, au cours des premières fouilles, la marne grise, très friable, dans laquelle il est creusé a été confondue avec de la cendre stérile. L’extérieur du four a de ce fait été décaissé le long des parois, solidifiées par l’action du feu. Les fouilles récentes ont permis d’identifier, au nord de ce four, une aire de travail ainsi qu’une structure en matériaux périssables, dont il ne reste que des traces.

Fig. 4. – a. Plan du four 1 de Mas de Moreno ; b. – Volumétrie axiale vue du sud ; c. – Détail d’un des conduits, vue de l’est

Fig. 4. – a. Plan du four 1 de Mas de Moreno ; b. – Volumétrie axiale vue du sud ; c. – Détail d’un des conduits, vue de l’est

(cliché : M. Martínez).

6Le deuxième four (« four 2 »), situé au nord-est de l’atelier et identifié en 2005, est beaucoup plus grand (fig. 5). Originellement, il devait avoir un plan sub-circulaire. Son diamètre est d’environ 4,5 m. La superficie de la sole avoisine donc les 16 m2. On ne sait rien de la chambre de combustion, qui n’a pas encore été fouillée, si ce n’est qu’elle était elle aussi divisée par un mur axial qui servait à soutenir la sole. L’alandier semble avoir été situé au nord-ouest, c’est-à-dire de l’autre côté du talus. Cependant, ce point n’a pu encore être vérifié : à cet endroit le four a été coupé en 2006 – après la première campagne de fouille – par une tranchée d’irrigation, et il n’a pas encore été possible d’étendre les recherches au nord de cette tranchée. Si la suite de la fouille permet de vérifier cette hypothèse, cela signifierait que l’accès à l’alandier se faisait par une fosse. Une autre possibilité reste à envisager. Au sud-ouest du four, une zone d’adobes rubéfiés a été détectée. Il pourrait s’agir de la couverture d’un alandier, qui s’ouvrirait dans le front du talus à l’instar de celui du four 1. Mais cette hypothèse se heurte à deux difficultés : la première est l’éloignement du front de la terrasse, aujourd’hui situé à plus de 7 m au sud. On peut cependant supposer que des modifications anthropiques du relief ont pu intervenir après l’abandon de l’atelier ; cette question nécessitera, pour être éclaircie, des travaux de longue haleine, et rien ne permet aujourd’hui de conclure sur ce point. L’autre difficulté est que l’on ne connaît qu’un seul alandier possible, et que celui-ci ne donnerait que sur la moitié ouest de la chambre de combustion, une configuration hautement improbable ; on imaginerait plus volontiers un double alandier ou un alandier unique situé dans l’axe du mur central.

Fig. 5. – Plan du four 2 de Mas de Moreno.

Fig. 5. – Plan du four 2 de Mas de Moreno.
  • 6 On donne souvent à ces productions une chronologie équivalente à celles du prototype qu’elles copie (...)

7Au nord du four 1 et à l’ouest du four 2, on a identifié dans la marne les traces d’un édifice en bois (fig. 6). Elles se répartissent sur 17,5 m de long et 5 m de large. L’édifice couvre donc une surface d’au moins 87,5 m2 mais, à l’ouest, ses vestiges se perdent sous les limites de la fouille. Des traces, qui évoquent des poteaux rectangulaires, s’organisent en trois alignements parallèles et il est possible que d’autres alignements puissent être identifiés dans la zone non fouillée, au nord. L’édifice était peut-être bien plus étendu qu’il n’apparaît aujourd’hui. Dans l’alignement central, quatorze traces sont orientées perpendiculairement à l’axe de l’édifice. Les deux alignements latéraux, au nord et au sud, présentent chacun au moins neuf traces orientées dans l’axe de l’édifice. Seule une d’entre elles a été fouillée. Elle est peu profonde, d’environ 12 cm seulement. Cette particularité ainsi que la proximité entre les différents éléments de bois semblent démontrer que tous n’étaient pas des éléments porteurs d’une charpente. Il semble plutôt s’agir de la base d’une structure suspendue, ménageant un vide sanitaire entre le plancher supposé et le sol. Immédiatement au sud de ce bâtiment, une jarre était fichée dans le sol. Elle fut découverte remplie d’éléments en terre cuite d’opus reticulatum, qui couvraient une assiette imitée de la forme 5 de la campanienne B. Ce comblement ne semble pas refléter l’usage normal de la jarre, qui devait servir à stocker des liquides.

8Des éléments en bois de morphologie similaire ont servi à bâtir une palissade limitant au sud la zone de travail située au-dessus du talus (fig. 7). Sept cavités comparables à celles de l’alignement central du bâtiment ont été identifiées. Elles sont nettement plus marquées avec une profondeur moyenne de 20 cm. Leur face sud est unie par une dépression linéaire, vraisemblablement l’empreinte d’une planche. L’ensemble peut être interprété sans difficulté comme une robuste palissade constituée de planches fixées sur d’épais poteaux de bois. À son extrémité est, cette palissade forme un angle obtus avec un mur de pierre, très mal bâti, probablement un mauvais mur de contention plutôt qu’une structure dotée d’une élévation. Sa limite ouest n’est pas connue : elle était dans l’emprise des fouilles anciennes. La partie de la terrasse délimitée au nord par la palissade et à l’est par le muret a servi au rejet des déchets de production, tessons et fragments de parois de four. Ce dépotoir, stratifié, est fouillé méticuleusement afin d’obtenir une séquence reflétant l’évolution des productions de l’atelier. C’est à 12 m à l’est du muret de pierres, dans le front du talus, que s’ouvre le premier des deux fours découverts en 2006 lors de travaux agricoles ; le deuxième se trouvant 3 m plus loin. Nous ne savons pour l’instant rien sur ces structures, mis à part leur fonction et leur localisation.

