Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Le rire de Démocrite et le pleurer d’Héraclite. La représentation des philosophes de l’Antiquité dans la littérature des Siècles d’or

Thèse de doctorat soutenue le 8 décembre 2007 à l’Université de Paris IV (dirigée par Jean-Pierre Étienvre)*
Bérénice Vila Baudry
p. 277-281

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Maria Aranda, Université du Maine ; Pierre Civil, Université de Paris III ; (...)

1La destinée historique de Démocrite et Héraclite a donné naissance à une légende, celle du rire de l’un et du pleurer de l’autre. Si on ne saurait dater avec précision le moment de l’apparition de la légende du rire de Démocrite et du pleurer d’Héraclite, on peut suivre en revanche leur trajectoire à travers les siècles. Celle-ci est marquée par deux temps forts : l’Antiquité qui voit la naissance de la légende du rire démocritique et du pleurer héraclitéen ainsi que le développement des notions et des problématiques qui leur sont attachées, et la période qui va de la Renaissance européenne jusqu’au xviie siècle. En effet, à travers l’Europe, des œuvres tant littéraires qu’artistiques témoignent de l’intérêt qu’ont suscité le rire de Démocrite et le pleurer d’Héraclite. Dans ce contexte, la littérature espagnole des Siècles d’or réserve au couple formé par le philosophe d’Abdère et le philosophe d’Éphèse une attention toute particulière. Cette présence du couple formé par Démocrite et Héraclite dans la littérature espagnole des xvie et xviie siècles constitue le fondement de notre étude.

2Le point de départ de notre travail est de considérer ces deux personnages, non pas comme deux entités séparées l’une de l’autre, mais comme les éléments d’une seule et même identité, double. C’est dans ce sens que nous parlons de la figure de Démocrite et Héraclite. Si – à première vue – ces deux philosophes semblent s’opposer de façon irréductible, par leur rire et leur pleurer, très vite on s’aperçoit que cette opposition elle-même s’inverse en son contraire : les deux personnages se ressemblent, voire se confondent. Ce sont tous les deux des mélancoliques. De plus, les caractéristiques apparemment spécifiques de l’un n’existent qu’à travers la relation avec celles de l’autre. Ainsi, le rire de Démocrite ne se charge de profondeur et ne se réalise pleinement que si l’on y entend les larmes d’Héraclite. De la même façon, les larmes d’Héraclite ne deviennent fécondes que dans la confrontation avec le rire de Démocrite et par les questions que cette confrontation suscite. La figure prend ainsi tout son sens et dévoile toutes ses potentialités. Cette entité unique qui réunit deux contraires fait dialoguer les philosophes entre eux dans un face-à-face concernant leur vision du monde, comique pour l’un, tragique pour l’autre. Elle définit ainsi trois esthétiques : celle qui pousse au rire, celle qui prône le pleurer, celle qui réunit les deux visions comique et tragique. De plus, elle définit un espace, un lieu régi par une dynamique du paradoxe, du renversement, entre les notions qu’elle implique : sagesse et folie (celui que les hommes croient fou se révèle être l’homme le plus sage), rires et larmes (le rire de Démocrite est un rire triste), mesure et démesure, raison et passion (leurs attitudes apparemment excessives, du moins extravagantes, sont signes d’une grande sagesse).

3Notre propos étant de considérer le traitement de la figure de Démocrite et Héraclite dans les différents textes qui la citent et de voir comment celle-ci à son tour influe sur le texte et peut apparaître comme un opérateur, nous nous sommes essentiellement attachée aux œuvres elles-mêmes. De plus, parce que, là aussi, seule compte l’étude de la figure et des textes, notre approche des œuvres espagnoles obéit moins à un ordre chronologique qu’analytique. Il s’agit pour nous, à travers les neuf chapitres de notre étude, de rendre compte d’une « mécanique » de la figure pour mieux mettre à nu son « alchimie » à l’intérieur des plus grands textes.

