Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Javier Fernández Sebastián y Juan Francisco Fuentes (dirs.), Diccionario político y social del siglo XX español

François Godicheau
p. 221-225
Référence(s) :

Javier Fernández Sebastián y Juan Francisco Fuentes (dirs.), Diccionario político y social del siglo XX español, Madrid, Alianza editorial, 2008, 1.395 p.

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par les professeurs Fernández Sebastián et Fuentes fait suite à un volume paru en 2003 sur le xixe siècle, mais sur le plan du nombre d’articles (125), de contributeurs et même de la longueur totale, il représente presque le double du premier. Il s’agit donc d’un volume encore plus ambitieux, pour lequel les coordonnateurs n’ont conservé autour d’eux qu’un noyau dur de six personnes. Saluons la prouesse que représente la coordination de tant de plumes, de sensibilités et de spécialités si diverses. Le résultat est à la fois maniable et très riche, tenant en un seul volume, pourvu d’un index très précis et présentant à la fois des réflexions sur les mots et les notions et de véritables états de la question et des débats.

2Pourtant, l’ambition véritable de l’entreprise va, me semble t-il, au-delà : ce livre est une affirmation très forte, démontrant d’une part la richesse de l’historiographie sur le xxe siècle espagnol et de l’autre le caractère indispensable de l’histoire des concepts. L’introduction soutient avec force la nécessité d’historiciser les notions, concepts et catégories dont l’historien fait usage, pour ne plus tomber dans l’anachronisme de la fausse conscience des acteurs. Il est cependant dommage que les coordonnateurs se contentent de renvoyer, pour certains aspects théoriques importants, à l’introduction du volume consacré au xixe siècle. Certes, les deux livres doivent être considérés comme un tout, mais la répétition a quelquefois du bon, surtout, en l’occurrence, quand on se rapproche du temps présent, et que la tendance à la naturalisation des concepts est plus forte, et surtout pour un débat si délicat pour la profession : quand bien même il ne saurait être question de demander à 45 historiennes et historiens d’adhérer, comme un préalable, à un programme théorique trop exigeant et complet, l’acte d’affirmation que représente ce livre aurait gagné, à mon sens, à incorporer de nouveau les réflexions des Koselleck, Pocock, Richter, Skinner, etc.

3Ce travail collectif devrait s’imposer comme une référence indispensable pour l’histoire du xxe siècle espagnol, non seulement pour les étudiants – nul besoin de s’étendre sur les usages pédagogiques nombreux et variés que l’on peut en faire – mais aussi et surtout, pour la recherche, comme incitation permanente à réfléchir et à débattre en terme d’historicisation des concepts. C’est en effet un programme général que proposent les coordinateurs : « nous croyons que l’une des tâches à réaliser sans plus attendre par l’historiographie consiste à réfléchir sur les cadres épistémologiques – grandes catégories classificatoires inclues – qui supportent depuis longtemps les travaux de l’historien, du sociologue et du politiste » (p. 36, trad. personnelle). Nous avons là bien plus qu’un dictionnaire : l’ensemble des articles peut être reçu comme une première et énorme contribution à cet indispensable débat, et l’importance de l’ouvrage est encore plus grande sur ce plan que sur celui de la synthèse des connaissances et de la cartographie, tout à fait réussie du reste, du siècle passé.

4La lecture de ces pages, quel que soit l’ordre adopté est en effet très suggestive pour le chercheur : le spécialiste est en permanence décentré, bousculé dans ses habitudes intellectuelles, sa tendance personnelle et presque fatale à naturaliser, par familiarité avec un terrain et des sources ; mais il peut aussi imaginer de multiples débats entre les différents points de vue, articles, auteurs ou par réaction à certains d’entre eux. La difficulté serait sans doute de trouver un espace et un protocole pour un tel débat, mais les possibilités qu’offre Internet devraient fournir une réponse. Le fait que des programmes de recherche se soient développés ces dernières années dans le domaine très large de l’histoire des concepts ou d’une histoire culturelle sensible à l’historicisation des concepts, est sans doute à mettre en rapport avec l’incitation que constituait déjà l’existence d’un premier volume sur le xixe siècle et la commande d’articles pour celui-ci. Les professeurs Fernández Sebastián et Fuentes devraient en tirer une certaine confiance en ce qui concerne la possibilité, après la publication du présent opus, d’ouvrir un espace de débat commun à tous ceux et celles qui voudraient bien s’y inscrire.

5Des débats pourraient ainsi se développer dans plusieurs directions. Tout d’abord, l’absence de certains mots pourrait ainsi être comblée ou permettrait surtout de discuter de la pertinence de tel ou tel choix. Il y a par exemple une entrée « Église catholique » mais aucune à « religion » alors que ce terme même a été au cœur de débats, propagandes, mobilisations sociales et politiques, constructions identitaires, etc., au cours d’une bonne partie du siècle. De même, l’étude sur le développement et les difficultés à s’imposer du langage de la « lutte des classes », présente au cœur de l’article « classe ouvrière » et disséminée dans divers autres, aurait peut-être mérité une réflexion à part entière. Enfin, si l’on songe aux apports de la perspective du genre à la discipline, l’article « femme » est bien isolé : les suggestions de lectures en conclusion renvoient plus au thème des femmes qu’à l’histoire d’un concept. De fait, sa fusion avec l’entrée « féminisme » a manifestement orienté sa rédaction de telle sorte que plusieurs dimensions intéressantes sont absentes, par exemple le dialogue, possible entre la notion de femme et ce qui aurait pu constituer une autre entrée, l’adjectif « viril » ou le substantif « virilité », dont l’importance pour ce xxe siècle n’est pas à démontrer.