Fig. 6. – Traces de poteaux de l’édifice en bois, vue de l’est.

Fig. 6. – Traces de poteaux de l’édifice en bois, vue de l’est.

Le four 2 est visible dans le prolongement, à l’arrière-plan (cliché : A. Gorgues).

Fig. 7. – Traces en négatif de la palissade qui bordait le sommet du talus.

Fig. 7. – Traces en négatif de la palissade qui bordait le sommet du talus.

Au premier plan, zone de rejet des déchets de production (cliché : A. Gorgues).

Une morphologie évolutive

9L’impression globale est donc celle d’un atelier densément occupé et très structuré, où la chaîne opératoire de la céramique paraît rationalisée et répartie en fonction des possibilités offertes par le milieu. Les déchets sont regroupés et contenus dans un espace précis, impropre au développement de l’activité productive. Un grand bâtiment en bois sert d’épine dorsale à l’ensemble.

10Une telle restitution doit cependant être relativisée. En effet, il est vraisemblable que l’atelier ne se soit structuré que progressivement. Comme toujours, lorsqu’il s’agit de mettre en relation entre elles des structures en creux qui ne sont pas unies par une séquence stratigraphique ininterrompue, établir une chronologie relative des divers éléments est difficile. L’essentiel des observations utiles ont été faites dans les zones de rejets. Celles-ci semblent en usage dès l’origine de l’atelier. En plus du pendage naturel du talus, très fort, elles présentent une inclinaison plus faible de l’est vers l’ouest. Les couches les plus anciennes identifiées se trouvent au pied du talus, à l’extrémité est de la zone de déchets. Il semble vraisemblable, du fait de l’orientation des couches de dépotoir et de leur proximité avec le four 1, que les premiers rejets soient liés à l’activité de cette structure. Or, la palissade qui limite cette zone au nord ne fut mise en place que dans un deuxième temps : le creusement des trous de poteaux coupe des niveaux de rejets, qui s’étaient donc déjà accumulés à cette époque. Quant au muret, il n’est mis en place que dans les tout derniers moments de l’activité de l’atelier.

11Il est toujours risqué de dater une structure par sa technique de construction, mais il est évident que l’édifice en bois est bâti selon les mêmes procédés que la palissade. Il est donc très probable que ces deux éléments aient été ajoutés au cours d’une même opération de restructuration de la zone. Il en va de même pour le four 2 : il est situé dans le prolongement de l’édifice en bois, et les deux structures semblent à bien des égards complémentaires.

12Il est encore difficile de proposer une datation précise pour les structures identifiées, et plus encore pour les deux phases que nous venons de distinguer : le mobilier découvert provient quasi-exclusivement de l’atelier lui-même, ce qui ne favorise pas les recoupements entre importations et productions locales qui permettent d’établir une datation archéologique. L’activité de l’atelier semble s’interrompre entre -50 et -30 : on a trouvé, dans le comblement des deux fours, des fragments d’amphores « Tarraconaise 1 », attribuables à cette époque, et des imitations d’assiettes de forme 5 de la campanienne B6 ont été identifiées tant dans la jarre attenante à l’édifice que dans les niveaux de rejet les plus récents. Elle débute dans le courant du iie siècle av. J.-C. (les formes de la fin de l’Ibérique Moyen sont absentes, au contraire de celles de l’Ibérique Récent) sans que l’on puisse être pour l’instant plus précis.

L’organisation des activités productives

13Deux phases peuvent donc être distinguées : l’une au cours de laquelle l’activité est concentrée autour du four 1 ; l’autre au cours de laquelle l’axe de gravité de l’atelier glisse vers le nord et est constitué par un grand édifice de bois. Cette évolution peut être liée à un certain nombre de changements radicaux dans la logique globale de la production.

L’évolution de la chaîne opératoire

  • 7 Comparable à celle d’autres fours de tradition indigène, parmi lesquels celui de Fontscaldes (Tarra (...)

14Dans un premier temps, la production est concentrée autour d’une structure de taille modeste7, le four 1. Il ne semble pas que l’atelier ait, à cette époque, présenté de divisions internes. Il est probable que la préparation de l’argile et le tournage des vases se faisaient entre le talus et la rivière. Les vases, souvent peints, étaient chargés une fois séchés au niveau supérieur de la terrasse. Cet étagement du plan de travail permettait un accès plus facile à la charge à cuire, qui pouvait de plus être disposée afin d’optimiser le rendement du four. Une fois la couverture construite, la cuisson était menée depuis le niveau inférieur. On devait entreposer le combustible à proximité de l’alandier. Du fait de la disposition du four en terrasse, l’accès à la zone foyère devait être commode. Une fois le four refroidi, la couverture était démontée, la charge à cuire défournée. On triait alors les vases imparfaits, mal cuits ou déformés. Les vases déformés mais utilisables semblent avoir été cassés volontairement afin de les rendre impossibles à récupérer : de nombreux pieds annulaires de coupes ont ainsi été percés par une percussion volontaire. Les tessons de ces vases, mêlés à ceux des vases brisés accidentellement au cours de la cuisson ou du défournement, étaient évacués dans le flanc du talus, surtout à l’est du four. On a trouvé des tessons aplatis sur le sol de la zone de travail située au nord du four, mais il semble qu’ils appartenaient à des vases entiers, fonctionnels, qui se trouvaient là. Puis les vases devaient être entreposés en attendant leur diffusion. Deux activités restent mal localisées : le séchage des vases, et, pour une bonne partie d’entre eux, leur décoration par l’application d’une peinture rouge. Ces deux activités peuvent être localisées dans la partie haute de l’atelier, au moins à titre hypothétique : les niveaux percés par la palissade ont livré beaucoup de particules d’oxyde de fer, apparemment de l’hématite, qui pouvait servir de base pour la préparation de la peinture. Il est vraisemblable que le séchage se faisait à proximité : la peinture intervient en effet à la fin de la phase de séchage. On peut toutefois supposer que les vases étaient déplacés après leur séchage, ou bien que l’on ne faisait que préparer la peinture dans la partie haute et qu’elle était appliquée à un autre endroit.

