Navigation – Plan du site
L’objet de main en main

Présentation

L’objet et la main
Fabienne Wateau et Pierre Rouillard
p. 9-16

Texte intégral

  • 1  Leroi-Gourhan, 1943, 1945 et 1964-1965.
  • 2  Haudricourt, 1987 ; Cresswell, 1983 ; Wisner, 1995.
  • 3  Appadurai, 1995 ; Latour et Lemonnier, 1994.
  • 4  Bromberger et Segalen, 1996 ; Hoskins, 1998.
  • 5  Bromberger et Chevallier, 1999 ; Bonnot, 2002.
  • 6  Mauzé, 2000.
  • 7  Bonnain, 2001 ; Derlon et Jeudy-Ballini, 2008.
  • 8  Debary et Turgeon 2007.

1Les études sur l’objet matériel reprennent de façon significative ces toutes dernières années, dans un élan sans doute associé en France à la réorganisation de plusieurs grands musées d’art et de société. Alors que les années 1970 et 1980 célébraient l’âge d’or de la technologie culturelle, dans la continuité des travaux d’André Leroi-Gourhan1, réunissant archéologues, ethnologues et ergonomes autour d’écrits et de débats animés2, les années 1990 interrogeaient plutôt le monde des objets dans ses relations avec les acteurs sociaux3, en se focalisant sur les histoires de vie4 et le trajet des objets5. Depuis les années 2000, l’esthétisme, les arts premiers6, les marchés et les marchands de l’art7 mais aussi les objets articulés aux mémoires8 retiennent plus spécifiquement les attentions.

2Le contexte muséal dans lequel renaît l’intérêt pour l’objet est en effet très particulier. En 2003, fermaient à Paris le Musée des arts d’Afrique et d’Océanie (MNAAO) et le Musée de l’Homme ; en 2005, c’était le tour du Musée des arts et traditions populaires (ATP). L’inauguration en 2006 du Musée du Quai Branly permit la réunion des collections des deux premières institutions citées en un même lieu, tandis que celles de la troisième attendent toujours d’être accueillies à Marseille, au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Sans doute ce contexte n’est-il pas spécifique à la France ou même à l’Europe : partout, la muséologie est régulièrement invitée à reconsidérer ses espaces et ses modes d’interrogation des objets.

3Notre approche vise à questionner l’objet dans sa relation avec la main, et plus précisément dans sa relation au toucher. L’objet peut être touché par des mains profanes, ou bien sacrées, des mains qui le font circuler, l’échangent, le vendent ou au contraire le conservent, l’usent, le frottent, l’astiquent, le fabriquent, le réparent, le transforment, l’effleurent… Qu’est ce que ces mains donnent de plus à l’objet ? L’objet a-t-il plus de valeur quand il est manipulé ? Passant de main en main, acquiert-t-il un autre statut ? Comment, à travers les marques de doigts, la patine, les traces usures, l’objet nous informe-t-il sur la société qui l’a produit ou adopté ? En d’autres termes, qu’est-ce qu’une lecture du toucher sur l’objet confère de nouveau aux études portant sur l’objet ?

  • 9  Mauss, 1950, p. 155
  • 10  Malinowski, 1963.
  • 11  Pais de Brito, 2000.

4Marcel Mauss n’aurait pas eu grand mal à reprendre le sens de ces questions, étant sans doute l’un des premiers à parler du mana de l’objet possédé, de cette force et de cette richesse que tout détenteur d’objet recherche et qui l’oblige, pour les garder, à faire circuler l’objet, à le faire passer de main en main, sous peine précisément de perdre le précieux mana9. Il aurait pu insister sur les techniques du corps que cette relation de la main à l’objet aurait mis en valeur, évoquer les outils de l’artisan dont la préhension est tellement personnalisée que ses doigts sont inscrits sur le manche, parler de ces corps en mouvement, actionnés différemment selon les cultures et l’effort procuré. Pour sa part, Bronislaw Malinowski aurait expliqué que rendre des cadeaux avec usure, faire circuler les objets, est le principe même de l’échange exogame des colliers et des bracelets de coquillage Kula des îles Trobriands. En posséder est réconfortant, un simple contact en transmet les vertus et garantit un suprême confort10. L’objet maintes fois touché et possédé gagne par sa circulation une valeur ajoutée. Finalement, c’est aussi le principe mercantile du marché de l’art où, parfois, l’auteur de l’œuvre importe moins que celui qui la possède ou l’a possédée acheteur ou collectionneur qui lui est associé. S’agissant des objets africains, assez souvent, ce sont ces seules mains qui sont valorisées11.