6D’autres débats pourraient avoir lieu à partir des simples désaccords avec certains articles, ne serait-ce que, pour commencer, entre différents contributeurs du dictionnaire : ainsi la lecture de la série constituée par les articles « patrie », « Espagne », « nation », « nationalisme espagnol » et « nationalisme basque » fait apparaître des nuances et des divergences entre des auteurs. Il faut souligner cependant une sorte de miracle, résultat d’un travail d’édition sans doute harassant : il y a très peu de répétitions, alors même que les angles ouverts par de nombreuses entrées ne cessent de se couper et de se recouper. C’est sans doute aussi le reflet de la diversité des points de vue et le signe que de nombreuses discussions sont envisageables.

7Sur le plan de la méthode, les articles présentent globalement une grande homogénéité – ce qui ne signifie pas pour autant uniformité – et plusieurs articles peuvent apparaître comme des modèles, des réalisations particulièrement abouties des intentions affichées dans l’introduction. C’est le cas du mot « République », que Juliá met tout de suite en jeu au sein d’une constellation qui le fait résonner avec peuple, raison, nation, union, démocratie, révolution, montrant ensuite comment change la configuration des notions autour de son objet. Ce dernier souligne même l’importance de cette approche en écrivant que « la République ne signifiait pas dans l’imagination populaire un simple changement de régime politique ; République était synonyme de changement de vie, compris par chacun en fonction d’intérêts multiples et fragmentaires » (p. 1067), avant d’examiner l’opposition entre la République comme « manière d’être nationale » et « étape de transition » et les diverses connotations du terme.

8De même, pour l’article « Société », Osés Gorráiz insiste d’entrée sur la nécessité de faire aller la notion, entendue comme « fait providentiel » de paire avec celle de « propriété » et sur l’idée que, dans la pensée dominante, son corrélat était l’inégalité (de naissance, d’héritage et de hauteur morale). Examinant ensuite ce qu’il identifie comme les quatre projets cherchant à trouver une solution au « problème de la société » (le libéralisme élitiste d’Ortega, le socialisme, l’anarchisme et le fascisme), il note la rigidité des affirmations sur la signification du terme et le déterminisme de telles définitions, lié à la volonté d’offrir une perspective de salut collectif : les définitions de la société doivent servir à en finir avec les divisions qu’on conçoit au sein de celle-ci. L’auteur fait débattre ces conceptions sans être prisonnier de la chronologie des différents régimes politiques, limité seulement par l’ampleur de la tâche, qui nécessiterait un programme de recherche entier.

9Pour l’entrée « Opinion publique », Fernández Sebastián note la « complexité, la sophistication et l’élargissement croissants de ses significations, parallèles à l’augmentation du poids de cette notion dans les discours politiques et sociaux » (p. 878). Particulièrement intéressant est son exposé détaillé des débats des années 1890-1910 sur la question, avec les points de vue du juriste (Posada) et du sociologue (Sales y Ferré). Il relie les discours sur l’opinion publique aux questions de la politique des masses, de la propagande et du rôle des intellectuels, déployant ainsi une arborescence de questionnements et de réflexions qui donnent envie de plonger sans attendre dans les articles correspondants à ces mots. En outre, le traitement du thème est très complet, allant des débats sur la « déficience » de l’opinion publique à la transformation de la notion, d’instance de légitimation de certains discours sur la société et la politique à champ de la connaissance à part entière. Il faut noter enfin l’effort pour rendre compte des débats actuels et passés autour de la notion, effort tout aussi remarquable que celui qu’il produit à propos du mot « modernité » et de la question de la postmodernité ou du postmodernisme, et ceci en mobilisant une grande variété de supports, livres, articles, journaux, etc.

10L’article sur le mot « citoyenneté » illustre comme le précédent le fait qu’une notion n’est jamais aussi bien traitée que quand elle est fouillée depuis plusieurs années par l’historien qui en a la charge, ce qui constitue un argument supplémentaire en faveur du pari des coordonnateurs : encourager, aider, pousser au développement de la perspective d’histoire des concepts. Pérez Ledesma montre tout d’abord le lien entre les discours sur la citoyenneté et sur le caciquisme, l’importance de l’articulation des droits et des devoirs et la relation forte avec les notions de patrie et de patriotisme, faisant ressortir ce qu’il y a de prescriptif dans ces discours. Il examine aussi la popularité, la fréquence de l’usage du terme en fonction des différentes conjonctures politiques : son recul relatif sous la Seconde République par rapport au langage mettant au centre le « peuple », sa disparition ensuite avant son retour à la fin du franquisme, jusqu’à l’usage très intense du présent, du fait du potentiel d’inclusion politique qu’offre le terme.

