Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Guerres de plumes et campagnes d’opinion. Résistance et dissidence dans l’Espagne de Charles II (1665-1679)

Thèse de doctorat soutenue le 28 octobre 2008 à l’École des hautes études en sciences sociales (dirigée par Bernard Vincent)*
Héloïse Hermant
p. 281-286

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

  • *  Composition du jury : Fernando Bouza, Université Complutense de Madrid ; Olivier Christin, Univers (...)

1Cette thèse étudie les polémiques de la régence de Charles II qui opposent le bâtard royal don Juan José de Austria aux validos successifs de la reine-mère Mariana. Ces polémiques prennent la forme de quatre guerres de plumes qui se composent de deux séquences majeures et de deux séquences mineures. La première grande séquence (1668-1669) correspond à la guerre de plumes de don Juan contre le valido Nithard et s’achève par le renvoi de ce dernier et par la nomination du bâtard royal comme vicaire général d’Aragon. Elle débouche sur une séquence plus brève, celle du mouvement d’opinion contre la Chamberga, régiment que Mariana a imposé à Madrid après l’expulsion de son confesseur. La seconde grande séquence correspond à la campagne des Grands et du bâtard royal contre Valenzuela (1676-1677) qui, malgré le triomphe des mécontents, trouve un prolongement ironique, sur un mode mineur, dans les vagues satiriques qui assaillent don Juan José lorsqu’il devient Premier ministre (1677-1679).

2On entend par « guerre de plumes » des séquences polémiques de libelles où deux camps opposent ouvertement deux champions – don Juan et les validos de Mariana. À travers la production de libelles à peu près équilibrée des adversaires, il est possible de délimiter des séries d’écrits qui modifient la trame événementielle et contribuent à infléchir les rapports de forces. L’expression « campagne d’opinion » sert à intégrer aux analyses des moyens de mobilisation non discursifs comme les marches sur Madrid. Ces guerres de plumes constituent un épisode original de l’histoire des manifestations de la dissidence politique et des polémiques espagnoles. S’il s’agit toujours de défendre en sous-main les intérêts de factions de cour, l’objectif n’est plus simplement d’influencer les décisions du roi en lui dispensant des conseils ni de faire renvoyer un valido. L’enjeu consiste à conquérir le pouvoir en endossant un rôle de défenseur du bien commun grâce à l’émission de lettres ouvertes. L’usage qui est fait de la publicité apparaît particulier puisque la dissidence ne se cache plus derrière l’anonymat des libelles pour empêcher les représailles mais avance à visage découvert et se sert de la tribune offerte par l’écriture polémique pour se mettre en scène et devenir intouchable.

3Pour mener à bien ce travail, il a fallu reconstituer ces guerres de plumes. Il convenait de restituer des espaces textuels en fonction d’une chronologie fine décloisonnant les genres, tout en intégrant à l’enquête l’analyse des conditions de création, de diffusion et d’archivage de la documentation. Un catalogue chronologique des libelles a donc été élaboré à partir d’une trentaine de fonds d’archives, de bibliothèques et de fondations, notamment la Biblioteca Nacional d’Espagne, l’Archivo Histórico Nacional, la Real Academia de la Historia, la Biblioteca de Catalunya et la British Library. Le matériau sur lequel se fonde ce travail se compose d’écrits polémiques (lettres ouvertes, satires, manifestes) mais comprend d’autres types de discours tels des sermons, des mémoires, des relaciones de sucesos, des avisos et des consultes. Des comedias, des ouvrages politiques et des gazettes ont permis de mesurer en quoi la culture politique est sortie modifiée par ces pratiques de mobilisation. Les correspondances, les chroniques et les rapports d’ambassadeurs fournissent des informations sur la circulation et la réception des libelles, sur le cheminement des rumeurs et sur l’évolution des rapports de forces politiques.

