Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Joan Santanach (ed.), The Book of Sent Soví

Nelly Labère
p. 245-246
Référence(s) :

Joan Santanach (ed.), The Book of Sent Soví. Medieval recipes from Catalonia, Robin Vogelzang (trad.), Barcelona-Woodbridge, Barcino-Tamesis, 2008, 232 p.

Texte intégral

1L’intérêt pour la nourriture du Moyen Âge qui s’est développé dans le champ de l’historiographie récente illustre non seulement une préoccupation pour la prise en compte des pratiques sociales mais permet encore une investigation sur l’identité culturelle d’une époque et d’une zone géographique données. Le Livre de Sent Soví n’échappe pas à ce renouveau. Il présente plusieurs particularités qui en font un objet d’études tout à fait caractéristique de l’intérêt porté aux recueils de cuisine : ce manuscrit unique, contenant 72 recettes et daté de la première partie du xive siècle, est le premier témoignage d’un recueil de cuisine en catalan ; il a servi de modèle à plusieurs autres recueils catalans intégrant ses recettes dans leur composition (Llibre del coc, Llibre de totes maneres de potatges ou Llibre d’aparellar de menjar, par exemple). Considéré comme pionnier pour les études culturelles et gastronomiques catalanes, l’ouvrage a, de fait, été largement édité, notamment au cours des dernières années (édition de 2003 dans Els Nostres Clàssics et édition de 2006 revue sur l’édition de 2003 chez Barcino). Par sa publication récente (2008), The Book of Sent Soví. Medieval recipes from Catalonia pourrait donc apparaître comme quelque peu redondant.

2Le projet éditorial repose sur l’association de deux maisons (Barcino et Tamesis) qui ont souhaité proposer, en catalan et en anglais, le Livre de Sent Soví. Robin Vogelzang s’est employé à traduire le texte, l’introduction et les notes de Joan Santanach (édition de 2006, revue sur celle de 2003) et à ajouter en bas de page des observations sur les difficultés inhérentes à la traduction. La présentation se veut très claire et particulièrement accessible à un public qui ne serait pas familier avec le Moyen Âge et ses problématiques. L’introduction de Joan Santanach est brève (20 pages) tout comme celle de Robin Vogelzang (2 pages). La mise en page de l’ouvrage est organisée sur deux colonnes : à gauche, le texte du Livre de Sent Soví, présentant pour chaque page une recette ; à droite, sa traduction en anglais. Deux annexes viennent compléter l’ensemble : la première fournit 16 recettes supplémentaires tirées du Llibre d’aparellar de menjar ; la deuxième est un tableau comparatif des recettes présentes dans le Livre de Sent Soví et les autres recueils de cuisine catalane médiévaux (Llibre del coc, Llibre de totes maneres de potatges, Llibre d’aparellar de menjar).

3The Book of Sent Soví. Medieval recipes from Catalonia apparaît comme un projet certes digne d’intérêt mais ne relevant cependant pas d’une démarche scientifique clairement identifiable. En effet, l’appareil critique (notes, index, bibliographie) est extrêmement léger et ne permet pas d’avoir recours à cette publication comme à un ouvrage de référence. L’introduction, très générale, définit les enjeux gastronomiques propres à la Catalogne médiévale mais ne rend aucunement compte des enjeux matériels de la transmission et de la tradition manuscrite. De plus, l’orthographe catalane a été modernisée sans que les modifications soient précisées – ce qui rend l’accès au texte en langue originale encore plus problématique. La traduction anglaise, établie sur la version modernisée, a le mérite d’être proche du texte et offre dans les notes de bas de pages des compléments qui permettent de mieux comprendre le contenu parfois elliptique du Livre deSent Soví.

4Faute d’indication explicite sur le public visé par cette édition anglo-catalane ni sur la démarche d’édition, de modernisation et de traduction du texte, on s’orienterait davantage vers une publication visant la vulgarisation, souhaitant donner aux lecteurs anglo-saxons un accès à ce texte catalan, pionnier en son genre. Le prologue médiéval du Livre de Sent Soví assure qu’il a été composé par un bon cuisinier qui se trouvait au service du roi d’Angleterre. L’édition de Joan Santanach aurait-elle été partiellement traduite en anglais pour permettre à un public curieux et friand des nouvelles nourritures catalanes de se repencher vers les origines d’une gastronomie proclamant ses liens avec l’Angleterre ? Quoi qu’il en soit, la tentative de vulgarisation du texte catalan trouve ses limites. Si l’intérêt de l’ouvrage tient à un apparat critique qui ne surcharge pas le texte de notes relatives à la tradition manuscrite ni aux pratiques gastronomiques en cours, il a néanmoins le désavantage éditorial de se présenter comme un ouvrage scientifique et de ne pas être facilement maniable pour celui qui souhaiterait goûter – au sens propre comme au sens figuré – à la cuisine médiévale catalane. Si « the editor’s aim [has been] to clarify the passages in the book […] so that it can be understood as easily as possible by its twenty-first-century readers » (quatrième de couverture), nous doutons cependant de la possibilité pour un lecteur du xxie siècle de comprendre les enjeux réels d’un recueil attestant par sa matérialité, sa composition en recueil et sa tradition manuscrite, de l’émergence d’une théorisation en acte de l’art catalan de cuisiner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Labère, « Joan Santanach (ed.), The Book of Sent Soví », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 245-246.

Référence électronique

Nelly Labère, « Joan Santanach (ed.), The Book of Sent Soví », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3215

Haut de page

Auteur

Nelly Labère

Université Michel de Montaigne Bordeaux-II

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org