Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

David-Sven Reher y Miguel Requena (eds.), Las múltiples caras de la inmigración en España

Pauline Carnet
p. 267-269
Référence(s) :

David-Sven Reher y Miguel Requena (eds.), Las múltiples caras de la inmigración en España, Madrid, Alianza Editorial, 2009, 321 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 14 janvier 2011.

1Cet ouvrage collectif est basé sur les résultats de l’Enquête nationale d’immigrants 2007 (ENI) réalisée par l’Institut national de statistiques (INE) en collaboration avec le Groupe d’études « Populations et Sociétés » (GEPS), auquel appartiennent David-Sven Reher et Miguel Requena. Cette enquête quantitative, effectuée sur un échantillon de 15 465 personnes, vise à mieux connaître les caractéristiques sociodémographiques et les formes de mobilité des immigrants résidant en Espagne.

2Dans l’introduction, David-Sven Reher et Miguel Requena rappellent la nouveauté de l’actuelle hétérogénéité de la société espagnole (entre 1998 et 2008 la population étrangère est passée de 2,9 à 13 %) et distinguent les « immigrants économiques » des « immigrants venus de pays développés ». Le découpage des chapitres reflète la catégorisation des immigrants en 7 groupes, représentant la moitié des immigrants présents actuellement en Espagne. Les contributions présentent toutes les caractéristiques démographiques du groupe étudié mais diffèrent concernant les dimensions sociales ou historiques abordées, spécifiques à chaque groupe. Roberto Kuehn Dumpiérrez propose une étude développée des immigrants d’Europe occidentale, « invisibilisés » par leur assimilation aux touristes occidentaux et par l’attitude bienveillante des Espagnols. Revenant sur l’histoire de ces migrations, il distingue les immigrants « venus se reposer », composés de retraités peu intégrés à la société espagnole ; ceux qui sont insérés dans des positions avantageuses du marché du travail espagnol et dont les mobilités dépendent d’entreprises internationales ; et enfin les travailleurs (généralement issus des pays d’Europe du Sud) dont les caractéristiques sont semblables aux immigrants économiques. Les modalités de leur présence en Espagne l’amènent à s’interroger sur leur absence dans les politiques publiques d’intégration, sur le rôle dans l’augmentation des coûts sanitaires et dans le modèle de développement urbain des zones touristiques. David-Sven Reher et B. Sánchez Alonso se penchent sur les échanges migratoires existant depuis un siècle et demi entre l’Argentine et l’Espagne. Ils constatent que la régularité de ces courants migratoires a permis aux liens familiaux et culturels de se maintenir et de se rénover. Malgré une similitude des profils entre les immigrants espagnols du début du xxe siècle et les immigrants argentins actuels, ces derniers ne constituent pas un groupe homogène. David-Sven Reher, Miguel Requena, Luis Rosero-Bixby s’intéressent aux migrations équatoriennes, délaissant, depuis 2000, les États-Unis au profit de l’Espagne. Ce groupe, inséré dans les secteurs de la construction et des services, est marqué par une forte féminisation et par l’importance des familles transnationales. L’obligation du visa depuis 2003 et la baisse du taux de fécondité en Équateur laissent supposer que les prochaines migrations équatoriennes seront essentiellement le fait des regroupements familiaux. Les immigrants colombiens, second groupe latino-américain le plus important après les Équatoriens, ont également modifié leur destination. Après une présentation historique et démographique, F. R. González et B. Echeverri se penchent sur la mobilité résidentielle et socioprofessionnelle de ces immigrants (dont le projet migratoire est aussi tenu par les femmes). Venus de zones urbaines, ils s’installent principalement dans les régions espagnoles possédant de grands centres urbains et présentent une mobilité sociale ascendante. A. Sanz Gimeno et M. I. Sánchez Domínguez s’intéressent aux collectifs boliviens et péruviens. Les processus migratoires et les traits sociaux, culturels et démographiques des deux collectifs sont loin d’être similaires et permettent de continuer à différencier les deux groupes. Pour autant, les auteurs jugent que leur intégration à la société espagnole est similaire. M. Stanek revient sur l’histoire et le contexte socio-économique des migrations roumaines et bulgares, favorisées par les institutions espagnoles et l’élargissement de l’Union Européenne. Ces immigrants présentent des profils similaires et leurs mobilités, qui possèdent un caractère temporel et circulatoire, s’inscrivent dans la longue durée quelque soit la situation administrative de l’immigrant. Seule une réduction de la différence du niveau de vie entre ces deux pays et l’Espagne pourrait donc modifier ces formes de mobilité. H. Cebolla et M. Requena nous présentent les trajectoires migratoires des immigrants marocains (représentant la communauté étrangère la plus ancienne et nombreuse, jusqu’en 2008) avant de s’essayer à « une évaluation de leur degré d’intégration à la société espagnole ». Ils jugent leur incorporation particulièrement problématique, leurs perspectives de mobilités sociales limitées et supposent que la crise économique touchera particulièrement cette population insérée dans l’agriculture et la construction. Dans leur conclusion, Miguel Requena et David-Sven Reher brossent un tableau général des politiques espagnoles d’immigration et de leur fonction dans la diversification des « flux migratoires ». Ils établissent ensuite une classification des 7 groupes d’immigrants selon leurs « liens avec l’Espagne » et soulignent l’hétérogénéité sociodémographique des immigrants ainsi que l’importance des chaînes migratoires et des familles transnationales dans l’expérience migratoire. Ils distinguent les Espagnols nés à l’étranger, les immigrants venus profiter de leur retraite, les professionnels de haut niveau et les immigrants économiques. Finalement, ils s’interrogent sur les conséquences que l’actuelle récession économique aura sur les immigrants et suggèrent que les plus touchés seraient ceux qui ont le plus investi leur présence en Espagne.

