Navigation – Plan du site
L’objet de main en main

La déesse intouchable : une Vierge andalouse

La diosa intocable : una Virgen andaluza
The untouchable goddess: an Andalusian Virgin
Antoinette Molinié
p. 57-77

Résumés

Si « toucher l’objet transcende », comme il est écrit dans l’argumentaire, la transcendance d’un objet lui vient le plus souvent de son caractère intouchable. C’est en partant de cette hypothèse du « toucher par défaut » que nous examinons le culte de la Virgen del Rocío en Andalousie. Dans un premier temps, nous examinons les procédés par lesquels l’image de la Vierge est rendue intouchable. Nous observons ensuite que certains objets donnent néanmoins accès à la « déesse ». Nous étudions enfin deux catégories d’objets impliqués dans ces pratiques. Les uns peuvent se définir comme des métonymies, les autres comme des substituts. La construction de ces objets, liée à celle de l’intouchabilité de l’image de la déesse, donne à celle-ci un pouvoir qui dépasse les limites de l’autorité ecclésiastique.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 juin 2010.

1Les objets de dévotion sont réputés mettre en contact les hommes avec les dieux. Certains ethnologues leur donnent même la fonction de « transition avec le sacré », reprenant ainsi à leur compte, plus ou moins explicitement, les exégèses indigènes. Cependant, la nature de cette « transition » est aussi floue que celle de la sacralité à laquelle l’objet donnerait accès. En effet, la transcendance se décline en autant de concepts que de cultures qui l’énoncent, et sa transmission par un objet participe de cette variabilité. Mais il serait vain d’enfoncer les portes ouvertes d’un relativisme bien-pensant ou d’un post-modernisme paresseux. Il est plus raisonnable de partir de l’hypothèse qu’objets surnaturels et matériels sont distincts et, par l’ethnographie, d’interroger cette différence qui est loin d’être claire.

2Une image peut se présenter comme une simple illustration, comme une métonymie ou même comme une incarnation du divin. Il ne s’agit point ici de faire la part du symbole ou de la matière représentée dans chacun de ces cas, ni de chercher un lien entre signifiant et signifié, mais plutôt de cerner ce que toucher ou ne pas toucher veut dire pour la croyance associée à l’objet. À cette fin, nous avons choisi de saisir a contrario la signification du « toucher par défaut », de comprendre comment le caractère d’intouchabilité d’une image produit sa sacralité et enfin de définir les procédés de substitution de cet objet intouchable par des artefacts qui passent de main en main pour transmettre la matière surnaturelle.

  • 1  Je remercie Dominique Fournier d’avoir bien voulu illustrer mon propos par ses photographies.
  • 2  Lévi-Strauss, 1996, p. 17.
  • 3  Ibid., p. 16.

3Cette analyse ne pouvant être menée qu’au travers d’une ethnographie particulière, nous prendrons ici celle que nous avons recueillie sur l’image d’une Vierge andalouse1. Le choix d’un objet et d’une sacralité proches de notre culture a certainement des inconvénients : l’ethnocentrisme guette l’anthropologie de l’Europe et le raisonnement est alors difficile « parce que les raisons apparentes que nous prêtons aux événements dont nous sommes les acteurs sont fort différentes des causes réelles qui nous y assignent un rôle2 ». Cependant, outre que la culture ainsi dévoilée se révèle plus exotique que l’on n’eût pu l’imaginer, les avantages d’une sacralité a priori familière sont considérables pour l’analyste « puisque la continuité de l’expérience est ainsi sauvegardée, avec tous ses moments et chacune de ses nuances3 ». La possibilité, même infime, de pouvoir imaginer une communion avec la croyance étudiée, l’aubaine d’une mise à l’épreuve quasi immédiate des hypothèses qui pourront par la suite être interrogées ailleurs, le gain de temps d’une ethnographie antérieure acquise par expérience personnelle, tout cela invite à une telle enquête. Celle qui est présentée ici a de plus été précédée puis suivie par un long terrain exotique qui nous permet de jeter sur la Vierge andalouse un regard relativement éloigné, tempérant ainsi sa proximité avec notre culture.

4La Vierge Marie est incontestablement la grande déesse d’Andalousie. Magna Mater, mère de Dieu fait homme selon le dogme, elle est, pour ses adorateurs andalous, à la fois une et multiple. Pour eux, la Vierge en soi n’a pas grand sens si on ne précise pas celle dont on parle, et le terme espagnol Virgen est systématiquement suivi du nom de la divinité à laquelle on fait référence. Chaque ville, chaque village possède sa Virgen et l’on entretient avec elle des relations passionnées. Les Vierges rivalisent entre elles, souvent celles de deux quartiers d’un même village. Cette multiplicité qui rend la mère de Dieu très proche des saints patrons est particulièrement visible lors des processions de la semaine sainte : on y voit, célébrées les unes derrière les autres, des dizaines de Vierges, chacune d’elles étant parfaitement identifiée par son nom, par le décor de son trône, par le quartier où elle réside, par le bijou qu’elle porte, par la saeta qu’on lui chante, par le moment de la Passion qu’elle met en scène.

  • 4  Christian, 1976, p. 74.

5Certaines Vierges sont fédératrices de régions entières car elles attirent des milliers de fidèles. Elles marquent d’immenses « territoires de grâce4 », elles fixent les appartenances sociales, elles président aux destins des membres de lignages qui en ont fait leur protectrice, elles prennent parti dans une guerre civile… Bref, elles ont une fonction quasiment totémique dans la mesure où elles se présentent comme des opérateurs de classification alternative à l’opposition rigide des classes sociales dans une société de type Ancien Régime. C’est ainsi que certaines Vierges miraculeuses étendent leur « grâce » non seulement au territoire sur lequel elles règnent mais encore aux communautés des pèlerins qui viennent l’adorer une fois l’an. C’est le cas de la Virgen del Rocío dont le sanctuaire est situé en Andalousie occidentale dans la région de Huelva.

Un objet puissant : l’image de la Virgen del Rocío

6La Vierge de la Rosée règne sur les mystérieux marais du delta du Guadalquivir, dont une partie constitue aujourd’hui un parc naturel. Son sanctuaire se lève au milieu des oiseaux migrateurs et parmi des chevaux dont elle possédait jadis un troupeau. Son pèlerinage annuel, qui culmine le lundi de la Pentecôte, attire plus d’un million de visiteurs. Son territoire éclate à la mesure de sa dévotion : si ses fidèles formaient à l’origine une petite communauté groupée autour de son sanctuaire, près d’Almonte, ils viennent aujourd’hui de l’Espagne entière et son culte est mondialisé à travers sa diffusion télévisuelle. Les hommes politiques rendent des hommages officiels à celle qui est devenue emblème de l’Andalousie autonome, tandis qu’ils évoquent avec envie les vingt minutes que le pape Jean Paul II a passé seul avec leur déesse lors de son voyage à Séville en 1992. Cependant, cette globalisation de la Virgen del Rocío ne saurait cacher un culte profondément enraciné dans la culture andalouse.

