Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Anna Ysabel d’Abrera, The Tribunal of Zaragoza and Crypto-Judaism 1484-1515

Martine Charageat
p. 248-250
Référence(s) :

Anna Ysabel d’Abrera, The Tribunal of Zaragoza and Crypto-Judaism 1484-1515, Turnhout, Brepols, 2008, 235 p.

Texte intégral

1Anna Ysabel d’Abrera expose en quelque 200 pages le contenu de 142 procès pour cryto-judaisme instruits par le tribunal de l’Inquisition de Saragosse entre 1484 et 1515. Enfin quelqu’un s’est penché sur ce fond aragonais qui offre aussi des affaires non étudiées dans l’ouvrage parce que sans rapport avec des pratiques judaïques reprochées à des juifs convertis au christianisme. L’essentiel des documents utilisés par l’auteur est actuellement conservé aux Archives provinciales de Saragosse, une petite minorité d’entre eux sont entreposés à la Bibliothèque nationale de France. L’auteur a le mérite de s’intéresser à un fond de l’Inquisition qui n’avait pas attiré de chercheurs parce que l’historiographie, pour la période moderne mais aussi pour la fin du Moyen Âge, s’est jusque là « cantonnée » à l’Inquisition issue des terres castillanes. L’analyse du contenu et du déroulement des procédures aragonaises est exposée en huit chapitres tandis que l’ouvrage s’achève sur les notices biographiques de quelques 53 individus, des nouveaux chrétiens dénoncés au motif que, malgré leur conversion au christianisme, ils auraient continué à pratiquer certains rituels de leur ancienne religion. Parfois l’accusation vise également un résidu de judaïté jusque dans le domaine des croyances.

2Dans le premier chapitre, l’auteur revient sur les débats historiographiques autour de l’action des tribunaux du Saint-Office contre les convers, en mettant l’accent sur l’intérêt du retour aux sources de la pratique judiciaire. Anna Ysabel d’Abrera entend alors se situer dans le camp des chercheurs dont les travaux les plus récents cherchent à convaincre le lecteur, si besoin en est du coté des non-spécialistes des archives de la pratique judiciaire, que les archives en question ne sont pas le produit d’une « fabrique » artificielle, voire mensongère, des faits. Le deuxième chapitre s’intéresse au tribunal de Saragosse en soi et à l’émergence du groupe des convers dès la fin du xive siècle. Le troisième chapitre met en évidence le déroulement de la procédure judiciaire, intégrant les changements apportés par l’Inquisiteur général Juan de Torquemada. Puis, le reste de l’ouvrage, soit les cinq derniers chapitres, est consacré à l’exposition des accusations portées contre les convers, accusations similaires en grande partie à celles qui frappent les accusés de même catégorie au tribunal de Ciudad Real par exemple, mais avec parfois quelques griefs reposant sur des pratiques originales. Les prévenus, jugés au tribunal de Saragosse, doivent répondre d’accusations qui les désignent aux inquisiteurs comme étant coupables de respecter le sabbath, de pratiquer les rituels des fêtes du Yom Kippur, Passover, Sukhot etc. L’alimentation et les contacts avec leurs anciens correligionaires, la possession de textes sacrés juifs sont également des motifs de dénonciation pour lesquels, cependant, seule une minorité des accusés est condamnée à mort, soit 24 % du total des cas connus à Saragosse entre 1484 et 1515.

3De l’aveu même de l’auteur, les griefs n’ont majoritairement rien d’original. Aussi se place-t-elle selon un angle de réflexion qui vise à démontrer que les aveux des prévenus ne suffisent pas à confondre les convers. Les témoignages ont un impact incontournable. Mais ce que veut démontrer Anna Ysable d’Abrera, en maîtrisant le sens du diologue procédural propre aux tribunaux du Saint-Office, c’est que la vérité construite à l’issue de chaque procès résulte d’une élaboration émanant d’une expérience pragmatique des relations quotidiennes et authentiques entre les vieux-chrétiens, les convers et les juifs. La preuve en est que ceux qui mentent, accusent faussement ou témoignent en trahissant la vérité des faits sont sévèrement punis comme parjures. Le travail de l’auteur s’inscrit contre la tradition historiographique qui a longtemps, à travers les travaux d’un Benzion Netanyahu ou encore de Norman Roth, estimé que les charges retenues contre les accusés étaient fabriquées par les inquisiteurs. Ces derniers orientaient alors le discours des autres interlocuteurs du procès en ce sens ; le sous-entendu scientifique étant que les convers n’auraient pas eu de raison de judaïser et que les accusations étaient donc montées de toute pièce.

4Une relecture socio-anthropologique des micro-récits qui constituent toute procédure judiciaire permet à l’auteur une analyse fine des contacts interconfessionnels, déterminés par le rang et le statut de tout un chacun, et l’amène à comprendre ce qui fonde l’authenticité et la véracité des charges dont doivent répondre les accusés. Encore que l’on puisse être mal à l’aise face à une perspective de recherche qui pourrait se confondre avec la simple volonté de découvrir « qui dit la vérité », car l’historien ne doit pas se substituer au juge. Mais l’auteur dépasse très rapidement ce leurre propre aux archives de la pratique judiciaire pour simplement démontrer comment l’on pouvait confondre et convaincre les convers de crypto-judaïsme. Les procès césaraugustains permettent d’éclairer ce qui est une réalité dans la vie de nouveaux convertis, face auxquels leurs anciens correligionaires sont parfois des témoins à charge, simplement parce qu’ils sont bien placés pour l’être et, avec eux, tous les acteurs de la vie quotidienne… y compris les membres de la famille de l’accusé. C’est sur ce point que se situent l’angle d’attaque et l’intérêt de l’ouvrage, en plus de faire connaître des procès pas totalement inédits, pour un tribunal qui, comme les autres implantés dans les terres de la Couronne d’Aragon, n’a pas déclenché de grandes vocations d’historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Charageat, « Anna Ysabel d’Abrera, The Tribunal of Zaragoza and Crypto-Judaism 1484-1515 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 248-250.

Référence électronique

Martine Charageat, « Anna Ysabel d’Abrera, The Tribunal of Zaragoza and Crypto-Judaism 1484-1515 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 01 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/3485

Haut de page

Auteur

Martine Charageat

Université de Bordeaux 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org