  • 12  Classen, 2005, p. 278.
  • 13  Classen, 2005, p. 275.
  • 14  Derrida, 2000, p. 55.

5Le contact permet aussi, aime-t-on à croire, d’accéder aux pouvoirs mystérieux des objets rares et curieux12. Toucher les objets est formellement interdit dans les musées à notre époque pour le moins car, en d’autres temps, déroger à l’exercice eut été fort mal pris par le propriétaire d’une collection privée ou d’un cabinet de curiosités. Les objets étaient présentés aux visiteurs qui, en hôtes polis et répondant à l’invitation, se devaient de poser des questions et de les manipuler, de s’en imprégner. Tel un dîner où ne pas toucher à la nourriture eut été déplacé, toucher l’objet relevait de la politesse et du partage de sensations13. Il s’agit d’une « connaissance par l’expérience », aurait dit Kant : « c’est la main ; la main de l’homme, en vérité les doigts, l’extrémité des doigts » qui participent de cette tradition « tactiliste » alors valorisée14.

  • 15  Turgeon, 2006.
  • 16  Classen, 2005.
  • 17  Bromberger, 2007.

6Sans doute, cette approche exploratoire mériterait-elle d’être plus largement développée, articulée notamment dans une histoire des principales étapes de l’évolution des recherches sur l’objet matériel15. Sans doute l’approche mériterait-elle aussi de présenter plus longuement les travaux récents consacrés à la notion du toucher, dont l’ouvrage de l’anthropologue américaine Constance Classen16, sûrement l’un des plus intéressants et des plus complets. Y sont abordées les questions de sens, de genre, de contrôle, d’interdit, de technologie, de thérapie. À signaler aussi le volume spécial de la revue Terrain intitulé « Toucher » et préfacé par Christian Bromberger17. C’est à l’intersection de ces deux centres d’intérêt, l’objet d’une part et le toucher d’autre part, non pas nouveaux mais reconsidérés que se situe la présente contribution.

  • 18  Debary et Tellier, 2004, p. 118.

7Dans l’esprit des volumes de la Nouvelle Série des Mélanges de la Casa de Velázquez, cette livraison comprend six articles et fait l’effort de réunir des textes de périodes et de disciplines différentes. De la préhistoire à l’époque contemporaine, tous portent sur l’Espagne ou pour le moins la péninsule Ibérique, à l’exception d’un seul qui a pour cadre la France. Pour beaucoup de Madrilènes qui fréquentent le quartier de la Latina, ce dernier article fera néanmoins écho à une expérience familière : Le Rastro, à l’instar des autres brocantes et marchés aux puces d’Europe, attire sans doute plus de chalands, le dimanche, que les musées et les églises18.

8Les textes ont été organisés en trois ensembles. Le premier groupe d’articles porte plus spécifiquement sur l’objet archéologique dont les traces d’usure et de circulation permettent de déterminer les mains qui ont pu le tenir. Le deuxième renvoie à l’univers de la croyance et du religieux, à ces objets qui, comme attouchés, permettent — espère-t-on — de se rapprocher de la divinité ou pour le moins de provoquer une situation de dépassement du profane vers le sacré. Le troisième, enfin, s’immisce au cœur de lieux très particuliers où les objets sont collectés et accumulés, destinés à être montrés et touchés ; il s’agit des marchés aux puces et des cabinets de curiosités. Un dernier texte plus court, en forme de contrepoint, reprend l’objet dans un contexte plus général, non pas à main nue mais avec une main gantée : au musée. La réflexion porte sur le trajet des objets, depuis leurs vies utilitaires, au dehors, jusqu’à leurs vies d’objets de musée, au dedans, dans les réserves et les salles où ils sont exposés.

  • 19  Gras, 2000, p. 604.