7Son image actuelle, œuvre anonyme en bois polychrome de 1,40 mètre de haut, est celle de Marie debout, le visage souriant et les yeux baissés, présentant son enfant. La Virgen del Rocío prend deux figures de dévotion au travers de deux tenues d’apparat. De reina (« en reine »), elle est vêtue comme une dame de la noblesse du début du xviie siècle, d’une large basquine tenue par une monture, une collerette en dentelle et une importante mantille (fig. 1, p. 60). L’ensemble est en tissus précieux. Elle porte une lourde couronne en or et présente dans ses mains, faisant face à la foule, un enfant Jésus qui tient avec elle un sceptre d’or. De pastora (« en bergère »), sa robe est plus modeste et elle est coiffée d’un chapeau de paille orné de fleurs des champs sur de longues boucles anglaises. Son enfant est habillé de pastorcito, « en petit berger ». Les discussions des hommes sur leur préférence pour l’une ou l’autre tenue de la Vierge sont interminables et traduisent deux aspects contrastés de leur rapport au féminin : la reine puissante à laquelle on est soumis et la jeune fille en fleur que chacun voudrait séduire.

Fig. 1. — La Virgen del Rocío.

Fig. 1. — La Virgen del Rocío.

(cliché Antoinette Molinié)

  • 5  Infante Galán, 1971.
  • 6  Hernández Díaz, 1980.
  • 7  López Taillefert, 1997.
  • 8  Sur l’image et le culte de Rocío voir Murphy et González Faraco (éd.), 2002 b. Pour un historique (...)

8Le premier sanctuaire de la Virgen del Rocío aurait été érigé à Las Rocinas (premier nom de cette Vierge) par Alphonse X le Sage en 12755. D’autres pensent que l’image date du xve siècle6. En fait, elle est probablement le résultat de plusieurs transformations. La statue d’origine datant sans doute du xiiie siècle fut habillée à la fin du xve siècle ou au début du xviie siècle7. Aujourd’hui encore la passion anime les débats historiographiques autour de l’image, laissant poindre parfois l’expression de fantasmes sur sa forme primitive, telle qu’elle pourrait se nicher sous le manteau de la Vierge8.

  • 9  Borgeaud, 1996.

9Les polémiques autour de l’invention de l’image de la Virgen del Rocío en font un produit social et un générateur sociétal. C’est ainsi que la rivalité entre deux bourgades, celle d’Almonte et celle de Villamanrique de la Condesa, est inscrite dans le mythe d’origine de la déesse. Il y a fort longtemps, un chasseur (ou un berger, suivant les versions) découvre une image en bois de la Vierge cachée dans un olivier sauvage. Il alerte les gens d’Almonte et ceux-ci s’empressent d’abriter l’image dans une chapelle de leur village. Mais la statue revient toujours à l’olivier où elle a été trouvée. On lui construit donc un sanctuaire sur le site même de son apparition, là où se rendent aujourd’hui les pèlerins. La Vierge semble approuver sa nouvelle demeure de Rocío où elle réside depuis lors. Or si la découverte de l’image eut bien lieu sur le territoire d’Almonte, son auteur était, quant à lui, de Villamanrique de la Condesa, un village voisin. Depuis lors, chacune des deux bourgades revendique l’image de la Vierge, Almonte se réclamant du droit du sol où eut lieu l’invention du culte, Villamanrique arguant du droit du sang de son inventeur. Cette opposition est d’autant plus critique que Villamanrique est titulaire de la plus ancienne des confréries ou hermandades de la Vierge, donc la première dans la hiérarchie de l’ensemble, tandis que celle d’Almonte se situe en dehors de cette classification de par son statut de Hermandad matriz (« Confrérie matrice ») qui est contesté par Villamanrique. La polémique est d’autant plus vive que la « confrérie matrice » d’Almonte s’est considérablement enrichie grâce au commerce prospère que le pèlerinage engendre autour du sanctuaire dont elle a le monopole. La rivalité des jeunes des deux bourgs peut devenir violente au moment des processions. Elle exprime une opposition qui les dépasse : traditionnellement les habitants de Villamanrique se consacrent à la chasse (surtout du braconnage) et à la production de charbon végétal, tandis que ceux d’Almonte sont agriculteurs et éleveurs de chevaux. Par son invention, l’image de la Vierge peut être ainsi considérée comme une borne : jadis, lors la reconquista, entre les chrétiens et les musulmans, et aujourd’hui, entre les activités cynégétiques et agricoles des deux bourgades qui la revendiquent. Elle prend dès lors la dimension universelle d’une partition entre le domaine sauvage et l’espace domestique et se présente comme une figure de liminalité qui rappelle évidemment Artémis et surtout Cybèle9.

10La Virgen del Rocío est le centre d’un pèlerinage organisé par des confréries provenant de localités de toute l’Andalousie et même au-delà. Ces hermandades font partie d’un système hiérarchique. Au sommet, on l’a vu, la Hermandad matriz de Almonte revendique la propriété de la Vierge et se met en dehors de la classification qu’elle entend contrôler. Lesautres confréries sont rangées par ordre d’ancienneté, chacune d’elles pouvant « marrainer » (amadrinar) des candidates. On comptait une dizaine de confréries en 1920, plus de vingt en 1936, une soixantaine en 1984 ; aujourd’hui, elles sont près d’une centaine. Ces chiffres montrent l’extension foudroyante de ce culte à une image qui fait partie de la vie quotidienne de beaucoup d’Andalous. On trouve des photographies de la Virgen del Rocío dans les salles à manger, posées sur la télévision, dans les bureaux, parmi les almanachs érotiques, dans les marchés ou les boutiques, accrochées aux rétroviseurs des voitures entre des clignotants. Des reproductions de l’image se dressent sur les places des villages de la région ou bien se dissimulent sous le gland en fonte d’un porte-clés, transformé pour l’occasion en autel portatif qui protège l’image du contact avec la main.

