Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Pedro Andrés Porras Arboledas, Juan II, rey de Castilla y León (1406-1454)

Béatrice Leroy
p. 246-248
Référence(s) :

Pedro Andrés Porras Arboledas, Juan II, rey de Castilla y León (1406-1454), Gijón, Ediciones Trea, 2009 (2.a ed.), 319 p.

Texte intégral

1Voici une précieuse biographie, rééditée dans une collection attachée aux principaux règnes et aux temps forts de l’histoire espagnole. Le professeur Porras Arboledas, juriste et historien, qui a déjà publié une série de documents législatifs de la Couronne de Castille au xve siècle, s’est chargé d’un règne qui a duré 48 ans, de 1406 à 1454, celui de Jean II. Il a ordonné son œuvre en 5 grands chapitres, dont le premier est une présentation des sources : les chroniques des rois de Castille compilées par Galíndez de Carvajal et de la plume de Fernán Pérez de Guzmán et d’Alvar García de Santa María en partie, la chronique du Grand Fauconnier du roi Pedro Carrillo de Huete, et sa Refundición par l’évêque Lope de Barrientos, puis, en-dehors de la compilation de Galíndez, la chronique de don Álvaro de Luna par son officier Gonzalo Chacón, les Décades d’Alfonso de Palencia, le Victorial de Díez de Gámez, enfin les Generaciones y Semblanzas de Pérez de Guzmán. L’auteur présente le roi et les principales figures de son entourage, puis les points les plus importants de son règne, évoquant l’historiographie espagnole actuelle concernant la noblesse, les villes, la fiscalité, la diplomatie.

2On peut suivre ce règne au long des quatre chapitres de l’auteur, qui s’attache fidèlement aux chroniques, année après année, avec quelques citations, des références constantes, mettant souvent en parallèle un récit officiel avec les autres témoignages, chaque paragraphe étant par ailleurs dans ce texte un résumé rigoureux des chroniques compilés par Galíndez de Carvajal.

3Jean II, fils de Henri III de Castille et de Catherine de Lancastre – doña Catalina –, naît le 6 mars 1405 ; mais Henri III meurt le 25 décembre 1406 et c’est un enfant de 21 mois qui est intronisé roi. Sa mère doña Catalina partage le gouvernement avec le frère cadet du défunt Henri III, l’infant Fernando. La Castille est alors en guerre contre le royaume de Grenade et contre le Portugal, et les grands noms de Castille, qui se suivent désormais dans le règne, pour ou contre le roi, s’illustrent dans ces événements militaires – les Stúñiga, Manrique, Mendoza, Enríquez, Pimentel de Benavente, Dávalos, Ayala. En 1408, l’archevêque de Tolède Pedro de Luna paraît à la cour avec l’un de ses neveux, Álvaro de Luna, qui a 18 ans et qui tout de suite s’impose dans la faveur du petit roi de 4 ans. En 1410, l’infant Fernando s’empare de la forteresse d’Antequera, sur la frontière du royaume de Grenade, et en 1412, le Compromis de Caspe, cherchant un héritier au roi Martin d’Aragon mort en 1410, porte cet infant à la tête de la Couronne d’Aragon ; Ferdinand « d’Antequera » est couronné en 1414, s’occupe d’affaires aragonaises ou ecclésiastiques (la fin du Grand Schisme), et meurt en 1416. La Castille a perdu un excellent régent. La reine Catalina meurt en 1418 ; à la fin de cette année, le roi Jean II a 14 ans et les Cortès de Madrid le proclament majeur.

4Mais les enfants de Ferdinand d’Aragon, son héritier le roi Alphonse V et surtout les infants Juan et Enrique, tiennent à jouer un rôle en Castille et s’imposer dans le gouvernement du jeune roi à la place du privado Álvaro de Luna. En 1420, l’infant Enrique, à Tordesillas, parvient à renvoyer l’entourage du roi et à le garder à vue. Ses fidèles le font sauver et les années suivantes ne sont qu’affrontements entre les partisans du roi et ceux de l’infant. L’histoire de ces heurts rebondit sans cesse. Álvaro de Luna, qui a sauvé le roi dans un premier temps, est mis en échec en 1427 et doit s’exiler dans ses terres, à Escalona. Il est alors connétable de Castille, pourvu de châteaux, de trésors, de forces armées, successivement marié à de nobles dames ; il cherche à occuper la maîtrise de Santiago dont le titulaire est l’infant Enrique. C’est une suite pénible de sièges, d’escarmouches, de trêves, dans ces années qui, par ailleurs, voient constamment des passes d’armes avec Grenade.

