Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la section scientifique de la Casa de Velázquez

Relations familiales, relations sociales en Hispanie sous le Haut-Empire. Étude épigraphique

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Rennes II Haute-Bretagne le 14 décembre 2002 (dirigée par Patrick Le Roux)*
Sabine Armani
p. 391-394

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Mireille Corbier (Présidente), CNRS ; Patrick Le Roux, Université de Rennes  (...)

1Le thème de la recherche est né d’une réflexion sur les procédures concrètes d’évolution d’une société provinciale — l’Hispanie — en voie de romanisation, en plaçant au centre les relations familiales et sociales. L’étude se situe d’emblée à la charnière des traditions culturelles pré-romaines et locales et des apports romains en permettant de mettre à l’épreuve la notion même d’intégration. En effet, jusqu’à présent, pour comprendre les transformations en Hispanie, l’ampleur de la romanisation, les statuts juridiques et la diffusion du droit latin, la municipalisation et l’urbanisation ont été abondamment privilégiées, à juste titre. Cependant, au-delà des évolutions juridiques, les relations familiales et sociales, à travers leurs mutations, ouvraient une voie encore peu explorée pour mesurer les étapes et les processus complexes d’évolutions, moins linéaires qu’on ne le pensait. L’étude de la famille n’allait pas de soi. En effet, une apparente contradiction était évidente dans les recherches : on admettait que l’Hispanie avait été profondément romanisée par la diffusion du droit latin, mais on acceptait aussi que les structures indigènes aient continué à subsister telles quelles. Dans ces conditions, l’approche la plus probante était de soumettre les sources épigraphiques à une relecture globale. La notion d’interpretatio romana, appliquée à l’étude de la société alors qu’elle était jusqu’ici réduite au problème religieux, a constitué un outil de travail légitime pour analyser les processus d’intégration, en évitant la dichotomie et le fusionnisme qui réduisent considérablement la richesse des évolutions historiques. En effet, il est traditionnellement admis que les sources nous renvoient, quels que soient les milieux, l’image de sociétés déjà modelées par la romanisation, c’est-à-dire interprétées au sens latin du terme. L’étude des structures familiales et sociales permettait de poser les questions dans un sens différent pour chercher à identifier les interactions réciproques. Dans ces conditions, le postulat de départ était que l’épigraphie permettait de percevoir des interrelations, en considérant que des inscriptions d’apparence banale pouvaient nous renseigner quand même, mais autrement, sur la romanisation et sur le vécu des provinciaux.

2La méthode que j’ai mise au point et qui restait, faute d’antécédents, à créer en grande partie, s’est organisée autour de trois thèmes de réflexion directement inspirés des questionnements mis en œuvre par l’interrogation systématique des sources de la péninsule Ibérique.

3Parce que l’épigraphie est un témoin privilégié des rapports qu’entretiennent norme et pratique, elle permettait, en confrontant données hispaniques et problèmes de la famille et de la société, de replacer les problèmes de la parenté et des réalités de la péninsule Ibérique dans des contextes plus larges qui touchaient à l’Italie romaine et au droit romain. Établir un premier bilan des connaissances sur la famille m’a d’abord paru nécessaire, car depuis quelques années les historiens ont sensiblement modifié l’image qu’en avaient donnée les historiens du droit. Ce n’est pourtant pas en ces termes qu’il faut poser la question pour l’Hispanie puisque les témoignages épigraphiques nous présentent tour à tour ou simultanément des visages différents de la famille.

