Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Pedro Luis Angosto Vélez, Sueño y pesadilla del republicanismo español

Eduardo González Calleja
p. 382-385
Référence(s) :

Pedro Luis Angosto Vélez, Sueño y pesadilla del republicanismo español. Carlos Esplá: una biografía política, prólogo de Emilio La Parra López, Madrid, Biblioteca Nueva-Universidad de Alicante-Asociación Manuel Azaña, 2003, 429 pp.

Texte intégral

1Le républicanisme espagnol du premier tiers du xxe siècle reste une source inépuisable de débat historiographique. Après l’essor de la tendance mémorialiste de la fin des années 70 et du début des années 80, la mémoire collective du mouvement républicain s’est peu à peu reconstruite grâce, en grande partie, aux recherches portant sur sa culture politique, réalisées par Manuel Suárez Cortina, Ángel Duarte, Pere Gabriel, José Antonio Piqueras, Alfons Cucó ou Enric Ucelay ; sans oublier les études de parti réalisées par Octavio Ruiz Manjón, Eduardo Espín, Juan Avilés, M.ª Dolors Ivern, Luis Íñigo Fernández ou Nigel Townson, et les biographies de personnages emblématiques tels que Lerroux (José Álvarez Junco), Azaña (Santos Juliá) ou Casares Quiroga (Carlos Fernández Santander). La présente biographie du leader républicain alicantin Carlos Esplá Rizo démontre que le filon culturel, politique et biographique du républicanisme espagnol est loin d’être épuisé, et que les personnages de second plan dans ce mouvement mérite toute notre attention.

2L’œuvre d’Angosto, qui s’appuie sur une large utilisation d’archives privées (comme celles du propre Esplá) et institutionnelles (quelques-unes très peu exploitées, comme les Archives générales de la République durant l’exil déposées à la Fundación Universitaria Española de Madrid), ainsi que sur une lecture intelligente de la presse et de la publicité, s’articule en trois étapes bien différenciées : celle du rêve politique du jeune alicantin qui devient un activiste antimonarchique précoce, le cauchemar de son accablante responsabilité à des postes et en des étapes clés de la République, et la longue veille imposée par l’exil.

3L’étape juvénile d’Esplá fut marquée par l’expérience vitale acquise dans trois villes à l’imprégnation républicaine croissante. L’environnement progressiste d’Alicante au début du siècle dernier est admirablement décrit comme l’image radicale de la ville cléricale. Une ville qui, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, modernisa ses structures productives grâce à l’apparition d’exploitants vinicoles, de commerçants et de spéculateurs des services publics, et où les espaces traditionnels de sociabilité républicaine (la famille, les athénées, les salons) contemplèrent l’apparition de ce que l’auteur appelle « nouveau républicanisme alicantin » : celui de Carlos Esplá, Álvaro Pascual Leone, José Alonso Mallol ou des frères Botella ; une génération qui, depuis le militantisme contre les traditions dans le Centro Antiflamenquista, l’initiation maçonnique ou l’aventure journalistique de El Luchador, sut rester unie pour toujours dans sa conception éthique de l’engagement républicain.

4La deuxième ville est Valence, principal bastion républicain de l’Espagne de l’avant-guerre européenne, où le blasquisme réussit à diffuser une culture de libre pensée basée sur l’amour du travail, l’éducation et la liberté de conscience. C’est là qu’Esplá confirma une vocation journalistique qui de El Luchador le mènera au blasquiste El Pueblo (refuge sûr pour les journalistes expatriés), au clandestin España Con Honra, dans les années de la Dictature, ou au journal azañiste Política de 1935 à 1939.

