Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Stefano Camporeale, Hélène Dessales y Antonio Pizzo (eds.), Arqueología de la construcción

Bertrand Goffaux
p. 235-237
Référence(s) :

Stefano Camporeale, Hélène Dessales y Antonio Pizzo (eds.), Arqueología de la construcción I. Los procesos constructivos en el mundo romano: Italia y provincias occidentales, Mérida, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto de Arqueología de Mérida, 2008, 352 p., ils., planos.

Texte intégral

1L’archéologie de la construction est un champ disciplinaire relativement neuf et prometteur, dont l’objectif est d’étudier les processus constructifs compris dans un sens très large, depuis la conception d’un projet architectural jusqu’à sa réalisation, sans oublier les interventions postérieures qui jalonnent la vie d’un édifice. Les méthodes mises en œuvre à cette fin s’appuient sur des traditions plus ou moins solidement ancrées : certaines remontent à des pratiques anciennes, comme l’étude des techniques de construction ou des inscriptions mentionnant une activité édilitaire, la typologie des différents édifices, ou encore la fouille stratigraphique ; d’autres relèvent de développements plus récents, comme l’archéologie du bâti, née des nécessités de l’archéologie préventive et appliquée à l’origine au bâti médiéval, ou l’anthropologie de la construction qui cherche à comprendre les pratiques constructives au plus près des acteurs, ou encore l’archéométrie et ses applications permettant d’analyser la provenance des matériaux employés ou de contribuer à la datation des mortiers, par exemple. S’y ajoute un questionnement sur l’organisation juridique des chantiers, sur leur financement ainsi que sur les répercussions économiques et sociales des différentes activités constructives.

2Le projet est donc très ambitieux et impose aux archéologues un travail collaboratif et pluridisciplinaire pouvant aboutir à des résultats impressionnants comme le montrent bon nombre des dix-huit contributions réunies dans ce volume, issues d’un workshop organisé à Mérida en 2006. Le programme est présenté dans une courte introduction due aux éditeurs : prendre la situation mieux connue de Rome et de l’Italie comme point de comparaison pour les observations tirées des différentes provinces occidentales de l’Empire. On doit reconnaître et louer la volonté de couvrir une très grande partie de l’Occident romain, avec des contributions sur l’Italie, les provinces alpines, la Narbonnaise, les Trois Gaules, la péninsule Ibérique et l’Afrique du Nord ; on reste cependant un peu plus réservé sur le paradigme initial souhaitant instaurer un dialogue entre projets italiens et provinciaux. Il y eut certes des transferts culturels entre Rome et ses provinces mais la problématique de l’organisation et de la gestion d’un chantier est identique pour toutes les régions et dans ce domaine, les comparaisons entre différents projets constructifs provinciaux semblent tout autant pertinentes qu’un renvoi à des projets d’envergure exceptionnelle comme celui de la basilique de Maxence, à Rome – étudiée par C. M. Amici – ou celui de l’emissarium du lac Fucin – étudié par C. F. Giuliani : ces deux chantiers faisaient appel à des ressources dépassant de loin celles des communautés provinciales et il n’est d’ailleurs pas étonnant que l’étude de C. M. Amici cherche un parallèle très lointain au projet de la basilique de Maxence, à savoir le chantier de l’Empire State Building à New York…

3La plupart des travaux repris dans l’ouvrage, tout en cherchant à répondre aux questionnements propres à l’archéologie de la construction et donc à une volonté de compréhension des chantiers dans toute leur extension et sur toute leur durée, n’en privilégient cependant pas moins certaines approches, en fonction des données disponibles.

4Quatre contributions adoptent une perspective régionale : A. Pais s’intéresse à la Toscane tyrrhénienne et met en avant les corrélations entre la diffusion de techniques de construction et certaines dynamiques de peuplement ; M. De Vos étudie les constructions rurales africaines, autour de Dougga ; V. Brouquier-Reddé compare la situation en Gaule et en Afrique à travers le prisme des chantiers de construction de sanctuaires ; enfin, R. Mar présente une synthèse utile sur les agents de la construction à partir de l’exemple des capitales hispaniques.

5Mais l’échelle adoptée est le plus souvent locale, que l’étude porte sur un seul chantier et son impact sur le quartier ou la ville, ou qu’elle choisisse de croiser les regards sur plusieurs projets. Dans ce type d’approche, le cadre est donc en général urbain, à deux exceptions près : l’étude proposée par R. Attaoui des signes peints dans la « palestre » de la villa d’Hadrien, à Tivoli, signes qui renvoient aux pratiques de chantier, et celle du trophée des Alpes de La Turbie, qui permet à S. Binninger de souligner avec justesse la complexité d’organisation de chantiers répondant à des rythmes et des impératifs très différenciés.

6Trois contributions proposent des comparaisons entre deux projets, distants chronologiquement et géogra-phiquement, comme dans le cas des capitoles de Baelo et Sufetula, dont P. Barresi analyse les plans et les modules, ou au contraire pris dans une même ville et à des époques très proches, comme les deux complexes thermaux d’Italica, qui font l’objet d’une étude préliminaire d’H. Dessales et E. Bukowiecki ou, à Volubilis, la maison aux deux pressoirs et l’arc de Caracalla, analysés et replacés dans le contexte local à l’aide des inscriptions édilitaires par S. Camporeale, E. Papi, et L. Passalacqua.

7Tous les autres travaux présentent des études de cas, analysant avec minutie un chantier, ses implications et son impact : les thermes des lutteurs ou le portique nord de Saint-Romain-en-Gal, analysés respectivement par L. Brissaud et J.-L. Prisset ; le théâtre d’Argentomagus, pour lequel F. Dumasy utilise à bon escient les données fournies par sa monographie exemplaire ; les thermes du Vieil-Evreux, dont la fouille minutieuse permet à L. Guyard, S. Bertaudière, S. Cormier et A. Coutelas de reconstituer l’organisation générale du chantier ; le théâtre d’Italica, objet d’une thèse magistrale par O. Rodríguez Guttiérez, bien exploitée ici ; un grand édifice augustéen de Carteia, dont la décoration est analysée par M. Bendala, L. Roldán et J. Blánquez ; et enfin le « forum provincial » d’Augusta Emerita, qui a donné lieu à une récente synthèse permettant à A. Pizzo et P. Mateos de mieux comprendre l’organisation des chantiers dans une ville nouvelle.

8Le présent compte rendu ne peut malheureusement pas rendre justice à la fécondité de l’approche proposée et à la richesse du volume recensé qui illustre la multiplicité des stratégies mises en œuvre pour répondre aux questionnements initiaux : c’est ce que soulignent avec justesse les conclusions de J. de Laine, dont l’étude sur les thermes de Caracalla, publiée en 1997, peut être considérée comme pionnière dans le domaine de l’archéologie de la construction. On peut dès lors gager que ce volume, tout comme d’autres travaux, notamment ceux d’H. Dessales sur Ostie, pourra servir de point de référence à cette nouvelle approche disciplinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Goffaux, « Stefano Camporeale, Hélène Dessales y Antonio Pizzo (eds.), Arqueología de la construcción », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 235-237.

Référence électronique

Bertrand Goffaux, « Stefano Camporeale, Hélène Dessales y Antonio Pizzo (eds.), Arqueología de la construcción », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/3203

Haut de page

Auteur

Bertrand Goffaux

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org