Touche pas à ma Vierge

11Tout au long de l’année, la Virgen del Rocío reçoit ses fidèles derrière une grille de son sanctuaire. On s’agrippe au fer forgé et l’on passe son visage entre les barreaux pour la supplier, parfois en pleurs. Cette inaccessibilité de la Vierge rappelle la sanctuarisation de la femme méditerranéenne, telle que la chante ce tiento souffrant :

Que tenga rejas de bronce
Te voy a meter en un convento
Que tenga rejas de bronce
Pa que la gente no te vea
Ni la carita te roce

Avec des grilles en bronze
Je vais te mettre dans un couvent
Avec des grilles en bronze
Pour que les gens ne te voient pas
Ni ne puissent frôler ton visage

  • 10  Albert-Llorca, 1995, p. 213.

12Pourtant le corps de la Vierge semble occuper bien des esprits : « Qu’y a-t-il sous ses vêtements somptueux ? » L’image se présente en effet comme un visage et des mains portant l’enfant Jésus sur de somptueux vêtements, sous lesquels on devine que la Vierge est vide. Les seules personnes qui peuvent toucher la Virgen del Rocío pour l’habiller sont des femmes, parfois certains hommes efféminés. Ces chambrières refusent catégoriquement de parler de « ce qu’il y a en-dessous ». Quand vous leur demandez discrètement si l’idole porte des chaussures, elles éludent le sujet en vous signifiant qu’il est confidentiel. Le traitement du corps de la Virgen del Rocío est proche de la dénégation des chambrières, tel que le décrit Marlène Albert-Lloca10 pour la Vierge de la Sort à Saint-Laurent-de-Cerdans :

— « Et donc, vous ne saviez pas que la Vierge était vide ?
— Si, parce que nous la sentions en la touchant. Mais nous faisions tout pour ne pas voir. »

13Dans les années quatre-vingt-dix, les chambrières de la Virgen del Rocío étaient au nombre de trois : une vieille fille, une veuve et la fille de celle-ci. Mais l’équipe idéale semble être celle que forment une célibataire et sa nièce, si bien que la transmission parfaite de la Vierge, de main en main, irait de vierge à vierge. Il apparaît ainsi que ce sont des femmes sans sexualité qui habillent l’image, et que, de préférence, elles assument la virginité de la déesse dont elles ont la charge. La Virgen a aussi tout un entourage d’hommes dont l’homosexualité semble être acceptée par des fidèles pour qui elle constitue, en d’autres circonstances, un scandale. En temps ordinaires, et en particulier pour son intendance, la Virgen del Rocío n’est donc approchée que par des êtres au sexe mal défini. Le privilège d’habiller l’image de la Vierge donne aux chambrières un pouvoir dont les hommes semblent jaloux : ils font, sur la sexualité des gardiennes, des commentaires qui tranchent avec le respect qu’elles leur inspirent et, par contrecoup, ils sexualisent la Vierge.

14L’intouchabilité et à la fois la sexualisation de la Vierge sont particulièrement manifestes lors de sa translation (traslado) de son sanctuaire au village d’Almonte qui a lieu tous les sept ans au mois d’août. La Virgen del Rocío est alors transportée à dos d’hommes toute la nuit par des chemins qui traversent la pinède. Son trône était autrefois précédé des feux allumés sur son passage. Ceux-ci sont remplacés aujourd’hui par les projecteurs de la télévision qui suivent la déesse à la trace. Des milliers de fidèles l’accompagnent, à pied, à cheval ou en tracteur.

15À son départ du sanctuaire, au milieu d’une foule en liesse, les chambrières lui posent un voile précieux sur le visage, puis la recouvrent entièrement d’une pèlerine de chasseur qui dissimule l’habit de pastora qu’elle porte pour cette occasion. Cette cape fut remplacée en 1998 par un modèle créé par un grand couturier sévillan. Certains fidèles ont condamné cet usage publicitaire de l’image de la Vierge, mais d’autres ont considéré cet événement comme un hommage à la beauté de leur déesse qui prenait ainsi une fonction de top model. Pendant la préparation au voyage de la Vierge, seules les chambrières peuvent la toucher et c’est peut-être pour la protéger des mains des hommes qui vont la porter à Almonte qu’elles la couvrent entièrement de cette cape de chasseur. Sans visage, au milieu de la violence des hommes qui se battent pour la porter sans jamais ne toucher que son trône, l’image prend une dimension visionnaire, totem qui avance à la cadence des reins de ses porteurs, entre les pins, au clair de lune, dans le nuage de poussière que soulèvent les chevaux (fig. 2).

Fig. 2. — La Virgen del Rocío lors de sa translation.

Fig. 2. — La Virgen del Rocío lors de sa translation.

(cliché Miguel Ventura).

16À son arrivée à Almonte, la Virgen, ou plutôt le fantôme qu’elle est devenue pour sa translation, est saluée par des salves assourdissantes tout au long des rues où la foule se presse. Les hommes ne peuvent la toucher mais ils peuvent tirer des coups de feu en l’air avec jubilation pour en exprimer l’envie. Quand le lever du jour dévoile les tuiles et les murs blanchis à la chaux, les fusils redoublent d’ardeur. Les chambrières s’approchent de la Divine Bergère emmaillotée. Lentement, elles défont sa pèlerine. Les garçons sont de plus en plus déchaînés. Il n’y a aucun doute : tandis qu’ils rugissent, les saintes femmes traînent pour défaire les épingles une à une, pour plier pan par pan le manteau… Elles construisent ainsi, en dialogue rituel avec la foule déchaînée des hommes, l’intouchabilité de la Vierge.

17Dès que les rayons de soleil frôlent l’image, l’une des chambrières enlève le voile qui couvre le visage de la Vierge et des hurlements de plaisir montent dans le petit matin d’Almonte. Les fusils crépitent et les cris rauques se font jubilatoires. Les garçons luttent à présent pour porter le trône de leur déesse à l’église où il est enfin déposé. Jeune fille aux cheveux ondulés en anglaises sous son grand chapeau de paille fleuri, la Vierge nargue à présent les garçons d’Almonte qui ont suivi son strip-tease conduit par les caméristes, sans la toucher. Après l’avoir gardée neuf mois, illusion de paternité, ils devront la laisser revenir à son sanctuaire de Rocío, derrière la grille de son inaccessibilité.

18Pourtant cette mise à distance du corps de la déesse s’accompagne, comme dans toute pensée religieuse, du désir de le toucher. Ce besoin impérieux du contact s’exprime, avec une violence particulière lors de la messe et de la procession du dimanche et du lundi de la Pentecôte qui clôturent le pèlerinage.

