Navigation – Plan du site
L’objet de main en main

De mains méridionales en mains septentrionales

Le long transit des objets et des savoir-faire en Europe occidentale vers 5100 av. J.-C.
De manos meridionales a manos septentrionales. El largo tránsito de los objetos y las destrezas en Europa Occidental hacia 5100 a.C.
From southern to northern hands. The long transference of artefacts and know-how in Western Europe around 5100 BC
Isabelle Sidéra
p. 17-32

Résumés

Il s’agit ici de reconsidérer les modalités de transmission de savoir-faire et d’objets méditerranéens qui arrivent dans le Nord de la France au Néolithique ancien, vers 5100 av. J.-C. Sur la base d’une réflexion sur les contextes, la nature et la vitesse de propagation de ces transferts, le peuplement est envisagé comme le vecteur de transmission de la culture matérielle du sud vers le nord. Les propositions développées sont les suivantes : tout d’abord, que la partie méditerranéenne de la culture matérielle rubanée du Bassin parisien provient non pas d’échanges directs mais de l’héritage d’une rencontre antérieure et différée dans l’espace entre les deux cultures (dont ni les lieux ni les dates ne peuvent être précisés) ; ensuite, que les traditions méditerranéennes sont portées par des personnes physiques initialement liées à la céramique cardiale, mélangées aux personnes liées à la céramique rubanée, et que cet ensemble remonte vers le Bassin parisien pour l’occuper ; enfin, que les influences méditerranéennes renforcées lisibles dans la culture qui suit chronologiquement le Rubané dans le Bassin parisien (le Villeneuve-Saint-Germain) sont le signe de l’enracinement régional de ces populations initialement venues du sud, soit de Bourgogne soit de la région de Clermont-Ferrand. Dans ce contexte, le Néolithique du Bassin parisien procéderait historiquement de la fusion passée des deux cultures majeures du Néolithique occidental : Rubané et Cardial.

Haut de page

Texte intégral

1La réflexion à laquelle nous convient Fabienne Wateau et Pierre Rouillard autour de la main et de l’objet permet d’ouvrir une perspective sur l’histoire de la diffusion du Néolithique. L’occasion nous est ici donnée de faire connaître des problématiques qui restent généralement confinées dans un petit cercle de spécialistes que les modes et la chronologie de la propagation du Néolithique intéressent.

2Nous connaissons de cette période une succession d’ensembles territorialisés caractérisés par une culture matérielle définie, approximativement synchronisés (fig. 1, p. 18). Son étude permet d’élaborer des propositions sur les systèmes sociaux, économiques et culturels relatifs aux populations que ces entités matérielles recouvrent. Il en va ainsi du Rubané et du Cardial, cultures matérielles dont il sera question dans cet article et dont les restes signent l’introduction ou le développement de l’économie de production, respectivement en Méditerranée occidentale et en Europe continentale.

Fig. 1. — Correspondances chronologiques régionales approximatives (d’après Lichardus-Itten, 1986, pl. 2, p.149) et implantation du Rubané et du Cardial.

Fig. 1. — Correspondances chronologiques régionales approximatives (d’après Lichardus-Itten, 1986, pl. 2, p.149) et implantation du Rubané et du Cardial.
  • 1  L’idée selon laquelle un réseau très ancien de diffusion de savoir-faire issus du Néolithique lang (...)

3L’examen porte sur un point chronologique précis, autour de 5100 av. J.-C., au moment d’arrivée de savoir-faire et d’objets de Méditerranée (Cardial) dans le nord du Bassin parisien (Rubané). Les transferts issus de Méditerranée dans la partie continentale de l’Europe ont fait régulièrement l’objet de commentaires depuis les années 1960. Mais plus récemment, des indices d’introduction d’éléments cardiaux à ce point précis du Néolithique ancien du Nord de la France ont été mis en évidence, qui confirment une authentique interaction entre les deux complexes culturels. En effet, des motifs sur les céramiques, des bracelets de pierre, des parures en coquillage et divers types d’objets en os de style cardial se retrouvent dans le matériel domestique ou funéraire du Rubané de haute Alsace et du Bassin parisien (fig. 2, p. 19). Dans le contexte du Néolithique occidental le plus ancien, ces objets deviennent paradigmatiques d’un contact inédit ou renouvelé1 entre les sphères géo-culturelles nord et sud. Cette question est reprise ici sous l’angle des modalités du dialogue ouvert entre le Cardial et le Rubané. Comment parviennent à se mélanger des entités matérielles tout d’abord localisées entre l’Espagne et l’Italie avec celles du Nord de la France ? Quels sont les éléments qui permettraient d’en saisir les vecteurs de transmission ? En abordant ces questions, nous espérons répondre au mieux à la problématique placée au cœur du présent dossier.

Fig. 2. — Objets d’origine ou d’influence méditerranéenne du rubané récent et final du Bassin parisien.

Fig. 2. — Objets d’origine ou d’influence méditerranéenne du rubané récent et final du Bassin parisien.

1 à 4 : Décor imprimé du Rubané récent du Bassin parisien (d’après Lichardus-Itten, 1986, fig. 4); 5 à 8 : Décors imprimés du Cardial (d’après Lichardus-Itten, 1986, fig. 5) ; 9 : Outil pointu à flancs plats du Rubané récent du Bassin parisien (dessin G. Monthel). 10 : Anneau en os du Rubané récent du Bassin parisien (dessin G. Monthel) ; 11 : Bracelet en coquille de Glycymeris du Rubané récent ou final de haute Alsace (sépulture 1 de Mulhouse-Est, d’après Bonnardin, inédit, pl. 37) ; 12 : Bracelet en calcaire blanc du Rubané final du Bassin parisien (sépulture 345 de Berry-au-Bac « le Chemin de la Pêcherie », d’après Bonnardin, inédit, pl. 72) ; 13 : parure de perles de colombelles (sépulture 13 d’Ensisheim « les Octrois », d’après Jeunesse, 1993, fig. 6).

