Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Le lien et la rupture. Écriture de l’ironie et de l’intime dans l’œuvre de Leopoldo Alas Clarín (1852-1901)

Thèse de doctorat soutenue le 23 mai 2009 à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle (dirigée par Françoise Étienvre)*
Carole Fillière
p. 263-268

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Anne Charlon, Université de Bourgogne ; Jean-François Botrel, Université de (...)

1Cette thèse aspire à proposer un nouveau regard sur l’œuvre de Leopoldo Alas Clarín à partir d’une analyse stylistique portant sur l’intégralité de ses écrits de fiction. La critique accepte l’idée de l’hétérogénéité de son œuvre – Leopoldo Alas Clarín était journaliste, critique, satiriste, penseur, professeur, écrivain –, ce qui a longtemps constitué un obstacle pour une étude globale de sa prose, sans distinction catégorielle ou hiérarchique, et a assuré un cloisonnement des commentaires. Les écrits de Clarín sont conçus comme un réseau textuel, afin d’éviter la fragmentation et de garantir une approche dynamique respectueuse de l’« inquiétude » de l’œuvre. Les études sont enrichies par la voix de Clarín : elles convoquent de façon indiscriminée ses articles de presse et ses travaux critiques pour éclairer sa création. La thèse s’efforce de prendre en compte non seulement des aspects délaissés par la critique, mais surtout des textes injustement « abandonnés », jugés souvent « mineurs ». Le retour au texte, enrichi par un constant va-et-vient avec son intertexte, dans une perspective non hiérarchique d’écho entre les divers écrits, a pour enjeu de rendre sensible le « vitalisme intellectuel » d’une écriture trop souvent scindée entre « vitalisme » et « intellectualisme ». Cette enquête de style fait également appel à d’autres domaines de recherche, en particulier les sciences médicales et la philosophie, puisqu’elle entreprend d’approcher au plus près de l’« intimité textuelle » de l’auteur avec les savoirs de son époque.

2Cette thèse est fondée sur le phénomène d’intimité textuelle et intellectuelle à l’œuvre dans l’écriture : elle repose sur un pari, celui de redevenir en partie le lecteur qu’a été Leopoldo Alas Clarín. L’entrée dans ses textes n’est ni aisée ni immédiate ; elle requiert un regard culturel qui nourrit en retour le lecteur. Afin de saisir le réseau référentiel qui supporte les créations, il fallait établir un portrait matériel du lecteur au travers de sa bibliothèque personnelle, qui n’avait jamais fait l’objet d’une étude globale, ni même d’une description complète. Cette bibliothèque est quasiment perdue car le fonds a connu une histoire mouvementée et a été dispersé à la suite de la mort de l’auteur. Le catalogage des fonds bibliographiques et manuscrits, s’il reste fragmentaire en raison des pertes subies, a permis d’évaluer les aires d’intérêt de Clarín et de relire ses œuvres à partir des titres qu’il possédait. Le principal objet de la thèse est d’appréhender l’esthéticien à l’œuvre dans le texte clarinien, pour éclairer en retour le psychologue et le moraliste. Les recherches sur le style s’efforcent de montrer que le réalisme clarinien est volontairement élaboré par l’auteur dans le but de le rendre plus complet et plus complexe, et d’approcher au plus près du réel au sein de la composition artistique. Ce réalisme porte l’empreinte d’une subjectivité créatrice forte et aspire à exprimer une vérité humaine mouvante et contrastée.

3Ce travail est construit contre deux tendances critiques dominantes : la catégorisation textuelle et la constitution d’antagonismes systématiques, notamment les oppositions entre court et long, entre roman et conte – auxquelles s’ajoutent une opposition entre le « réalisme » dit premier de Clarín et son « spiritualisme » fin de siècle – et la contradiction, majoritairement adoptée par la critique, entre sérieux et ludique. Afin de les réintroduire dans la thèse et de les dépasser, les motifs contrastés du lien et de la rupture sont proposés comme intitulé. Ils se situent à la croisée de plusieurs questionnements portant principalement sur l’acte de création et sur l’acte de réception de l’œuvre littéraire. Ils sont analysés au travers de deux objets d’étude, l’ironie et l’intime, afin de saisir le réalisme complexe de Clarín par ce qui, paradoxalement, peut être assimilé à des limites du réalisme. Le problème de la coexistence, dans l’écriture clarinienne, d’une posture critique distanciée et d’une attitude empathique apparaît comme une évidence. Les champs de l’ironie et de l’empathie artistiques, communément associés à deux postures disjointes, la distance et la proximité, sont réinvestis et réunis dans un regard porté sur l’intimité textuelle avec un intertexte et les voix textuelles. Les recherches se nourrissent de l’intuition qu’entre les deux extrêmes glosés par la critique – la haine d’un monde immonde et la profonde tristesse provoquée par l’idéal d’un monde inatteignable – se trouve un monde textuel, une réalisation artistique conçue non comme « réconciliation », mais comme réunion contrastée de ces deux impuissances en une puissance esthétique.

