Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Territoires et identités en Catalogne méridionale. Une géographie de la folklorisation

Thèse de doctorat soutenue le 15 février 2007 à l’Université de Paris IV (codirigée par Jean-René Trochet et Llorenç Prats)*
Claire Guiu
p. 286-290

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Jean-Pierre Augustin, Université de Bordeaux III ; Dominique Crozat, Univers (...)

1L’essor des manifestations identitaires et patrimoniales, la force de l’invocation du territoire comme support d’une identité revendiquée et garant d’une authenticité proclamée requièrent l’analyse des liens entre la construction des traditions et la territorialisation. Dans quelle mesure les manifestations folkloriques rendent-elles compte de représentations et révèlent-elles les rapports d’une population à ses territoires vécus, perçus, rêvés ? Quel est le rôle performatif des processus de patrimonialisation dans la constitution d’identités locales et de territoires de projet ?

2Inspirée des recherches géographiques du « tournant culturel », des récents travaux issus de la Volkskunde renouvelée, des Folklore Studies axées sur le concept de performance ainsi que des réflexions des historiens et ethnologues français sur la mémoire, l’histoire et le patrimoine, cette thèse propose une analyse géographique des processus de folklorisation en Catalogne méridionale. Elle aborde les constructions et les territorialisations du « folklore », du « traditionnel » puis du « patrimoine » depuis la seconde moitié du xixe siècle jusqu’au très contemporain.

3Depuis les premiers mouvements de la construction nationale en Catalogne, les pratiques culturelles « traditionnelles » ont été utilisées par différents acteurs pour justifier un « fait différentiel catalan ». Elles constituent donc des ressources culturelles au cœur d’enjeux politiques, identitaires et économiques.

4Le Sud catalan est un terrain privilégié pour l’analyse géographique de la folklorisation puisqu’il soulève des questions contemporaines relatives aux dynamiques identitaires en Espagne et aux mutations rurales dans tout l’ensemble européen. Cet espace, situé à la lisière de deux autres communautés autonomes (Aragon et Valence), permet d’aborder la recomposition des identités territoriales et des relations transfrontalières depuis la constitution, à partir de 1978, d’un État des autonomies en Espagne. En marge des mouvements de la construction nationale catalane depuis la « Renaixença » (« renaissance » catalane), il reflète le caractère spatialisé des processus identitaires. La région connaît de forts mouvements de patrimonialisation par le développement du tourisme depuis les années 1980. Le Delta de l’Èbre, espace inhospitalier autrefois, lieu de fièvres et de marécages, est devenu une zone agricole puis un territoire touristique aux espaces protégés et aux pratiques culturelles affichées. Par ailleurs, cette Catalogne méridionale prend part aux réflexions sur la gestion de l’eau en Espagne et sur l’émergence d’une « nouvelle culture de l’eau » depuis les manifestations contre le projet gouvernemental de transfert du fleuve de l’Èbre en 2001. Enfin, la construction d’une entité « Terres de l’Èbre » en tant que projet administratif et identitaire depuis les années 1970 permet de mesurer les formes et les limites de la création de territoires.

5Dans la première partie, « La fixation territoriale des objets “traditionnels” », grâce à des recherches dans les archives et au dépouillement de la presse régionale, une analyse des différentes périodes de valorisation des « traditions » est tout d’abord menée. Elle montre le caractère spatialisé de la diffusion du catalanisme dans la seconde moitié du xixe siècle et elle souligne les logiques territoriales de la folklorisation. Alors que des symboles « catalans » se diffusent sur l’ensemble du pays et construisent une communauté imaginée aux traits culturels homogènes, un secteur de la ville de Tortosa défend les différences culturelles, historiques et linguistiques de la région méridionale d’avec le reste de la Catalogne. S’opposant à l’introduction du modèle d’identité catalane au sud, il en reproduit le modèle à l’échelle régionale et développe un mouvement identitaire localiste : le « tortosinisme ». Cette étude révèle les conflits, appropriations ou transgressions des symboles par différents groupes sociaux, politiques, voire territoriaux, et elle permet de souligner la nature polysémique, hétérogène, discontinue, dans le temps et dans l’espace, des symboles et des signes d’identité.