  • 2  Courtin et Gutherz, 1976.
  • 3  Constantin et Vachard, 2004.
  • 4  Sidéra, 2008.
  • 5  Lichardus-Itten, 1986, pp. 156-158. Voir aussi Jeunesse, 1995 ; Guilaine et Manen, 1997 ; Manen et(...)
  • 6  Constantin, 1985, pp. 131-133 ; Constantin et Vachard, 2004, pp. 79-81.
  • 7  Jeunesse, 1993.
  • 8  Bonnardin, inédit, p. 303.
  • 9  Sidéra, 2008.
  • 10  Attribution culturelle remise en cause avec justesse par Jeunesse et Van Willigen, 2006, p. 606.
  • 11  Sidéra, 2008.
  • 12  Bonnardin, inédit, p. 303.

4Ces toutes dernières années, les indices d’une arrivée d’éléments de la culture méditerranéenne cardiale dans le Néolithique ancien du nord-est du Bassin parisien se sont précisés autant que multipliés. Les analyses pétrographiques d’un type de bracelets rubanés de style cardial2 ont confirmé l’origine méridionale du matériau d’œuvre (le Vaucluse)3. De même, l’étude des industries osseuses à l’échelle de l’Europe occidentale permet d’identifier de nouveaux transferts vraisemblablement issus de la Méditerranée, comme ceux qui touchent certains types d’objets en os : anneaux et outils pointus à flancs plats4. Ces derniers résultats relancent la question de l’authenticité d’une influence méditerranéenne déterminante sur le style régional du décor de la céramique du Rubané récent du Bassin parisien5, hypothèse qui semblait peu solide à certains chercheurs6. Mais le Bassin parisien n’est pas la seule région rubanée à livrer des éléments de cette origine. En haute Alsace, des colombelles percées (Columbella rustica)7, des bracelets en coquille de Glycymeris8et des anneaux en os9 sont probablement issus de ce même domaine géographique. Enfin, en Bourgogne, le mobilier d’une sépulture rubanée10, constitué d’un anneau en coquille indéterminée11 et d’un bracelet de Glycymeris12, évoque également cette origine ou influence. Cet ensemble d’indices invite donc à un nouvel essai relatif aux modalités de transmission des influences méditerranéennes lisibles dans le mobilier rubané (fig. 3).

Fig. 3. — Typologie simplifiée de l’industrie osseuse rubanée.

Fig. 3. — Typologie simplifiée de l’industrie osseuse rubanée.

5 et 7 : anneau en os et outil pointu à flancs plats, de style méditerranéen.

Les données : inégalités documentaires

  • 13  Jeunesse et Van Willigen, 2006. Voir aussi Guilaine et Manen, 1997.
  • 14  Bailloud, 1964 ; Meier-Arendt, 1966 ; Lichardus-Itten, 1986, p. 279 ; Constantin, 1985 ; Constanti (...)

5La situation examinée est celle du Bassin parisien (Aisne, Yonne, Champagne) et de la haute Alsace à la fin du Rubané (vers 5100 av. J.-C.). Comme nous l’avons vu, des éléments méditerranéens ont été repérés dans les sites de ces régions. À l’inverse, les éléments rubanés identifiés en Méditerranée sont très rares : seuls quelques tessons de ce style, dont un vase, ont été signalés dans une grotte du Vaucluse13. Il n’est pas encore permis d’envisager de véritables échanges entre les deux sphères culturelles, même si la réciprocité est vraisemblable. L’absence d’éléments rubanés dans les cultures méditerranéennes est sans doute, en effet, un artefact documentaire car les vestiges des deux cultures ne sont pas similaires. L’implantation et la chronologie du Rubané d’Europe continentale, de la Hongrie au Bassin parisien, sont assez bien définies grâce à une distribution régulière de centaines de villages et de nécropoles bien documentés, pourvus de dizaines de milliers d’artefacts systématiquement étudiés depuis les années 1960 : poterie, objets en bois, outils en pierre et en matière osseuse14.

  • 15  Bosch i Lloret, Chinchilla et Tarrús, 2000.
  • 16  Courtin, 1974 ; Sénépart, 1998.
  • 17  Guilaine, Freises et Montjardin, 1984.
  • 18  Courtin, 1974 ; Guilaine, Vaquer et Gasco, 1976 ; Binder, 1991 ; Paccard et Bouville, 1993 ; Sénép (...)
  • 19  Beyneix, 1997 ; Zémour, inédit.

6Les vestiges du Cardial sont, en revanche, plus épisodiques et diffus. En dehors de quelques sites, comme La Draga (Banyols) en Espagne15, Courthezon16, Leucate-Corrège17 dans le sud de la France, nous connaissons peu de grands villages de cette culture plutôt appréhendée à partir de nombreuses occupations temporaires de grottes18. Quant aux sépultures, elles sont peu nombreuses à être bien datées et comportent rarement du mobilier19.

  • 20  Bosch i Lloret, Chinchilla et Tarrús, 2000 ; Pascual Benito, 1998.
  • 21  Courtin et Gutherz, 1976 ; Constantin, 1985, p. 239.
  • 22  Constantin et Vachard, 2004.
  • 23  Meier-Arendt, 1966, pp. 59-60 ; Lichardus-Itten, 1986, pp. 154-155 ; Jeunesse, 1995 ; Bonnardin, i (...)
  • 24  Pauc et Pauc, 2006.