3À la lecture de cet ouvrage, nous ne pouvons que conclure à la richesse de l’ENI, qui se révèle être un outil particulièrement pertinent pour l’étude des populations migrantes en Espagne. Les données quantitatives concernant les trajectoires migratoires sont d’autant plus précieuses qu’elles sont rares. D’une manière générale, le plan de l’ouvrage aurait mérité d’être davantage justifié et les auteurs d’être présentés. Autre regret : les définitions des notions d’intégration et de transnationalisme ne sont jamais explicitées alors même qu’elles ne font pas consensus dans le milieu scientifique. Surtout, certaines analyses ne reposent pas sur une argumentation précise. Ainsi, il serait « évident » que le collectif équatorien « dans son ensemble finira par s’assimiler dans la société réceptrice » ; l’installation des Colombiens « sera fructueuse » ; et « une notable imperméabilité au changement culturel et une incapacité ou un manque de volonté de s’incorporer à certaines des institutions de la société réceptrice » caractériseraient les immigrants marocains. Les directeurs de l’ouvrage évoquent en terme d’« avantage » et d’« inconvénient » le fait d’avoir une culture « proche » ou pas de l’espagnole et n’expliquent pas sur quoi repose la « proximité culturelle » sur laquelle il fonde leur jugement. Ces éléments laissent supposer que certains auteurs conçoivent l’intégration comme un acte unidirectionnel. Or, comme le rappelle très justement Roberto Kuehn Dumpiérrez, « l’intégration est l’objet de deux parties ». En résumé, si les descriptions des données issues de l’ENI sont pertinentes, la plupart des analyses proposent une vision particulièrement normative des migrations et auraient gagné à plus de rigueur scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Carnet, « David-Sven Reher y Miguel Requena (eds.), Las múltiples caras de la inmigración en España », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 267-269.

Référence électronique

Pauline Carnet, « David-Sven Reher y Miguel Requena (eds.), Las múltiples caras de la inmigración en España », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 14 janvier 2011, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/3516

Haut de page

Auteur

Pauline Carnet

Université de Toulouse II – Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org