  • 8 Pour la Citérieure, voir par exemple le four de plan rectangulaire, mais de superficie comparable, (...)

15Dans un deuxième temps, la production s’appuie en outre sur un four de taille importante, le four 2, comparable par sa superficie aux fours à amphores contemporains, de Citérieure comme d’Ultérieure8. Ce four sert apparemment surtout à la cuisson de jarres de stockage de type indigène, les jarres dites « de type Ilturatin », qui tirent leur nom de la transcription de la marque ibère apposée sur deux exemplaires trouvés à Azaila. La taille de ce four montre que la capacité de production de l’atelier s’accroît considérablement lorsqu’il est bâti ; accroissement qui se répercute à d’autres échelons de la chaîne opératoire. L’édifice en bois, dont on a déjà dit qu’il devait posséder un plancher suspendu, peut être interprété comme une zone de travail fortement structurée. La jarre attenante servait peut-être de réserve d’eau, un dispositif fréquent à proximité des lieux de tournage. Une partie de la surface pouvait, de plus, être consacrée au séchage des vases, dans un milieu assaini grâce au vide sanitaire.

16Ainsi, sur la superficie utile de l’édifice, deux activités se seraient déployées : la mise en forme et le séchage. À l’extrémité de la plate-forme, la cuisson, l’étape suivante, se déroulait dans le four. Le développement de l’ensemble four 2 / bâtiment en bois semble donc correspondre à une double évolution : accroissement de la capacité de production et rationalisation de la chaîne opératoire, organisée en fonction d’une succession linéaire des activités. Au même moment, l’ensemble est divisé par une palissade, qui semble délimiter l’espace lié au four 2 de celui lié au four 1. Il est difficile de dire si ces deux structures étaient fonctionnelles au sein d’un même atelier, ou s’il s’agissait de deux ateliers différents. Cependant, les deux fours semblent tant liés au sein d’un ensemble organique qu’il est probable que la première hypothèse soit la bonne.

Nouvelle chaîne opératoire, nouveaux produits, nouvelles pratiques de production

  • 9 Gorgues dans Moretet al.,2006, pp. 199-211.
  • 10 Perales García, Picazo Millán et Sancho, 1983-1984.
  • 11 En dernier lieu : Le Meaux, 2004.

17La rationalisation de la chaîne opératoire et l’accroissement de la capacité de production de l’atelier s’accompagnent d’un certain nombre d’évolutions dont la principale concerne le répertoire morphologique des céramiques produites. Au cours de la première phase de fonctionnement, il s’agit pour l’essentiel de vaisselle ibérique de production régionale, telle qu’on la retrouve sur les sites proches de Torre Cremada (Valdeltormo)9, d’El Palao et de Tiro de Cañón (Alcañiz)10, sans que l’on ait pu pour l’instant identifier de vases portant des décors figurés comparables à ceux que l’on connaît au Cabezo de la Guardia de Alcorisa ou au Cabezo de Alcalá de Azaila11, sans doute produits en séries très limitées. Il s’agit donc, pour l’essentiel, d’une production de céramiques fines de vaisselle ou de petit stockage.

18L’adjonction du grand four circulaire marque un changement dans l’orientation dominante de la production : de grands récipients de stockage et de transport sont dorénavant produits. La fabrication de vaisselle peinte ne s’interrompt pas pour autant. Il est vraisemblable que le four 1 ait continué à servir à cet usage : sa superficie ne permet pas l’enfournement de plus de vingt-cinq amphores au premier niveau (en admettant un diamètre maximal de 30 cm par amphore), et un second niveau dans la charge à cuire, pour ces récipients très hauts (environ 1 m), paraît difficile à imaginer : le four serait alors plus haut que large. À titre de comparaison, le four 2 permet de mettre en place, sur le seul niveau de la sole, plus de cent-soixante amphores, et sa forme circulaire permet d’imaginer au moins quatre niveaux dans l’enfournement, avec une charge à cuire de forme tronconique. En tout, on peut estimer qu’entre quatre cents et cinq cents amphores pouvaient y être cuites en une seule fois.

19Si on connaît mal l’environnement originel du four 1, le four 2 a livré de nombreux fragments d’amphores et de jarres de stockage indigènes. La construction du four 2 marque donc sans doute le début d’une spécialisation des activités au sein de l’atelier. Au cours de la première phase, il est probable que le four 1 ait servi à la cuisson de vases de stockage, même si ces récipients devaient occuper, en nombre d’individus, une place très secondaire. Le four 2, dont la construction marque le développement de la deuxième phase, est en revanche une structure spécifiquement conçue pour la cuisson de récipients de grande capacité, ce qui démontre une forte intensification de la production de ce type de conteneurs.