7Ce contexte aboutit à une forte dispersion des éléments de comparaison ; c’est pourquoi la question des relations nord/sud au Néolithique ancien est parfois traitée avec légèreté. Pour la technologie osseuse, les comparaisons les plus solides sont permises par les sites espagnols, très richement documentés : La Draga (Banyoles), la Cova de l’Or et la Cova de la Sarsa en pays valencien20. Les bracelets en pierre de style cardial du Rubané21, originaires du Vaucluse, sont identiques à ceux du Cardial récent22. S’agissant des motifs de la poterie, des perles de colombelles (Columbella rustica) et des bracelets en coquille de Glycymeris, les comparaisons vont puiser dans un très large répertoire de sites méditerranéens cardiaux ou épi-cardiaux, toujours plus particulièrement localisés dans la péninsule Ibérique23. Un programme de collecte de coquillages marins sur les plages du littoral de Méditerranée occidentale et dans les gisements fossiles est en cours, qui permettra de préciser les sources possibles des colombelles et des Glycymeris24.

Les emprunts aux traditions cardiales : une affaire de temps

  • 25  Lichardus-Itten, 1986, p. 157.
  • 26  Constantin et Vachard, 2004, p. 76.

8« Tout se passe comme si dans la technique de décor et l’organisation des motifs [de la poterie rubanée du Bassin parisien], des traditions cardiales avaient été encore vivantes à un moment où l’épicardial s’était déjà formé dans le sud de la France »25. Dans ces lignes, l’auteur signale la manifestation décalée des emprunts. Autrement dit, la transmission technique et stylistique du Cardial au Rubané ne serait pas, dans la céramique, sans une certaine durée : une lente remontée vers le nord. Il est plus difficile de statuer sur la vitesse des transferts relatifs à l’industrie osseuse car les corpus osseux méditerranéens ne sont ni assez étoffés et différenciés, ou bien pas assez finement datés pour le permettre. Dans ce registre, en outre, l’Épicardial est méconnu. Cependant, l’arrivée des éléments osseux et céramiques de style cardial, à l’étape récente du Rubané du Bassin parisien (RRBP), est parfaitement simultanée. Les bracelets en calcaire du même style, situés dans le Rubané final par Claude Constantin et Daniel Vachard26, y parviennent à l’étape suivante. Le processus d’adoption du style cardial est donc étiré dans le temps : dans le Rubané récent du Bassin parisien, le répertoire des objets empruntés à la Méditerranée s’enrichit progressivement.

Fig. 4. — Distribution régionale et chronologique des anneaux et des outils pointus à flancs plats.

Fig. 4. — Distribution régionale et chronologique des anneaux et des outils pointus à flancs plats.
  • 27  Sidéra, 2008.
  • 28  Constantin et Ilett, 1997.
  • 29  Lefranc, 2001, signale des retours d’influence du Bassin parisien vers la haute Alsace sur le déco (...)

9À l’échelle interrégionale du Rubané, ce même processus d’enrichissement des emprunts à la Méditerranée est observé. Ils sont plus modestes en haute Alsace que dans le Bassin parisien. Ceci apparaît très clairement au travers de l’industrie osseuse, qui permet de faire le lien entre les deux régions. Les anneaux en os de style cardial sont présents mais extrêmement rares dans les habitats de haute Alsace. Ils sont bien plus nombreux dans ceux du Bassin parisien, où s’ajoutent des outils pointus à flancs plats, inexistants ou presque en Alsace (fig. 3, p. 20 et fig. 4). Par ailleurs, la proportion de ces outils typés augmente avec le temps dans le Bassin parisien : ils deviennent majoritaires parmi les types d’outils pointus au Rubané final27. À moins que la diffusion des éléments méditerranéens ne suive deux voies tout à fait indépendantes, on peut supposer qu’elle procède d’un même courant qui atteint les deux régions considérées selon un ordre chronologique qui suit la progression territoriale de l’occupation néolithique, d’est en ouest et du sud au nord. En raison du contexte des trouvailles de haute Alsace — forte superposition des fosses d’habitat et perturbations de leur contenu ; nombreux objets funéraires rubanés non précisément datés —, la chronologie fine n’y est pas toujours aussi assurée que dans le nord du Bassin parisien, où ces biais sont moins patents28. Deux hypothèses en découlent : soit les emprunts au Cardial sont princeps et limités à l’Alsace avant de s’affirmer dans le Bassin parisien, dans la logique de la chronologie et du peuplement ; soit ils sont princeps dans le Bassin parisien puis se diffusent en haute Alsace par le biais de filtres limitant l’adoption à certaines pièces choisies, comme les anneaux en os. La question du mécanisme de ces transferts, qui est aussi la plus pertinente et la plus délicate à résoudre avec les documents dont nous disposons, se pose avec acuité29. La Champagne, où se manifeste une étape ancienne et inédite du Rubané qui fait le lien entre la haute Alsace et le reste du Bassin parisien, n’offre pas toujours une documentation suffisante. Une chose est sûre : les arrivées d’éléments matériels cardiaux se produisent en quelques générations et se multiplient au fil de ces générations. Examinons maintenant d’autres aspects afin d’en tirer les conséquences.

Modalités de transmission du style cardial

  • 30  Jeunesse, 1993 ; Bonnardin, inédit ; Pauc et Pauc, 2006.

10La céramique et l’industrie osseuse de style cardial sont, dans les sites rubanés, de fabrication locale. Les autres éléments méditerranéens — bracelets en pierre, perles de colombelles et bracelets de Glycymeris, matériaux dont la provenance est d’origine méridionale30 — sont issus d’un autre processus de transmission : une nécessaire circulation. Deux modalités de diffusion du style cardial pourraient donc se distinguer, qui opposent la poterie et les produits de l’industrie osseuse, d’une part, à la parure en pierre ou en coquille, de l’autre.

  • 31  Constantin et Vachard, 2004, p. 79.
  • 32  Ibid., p. 76.
  • 33  Jeunesse, 1993, p. 63.
  • 34  Bonnardin, inédit, p. 303.