4L’ensemble du corpus correspond à ce que nous appelons l’espace de publicité qui renvoie à tout ce qui fait l’objet d’une publication imprimée ou manuscrite ainsi qu’à toute pratique non discursive mise en scène sur le modèle des cérémonies de pouvoir. Sur ce premier ensemble s’articule un espace polémique renvoyant au contenu des guerres de plumes qui émanent aussi bien de la dissidence que des autorités. Un troisième espace en interaction avec le précédent, l’espace transactionnel, plus étroit, a trait à la négociation politique et permet de confronter les voies institutionnelles de production de l’opinion et les phénomènes extra institutionnels de production de celle-ci. Cette configuration explique que les libelles n’appartiennent plus seulement à un registre de conseil, de critique ou d’opposition mais se placent sur le terrain de la négociation. Le roi n’est plus l’arbitre suprême. Ces guerres de plumes renvoient donc à une manière particulière de concevoir le corps social et de mettre en pratique la politique. En somme, il s’agit de mesurer l’influence des formes de communication orale, écrite, visuelle dans le changement des termes de relation entre les pouvoirs au sein des communautés politiques.

5Trois enjeux correspondant à trois parties structurent cette thèse : l’émergence d’un nouvel art de négociation politique porteur à terme d’une pluralité des pôles de pouvoir, la question de la mobilisation politique et des contours d’un public politique légitime, les changements des pratiques et des imaginaires politiques sous l’effet des guerres de plumes.

6Cette thèse est d’abord une enquête sur l’impact de la publicité et sur les types d’action offerts par l’écrit dans les affrontements politiques qui élaborent une négociation originale multipliant à terme les centres de pouvoir. L’hypothèse avancée est que la mobilisation de publics par le matériau pamphlétaire modifie en profondeur les pratiques politiques. En effet, la suspension de la violence concrète que réalise l’écrit au profit d’une violence verbale enrichit le répertoire d’action de la négociation politique au moment où les voies traditionnelles de dialogue entre le roi et les sujets sont mises hors-jeu. Il s’agit de comprendre comment la mobilisation de publics par les libelles, en évitant les réalités de la rébellion tout en exerçant une pression sur le pouvoir, offre un moyen inédit d’action dans une monarchie où, si on ne saurait s’opposer au roi, le monopole du souverain sur les formes de circulation des écrits et des images s’effrite.

7La première partie présente donc une reconstitution des guerres de plumes selon le fil chronologique et analyse la spécificité d’une « action d’écriture ». Le chapitre inaugural traite de la genèse de la campagne d’opinion contre Nithard. Il met en évidence le type d’espace de publicité qui s’établit avec ses caractéristiques structurantes. Les deux autres chapitres sont consacrés aux guerres de plumes et aux campagnes d’opinion contre Nithard et Valenzuela. Ils restituent un enchaînement de séquences textuelles construites en fonction de leur rapport à l’action et mettent à jour le rôle exact des libelles dans la négociation qui s’ouvre entre don Juan, la noblesse et le roi. L’écriture est destinée à contourner l’opposition frontale et répond à un refus de la violence physique comme arme d’inflexion du politique, tout en déployant des mécanismes puissants d’agression de l’adversaire qui sont les réels moteurs de la polémique. Les libelles contribuent à justifier une action de dissidence en s’intégrant sans heurts dans l’imaginaire politique des contemporains et de la sorte, ils échappent à l’accusation de désobéissance ouverte. Ils donnent un sens à un mouvement d’opinion et infléchissent ce sens à volonté. Ils permettent de choisir les publics qui participent à la querelle, l’élargissant ou le sélectionnant, en fonction des enjeux. Les guerres de plumes ouvrent donc une arène polémique où les textes s’articulent selon des logiques propres que don Juan utilise pour négocier une place au pouvoir.

8Le deuxième enjeu concerne les mobilisations des publics partisans. Il s’agit d’appréhender ces campagnes en suivant leur trace matérielle et en prenant en compte les relais de diffusion et de mobilisation afin de faire une histoire des formes de la communication politique. Comment et qui mobilise-t-on ? À quel moment ? Y a-t-il une disparité dans les manières de procéder en fonction des partis ? Les guerres de plumes mettent à l’épreuve les contours de ce que doit être un public politique légitime. On peut discerner l’émergence de l’espace polémique par un double examen de l’évolution des destinataires. D’abord, en repérant le passage d’un destinataire précis à un public anonyme aux contours mouvants qui dépasse la logique d’interconnaissance. La publicité dépasse alors une simple fonction de médiation et acquiert une valeur intrinsèque. Ensuite, grâce à une analyse de la façon dont les libellistes utilisent les moyens offerts par la publicité pour subjuguer et élargir un public né de l’intérêt pour les luttes. Ce dispositif offre la possibilité de penser des sphères de publicité originales qui ne se confondent ni avec la sphère acclamative au service du souverain, ni avec l’opinion publique des Lumières.