5C’est lors de son exil volontaire à Paris — capitale par excellence du républicanisme européen —, à partir de 1923, qu’Esplá confirma sa vocation politique précoce, en devenant, selon Azaña, « le véritable ambassadeur de l’Espagne » dans la ville. Il fut l’animateur du légendaire salon du Café de La Rotonde, lieu de rencontre de personnages aussi variés qu’Unamuno, Blasco Ibáñez (qui en fit son plus proche collaborateur), Josep Pla, Julián Gorkin, José Milán Astray ou Gonzalo Queipo de Llano. Ce fut, sans aucun doute, un homme d’organisation, mais aussi un homme d’action. Il acquit la notoriété en France suite à sa violente dispute avec le pornographe José María Carretero Novillo, agent provocateur à la solde de Primo de Rivera, et, en Espagne, en raison de son implication directe dans le « pronunciamiento » frustré de José Sánchez Guerra à Valence à la fin janvier 1929.

6Son ascension lors du régime républicain fut une confirmation de sa capacité politique et de sa loyauté à toute épreuve. Après avoir dirigé la Préfecture de sa province natale et assumé la direction du Bureau de presse du Ministère d’État régenté par Lerroux, il lui fallut affronter le défi de remplacer Lluís Companys à la Préfecture de l’éternelle conflictuelle Barcelone, et d’exercer le poste de sous-secrétaire de l’Intérieur — un ministre virtuel en fonctions, étant donnée la nature maladive de Casares Quiroga — dans les pires conditions sociales (s’ingéniant des remèdes d’urgence contre le chômage forcé) et politiques, comme l’illustre sa responsabilité dans le drame de Casas Viejas, minutieusement détaillé par l’auteur, dans le processus de prise de décisions au plus haut niveau.

7Quoi qu’il en soit, il fut un homme-pont, absolument irremplaçable dans les conditions de confrontation croissante dans lesquelles se déroulait la vie publique du pays. Ami d’Indalecio Prieto, il lutta jusqu’au dernier moment pour le maintien de la coalition républicano-socialiste lors des élections de 1933. En bon levantin, son attitude ouverte envers les aspirations catalanes facilita la résolution de ce processus historique par le gouvernement d’Azaña. Il cultiva une attitude réformiste et européiste dans le courant du radicalisme français, mais avec une composante autonomiste qui ne renonça pas à ce qu’il définissait avec sarcasme comme la « lutte contre le centralisme monarchique, bourbonien, militariste, clérical, féodal et funéraire ». Ainsi, son talent et ses bonnes relations avec des figures telles que Lluís Companys, Amadeu Hurtado ou Francesc Macià lui permirent d’agir en faveur de l’obtention d’un plus haut plafond concurrentiel pour la Generalitat dans la Comisión Mixta del Estatuto, et de travailler pour la modération des partis catalans pendant le décisif été 1934.

8En tant que sous-secrétaire de la Présidence au printemps 1936, il sut voir mieux que ses collègues les risques qu’impliquait l’accès de son ami Azaña à la Présidence de la République, ce qui l’éloignait des responsabilités exécutives. Il assume, suite à l’effondrement moral de Casares, un rôle essentiel lors des premières heures du coup d’État militaire afin de donner continuité et efficacité à l’État républicain.

9Paradoxalement, la guerre civile fut le point d’orgue de sa carrière politique. Comme ministre de Propagande de Largo Caballero, il assuma les compétences de presse, radio, information extérieure et culture, et se distingua par son appui à la célébration du Congrès des écrivains antifascistes, à la publication de la revue Hora de España et à la centralisation de la propagande partisane. Plus tard, en tant que sous-secrétaire d’État, il lança un Cabinet politique et une Section d’information orientée vers la propagande et l’espionnage à travers le réseau consulaire. Bien que les activités propagandiste et diplomatique soient bien définies grâce à l’utilisation de sources provenant quasi exclusivement d’archives, on regrette l’absence de référence aux études spécialisées qui existent déjà sur ces deux questions.