4La thèse est constituée de deux études : « Esthétique ironique et art de l’emprunt » et « La fêlure intime ». L’ironie, à partir d’un déplacement conceptuel, est conçue comme un mode de représentation et non comme un instrument au service de la satire et de la critique. L’esthétique ironique n’est alors nullement contraire au sérieux inhérent à la représentation « réaliste » du réel. L’ironiste n’est ni un rieur, ni un blagueur ; il est encore moins exclusivement un satiriste : il cherche à produire un objet esthétique et ses attaques prennent pour cible la représentation et le langage, le réalisme lui-même devenant objet de son jeu représentationnel. L’ironie n’est plus étudiée comme un phénomène local tropologique, mais comme une structure globale de l’œuvre. L’ironie clarinienne est envisagée à partir d’un croisement de perspectives : la linguistique pragmatique et citationnelle ; les travaux de la Nouvelle Critique et de Philippe Hamon sur le texte réaliste ironique, qui font de l’ironie le synonyme de la littérarité ; et l’approche philosophique de l’attitude de l’ironiste vis-à-vis du monde et de sa création menée par les Romantiques allemands, en particulier par Friedrich Schlegel qui énonce les caractéristiques de l’Ironie Moderne. L’ironie est considérée, à partir d’une conception esthétique, comme agent structurant de l’œuvre littéraire et comme phénomène de mise en relation des voix textuelles.

5Les analyses s’appliquent à montrer la spectacularité du texte ironique, au sens dramatique dans un premier temps, puisque les personnages sont étudiés en fonction de leur positionnement vocal sur une scène construite comme un espace ironique par le narrateur régisseur. Il prend pour cible les langages des personnages et élabore une critique philologique de son temps. Or, la représentation ironique et la théâtralité, liées dans l’expérience d’écriture dramaturgique, journalistique et narrative de Clarín, relèvent d’un dialogisme contrôlé. La mobilité des voix textuelles et leur combinaison est décrite à partir des emplois de la citation et du lieu commun, afin de montrer combien le narrateur philologue est également un styliste qui fait œuvre de création à partir des formes mêmes qu’il met à distance. L’écrivain, dans un solo narratif, affiche sa supériorité et son autorité ; il s’emploie à dominer les discours communs en récusant leur valeur sociale, par le déport de l’oralité et du dialogue et par l’exhibition de son omniprésence textuelle : lui seul fait œuvre de création sur le langage. Le narrateur contrôle la voix du personnage et la dissout en sa parole : la polyphonie naît de son omniscience et de son ingérence, et crée une aire de mobilité vocale limitée par l’instance narrative qui manipule les voix et les points de vue pour nourrir sa perspective et son style propre.

6L’ironie est ensuite étudiée au travers des relations qu’entretiennent le lecteur et le démiurge avec/dans le texte ironique. Les remarques de Clarín sur les « humoristas » dans la presse dessinent une esthétique ironique comprise comme mélange et combinaison : la sátura. Elle relève d’une idée esthétique qui suit un principe de contradiction et de rencontre, et allie l’abondance relationnelle au magnétisme textuel afin de concrétiser l’esprit de contraste. L’ironie est l’instrument privilégié par l’esthéticien dans sa mise en relation des voix textuelles, des acteurs de l’échange créateur et des fragments que l’écriture convoque. La capacité à créer du lien est pour Clarín un mode de connaissance et de création qui repose sur le sentiment du contraire et sur un équilibre fragile entre l’engagement et le désengagement, dans une dynamique ininterrompue. La plus évidente réalisation de l’esprit combinatoire est l’art de l’emprunt : il garantit l’intégration du créateur ironique dans la chaîne des autorités textuelles et mobilise un double mouvement de connaissance et de reconnaissance. La citation, gage de l’autorité et de l’habileté de l’ironiste, vitalise l’œuvre et est réactualisée en retour dans un lien de mémoire qui unit la ludicité et le sérieux. La sátura esthétique résulte du travail de fragmentation et de recomposition du réel mené par l’auteur à partir de la singularité de son point de vue : sa subjectivité créatrice est lisible dans le tracé de la découpe et de la couture référentielle.