11La première procède d’une appropriation des techniques et du style cardial par le Rubané. Elle est nécessairement liée à un contact ou à un mélange entre les acteurs des deux sphères culturelles. On a vu cependant le caractère lent de cette transmission, qui est donc nécessairement différée dans le temps et les lieux. La seconde est une circulation d’objets ou de matière première dont on peut présumer la plus grande immédiateté. L’hypothèse de Claude Constantin et de Daniel Vachard envisage « un approvisionnement régulier, c’est-à-dire […] un système établi qui peut […] être également le porteur, vers le nord, de Columbella rustica »31. Ces imports, cependant, représentent en tout et pour tout dix bracelets en pierre distribués dans huit sites du Bassin parisien32, 53 perles de colombelles réparties dans trois sites haut alsaciens33 et deux bracelets en Glycymeris dans deux sépultures34.

  • 35  Sidéra et Giacobini, 2002 ; Bonnardin, inédit.
  • 36  Nous nous heurtons là au même problème que pose la parure de spondyle, dont les éléments sont diff (...)
  • 37  Sidéra, 2008, p. 216.

12Insistons également sur la différence d’usage et de nature des objets concernés. Les uns, poterie et produits de l’industrie osseuse, sont des biens fonctionnels. Usés, brisés, ils portent les traces, parfois microscopiques, de leur manipulation. Leur usage est quotidien et leur remplacement est régulier, chacun au rythme de ces produits de natures très différentes. Les autres, apparentés à la parure, sont d’un tout autre registre, qui se manifeste surtout dans le domaine funéraire. Comme en témoigne le marquage hétéroclite des degrés d’usure des perles d’une même parure, qu’elles soient en matière osseuse ou en coquille, leur durabilité est bien plus grande et les perles semblent participer au cours de leur usage de formations diverses. Il n’est pas impossible, d’ailleurs, que les perles soient transmises d’une génération à l’autre, ou qu’elles passent d’une personne à l’autre et que, ce faisant, elles changent de disposition35. Ne pourrions-nous pas voir dans les faibles quantités d’objets originaires de Méditerranée le signe d’une absence de renouvellement de l’approvisionnement plutôt que les traces d’un réseau actif de circulation de matières premières ? N’aurions-nous pas plutôt affaire aux restes conservés d’un ensemble ancien à l’origine bien plus étoffé36, réduit au fil du temps par la casse ou les pertes ? Un seul et même processus de transfert pourrait englober savoir-faire techniques et stylistiques et objets d’origine : une lente remontée vers le nord d’éléments de tradition cardiale intégrés au Rubané. Le peuplement, de proche en proche, en constituerait le vecteur. Certes, un contact interculturel se serait produit mais limité à un espace d’interface entre les deux cultures. La zone de transmission originale est à chercher au-delà des marges sud ou sud-est du Bassin parisien. Pourquoi pas en Bourgogne où une sépulture, dernier jalon connu du Rubané, a livré une parure, un anneau en coquille et un bracelet en Glycymeris, dont le style est très clairement cardial37 ? En outre, le moment de la transmission est antérieur à l’étape récente du Rubané, soit avant 5100 av. J.-C. Mais nous manquons là de documents.

Dans le domaine funéraire

  • 38  Sidéra, 2000 a, p. 146 ; 2000 b et 2005, pp. 224-225.

13La question est de savoir qui sont les porteurs de la céramique rubanée, ou du moins d’essayer d’envisager le type de population qu’ils constituent. Avons-nous affaire à une population endogame qui, à un moment donné de sa progression territoriale, sur la base d’un contact avec les porteurs de la céramique cardiale et seulement par attractivité, a assimilé à la sienne une partie de la culture matérielle méridionale ? Ou bien la fusion de la culture matérielle des deux sphères, en tout cas telle qu’elle se manifeste dans le Bassin parisien, est-elle associée à des relations exogamiques, c’est-à-dire à un mélange populationnel via des mariages entre porteurs des céramiques rubanée et cardiale ? La proximité territoriale passée des deux cultures, à un moment donné de leur histoire, favoriserait dans les deux cas les rapprochements. Sur ces points, le domaine funéraire est édifiant. En effet, s’il y a un lieu où l’innovation tarde à paraître, c’est bien dans ce secteur. Par exemple, il faut attendre le Villeneuve-Saint-Germain, voire le Cerny pour que les outils pointus à flancs plats et les outils pointus sur quart de métapode scié, apparus dans le Rubané récent, soient déposés dans les sépultures38. Or, les bracelets en calcaire originaire du Vaucluse et les anneaux en os de style cardial parviennent de façon concomitante, ou presque, dans les habitats et dans les tombes. Ceci plaide soit pour l’ancienneté de l’intégration des traditions cardiales aux pratiques funéraires rubanées — la dimension temps surgit une fois de plus dans ces faits —, soit pour une intégration rapide d’un matériel nouveau et exogène dans les tombes. Cette perméabilité du domaine funéraire, considéré comme le plus préservé, conduit à supposer un mélange populationnel des porteurs de la culture rubanée du Bassin parisien. Celle-ci pourrait être beaucoup moins homogène qu’on ne le pensait jusqu’à présent.

Une nouvelle tradition

  • 39  Lichardus-Itten, 1986.
  • 40  Hauser, 2002 ; Hauser et Van Berg, 2005.
  • 41  Allard, Bostyn et Zimmermann, 2006 ; Hamon, 2006 et 2008.
  • 42  Constantin, 1985.
  • 43  Fromont, inédit ; Constantin, Hance et Vachard, 2004 ; Augereau, 2004.
  • 44  Jeunesse, 1993 ; Bonnardin, inédit ; Sidéra, 2000 a et 2008.
  • 45  Voir Pascual Benito, 1995 pour la diversité des parures en pierre du domaine cardial.