6Nous poursuivons l’approche historique en analysant les formes, les fonctions et les significations de la politique folkloriste sous le franquisme, politique prise en charge en grande partie par la Sección Femenina. Par une importante recherche documentaire, nous montrons comment le « folklore » devient une activité strictement féminine et un instrument politique du régime pour promouvoir la diversité des identités régionales et la grandeur d’une Espagne unifiée. Les chants et danses folkloriques, soumis aux politiques de collectage, d’archivage et de représentation, sont présentés comme une résurrection et ils sont fixés dans des territoires d’appartenance.

7Enfin, les transformations du territoire tortosin dans les années 1970, parallèlement aux recompositions culturelles et territoriales en Catalogne, constituent les conditions d’une nouvelle situation identitaire pour le Sud catalan. L’éclosion de mouvements culturels et associatifs longtemps souterrains, puis les mesures d’institutionnalisation et de subventionnement de la culture « catalane » dans les années 1980 par la Generalitat,bénéficiant de compétences exclusives en matière de culture et de patrimoine, provoquent de nouvelles sémantisations, formes et organisations des manifestations folkloriques. Dans les « Terres de l’Èbre », des pratiques « traditionnelles » associées à la catalanité, parfois (ré)inventées, se diffusent et s’ajoutent aux éléments culturels valorisés comme « autochtones ». Par ailleurs, la création territoriale des « Terres de l’Èbre » et son ouverture au tourisme dans les années 1980 provoquent une multiplication des mesures de patrimonialisation. Entrent en scène de nouveaux agents décisionnels à des échelles de compétence multiples (Unesco, Union européenne). La logique patrimoniale se diffuse vers de nouveaux terrains et intègre le territoire, l’histoire et le vivant. La situation contemporaine se complexifie donc par la multiplication des regards et des niveaux de reconnaissance patrimoniale, par des multi-appartenances identitaires et par l’ouverture d’espaces d’action interstices entre les frontières administratives. Dans ce contexte, les « traditions » deviennent l’une des ressources du processus de patrimonialisation, dont la logique implicite s’impose, depuis les manifestations contre le transvasement de l’Èbre, comme la trame de l’affirmation régionale.

8Au terme de cette analyse, une logique structurelle du processus de folklorisation se dégage. Elle montre le caractère résolument construit et volontaire des localisations réelles et symboliques de la pratique folklorique. Les territoires de la « tradition » sont le résultat d’entreprises de jardinage culturel à différentes échelles afin de « déraciner », « semer » ou « déterrer » des éléments définis comme des marqueurs identitaires à une période donnée.