9La deuxième partie définit donc les cadres, les modalités et les stratégies de la mobilisation politique à travers l’identification et la fabrication conjointes d’un public et d’un adversaire. Elle traite des modalités de participation des populations au sein des formes spécifiques de construction des causes collectives. Un premier chapitre balaie le spectre des moyens de mobilisation et analyse les circuits de diffusion des écrits, les groupes sociaux-relais et quelques auteurs. Un deuxième chapitre analyse les publics visés par les textes et tente de saisir la manière dont le prince a « inventé » – au sens latin – un public, en insistant sur l’imprévisibilité de tout événement. Les variations et les réajustements des publics en fonction du temps et des impératifs d’action que dictent les aléas ont été examinés, ainsi que la dichotomie des stratégies de publicité des adversaires. Cette démarche qui étudie les publics en fonction de leurs composantes sociopolitiques et des clivages partisans permet de s’extraire d’une classification de la société en catégories prédéterminées, en soulignant comment les publicistes cherchent à constituer des publics qui dépassent les clivages initiaux. Un troisième chapitre évoque les stratégies de mobilisation. La transformation de l’adversaire en ennemi public menaçant l’intégrité de la Monarchie décrédibilise la cible et alimente un mouvement de détestation à son égard. Plus encore, elle désinhibe les acteurs réticents à intervenir dans le jeu en leur offrant une couverture de loyauté. L’instrumentalisation des mécontentements par les libelles juanistes permet de susciter et de sceller des alliances en dévoilant le bénéfice pour certains à rallier le mouvement juaniste. Un dernier chapitre donne un contenu à l’expression « mouvement d’opinion ». Il s’agit de voir qui sont les partisans du bâtard et de ses adversaires, quelles raisons motivent une prise de position, comment des groupes s’agrègent, se dissolvent et comment se greffent d’autres conflits. La faction des alliés du prince, regroupement hétéroclite de mécontents, est devenue un parti par une désingularisation de la cause juaniste : grâce à un manifeste, les mécontents exposent des revendications susceptibles d’élargir le recrutement. Ce parti se transforme en mouvement d’opinion lorsqu’il dépasse la logique de réseau par l’émission de libelles qui touchent des publics hétérogènes en défendant des intérêts catégoriels ou en s’adressant simultanément à divers destinataires. Ce dispositif inclut dans le mouvement de nouvelles strates de la société et diversifie les modalités d’adhésion (instrumentalisation, liens clientélaires, espérance messianique). Le triomphe de don Juan s’explique par des logiques d’adhésion ou d’instrumentalisation réciproque agencées dans une dynamique de cercle vertueux.

10Cette thèse n’a donc pas voulu faire la genèse d’une opinion publique en postulant une évolution linéaire de ce phénomène. La démarche a consisté à questionner la validité des catégories d’analyse contemporaines (opinion publique, coup d’État) et à réinscrire les formes d’opposition et de dissidence politique dans leur cadre politique, religieux et culturel originel. L’articulation de l’espace polémique et de l’espace transactionnel interdit de postuler l’existence d’un système de représentations uniformément partagé. On ne saurait donc parler d’opinion publique. Les répertoires culturels actualisés dans des textes ne sont partagés que jusqu’à un certain point. Même si des acteurs investissent les libelles de sens, on ne saurait interpréter ces textes comme vecteurs de l’opinion des Espagnols ni comme la preuve de l’existence d’une opinion commune. Il y a une multiplicité des publics qui évoluent dans le temps et ne sont pas les mêmes selon les partis. La notion d’opinion publique masque également le problème des légitimités différentielles de ces publics. La légitimité que les scripteurs octroient ou non au public qu’ils tentent de convaincre et/ou de mouvoir conditionne le contenu, la forme et l’effet escompté de ces textes. Enfin, la conception de la bonne publicité montre combien l’idée d’un tribunal de l’opinion est étrangère à l’Espagne de Charles II.