9Par la mise en évidence de motifs sur des céramiques et des bracelets de pierre, Isabelle Sidéra, préhistorienne, reconstitue pour le Néolithique occidental le plus ancien, l’existence de contacts et de transferts d’objets — objets du quotidien, brisés, usés et objets de parure retrouvés dans les sépultures — du sud de la péninsule Ibérique vers le nord de l’Europe. C’est aussi la nature des relations qui pouvaient conduire ces populations à se rencontrer qui est questionnée. Il semble que la notion d’artistes ou d’artisans « itinérants » — pour reprendre les termes de Michel Gras19 — ne soit pas l’hypothèse préférentiellement retenue : l’idée plus anthropologique d’une alliance possible entre groupes exogames et de la transmission de certains biens entre générations corroborent plutôt l’hypothèse d’un enracinement territorial de populations mélangées. La main sur l’objet est ici sibylline mais pourtant bien présente ; l’usure des objets retrouvés et notamment des colliers de perles renseigne sur les usages.

10C’est précisément cette question que reprend l’archéologue médiéviste André Bazzana à partir de matériaux plus récents, faisant parler l’objet à partir des traces qu’il porte et qui informent à la fois sur la main de l’artisan qui le manipule — à moins qu’il ne s’agisse de la cuisse qui a moulé la tuile — et sur le contexte culturel dans lequel celui-ci évolue. Les exemples ethnographiques nombreux, dans la droite lignée des travaux d’André Leroi-Gourhan, renvoient à la lecture des sociétés selon des critères techniques spécifiques. L’objet est ici un témoin historique et un signe permettant de comprendre le sens et les fonctions cognitives de ses utilisateurs. L’auteur invite néanmoins à la prudence dans l’interprétation, notamment quand, décontextualisés, les objets peuvent conduire à des glissements de sens inopinés. La main qui a usé, qui a cassé l’objet, qui l’a réparé, l’a abandonné ou réutilisé est bien inscrite entre les strates horizontales et la poussière des chantiers.

  • 20  Chidester, 2005, p. 50.

11S’intéressant à ce que toucher ou ne pas toucher veut dire pour la croyance associée à l’objet, l’anthropologue Antoinette Molinié renverse l’argumentaire pour mieux l’interroger. Dans le contexte des images sacrées, elle explique pourquoi la statue d’une Vierge andalouse ne peut précisément pas être touchée. Selon la tradition catholique, en effet, Marie est l’expression même de l’intouchabilité20. L’ethnographie riche et foisonnante renforce l’idée qu’une statue de Vierge est avant tout la représentation d’une entité ; elle n’est pas un objet. Des objets profanes, en revanche, permettent de l’atteindre indirectement, comme ces téléphones portables frottés en catimini sur son vêtement, ou ces lambeaux de son habit distribués et précieusement gardés dans les portefeuilles. Par eux, la « déesse » devient accessible. La Vierge est aussi approchée par certaines femmes qui l’habillent et la préparent pour les processions, lui garantissant ainsi son intégrité et sa virginité.

  • 21  Chidester, 2005, p. 50.

12Les objets de la dévotion retrouvés lors du pèlerinage d’Oran à Nîmes, dont certains se voient attribuer un pouvoir thaumaturgique, sont nombreux et minutieusement décrits par l’anthropologue Michèle Baussant. Là, les objets servent des identités individuelles et collectives ; l’objet est une forme d’expression de la mémoire. Arrachés, transférés, récupérés à tout prix pour ne pas les perdre, les objets en provenance d’Algérie servent à reconstruire le culte en France. Le sanctuaire de la Vierge de Santa-Cruz devient alors un lieu intime et de l’entre-soi. Le pèlerinage, qui revêt des caractères s’apparentant à des pratiques plus populaires et plus idolâtres, admet ici une certaine religious tactility21. Baiser et toucher des statues et des reliques sont mal vus par le clergé mais néanmoins tolérés ; car, sans doute, explique l’auteur, pour qu’un culte puisse s’enraciner, il lui faut à la fois trouver l’adhésion des fidèles et l’approbation du clergé. Les pieds des saints sont embrassés, leur cou orné de chapelets, des billets de vœux propitiatoires glissés entre leurs interstices ; on touche jusqu’à la robe des prêtres le jour de l’Ascension. Les mains espagnoles participent largement à cette vénération.

  • 22  Pomian, 1987, p. 64.
  • 23  Hernando, 2007.
  • 24  Cuevas Subías, 2007, p. 193.

