Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Les premières greguerías dans le creuset esthétique des années 1910. Formation littéraire et réception de Ramón Gómez de la Serna

Thèse de doctorat soutenue le 7 novembre 2009 à l’Université Paris-III Sorbonne Nouvelle (dirigée par Serge Salaün)*
Laurie-Anne Laget
p. 268-271

Texte intégral

  • *  Composition du jury: Paul Aubert, Université de Provence ; Marie Franco, Université Paris-III Sorb (...)

1Dans cette thèse, j’ai souhaité revenir sur les origines de la greguería et sur les enseignements que pouvaient nous livrer l’étape de formation d’un auteur longtemps nimbé du halo de légendes tenaces. Ramón Gómez de la Serna fut une personnalité complexe, au sein d’une époque qui, elle-même, se caractérise par une nature protéiforme que les premières greguerías incarnent de façon exemplaire. Les débuts de l’écrivain madrilène dans le champ littéraire et culturel de l’Espagne des années 1910 et sa situation dans l’histoire littéraire sont problématiques. Longtemps associé au mythe d’une « génération unipersonnelle » qu’il constituerait à lui seul, « Ramón » fait figure de précurseur des avant-gardes en Espagne. Pourtant, on ne peut oublier que la formation littéraire de l’auteur advint au cours des années 1910, époque à ce jour relativement méconnue, à l’articulation entre modernismo et vanguardia, et que Gómez de la Serna définissait par son « caractère pluriel et syncrétique ». C’est pourquoi, je me suis intéressée à la façon dont l’auteur rencontra les faveurs du public en devenant le centre d’un réseau, à l’enjeu des rencontres qui l’amenèrent à occuper cette position, et aux admirations, échanges et influences réciproques qu’il n’a pas toujours reconnus. Il s’agissait de proposer une lecture historique des premières greguerías, attentive aux conditions du marché éditorial et au contexte culturel dans lesquels elles prirent place, ainsi qu’à l’horizon des lecteurs qui les accueillirent. Il s’agissait de donner une profondeur différente à la conception de l’originalité de Ramón Gómez de la Serna, tout en mettant en évidence la subtilité des mécanismes de construction de son œuvre et celle des choix, voire des stratégies qu’il adopta pour établir son (pré)nom au sein du champ littéraire des années 1910.

2Dans ce dessein, j’ai tout d’abord étudié les lieux, milieux et réseaux au sein du marché éditorial et culturel des années 1910 que Ramón Gómez de la Serna a partagés avec les jeunes écrivains qui lui sont contemporains – en particulier, ses co-rédacteurs de la revue Prometeo (1908-1912). Ramón s’établit en tant qu’écrivain professionnel depuis la tribune de la presse madrilène où il publie des chroniques littéraires qui puisent dans le répertoire des formules littéraires alors en vigueur (tableaux costumbristas, récits érotiques, contes, essais… etc.). Il s’agit précisément d’analyser les formes qu’adopte successivement la greguería, en prenant en compte les divers contextes externes qui la conditionnent. Dans le cadre de ce système complexe et en cours de mutation – que l’on songe au phénomène des collections de nouvelles, qui fait irruption dans les années 1900, et où se côtoient de jeunes écrivains et des auteurs reconnus ; ou encore aux nouveaux quotidiens et revues qui sont alors créés, dont un exemple, certes mineur mais original, est celui de Prometeo, que Ramón dirige dès 1909, j’ai voulu suivre le processus (tardif) d’intégration de l’auteur dans la sociabilité culturelle de son temps. Ainsi, l’origine des greguerías est à chercher dans les conditions d’une structure matérielle et économique au sein de laquelle l’écriture littéraire s’élabore en harmonie avec les exigences du support de la presse, qui modifie, à l’époque, les pratiques d’écriture.