20Cette intensification devait se retrouver à divers niveaux. Tout d’abord, elle doit répercuter un accroissement de la production agricole, secteur dont proviennent les denrées conditionnées dans les récipients produits au Mas de Moreno. Ensuite, elle suppose une extraction plus intensive d’argile, des activités de tournage plus soutenues, peut-être avec des postes de travail démultipliés, un impact environnemental vraisemblablement plus marqué du fait de la plus grande quantité de combustible nécessaire. Plus d’argile, de tournage, de bois à couper : la main-d’œuvre requise par l’atelier a donc dû s’accroître. Cet accroissement nécessitait un contrôle plus strict des moyens de production de la part des propriétaires. Ce contrôle s’exerçait entre autres grâce au timbrage des pièces.

  • 12 Untermann, 1990, F. 20. 2, B-6(Balkenius) et B-11a (Balketas).

21Trois marques épigraphiques (fig. 8) ont été mises au jour sur ce site qui, rappelons-le, n’est fouillé que depuis deux ans, et alors que l’espace consacré à la production des grands récipients n’a été que décapé. Deux d’entre elles sont indiscutablement liées à l’activité du four 2. La première est une marque en écriture ibérique, découverte sur un bord de jarre de type Ilturatin (fig. 8, 1). Elle a été découverte dans le comblement de la tranchée d’irrigation qui coupe le four 2. Or, nous savons que ce comblement s’est fait à partir de la terre arrachée à la tranchée et rejetée à proximité. Cette marque, cassée à droite, porte le texte BaLKeI[. Balke- est un élément d’anthroponyme connu, notamment sur le plomb de Yátova12. La deuxième marque est un timbre en latin (fig. 8, 2), apposé sur une amphore, portant le texte ACINI, visiblement l’abréviation d’un gentilice latin Acinius. La troisième marque a été trouvée dans les couches les plus superficielles du dépotoir, sur un fragment de céramique commune (fig. 8, 3). Elle est très lacunaire, interrompue de part et d’autre. L’identification des trois caractères visibles ne pose cependant pas de problème. L’orientation de la haste gauche du premier caractère, celui dont la lecture est la plus discutable, laisse penser qu’il s’agit d’un Ś : l’inscription se lit donc vraisemblablement ]ŚATi[.

Fig. 8. – Relevé des timbres découverts sur le site de Mas de Moreno.

Fig. 8. – Relevé des timbres découverts sur le site de Mas de Moreno.

1. –  Sur le bord d’une jarre de type Ilturatin en céramique commune ibérique ; 2. – Sur amphore de Tarraconaise ; 3. – Sur jarre en céramique commune ibérique.

  • 13 Aguarod Otal, 1991, pp. 126-128.
  • 14 Gorgues, 2005, pp. 431-433.
  • 15 Pedroni, 2000, pp. 350-351.
  • 16 Pascual i Guasch, 1991, p. 21, no 2-1.
  • 17 Ibid., p. 50, nos 60-1 et 60-2.
  • 18 Foerster Laures, Pascual Gasch et Barberá Farras, 1987, pp. 86-89 et 98.

22On ne sait pas quand émerge l’usage de l’épigraphie sur le site, si par exemple elle était utilisée au cours de la première phase de fonctionnement. Cependant, il est certain que l’usage du latin se développe en même temps que la production de céramiques de tradition italique, comme c’est le cas sur les fameux mortiers de type Azaila à timbre bilingue13. Les trois exemplaires connus portent chacun deux estampilles, l’une en latin, l’autre en ibère. À Caminreal et à La Corona, le texte latin est Fl. Atili. L.S. et le texte ibérique Bilaceaiunatin/en.Abiner. Le troisième exemplaire provient d’Azaila. Le sceau latin porte l’inscription Protem/us Fecit et le sceau en ibère Baborote/nbotenin. Ces mortiers sont en général datés de l’époque sertorienne, du fait de leur présence sur des sites censés avoir été détruits à ce moment. Nous avons dit ailleurs pourquoi il nous semble nécessaire de réviser ces datations, pour nous plus proches des années -50 / -4014. À ceci s’ajoute le fait qu’un élément propre à ces mortiers incite à les dater, en dehors de toute considération liée au contexte, des deux dernières décennies de la République. En effet, tous ces timbres, latins comme ibériques, sont placés in planta pedis. Or, ce type de marquage ne se retrouve jamais ailleurs avant les années -50. En Italie, ces timbres semblent apparaître sur les productions les plus tardives de céramiques à vernis noir, datables après -4015. En Hispania, les attestations les plus précoces sont des timbres sur Léétaniennes 1 et « Pascual 1 » : on pourrait citer comme exemple les timbres ABDA rétrograde16 et CN. LENTUL AUGURI17. Le site le plus ancien ayant livré ce type de document semble être l’épave de Palamós18, datable entre -50 et -40. Il est donc probable que les timbres in planta pedis aragonais s’inscrivent dans la mouvance générale de l’épigraphie de la production et qu’ils remontent à ces années juste postérieures à -50, et que le timbre latin de Foz-Calanda soit de chronologie proche, peut-être immédiatement postérieur.

23Le processus qui apparaît ainsi clairement au Mas de Moreno peut être résumé dans la séquence suivante :

  • accroissement de la capacité agricole ;

  • accroissement de la capacité de production des ateliers ;

  • [développement d’une épigraphie de la production indigène ?] ;

  • développement d’une production céramique de tradition italique ;

  • développement d’une épigraphie de la production de tradition latine.