9L’analyse des politiques folkloristes ne suffit pas à appréhender la folklorisation dans toutes ses nuances. Nous nous penchons, dans la deuxième partie, « Histoires et territoires des acteurs de la folklorisation », sur les actions folkloristes des individus, appréhendés en tant qu’acteurs de la folklorisation et sujets porteurs de mémoires, d’expériences et d’idéologies. À partir d’une enquête de terrain et d’une centaine d’entretiens auprès des acteurs culturels et politiques, nous montrons l’hétérogénéité des formes et des motivations d’adhésion aux manifestations folkloriques. Une typologie et une cartographie des associations révèlent les différences entre les communes rurales de l’arrière-pays, où se concentrent les « collectifs d’action culturelle » destinés à la population locale, et les capitales de comarcas dans lesquelles sont localisés les groupes de folklore exclusivement centrés sur l’activité folklorique. L’analyse permet également de comprendre le rôle et l’impact des individus solitaires engagés dans l’action culturelle et/ou la conservation patrimoniale. Les érudits locaux mènent une activité continue de collecte, mais ils ont une faible visibilité sociale, alors que les animateurs culturels multiplient les engagements associatifs, les projets de développement culturel, les contacts, voire les revendications. Au vu de la multiplicité des formes et des conceptions de l’action folkloriste, l’interaction des différents acteurs est ensuite analysée au prisme des perceptions de la « tradition ». Malgré de fortes divergences, un discours intégrateur du « traditionnel » s’élabore socialement. Il englobe un grand nombre de groupes et de manifestations folkloriques dans un argumentaire justifiant la « continuité » de la tradition. Les processus d’unification régionale dans les « Terres de l’Èbre » favorisent l’élaboration d’un métadiscours folklorique, d’échelle régionale et de nature autoréflexive, auquel plusieurs acteurs culturels participent. Des ancêtres du folklorique sont promus au rang de totems et consolident la « communauté imaginée ». Les narrations autour des pratiques folkloriques se situent à la croisée de mémoires partagées, de mémoires revendiquées et de mémoires normatives. Un passé choisi pour les pratiques folkloriques est raconté et il permet une identification régionale commune, parfois au détriment des mémoires partagées.

10Les activités folkloriques sont l’objet d’un polissage inhérent à leur mise en valeur, à leur mise en mémoire, mais également à leur « mise en territoire ». L’étude montre comment certains acteurs transforment les formes des pratiques afin de les faire correspondre à un territoire d’appartenance idéel. Des éléments « catalans » se diffusent afin de « catalaniser » la région ; d’autres sont rendus « autochtones » tout en étant promus comme des pratiques étendues. Les « mises en territoires » des traditions sont d’autant plus complexes que la région des « Terres de l’Èbre » se situe à cheval sur deux autres communautés autonomes dont les pratiques culturelles sont similaires. Les acteurs construisent une « autochtonie » locale tout en effectuant un recentrage territorial symbolique par la revendication de territoires d’appartenance supranationaux.

11Cet axe d’analyse permet donc de rendre compte, de façon détaillée, de la pluralité des acteurs, de leurs interactions, des mises en sens et en commun des pratiques « traditionnelles ». Les enquêtes montrent que les mouvements de territorialisation ou d’historicisation des « traditions » se décident à plusieurs échelles et qu’ils sont aussi le fruit d’initiatives individuelles. L’ensemble des pratiques folkloriques et de leurs activations constitue des géo-indicateurs des formes de sociabilité, des perceptions et/ou idéologies du temps et du territoire.

12Dans la troisième partie, « La construction symbolique du territoire », l’étude des programmes des fêtes, l’observation de cinquante-cinq manifestations festives, les entretiens et l’analyse de la presse régionale permettent enfin de rendre compte du rôle de l’action patrimoniale dans les mises en scènes et en images des territoires. Il s’agit de comprendre tout d’abord les interactions entre les différentes pratiques folkloriques, leur hiérarchisation et les variations territoriales de ces mises en système. Certains éléments folkloriques constituent des formes génériques d’agrégation à un territoire identitaire plus étendu. Les géants, dragons et autres bêtes festives, dont le nombre a fortement augmenté depuis les années 1990 sur l’ensemble du territoire catalan, sont à la fois des emblèmes du local et des instruments intégrateurs de la localité dans des cercles de sociabilité et des réseaux culturels catalans, voire européens. Les formes symboliques singulières sont en revanche construites socialement comme des éléments de distinction. Le caractère « exceptionnel » est diffusé par un savoir local partagé et promu par les politiques de folklorisation antérieures, les actions politiques et les valorisations médiatiques. Les processus de construction et de patrimonialisation du territoire en vue du développement touristique s’accompagnent de la multiplication des éléments de distinction locale. Le singulier devient une ressource. Les « Terres de l’Èbre » s’ébauchent alors comme un ensemble de représentations culturelles, comme une multitude de lieux-symboles qui, par synecdoque, recouvrent l’espace d’un territoire imaginaire. La définition de formes symboliques singulières est toutefois le terrain de compétitions et de frictions entre différentes associations, même si les récents mouvements d’unification régionale font émerger des symboles communs. Une enquête de terrain inscrite dans la durée et la multiplication des observations nous permettent d’envisager les manifestations folkloriques comme des performances et d’en comprendre les actes de paroles. Cette approche acquiert toute sa légitimité depuis les mobilisations contre le transfert de l’Èbre qui ont renforcé le rapport volontaire et démonstratif de la population à son identité. La définition de symboles locaux et régionaux se négocie à présent en différents lieux ; le paysage devient un espace d’affirmation et d’affrontements symboliques.

