Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

L’imperium hispanique médiéval (ixe siècle-1230). Recherches sur les idéologies monarchiques dans la péninsule Ibérique médiévale

Thèse de doctorat soutenue le 7 novembre 2009 à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux III (dirigée par Patrick Henriet)*
Hélène Sirantoine
p. 257-259

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Elisabeth Crouzet-Pavan, Université Paris IV Sorbonne, Thomas Deswarte, Univ (...)

1Les sources – diplomatiques et narratives pour l’essentiel – témoignent de l’attribution du titre d’imperator à un certain nombre de souverains des dynasties astur-léonaise puis castellano-léonaise. Parfois, c’est leur pouvoir qui est désigné par des termes relevant du champ lexical de l’imperium et par l’expression regnum-imperium. D’une manière d’abord diffuse, entre le ixe siècle et la première moitié du xie, puis fréquente jusqu’au milieu du xiiesiècle, dix-sept de ces souverains ont vu habiller leur autorité royale d’une teinte impériale. Ce phénomène fut indirect durant ses deux premiers siècles de manifestation : les rois étaient ainsi qualifiés soit de leur vivant dans des documents extérieurs à la cour – des chartes privées principalement –, soit après leur mort dans les diplômes de leurs successeurs et dans des textes narratifs. Il déboucha par la suite sur une expérience originale, du règne d’Alphonse VI (1065-1109) à celui d’Alphonse VII (1126-1157) : les souverains léonais assumèrent alors le titre à la première personne pour l’insérer dans leur titulature officielle. Mais ils lui adjoignirent également une projection péninsulaire en se déclarant imperatores totius Hispaniae. Alphonse VII fut en outre solennellement couronné empereur en la cathédrale de Léon le 26 mai 1135.

2Cette thèse a pour objet l’étude de ce particularisme que constitue l’imperium hispanique médiéval. Le phénomène a, par le passé, suscité d’intenses polémiques au sein de l’historiographie espagnole. Une réflexion dépassionnée sur le sujet amène à démythifier l’idée d’empire durant cette longue période et révèle les enjeux liés à l’utilisation de la notion d’imperium en termes d’idéologie et de légitimation monarchique.

3L’étude se fonde sur une analyse philologique des termes du champ sémantique de l’imperium à travers les sources. Celles-ci sont essentiellement diplomatiques, les chartes et diplômes ayant été les vecteurs privilégiés de la diffusion d’une image impériale des souverains concernés. Mais l’imperium hispanique a également laissé ses traces dans d’autres registres : historiographie, hagiographie, numismatique, sigillographie… etc. Un regard comparatiste laisse apparaître différentes modalités de recours au concept d’imperium au cours de la période envisagée, qui ont toutes pour objectif commun la mise en exergue du pouvoir monarchique.

4Jusqu’au règne de Ferdinand Ier (1037-1065), le phénomène demeure marginal. Il n’est le fait que de quelques scribes léonais désireux de souligner l’autorité supérieure – l’imperium – dont jouit leur souverain, qui lui-même n’emploie pas le titre d’imperator. Les pratiques recensées – dans un corpus d’environ cent trente chartes – sont à mettre en rapport avec l’utilisation régulière qui était faite jusqu’alors du champ lexical de l’imperium pour désigner l’autorité, et notamment celle, suprême et indiscutable, d’un roi, d’un magnat, ou même de Dieu. Qualifier l’autorité monarchique d’imperium revenait à signifier qu’il n’en existait pas de plus haute et, par conséquent, que l’imperator était souverain. Un tel usage, à la valeur essentiellement rhétorique, n’est d’ailleurs pas propre à la qualification des souverains léonais et la documentation offre des exemples identiques en Navarre notamment. Le recours n’est donc pas original. Il n’atteint pas même le niveau de ce qu’il est possible d’observer dans l’Angleterre du haut Moyen Âge, où quelques souverains ont, eux, utilisé le terme à la première personne pour signifier le caractère absolu de leur souveraineté. Il donne cependant lieu à la fin de la période à une démarche originale avec l’introduction dans la datation des chartes privées émises dans la région léonaise de la formule regnum-imperium, qui permet de renforcer dans la redondance l’exclusivité du pouvoir royal.

5Le règne d’Alphonse VI de Castille-Léon (1065-1109) marque une évolution importante. Le titre d’imperator est désormais officialisé et récurrent dans les diplômes. Résultat des succès rencontrés par le souverain dans la mise en œuvre d’une politique d’expansion pan-hispanique, l’adoption du titre d’imperator totius Hispaniae en 1077 n’est que le premier temps du développement d’une véritable idéologie impériale. Le titre est alors l’expression d’une hégémonie castellano-léonaise et chrétienne sur l’Hispania. Elle est certes encore idéale mais autorisée par l’ampleur de l’influence exercée par Alphonse VI, tant sur les taifas musulmanes tributaires que sur la Navarre soumise. L’ampleur prise par le phénomène, mis en œuvre exclusivement au sein des diplômes forgés dans l’organe en formation qu’est la chancellerie royale, dénote en outre une recherche constante de signification. Si le qualificatif d’imperator ne remplace jamais totalement le titre royal – et en ce sens l’imperium alphonsin demeure une fiction institutionnelle –, la diversité des titulatures attestée par les diplômes témoigne d’une évolution des fondements de sens de l’idée impériale. À la faveur de la conquête de Tolède, ceux-ci ont eu notamment tendance à s’orienter vers une assimilation avec l’idéologie néogothique. Les titres d’imperator Toletanus et de rex Toletani imperii en représentent l’aboutissement. Toutefois, cette réorientation signale aussi les limites du développement de l’idée impériale. L’image de l’empereur Alphonse VI laissait place à celle du conquérant de Tolède, plus fédératrice, et la mémoire collective confirme cette évolution en ignorant la première au profit de la seconde.