24Le moment d’émergence de l’épigraphie ibérique ne peut encore être déterminé avec certitude, c’est pourquoi nous l’avons mentionné entre crochets ; il est également possible qu’épigraphie latine et ibérique soient contemporaines, et qu’elles fassent référence à deux intervenants différents dans le processus de production. Quoi qu’il en soit, il apparaît clairement que l’émergence des nouvelles techniques productives coïncide avec l’entrée de l’atelier dans le cercle productif de tradition italique. Le lieu est le même, peut-être les artisans sont-ils les mêmes, mais ceux qui bénéficient in fine de l’activité de l’atelier sont sans doute de nouveaux arrivants.

25L’évolution de l’atelier est marquée par l’introduction d’un nouveau four de morphologie différente. S’agissait-il seulement d’accroître la capacité de l’atelier ou plutôt d’introduire un élément de technologie nouvelle ?

Les fours : quelques considérations sur leur technique de construction et sur leur technologie

26Les deux fours ne sont pas encore connus de la même façon : alors que le four 1 a été fouillé il y a déjà plus de vingt ans, le four 2, inédit, n’a encore été que décapé. Dans le premier cas, on connaît la morphologie de la chambre de combustion et la position de l’alandier, deux éléments que l’on ignore dans le second cas. Cependant, quelques éléments peuvent être soulignés – au-delà des critères de taille – qui tendent à démontrer que les deux fours avaient un fonctionnement différent.

Le four 1: une structure complexe

  • 19 Cuomo di Caprio, 1978-1979.

27En plan, la structure sub-rectangulaire et à muret central peut être assimilée au type IIb de Cuomo di Caprio19. L’essentiel des particularités du four 1 tient à la forme de sa chambre de combustion qui présente un dénivelé très important par rapport à l’alandier, de l’ordre d’un mètre. Le fond de la chambre de combustion se retrouve ainsi à moins de 50 cm de la base de la sole, au niveau où le four se trouve actuellement arasé. Le dénivelé entre alandier et chambre de combustion semble avoir été très prononcé. Il était donc impossible, ou du moins très risqué, de charger en combustible la partie basse du four. Le feu devait donc se faire au pied du talus, dans l’alandier et non sous la sole. Ce qu’on nomme chambre de combustion devait servir en réalité à la circulation des gaz de combustion ; nous l’appellerons donc désormais chambre basse.

  • 20 Bernal Casasolaet al.,2004.

28Cette particularité technologique trouve des parallèles dans le monde punique, puisqu’on a récemment identifié à Cadix un type de four à « praefurnium escalonado » (« à alandier échelonné »), datés des iiie-iie siècles av. J.-C. Ces fours présentent le même type de cuve que le four 1 du Mas de Moreno, même si leur plan est au final très différent (il s’agit de fours du type Ia de Cuomo di Caprio, à plan circulaire et à pilier central, mais de dimensions comparables à celles du four aragonais20). Leur alandier présente un dénivelé de plus de 40 cm par rapport au sol de la chambre basse du four, qui était pour sa part haute d’environ 50 cm. Si le dénivelé est plus faible qu’à Foz-Calanda, l’espace entre le sol de la chambre basse et la sole est équivalent. Là aussi, le feu se faisait dans l’alandier, la chambre basse ne servant qu’à la circulation de l’air chaud. Cette particularité est attribuée à la nécessité de concentrer la chaleur sous la sole, ce qui semble vraisemblable.

29Cependant, le four 1 semble avoir une spécificité supplémentaire par rapport aux fours gaditains. Les parois du four sont percées de six conduites obliques, qui accusent un pendage prononcé depuis la surface jusqu’à environ mi-hauteur de la cuve. Celles situées à l’ouest sont larges de 15 à 25 cm, celles situées à l’est sont plus étroites, entre 7 et 11 cm. Ces six conduites sont complétées par deux autres, plus larges, ménagées dans la partie postérieure du four. Ce dispositif est assez inattendu eu égard à ce que l’on sait de l’architecture des fours indigènes et, plus largement, des fours antiques. Le plus souvent, le plan de la chambre de combustion correspond à celui du laboratoire. Dans les grands fours, notamment les fours à amphores italiques, des murets internes, qui donnent aux parois du four une forme dentelée, peuvent servir de structures de soutènement de la sole, mais il s’agit de structures bâties et verticales, et non d’incisions obliques dans le substrat. Le dispositif du four 1 n’est sans doute pas lié au système de support de la sole, qui semble avoir été bâtie en adobes : la présence d’un muret central devait largement suffire à maintenir son poids, la portée à couvrir ne dépassant pas les 50 cm. De plus, imaginer une sole plus large que la chambre basse, laquelle reposerait partiellement sur la roche, pose un problème de répartition de la chaleur : les zones périphériques seraient moins bien chauffées que les zones centrales puisqu’elles ne le seraient que par ces conduites, alors que les zones centrales seraient aussi chauffées par radiation à travers la sole. Cela reviendrait à aggraver un problème récurrent : la périphérie des fours, près de la couverture, est toujours moins bien chauffée que la partie centrale.

  • 21 Colominas Roca et Puig i Cadafalch, 1915-1920, p. 603.
  • 22 García y Bellido, 1954, fig. 290.
  • 23 Une seule observation irait à l’encontre de la restitution proposée ici : entre la paroi externe de (...)