7À partir des difficultés de la communication ironique sont évaluées les interactions entre le lecteur et le texte, et la singularité d’une expérience de lecture qui défie le lecteur. Le lecteur idéal doit être capable de redevenir le lecteur originel qu’a été l’auteur et de reconstituer le réseau de relations et de combinaisons qui sous-tend le texte. Cet horizon de communication est menacé par l’échec : l’ironiste exerce un magistère de l’absence socratique. L’étude des signes ironiques a pour but de montrer que la leçon de lecture ironique est une herméneutique de l’équilibre fragile entre intimisation et distanciation. Enfin, une série d’analyses textuelles met en valeur le rôle du démiurge clarinien, présent et absent tout à la fois. Il s’agit de saisir les fondements du jeu clarinien, garanti par l’ironie démiurgique, pouvoir absolu sur la création, mais également menacé par une perte. Ce jeu est l’œuvre d’une subjectivité libre qui se méfie du narcissisme, et le résultat d’une perspective sérieuse distanciée. Les divers degrés du jeu ironique sont l’onomastique, la parabase et la digression : les brèches de l’illusion ainsi créées donnent forme à la subjectivité « germanique » de l’ironiste, dans un vagabondage textuel qui affiche la liberté du maître du jeu. Le perspectivisme ironique fait du texte une illusio qui n’est cependant jamais gratuite.

8La deuxième partie de la thèse s’attache au personnage, ou « figura poética », comme incarnation stylistique de l’intime, objet aussi mobile et indéfini que pouvait l’être l’ironie. La créature est conçue comme interaction entre écrivain, lecteur et texte. Pour que l’œuvre soit un véritable « figurar » vivant, Clarín emploie des sources diverses : les analyses textuelles sont précédées d’un panorama de l’idéologie (du) complexe, à partir des théories explicatives de l’humain dans un contexte de rationalité en crise. Grâce aux articles de presse consacrés par Clarín à la physiologie et à la psychologie sont évaluées ses réactions favorables ou défavorables face à l’influence des idéologies scientifiques au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Sa réception critique et nuancée opère une sélection méthodique dans les deux principales tendances importées en littérature, et manifeste son opportunisme stratégique, à même d’assurer la complexité de son réalisme. Après un bilan de ce qu’à l’époque on a nommé en France le « réalisme des profondeurs », les études suivantes s’efforcent de montrer combien la saisie de l’intime est une œuvre ardue, qui impose une écriture complexe et nuancée, sans cesse renvoyée à ses limites, en dépit de l’enthousiasme et des capacités d’observation du créateur. Le contraste entre l’idéal d’une représentation totale et l’inquiétude de Clarín qui voit s’éloigner l’horizon de la représentation de l’intime, apparaît alors dans l’évaluation des trois stratégies qu’il combine : l’intuition, l’introspection et l’intrusion. La communication est fragile, filtrée par le médiat qu’est le langage et contrainte par les déficiences de l’échange et du contact entre les êtres. La prégnance des « sentimientos sin nombre », unie au topique de l’incommunicabilité, déjoue la confiance programmatrice du créateur en ses capacités à lire et à transcrire l’intime, l’orientant vers une écriture grise qui tient compte, à la fois, de l’écart entre l’expérience et son expression et des fêlures du sujet. Le réalisme des profondeurs se heurte à l’opacité du sujet et, paradoxalement, à son évidence.