3Dès cette première étape de sa carrière littéraire, Gómez de la Serna ne cesse de manifester un souci de lo nuevo, au nom duquel il cherche ses modèles d’écriture à l’étranger. À ce titre, le rôle des traducteurs plus ou moins professionnels qui l’entourent est essentiel : il s’agit, pour les plus proches, de Ricardo Baeza, Carmen de Burgos et, bientôt, de son frère cadet Julio ; on peut ajouter un certain nombre de co-rédacteurs de Prometeo, comme Rafael Cansinos Assens, Enrique Díez-Canedo ou Fernando Fortún. Car, Ramón est en réalité un faux polyglotte, ainsi qu’en témoigne notamment la précieuse correspondance inédite avec Ricardo Baeza, datée de la période 1909-1912. Sources majeures de ce travail – outre le dépouillement systématique de la presse de l’époque –, les lettres échangées entre Gómez de la Serna et Baeza permettent d’apprécier le rôle de passeur de la modernité européenne (littératures française, britannique, italienne) que joue le jeune traducteur à qui Ramón commande des textes pour Prometeo. Une série d’études intertextuelles montre que les figures tutélaires des origines de la greguería sont des écrivains symbolistes ou post-symbolistes (tels que Rémy de Gourmont, Marcel Schwob ou Francis Jammes) qui, dans certains cas (comme ceux de Max Jacob, d’Apollinaire ou de Saint-Pol-Roux), peuvent être considérés comme des précurseurs des avant-gardes littéraires inaugurées au cours de la décennie suivante. À leur contact, Ramón explore un ensemble divers de formules esthétiques nouvelles et affirme les caractéristiques de son écriture : la greguería s’inscrit ainsi dans une histoire européenne des genres courts. Par ailleurs, Ramón intègre à sa propre réflexion sur le langage poétique la dimension d’une esthétique de l’image analogique. C’est là, probablement, ce qui constitue le point d’inflexion de sa formation philosophique et intellectuelle et qui annonce le champ de sa fortune littéraire à venir : la question de l’image s’impose comme élément fondateur de l’univers littéraire des origines de la greguería.

4Celle-ci est, en effet, au cœur de ce que l’on pourrait appeler, avec Guy Mercardier, l’« effet Ramón », c’est-à-dire cette sensation de surprise mâtinée d’évidence poétique, qui pique la curiosité du lecteur tout en suscitant sa complicité. Dans ce dernier temps de l’analyse, il s’agit d’étudier le fonctionnement textuel de la greguería, en adoptant le point de vue du public qui la reçoit, dans le but de comprendre le succès de la greguería à partir des années 1920 et, au-delà, sa pérennité au sein du patrimoine littéraire espagnol. Ce succès de la prose ramonienne est, à mon sens, à rapprocher de la notion de motivation du signe, c’est-à-dire de cette idée qu’il existe un rapport naturel entre le mot et la chose qu’il désigne. À sa manière, la greguería joue sur des associations de mots ou d’idées qui s’enracinent dans la matérialité du langage (« Libro: hojaldre de ideas » [Livre : millefeuille d’idées]) ou dans une impression visuelle que le lecteur reconnaît spontanément (« Máquina de escribir: el anfiteatro de las letras », [La machine à écrire : l’amphithéâtre des lettres]). Si bien que l’effet de surprise, chez Ramón, n’oblitère jamais la profonde cohérence de la greguería, voire le nouvel ordre (poétique) des choses qu’elle sait instaurer. Le texte ramonien convainc et, à bien des égards, la greguería a des faux airs de définition poétique. Dans sa façon de considérer le réel, on perçoit une intention épistémologique : il s’agit d’expliquer les phénomènes de ce monde, en jouant à la fois sur le nouveau et l’insolite, mais aussi sur une certaine forme de cliché.

5Il faudrait en quelque sorte parler, à propos du ramonismo,d’avant-garde de masse ou commerciale, dans la mesure où l’auteur des greguerías cherche à cultiver une écriture de la nouveauté et un style qui lui soient propres, tout en s’ouvrant à un public le plus large possible – ce qui le distingue de l’écriture de la clôture et de l’hermétisme qui caractérise les avant-gardes littéraires et artistiques au sens strict. Les canons de la greguería sont bientôt établis et celle-ci devient progressivement une formule (à succès), qui s’inscrit dans une modernité littéraire lato sensu, intégrée aux lois du marché et de la consommation culturelle. Aussi, paradoxalement, l’écriture de la greguería la plus expérimentale est celle des années 1910, alors que les avant-gardes en tant que telles n’ont pas encore vu le jour. Au début des années 1920 – et avant d’amorcer une nouvelle étape de sa carrière littéraire sous la forme d’une production romanesque résolument novatrice –, Ramón devient ce personnage fantasque de l’historiographie littéraire espagnole qui passe à la postérité pour son maniement de l’image poétique (Cernuda ou Díaz-Plaja le reconnaissent comme un précurseur des poètes dits « del 27 ») parce qu’aucune des relectures critiques postérieures ne s’est vraiment préoccupée des sources de son écriture. On fait ainsi de Ramón un représentant des avant-gardes, sans le rattacher aux années 1910 qui le voient naître en tant qu’écrivain professionnel.