30Un parallèle connu de longue date éclaire particulièrement ce dispositif : le four de Fontscaldes (Tarragone) montre des caractéristiques proches. Le plan de ce four, publié en 192021, montre clairement l’existence de conduites verticales entaillées dans les parois dans l’intervalle séparant les trois arcs de soutènement de la sole. Il s’agit d’un four de plan rectangulaire, à alandier simple et soutènement par voûtes du type Cuomo di Caprio IIb, mais privé, contrairement au four de Foz, de muret axial. La sole ne présente aucun carneau qui permettrait la circulation de l’air chaud entre la chambre de chauffe et le laboratoire. Ce fait explique que la restitution proposée en 192o, et plus tard reprise par García y Bellido22, montre des tuyères qui mettraient en connexion directe, au travers des parois, la chambre de chauffe et le laboratoire23. Une telle solution paraît peu vraisemblable : elle aurait pour résultat une déperdition de chaleur et une concentration de celle-ci à la sortie des tuyères, provoquant de fortes disparités dans la qualité de la cuisson des vases. Il semble plus logique de supposer que le rôle de ces conduites était de canaliser les gaz de combustion vers l’extérieur. Le fait que la sole n’ait pas été percée de carneaux montre que l’intention, dans ce dispositif, était d’isoler la charge à cuire des gaz et de permettre ainsi le développement d’une cuisson dans laquelle la montée en température et la post-cuisson se font en atmosphère oxydante. Le four de Fontscaldes était probablement un four à flamme mouflée.

31Les conduites verticales de Fontscaldes semblent proches des conduits latéraux de notre four 1. Des clichés de fouille inédits, que nous devons à l’obligeance de Montserrat Martínez, montrent que leur embouchure était quadrangulaire et qu’elles étaient fermées sur une hauteur importante (fig. 4 c, p. 299 et fig. 9). Ces conduits devaient déboucher à l’extérieur du four, étant donné que la base de la couverture est conservée. Le four 1 devait donc, lui aussi, être un four à flamme mouflée. Le seul obstacle à cette restitution est l’absence d’éléments concernant la sole. Cette lacune n’est peut-être que provisoire. Dans les couches de dépotoir situées dans le talus on trouve de nombreux éléments de four très cuits, voire vitrifiés. Parmi ces éléments, un bloc en forme de triangle-rectangle, dont la base mesure 2 m et le petit côté 80 cm (ces deux côtés sont originels, l’« hypoténuse » résultant d’une cassure), retient particulièrement notre attention. Ce bloc est plat, ce qui indique qu’il ne provient pas de la couverture. Il est probable qu’il s’agit d’un morceau de sole, jeté là après une réfection. Or, on n’y distingue aucun trou, aucun carneau possible et il est presque vitrifié, ce qui explique qu’il soit aussi bien conservé. Cette vitrification affecte toute la partie basse du four 1 ; le revêtement n’a pas seulement été rubéfié, ce qui serait le cas dans un four normal. Il semble donc qu’il ait été exposé à une température plus élevée que celles qui sont habituelles dans le même contexte artisanal. Or, les fours à flamme mouflée doivent être chauffés bien plus intensément et plus longtemps que les fours à sole perforée, car la charge à cuire n’est exposée à la chaleur que par radiation.

32La présence de fours à flamme mouflée dans le nord-est de la péninsule Ibérique antérieurement au développement des productions de céramiques sigillées hispaniques (fabriquées selon le même type de technologie, dont la diffusion est généralement attribuée à l’influence romaine) s’explique à notre sens par la nature des produits fabriqués. Atteindre la température maximale de la cuisson en atmosphère oxydante permettait sans doute de mieux fixer la peinture rouge qui décorait les vases. L’emploi de cette technique, s’il semble certain à Fontscaldes, n’est qu’hypothétique à Foz-Calanda, mais il expliquerait bien les observations faites sur le terrain.

Le four 2 : un grand four à amphores

33On ne connaît pas encore la partie basse du four 2. Cependant, la conservation de sa chambre de combustion, y compris une partie de la sole, permet d’émettre quelques observations préliminaires. Le four est à peu près circulaire et est divisé par un muret axial qui servait à soutenir la sole. Il est donc assimilable au type Ib de Cuomo di Caprio. La sole est bâtie en adobes dont la taille ne semble pas normalisée. Les carneaux sont aménagés à la jonction entre deux ou trois adobes, ou bien entre un adobe et la paroi. À l’ouest du four, les carneaux sont parfois partiellement aménagés dans la paroi. Leur diamètre est irrégulier, de même que, apparemment, leur répartition. La présence d’un col d’amphore, sans doute fiché volontairement dans un carneau afin de le consolider, incite à penser que la sole était épaisse.

34La plupart des surfaces exposées au feu (parois et intérieur des carneaux) ont reçu un revêtement réfractaire qu’on a identifié le long des parois ouest, mais pas encore le long des parois est. Ces différences entre les deux côtés du four sont peut-être liées à une construction en deux phases. La structure visible au sud-ouest pourrait être l’alandier d’un four plus ancien. Cependant, cette hypothèse devra être confirmée par la fouille.

35Le four 2 se distingue donc surtout par sa taille, qui le place dans la moyenne des fours à amphores du ier siècle av. J.-C. En revanche, d’un point de vue technologique et dans l’état actuel des connaissances, il semble plus conventionnel que le four 1.

Fig. 9. – Vue du four 1 depuis l’est au cours des fouilles du Seminario de Arqueología y Etnología Turolense

Fig. 9. – Vue du four 1 depuis l’est au cours des fouilles du Seminario de Arqueología y Etnología Turolense

(cliché : M. Martínez).