5En effet, se déroule le 1er juillet 1431 la bataille de la Higueruela, dans la Vega de Granada, affrontement sanglant qui voit le triomphe d’Álvaro de Luna, plus puissant que jamais, portant à bout de bras le roi Jean II constamment en butte aux infants d’Aragon et à leur clan. Son fils Henri était né en 1425, de son épouse Marie d’Aragon (la sœur des infants qui souvent les appuie). Âgé de 12 ans, il est marié à Blanche de Navarre, la fille de l’infant Jean d’Aragon, roi de Navarre. Mais la violence l’emporte sur la paix et le connétable de Luna est encore exilé en 1439, le roi encore gardé à vue par ses cousins dans les châteaux de la région de Valladolid. Le prince Henri a son propre privado, Juan Pacheco, qui, avec le connétable revenu de son confinement, parvient à redonner de la liberté au roi Jean II. Mais en 1441, on peut déjà parler de guerre civile qui ne fait qu’affaiblir la position royale et le gouvernement du royaume. Le pire moment est celui de la bataille d’Olmedo, du 19 mai 1445, la victoire d’Álvaro de Luna et la fuite de Jean d’Aragon, la mort quelques jours après de l’infant Enrique. Álvaro de Luna peut être officiellement maître de Santiago, il semble au sommet de sa gloire. Cependant commence pour lui un déclin de sa puissance auprès du roi, qui écoute plus volontiers Íñigo López de Mendoza, Lope Barrientos, Pedro de Stúñiga, Juan Pacheco, le nouvel archevêque de Tolède Alfonso Carrillo, et son fils le prince Henri.

6De 1446 à 1454, les intrigues, les discordes, la rébellion de Tolède en 1449 par la faute de l’alcalde Pedro Sarmiento, les traités et les entrevues s’enchaînent sans éclaircir la situation politique. Álvaro de Luna commet la faute d’assassiner un contador, Vicero, en 1453 à Burgos, ce qui soulève les Stúñiga, Pacheco, et autres grands de ce clan, et le roi lui-même. Le 7 avril 1453, don Álvaro est fait prisonnier, transféré à Valladolid, condamné par le roi ; le 3 juin, se déroule la fameuse décapitation du connétable sur la Plaza Mayor de Valladolid, que le privado a transformé en une mise en scène pleine de panache. Jean II laisse alors gouverner son fils et son entourage, et meurt à 49 ans le 21 juillet 1454 ; Henri IV lui succède à 29 ans. D’une seconde épouse, Isabelle de Portugal, Jean II avait eu en 1451 sa fille Isabelle (la Catholique) et en 1453 un second fils, Alfonso.

7Tel est ce règne, dont on ne peut plus ignorer les détails après la lecture de Pedro Andrés Porras Arboledas. Sans doute la collection lui a-t-elle demandé un tel récit minutieusement chronologique, certes parfaitement réussi. Mais le règne de Jean II de Castille est cependant un moment d’affirmation de la souveraineté castillane dans de très grands textes venus des opposants du roi et de don Álvaro (les invectives de Manrique et d’Enríquez, les lettres des infants Juan et Enríque, les réponses royales qui sont certainement écrites par don Álvaro, les textes de Pedro Sarmiento), textes transmis dans les chroniques dont se sert l’auteur ; ces grands morceaux de politique, comme les récits des tournois, des joutes, des entrées royales, qui sont si parlants dans toutes les sources utilisées, sont matière à réflexion sur les nouvelles valeurs reconnues à la royauté, aux serviteurs de l’État, à la nation. Il est dommage de ne pas les revoir ici, de les analyser, de ne pas lire un chapitre – à tout le moins un paragraphe –, sur ces fondements politiques de l’Espagne dont les Rois Catholiques vont avoir l’héritage. Répétons-le, la collection biographique en est sans doute la cause, et non l’auteur dont la culture juridique et historique est si bien connue et dont il faut louer ce dernier ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Leroy, « Pedro Andrés Porras Arboledas, Juan II, rey de Castilla y León (1406-1454) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 246-248.

Référence électronique

Béatrice Leroy, « Pedro Andrés Porras Arboledas, Juan II, rey de Castilla y León (1406-1454) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3219

Haut de page

Auteur

Béatrice Leroy

Université de Pau et Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org