4Le premier chapitre intitulé « De la figure en général et de celle de Démocrite et Héraclite en particulier : contenu et problématiques » se veut un chapitre introductif, une sorte de préambule. En effet, la familiarité des personnages de Démocrite et Héraclite aussi bien dans la littérature que dans la culture populaire ou l’iconographie tend à faire oublier – ou du moins à émousser – les problématiques et notions qui s’y rattachent. Bien avant que Démocrite et Héraclite commencent à rire et à pleurer ensemble, il y avait en effet les figures historiques – Démocrite le philosophe contemporain de Socrate qu’Aristote détestait et Héraclite « l’obscur », auteur d’un livre unique depuis longtemps disparu –, la figure du sage de l’Antiquité et le rire de Socrate. Ce chapitre vise à la fois à définir les notions utilisées (nous rappelons ainsi les implications du concept de figure) et à proposer un ensemble d’éclairages sur la double figure de Démocrite et Héraclite.

5Le deuxième chapitre, « Des origines au xvie siècle : la trajectoire de la figure de Démocrite et Héraclite », présente le parcours diachronique et rend compte de la diffusion de la figure jusqu’à son avènement dans l’Espagne de la Renaissance. Il s’agit de mettre en relief les problématiques que la figure engendre et les débats qu’elle entraîne. À travers cette trajectoire, nous voyons comment le traitement que reçoit la figure, immuable et cependant sans cesse renouvelé, se fait le miroir des mentalités d’une époque. Nous tentons également de répondre à la question de la première place qu’occupe presque systématiquement Démocrite par rapport à Héraclite au sein du couple légendaire.

6La quête de la figure de Démocrite et Héraclite dans la littérature espagnole des Siècles d’or est l’objet des chapitres III, « La figure de Démocrite et Héraclite dans les œuvres espagnoles des Siècles d’or : première approche », et IV, « Démocrite et Héraclite aux Siècles d’or : jeux de présences, jeux de regards, jeux de masques ». Dans le chapitre III, nous procédons essentiellement à un travail de relevés des œuvres citant la figure du philosophe qui rit et du philosophe qui pleure. Cette première approche montre que la figure de Démocrite et Héraclite non seulement est présente dans un grand nombre d’œuvres des Siècles d’or, mais qu’en outre elle en ignore les frontières génériques. Le chapitre IV développe plus particulièrement les modes de citations de la figure. Nous pouvons alors constater que les auteurs de cette période ont mis à profit l’ensemble des possibilités et des combinaisons qu’offre une figure duale formée d’éléments contraires. Présence de l’un, présence de l’autre ou de leurs avatars, préférence explicite du narrateur pour l’un ou l’autre, rejet des deux, identification implicite de l’auteur à l’un des deux pôles : à chaque œuvre sa combinatoire, permettant à la fois d’exprimer la complexité d’un monde qui ne peut se réduire à la simplicité d’une thèse unique et d’insinuer tout un jeu de regards et de correspondances voilées. L’ambivalence de cette figure du renversement a pour avantage considérable de dégager une thématique enracinée dans la langue même des Siècles d’or : monde à l’envers, burlas y veras, desengaño.

7Figure d’essence dialogique, l’opposition de Démocrite et Héraclite trouve un espace de développement naturel dans le dialogue. Mais, là encore, la diversité des fonctions et des significations endossées par l’utilisation de cette figure a de quoi surprendre. Nous avons étudié en particulier deux des plus importantes occurrences de notre figure dans les dialogues du xviie siècle (chap. V). Dans l’œuvre d’Antonio López de Vega, Heráclito i Demócrito de nuestro siglo (1641), il s’agit d’une fonction formelle et normative. Formelle, parce que seule l’opposition entre les deux termes de la figure joue un rôle : peu importent les attributs des avatars espagnols des philosophes, seule compte la mise en jeu d’un couple de contraires. Normative, parce que l’objectif de l’œuvre est didactique et vise à établir le portrait du Nouveau Philosophe ou Nuevo Varón du xviie siècle : se gardant des extrêmes, il incarne le juste milieu, bien loin des attitudes extrêmes des philosophes de l’Antiquité. Dans La Torre de Babilonia d’Antonio Enríquez Gómez, au contraire, les sages retrouvent leur fonction première : comme chez Juvénal ou Horace, ils sont l’œil de la satire et de la critique sociale. Le rire et le pleurer sont par eux-mêmes essentiels, ils sont au centre du débat, ils sont les seules réponses à l’étrangeté et à la folie inhérentes à la nature humaine. Ici il n’y a plus de projet ou de progrès : l’homme, de l’Antiquité à nos jours, n’a qu’une nature, et de cette réalité, l’on ne peut que rire ou pleurer.