4Pour faire valoir ces observations, il est alors apparu nécessaire de soumettre le vocabulaire de la parenté à un questionnement systématique pour analyser les éventuels glissements de sens. Par exemple, l’identification de l’usage décalé de sobrinus qui désigne en latin classique le cousin issu de cousin germain et qui semble parfois avoir pris dans le langage parlé, le sens de neveu, ne permet plus d’accréditer l’existence de la relation avunculaire en Hispanie. Par ailleurs, l’examen des contextes d’emploi de cognatus, expression concrète de la cognatio, connue à Rome et adaptée en Hispanie, révèle des glissements de sens déjà observés dans d’autres régions, notamment en Italie : à côté du sens bien connu de parent par le sang, le cognatus renvoyait aussi au beau-frère, le mari de la sœur, par opposition au socerinus, le frère de l’épouse. L’usage simultané, dans les sources du Nord-Ouest, du terme cognatus et de la référence à la cognatio suggère en tout état de cause que le vocabulaire de la parenté en Hispanie, loin de renvoyer à l’image de sociétés restées à l’écart des valeurs romaines, pouvait avoir été adopté par des populations qui avaient repris à leur compte un certain nombre de concessions au latin classique observées ailleurs et mieux adaptées à la vie en communauté restreinte que la stricte observance de la terminologie juridique.

5Le vocabulaire de parenté n’est pas l’unique témoin de ces phénomènes, et le décalage constaté entre le discours politique et sa mise en pratique m’a amenée à soumettre le corpus épigraphique de la péninsule Ibérique à une remise en question systématique en reprenant l’ensemble du dossier de l’état civil tel qu’il s’exprime dans l’épigraphie en Hispanie, à travers les nombreux cas de gentilices transmis à l’enfant par la mère. Dans cette perspective et dans le but de mieux connaître les sociétés hispano-romaines, la prise en compte des réalités juridiques est déterminante. Dans ce domaine, on croyait les règles de transmission du gentilice — du père à ses enfants — clairement fixées. Pourtant, un nombre significatif d’inscriptions de la péninsule Ibérique ne se satisfait pas de cette réponse traditionnelle. En fait, dans l’expression de la parenté, la valorisation de la branche maternelle semble même caractéristique de certains secteurs géographiques et culturels de la péninsule Ibérique. La matronymie pratiquée dans l’aristocratie romaine, pose en effet, en Espagne, la question de sa présence en dehors des élites et le problème de son adaptation à des réalités locales — dans les milieux récemment romanisés — ou sociales chez les affranchis. Il faut sans doute y voir la traduction d’un phénomène culturel qui n’a rien à voir avec le souci qui aurait poussé l’aristocratie romaine à mettre en valeur tout le cercle de sa parenté comprenant aussi bien les parents du côté paternel que maternel. L’analyse de la transmission du gentilice est complétée par l’observation de la transmission des modes de dévolution du cognomen et du nom unique chez les pérégrins. En Hispanie, l’emprunt d’une onomastique patrimoniale aux branches maternelle et paternelle comme à Rome, s’explique aussi par des habitudes plus strictement locales. On le voit, l’Hispanie offre l’exemple de la coexistence de différents systèmes familiaux. Seule une étude à l’échelle de la péninsule Ibérique pouvait rendre la complexité de ces sociétés hispano-romaines et permettait de comprendre comment ces différentes pratiques sociales s’articulaient autour des structures juridiques de l’Hispanie. Dans cette perspective, il fallait reposer la question de l’expression de l’état civil dans la péninsule Ibérique et des états civils mixtes. La variété des combinaisons onomastiques m’a en effet invitée à me demander si, parallèlement à l’instauration du droit latin en Hispanie qui a imposé aux formules onomastiques de s’adapter aux différentes situations nées de l’application du droit latin, certains états civils, en apparence romains, n’échappaient pas en fait au système onomastique classique. On sait bien, en effet, qu’en Hispanie, la filiation par le cognomen paternel, si elle s’apparente à un système de dénomination romaine, ne renvoie pas forcément à un contexte romain, mais plutôt à un environnement culturel et social particulier. L’identification de ce phénomène a permis de mieux situer ses manifestations dans le temps et dans l’espace et donc de mieux comprendre les phénomènes d’interférence entre éléments romanisés et éléments indigènes.