13Dans l’Espagne du xviie siècle, à l’instar de centaines, sinon de milliers d’autres cas en Europe22, des amateurs d’objets curieux, érudits locaux et collectionneurs privés montraient et donnaient à toucher leurs collections. L’historien Fermín Gil Encabo retrace la vie du collectionneur aragonais Vincencio Juan de Lastanosa, richissime dès l’âge de 25 ans, qui s’évertua à réunir dans son palais et ses jardins, des livres, des médailles, des monnaies, des cartes23, des instruments mathématiques, des animaux, des plantes et des minéraux. Sa collection de renommée et de provenance internationales s’enrichissait en réponse à sa curiosité, sous forme d’achats, de cadeaux, d’échanges de doublon, et ce à partir d’un véritable réseau d’intérêt et d’influence que Lastanosa avait tissé depuis son palais24. Admiré parce qu’il remplissait aussi une fonction d’intérêt public en sauvant et en montrant ces objets, sa collection finit pourtant dispersée après sa mort, passant entre les mains de marchands et de collectionneurs qui la répandirent en pièces éparses dans le monde entier, faute d’un musée pour l’accueillir.

  • 25  Pomian, 1987, p. 43.

14Des objets insolites apparaissent de nos jours sur les vide-greniers, objets de seconde main qui entament une deuxième vie chez de nouveaux propriétaires. En Espagne, le tribulum du monde rural est particulièrement couru sur ces marchés — et aujourd’hui jusque chez les antiquaires —, pour finir sur les murs des salons cossus madrilènes ou en table basse rehaussée d’un plateau de verre. En s’intéressant aux objets des marchés aux puces, l’anthropologue Octave Debary mène une réflexion sur les transactions marchandes et affectives qui s’opèrent à ces occasions. L’objet en fin de vie ne devient déchet que si plus personne ne lui accorde d’utilité ou de charge de signification25. Ancien, voire détérioré, même « l’objet de peu » gagne de la valeur quand il est choisi et saisi : une valeur liée au temps, à son unicité, à sa profondeur affective, réelle ou imaginée, à sa capacité à consigner l’histoire et à remémorer, à l’échange opéré avec celui qui s’en est débarrassé.

  • 26  Descola, 2007.

15Puis les objets rentrent au musée. Dans un contrepoint où le thème principal de chacun des articles est rappelé en filigrane, l’anthropologue et directeur de musée Joaquim Pais de Brito articule sa réflexion autour du paradoxe de mouvance et de fixité des objets. Après une vie de passage de main en main, de réparation, de récupération, de transformation, les objets entrent au musée et se figent, tant dans leur identité d’objet que dans leur corps physique. On ne peut même plus les toucher, ou seulement et strictement avec des mains gantées. Au musée, les objets sont comme pris au piège, fichés, refroidis. Pourtant, ils restent les passeurs d’histoires26 que chaque nouvelle exposition permettra de révéler, d’interroger, de redéfinir et de reconsidérer, par-delà leur fiche et leur matérialité.

16La richesse de ces communications ne peut qu’inviter à réitérer les démarches qui visent à interroger les objets dans leur diversité et leur complexité. Les nouvelles technologies appellent aujourd’hui à penser la digitalité dans l’ensemble de notre univers quotidien, dans cette relation étroite et numérique qui relie la machine à son utilisateur, du plus simple ordinateur domestique au robot le plus sophistiqué de l’astrophysique ou de la chirurgie expérimentale. Les études en sciences humaines et sociales sur l’objet ne cesseront de se déployer, entre autres sous couvert de cette intentionnalité. En d’autres termes, pour bien des années encore, les objets vont continuer de défier notre relation à l’altérité.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, Arjun (1995), The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge.

Bonnain, Rolande (2001), L’empire des masques. Les collectionneurs d’arts premiers aujourd’hui, Paris.

Bonnot, Thierry (2002), La vie des objets, Paris.

Bromberger, Christian (2007), « Toucher », Terrain, 49, pp. 5-10.

Bromberger, Christian et Segalen, Martine (1996), « L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages », Ethnologie française, 26, pp. 5-16.

Bromberger, Christian et Chevallier, Denis (1999), Carrières d’objets. Innovations et relances, Paris.

Chidester, David (2005), « The American Touch. Tactile Imagery in American Religion and Politics », dans Constance Classen (éd.), The book of Touch, New York, pp. 49-65.

