Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ángela Cenarro, Los niños del Auxilio Social

Amélie Nuq
p. 263-265
Référence(s) :

Ángela Cenarro, Los niños del Auxilio Social, Madrid, Espasa Calpe, 2009, 300 p.

Texte intégral

1Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Saragosse, Ángela Cenarro est spécialiste de la répression franquiste, qu’elle a notamment étudiée à partir du terrain aragonais. Los niños del Auxilio Social est à rattacher à une autre de ses thématiques de recherche, l’étude de l’assistance sociale sous Franco. Créé pendant la guerre civile pour faire face aux nécessités les plus urgentes, l’Auxilio Social devient l’une des institutions emblématiques du régime franquiste, accueillant des dizaines de milliers d’enfants dans ses foyers (« hogares infantiles ») jusqu’en 1975.

2L’auteur se définit comme « une historienne du social qui adopte une posture critique vis-à-vis de la dictature franquiste » (p. 269). À l’encontre du récit officiel et propagandiste produit par les fondateurs de l’institution, Ángela Cenarro a voulu produire une histoire différente de l’Auxilio Social, fondée non sur l’étude d’archives officielles mais sur l’expérience et les souvenirs de ceux qui sont passés par les foyers de l’institution. Prolongeant un livre paru en 2006 (La sonrisa de Falange. Auxilio Social en la guerra civil y en la posguerra, Barcelone, éd. Crítica), cette entreprise d’histoire oralese fonde sur les entretiens menés auprès de 17 hommes et femmes ayant en commun le fait d’avoir passé une partie de leur enfance dans le réseau des foyers de l’assistance sociale phalangiste.

3Le premier chapitre de l’ouvrage est consacré à la naissance et à l’action de l’Auxilio Social pendant la guerre civile et l’immédiat après-guerre. L’ouverture d’un réfectoire destiné aux enfants le 30 octobre 1936 à Valladolid, dans le camp des insurgés, constitue l’acte fondateur de l’Auxilio de Invierno, projet au départ modeste et porté par les phalangistes Mercedes Sanz Bachiller et Javier Martínez de Bedoya. Réfectoires, centres d’accueil et colonies de repos visent à porter secours aux enfants, aux mères et aux réfugiés. Mais ce sont les foyers pour enfants qui deviennent l’institution phare de la Delegación Nacional de Auxilio Social : leur nombre passe de 19 en 1938 à une centaine en 1943 ; ce sont alors plus de 10 000 mineurs qui sont pris en charge. Les entretiens menés par Ángela Cenarro montrent que les enfants internés en 1939 et en 1940 sont tous issus de familles envers lesquelles s’est exercée la répression franquiste : le chef de famille étant incarcéré, exilé ou fusillé, la mère ne peut ou ne veut refuser l’aide proposée par l’État. La dictature présente ainsi un double visage, répressif et assistantiel, qui permet tout à la fois de contrôler et d’obtenir l’acceptation des masses. Grâce aux sources orales, il est possible de questionner une hypothèse trop rapidement admise et qui voudrait que l’Auxilio Social ait servi à « recueillir » et à « régénérer » les enfants de républicains. Ángela Cenarro montre dans le deuxième chapitre de son ouvrage que si cette hypothèse vaut pour l’immédiat après-guerre (1939-1940), elle n’est pas valide pour le reste des années 1940. Dans cette seconde phase de l’histoire de l’Auxilio Social, les motifs d’envoi et le profil des familles des enfants changent : les témoins racontent qu’ils ont alors été internés pour des raisons économiques et non politiques, liées à la pénurie, la misère et à la maladie qui règnent alors en Espagne. Après les « enfants de rouges », ce sont ainsi les « enfants de la misère » qui sont la cible de l’assistance sociale phalangiste. Dans un troisième temps, Ángela Cenarro étudie la vie quotidienne dans les institutions, essentiellement organisée autour de la pratique religieuse, omniprésente, et de l’instruction paramilitaire. Les témoignages, dont certains passages sont retranscrits dans l’ouvrage, décrivent avec force la douleur de la séparation avec la famille, la dureté des châtiments corporels, l’arbitraire des « guardadoras » et des « instructores » ainsi que la faim et la soif qui tenaillent les corps des enfants. L’auteur s’intéresse également à la question de la réception de la contrainte et de la domination chez les jeunes internés (« Sobrevivir, resistir, prosperar »). Elle souligne la diversité des expériences ressenties, qui va de la résistance passive ou active (qui s’exprime notamment par la fugue) à l’acceptation de la contrainte, en passant par la perception de la formation dispensée par l’Auxilio Social comme un moyen d’ascension sociale. Le dernier chapitre (« La hora de la memoria ») est, lui, consacré à la façon dont les enfants internés, devenus adultes, se souviennent et parlent de leur expérience, tous ou presque soulignant que le passage par un foyer de l’Auxilio Social a été un stigmate social difficile à assumer par la suite.

4Dans Los niños del Auxilio Social, Ángela Cenarroprécise ainsi le profil sociologique et politique des familles qui ont fait interner leurs enfants dans des foyers de l’assistance sociale phalangiste, et souligne le fait que cette prise en charge n’obéit à des motifs politiques que dans les années 1939 et 1940. L’enquête orale permet par ailleurs de mesurer l’écart entre le discours officiel propagandiste et la réalité de la vie quotidienne dans les foyers, en ouvrant une fenêtre sur l’aspect le plus sombre de l’histoire de l’Auxilio Social. La « discipline » régnant dans les établissements s’apparente de fait à un abus de pouvoir systématique et généralisé, décrit dans les vignettes de la bande-dessinée Paracuellos (son auteur, Carlos Giménez, est l’un des témoins interviewés dans le cadre de cette étude). L’arbitraire, les coups, la faim et la soif, la douleur et le chagrin n’apparaissent pas dans les archives officielles, ce qui rend les sources orales précieuses et irremplaçables. Les témoins disparaissent peu à peu et Ángela Cenarro a réalisé là un travail indispensable et ardu, dans la mesure où il est difficile de localiser des témoins qui n’appartiennent à aucun collectif organisé.

5Deux questions de méthode doivent cependant être posées. L’auteur indique que les témoins qu’elle a interviewés se sont tournés vers elle après la parution de La sonrisa de Falange en 2006 ou qu’ils ont été contactés par le biais du site internet de l’auteur de bandes-dessinées Carlos Giménez. La parole de personnes qui s’adressent spontanément à l’historien est spécifique et comporte des buts avoués ou non (réhabiliter / critiquer l’institution), qui plus est dans le contexte social actuel de « récupération de la mémoire historique » ; manque toujours la voix de la majorité silencieuse, de tous ceux qui ont décidé de ne pas parler ou que l’on n’a pu localiser. Ce biais méthodologique aurait pu être utilement exposé, souligné et assumé. Enfin et surtout, seuls 17 entretiens ont au total été menés, cette faible représentativité de l’échantillon ne permettant pas d’approche statistique. La valeur de l’ouvrage tient ainsi essentiellement aux témoignages qu’il donne à lire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Nuq, « Ángela Cenarro, Los niños del Auxilio Social », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 263-265.

Référence électronique

Amélie Nuq, « Ángela Cenarro, Los niños del Auxilio Social », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/3510

Haut de page

Auteur

Amélie Nuq

EHEHI-Casa de Velázquez

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org