6Enfin, les précédentes analyses m’ont naturellement conduite à élargir l’étude aux relations sociales pour vérifier si l’adaptation de la méthode de l’interpretatio appliquée aux relations familiales pouvait contribuer aussi à la mise en place d’une réflexion nouvelle sur le problème de la romanisation et de l’intégration. L’expansion du cadre politique local de la cité municipale est bien accompagnée de changements dans les mentalités et les comportements. Un des axes de la recherche a donc consisté aussi à identifier les différents niveaux de fonctionnement des sociétés de la Péninsule en se demandant, par exemple, si les manifestations de la parenté se posaient dans des conditions identiques dans toutes les cités d’Hispanie. Une étude centrée sur les hommages publics rendus par leur famille aux membres éminents des cités montre clairement que celle-ci n’intervenait que dans les communautés privilégiées (colonies et municipes) où leur geste, qui mettait l’accent sur la continuité généalogique, avait plus d’impact. Par ailleurs, et pour élargir le champ de la réflexion dans un sens à la fois concret et social, la forte proportion des noms à consonance celtique dans les régions centrales et occidentales de la Péninsule méritait que l’on pose le problème des conditions de leur port. Dans cette perspective, la transmission du cognomen Maternus soulève la question de savoir si ce surnom latin, bien représenté dans les milieux indigènes de la Péninsule, a pu parfois conserver son sens étymologique (« de la mère ») pour désigner des enfants sans père, ce que ne contredit pas ce que l’on sait de la force des solidarités familiales dans ces régions. L’étude nécessitait enfin de mieux approcher l’Hispanie dans sa hiérarchie sociale, mais toujours dans sa diversité régionale pour comprendre dans quelle mesure l’adoption d’un nouvel environnement social s’était accompagnée ou non d’une évolution des relations familiales et sociales. Ainsi, dans les secteurs occidentaux de la Péninsule, des phénomènes que l’on croyait typiquement romains se sont en fait révélés être des adaptations locales aux nouvelles règles imposées par Rome. En effet, en raison de la relative concentration, dans les sources, de témoignages de couples, dont les membres — apparemment néo-citoyens — portent le même nom, il semble raisonnable d’envisager dans un certain nombre de cas, l’homonymie, non comme la traduction de l’alliance entre deux titulaires d’un même gentilice, mais comme la réponse simple et efficace adaptée aux cas de promotion simultanée d’un couple et de ses enfants à la citoyenneté conformément aux dispositions de la loi d’Irni.

7Malgré l’administration romaine ou grâce à son action, l’Hispanie a donc conservé ses originalités. Si les différents niveaux de langage repérés dans le vocabulaire de la parenté en usage dans la péninsule Ibérique ne sont pas, contrairement aux idées reçues, des vestiges d’un passé indigène, c’est justement parce que ces transferts de sens, comme ailleurs, fonctionnent naturellement dans le système romain des relations familiales à l’intérieur de la ciuitas, adoptée à un état embryonnaire dès avant la conquête. En revanche, l’acclimatation au droit latin n’a pas été sans provoquer des réactions, des adaptations, des réinterprétations. L’intégration de l’Hispanie est donc avant tout le résultat d’un long processus fait d’acculturations réciproques qui soulignent à la fois la force et l’enracinement des pratiques locales, mais aussi la souplesse et le réalisme des différentes formes de l’occupation romaine.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Mireille Corbier (Présidente), CNRS ; Patrick Le Roux, Université de Rennes II ; Philippe Moreau, Université de Caen ; Alain Tranoy, Université de Poitiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Armani, « Relations familiales, relations sociales en Hispanie sous le Haut-Empire. Étude épigraphique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 391-394.

Référence électronique

Sabine Armani, « Relations familiales, relations sociales en Hispanie sous le Haut-Empire. Étude épigraphique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/331

Haut de page

Auteur

Sabine Armani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org