Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la section scientifique de la Casa de Velázquez

Valladolid et ses élites. Dynamique sociale et croissance urbaine en Vieille-Castille (des années 1840 à la fin du xixe siècle)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Provence le 11 décembre 2003 (dirigée par Gérard Chastagnaret)*
Philippe Lavastre
p. 397-400

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Paul Aubert, Université de Provence ; Gérard Chastagnaret, Directeur de la C (...)

1Au milieu du xixe siècle, rien de brillant n’attire l’attention sur Valladolid. C’est plutôt la situation actuelle qui amène à s’interroger sur l’ampleur des mutations qu’a connues la ville. Valladolid est aujourd’hui un grand centre industriel. Les usines Renault et Michelin, pour ne citer que les plus importantes, y sont implantées. De même, la croissance urbaine est toujours vigoureuse, elle fait croître la ville vers le sud comme au xixesiècle. Notre recherche vise à repérer quand se jettent les bases d’une capitale régionale de l’Espagne du xxe siècle. Elle cherche à appréhender les racines de la croissance contemporaine d’une ville qui se place aujourd’hui parmi les dix premières d’Espagne. Pour cela, nous étudions les ressorts sociaux et les formes de la croissance de Valladolid entre le début des années 1840 et la fin du xixe siècle. Pendant cette période, la ville connaît un développement qui contraste avec les autres capitales de province de l’Espagne intérieure. Pour comprendre ce phénomène, nous avons cherché à montrer la relation entre croissance urbaine et croissance économique par l’intermédiaire de l’étude des pratiques du groupe dominant.

2Deux moments peuvent être distingués. Le premier commence au début des années 1840 et se termine au milieu des années 1860. La ville connaît un essor industriel, démographique et urbain soutenu. L’achèvement du canal de Castille et les mesures libérales mises en place par l’État espagnol, notamment les désamortissements, permettent en effet une orientation des stratégies économique et sociale vers l’espace urbain. En quelques années, il devient à la fois cadre mais aussi support des stratégies mises à jour dans notre étude.

3À l’aide du Registro Mercantil, nous avons repéré les nouveaux entrepreneurs. Beaucoup ont immigré de la province de Santander dans le but de développer la minoterie. Des établissements ouvrent aussi dans le secteur textile et la métallurgie. Les sociétés commerciales, d’abord peu nombreuses, se multiplient à partir du milieu des années 1850. C’est ensuite le secteur bancaire qui apparaît. Une banque d’émission et plusieurs sociétés de crédit voient le jour entre 1857 et 1864. Ces différentes activités procurent des bénéfices importants et appellent également une forte croissance démographique pour alimenter la demande de main d’œuvre. Les transformations urbaines n’en sont que plus fortes.

4L’analyse des documents a montré des phénomènes déjà connus pour d’autres lieux mais a aussi apporté de nouveaux éclairages. La prégnance de l’ensemble du groupe dominant dans les choix d’aménagements urbains, dans la transgression des normes d’édification ou d’installation d’établissements n’est pas surprenante. En revanche, certaines velléités de la bourgeoisie étonnent. Nous avons dépouillé de manière exhaustive la série Contaduría de Hipotecas, qui recense l’ensemble des ventes de maisons entre 1845 et 1863. Par leurs achats, notamment lors des périodes de désamortissements, les plus riches contrôlent la propriété sur l’ensemble de l’espace urbain. Ils agissent ainsi sur les lieux de résidence d’autres catégories sociales. Sans qu’une quelconque stratégie concertée puisse être mise en évidence, il apparaît cependant que les catégories moyennes sont peu à peu exclues des paroisses centrales en raison d’une augmentation des prix du foncier et des locations. En outre, dans ces zones, le bâti s’élève grâce aux pratiques ostentatoires du groupe dominant. C’est là aussi que la mairie intensifie son intervention sur la voirie.

5Dans les projets, on retrouve des éléments qui ne sont évoqués généralement que pour les plus grandes villes. Durant cette première période, les élites locales ont l’ambition de dépasser le statut de capitale régionale pour faire de Valladolid une grande métropole. Mais toutes les tentatives échouent, au moins en partie : le percement d’une Gran Vía, l’ouverture d’une bourse de commerce, le développement d’un système financier, la construction d’un nœud ferroviaire et de grands marchés couverts. Les revendications des plus riches ne se matérialisent donc pas réellement dans les faits. Le dynamisme et l’ambition contrastent avec les réalisations.

6Les mutations de l’économie locale se lisent aussi dans les patrimoines, étudiés à travers les successions. Entre 1840 et 1860, les capitaux disponibles sont tour à tour orientés vers les biens-fonds ruraux, l’industrie et enfin le commerce. Cette évolution est sous-tendue par un investissement pérenne dans l’immobilier urbain. Le développement du secteur bancaire, pour soutenir notamment la construction du réseau ferré, semble ensuite parachever la structuration de l’économie urbaine et cristalliser toutes les ambitions d’enrichissement. Mais les bases du développement de Valladolid sont encore fragiles. Elles ne résistent pas à un renversement de la conjoncture.

7En 1864, en raison du manque de rentabilité des investissements, une crise économique éclate. Brutale, elle laisse des marques durables dans la société locale. L’analyse des causes et des conséquences immédiates de cette crise met en évidence que la croissance soutenue des années précédentes a créé des déséquilibres qui accentuent ensuite la récession. Ils sont notamment le résultat du manque d’assise financière du groupe dominant, essentiellement des personnes originaires de l’extérieur. Ces déséquilibres sont aussi engendrés par le surinvestissement dans les chemins de fer, les difficultés financières de l’État et la conjoncture internationale.