« Se mettre sous la Vierge »

19La Vierge trône derrière la grille qui ferme le chœur, tout au bout de la nef du sanctuaire. Pour cette messe du dimanche soir, le sanctuaire est bondé et il y règne une tension explosive. Les équipes de la Croix-Rouge évacuent des hommes évanouis. Vers trois heures du matin, un cri interrompt les prières : ¡Almonteños, a por Ella ! (« Hommes d’Almonte, allons la prendre ! »). Les jeunes gens d’Almonte escaladent la grille du chœur, bousculent le curé, s’emparent du trône en argent de la Vierge et se ruent avec la déesse vers la sortie, dans une incroyable bousculade. La cohue est indescriptible et une lutte à mort s’engage pour porter la Vierge. Ce déchaînement est d’autant plus violent qu’il fait sauter toutes les soupapes de contrôle de l’ordre : les garçons sont accrochés à la grille du chœur, ils roulent sur l’autel, les notables sont bousculés, les prie-Dieu renversés, les hurlements et les applaudissements fusent de toutes parts... Toute la nuit autour du sanctuaire, les garçons d’Almonte se battent pour avoir l’exclusivité de porter la Vierge sur leurs épaules, pour empêcher tout « étranger » de s’approcher d’elle. Il règne dans cette procession chaotique une violence inouïe. Quand un porteur s’effondre, d’autres épaules se tendent et la déesse passe ainsi sur les corps bandés et ruisselants des garçons comme un navire à la dérive qui jamais n’échoue. Tout autour, les hommes n’ont qu’une idée en tête : « se mettre sous la Vierge » (meterse debajo de la Virgen) ; et quand ils surgissent de dessous le trône pour raconter leur expérience, leur voix s’étrangle.

20« Se mettre sous la Vierge » est d’abord une opération de haute technicité car il est très difficile de s’ouvrir un chemin dans la multitude qui entoure le trône d’agent et il est impossible d’y accéder sans l’aide, ou du moins l’accord, de quelques garçons d’Almonte. Le désordre n’est qu’apparent car il fait partie d’une stratégie précise : il est construit comme une barrière de protection autour de la Vierge dont on cherche à garder l’accès exclusif. Cependant, malgré le chaos indescriptible qui entoure le trône, jamais une main ne touche la déesse. Ce que les centaines de mains qui se dressent autour de l’image essaient de saisir ce sont les colonnes d’argent de son trône, dernière barrière de son intouchabilité. Même lorsque celui-ci se renverse sur la foule, tel un navire à la dérive, l’image reste intouchable et c’est par miracle qu’elle est redressée, passant non pas de main en main, mais d’épaule en épaule.

21En observant les garçons qui sortent de dessous le trône, essoufflés et exaltés, on comprend vite que « se mettre sous la Vierge » a une dimension autre que sportive ou votive. Quand ils montrent leurs blessures et leurs hématomes, on ne peut s’empêcher de penser aux rites d’initiation amazoniens qui laissent sur les corps des marques comparables. C’est bien le père ou l’oncle qui conduisent le jeune initié vers la Vierge, un peu comme en Espagne, il n’y a pas si longtemps, ils l’emmenaient au bordel. Les vantardises des garçons qui comparent les temps respectifs qu’ils ont passés sous leur déesse se passent de commentaires tant ils évoquent une initiation sexuelle.

  • 11  Chaque confrérie a, près du sanctuaire, une casa-hermandad qui abrite de nombreux pèlerins. Ceux-c (...)

22Une longue procession suit le rapt de l’image de la Vierge, de l’aube jusqu’en fin de matinée du lundi de la Pentecôte. Le trône est ainsi porté par les garçons d’Almonte vers les différentes maisons des confréries où les pèlerins font la fête jour et nuit, à l’issue de leur voyage11. C’est ce moment de la procession que les membres de la « confrérie matrice » d’Almonte exploitent pour établir une hiérarchie opportuniste des confréries par le biais du circuit qu’ils font faire à l’image intouchable : la Vierge portée par les garçons d’Almonte boude telle ou telle confrérie, en privilégie d’autres, dose les minutes qu’elle passe sur le seuil de chacune des maisons rituelles. Le lendemain, dans les bars et dans la presse, les commentaires fusent sur les différentes stations de la Vierge au cours de la procession, sur les temps que l’image a passés face aux maisons des confréries. Par son circuit rituel, l’image dessine ainsi une hiérarchie et certains pleurent à chaudes larmes la déchéance de leur confrérie devant laquelle la Vierge ne s’est pas arrêtée. Par sa manipulation, un objet saint construit ainsi des rapports entre des groupes sociaux et confirme l’autorité de l’un d’entre eux. Selon le circuit rituel imposé à l’image par les garçons d’Almonte, cette hiérarchie se superpose à, contredit ou souligne celle, plus statique, qui est fondée sur l’ancienneté des confréries. Il n’est pas rare par exemple que l’image de la Vierge boude celle de Villamanrique de la Condesa, la première par ordre d’ancienneté. On sait, en effet, quelle est leur rivalité dans l’appropriation de l’image. Cette année-là, Villamanrique sera humilié non seulement dans sa confrérie mais dans le village entier et des bagarres éclateront régulièrement, jusqu’à ce que l’année d’après, l’image de la Vierge, toujours portée par les garçons d’Almonte, s’arrête longuement devant la maison rituelle de Villamanrique pour recevoir l’hommage de ses pèlerins et réparer ainsi l’injure de l’année précédente.

23Existe-t-il une relation entre l’intouchabilité de cet objet exceptionnel qu’est l’image de cette divinité et son pouvoir de produire de la hiérarchie sociale ? Il est probable que l’impossibilité de toucher l’image de manière individuelle, de main en main, lui confère une dimension collective et même sociale qui lui défère son pouvoir classificateur. Cependant, il existe entre la main de l’individu qui jamais ne touche l’image et l’unité collective qui la porte, plusieurs degrés de contiguïté entre la divinité et ses fidèles.

  • 12  Pitt-Rivers, 1991, pp. 41-42.

24Lors des processions au sanctuaire qui clôturent le pèlerinage ainsi que pendant sa translation, un fidèle peut s’ouvrir vers elle un passage tout particulier. Dans la violence du cortège de la déesse, des hommes parviennent à faire passer leur petit enfant de main en main jusqu’à l’image sainte. Le nourrisson transite au-dessus des bras tendus des fidèles, comme un ange survolant la foule en délire, passe quelques secondes aux pieds de l’image, hurlant de peur et de désespoir, et finalement, suivant un mystérieux itinéraire de retour à travers les reconnaissances mutuelles, il est rendu à son père. Julian Pitt-Rivers a décrit finement comment, au cours d’une fête dans un village andalou, une famille explique la corrida à une petite fille de trois mois. Il estime que l’enfant passe dans les bras de 22 personnes, sous les cris de la foule, la fanfare des pasodobles, souffrant les « parfums des différentes dames, les sueurs variées et les haleines aromatisées de tabac, d’ail, d’oignon, d’alcool et de bière, alors que probablement elle avait envie seulement de la poitrine de sa mère12 ». Pour ma part, j’ai vu un père placé dans les gradins supérieurs de l’arène faire passer son nourrisson de main en main, jusqu’à ce qu’il atteigne le torero divinisé par le combat héroïque qui venait de se dérouler. Le matador prit l’enfant une seconde dans ses bras puis le remit à un aficionado qui le fit remonter, de gradin en gradin, jusqu’à ce qu’il soit rendu à son père.