6Les années qui suivent la mort d’Alphonse VI en 1109 voient sans contestation possible un reflux du phénomène impérial. La période qui s’étend entre les règnes des deux grands empereurs, Alphonse VI et Alphonse VII, traditionnellement considérée comme peu significative pour le phénomène impérial, doit pourtant être revalorisée. Dans les diplômes de la reine Urraca (1109-1126), l’idée d’empire ne se manifeste, il est vrai, qu’à quelques rares reprises sous la forme féminisée du titre imperatrix et elle ne connaît guère de répercussion dans d’autres sources. Cette revendication du titre impérial n’est en outre pas dictée par la volonté de faire sienne une idéologie impériale incompatible avec le contexte de guerre civile qui sévit dans le royaume. Elle est liée à la rivalité qui l’oppose à son ancien époux Alphonse Ier d’Aragon « le Batailleur » (1104-1134) qui s’est, lui, approprié le titre en signe de revendication d’une autorité sur l’héritage de la reine. Ces luttes d’influence ont ainsi induit la survie du phénomène. Par ailleurs, loin d’être anecdotique, la titulature impériale est omniprésente dans les actes du Batailleur, jusqu’à ce qu’il accepte de l’abandonner au profit d’Alphonse VII lors de la paix de Támara, en 1127. Son emploi ne traduit pas seulement la rivalité castellano-aragonaise : le Batailleur se construit une idée impériale propre, dans laquelle la signification militaire contenue dans le terme imperator est tout particulièrement privilégiée.

7Vient enfin la dernière étape du phénomène, celle qui a donné lieu à la construction idéologique la plus aboutie, et celle qui a en conséquence eu le plus de répercussions, tant de manière contemporaine que postérieure. Dans la continuité de la rivalité pour le titre qui avait opposé sa mère Urraca et son beau-père Alphonse Ier, Alphonse VII (1126-1157) récupère dès sa montée sur le trône le titre inauguré par son grand-père : imperator totius Hispaniae. Son règne impérial débute toutefois véritablement en 1135, à la faveur d’un couronnement solennel qui fait de l’idéologie impériale la composante essentielle de son image monarchique et marque la première étape du déploiement d’une propagande sans précédent. Comme pour chacune des périodes précédentes, l’imperium acquiert sous son règne une signification particulière. L’empire d’Alphonse VII se proclame hispanique mais ne se limite pas stricto sensu à l’Hispania. S’il est étroitement lié à la fonction de combattant de son détenteur, son sens est également conditionné par une nouveauté : son fondement vassalique, qui fait de l’empereur un suzerain plus qu’un souverain. Cette période se distingue surtout des autres par la multiplication des vecteurs dans lesquels est forgée et diffusée l’idée impériale. Les diplômes sont, comme auparavant, les principaux instruments mis au service de la propagande monarchique. L’« impérialisation » du formulaire diplomatique est néanmoins révélatrice d’une façon nouvelle d’opérer l’enracinement du message transmis. Par ailleurs, le support monétaire et la narration historique, avec la Chronica Adefonsi Imperatoris, viennent compléter cet arsenal. C’est donc à une véritable systématisation idéologique qu’on assiste durant cette période. En conséquence, l’image de l’empereur Alphonse VII survit longtemps à sa mort, même si elle est déformée par la mémoire collective qui n’en retient que le surnom d’imperator. L’étude du souvenir laissé par les expériences impériales jusqu’en 1230 montre que cette image est en outre mise à profit tant par les successeurs d’Alphonse VII – pour lesquels il devient le combattant glorieux par excellence – que par d’autres acteurs qui en exploitent le potentiel de signification – tel Lucas de Tuy qui fait de la dignité impériale la manifestation ostensible d’un patronage isidorien sur le royaume léonais.

8Le recours récurrent au concept d’imperium pour qualifier l’autorité royale dans le royaume léonais, du ixe au xiie siècle, dénote donc une capacité à construire des idéologies monarchiques variées à partir de l’exploitation de la diversité de sens contenue dans une même notion et de la mise en œuvre de procédés créateurs de signification plus ou moins sophistiqués.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Elisabeth Crouzet-Pavan, Université Paris IV Sorbonne, Thomas Deswarte, Université de Poitiers, Patrick Henriet, Université Michel de Montaigne Bordeaux III, Amancio Isla Frez, Universitat Rovira i Virgili (Tarragona), Françoise Lainé, Université Michel de Montaigne Bordeaux III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Sirantoine, « L’imperium hispanique médiéval (ixe siècle-1230). Recherches sur les idéologies monarchiques dans la péninsule Ibérique médiévale », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 257-259.

Référence électronique

Hélène Sirantoine, « L’imperium hispanique médiéval (ixe siècle-1230). Recherches sur les idéologies monarchiques dans la péninsule Ibérique médiévale », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/3231

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org