Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

José Ignacio Fortea Pérez, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias

Anne Dubet
p. 248-250
Référence(s) :

José Ignacio Fortea Pérez, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias. Una interpretación, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2008, 385 p.

Texte intégral

1Le livre de José Ignacio Fortea Pérez est un essai d’interprétation soucieux d’offrir une histoire politique complexe des Cortès de Castille aux xvie et xviie siècles. Certains chapitres, publiés après la parution de Monarquía y Cortes (1990) sont remaniés. Trois textes inédits comblent des lacunes chronologiques et soulignent la cohérence de la pensée de l’auteur.

2Fortea s’intéresse aux discours des acteurs autant qu’à leurs pratiques. Loin de considérer la doctrine fiscale qu’ils partagent comme des arguties byzantines, il s’attache aux interprétations, changeantes et contradictoires, qu’ils en font. Ce parti pris le conduit à refuser de réduire la politique fiscale des villes de Castille aux intérêts sociaux et économiques de leurs oligarchies. Ceci explique, au xvie siècle, la réticence des villes représentées aux Cortès devant le projet d’abonnement général des alcabalas promu par Charles Quint, alors que, d’après Ramón Carande, les oligarchies avaient intérêt à geler le montant d’un impôt auxquelles elles échappaient moins bien qu’aux services ordinaire et extraordinaire, réservés aux roturiers. Outre des intérêts économiques et sociaux, c’est une conception du royaume qui est en jeu, la définition des pouvoirs du roi et des villes.

3Fortea prend le contrepied de deux interprétations : celle – ancienne – qui veut que le progrès de l’absolutisme étouffe toute velléité de représentation des royaumes, faisant des assemblées les chambres d’enregistrement de la volonté royale ; celle – plus récente – qui met au premier plan les villes, conçues comme un pouvoir concurrent de celui du roi dont les Cortès ne seraient que l’émanation neutre. Pour Fortea, l’histoire des relations entre les rois d’Espagne et le royaume de Castille se joue entre trois acteurs : la Couronne, les villes, les Cortès. Ces relations sont traversées par de multiples tensions. Internes aux trois pôles, tout d’abord. Outre le roi et ses conseillers de prédilection, plusieurs organes institutionnels contribuent à définir la politique de la Couronne à l’égard du royaume : ce dernier sait tirer parti de leurs conflits de compétences. Pour ce qui est des villes, envoyer des délégués (procuradores) aux Cortès est un privilège défendu âprement par la minorité qui en jouit mais contesté par d’autres. L’extension géographique au xviie siècle des compétences des villes représentées aux Cortès en matière fiscale, liée à la mise en place des services des Millions, est en outre une source de conflits avec des villes qui, jusqu’ici, ne dépendaient pas d’elles. Enfin, au sein des villes représentées aux Cortès, les oligarchies locales ne sont pas des blocs uniformes et solidaires : l’art du bon corrégidor est de jouer de leurs dissensions au bénéfice du roi.

4Toutefois, ce sont surtout les tensions entre les trois pôles qui intéressent Fortea. L’on s’attend certes à une histoire des relations entre la Couronne d’une part, les Cortès et les villes d’autre part, centrée sur la négociation fiscale, premier objet des réunions des Cortès. Le livre refuse ici le schéma d’un progrès linéaire. Ainsi, les chapitres inédits consacrés au milieu du xviie siècle ne sont pas l’histoire d’une soumission progressive des villes à la centralisation politique et administrative. Au contraire, ils mettent en lumière les difficultés croissantes de Philippe IV à obtenir de nouvelles concessions en matière fiscale. Outre ses propres recherches, Fortea tire ici un excellent parti du renouvellement récent de l’histoire municipale.

5Mais l’originalité de sa lecture réside à mon sens dans l’intérêt qu’il porte aux relations entre les villes représentées aux Cortès et les organes chargés de la représentation du royaume, les Cortès et les institutions qui en émanent, la Députation du Royaume, créée au xvie siècle, et la Commission des Millions, instituée au début du xviie. Les conflits qui les opposent conduisent à poser la question de l’existence du royaume. Or, tous les acteurs de cette histoire semblent osciller entre deux conceptions du royaume. L’une, intégratrice, met en avant le « bien universel » du royaume, une fiscalité répartie plus équitablement sur le territoire et entre les corps de la société, et accorde des pouvoirs décisionnels aux Cortès, à la Députation et à la Commission. L’autre conception, qui veut que le royaume soit d’abord un ensemble de communautés porteuses d’intérêts et de privilèges particuliers, suppose que les procuradores sont bien les délégués de leur ville avant d’être les représentants du royaume. Ainsi, s’expriment aux Cortès des demandes collectives mais aussi les requêtes individuelles des villes. Le bras de fer semble permanent entre roi et villes : le roi prétend bien renforcer les compétences fiscales des Cortès et des institutions émanées d’elles (qu’il s’attache à contrôler) et exige que les procuradores aient des mandats ouverts ; les villes limitent les procurations de leurs délégués, s’efforçant de conserver le « vote décisif » pour la concession de contributions. L’épisode marquant de cet affrontement est la décision de Philippe IV et d’Olivarès d’accorder aux procuradores le vote décisif en 1632. Les villes ne s’y résolvent pas, multipliant les manœuvres dilatoires avant de l’accorder lors de chaque réunion des Cortès.

6Mais Fortea refuse les oppositions binaires. La décision de 1632 n’est pas que l’effet de la volonté royale. Depuis le début du xviie siècle, les Cortès et la Commission des Millions ont souvent modifié les escrituras des millions sans consulter les villes. Les villes n’hésitent pas à réclamer la tenue de Cortès pour faire obstacle à des réformes, tels celles d’Olivarès en 1622 ou la consolidation des surintendants des provinces en 1691. À l’inverse, les rois d’Espagne usent de stratégie, optant pour une négociation directe avec les villes (qui confirme les prérogatives de ces dernières) chaque fois que nécessaire. La régente et Charles II pérennisent la formule en renonçant à réunir les Cortès en 1668. Le royaume n’existe plus que dans sa version « participative », dans la consultation régulière des villes. Mais la véritable rupture se produit en 1690, quand le roi, associé aux villes, décide de fondre la Commission et la Députation en une seule institution dont les membres seront réélus tous les six ans. L’absolutisme s’est construit à travers la collaboration conflictuelle avec les pouvoirs locaux, non sur leur anéantissement.

7Le livre est stimulant à plusieurs égards. D’une part, il offre un modèle d’analyse fécond qu’il serait souhaitable d’appliquer à d’autres territoires de la monarchie espagnole ou, pour la Castille, d’autres époques, notamment le xviiie siècle. D’autre part, il ébauche une comparaison avec d’autres histoires « parlementaires », comme celle de l’Angleterre, invitant à nuancer l’opposition entre les deux modèles politiques. On le lira donc comme une invitation à la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Dubet, « José Ignacio Fortea Pérez, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 248-250.

Référence électronique

Anne Dubet, « José Ignacio Fortea Pérez, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/3222

Haut de page

Auteur

Anne Dubet

Université Blaise Pascal/CHEC (Clermont-Ferrand)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org