8La deuxième partie de notre recherche couvre le dernier tiers du xixe siècle. En raison de difficultés pour consulter les registres du commerce et de la propriété, nous avons dû travailler sur des échantillons, pour les secteurs économiques après 1885 et les ventes de maisons après 1864. La conjoncture économique présente deux périodes distinctes. La première, de 1867 à 1880, est avant tout marquée par la stagnation des différents secteurs productifs. On assiste à un repli sur des bases traditionnelles : la minoterie, le commerce et la ville constituent alors les uniques sources de profits et sont les seuls vecteurs d’investissements. Les apports extérieurs de capitaux se tarissent. Les filières d’immigration changent. La ville accueille bien des entrepreneurs originaires de toutes les régions espagnoles, mais ils ont moins d’ambition et d’envergure que ceux d’avant la crise. C’est notamment le cas dans le commerce qui s’articule désormais essentiellement autour de la boutique.

9Pourtant, les potentialités de croissance existent. Mais elles reposent sur quelque chose de différent, de plus progressif. Derrière les éléments les plus visibles, qui pourraient laisser penser à un échec, se cachent des phénomènes plus modérés qui engendrent un socle de croissance plus médiocre mais aussi plus solide. La croissance économique reprend d’ailleurs à partir du début des années 1880. En raison de la crise agricole, qui ralentit durablement le secteur minotier, la structure productive de Valladolid est renouvelée. C’est ainsi que la fabrication du sucre de betterave, la construction mécanique et la chimie connaissent un véritable essor.

10Ces nouvelles productions profitent de ressorts extérieurs, comme le rapatriement des capitaux cubains et la réalisation de nouvelles lignes de chemin de fer. Elles font entrer la ville dans de nouvelles logiques économiques qui permettront la poursuite du développement au siècle suivant.

11Durant le dernier tiers du siècle, la croissance urbaine ne connaît pas une conjoncture aussi hachée. Les mutations s’inscrivent plutôt dans la moyenne, voire la longue durée. Leurs formes ne se modifient pas, c’est plutôt leur intensité qui varie. En effet, après 1864, la bourgeoisie de Valladolid ne cherche plus à contrôler la propriété sur l’ensemble de l’espace urbain. Même si l’investissement immobilier reste élevé durant toute la période, c’est désormais vers les quartiers centraux que se porte l’attention de cette catégorie sociale. Les grandes propriétés désamorties au sud de la Plaza Mayor, qui se trouvent dans la continuité de la zone de résidence primitive des possédants, sont peu à peu investies. Ces nouveaux espaces sont ensuite mis en valeur par un double biais. D’une part, les propriétaires pratiquent une forte ostentation dans les constructions : plusieurs demeures peuvent être apparentées aux palais que l’on retrouve dans les quartiers les plus cossus de Madrid ou de Barcelone. D’autre part, les aménagements urbains les plus onéreux, comme les ouvertures de rues, sont tous mis en œuvre dans cette zone. Les autres zones ne sont aménagées que par la procédure des alignements qui est longue et aléatoire. Une des conséquences est un fort déséquilibre entre la partie septentrionale de la ville, qui est délaissée, et la partie sud, qui est privilégiée. Ce déséquilibre s’accentue tout au long de la seconde moitié du xixe siècle. Contrairement à la plupart des capitales de province de Vieille-Castille, Valladolid ne se transforme donc pas en ville-musée. Au contraire, elle sacrifie son équilibre au réalisme des nouvelles contraintes économiques porteuses de profits et de dynamisme. Ces mutations spatiales, qui résultent des distorsions dans les rythmes de la croissance urbaine et du développement économique, sont des conséquences de l’évolution de toute ville qui cherche à s’adapter à des mouvements plus larges.

12Notre travail veut montrer l’importance des villes moyennes de l’intérieur de l’Espagne. Celles-ci n’ont guère retenu l’attention des chercheurs s’intéressant à l’histoire urbaine ou aux phénomènes d’industrialisation. Cette recherche vise également à élargir la réflexion sur la croissance des villes moyennes de l’Europe méditerranéenne du xixe siècle. En Espagne, Valladolid est la preuve qu’il existe d’autres modèles de développement que l’opposition entre une ville-phare dans un domaine et sa campagne. Loin des phénomènes les plus connus du pays, le cas étudié montre que des mutations plus lentes peuvent construire un ensemble économique solide, preuve sans doute que le pays n’est peut être pas aussi déséquilibré qu’on ne le croit habituellement. Certains espaces intérieurs peuvent même être considérés comme une des illustrations les plus flagrantes de la croissance modérée qui caractérise l’économie espagnole du xixe siècle. C’est en tout cas la période où Valladolid se dote des atouts nécessaires pour devenir le grand centre industriel qu’elle est aujourd’hui. L’afflux de capitaux français, lors de la construction du chemin de fer, et la diversité des secteurs économiques, à la fin du siècle, sont autant d’annonces d’un intérêt croissant que confirmera, en 1960, l’arrivée de Renault.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Paul Aubert, Université de Provence ; Gérard Chastagnaret, Directeur de la Casa de Velázquez, Université de Provence ; Ángel García Sanz, Universidad de Valladolid ; Robert Ilbert, Université de Provence ; Jean-Luc Pinol, Université Lumière-Lyon II.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lavastre, « Valladolid et ses élites. Dynamique sociale et croissance urbaine en Vieille-Castille (des années 1840 à la fin du xixe siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 34-1 | 2004, 397-400.

Référence électronique

Philippe Lavastre, « Valladolid et ses élites. Dynamique sociale et croissance urbaine en Vieille-Castille (des années 1840 à la fin du xixe siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 34-1 | 2004, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/334

Haut de page

Auteur

Philippe Lavastre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org