Conclusions provisoires

36Les ateliers de potiers de Foz-Calanda permettent d’aborder un thème crucial pour comprendre les dynamiques économiques à l’œuvre à la fin de l’époque ibérique : comment on est passé d’un système productif indigène à un système productif romain. Après deux ans de fouille, il apparaît déjà qu’au travers de l’usage d’une structure de taille modeste mais de fonctionnement complexe, le système ibérique privilégie la qualité sur la quantité, alors qu’intensité et rationalisation de la production caractérisent le système romain. Ces fouilles démontrent que le moteur des innovations (comme l’alandier échelonné du four 1 ou le système à moufle, hypothétique à Foz-Calanda mais attesté de façon certaine dans d’autres ateliers du Nord-Est ibérique) n’est pas forcément la recherche d’un rendement permettant de dégager des excédents de production. De fait, lorsqu’on recherchera le rendement, ce sera par la mise en place d’une structure plus conventionnelle, et dans un cadre romain. Plus largement, c’est la spécificité de l’économie ibérique que l’on approche par ses fouilles, une économie non industrielle dotée de logiques qui lui sont propres.

Haut de page

Bibliographie

Aguarod Otal, Carmen (1991), Cerámica romana importada de cocina en la Tarraconense, Saragosse.

Benavente Serrano, José Antonio, Gorgues, Alexis, Marco, Francisco y Moret, Pierre (2004), « Les campagnes de fouilles 2003 et 2004 à El Palao (Alcañiz, Teruel) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34 (2), pp. 358-370.

Bernal Casasola, Darío, Díaz Rodríguez, J. J., Expósito Álvarez, J. A., Sáez Romero, A. M. et Lorenzo Martínez, L. (2004), « Los hornos púnicos de praefurnium escalonado (ss. iii y ii a. C.). Reflexiones a raíz del alfar de La Milagrosa (San Fernando, Cádiz) », dans Darío Bernal Casasola et Lázaro Lagóstena Barrios (éd.), Figlinae baeticae. Talleres alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (s. ii a. C.-vii d. C.), Actas del congreso internacional [Cádiz, 12-14 de noviembre de 2003] (2 vol.), Oxford, vol. 2, pp. 607-620.

Colominas Roca, Josep et Puig i Cadafalch, Josep (1915-1920), « El forn ibèric de Fontscaldes », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 6, pp. 602-604.

Cuomo di Caprio, Ninina (1978-1979), « Updraught pottery kilns and tile kilns in Italy in pre-Roman and Roman times », Acta Prehistorica et Archaeologica, 9/10, Berlin, pp. 23-31.

Foerster Laures, Federico, Pascual Gasch, Ricardo et Barberá Farras, José (1987), El Pecio romano de Palamós: excavación arqueológica submarina por el CRIS, Barcelone.

García y Bellido, Antonio (1954), « Arte Ibérico », dans España Primitiva. La historia prerromana, vol. 3 del t. i de la Historia de España Menéndez Pidal, Madrid, pp. 371-851.

Gorgues, Alexis (2005), Économie et société dans le nord-est du monde ibérique et ses marges (250-25 av. J.-C.), thèse de doctorat soutenue à l’Université de Toulouse.

Lavado Florido, María Luisa (2004), « El complejo industrial de Puente Melchor : el centro productor, la organización del espacio y su área de influencia », dans Darío Bernal Casasola et Lázaro Lagóstena Barrios (éd.), Figlinae baeticae. Talleres alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (s. ii a. C.-vii d. C.), Actas del congreso internacional [Cádiz, 12-14 de noviembre de 2003] (2 vol.), Oxford, vol. 2, pp. 473-488.

Le Meaux, Hélène (2004), « L’ensemble céramique de la pièce singulière du poblado ibérique de Cabezo de la Guardia (Alcorisa, Teruel) », dans Ricardo Olmos et Pierre Rouillard (éd.), La vajilla ibérica en época helenística, Madrid, pp. 135-149.

Martin, Albert (2002), « El conjunt arqueològic de Ca l’Arnau (Cabrera de Mar, Maresme). Un assentament romanorepublicà », Tribuna d’Arqueologia 1998-1999, pp. 211-228.

Moret, Pierre, Benavente Serrano, José Antonio et Gorgues, Alexis (2006), Iberos del Matarraña. Investigaciones arqueológicas en Valdeltormo, Calaceite, Cretas y La Fresneda (Teruel), Alcañiz.

Pascual i Guasch, Ricard (1991), Index d’estampilles sobre àmfores catalanes, Barcelone.

Pedroni, L. (2000), « Produzione e difusione della cerámica calena “media” : problemi e ipotesi di lavoro », dans Xavier Aquilué Abadías, Joaquim García Roselló et Josep Guitart i Duran (coord.), La ceràmica de vernís negre dels segles ii i i a. C. : centres productors mediterranis i comercialització a la Península Ibèrica, Actes de la Taula Rodona (Empúries, 4-5 de juny de 1998), Mataró, pp. 345-357.

Perales García, María Pilar, Picazo Millán, Jesús Vicente y Sancho, A. (1983-1984), « Tiro de Cañón (Alcañiz) : los materiales cerámicos I », Kalathos, 3-4, pp. 203-258.

Untermann, Jürgen (1990), Die iberischen Inschriften aus Spanien (2 vol.), t. iii de Monumenta Linguarum Hispanicarum, Wiesbaden.