9L’étude de l’intime tâche ensuite de dévoiler les conditions d’écriture de l’authenticité intime au travers de la représentation de la douleur. Une première analyse s’intéresse à la conception clarinienne du réalisme douloureux. Elle évoque la position de Clarín face au pessimisme philosophique et sa conception d’une esthétique de la tristesse qui s’élabore face à des œuvres dites « el sentir del arte ». Le scandale du mal étant pour Clarín la solitude, les « figuras poéticas » sont étudiées comme des trajectoires de perte, en commençant par le seuil qu’est la perte du corps. Les fêlures du corps sont construites à partir d’un modèle de dysfonctionnement propre à l’auteur : ses maux, acceptés ou rejetés, conditionnent la représentation des douleurs physiques, lorsque le corps blessé disparaît sous une chape de silence. Tout en justifiant son entreprise empathique par la formule « lo propio es lo ajeno », Clarín use du masque de l’intime créaturel pour diffracter ses propres douleurs, pour les tenir à distance tout en s’offrant la possibilité de les exorciser et de les cerner en profondeur. Cependant, l’impuissance et le silence s’imposent. Le langage technique, disparate et contradictoire des médecins disqualifie la médecine et inquiète le malade, rejeté dans une ignorance qui accroît son sentiment d’abandon. Le corps blessé n’est pas représenté dans ses déchirements mais détourné vers des fêlures internes et secrètes : le dire de la souffrance est suspendu. Deux exceptions, les corps dégradés de l’hystérique et de l’enfant malade, éclairent par contraste l’exploration de la douleur secrète et parasitaire : les études du ventre comme centre silencieux du corps représenté, de la métaphorisation des silences et du naufrage intime montrent combien ce malaise/mal-être est constitutif d’une solitude ontologique. L’angoisse envahit le sujet dans les pertes successives qui l’affectent – corps, autrui et monde – et culmine dans les pertes de l’esprit. Les menaces d’un esprit fêlé, déchiré entre idée et idée fixe, déréglé par une folie obsédante qui débride le langage ou le brise, sont les états-limites par lesquels Clarín construit une mimésis des entraves intimes. L’étude de la dissémination des manies dans l’œuvre, de la conversion de la tentation amoureuse en obsession dans La Regenta, et des absolus de la douleur que sont l’aliénation et le doute dévoile deux pathologies croisées : la liaison et la déliaison. Le secret des êtres réside alors dans l’expérience de la perte qu’est le vécu de la douleur : le texte est troué, tandis que l’inquiétude s’infiltre dans le pouvoir nominateur.

10L’œuvre clarinien est placé sous le sceau de l’ambivalence. C’est du contraste entre le pouvoir démiurgique de l’auteur et ses propres faiblesses que naît la complexité textuelle : la fragilité du lien, jusque dans le langage, apparaît comme une menace de l’œuvre. Les communications ironique et intime sont réunies par cette possibilité de l’échec et l’intègrent à leur représentation, dans un feuilleté sensible et signifiant qui matérialise les masques du dire et de l’être. Le texte ironique fonctionne comme l’offre d’une rencontre qui comporte sa zone d’ombre. Herméneutique de l’équilibre fragile entre intimisation et distanciation, ainsi qu’acceptation du risque de la perte, il appelle comme complément une écriture intime qui fasse de l’expérience de lecture une expérience participative, composée sur les silences et les cris de l’être. La tension entre la spectacularité et le secret élabore un portrait du créateur entre ombres et lumières, dans la valse des masques et le vacillement entre le jeu et le je. Dans un pari sur la création et sur la vie, l’auteur et son lecteur s’engagent dans la brisure, afin d’élaborer un art du lien. La transcendance du littéraire repose sur la possibilité d’un lien autre, d’un élan vers le semblable qui, dans les spirales du texte ironique et dans les sinuosités de l’homme complexe, est porté à participer à un processus créateur. La réussite de l’œuvre est virtuellement contenue dans la mobilisation des grands lieux communs de l’existence et de la culture qui ancrent la reprise sur un fond d’espoir.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Anne Charlon, Université de Bourgogne ; Jean-François Botrel, Université de Haute-Bretagne Rennes II ; Yvan Lissorgues, Université de Toulouse-Le Mirail ; Serge Salaün, Université Paris III Sorbonne nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Fillière, « Le lien et la rupture. Écriture de l’ironie et de l’intime dans l’œuvre de Leopoldo Alas Clarín (1852-1901) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 263-268.

Référence électronique

Carole Fillière, « Le lien et la rupture. Écriture de l’ironie et de l’intime dans l’œuvre de Leopoldo Alas Clarín (1852-1901) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/3234

Haut de page

Auteur

Carole Fillière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org