Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Michel Cahen, Le Portugal bilingue

Fabienne Wateau
p. 269-271
Référence(s) :

Michel Cahen, Le Portugal bilingue. Histoire et droits politiques d’une minorité linguistique : la communauté mirandaise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 211 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 14 janvier 2011.

1Sans doute est-ce la densité et la quantité d’informations de ce nouvel ouvrage de Michel Cahen qui, en tout premier lieu, interpelleront et raviront le lecteur. Par l’étude rigoureuse et systématique de l’histoire sociale, politique et linguistique d’une petite communauté de l’extrême nord-est frontalier du Portugal – un espace somme toute fort modeste en terme démographique et géographique –, l’auteur ordonne une multitude de faits, recueillis tant dans les archives, la presse, les statistiques, qu’in situ sur le terrain. L’approche est pluridisciplinaire, le souci d’exhaustivité manifeste.

2Le propos est de s’intéresser à la seconde langue officielle du Portugal, bien peu connue du grand public (et des Portugais eux-mêmes, ajoute l’auteur), mais appartenant pourtant à la Chartre européenne des langues régionales et minoritaires depuis 1999. Le Mirandais n’est donc pas un dialecte du Portugal, mais bien une langue identifiée comme telle par le Conseil de l’Europe, dont la reconnaissance officielle a des conséquences à différentes échelles.

3L’ouvrage comprend sept chapitres. Le premier, intitulé « La Tierra de Miranda », relate l’histoire physique et linguistique de la terre de Miranda du Haut Moyen Âge à nos jours. Appartenant à la région Trás-Os-Montes, flanqué contre la Castille-Léon en Espagne, doté d’influence diverses en terme linguistique, cet espace se caractérise aussi par la complexité de ses intersections politiques et religieuses au fil de l’histoire. C’est sa marginalité et son isolement, plus que sa position de frontière, qui auraient assuré la préservation de la langue ; le mirandais comme langue n’est nullement un phénomène linguistique frontalier (p. 50).

4Le deuxième chapitre, « De la langue à l’identité », explique notamment comment le mirandais a pu servir la revendication d’identité de la nation portugaise : l’existence d’une minorité linguistique plaçant le Portugal parmi les « grands pays » à l’instar de l’Espagne, la France ou l’Italie. Sont aussi abordées les questions de l’uniformisation de l’écriture du mirandais, défini à partir de 1994 par une équipe de linguistiques, de façon à pouvoir accéder à « la convention orthographique de la langue mirandaise » et à lutter pour une loi de reconnaissance officielle.

5Le troisième chapitre est précisément consacré à « La loi de reconnaissance ». À partir de 1986, un enseignement du mirandais est entrepris dans les écoles, lequel démarre avant toute loi et convention. Dix ans plus tard, en 1996, le mirandais fait son apparition parmi les documents européens des langues en danger. Fin 1998, le document établi à l’Assemblée est bien, dès son titre et l’article 1, une reconnaissance officielle du mirandais par la loi de l’État central portugais (p. 107). L’auteur en décrypte toutes les étapes de constitution et réactions politiques, article par article.

6Le quatrième chapitre,« La persistance contemporaine du mirandais », laisse les décrets de législation pour s’intéresser à la pratique concrète du mirandais. L’approche est essentiellement statistique. Il s’agit de définir les comportements et attitudes des Mirandais eux-mêmes, et notamment des plus jeunes, à l’égard de cette langue. Au total, moins de 15 000 personnes parleraient encore le mirandais, jamais néanmoins comme langue unique, pour un capital de mirandophones véritablement actifs ne dépassant pas les 4 000. Chez les plus âgés, le mirandais est préféré au portugais pour parler des sujets agricoles et d’élevage (92 %) et d’amour (88 %) (p. 133) ; depuis 2001 chez les plus jeunes, il commence à être accepté, car défendu et apprécié des personnes d’instruction, devenant une langue urbanisée, une langue de la modernité (p. 138).