Classen, Constance (éd.) (2005), The book of Touch, New York.

Creswell, Robert (1983), « Transferts de techniques et chaînes opératoires », Techniques et culture, 2, pp. 143-163.

Cuevas Subías, Pablo (2007), « El círculo Lastanosino », dans Vincencio Juan de Lastanosa (1607-1681). La pasión de saber, Saragosse, pp. 185-193.

Debary, Octave et Tellier, Arnaud (2004), « Objets de peu. Les marchés à réderies dans la Somme », L’Homme, 170, pp. 117-138.

Debary, Octave et Turgeon, Laurier (2007), Objets et Mémoires, Paris-Québec.

Derlon, Brigitte et Jeudy-Ballini, Monique (2008), La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Paris.

Derrida, Jacques (2000), Le toucher, Jean-Luc Nancy, Paris.

Descola, Philippe (2007), « Passage de témoins », Le Débat, 147, pp. 136-153.

Gras, Michel (2000), « Donner du sens à l’objet. Archéologie, technologie culturelle et anthropologie », Annales HSS, 3, pp. 601-614.

Haudricourt, André-Georges (1987), La technologie, sciences humaines. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris.

Hernando, Agustín (2007), Coleccionismo cartográfico en el siglo xvii. Ejemplares reunidos por Vincencio Juan de Lastanosa (1607-1681) y su significado, Huesca.

Hoskins, Janet (1998), Biographical Objects. How things tell the stories of peoples’s lives, New York-Londres.

Latour, Bruno et Lemonnier, Pierre (1994), De la préhistoire aux missiles balistiques. L’intelligence sociale des techniques, Paris.

Leroi-Gourhan, André (1943), L’homme et la matière, Paris.

Leroi-Gourhan, André (1945), Milieu et techniques, Paris.

Leroi-Gourhan, André (1964-1965), Le geste et la parole, Paris.

Malinowski, Bronislaw (1963), Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, pp. 139-163.

Mauss, Marcel (1950), « Essai sur le don » et « Notion de technique du corps », dans Marcel Mauss, Sociologie et Anthropologie, Paris, pp. 143-279 et pp. 365-386.

Mauzé, Marie, en collaboration avec Degli, Marine (2000), Arts premiers. Le temps de la reconnaissance, Paris.

Pais de Brito, Joaquim (2000), « Objectos em viagem », Na presença dos espíritos, New York, pp. 13-15.

Pomian, Krzysztof (1987), Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris.

Turgeon, Laurier (2006), « La mémoire de la culture matérielle et la culture matérielle de la mémoire », dans Octave Debary et Laurier Turgeon (dir.), Objets et mémoires, Paris-Québec, pp. 13-36.

Wisner, Alain (1995), Réflexions sur l’ergonomie, Paris.

Haut de page

Notes

1  Leroi-Gourhan, 1943, 1945 et 1964-1965.

2  Haudricourt, 1987 ; Cresswell, 1983 ; Wisner, 1995.

3  Appadurai, 1995 ; Latour et Lemonnier, 1994.

4  Bromberger et Segalen, 1996 ; Hoskins, 1998.

5  Bromberger et Chevallier, 1999 ; Bonnot, 2002.

6  Mauzé, 2000.

7  Bonnain, 2001 ; Derlon et Jeudy-Ballini, 2008.

8  Debary et Turgeon 2007.

9  Mauss, 1950, p. 155

10  Malinowski, 1963.

11  Pais de Brito, 2000.

12  Classen, 2005, p. 278.

13  Classen, 2005, p. 275.

14  Derrida, 2000, p. 55.

15  Turgeon, 2006.

16  Classen, 2005.

17  Bromberger, 2007.

18  Debary et Tellier, 2004, p. 118.

19  Gras, 2000, p. 604.

20  Chidester, 2005, p. 50.

21  Chidester, 2005, p. 50.

22  Pomian, 1987, p. 64.

23  Hernando, 2007.

24  Cuevas Subías, 2007, p. 193.

25  Pomian, 1987, p. 43.

26  Descola, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Wateau et Pierre Rouillard, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 9-16.

Référence électronique

Fabienne Wateau et Pierre Rouillard, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/3237

Haut de page

Auteurs

Fabienne Wateau

Articles du même auteur

Pierre Rouillard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org