6De par le contexte de sa formation littéraire en tant qu’écrivain professionnel, Ramón appartient, avec ses premières greguerías,à un autre temps que celui des avant-gardes. C’est le creuset esthétique et journalistique des années 1910, sillonné de stratégies discursives et éditoriales, qui préside à la naissance de la figure littéraire du Ramón greguerista. Une étude historique de ses années de formation, au travers du métier de journaliste et de ses exigences, révèle les limites de toute approche univoque de l’auteur et pousse à appréhender l’œuvre dans son ensemble et sa remarquable complexité. En somme, cette thèse se situe à la croisée de l’histoire culturelle et de l’analyse littéraire, qui s’y trouvent intimement mêlées. Elle prétend apporter un nouvel éclairage sur la décennie 1910, jusqu’à très récemment plongée dans l’oubli historiographique. Il s’agit pourtant d’un bouillon de culture, où les héritages du siècle passé se décantent et où naissent, au gré des moyens de diffusion nouveaux et de nouveaux lecteurs instruits, des formules éditoriales et littéraires innovantes. Toutefois, l’époque ne se caractérise pas par un seul genre aisément identifiable et c’est d’ailleurs là, je crois, dans ce syncrétisme culturel qui amalgame une grande diversité de thèmes, de genres, d’influences esthétiques, tous irréductibles et mêlés, que réside l’enjeu de ces années. Ramón Gómez de la Serna et ses premières greguerías, à l’image du contexte qui les voit naître en tant qu’écrivain et que « genre » intégrés au marché éditorial, se trouvent à l’intersection des questionnements esthétiques et intellectuels qui caractérisent la période, comme le processus de professionnalisation du milieu littéraire, qui impose aux écrivains de s’ouvrir au public pour vivre de leur plume, ou comme le rapport nouveau de la littérature au réel, dont les modalités déclinent et conjuguent (sans que cela soit pour autant contradictoire à l’époque) les dernières rémanences du modernismo, les variations réalistes du costumbrismo et une forme d’héritage symboliste consistant dans la recherche de lo moderno – devenu lo nuevo au seuil des années 1910.

7La thèse est suivie d’un inventaire inédit des 2 051 articles de Ramón Gómez de la Serna que j’ai pu consulter dans la presse de 1910 à 1923 ; d’un tableau récapitulatif des œuvres publiées par l’auteur entre 1905 et 1929, classées en fonction de leur lieu d’édition ; d’une évaluation de l’audience potentielle qu’eut l’œuvre journalistique de Ramón pour la période étudiée ; enfin, d’une transcription et édition d’un ensemble inédit de lettres adressées par Ramón Gómez de la Serna à Ricardo Baeza au cours de la période 1909-1912.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury: Paul Aubert, Université de Provence ; Marie Franco, Université Paris-III Sorbonne Nouvelle ; Eloy Navarro Domínguez, Universidad de Huelva ; Domingo Ródenas de Moya, Universitat Pompeu Fabra (Barcelona) ; Serge Salaün, Université Paris-III Sorbonne nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurie-Anne Laget, « Les premières greguerías dans le creuset esthétique des années 1910. Formation littéraire et réception de Ramón Gómez de la Serna », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 268-271.

Référence électronique

Laurie-Anne Laget, « Les premières greguerías dans le creuset esthétique des années 1910. Formation littéraire et réception de Ramón Gómez de la Serna », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/3235

Haut de page

Auteur

Laurie-Anne Laget

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org