7Sont identifiés dans le cinquième chapitre,« Folklorisation versus culture populaire ? », quelques caractéristiques culturelles de l’espace mirandais, tels que les danses de bâtons, les festivals de cornemuse, les nouveaux groupes de rock mirandais, etc., lesquels restent pourtant très périphériques et de peu d’impacts anthropologiques à l’échelle nationale. En revanche, c’est bien la publication d’Astérix en mirandais, ainsi qu’en partie les nouveaux sites internet, qui donnent à la langue une autre visibilité. L’auteur souligne un léger clivage entre mirandais de Lisbonne et mirandais de Miranda, le prix à payer peut-être, pour que la langue trouve pleinement écho.

8Dans le sixième chapitre, « En être ou pas. Le Portugal et la chartre européenne des langues régionales et minoritaires », l’auteur interroge la position du Portugal face à la Chartre qui, en 2007, n’était finalement ni ratifiée ni signée. La langue mirandaise « reconnue » par l’État n’en a pourtant pas obtenu le statut correspondant, pour cause d’absence dans le droit portugais, a t-il pu être avancé. L’auteur fait ici quelques références rapides à d’autres langues minoritaires de l’espace européen, confrontées à leur État.

9Enfin dans« Crise finale ou salutaire ? » où un bilan rapide est proposé, on comprend qu’il n’y a ni question nationale mirandaise – les Mirandais sont des Portugais –, ni même une question régionale – les Mirandais sont des Transmontains – , mais une question communautaire sociolinguistique (p. 184), dont le Portugal ne peut que reconnaître et défendre l’originalité. Car l’enjeu porte aussi sur le délitement démographique des zones de l’intérieur et leur nécessaire revitalisation, la question linguistique n’étant pas dissociable de la promotion de la vitalité de la vie sociale. L’auteur parle alors « d’aménagement du territoire » et de nécessaire implication forte de l’État, invitant ce dernier à s’impliquer davantage.

10Michel Cahen, historien du politique et spécialiste reconnu du Mozambique, aborde ici un espace géographique qui ne lui est pas habituel, mais par lequel il peut saluer avec brio et en épigraphe la mémoire de François Guichard, son collègue et ami géographe, fondateur avec lui de la revue Lusotopie, vrai fin connaisseur des zones frontalières de l’intérieur du Portugal. Cet état des lieux sur la question mirandaise apparaît comme un bilan exhaustif, une mine d’or d’informations parfaitement situées dans le temps historique et politique, et déjà il s’impose comme un ouvrage incontournable de grande qualité.

11La densité, cependant, a son revers. Elle ne laisse guère de place à la respiration, et sans doute est-ce la forme de l’ouvrage lui-même, indépendamment de son auteur, qui en accentue l’effet. Dans cette collection des Presses universitaires de Rennes, en effet, toutes les notes de bas de pages semblent possibles, et elles sont nombreuses. Et pour qui lit tout dans un ouvrage, cette boulimie d’informations ôte quelque peu au plaisir de la lecture. Les références bibliographiques, de surcroît, mêlées au milieu de ces notes de bas de page et non rappelées en fin d’ouvrage, en une bibliographie récapitulative qui aurait pourtant été fort utile, rendent difficile le maniement de l’outil. Il est en effet pratiquement impossible de retrouver un auteur, son ou ses écrits, d’évaluer la quantité et la diversité des références pourtant données.

12Dans le même esprit, l’abondance appelant l’abondance, on peut regretter que les références aux autres langues min

13oritaires apparaissent comme diluées au fil des pages. Certes l’auteur n’omet pas de parler des cas de figure alsacien, irlandais, arménien, capverdien, basque, occitan, breton, corse, goense, polonais, yiddish, romanche ou encore de ceux du Val d’Aran en Catalogne ou des Asturies mais à la lecture, il est assez difficile de savoir comment situer le cas mirandais dans l’univers défendu des langues minoritaires. Aussi, paradoxalement, pour le lecteur bien que repu, un chapitre plus comparatiste sur les autres langues minoritaires, rassemblées, eût sans doute été le bienvenu.

14Cet ouvrage s’impose comme la référence bibliographique incontournable sur la terre et la langue mirandaises. Sa publication au Portugal est attendue prochainement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Wateau, « Michel Cahen, Le Portugal bilingue », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 269-271.

Référence électronique

Fabienne Wateau, « Michel Cahen, Le Portugal bilingue », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 14 janvier 2011, consulté le 23 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/3520

Haut de page

Auteur

Fabienne Wateau

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org