25Ici dans la procession de la Vierge, comme à la corrida, la socialisation particulièrement intense de l’enfant a valeur d’initiation. Par ailleurs, la Vierge subit à travers l’enfant déposé à ses pieds un attouchement de la foule : celui du prolongement du corps sexué d’un homme dans sa progéniture. Comme si la chair de l’enfant, ainsi passée de main en main, donnait au fidèle un moyen de toucher la Vierge sans passer par les objets qui, par ailleurs, la représentent. En cet instant bouleversant de la procession, un même geste réunit l’image et son adorateur dans la violence de la dévotion : la déesse tend dans ses mains l’enfant-roi à un homme du peuple qui lui offre son enfant de ses bras tendus, relayés par ceux des membres de la communauté. Marie a engendré le Sauveur dans la stricte intimité virginale de l’Esprit Saint, tandis que l’enfant qui lui est présenté par la foule est le fruit de l’union charnelle qu’elle admet chez les hommes pour reproduire ses idolâtres.

Toucher la Vierge par objets interposés

26Cependant l’image de la Virgen del Rocío peut aussi être, sinon touchée, du moins atteinte à travers des objets. Les artefacts manipulés par son culte sont évidemment très nombreux et leur distance à la représentation centrale de la Vierge varie pour chacun d’eux dans sa nature et sa mesure. Il est hors de propos d’en présenter ici une étude exhaustive ni même un catalogue.

  • 13  Le terme rociero/a, substantif ou adjectif, s’applique à tout ce qui concerne le culte à la Virgen (...)

27Nous ne nous attarderons pas sur les images reproduisant celle de la déesse, qui méritent à elles seules une étude. Elles varient à l’infini : des photographies aux posters en passant par les portes-clés, les lampions clignotants ou les bénitiers. Plus intéressantes sont les médailles en métal des différentes confréries de pèlerins qui représentent la Vierge du sanctuaire avec des variantes subtiles dans l’encadrement de l’image et les couleurs du cordon qui les porte. Elles identifient par leurs écarts les confréries des pèlerins qui les exhibent sur leur poitrine tout au long du pèlerinage, de telle sorte qu’on peut repérer l’affiliation de tout interlocuteur et créer ainsi des réseaux d’interconnaissances. Cette fonction classificatoire est aussi celle des rubans des chapeaux rocieros13qui arborent une image de la Vierge dans les couleurs de la confrérie de chacun des porteurs. La taille de ce ruban est réputée correspondre à celle de la Vierge primitive, telle qu’elle se présentait avant ses transformations du xve siècle. Cette décoration masculine suggère ainsi l’image fantasmée de la Vierge mythique découverte dans un olivier, celle qui s’abriterait aujourd’hui sous la robe de la déesse actuelle, évoquant une appropriation de cette dernière sous une forme plus portative et individuelle que le combat pour le transport du trône.

28Nous n’aborderons pas non plus les ex-voto, à la fois reproduction de l’image et offrande d’un suppliant : leur analyse nous plongerait dans l’activité miraculeuse de la Vierge, dépassant le cadre de cette étude. Ainsi, tout en soulignant la multiplicité et la variété des objets manipulés par la dévotion de la Virgen del Rocío, nous n’en retiendrons que deux pour les réflexions qu’ils permettent : le premier trouve son pouvoir dans l’extrême proximité de l’effigie, le second dans une distance comblée par l’efficacité de sa symbolisation.

29Nous avons vu comment, au cours de la procession, les petits enfants sont portés à bout de bras jusqu’aux pieds de la déesse. Or il existe une autre manière de les faire bénéficier du pouvoir de l’image. Parfois, le sacristain du sanctuaire se montre discrètement derrière les grilles d’une chapelle latérale. Il est entouré de deux membres importants de la confrérie d’Almonte qui surveillent probablement que le curé n’assiste pas à leur idolâtrie. Le saint homme présente en catimini, de ses deux mains, un tissu précieux : un vêtement ayant habillé la Vierge. Les fidèles se précipitent. Des couples viennent y envelopper leur nouveau-né avec émotion. D’autres y frottent des objets auxquels ils tiennent, en particulier leur téléphone portable. Espèrent-ils ainsi étendre les bienfaits de la Vierge aux parents et amis dont le téléphone contient les numéros d’appel ? Parfois des morceaux sont découpés dans un ancien vêtement de la Vierge et distribués aux fidèles qui s’empressent de les ranger dans leurs portefeuilles aux côtés de leurs cartes de crédit. Si à travers le portable, les bienfaits divins sont distribués à la multitude des abonnés dont le numéro figure dans l’objet sanctifié, à travers les fragments de robes de la Vierge, ils sont démultipliés en autant de porteurs de portefeuilles. Le mode de transmission du pouvoir bénéfique est tout à fait comparable à la puissance de transaction d’une carte bleue. Cependant, dans les deux cas, toile entière prodiguant ses dons et morceaux de tissu transmettant leurs faveurs, le fantasme du corps virginal avec lequel ces objets auraient été en contact est présent. C’est ainsi que le sacristain qui m’a remis un morceau de soie entre les grilles de la chapelle m’a assurée qu’il s’agissait du jupon de la Vierge dont le corps avait touché l’échantillon qu’il me remettait.

30Que le pouvoir divin soit transmis par induction du vêtement sur un nourrisson ou par « paiement différé » sur le porteur d’un fragment saint, il agit bien selon un procédé métonymique comparable à celui des reliques. Cependant, l’action de ces objets implique la croyance plus ou moins consciente en un corps vivant de la déesse, croyance que suggère la fascination qu’exerce l’image aussi bien lors de sa translation que lors de la procession du lundi de la Pentecôte. Les vivats lancés à la Vierge sont ceux qu’on adresse à une femme attirante : on célèbre sa beauté, on lui promet un amour éternel, on chante la cruauté du retour. Nous avons également relevé cette anthropomorphisation de l’image dans les énoncés des fidèles : lorsque j’ai demandé à un garçon d’Almonte à quel moment de la messe nocturne du dimanche devait avoir lieu le rapt de la Vierge, il m’a répondu en souriant que ses porteurs voyaient le visage de leur déesse rougir de désir et décidaient alors de s’emparer d’elle. Cependant, il est clair que le vêtement de la Vierge, métonymie de l’image, se distingue de cette dernière : seules les chambrières ont l’autorisation de toucher le « corps » de la Vierge, tandis qu’un sacristain (surveillé tout de même par deux membres de la confrérie) ne peut distribuer les bienfaits de son linge que dans une chapelle latérale.