14Des éléments de tradition cardiale deviennent visibles dans le Rubané à la fin du Néolithique ancien, vers 5100 av. J.-C. Ces éléments sont vraisemblablement portés par le peuplement selon un axe nord/sud, touchant le Haut-Rhin et le Bassin parisien. Si, en haute Alsace, l’on ne peut suivre, faute de documents, le devenir de cette diffusion au-delà du Rubané, le style cardial, en revanche, marque si profondément la culture matérielle du Néolithique du Bassin parisien qu’il participe à la fondation d’une tradition locale originale dans le contexte européen. Le poids des emprunts stylistiques et techniques à la tradition cardiale n’a rien de négligeable dans le Rubané du Bassin parisien. On a vu son importance déterminante sur le style céramique du Rubané récent39. Dans la production osseuse du site rubané de Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne), il peut être chiffré à 12 % des objets. Ces valeurs augmentent aux étapes chronologiques et culturelles postérieures : Rubané final et début du Villeneuve-Saint-Germain40. Une lecture classique tendrait à voir dans cette accentuation le fruit d’une intensification des relations avec la Méditerranée. Toutefois, en tenant compte de la dimension temps qui semble aller de pair avec la diffusion du style cardial, il est permis de se demander si, à l’inverse, l’explication n’est pas à rechercher dans l’enracinement territorial de populations arrivées une, deux, voire trois générations plus tôt qui reproduiraient leurs savoir-faire d’origine tout en les amplifiant. Si le Rubané final n’est pas caractérisé par des nouveautés significatives par rapport à l’étape précédente — sauf dans les industries lithiques où l’influence de ce qui sera plus tard le Villeneuve-Saint-Germain se fait déjà nettement sentir41 —, la culture matérielle du Villeneuve-Saint-Germain, elle, évolue fortement. Céramique42, outillages lithiques et osseux, parure et lieux d’approvisionnement en matière première43, pratiques funéraires montrent de vraies ruptures. L’un des changements de registre les plus frappants est relatif à la parure. Dans ce domaine, en effet, une rupture des plus complètes se produit, la pierre étant préférée aux matières animales du Rubané (coquilles et dents)44. Un profond changement culturel nous paraît s’exprimer là, qui pourrait justement relever d’une influence de la Méditerranée où la pierre est notoirement un matériau fondamental45.

  • 46  Bailloud, 1964 ; Collectif URA 12, 1982.

15La dimension humaine à l’arrière-plan de cet essai donne une profondeur anthropologique nouvelle à la diffusion du Néolithique. Plutôt que des biens passant de mains en mains du Cardial au Rubané via « une route de diffusion », on peut envisager un transport, dans la durée, via les circuits de peuplement. Soulignons que la problématique du peuplement réapparaît au cœur des recherches les plus récentes alors que cette perspective, présente dans les premiers travaux sur le Néolithique, il y a une cinquantaine d’années, et jusque dans la décennie 1980, avait été ensuite négligée46. Il faut dire que la documentation de la moitié nord de la France, pour cette période, est exceptionnelle en qualité comme en quantité. Les savoirs experts constitués sur tous les matériaux et tous les types d’objets au cours des quarante dernières années, à partir de lourds programmes de fouilles de sauvetage, tels celui des vallées de l’Aisne, de la Seine et de l’Yonne, éclairent en effet de très nombreux aspects des sociétés rubanées. La chronologie commence à être perçue à l’échelle de quelques courtes générations, pour ne pas dire d’une seule. Ces nouvelles données sont précieuses pour construire un discours qualitatif qui, désormais, est bien étayé, ou pour appuyer des hypothèses qui pourraient se voir confortées ou infirmées d’ici peu. Dans cet article, les modalités possibles de la fusion de la culture matérielle des deux sphères culturelles, Rubané et Cardial, ont été envisagées. Elles recouvrent une série d’interrogations qui restent sans solution pour l’instant.

  • 47  Jeunesse et Van Willigen 2006, p. 606.
  • 48  Perrin, 2003 ; Féblot-Augustins, 2006.

16L’intégration de multiples aspects du style cardial, dont les référents les plus fournis sont dans la péninsule Ibérique, à la culture matérielle de haute Alsace et du Bassin parisien ne semble pas concomitante d’un contact entre les sphères culturelles cardiale et rubanée. La rencontre de celles-ci est probablement plus ancienne et située en aval du Bassin parisien, impliquant les populations les plus septentrionales porteuses du Cardial et les populations rubanées les plus méridionales. C. Jeunesse et S. Van Willigen situent ce point de rencontre autour de Clermont-Ferrand47. Les expéditions exploratoires des communautés cardiales vers les massifs du Bugey sont également à garder en mémoire48.

17Qu’en est-il, alors, entre la haute Alsace et le Bassin parisien, régions notoirement liées au Rubané récent et final ? Les traditions cardiales parviennent-elles d’abord en haute Alsace puis dans le Bassin parisien via la Champagne, selon l’axe de progression du peuplement admis jusqu’à présent ? Atteignent-elles d’abord le Bassin parisien au Rubané récent, puis repartent-elles, dans un deuxième temps seulement, vers la haute Alsace ? Ou parviennent-elles indépendamment en haute Alsace et dans le Bassin parisien, via deux circuits distincts ? Le problème n’a pas de solution pour l’instant car il se heurte à un vide documentaire.

18Quant aux sociétés à l’arrière-plan de ces manifestations matérielles, il est possible qu’elles soient un mélange entre porteurs des cultures initialement cardiale et rubanée, via des alliances antérieures. C’est en tout cas ce que suggère la transmission des savoir-faire techniques, bien au-delà des styles. Les objets funéraires, issus des deux sphères, pourraient également refléter ce mélange. Pour le moins, l’examen du Rubané final et des débuts du Villeneuve-Saint-Germain incite à comprendre la continuation de l’intégration du style méditerranéen non pas comme une intensification des relations avec la Méditerranée mais, au contraire, comme un enracinement territorial de ces populations mélangées qui, avec le temps, favorisent la fabrication d’objets de cette origine. Nous serions là dans un schéma des plus classiques de l’archéologie et de l’histoire : une manifestation décalée d’un phénomène passé.