10Lorsque Esplá quitta sa terre pour toujours, fin janvier 1939, il n’avait que quarante-quatre ans et il lui restait encore trente-deux de vie publique et personnelle agitée. Avant d’émigrer en Argentine et au Mexique, il eut l’occasion d’analyser les erreurs commises et de constater, comme dans les années vingt, le traitement mesquin que les autorités de la Troisième République (avec d’honorables exceptions, comme Victor Basch depuis la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen) accordèrent à leurs « frères » espagnols. Dans cette situation pathétique, la grandeur d’esprit d’un Azaña également poursuivi s’avère touchante ; lui qui, en contemplant la perspective de la rive gauche depuis le Pont Neuf, confiait à Esplá : « nous, nous avons tout perdu, mais ça c’est aussi un peu à nous ».

11La troisième partie de cette biographie politique se transforme en un récit crépusculaire des tensions internes de l’exil, racontées de nouveau avec une large référence à des sources de première main, mais en ne s’appuyant que très peu sur la vaste bibliographie déjà disponible sur la question. Condamné par contumace par les tribunaux franquistes, Esplá intervint dans la gestion de toutes les organisations d’aide aux expatriés, depuis le Servicio de Evacuación de los Refugiados Españoles (SERE) jusqu’au litige avec le gouvernement mexicain d’Ávila Camacho pour le contrôle politique de la Junta de Auxilio a los Republicanos Españoles (JARE), qu’on tenta de résoudre fin 1942 avec la création de la Comisión Administrativa del Fondo de Auxilio a los Refugiados Españoles (CAFARE). Son choix, conjointement avec Prieto, d’une tactique possibiliste face au légitimisme intransigeant d’un grand nombre de leaders républicains, et son caractère anticommuniste et pro-européen marqué, qui préfigurait celui de si nombreux dirigeants démocratiques pendant la guerre froide, l’amena à s’impliquer de façon notable dans les luttes internes de l’exil républicain. En 1940, il participa à la fondation de Acción Republicana Española (ARE) et, en 1943, à celle de la Junta Española de Liberación (JEL), inspirée du Comité français de Libération nationale créé par De Gaulle et Giraud en 1943, et qui, avec son programme élémentaire de défense de la République et de la Constitution de 1931, fut une des tentatives les plus sérieuses pour combattre politiquement le régime de Franco, comme il fut possible de constater lors de sa campagne triomphante à San Francisco pour obtenir la condamnation du régime de Franco et son isolement international.

12À cinquante ans, Esplá était déjà un homme en déclin, absorbé par le besoin de maintenir un rythme de travail intensif (il fut traducteur à l’ONU à partir de 1951) qui puisse pallier sa situation familiale compliquée, et par son labeur politique incessant couronné de succès et d’échecs : depuis sa collaboration avec le premier gouvernement en exil présidé par son ami Giral aux luttes internes de la Gauche républicaine, et depuis son rejet de la réorganisation du républicanisme au début des années 60 dans l’ARDE à la création de l’Ateneo Republicano Español au Mexique. Ayant consommé sa jeunesse et sa maturité loin de l’Espagne, il mourut au Mexique en 1971 pris de nostalgie pour la patrie perdue.

13Carlos Esplá est un personnage particulier de notre histoire. La maturité prématurée acquise dans la lutte politique ne l’a pas empêché d’être un homme d’action et de réflexion, dont la modestie l’a toujours situé, de son plein gré, derrière les grands hommes : le docteur Antonio Rico à Alicante, Blasco à Valence, Unamuno à Paris, Azaña à Madrid, Prieto à Mexico. Homme d’État frustré, il a fini par participer à cette immense « Numance errante » que fut l’exil de 1939. À la vue des potentialités régénératrices et modernisatrices détruites par la guerre, force est de constater, avec l’auteur de cette magnifique biographie, que l’échec de cette génération — à laquelle on doit toujours un hommage civique — s’est avéré être l’échec de l’Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Pedro Luis Angosto Vélez, Sueño y pesadilla del republicanismo español », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 382-385.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Pedro Luis Angosto Vélez, Sueño y pesadilla del republicanismo español », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/318

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org