31Il est clair que le pouvoir de ces supports matériels leur vient de leur proximité avec l’image. À l’opposé, les objets saints manipulés par les confréries sont entreposés dans les contrées lointaines d’où viennent les pèlerins avec lesquels ils voyagent. Insignes, bâtons de commandement, bannières... Les objets d’identification de la confrérie sont multiples : il serait trop long d’en dresser un catalogue et d’en étudier l’efficacité. Cependant, un objet central retiendra notre intérêt. Et, contrairement au vêtement de la Vierge, il se caractérise par son éloignement de l’image puisqu’il appartient à une confrérie.

32En effet, le règne de la Virgen del Rocío s’étend bien au-delà de son sanctuaire. Ses confréries sont disséminées dans toute l’Andalousie et aujourd’hui dans toute l’Espagne. Elles sont administrées selon un système de charges dont la principale est celle d’hermano mayor (« frère majeur ») dont l’occupant change chaque année car elle implique des dépenses festives importantes et proportionnelles au prestige qu’elle apporte. Nous avons vu que les confréries sont ordonnées en hiérarchie selon leur ancienneté, à l’instar des familles de la noblesse. Nous savons que la confrérie d’Almonte, soit la « confrérie matrice », est hors hiérarchie et joue un rôle prééminent dans le culte de la Vierge. En effet, c’est sur son territoire, il y a huit siècles, que fut découverte l’image miraculeuse de la Virgen del Rocío, et l’un de ses habitants fit en 1587 une importante donation dont la municipalité fut récipiendaire, prenant ainsi un rôle d’organisatrice des rituels.

  • 14  La sevillana se danse en couple, les danseurs se faisant face. À trois temps, elle se divise en qu (...)

33Chaque confrérie voyage de sa localité au sanctuaire le temps nécessaire pour arriver le vendredi qui précède le dimanche de la Pentecôte, journée centrale du culte. Le camino, le « chemin » comme on désigne couramment le voyage, est très lent et festif : on s’arrête souvent pour boire, chanter et danser des sevillanas rocieras14. Les pèlerins sont à pied, à cheval et plus récemment en tracteur. Ils dorment à la belle étoile ou dans des carretas, des chars à bœufs couverts de bâches évoquant ceux de la ruée vers l’or. Hacer el camino (« faire le chemin ») est un art : pendant plusieurs jours, il faut à la fois prier, faire la fête et vivre dans l’allégresse une vie nomade sans confort. On dort peu dans cette ambiance orgiaque où les prières chantées à la Vierge alternent avec des bacchanales carnavalesques.

34Le cortège des chars de chaque confrérie est ordonné derrière l’un d’entre eux dont on voit vite qu’il joue un rôle central : c’est celui qui porte un trône en argent (parfois en bois) dont le décor somptueusement rococo tranche remarquablement avec la rusticité des bœufs qui le traînent. Placé en tête de la caravane, il est conduit par un spécialiste fort respecté qui parle aux bœufs tout au long du voyage (fig. 3, p. 70). Ce trône se présente comme un baldaquin à quatre colonnes et un dais en argent. Il renferme ce que la confrérie a de plus précieux : son étendard, appelé simpecado, qui porte l’image de la Vierge. Celle-ci est peinte sur un médaillon ou brodée en fils précieux dans un décor en argent (fig. 4, p. 70).

Fig. 3. — Un simpecado tiré par les bœufs.

Fig. 3. — Un simpecado tiré par les bœufs.

(cliché Dominique Fournier).

   

Fig. 4. — L’étendard simpecado hors de son trône

Fig. 4. — L’étendard simpecado hors de son trône

(cliché Antoinette Molinié).

  • 15  Le dogme de l’Immaculée Conception, défini le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX dans sa bulle Ine (...)
  • 16  Pendant le pèlerinage, le terme simpecado est utilisé pour désigner l’ensemble du trône et de l’ét (...)

35Le terme simpecado (« sans péché ») fait référence au dogme de l’Immaculée Conception reconnue en Andalousie bien avant sa promulgation par l’Église en 185415. Les simpecados des confréries sont souvent fort anciens et sont parfois remplacés. Ainsi la confrérie de Villamanrique de la Condesa, la première dans la hiérarchie d’ancienneté, est fière d’en compter deux : l’un date du xve siècle et demeure dans une chapelle, tandis que l’autre, fabriqué en 1766, fait le voyage. Dans les locaux de chacune des confréries, aux quatre coins d’Espagne, le simpecado reçoit toute l’année, dans une chapelle qui lui est consacrée, les hommages des futurs pèlerins. Pendant le voyage à Rocío, c’est le simpecado qu’on prie le soir à la tombée de la nuit, c’est pour lui qu’on chante et qu’on danse, et l’on frotte son foulard à l’argent de son trône pour reprendre des forces sur le chemin16 (fig. 5 et 6, p. 72). Pour obtenir une faveur de la Vierge, le pèlerin peut offrir une « promesse » au simpecado de sa confrérie. Elle consiste le plus souvent à « faire le chemin » pieds nus, dans un total dénuement. À l’arrière du trône du simpecado, la barra de promesas est prévue à cet effet : cette « barre des promesses » sert d’appui à certains pèlerins, souvent des femmes âgées, qui peuvent ainsi faire le voyage à pied en tenant le trône de l’idole dans la main, dans la poussière soulevée par les bœufs.

Fig. 5. — Des pèlerins marchent autour du simpecado de leur confrérie.

Fig. 5. — Des pèlerins marchent autour du simpecado de leur confrérie.

(cliché Dominique Fournier).

  

Fig. 6. — Des pèlerins chantent et dansent pour leur simpecado.

Fig. 6. — Des pèlerins chantent et dansent pour leur simpecado.

(cliché Dominique Fournier).

  • 17  Pour les relations entre la Virgen del Rocío et le Saint Esprit voir Molinié, 2004.