Haut de page

Bibliographie

Allard, Pierre (2005), L’industrie lithique des populations rubanées du Nord-Est de la France et de la Belgique, Munich.

Allard, Pierre, Bostyn, Françoise et Zimmermann, Andreas (2006), Contribution des matériaux lithiques dans la chronologie du Néolithique ancien et Moyen en France et dans les régions limitrophes, Oxford.

Augereau, Anne (2004), L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien : Rubané, Villleneuve-Saint-Germain, Cerny et groupe de Noyen, Paris.

Bailloud, Gérard (1964), Le Néolithique du Bassin parisien, Paris.

Beeching, Alain (1987), « Les gisements de la Baume de Ronze et de Rochas : contribution à l’étude d’un groupe cardial Cèze-Ardèche et de ses prolongements septentrionaux », dans Jean Guilaine, Jean Courtin, Jean-Louis Roudil et Jean-Louis Vernet (éd.), Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale, Paris, pp. 513-522.

Beyneix, Alain (1997), « Les sépultures chasséennes du Sud de la France », Zephyrus, 50, pp. 125-178.

Binder, Didier (dir.) (1991), Une économie de chasse au Néolithique ancien. La grotte Lombard à Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes Maritimes), Paris.

Binder, Didier et Sénépart, Ingrid (2004), « Derniers chasseurs et premiers paysans de Vaucluse. Mésolithique et Néolithique ancien : 7000-4700 av. J.-C. », dans Jacques Buisson-Catil, Armelle Guilcher, Christian Hussy, Mireille Pagni et Michel Olive (éd.), Vaucluse préhistorique. Le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Avignon, pp. 131-161.

Bonnardin, Sandrine (inédit), La parure funéraire du Néolithique ancien en bassins parisien et rhénan, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris I en 2005.

Bosch i Lloret, Angel, Chinchilla Sánchez, Julia et Tarrús i Galter, Josep (2000), El poblat lacustre neolític de la Draga. Excavacions de 1990 a 1998, Gérone.

Collectif URA 12 (1982), « Vallée de l’Aisne. Cinq ans de fouilles protohistoriques », numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie.

Constantin, Claude (1985), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et post-Rubané. Le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, Oxford.

Constantin, Claude et Ilett, Michael (1997), « Une étape finale dans le Rubané récent du Bassin parisien », dans Christian Jeunesse (éd.), Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine. Actes du 22e Colloque interrégional sur le Néolithique, Riedisheim, pp. 281-300.

Constantin, Claude, Hance, Luc et Vachard, Daniel (2004), « Un réseau d’échange de calcaire utilisé pour la fabrication d’anneaux pendant le groupe de Villeneuve-Saint-Germain », Bulletin de la Société préhistorique française, 98 (2), pp. 245-253.

Constantin, Claude et Vachard, Daniel (2004), « Anneaux d’origine méridionale dans le Rubané récent du Bassin parisien », Bulletin de la Société préhistorique française, 101 (1), pp. 75-84.

Courtin, Jean (1974), Le Néolithique de la Provence, Paris.

Courtin, Jean et Gutherz, Xavier (1976), « Les bracelets de pierre du Néolithique méridional », Bulletin de la Société préhistorique française, 73, pp. 352-368.

Féblot-Augustins, Jehanne (2006), « Early Neolithic Pioneer Mobility : Raw material procurment in Layer 58 of the Gardon Cave (Ain, France) », dans Céline Bressy, Ariane Burke, Pierre Chalard et Hélène Martin (éd.), Notions de territoire et de mobilité en Préhistoire : exemples de l’Europe et des premières nations en Amérique du nord avant le contact européen, Lyon, pp. 107-116.

Fromont, Nicolas (inédit), Caractérisation de la production et de la diffusion des anneaux en matériaux lithiques dans le nord de la France et l’ouest de la Belgique au Néolithique ancien, mémoire de DEA soutenu à l’Université de Paris I en 2001.

Gronenborn, Detlef (1999), « A variation on a basic theme : The transition to farming in southern Central Europe », Journal of world prehistory, 13 (2), pp. 123-210.

Guilaine, Jean, Vaquer, Jean et Gasco, Jean (1976), « L’abri de Font-Juvénal, une stratigraphie néolithique en Languedoc », Bulletin de la société d’études scientifiques de l’Aude, 75, pp. 97-112.

Guilaine, Jean, Freises, André et Montjardin, Raymond (1984), Leucate-Corrège. Habitat noyé du Néolithique Cardial, Sète.

Guilaine, Jean et Manen, Claire (1997), « Contacts sud-nord au Néolithique ancien : témoignages de la grotte Gazel en Languedoc », dans Christian Jeunesse (éd.), Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine. Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Riedisheim, pp. 301-311.

Hamon, Caroline (2006), Broyage et abrasion au Néolithique ancien. Caractérisation technique et fonctionnelle des outillages en grès du Bassin parisien, Oxford.

Hamon, Caroline (2008), « Meules rubanées, meules blicquiennes : nouvelles réflexions sur les dépôts du Hainaut (Belgique) », dans Laurence Burnez-Lanotte, Michael Ilett et Pierre Allard (éd.), Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 av. J.-C.). Autour des recherches de Claude Constantin, Namur-Paris, pp. 197-208.

Hauser, Anne (2002), « Affinités et influences dans le Néolithique ancien d’Europe occidentale : le Rubané de la moyenne vallée de la Moselle et la culture de Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain », dans Marcel Otte (éd.), Préhistoire de la Grande Plaine du Nord de l’Europe, Liège, pp. 167-182.

Hauser, Anne et Van Berg, Paul-Louis (2005), « Südliche Einflüsse in der Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain Kultur », dans Jens Lüning, Christiane Frirdich et Andreas Zimmermann (éd.), Bandkeramik im 21. Jahrhundert, Munich, pp. 597-625.