13Après avoir interrogé les liens entre territorialisation et folklorisation au regard des éléments folkloriques, l’analyse s’oriente vers les évolutions festives. Comme dans de nombreuses régions rurales européennes, le Sud catalan connaît une mutation des systèmes festifs locaux, par les dynamiques démographiques, l’essor associatif, la sécularisation et l’augmentation des loisirs. Surtout, ces mouvements semblent entraîner inexorablement un processus de patrimonialisation des anciens rituels festifs et l’apparition de nouvelles « fêtes à l’ancienne ». La fête devient une ressource, un objet de regard et de patrimoine. Elle est quantifiée, labellisée, subventionnée et explicitée. Cette recherche analyse alors l’« ethnologisation » d’éléments traditionnels des fêtes patronales, puis l’émergence de nouvelles fêtes à caractère patrimonial dans la région méridionale depuis 1996. À partir des observations de terrain, une lecture géographique des fêtes récentes peut être dégagée. Une typologie différencie les fêtes de distinction locale, qui fonctionnent comme des attributs du lieu de célébration, des fêtes plateformes de l’identité régionale, qui mettent en scène, par la performance, un grand nombre d’éléments identitaires régionaux. La première catégorie est constituée de « kits festifs transposables » et de « fêtes de promotion d’un produit local ». Les fêtes plateformes sont des « fêtes de cohésion » ou bien des « fêtes d’extraversion ». Une cartographie de la typologie dessine trois entités sub-régionales dans les « Terres de l’Èbre ». Dans l’arrière-pays, des fêtes de cohésion mettent en scène la ruralité sous le mode de la revendication. Dans le Delta, les fêtes de l’activité agricole s’orientent vers l’extraversion au tourisme et deviennent les scènes de représentation des éléments emblématiques du Delta. Enfin, à Tortosa et dans les villages voisins, des fêtes à caractère « ethnologique » célèbrent le fleuve et plusieurs éléments folkloriques tortosins. Elles prétendent à la représentation des « Terres de l’Èbre » dans leur ensemble. Cette lecture des festivités dans l’espace régional constitue un instrument d’analyse des mutations festives applicable à plusieurs zones rurales européennes.

14Cette thèse analyse donc le caractère spatialisé de l’« invention de traditions » dans le cadre de la construction de l’identité nationale catalane. Elle met en évidence la force du volontarisme culturel dans la territorialisation et la mise en scène des pratiques folkloriques. Enfin, elle montre le rôle de la représentation patrimoniale dans la construction symbolique des territoires. La folklorisation et ses jeux de regard forment un processus territorialisé, porteur de géographicité et performatif d’identités territoriales.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Jean-Pierre Augustin, Université de Bordeaux III ; Dominique Crozat, Université de Montpellier III ; Josep Martí, CSIC Barcelone ; Llorenç Prats, Université de Barcelone ; Jean-René Trochet, Université de Paris IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Guiu, « Territoires et identités en Catalogne méridionale. Une géographie de la folklorisation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 286-290.

Référence électronique

Claire Guiu, « Territoires et identités en Catalogne méridionale. Une géographie de la folklorisation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/351

Haut de page

Auteur

Claire Guiu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org