Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la section scientifique de la Casa de Velázquez

Au-delà du Cantar de Mío Cid. Les épigones de la geste cidienne dans la littérature historiographique castillane de la fin du xiiie siècle

Thèse de doctorat soutenue à l’École normale supérieure des lettres et sciences humaines de Lyon le 18 décembre 2003 (dirigée par Georges Martin)*
Marta Lacomba
p. 394-397

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Georges Martin, École normale supérieure des lettres et sciences humaines de (...)

1Comme cela apparaît dans le titre, le point de départ de ce travail est le Cantar de Mío Cid, dont les mécanismes de légitimation politique avaient fait l’objet de mon DEA. Mais l’histoire de Rodrigo Díaz de Vivar ne se termine pas en 1207, date du manuscrit unique qui conserve le témoignage du Cantar de Mío Cid. Vers 1270, le roi Alphonse X, dit le Savant, entreprend la rédaction d’un ouvrage historiographique consacré à l’histoire de l’Espagne ; l’Estoria de España, rédigée en castillan.

2De cette première mouture de l’Estoria de España, appelée version concise, nous ne conservons malheureusement aucun témoignage de la partie relative au Cid, c’est à dire aux règnes de Ferdinand Ier, de Sanche II et d’Alphonse VI.

3Le premier témoignage de l’exploitation historiographique de la geste cidienne dans les ateliers alphonsins date du début des années 1280. Il s’agit de la Version critique de l’Estoria de España, que nous appellerons ici, ne tenant compte que de sa date de rédaction, Version de 1283. Cette version est rédigée à Séville, du vivant d’Alphonse X, qui suivait sans doute de très près les remaniements apportés à cette chronique.

4En 1289, Sanche IV entreprend une nouvelle révision de l’œuvre de son père, sans doute à partir d’une version très proche de celle qui avait été utilisée pour écrire la Version de 1283. La plupart des chercheurs, à commencer par Ramón Menéndez Pidal, n’ont retenu de cette Version de 1289 que le renouveau formel auquel est soumise la matière historique. Ainsi, cette chronique est connue sous le nom de « Versión retóricamente amplificada en 1289 ». Or, Peter Linehan et Georges Martin ont montré, à partir d’horizons différents que les particularités de cette œuvre dépassent largement le cadre formel, et c’est bien ce qui apparaît aussi dans cette étude. « Versión retóricamente amplificada » ne correspondant pas au contenu de cette œuvre, nous avons préféré l’appellation Version de 1289.

5La troisième et dernière chronique de mon corpus est la Crónica de Castilla. Elle s’étend du règne de Ferdinand Ier (1035-1065) à celui de Ferdinand III (1199-1252) et elle est considérée comme une refonte romanesque de la matière alphonsine. La date de rédaction a pu être fixée, grâce à sa traduction galicienne, entre 1295 et 1300. La Crónica de Castilla s’inspire d’un texte proche du prototype alphonsin dont dérivent aussi bien la Version de 1283 que la Version de 1289.

6Dans ces ouvrages, dont la logique sémantique et chronologique sont celles de la succession des différents rois, de nombreux chapitres retracent la vie du Cid. Le récit de ses exploits prend d’ailleurs plus de place que celui qui est consacré au roi AlphonseVI, contemporain de Rodrigo Díaz.

7Comment expliquer ce nouvel engouement pour le Cid ? Et surtout, s’agit-il du même Cid que celui dont les hauts faits avaient été célébrés dans le Cantar de Mío Cid ?

8Bien évidemment, la réponse à cette dernière question est non. Le personnage du Cid tel qu’il apparaît dans l’Estoria de España ressemble peu à celui de la chanson de geste. D’ailleurs le Cantar de Mío Cid est loin d’être la seule source cidienne dont s’inspire l’historiographie castillane.

9Les compilateurs se livrent à un double travail d’assemblage et d’actualisation de sources d’horizons divers. Si la plupart des épisodes consacrés à Rodrigo Díaz relèvent du phénomène de la réécriture, certains suggèrent en revanche un véritable processus créatif. On trouve en effet dans ces chroniques des excroissances cidiennes qui ne proviennent sans doute d’aucune source antérieure.

10L’historiographie castillane de la fin du xiiie siècle représente une nouvelle naissance du personnage du Cid, c’est pourquoi toute cette matière, nouvelle ou recréée, peut être englobée sous le terme d’épigones, qui étymologiquement veut dire « né après ».

11C’est donc dans une logique de réécriture instrumentalisée que s’inscrit cette étude, qui a pour but de mettre en évidence la façon dont la thématique cidienne, à travers des récits nouveaux ou revisités, est assimilée et intégrée à l’édifice historiographique de la fin du xiiie siècle. Autrement dit, il s’agit de montrer comment le personnage de Rodrigo Díaz de Vivar devient une variable idéologiquement significative pour définir la cohérence et la perspective adoptée par chacune des œuvres étudiées.

12Pour ce faire, il a d’abord fallu pénétrer dans le foisonnant domaine de l’historiographie alphonsine et néo-alphonsine, dévoilé grâce aux études magistrales de Ramón Menéndez Pidal, Diego Catalán, et surtout d’Inés Fernández Ordóñez. Des zones d’ombre subsistent néanmoins dans cet univers complexe. Il s’est en effet avéré que, pour ce qui est des chapitres consacrés au Cid, quelques-unes des conclusions établies par la critique ne permettaient pas de rendre compte de certaines ressemblances entre les trois chroniques étudiées dans ce travail. Nombre des conclusions globalement admises par la communauté scientifique, concernant par exemple le récit consacré à la mort de Ferdinand Ier, scène qui représente d’une certaine façon le baptême politique du Cid, contredisent ce que montre la comparaison détaillée des œuvres.

