Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ignacio Peiró Martín, La guerra de la Independencia y sus conmemoraciones

Stéphane Michonneau
p. 261-263
Référence(s) :

Ignacio Peiró Martín, La guerra de la Independencia y sus conmemoraciones (1908, 1958 y 2008), Zaragoza, Institución Fernando el Católico, Excma. Diputación de Zaragoza, 2008, 493 p.

Texte intégral

1Aux lendemains d’un bicentenaire riche en commémorations, Peiró propose une histoire de la mémoire de ce que l’historiographie libérale a appelé « la guerre d’Indépendance ». À travers l’étude de trois moments clés, – celui du premier centenaire en 1908, celui des célébrations franquistes de 1958 et finalement, celui du bicentenaire à peine achevé –, l’auteur développe une histoire introspective qui permet non seulement de comprendre l’origine et les mythes de la guerre mais aussi de réfléchir aux évolutions récentes de l’histoire contemporaine en Espagne. L’ouvrage s’accompagne de la reproduction des conférences données lors du IInd Congrès historique international de la guerre de l’Indépendance qui eut lieu en 1958.

2Comme l’indique utilement Carlos Forcadell dans le prologue, la tâche principale de l’historien actuel est probablement de distinguer l’histoire et les politiques de mémoire. Selon cette perspective, Peiró montre que la lecture nationaliste des événements de 1808 est obsolète. À Saragosse, lieu de mémoire national consacré depuis le début du xixe siècle, cette remise en question pourrait faire figure de provocation si elle ne s’appuyait sur l’effort de la Institución Fernando el Católico pour réviser les schémas d’interprétation traditionnels que cette même entité a paradoxalement contribués à établir depuis 1908. Ainsi, Peiró se situe dans la lignée d’une formidable rénovation qui caractérise l’université de Saragosse et certaines Académies provinciales, et qui contraste si fortement avec l’immobilisme intellectuel d’autres institutions nationales.

3Il n’est pas inutile de reprendre les termes de la controverse qui, au début du xixe siècle, opposa les tenants d’une lecture libérale et progressiste des événements de Saragosse et les défenseurs d’une lecture résolument catholico-nationaliste. On sait bien que la tenue de l’exposition hispano-française fut au cœur de ces conflits de mémoire, si bien que le régénérationnisme aragonais eut toutes les peines du monde à forger un concensus autour d’événements censés signifier l’acte de naissance de la nation espagnole. On sait moins bien combien le poids des élites conservatrices et catholiques pesa lourdement sur l’organisation des hommages, notamment par l’intermédiaire d’une armée d’érudits locaux qui marquèrent pour longtemps de leur sceau l’historiographie des sièges de Saragosse, au point de constituer selon Peiró une singularité historiographique persistante. Ces polémiques sur les origines et le sens de la nation aboutirent au début du xxe siècle à une véritable repolitisation du mythe de la guerre de l’Indépendance à la faveur du renouveau nationaliste que connut l’Espagne à partir de 1905. Symbole du patriotisme espagnol et monument à l’hispanité, Saragosse fut alors érigée en pivot d’une lecture militariste et catholique du passé national, ce que confirme l’analyse du Premier congrès historique international de la Guerre de l’Indépendance. Particulièrement riche d’enseignement est l’œuvre de Mariano de Pino qui entreprit la biographie de la Contesse de Bureta dans un style académique inspiré par l’antilibéralisme et l’anticonstitutionnalisme. Notons que cette mémoire espagnoliste trouve un écho favorable auprès des membres de l’Académie militaire, conduite à partir de 1928 par le jeune Franco Bahamonde.

4Peiró note que la consolidation du mythe religio-national, largement soutenu par une vision régionaliste et antilibérale de l’histoire de l’Espagne, résista mal à la faillite du modèle conservateur libéral sous la dictature de Primo de Rivera. La montée de la constestation sociale et démocratique d’une part, l’attraction des régimes fascistes de l’autre, finirent par discréditer l’interprétation hégémonique. Par contre, le franquisme sut tirer profit des sièges de Saragosse pour se légitimer. Saragosse et le Pilar dessinèrent alors un ensemble stable qui reliait parfaitement un mythe local à une interprétation nationale de l’histoire. Cette nouvelle culture nationale établit une continuité entre la Reconquête, la Guerre de l’Indépendance et la Guerre civile érigée en « seconde Guerre de l’Indépendance ». Le parallèle entre Palafox et Franco consolida ainsi l’idée d’une harmonie entre l’armée et le peuple espagnol. C’est pourquoi le régime inaugura la chaire du « Général Palafox » et s’organisa le IIe Congrès historique international en 1958.

5Ainsi, la guerre de l’Indépendance continua à être le terrain de prédilection d’une historiographie érudite et positiviste. Seule une poignée de jeunes historiens réunis sous la houlette de Jaume Vicens Vives tenta de faire sonner un autre son de cloche : la remise en cause du rôle de la guerilla, l’insistance sur les divisions internes de la société espagnole en 1808, la prise en compte du contexte atlantique furent quelques-unes des voies ébauchées. L’hispanisme français catalysa aussi l’affirmation d’une nouvelle histoire contemporaine, universitaire et autonome. Cette renaissance dut beaucoup aux modernistes avec Artola, Jover, Bou, Seco Serrano ou Mercader Riba. Désormais, le fossé entre une historiographie contemporaine désormais normalisée et un secteur érudit largement dominé par des militaires se creusa : en 2008, pour le bicentenaire, c’est la parole des historiens qui l’emporta sur celle des promoteurs de mémoire.

6Si l’ouvrage de Peiró dessine le meilleur de ce qu’une histoire de la mémoire est aujourd’hui susceptible de produire en Espagne, il n’en est pas moins sujet à questionnement. Premièrement, on peut regretter que l’auteur n’ait pas voulu tirer profit du cas exemplaire qu’il traitait pour tenter d’apporter des réponses à quelques-uns des questions posés ces dernières années : par exemple, la Restauration est-elle bien ce moment d’oubli que l’auteur veut voir ? Comment s’articulent les politiques commémoratives entre elles – programme statuaire, expositions, cycles de conférences et congrès – ?

7Deuxièmement, il faut souligner que le travail de Peiró s’appuie sur des notes qui constituent une sorte de lecture seconde du livre. Il se nourrit d’une connaissance et d’un usage rigoureux des termes de cette histoire particulière, trop rares pour ne pas être salués. Toutefois, il aurait été utile de mener une réflexion sur les limites de ce type d’entreprise intellectuelle : en particulier, la mémoire est-elle réductible aux usages du passé ? Qu’en est-il des modes d’articulation entre la mémoire collective et l’histoire des historiens, entre la mémoire collective et les sensibilités populaires ? Existe-t-il des décalages entre la politique de mémoire conçue par les élites de Saragosse et sa diffusion ? Comment réagit la population ?

8Au total, à travers l’histoire du mythe démagnétisé des sièges de Saragosse, l’auteur contribue à libérer l’histoire contemporaine du carcan politique dans lequel elle se trouve trop souvent enfermée. Plus encore, Peiró confirme que l’histoire de la guerre de l’Indépendance est encore un laboratoire du renouveau de l’histoire contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Michonneau, « Ignacio Peiró Martín, La guerra de la Independencia y sus conmemoraciones », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 261-263.

Référence électronique

Stéphane Michonneau, « Ignacio Peiró Martín, La guerra de la Independencia y sus conmemoraciones », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3508

Haut de page

Auteur

Stéphane Michonneau

EHEHI-Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org