Jeunesse, Christian (1993), « La nécropole rubanée d’Ensisheim “Les Octrois” (Haut-Rhin). La parure », Cahiers de l’Association pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 9, pp. 59-79.

Jeunesse, Christian (1995), « Cultures danubiennes, éléments non rubanés et néolithique ancien du Midi au vie millénaire : la dimension chronologique », dans Jean-Louis Voruz (éd.), De 6000 à 2000 avant notre ère dans le bassin rhodanien. Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, Ambérieu-en-Bugey, pp. 139-145.

Jeunesse, Christian et Van Willigen, Samuel (2006), « Le vase à décor rubané de la Grande Grotte à Cheval-Blanc (Vaucluse). Un objet danubien dans le Néolithique ancien du Midi de la France ? », Bulletin de la Société préhistorique française, 103 (3), pp. 603-608.

Lefranc, Philippe (2001), « La fin de la séquence rubanée en haute-Alsace (Rubané récent et final) vue à travers l’évolution de la céramique décorée du site de Sierentz “Sandgrube” et “Tiergarten” (Haut-Rhin) », Bulletin de la Société préhistorique française, 98 (4), pp. 627-646.

Lichardus-Itten, Marion (1986), « Premières influences méditerranéennes dans le Néolithique du Bassin parisien », dans Jean-Paul Demoule et Jean Guilaine (éd.), Le Néolithique de la France. Hommage à G. Bailloud, Paris, pp. 147-160.

Manen, Claire et Mazurié de Keroualin, Karolin (2003), « Les concepts “La Hoguette” et “Limbourg” », dans Marie Besse, Laurence-Isaline Stahl-Gretsch et Philippe Curdy (éd.), Cahiers d’archéologie romande (« ConstellaSion. Hommage à Alain Gallay »), 95, pp. 115-145.

Meier-Arendt, Walter (1966), Die Bandkeramische Kultur im Untermaingebiet, Bonn.

Paccard, Maurice, avec la coll. de Bouville, Claude (1993), La Grotte d’Unang à Malemort-du-Comtat / Maurice, Avignon.

Pascual Benito, Josep Lluis (1995), « Los anillos neolíticos de la Península Ibérica », dans I Congrés del Neolitíc a la Peninsula Ibérica, Gavà-Bellaterra, pp. 279-289.

Pascual Benito, Josep Lluis (1998), Utillaje óseo, adornos e ídolos neolíticos valencianos, Valencia.

Pauc, Paulette et Pauc, Alexandre (2006), « Enfilage des coquilles de Columbella rustica et de Trivia europea », Euro-Rea, 3, pp. 25-30.

Perrin, Thomas (2003), Évolution du silex taillé dans le Néolithique haut-rhodanien autour de la stratigraphie du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain), Lille.

Sénépart, Ingrid (1998), « Données récentes sur le site cardial du Baratin (Courthézon, Vaucluse) », dans Didier Binder et André d’Anna (éd.), Production et identité culturelle. Actes des 2e rencontres méridionales de préhistoire récente, Antibes, pp. 427-434.

Sidéra, Isabelle (2000 a), « Animaux domestiques, bêtes sauvages et objets en matières animales du Rubané au Michelsberg. De l’économie aux symboles, des techniques à la culture », Gallia Préhistoire, 42, pp. 108-194.

Sidéra, Isabelle (2000 b), « Domestic and funerary bone, antler and tooth objects in the Neolithic of western Europe : a comparison », dans Alice M. Choyke et Laszlo Bartosiewicz (éd.), Crafting bone : Skeletal Technologies through Time and Space. Proceedings of the 2nd meeting of the Worked Bone Research Group (ICAZ), Oxford, pp. 221-229.

Sidéra, Isabelle (2005), « Technical data, typological data : a confrontation », dans Heidi Luik, Alice M. Choyke, Coleen Batey et Lambi Lougas (éd.), From Hooves to horns, from mollusc to mammoth. Manufacture and use of bone artifacts from Prehistoric Times to the Present. Proceedings of the 4th Meeting of the Worked Bone Research Group (ICAZ), Tallinn, pp. 81-90.

Sidéra, Isabelle (2008), « Rubané, VSG et Cardial. Filiations de l’industrie osseuse », dans Laurence Burnez-Lanotte, Michael Ilett et Pierre Allard (éd.), Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 av. J.-C.). Autour des recherches de Claude Constantin, Namur-Paris, pp. 209-219.

Sidéra, Isabelle et Giacobini, Giacomo (2002), « Outils, armes et parure en os funéraires à la fin du Néolithique, d’après Val-de-Reuil et Porte-Joie (Eure). Représentations individuelles et pratiques collectives », Gallia Préhistoire, 44, pp. 215-230.

Stöckli, Werner-E. (2002), Absolute und relative chronologie des Früh- und Mittelneolithikums in Westdeutschland (Rheinland une Rheun-Main-Gebiet), Bâle.

Weiner, Jurgen (1992), « Der älteste erhaltene Holzbau der Welt- Ein Brunnen der Linearbandkeramik aus Erkelenz-Kückhoven », Archäologie in Deutschland, 1, pp. 54-55.

Zémour, Aurélie (inédit), Les pratiques funéraires au début du Néolithique en Méditerranée nord-occidentale : approche préliminaire, mémoire de Master 2 soutenu à l’Université de Paris I en 2006.

Haut de page

Notes

1  L’idée selon laquelle un réseau très ancien de diffusion de savoir-faire issus du Néolithique languedocien et catalan jusque dans les vallées du Rhin et du Neckar précède le Rubané (5500 av. J.-C.) s’est fait jour parmi les chercheurs dans les années 1990. Dans ce scénario, les acteurs de cette diffusion ne sont pas néolithiques mais appartiennent à la famille des chasseurs-cueilleurs. Voir Jeunesse, 1995 ; Manen et Mazurié de Keroualin, 2003.