8Notre conviction, tout au long de ce travail, a été que la figure de Démocrite et Héraclite structure une vision, un style et une écriture des Siècles d’or, suffisamment pour qu’un auteur ait pu, consciemment ou non, volontairement ou non, s’en servir pour développer son œuvre ; ce, jusqu’à pouvoir même se passer éventuellement du support et de la référence explicite aux deux sages de l’Antiquité. Notre première investigation dans ce sens a concerné trois romans picaresques : Lazarillo de Tormes, Guzmán de Alfarache et El Buscón. Dans le chapitre VI intitulé « Figure de style, méthode de vie : du roman picaresque à Gracián », nous tentons de voir de quelle manière la figure de Démocrite et Héraclite est à l’œuvre dans les trois romans picaresques cités et comment cette figure des deux philosophes constitue un trait d’union entre ces écrits picaresques et le Criticón de Baltasar Gracián. Ce dernier, dans le traitement qu’il fait de la figure de Démocrite et Héraclite, met en œuvre, pour reprendre la formule de Marcel Proust, « un degré d’art de plus ». Il démultiplie la complexité qu’introduit la double figure en la plaçant sur plusieurs terrains à la fois : celui de la forme et celui du contenu, mais aussi celui de la norme et celui du regard. Dans son œuvre, la mise en scène de la contrariété offre un principe à la fois moral, scientifique et esthétique. Un principe moral : se tenir loin des extrêmes, qui mènent tous deux à la folie et à la perdition. Un principe scientifique : le monde est un entrelacs de contraires, qui ne peut être décrit par une théorie simple, aristotélicienne, logique. Un principe esthétique enfin : celui de la diversité, qui rend le monde admirable et digne d’être contemplé. À la source de ces trois branches, l’opposition dynamique créée par Gracián sous-tend toute son œuvre et trouve son fondement dans un champ de confrontations, d’oppositions et d’inversions ouvert, à la fois historiquement et littérairement, par la figure de nos deux philosophes.

9Dans le chapitre VII, « Figure et structure chez Lope de Vega », nous étudions la présence de la figure de Démocrite et Héraclite dans les écrits de Lope de Vega. La figure de Démocrite et Héraclite traverse l’œuvre entière du « Fénix » ; elle y est citée à plusieurs reprises et revêt souvent l’apparence de l’anecdotique. Dans La Dorotea, Héraclite et Démocrite sont cités une seule fois, pour souligner le changement d’humeur de Fernando. Pourtant le champ de forces qu’incarnent les deux philosophes, à travers leur opposition et le jeu de contrepoint qu’ils introduisent, va largement au-delà de leur présence nominale dans le texte. En effet, la dynamique du contraste et de l’inversion structure, dans cette œuvre, à la fois l’attitude des personnages et la position de l’auteur. Le contrepoint se prolonge jusque dans la vie même de l’auteur : dans son Égloga a Claudio, l’inventeur de la comedia espagnole, à l’heure où il contemple sa vie, choisit Héraclite contre Démocrite, qu’il réserve à son ami. Ultime renversement, symptôme non pas d’une vision héraclitéenne du monde, mais de la vérité que recèle, pour la littérature espagnole des Siècles d’or, la figure des deux philosophes en perpétuelle opposition féconde. Parce qu’elle incarne, à travers ces deux simples noms de sages, le concept d’unité formée d’éléments contraires, la figure de Démocrite et Héraclite permet à un auteur comme Lope de Vega de développer sa vision de l’homme. C’est précisément là que réside la puissance d’évocation du topos.

