Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Anna Gutiérrez García-Moreno, Roman Quarries in the Northeast of Hispania

Pierre Rouillard et Gérard Monthel
p. 239-241
Référence(s) :

Anna Gutiérrez García-Moreno, Roman Quarries in the Northeast of Hispania (Modern Catalonia), Tarragona, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, 2009, 316 p., 299 fig.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 14 janvier 2011.

1Envisageant une vaste région, l’actuelle Catalogne, ce livre (issu d’une thèse) est un étape dans les recherches sur les matériaux mis en œuvre dans l’Antiquité. Nos collègues épigraphistes, Georges Fabre, Marcos Mayer et Isabel Rodà savaient compter sur les travaux de Aureli Àlvarez pour définir le support des inscriptions. Le lien entre ces travaux et le travail de Anna Gutiérrez García-Moreno est explicite quand Isabel Rodà préface aujourd’hui dans la belle collection de l’Institut Català d’Arqueologia Clàssica qu’elle dirige ce riche dossier sur les carrières de pierre du Nord-Est de la Péninsule. Ce type de recherche occupe désormais une place de plus en plus importante en Espagne, car venait de paraître, chez le même éditeur, en 2008, un volume collectif sous la direction de Trinidad Nogales et de José Beltran, « Marmora Hispana : explotación y uso de los materiales pétreos en la Hispania Romana » ; madame Gutiérrez y offre une présentation des acquis de sa thèse.

2L’ouvrage se divise en deux grandes parties. La première compte six chapitres (3 à 8) où sont recensés les différents sites – une quarantaine – de carrières exploitées dans l’Antiquité, regroupés par régions, de celle d’Ampúries, dans la baie de Rosas, au territoire de Tarragone, la capitale provinciale ; ses nombreux monuments ont bien sûr mobilisé le plus grand nombre de carrières (24 sites). Puis viennent, pour le nombre de carrières, les régions environnantes de Ampúries-Gérone (9 sites), de Aeso (2 sites) et finalement celles de Barcino et Dertosa avec un site, le dernier étant le plus célèbre avec son « broccatello », la seule variété de pierre exportée dans tout l’Empire romain.

3La seconde partie, avec un seul chapitre (9) est une discussion générale et la conclusion de l’ouvrage (pp. 255-287) ; il est complété par une légende collective et exhaustive des différentes cartes géologiques dispersées dans les études de chacune des zones d’extraction. Une ample bibliographie termine l’ensemble, avec notamment la mention de tous les travaux des épigraphistes latins qui ont été au départ de cette synthèse régionale, et bien sûr les travaux pionniers menés en Gaule, en Italie ou en Afrique du Nord.

4Les différentes carrières de chaque zone sont l’objet d’une description (lieu, type, fronts d’extraction, techniques d’extraction, production), complétée par une mention des études antérieures, une analyse de la roche exploitée, une information macro et microscopique, un essai sur l’utilisation de la pierre, la chronologie.

5Chacune des exploitations est relativement bien illustrée d’une photographie aérienne avec indication de l’enveloppe générale de la ou des carrières et l’orientation de ses fronts de taille. Dans quelques cas, sont ajoutés des plans schématiques. L’ouvrage est illustré avec une ample série photographique pour chacun des sites : vues d’ensemble et vues de détail.

6Toutefois, les photographies comportent trop rarement une échelle (ce qui est bien dommage, par exemple pour la fig. 119 qui présente les carrières de Roda de Berà, au nord de Tarragone). Ce fait est souvent gênant car il est ainsi très difficile d’évaluer les largeurs des saignées d’extraction. Ainsi, une saignée large de 8 ou 10 cm n’est pas approfondie de la même manière que celle qui a 20 cm de section. L’outillage et son utilisation mis en œuvre sont en effet bien différents.