13Pour avoir la vision la plus précise possible des trois textes constituant le corpus de cette étude, nous les avons retranscrits et mis en regard sous forme de tableaux. C’est ainsi qu’ont été dégagées les continuités et les ruptures permettant de reconstituer les différents processus de genèse textuelle. Pour bien comprendre et expliquer les phénomènes de réécriture ou de création auxquels se livrent les différentes équipes historiographiques, il a été nécessaire de remonter en aval, jusqu’aux sources dont s’inspirent les chroniques. Ce travail comparatif, mené donc en amont et en aval, a abouti à des résultats parfois contraires à ceux établis par la critique, concernant notamment le degré d’achèvement du prototype alphonsin dont s’inspirent, directement ou indirectement, les trois chroniques.

14Si par ricochet, la première partie de cette thèse a débouché sur la remise en question de certains points relatifs au mode de création et de transmission des trois œuvres étudiées, le but poursuivi en appliquant une méthode comparative est, avant tout, de déterminer, pour toute la partie cidienne, leur noyau commun. Cette approche permet en effet d’attribuer par la suite un sens, une valeur idéologique, aux écarts qui séparent les trois chroniques.

15Comment organiser la suite de ce travail ? Fallait-il adopter un plan strictement chronologique et consacrer tout simplement une partie à chacune des chroniques ? Ou convenait-il plutôt de dégager les axes thématiques autour desquels se regroupent les principales variations d’une chronique à l’autre ?

16La solution adoptée a été de combiner les deux approches, thématique et chronologique, tout en insistant sur le fait que l’assimilation différenciée des épigones cidiens permet d’introduire la notion d’évolution du modèle historiographique. Cette évolution apparaît sur deux plans : celui de l’organisation du discours et celui de la mise en place des relations politiques entre le Cid et le roi. À partir de ces paramètres, il a été possible d’établir une double grille de classification des chroniques.

17D’un point de vue formel, il est possible de caractériser chacune des œuvres en étudiant la façon dont elles s’approprient et présentent les sources dont elles s’inspirent, en écoutant ce qu’elles disent mais aussi en traquant ce qu’elles taisent sur elles-mêmes. Au discours de la Version de 1283, fondé sur l’enchaînement logique des événements et sur la vraisemblance, s’oppose la rhétorique édifiante de la Version de 1289 ou encore les arguments purement persuasifs de la Crónica de Castilla.

18Dans un deuxième temps, et dans la perspective d’une interprétation politique, on constate que le chevalier Rodrigo qui dans la Version de 1283 exerçait une fonction politique, clairement définie, d’assistance au pouvoir royal, devient, dans la Version de 1289, un outil entre les mains du souverain, alors qu’il est investi, dans la Crónica de Castilla, d’une mission de défense du christianisme dont l’importance semble presque reléguer la figure du monarque à un deuxième plan.

19Si cette séparation entre forme et contenu, très opératoire du point du vue de l’analyse, permet de mettre en évidence les continuités et les ruptures d’une chronique à l’autre, il ne faut cependant pas oublier son aspect artificiel. Les variations dans la construction rhétorique du discours sont en effet indissociables du message politique qu’elles transmettent. C’est parce que la Version de 1283 vise à convaincre ses destinataires du bien fondé du modèle politique qu’elle propose que son discours tient à présenter l’histoire comme une concaténation vraisemblable de causes et d’effets. De même, la volonté de la Version de 1289 d’affirmer la supériorité absolue, légitimée par son rapport au sacré de la figure royale, adopte la forme d’un discours univoque dans lequel aucune interprétation non édifiante n’est possible. En ce qui concerne la Crónica de Castilla, elle utilise des recours formels relevant de la persuasion, voire de la séduction, pour proposer une vision très attrayante de la chevalerie. On peut considérer que ces œuvres, dans la mesure où elles parlent du passé pour légitimer le présent, voire le futur, appartiennent au domaine de la « pédagogie politique ».

20Cependant, en posant comme objet d’étude l’historiographie castillane consacrée à Rodrigo Díaz à la fin du xiiie siècle, cette thèse ne prétend évidemment pas donner une interprétation globale de ces textes, mais bien au contraire s’intéresser au processus même du travail des chroniqueurs. À travers le prisme cidien, on peut voir les différents ateliers historiographiques à l’œuvre : quels sont les matériaux dont ils disposent, comment ils les utilisent et dans quelles perspectives. Loin de vouloir proposer la clé qui seule permettrait de comprendre ces œuvres historiographiques, ce travail est conçu comme un moyen de tester la pertinence d’une méthodologie reposant sur l’analyse textuelle, formelle et sémantique des différentes variantes d’une matière donnée.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Georges Martin, École normale supérieure des lettres et sciences humaines de Lyon ; Bernard Darbord, Université de Paris X ; Ghislaine Fournès, Université de Bordeaux III ; Jean-Pierre Jardin, Université de Paris III et Carlos Sáinz de la Maza, Universidad Complutense Madrid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Lacomba, « Au-delà du Cantar de Mío Cid. Les épigones de la geste cidienne dans la littérature historiographique castillane de la fin du xiiie siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 394-397.

Référence électronique

Marta Lacomba, « Au-delà du Cantar de Mío Cid. Les épigones de la geste cidienne dans la littérature historiographique castillane de la fin du xiiie siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/333

Haut de page

Auteur

Marta Lacomba

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org