Haut de page

Notes

1 Qu’il nous soit ici permis de rendre hommage aux travaux de cette archéologue, que nous tenons à remercier pour l’amabilité avec laquelle elle nous a communiqué informations et observations au cours de la visite qu’elle nous a rendue lors de la première campagne de fouilles, en août 2005.

2 Ce matériel est conservé au Museo Provincial de Teruel.

3 Moretet al.,2006.

4 Benavente Serranoet al.,2004.

5 Ces fouilles bénéficient du soutien matériel du Gobierno de Aragón, de la Casa de Velázquez, du Ministère des affaires étrangères, de l’UMR 5608 du CNRS (Unité Toulousaine d’Archéologie et d’Histoire) et du Taller de Arqueología de Alcañiz.

6 On donne souvent à ces productions une chronologie équivalente à celles du prototype qu’elles copient, soient -125 / -50. Toutefois, l’analyse des contextes dans lesquels on les découvre démontre que ces imitation (par ailleurs rares en céramique claire ibérique) se développent après -75 et sont surtout présentes, au sud comme au nord des Pyrénées, aux alentours de -50 (Gorgues, 2005, pp. 485-488).

7 Comparable à celle d’autres fours de tradition indigène, parmi lesquels celui de Fontscaldes (Tarragone), sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, dont la superficie était de 2,5 m2 (Colominas Roca et Puigi Cadafalch, 1915-1920).

8 Pour la Citérieure, voir par exemple le four de plan rectangulaire, mais de superficie comparable, de Ca l’Arnau, à Cabrera de Mar, dans le Maresme (Martin, 2002). Pour l’Ultérieure, les fours de Puente Melchor, dans la la baie de Cadix, fournissent un des multiples exemples possibles ; ils sont de forme et de superficie comparable à celui de Foz-Calanda (Lavado Florido, 2004).

9 Gorgues dans Moretet al.,2006, pp. 199-211.

10 Perales García, Picazo Millán et Sancho, 1983-1984.

11 En dernier lieu : Le Meaux, 2004.

12 Untermann, 1990, F. 20. 2, B-6(Balkenius) et B-11a (Balketas).

13 Aguarod Otal, 1991, pp. 126-128.

14 Gorgues, 2005, pp. 431-433.

15 Pedroni, 2000, pp. 350-351.

16 Pascual i Guasch, 1991, p. 21, no 2-1.

17 Ibid., p. 50, nos 60-1 et 60-2.

18 Foerster Laures, Pascual Gasch et Barberá Farras, 1987, pp. 86-89 et 98.

19 Cuomo di Caprio, 1978-1979.

20 Bernal Casasolaet al.,2004.

21 Colominas Roca et Puig i Cadafalch, 1915-1920, p. 603.

22 García y Bellido, 1954, fig. 290.

23 Une seule observation irait à l’encontre de la restitution proposée ici : entre la paroi externe de la chambre de chauffe et la sole existe au fond du four un espace ouvert large d’une vingtaine de centimètres. Cependant, la présence de cet élément ne résoudrait aucun des problèmes soulevés : là encore, la concentration de chaleur serait locale et non pas homogène. Cet intervalle étant constaté au niveau de la sole qui constitue également le niveau d’arasement du four, il semble vraisemblable d’envisager qu’il était obstrué par le dispositif de couverture du four.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Localisation de Foz-Calanda et des principaux sites connus vers 100 / 50 av. J.-C. dans la basse vallée de l’Èbre
Crédits (fond de carte : P. Moret).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2. – Plan de l’atelier de potiers de Mas de Moreno (Foz-Calanda), centré sur l’aire de fouille.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-2.png
Fichier image/png, 274k
Titre Fig. 3. – Fragment de la base d’un tour en pierre découvert dans les parcelles au pied du talus (face supérieure et coupe).
Légende La trame indique la partie non lissée de la pierre.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-3.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 4. – a. Plan du four 1 de Mas de Moreno ; b. – Volumétrie axiale vue du sud ; c. – Détail d’un des conduits, vue de l’est
Crédits (cliché : M. Martínez).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-4.png
Fichier image/png, 371k
Titre Fig. 5. – Plan du four 2 de Mas de Moreno.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-5.png
Fichier image/png, 171k
Titre Fig. 6. – Traces de poteaux de l’édifice en bois, vue de l’est.
Légende Le four 2 est visible dans le prolongement, à l’arrière-plan (cliché : A. Gorgues).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 7. – Traces en négatif de la palissade qui bordait le sommet du talus.
Légende Au premier plan, zone de rejet des déchets de production (cliché : A. Gorgues).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 8. – Relevé des timbres découverts sur le site de Mas de Moreno.
Légende 1. –  Sur le bord d’une jarre de type Ilturatin en céramique commune ibérique ; 2. – Sur amphore de Tarraconaise ; 3. – Sur jarre en céramique commune ibérique.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 9. – Vue du four 1 depuis l’est au cours des fouilles du Seminario de Arqueología y Etnología Turolense
Crédits (cliché : M. Martínez).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3172/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Gorgues et José Antonio Benavente Serrano, « Les ateliers de potiers de Foz-Calanda (Teruel) aux iie-ier siècles avant notre ère », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-1 | 2007, 295-312.

Référence électronique

Alexis Gorgues et José Antonio Benavente Serrano, « Les ateliers de potiers de Foz-Calanda (Teruel) aux iie-ier siècles avant notre ère », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-1 | 2007, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/3172

Haut de page

Auteurs

Alexis Gorgues

UTAH-UMR 5608, Toulouse

Articles du même auteur

José Antonio Benavente Serrano

Taller de Arqueología de Alcañiz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org