36Le trône qui abrite le simpecado se présente comme une chapelle portative en argent à quatre colonnes (fig. 7 et 8, p. 73). Sur le dais, juste au-dessus du simpecado, un bas-relief d’argent figure une colombe d’où partent des rayons. On pense évidemment au Saint Esprit dont on sait qu’il féconda Marie, engendrant ainsi Jésus. Or le nom le plus courant qui est donné à la Virgen del Rocío est Blanca Paloma (Blanche Colombe), allusion probable au Saint Esprit qui est fêté le lundi de la Pentecôte, jour central du pèlerinage annuel17. La colombe qui surplombe le simpecado a ainsi une définition ambiguë. Évoque-t-elle la Blanca Paloma, se présentant ainsi comme un double du simpecado qui lui-même apparaît comme un double de la Vierge ? Ou bien fait-elle référence à l’Esprit Saint placé dans le trône au-dessus du simpecado ? La Vierge, figurée par le simpecado de la confrérie, partagerait ainsi avec le Saint Esprit, figuré par une colombe volant au-dessus d’elle, une couche fort comparable à celles des pèlerins qui suivent dans les chars du cortège : une sorte de lit à baldaquin, tel qu’il est présenté dans de nombreuses Annonciations de la Renaissance, ici en argent et tiré par des bœufs. Le simpecado en tant qu’étendard peut être considéré comme une Vierge relativement abstraite même si une image de la divinité y est brodée. Mais, grâce au lit à baldaquin, les pèlerins se permettent un traitement plus concret de ce corps absent qu’ils logent avec le géniteur de Jésus-Christ. Cette substitution qui échappe au contrôle du clergé, même si elle est pleinement autorisée, permet un traitement plus « païen » de l’image de la Vierge. Le soir à la lumière des étoiles et d’un feu de bois, on chante, on boit, on danse autour du trône aux allures totémiques et les péchés de chair qui sont alors commis dans la pinède ne perturbent en rien la dévotion à l’étendard virginal placé sous la colombe de l’Esprit Saint.

Fig. 7. — Un char en argent abrite le simpecado de la confrérie.

Fig. 7. — Un char en argent abrite le simpecado de la confrérie.

(cliché Antoinette Molinié).

  

Fig. 8. — Un simpecado entouré de sa confrérie dans la poussière du chemin du pèlerinage

Fig. 8. — Un simpecado entouré de sa confrérie dans la poussière du chemin du pèlerinage

(cliché Dominique Fournier).

37Les simpecados des confréries apparaissent bien comme des substituts de la Vierge et, à travers ces étendards, celle-ci est présente dans toute l’Espagne. En effet, dans chacune des confréries qui font chaque année le pèlerinage, il existe bien une charge de chambrière : quelle mission a-t-elle si ce n’est d’habiller la Vierge logée dans le trône d’argent sous forme d’étendard ? On peut se demander d’où vient le pouvoir exorbitant de symbolisation de ces simpecados, simples morceaux de toile sur lesquels l’image de la Vierge est peinte ou brodée. On a vu le traitement et la dévotion qui leur sont réservés. Cependant, un rituel semble privilégié dans l’activation de leur efficacité symbolique.

38Lesconfrériesarrivent au sanctuaire des quatre coins d’Espagne le vendredi précédant le dimanche de la Pentecôte. Le lendemain, elles défilent l’une derrière l’autre suivant leur ordre hiérarchique derrière leurs simpecados tirés par des bœufs et vont saluer la « confrérie matrice » d’Almonte dont les membres, somptueusement vêtus en flamenco, se tiennent avec solennité sur le seuil du sanctuaire (fig. 9).

Fig. 9. — La confrérie matrice au seuil du sanctuaire.

Fig. 9. — La confrérie matrice au seuil du sanctuaire.

(cliché Antoinette Molinié).

39La disposition des confrères d’Almonte, tenant les bâtons de leurs charges, ainsi que leurs discours d’autorité, tranchent avec l’humilité des membres des autres confréries qui viennent leur rendre hommage. Même les bœufs, sur l’ordre du boyero qui les conduit, se prosternent devant la « confrérie matrice » détentrice de la déesse qui est à l’intérieur du sanctuaire. On assiste ainsi à une sorte de rechargement en sacralité de chacun des substituts de la Vierge sur l’image de celle-ci, un peu comme des piles électriques se rechargent sur le secteur.

40En observant la translation à Almonte, nous avions compris que c’est par le rituel que l’image de la Vierge est construite comme intouchable. Nous apprenons maintenant que ses substituts sont produits essentiellement par le rituel, à l’occasion de l’hommage que chacun des simpecados de chacune des confréries rend à l’hermandad matriz d’Almonte sur le seuil du sanctuaire. Les simpecados ne peuvent être envisagés comme des métonymies tel que nous avions défini les vêtements de l’image. Par ailleurs, ils ne constituent guère une « transition avec le sacré » dont on saisit d’ailleurs mal le sens. On pourrait les aborder comme des métaphores. Cependant le traitement que leur réservent les membres de la confrérie nous invite à les considérer plutôt comme de véritables incarnations de la divinité, c’est-à-dire comme des substituts à part entière.


  

41Finalement, c’est tout un appareillage qui fait de l’image de la Virgen del Rocío un objet vivant à la fois intouchable et accessible. Le mythe de son invention, le cérémonial de sa translation, la violence de son rapt, la fonction de ses chambrières : cette combinaison de croyances et de pratiques construit la vie et l’intouchabilité de l’image unique de la Vierge. En même temps, le rituel crée des objets qui rendent la déesse accessible. Ses vêtements, détachés de son corps fantasmatique se présentent comme des métonymies de ce dernier, tandis que les simpecados portés en pèlerinage sur les trônes des confréries sont, plus que des métaphores et moins que la matière première de l’image centrale, des substituts vivants de la Vierge. Ceux-ci sont créés par plusieurs procédés. Le simpecado est vénéré dans une chapelle de la confrérie tout au long de l’année, comme l’image qu’il substitue l’est dans son sanctuaire. Pour le voyage, une fois l’an, il prend vie dans le baldaquin porté par un chariot en tête de ceux des pèlerins dont il reproduit la forme et le circuit. À l’intérieur de ce lit à baldaquin, la conception virginale de Marie est suggérée par la colombe en bas-relief qui surplombe l’étendard. Celui-ci est traité comme l’image centrale qu’il remplace : on prie, on chante, on danse et l’on fait des promesses à ce substitut qui, par ailleurs, a ses chambrières. À l’arrivée, tous les simpecados, venus de l’Espagne entière, forment un cortège qui confirme leur qualité par leur démultiplication en autant de confréries : la substitution est confirmée par son caractère cumulatif.