2  Courtin et Gutherz, 1976.

3  Constantin et Vachard, 2004.

4  Sidéra, 2008.

5  Lichardus-Itten, 1986, pp. 156-158. Voir aussi Jeunesse, 1995 ; Guilaine et Manen, 1997 ; Manen et Mazurié de Keroualin, 2003.

6  Constantin, 1985, pp. 131-133 ; Constantin et Vachard, 2004, pp. 79-81.

7  Jeunesse, 1993.

8  Bonnardin, inédit, p. 303.

9  Sidéra, 2008.

10  Attribution culturelle remise en cause avec justesse par Jeunesse et Van Willigen, 2006, p. 606.

11  Sidéra, 2008.

12  Bonnardin, inédit, p. 303.

13  Jeunesse et Van Willigen, 2006. Voir aussi Guilaine et Manen, 1997.

14  Bailloud, 1964 ; Meier-Arendt, 1966 ; Lichardus-Itten, 1986, p. 279 ; Constantin, 1985 ; Constantin et Illett, 1997 ; Weiner, 1992 ; Gronenborn, 1999 ; Sidéra, 2000 a ; Stöckli, 2002 ; Allard, 2005.

15  Bosch i Lloret, Chinchilla et Tarrús, 2000.

16  Courtin, 1974 ; Sénépart, 1998.

17  Guilaine, Freises et Montjardin, 1984.

18  Courtin, 1974 ; Guilaine, Vaquer et Gasco, 1976 ; Binder, 1991 ; Paccard et Bouville, 1993 ; Sénépart, 1998.

19  Beyneix, 1997 ; Zémour, inédit.

20  Bosch i Lloret, Chinchilla et Tarrús, 2000 ; Pascual Benito, 1998.

21  Courtin et Gutherz, 1976 ; Constantin, 1985, p. 239.

22  Constantin et Vachard, 2004.

23  Meier-Arendt, 1966, pp. 59-60 ; Lichardus-Itten, 1986, pp. 154-155 ; Jeunesse, 1995 ; Bonnardin, inédit, p. 303 ; Guilaine et Manen, 1997 ; Manen et Mazurié de Keroualin, 2003.

24  Pauc et Pauc, 2006.

25  Lichardus-Itten, 1986, p. 157.

26  Constantin et Vachard, 2004, p. 76.

27  Sidéra, 2008.

28  Constantin et Ilett, 1997.

29  Lefranc, 2001, signale des retours d’influence du Bassin parisien vers la haute Alsace sur le décor de la céramique.

30  Jeunesse, 1993 ; Bonnardin, inédit ; Pauc et Pauc, 2006.

31  Constantin et Vachard, 2004, p. 79.

32  Ibid., p. 76.

33  Jeunesse, 1993, p. 63.

34  Bonnardin, inédit, p. 303.

35  Sidéra et Giacobini, 2002 ; Bonnardin, inédit.

36  Nous nous heurtons là au même problème que pose la parure de spondyle, dont les éléments sont diffusés dans l’Europe entière durant le Rubané et dont l’usage s’étiole avec le Rubané final et le Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin parisien comme dans le Hinkelstein en Rhénanie.

37  Sidéra, 2008, p. 216.

38  Sidéra, 2000 a, p. 146 ; 2000 b et 2005, pp. 224-225.

39  Lichardus-Itten, 1986.

40  Hauser, 2002 ; Hauser et Van Berg, 2005.

41  Allard, Bostyn et Zimmermann, 2006 ; Hamon, 2006 et 2008.

42  Constantin, 1985.

43  Fromont, inédit ; Constantin, Hance et Vachard, 2004 ; Augereau, 2004.

44  Jeunesse, 1993 ; Bonnardin, inédit ; Sidéra, 2000 a et 2008.

45  Voir Pascual Benito, 1995 pour la diversité des parures en pierre du domaine cardial.

46  Bailloud, 1964 ; Collectif URA 12, 1982.

47  Jeunesse et Van Willigen 2006, p. 606.

48  Perrin, 2003 ; Féblot-Augustins, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Correspondances chronologiques régionales approximatives (d’après Lichardus-Itten, 1986, pl. 2, p.149) et implantation du Rubané et du Cardial.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2. — Objets d’origine ou d’influence méditerranéenne du rubané récent et final du Bassin parisien.
Légende 1 à 4 : Décor imprimé du Rubané récent du Bassin parisien (d’après Lichardus-Itten, 1986, fig. 4); 5 à 8 : Décors imprimés du Cardial (d’après Lichardus-Itten, 1986, fig. 5) ; 9 : Outil pointu à flancs plats du Rubané récent du Bassin parisien (dessin G. Monthel). 10 : Anneau en os du Rubané récent du Bassin parisien (dessin G. Monthel) ; 11 : Bracelet en coquille de Glycymeris du Rubané récent ou final de haute Alsace (sépulture 1 de Mulhouse-Est, d’après Bonnardin, inédit, pl. 37) ; 12 : Bracelet en calcaire blanc du Rubané final du Bassin parisien (sépulture 345 de Berry-au-Bac « le Chemin de la Pêcherie », d’après Bonnardin, inédit, pl. 72) ; 13 : parure de perles de colombelles (sépulture 13 d’Ensisheim « les Octrois », d’après Jeunesse, 1993, fig. 6).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3. — Typologie simplifiée de l’industrie osseuse rubanée.
Légende 5 et 7 : anneau en os et outil pointu à flancs plats, de style méditerranéen.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 4. — Distribution régionale et chronologique des anneaux et des outils pointus à flancs plats.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Sidéra, « De mains méridionales en mains septentrionales », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 17-32.

Référence électronique

Isabelle Sidéra, « De mains méridionales en mains septentrionales », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/3238

Haut de page

Auteur

Isabelle Sidéra

CNRS, UMR 7055, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org