10Don Quichotte, enfin, constitue l’apogée de la trajectoire de la figure d’Héraclite et de Démocrite. Bien sûr, cette affirmation est osée puisque les deux philosophes ne sont même pas cités dans le roman de Cervantès. Mais notre étude nous a permis de valider notre conviction de départ : bien plus qu’un ornement, la figure des deux sages constitue un élément structurant de la littérature des Siècles d’or, et le Quichotte forme un temps fort de ce mouvement. Nous consacrons à cette œuvre majeure les deux derniers chapitres de notre étude (le chap. VIII « Entre rire démocritique et pleurer héraclitéen : le Quichotte de Cervantès » et le chap. IX « Masques et miroirs : l’épisode du Caballero del Verde Gabán dans Don Quichotte »). Dans un roman où l’auteur se met en scène, et où il transparaît sous les masques successifs de la tristesse et de la joie (comme dans le Prologue de 1605) ; dans un roman où folie et sagesse se retournent sans cesse, et où le narrateur détruit consciencieusement tout repère extérieur à l’œuvre, passant sans cesse du sérieux au burlesque, du comique au grave ; dans un roman où les personnages, aussi attachants qu’ils soient, ne parviennent à définir aucune vérité stable reconnue par le narrateur, nous avons cru raisonnable de prendre la figure d’Héraclite et de Démocrite non pas comme modèle, mais comme outil d’analyse autour de la dynamique d’inversion qu’elle induit. Cette approche s’est révélée fructueuse, à condition de ne pas calquer, de manière simpliste, les références de Démocrite et Héraclite sur les personnages principaux de Cervantès, don Quichotte et Sancho Panza. À condition de saisir la figure des deux sages comme une force à l’œuvre dans l’écriture, irriguant chacun de ses éléments : les personnages – don Quichotte tient de cette dialogie fondamentale, qui fait de lui un fou parfois discreto ; et Sancho est un simple capable de faire preuve, parfois, d’une grande sagesse – ou les jugements du narrateur et la composition de l’œuvre. Se pose alors la question, fondamentale, du statut de la parole et du discours : qu’est-ce que la vérité ? Peut-elle être simple (c’est-à-dire non contradictoire) comme le prétendent Parménide (posant que l’être est et qu’il faut lui prédiquer des attributs non contradictoires), Socrate (affirmant la dimension univoque du vrai face à la manipulation sophistique), ou Aristote (faisant du principe du tiers exclu le socle de la connaissance) ? Ou est-elle, fondamentalement, complexe ? Don Quichotte, le héros de ce qui est considéré comme le premier grand roman moderne, le premier anti-héros de la littérature européenne, n’affirme-t-il pas le caractère complexe de la vérité et, par conséquent, le caractère falsificateur de toute réalité simple ? Don Quichotte a perdu, seul face au monde : il a dû se résigner et mourir. Pourtant, son histoire perdure à travers les siècles parce qu’il incarne la contradiction, et ce qu’elle peut avoir de vrai.

11La figure de Démocrite et Héraclite a ainsi été doublement l’objet de notre recherche : en tant que centre de notre attention dans ses manifestations à travers la littérature des Siècles d’or et en tant qu’instrument pour examiner certains aspects et certains œuvres de cette littérature. Notre étude s’est voulue à la fois une quête des modalités de présence de la figure et une expérimentation à travers la figure dans la littérature espagnole des xvie et xviie siècles. Il reste des domaines de la littérature et de l’iconographie (que nous avons utilisée dans notre travail dans une simple perspective d’illustration) qui appellent la poursuite de cette quête et de cette expérimentation. En tout état de cause, cette figure antique du rire de Démocrite et du pleurer d’Héraclite n’a pas fini de nous interroger.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Maria Aranda, Université du Maine ; Pierre Civil, Université de Paris III ; Jean-Pierre Étienvre, Université de Paris IV ; Nadine Ly, Université de BordeauxIII ; Pedro Ruiz Pérez, Université de Cordoue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérénice Vila Baudry, « Le rire de Démocrite et le pleurer d’Héraclite. La représentation des philosophes de l’Antiquité dans la littérature des Siècles d’or », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 277-281.

Référence électronique

Bérénice Vila Baudry, « Le rire de Démocrite et le pleurer d’Héraclite. La représentation des philosophes de l’Antiquité dans la littérature des Siècles d’or », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/347

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org