11Les particularités de chaque notion, l’évolution de leur importance et de leur caractère central au sein de différentes configurations sémantiques ont compté dans le traitement réservé par les divers auteurs aux liens entre les mots, à la mesure de la fréquence d’usage et aux fonctions ou aux divers types d’emploi dans les débats, et au-delà même, dans les champs politiques et sociaux. On peut malgré cela, et malgré l’homogénéité méthodologique soulignée plus haut, distinguer une tension entre d’une part, les articles qui déroulent les conceptions de telle ou telle notion par les grandes figures successives de l’intelligentsia espagnole, commençant par Maeztu et Unamuno, poursuivant par Ortega et ensuite par Azaña, et d’autre part ceux qui s’efforcent d’élargir le débat au-delà des maîtres à penser et qui cherchent les évolutions du sens dont l’origine se situe du côté des transformation du réel social et politique, qui poursuivent les réinterprétations obligées auxquelles pousse l’irruption contingente des nouveautés dans le réel, réinterprétations nécessaires pour pouvoir dire – et ainsi faire exister – les événements.

12De même, si certains articles permettent de repérer le moment, le processus – et ses raisons – de la naturalisation de tel ou tel terme – comme c’est le cas pour « opinion publique » ou pour « mouvement ouvrier » par R. Cruz, signalant même des périodes ou entrent en compétition différents essentialismes – « campesino » d’Izquierdo Martín –, et situent d’emblée le terme dans un dialogue nécessaire avec un environnement sémantique, comme on vient de le voir pour « République » ou « Société », d’autres, dès le départ, ne prennent pas ces précautions, et plus que du mot, traitent de la « chose » – « Parti» ou « Association » par Fernández Sarasola –, versant dans la naturalisation que l’objet de l’ouvrage lui-même est de décourager.

13Ces aspects moins réussis, inévitables dans une œuvre d’une telle ampleur, reflètent à mon sens l’état réel du débat dans la profession, ou du moins chez les contemporanéistes et en particulier les « vingtiémistes », sans doute plus menacés que les autres par le danger de la naturalisation des concepts comme le montre la fin de certains articles où l’on sent le poids du présent comme dans « Politique », qui offre un contraste frappant avec « modernité » ou « civilisation ». Mais ils signalent surtout la nécessité de débattre plus profondément des aspects théoriques de l’histoire des concepts et en particulier de deux questions essentielles dont la prise en compte empêcherait tout retour vers une simple histoire des idées où seraient égrenées les conceptions successives d’une notion par la cohorte des grandes figures. Ces questions sont celles des « traditions discursives » et de « l’intentionnalité », auxquelles l’introduction du volume sur le xixe siècle a fait une place, mais dont on ressent l’absence dans celui-ci.

14La structure alphabétique du dictionnaire ne permet pas de mettre en valeur des hiérarchies, des répertoires de ressources sémantiques, à la fois ouverts et ordonnés, des configurations au sein desquelles se produisent les évolutions que nous ne pouvons saisir qu’imparfaitement en nous intéressant aux mots un par un. C’est là la dimension qui manque le plus au dictionnaire, malgré les efforts faits par nombre d’auteurs qui, dès les premières lignes de leurs articles, tissent des liens vers des mots connexes et participent à mettre en valeur un réseau que le lecteur contribue lui-même à élaborer par sa lecture plus ou moins orientée, directe ou buissonnière. Ces réseaux de mots risquent pourtant de rester horizontaux, faute de parties rédigées ou serait entreprise de manière systématique leur mise en relation et leur hiérarchisation. Il est certain qu’un tel travail serait nécessairement moins collectif et beaucoup plus l’expression, la thèse d’un ou deux auteurs, mais il n’en est pas moins nécessaire.

15Les propositions de configurations, de réseaux et de hiérarchisations qui pourraient y être faites incorporeraient sans doute aussi une attention systématique à l’intentionnalité dans l’emploi des mots auxquels on s’intéresse. L’action de dire ou d’écrire un mot n’est pas réductible, on le sait, à la dénotation. Dans un certain nombre d’articles, cette dimension est présente dans la réflexion, comme dans « guerre civile » de Fuentes, qui souligne l’importance de l’usage de ce terme dans des discours visant une refondation morale ou une rédemption. Dans « Fascisme », Saz est encore plus explicite quand il explique que les acteurs, en utilisant ce terme, n’interprètent pas une réalité perçue comme fasciste mais interviennent avec une arme dans le débat politique. D’une manière générale, pourtant, cet aspect essentiel de l’histoire des concepts aurait pu faire l’objet d’une attention plus systématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Godicheau, « Javier Fernández Sebastián y Juan Francisco Fuentes (dirs.), Diccionario político y social del siglo XX español », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 221-225.

Référence électronique

François Godicheau, « Javier Fernández Sebastián y Juan Francisco Fuentes (dirs.), Diccionario político y social del siglo XX español », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 26 janvier 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3522

Haut de page

Auteur

François Godicheau

Université de Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org