42Il est remarquable que toutes ces constructions, aussi bien l’intouchabilité de l’image de la Vierge que la reproduction des objets qui la substituent, n’ont guère recours aux autorités ecclésiastiques. Le culte de la Virgen del Rocío ne voit intervenir des prêtres qu’à deux occasions. Lors d’une messe solennelle en plein air, sur la place El Real près du sanctuaire, l’autel est entouré des centaines de simpecados apportés en pèlerinage par les confréries. Ils démultiplient ainsi la présence de la Blanca Paloma, au moment même où celle-ci pourrait être évincée par la Blanche Colombe officielle de l’Église, soit l’Esprit Saint qu’elle célèbre en ce dimanche de la Pentecôte. Mais de fait, c’est bien la Vierge que fêtent ici les pèlerins, même en présence des prêtres et de l’Eucharistie : c’est bien sa musique que l’on joue, à la flûte et au tambour, c’est bien son chant que l’on entonne dans les sevillanas rocieras. On mesure mieux à présent le pouvoir de cet objet qu’est cette divinité andalouse. Intouchable dans son sanctuaire, elle est l’emblème de l’Andalousie et prend une valeur de drapeau régional. Son culte est organisé par les confréries sans ingérence de l’Église. Lors de sa procession, elle établit des hiérarchies entre confréries, variant d’année en année. Objet véritablement politique, elle fait venir à elle des centaines de milliers de pèlerins, voire deux millions ces dernières années. Mais surtout, à travers les objets produits par ses fidèles, elle étend le territoire de sa grâce à l’Espagne entière.

Haut de page

Bibliographie

Albert-Llorca, Marlène (1995), « La Vierge mise à nu par ses chambrières », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 2, pp. 201-228.

Borgeaud, Philippe (1996), La mère des dieux. De Cybèle à la Vierge Marie, Paris.

Christian, William A. (1976), « De los Santos a María : panorama de las devociones a los santuarios españoles desde el principio de la Edad Media hasta nuestros días », dans Carmelo Lisón Tolosana (éd.), Temas de Antropología española, Madrid, pp. 49-105.

Hernández Díaz, José (1980), « Iconografía mariana en las tierras del Antiguo Reino de Sevilla », Miriam, Séville, p. 9.

Infante Galán, Juan (1971), Rocío. La devoción mariana de Andalucía, Séville.

Lévi-Strauss, Claude (1996), Le Père Noël supplicié, Pin-Balma.

López Taillefert, Manuel Ángel (1997), El Rocío. Una aproximación a su historia, Almonte.

Molinié, Antoinette (2004), « La Virgen del Rocío no tiene vergüenza : Aproximación antropológica a la mariolatría andaluza », dans Honorio Velasco (coord.), La antropología como pasión y como práctica. Ensayos in honorem Julian Pitt-Rivers, Madrid, pp. 105-120.

Murphy, Michael D. et González Faraco, Juan Carlos (2002 a), « Los nombres de la Virgen del Rocío : imagen, territorio y comunidad en la evolución de una nomenclatura mariana », dans David González Cruz (éd.), Ritos y ceremonias en el Mundo Hispano durante la Edad Moderna. Actas del Segundo Encuentro Iberoamericano de Religiosidad y Costumbres Populares celebrado en Almonte, El Rocío (España) del 23 al 25 de Noviembre de 2001, Huelva, pp. 179-198.

Murphy, Michael D. et González Faraco, Juan Carlos (éd.) (2002 b), El Rocío. Análisis culturales e históricos, Huelva.

Pitt-Rivers, Julian (1991), « Los estereotipos y la realidad acerca de los españoles », dans María Cátedra (éd.), Los españoles vistos por los antropólogos, Madrid, pp. 31-44.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Dominique Fournier d’avoir bien voulu illustrer mon propos par ses photographies.

2  Lévi-Strauss, 1996, p. 17.

3  Ibid., p. 16.

4  Christian, 1976, p. 74.

5  Infante Galán, 1971.

6  Hernández Díaz, 1980.

7  López Taillefert, 1997.

8  Sur l’image et le culte de Rocío voir Murphy et González Faraco (éd.), 2002 b. Pour un historique des noms de la Vierge, voir Murphy et González Faraco, 2002 a.

9  Borgeaud, 1996.

10  Albert-Llorca, 1995, p. 213.

11  Chaque confrérie a, près du sanctuaire, une casa-hermandad qui abrite de nombreux pèlerins. Ceux-ci dorment pour la plupart dans les roulottes qui ont fait le voyage.

12  Pitt-Rivers, 1991, pp. 41-42.

13  Le terme rociero/a, substantif ou adjectif, s’applique à tout ce qui concerne le culte à la Virgen del Rocío.

14  La sevillana se danse en couple, les danseurs se faisant face. À trois temps, elle se divise en quatre mouvements répétés trois fois. La sevillana rociera se caractérise par ses paroles qui évoquent des sentiments inspirés par la Virgen del Rocío.

15  Le dogme de l’Immaculée Conception, défini le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX dans sa bulle Ineffabilis Deus, proclame que Marie, mère de Jésus-Christ, fut conçue exempte du péché originel : « Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine, qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement, et constamment par tous les fidèles ». Ce dogme est souvent confondu avec celui de la virginité de Marie.

16  Pendant le pèlerinage, le terme simpecado est utilisé pour désigner l’ensemble du trône et de l’étendard qu’il transporte.

17  Pour les relations entre la Virgen del Rocío et le Saint Esprit voir Molinié, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — La Virgen del Rocío.
Crédits (cliché Antoinette Molinié)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 2. — La Virgen del Rocío lors de sa translation.
Crédits (cliché Miguel Ventura).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 3. — Un simpecado tiré par les bœufs.
Crédits (cliché Dominique Fournier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 4. — L’étendard simpecado hors de son trône
Crédits (cliché Antoinette Molinié).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 5. — Des pèlerins marchent autour du simpecado de leur confrérie.
Crédits (cliché Dominique Fournier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6. — Des pèlerins chantent et dansent pour leur simpecado.
Crédits (cliché Dominique Fournier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 7. — Un char en argent abrite le simpecado de la confrérie.
Crédits (cliché Antoinette Molinié).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 8. — Un simpecado entouré de sa confrérie dans la poussière du chemin du pèlerinage
Crédits (cliché Dominique Fournier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 9. — La confrérie matrice au seuil du sanctuaire.
Crédits (cliché Antoinette Molinié).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3310/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Molinié, « La déesse intouchable : une Vierge andalouse », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-1 | 2010, 57-77.

Référence électronique

Antoinette Molinié, « La déesse intouchable : une Vierge andalouse », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2010, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3310

Haut de page

Auteur

Antoinette Molinié

CNRS, UMR 7186, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org