7La très riche documentation réunie aurait sans doute permis de dresser un catalogue plus important des techniques d’extraction et d’exploitation. Ainsi, peu de place est laissée à l’utilisation des accidents géologiques qui dirigent dans beaucoup de cas les travaux. Ils sont pourtant très bien visibles à Ampúries(p. 26, fig. 3) dans le cas de la tour sud-occidentale du ve siècle ou autour deDertosa (chap. 7) ; ici, cette technique est peu explicitée, quand, comme le montre la fig. 274, elle semble pourtant très caractéristique. Le levage des blocs par une suite ordonnancée de gradins, une technique couramment mise en œuvre autour de Tarraco, est effectué selon trois techniques. Il aurait été possible aussi d’établir des orientations sans doute assez précises des directions d’extraction. De même, par la perception de cette avancée, il aurait été plus facile de découvrir d’éventuels zones de travail, des chemins de bardage qui mènent à ces loges ou tas, des surfaces de stockage voire d’évacuation des productions, dont il est assez peu question dans les descriptions des carrières. La reprise des fronts en partie sommitale est peu différenciée de l’extraction classique et antérieure comme ceci semble exister dans la carrière de la région de Tarragone, du Mas dels Arcs (fig. 235) ou de Barranc de la Ller (fig. 274).

8La chronologie de ces carrières est comme ailleurs difficile à cerner puisque ce type de site détruit ce qu’il a produit au préalable et que le matériel susceptible de dater est exceptionnel dans des fouilles elles mêmes fort peu nombreuses (pour cette région, on en compte trois : Montjuich-Barcelone, Tabacalera-Tarragone et Olèrdola). Le fait est que l’outillage varie peu avec le temps ; les besognes, les techniques utilisées sont presque simultanées géographiquement et s’utilisent sur plusieurs siècles sans grands changements. La datation d’une carrière ne peut donc se faire que par ses seules productions et surtout leur mise en œuvre. Cette région fournit fort heureusement des repères : l’établissement des Grecs à Ampurias, vers 580 av. J.-C. (là, dans le cas de San Martin d’Empúries, l’auteur discute, p. 35, avec raison, sur les différents moments d’exploitation jusqu’à l’époque médiévale), la construction de la tour sud-occidentale dans la Neapolis au cours du ve siècle (mais la saignée de la carrière visible p. 26 a t-elle servi ensuite de tranchée de fondation, gelant ainsi la zone d’extraction ?) ; l’installation sur l’oppidum d’Ullastret dans le courant du vie siècle explique l’ouverture des carrières de Puig de Serra à un kilomètre au nord de l’oppidum (p. 38-43) ; autre cas avec la fondation de Barcino vers 15/10 av. J.-C. qui a dû susciter l’exploitation de la pierre de Montjuich (p. 96-97). Des repères existent donc bien, mais la prudence est de règle.

9L’auteur propose in fine un tableau de synthèse chronologique en usant de toutes les – légitimes – précautions, tant toutes les carrières, qu’elles soient romaines, probablement romaines, médiévales ou modernes, ont peut-être connu des débuts préromains mais ceux-ci sont soit cachés sous les déblais des exploitations qui leur ont succédé, soit annihilés par leur prolongement.

10Ce livre constitue un jalon désormais indispensable. En approfondissant le dossier des techniques d’extraction, en tentant d’établir des séries de modalités d’exploitation, dans la Péninsule ou en Gaule (notamment grâce aux travaux de l’un des signataires de ce texte, G. Montiel et de J.-Cl. Bessac), il sera possible de mieux reconnaître les grandes phases d’exploitation de la pierre entre l’âge du Fer et le xixe siècle, moment de la mécanisation généralisée, en fait un bref moment qui précède l’invasion du béton dans les années 50 du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rouillard et Gérard Monthel, « Anna Gutiérrez García-Moreno, Roman Quarries in the Northeast of Hispania », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 239-241.

Référence électronique

Pierre Rouillard et Gérard Monthel, « Anna Gutiérrez García-Moreno, Roman Quarries in the Northeast of Hispania », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 14 janvier 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3463

Haut de page

Auteurs

Pierre Rouillard

CNRS

Articles du même auteur

Gérard Monthel

CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org