11Le troisième enjeu consiste à évaluer les changements de la culture et/ou de la pratique politique en historicisant les imaginaires politiques sous le jeu des guerres de plumes. L’échec de don Juan à récupérer le mouvement d’opinion contre la Chamberga, dans un contexte de crise d’autorité de la Régence, entraîne de nombreuses interrogations. Faut-il penser l’action du prince en termes de changement de la culture politique ou de simple modalité d’action ? L’absence de légitimité concurrentielle dans une monarchie limite les effets d’une mobilisation par des textes séditieux et prévient tout bouleversement de l’horizon de la culture politique. Néanmoins, la systématicité nouvelle de ces guerres de plumes invite à se demander si on n’entre pas dans un nouveau régime de publicité marquant le passage d’une politique de visibilité émanant du pouvoir et dévolue à la prescription à un espace disputé où les autorités ne sont plus intouchables, où elles descendent dans l’arène et où règne une fausse transparence.

12La troisième partie tente ainsi de saisir les changements de la pratique et/ou de la culture politique qu’un tel usage de la publicité par la dissidence entraîne. Les événements de 1668-1669, exposés dans le premier chapitre, posent des questions visant à éclaircir les composantes de la crise que don Juan a provoquée. Comment parvient-il à paralyser les institutions ? Comment se manifeste la crise d’autorité de la régente ? Assiste-t-on à un processus de (dé)légitimation selon qu’on se place d’un bord ou de l’autre ? La guerre de plumes contre la Chamberga dévoile la possibilité pour d’autres protagonistes de s’approprier les moyens d’action que recèle la diffusion de libelles telle que l’a pratiquée don Juan. En outre, c’est à travers cet épisode que se règle momentanément le sort politique de don Juan, ce qui engage, dans le deuxième chapitre, une réflexion sur le « coup d’État ». Les événements de 1676-1677 invitent à méditer sur le maniement que font les acteurs d’un langage métaphorique équivoque qui élabore, de texte en texte, un cadre théorique rendant concevable l’action de don Juan sans heurter l’horizon des contemporains. Ainsi se met en place un imaginaire du valido- portrait du roi – quasi double du roi – détrônant le topos du valido-miroir du roi, tandis que le courant sénéquiste se trouve infléchi par la nébuleuse juaniste qui théorise autour de son champion un type de prudence politique bâtie sur l’autonomie des apparences. En somme, un art de la simulation qui n’oppose plus le vrai et le faux – contrairement à la dissimulation – parce qu’il mise sur la vraisemblance. Cette campagne d’opinion, analysée dans le troisième chapitre, dévoile également quelle conscience les acteurs ont eu des pouvoirs de la publicité et comment ils en ont joué. Enfin, la façon dont le bâtard royal s’est approprié l’arsenal symbolique de la mise en scène de la majesté révèle un ébranlement des paradigmes de la culture politique. Le dernier chapitre étudie donc comment ce prince construit son image et comment celle-ci interfère dans les campagnes. Indexer la construction de cette image à une praxis politique où la publicité est mise au service de la dissimulation permet de donner trois visages simultanés à don Juan : celui du renard (qui renvoie, pour les juanistes, à la prudence chrétienne), celui du caméléon (qui correspond à la prudence machiavélienne) et celui du Christ-pélican (qui symbolise la rédemption sacrificielle et messianique de l’Espagne).

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Fernando Bouza, Université Complutense de Madrid ; Olivier Christin, Université Lumière-Lyon II ; Denis Crouzet, Université de Paris IV ; Jean-Frédéric Schaub, EHESS (président) ; Bernard Vincent, EHESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Hermant, « Guerres de plumes et campagnes d’opinion. Résistance et dissidence dans l’Espagne de Charles II (1665-1679) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 281-286.

Référence électronique

Héloïse Hermant, « Guerres de plumes et campagnes d’opinion. Résistance et dissidence dans l’Espagne de Charles II (1665-1679) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/349

Haut de page

Auteur

Héloïse Hermant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org